banniere

La campagne BDS crie victoire après le retrait des candidats non israéliens à une reprise d’Agrexco.

15 août 2011

- L’enchérisseur irlandais Total Produce ne cherche plus à acheter Agrexco

- Une tendance claire vers l’entrée en crise financière de compagnies boycottées

- La campagne de boycott fait monter la pression internationale sur Israël.

Il est ressorti jeudi que la compagnie irlandaise Total Produce n’était plus en course pour racheter l’exportateur israélien en difficulté Agrexco. La compagnie irlandaise de fruits s’est retirée de la course après la pression des militants de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), qui ont écrit à cause de l’implication d’Agrexco dans les colonies illégales de Cisjordanie. Les militants irlandais du BDS ont réagi rapidement à un appel du comité national du BDS (le BNC) et écrit à Total Produce, en expliquant comment Agrexco est impliqué dans l’occupation illégale et immorale et l’exploitation de la terre palestinienne, le pressant à ne pas investir dans Agrexco. Ils ont aussi averti la compagnie que l’investissement dans Agrexco ferait de Total la prochaine cible de la campagne BDS.

« Il y a maintenant une claire tendance que des compagnies visées par la campagne BDS vont vers une grave défaillance financière », dit Adel Abu Ni’meh, dirigeant du PFU (Palestinian Farmers’ Union, un constituant du BNC). « Agrexco et Véolia, deux grandes compagnies fortement associées aux colonies illégales israéliennes, ont de sérieux problèmes. Ceci montre que le BDS frappe les compagnies complices de l’occupation, du colonialisme et de l’apartheid israélien où ça fait mal : dans leurs performances ».

La nouvelle ne vient que quelques jours après que Véolia, une compagnie française visée par la campagne BDS à cause de son implication dans les projets de colonies illégales israéliennes, a annoncé qu’elle allait réduire massivement ses activités mondiales.

Une juge de Tel-Aviv a donné jeudi une dernière prolongation à la procédure pour banqueroute d’Agrexco, alors que la compagnie israélienne Kislev semble être maintenant le seul acheteur sérieux, d’après le site d’informations financières israélien Globes. Il n’y avait qu’une autre proposition d’une compagnie hollandaise, mais la juge l’a écartée comme ayant « plus de trous que du Gruyère ».

Agrexco a été une cible prioritaire des militants solidaires de la Palestine qui appellent au BDS contre Israël jusqu’à ce qu’il mette fin à son comportement illégal et criminel contre les Palestiniens.

Une nouvelle coalition de militants européens a promis le mois dernier de « mettre fin à la présence d’Agrexco en Europe ». 23 groupes ont signé une déclaration disant qu’ils ont mis en place des canaux pour coordonner les campagnes de boycott et les actions judiciaires contre l’exportateur israélien.

Pour plus d’informations :

Le Comité national palestinien du BDS (BNC) : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
www.bdsmovement.net

Sources:
Agrexco stay of proceedings extended
”, Globes, 11 août; “Véolia, une cible majeure de la campagne palestinienne BDS, est en crise financière, BNC, 8 Août; “La société civile palestinienne met en garde une compagnie irlandaise contre l’achat de l’exportateur israélien Agrexco », BNC, 1er août.

Le Comité national palestinien du BDS (BNC) est une coalition de groupes de la société civile palestinienne. Il s’est constitué comme groupe palestinien de référence de la grande campagne qui a découlé de l’appel palestinien de juillet 2005 pour le boycott, les désinvestissements et les sanctions (BDS) contre Israël, avec le soutien de départ de plus de 170 organisations palestiniennes.

Vendus sous des noms de marques telles que Carmel, Coral, Biotop, et Eco-Fresh, les produits Agrexco des colonies ont été étiquetés faussement à répétition et présentés avec des documents prétendant qu’ils provenaient de l’intérieur de la ligne verte. Ces tentatives de leur faire bénéficier de droits de douane préférentiels selon l’accord d’association EU-Israël ont conduit à une condamnation par le Parlement britannique. Agrexco a souffert récemment de problèmes financiers graves qui ont mené à un examen pour banqueroute à Tel-Aviv le capital d’Israël. En juin, la publication d’affaires israéliennes lors de globe a rapporté de « lourdes pertes » pour Agrexco, tandis que la compagnie de produits frais cherchait à gérer sa dette. Fruitnet.com a récemment rapporté que la compagnie devait 106 M€ à ses créanciers. Pour plus d’informations, voir : http://www.bdsmovement.net/activecamps/agrexco

Le tramway de Jérusalem dans lequel Véolia est impliqué pour sa construction et sa gestion est conçu explicitement pour cimenter l’emprise d’Israël sur les colonies illégales de Cisjordanie et pour les lier plus fermement à l’État d’Israël. Véolia opère aussi d’autres projets d’infrastructure de colonies : il opère des services de cars pour ‘juifs seulement’ sur des routes pour ‘Israéliens exclusivement’ qui relient les colonies à Israël. Ces routes ont détruit des villes et villages palestiniens en volant leurs terres pour leur construction et en les séparant les unes des autres. Par sa filiale TMM, Véolia collecte aussi les déchets de colonies illégales et les enterre dans le site illégal d’enfouissement Tovlan en Cisjordanie occupée. Pour plus d’informations : http://www.bdsmovement.net/activecamps/veoliaalstom

Source : http://www.bdsmovement.net/2011/international-bidders-agrexco-7840

Traduction : JPB-CCIPPP

Réseaux sociaux

facebook Facebook
Page - Profil
icon-twitter Twitter
Partagez sur Twitter

Lettre d'information

Pour vous abonner à la newsletter de BDS France, encoyez un email à bdsfrance@gmail.com.

La campagne BDS : pourquoi ?

  • La campagne BDS (Boycott Désinvestissement Sanctions) a été lancée par la société civile palestinienne en 2005, suite à des dizaines d’années de lutte contre Israël et sa politique d’apartheid. Les Palestiniens font appel aux citoyens de conscience du monde, afin que prenne fin le plus long conflit de l’histoire récente, en leur demandant de boycotter tous les produits israéliens, mais aussi de pratiquer un boycott sportif, culturel et universitaire.
  • Ils nous demandent également de faire pression sur les entreprises étrangères, notamment européennes, afin qu’elles arrêtent leur collaboration avec cet Etat criminel.
  • Enfin, ils nous demandent de faire appliquer par nos Etats les sanctions qui auraient dû être appliquées depuis des dizaines d’années devant ce déni de droit intolérable. Il apparaît aujourd’hui que, loin des grands débats théoriques, la campagne BDS est une arme efficace pour faire plier Israël, d’autant que nous ne pouvons rien attendre de l’ONU ou de ce qu'il est convenu d'appeler "la communauté internationale".

 

Accès membres