Huit heures pour la Palestine et BDS à Clermont-Fd

Environ 230 personnes d’origines diverses (dont une demi-douzaine de Palestiniens) ont participé le 30 novembre aux 8h pour la Palestine à l’espace Nelson Mandela de Clermont-Ferrand, à l’appel de l’AFPS 63 et BDSF 63, dont 150 ont assisté à la conférence de Sarah Katz et Pierre Stambul sur Gaza, à des échanges en direct avec Gaza (Nabila Kilani, enseignante) et Hébron (coopérative Al Sanabel), à un spectacle de hip-hop clermontois, et aux témoignages de 8 voyageurs de retour de Palestine et de leur rencontre avec le BNC et des syndicats.

L’importance du BDS pour soutenir la lutte palestinienne a été soulignée, notamment dans le cadre de la journée d’action contre AXA du 29 novembre. Une protestation contre le projet parlementaire de résolution Maillard a été signifiée. En soirée 140 personnes ont partagé un buffet palestinien et assisté à deux spectacles musicaux (rap RLM, et qanûn et chant par Christine Zahed). Nous avons eu des retours positifs unanimes pour ces 8h (voir CR complet), dont les bénéfices seront reversés à nos partenaires (Assoc Hébron-France, et Coop Al Sanabel).

  




Mobilisation contre AXA à Clermont-Ferrand

BDS a été au centre des débats de nos 8h pour la Palestine le 30 novembre à Clermont-Ferrand, à l’appel de l’AFPS 63 et BDSF 63, avec 230 participants, dont 150 qui ont assisté à la conférence de Sarah Katz et Pierre Stambul sur Gaza et au Skype avec Nabila Kilani à Gaza, ainsi qu’aux témoignages de 8 voyageurs de retour de Palestine, et 140 qui ont partagé un buffet palestinien et des spectacles musicaux.

La journée du 29 novembre de la Coalition  internationale contre AXA a été expliquée oralement et par un tract, une pétition à l’accueil (39 signatures), et des cartes postales pour le président d’AXA France (85 prises par les participants). Une grande affiche ciblant AXA décorait la salle du repas.




#BoycottPuma : un distributeur montre ses crocs à Clermont-Ferrand

Plus de douze militant.e.s et synpathisant.e.s de l’AFPS 63, BDSF 63 et UNEF Auvergne ont participé le 19 octobre à l’appel #BoycottPuma pour la 2ème journée internationale lancée autour du 26 octobre par le PACBI (Palestinian Academic and Cultural Boycott of Israel), à l’appel de 125 clubs de sport palestiniens.

900 tracts distribués et 54 signatures de pétition.

Notre groupe s’est rassemblé à proximité de Decathlon à Clermont-Ferrand, et avant le déploiement de nos banderoles nous avons eu la visite du responsable de la zone commerciale qui voulait savoir en quoi consisterait notre action, et qui a été rassuré par nos informations.

Quand nous sommes arrivés devant Decathlon, le jeune directeur du magasin est arrivé de suite, nous disant que son magasin vendait peu d’articles Puma, et nous demandant de partir. Nous lui avons remis notre courrier pour Decathlon, lui avons indiqué que la police était avertie de notre action, et avons commencé à déplier nos banderoles. Il nous a alors menacés de nous chasser à l’aide de 3-4 vigiles étiquetés Decathlon, Securitas ou sans étiquette, dont l’un tenait en laisse un chien muselé (voir photo) étiqueté « Julius.K9 » sur son harnais.

Nous n’avons pas cédé à la provocation et nous sommes repliés calmement pour aller vers le rond point face au magasin. Le directeur nous a suivi et a tenté d’arracher ou déchirer une de nos banderoles, puis a marché dessus. Une fois sur le rond point nous avons pris des photos, encouragés par plusieurs passants dont l’un nous a laissé son contact. Nous avons ensuite organisé un mini défilé sur le grand parking de la zone commerciale, pour nous rendre devant le magasin Sport 2000, faire quelques photos et remettre notre courrier au responsable du magasin. Celui-ci nous a reçus poliment et nous a indiqué que notre action ne posait pas de problème si on n’empêchait pas les clients d’entrer dans le magasin.

Durant 1 heure 30 nous avons fait signer des pétitions #BoycottPuma (54), et distribué plus de 900 ex. du tract co-signé par 26 orgas du 63,

sur les pare-brises des véhicules sur le parking, devant Sport 2000, et sur le trottoir devant Decathlon sous l’oeil du vigile qui avait remis son chien dans le coffre de sa voiture (voir photo). L’accueil du public a été très bon, et des échanges de qualité ont eu lieu avec nombre de passant.e.s à l’écoute de nos explications sur #Puma qui sponsorise le foot israélien, y compris dans les colonies.

Le directeur de Decathlon est repassé en cours de tractage et a tenté d’arracher un tract de la main d’un militant ! Suite à nos protestations sonores il est revenu faire de l’intimidation, mais a battu en retraite car son intervention avait mobilisé plusieurs passant.e.s à nos côtés ! Ce qui montre aussi que nos actions non violentes d’information dérangent certains commerçants complices de Puma.




A Clermont-Ferrand : NON à l’effacement de la Palestine par les agences de voyage

Sept militant.e.s AFPS 63 et BDSF 63 ont distribué 400 tracts devant les agences SELECTOUR Bleu voyages et HAVAS voyages du centre-ville (deux réseaux contrôlés, comme une dizaine d’autres, par le groupe Marietton développement).

Ils portaient une pancarte « Non à l’utilisation du tourisme par Israël pour coloniser la Palestine », qui était brandie vers le tramway à chaque passage de celui-ci. Ils portaient aussi des affichettes « Non, Bethléem n’est pas en Israël », « Non, Jéricho n’est pas en Israël », « Jérusalem-Est n’est pas israélienne ». Un panneau avec les 4 cartes de la Palestine avait été placé entre les vitrines des deux agences.

Le tract (adapté à partir de celui de la plateforme 44 pour la Palestine) a été distribué pendant 2 heures (*). Le taux de refus a été assez important, mais des retours très positifs nous sont venus de jeunes , qui passaient seuls ou en groupe.

A la fin de l’action, nous avons porté dans les boutiques une copie de nos lettres envoyées aux directions des deux agences. La gérante de Selectour nous a dit de façon assez hautaine avoir déjà reçu le courrier et transmis à sa direction, qui était au courant. Le gérant de Havas, qui était venu chercher un tract au début de l’action, nous a indiqué qu’il transmettrait, que les voyages dépendent des voyagistes (« tour operators ») et donc pas des agences (il a souligné que de ce point de vue notre tract confondait les deux). Nous lui avons répondu, de façon très sereine, que si on pouvait mettre en cause leur image, les agences feraient probablement remonter aux voyagistes…

A noter que parmi les agences de voyage ciblées par notre campagne, SELECTOUR organise son prochain congrès, en Décembre 2019, en Israël !

(*) Notre tract a aussi été diffusé à toutes les sections syndicales CGT du 63, ce qui permettra une information plus large de la population sur les pratiques non-éthiques des agences ciblées.




Communiqué de l’AFPS 63 : Halte à la répression de BDS France à Montpellier

COMMUNIQUÉ de l’AFPS 63

Halte à la répression de la Campagne BDS France à Montpellier

L’AFPS 63 (Clermont-Ferrand) soutient le groupe BDS France-Montpellier et dénonce le harcèlement policier aux ordres de la Mairie dont ses militant.e.s sont l’objet.

En 2018, plusieurs procès-verbaux ont été dressés au nom d’un militant membre de ce groupe (JL Moragues) pour « occupation illégale de l’espace public », des contraventions ont été envoyées pour « Émission de bruit portant atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l’homme ».

Ces faits ne sont pas isolés,  ils s’inscrivent dans une longue suite d’attaques menées contre BDS France-Montpellier depuis 2015 : plaintes contre les militant.e.s, intimidations, brimades, PV et contraventions, saccage du chapiteau BDS sur la place de la Comédie par la police, interdiction de manifestations,  une vingtaine d’auditions au commissariat, convocations en préfecture, plainte pour diffamation, rappel à la loi …

Parce qu’il conteste cette contravention et dénonce une nouvelle atteinte à la liberté d’expression et de manifester qui se cache derrière une prétendue infraction au code de la santé publique, JL Moragues est convoqué au tribunal de police le 16 octobre 2019 à 8h30.

La liberté d’expression, fondement de toute démocratie, est le pilier de toutes les libertés civiques. En soutenant le groupe BDS France-Montpellier, nous nous battons pour notre liberté et pour le droit à l’appel au boycott.

Nous appelons celles/ceux qui le peuvent à être présents le 16 octobre 2019 pour manifester une large solidarité avec nos camarades de BDS France-Montpellier, devant le tribunal de police à Montpellier dès 8H.

Le CA de l’AFPS 63, Clermont-Ferrand, 05 octobre 2019




#BoycottPuma à Cournon (63)

Suite à l’AG de l’UD-CGT (63), des militant.e.s de l’Union Locale CGT de Cournon (20.000 habitants) sont allés le 21 septembre 2019 à la foire de la Saint-Maurice de cette grande ville du 63.

Ils ont, entre autres, distribué 300 Tract BDS PUMA – 26 cosignatures 63 qui appellent au Boycott de Puma tant que cette société sponsorisera le foot israélien et son développement dans les colonies israéliennes en Palestine. Ce fut une occasion pour nombre de citoyen.ne.s de découvrir la situation en Palestine.




#BoycottPuma avec Emmaüs au RIO de Clermont-Ferrand

50 tracts distribués, 27 signatures de pétition et 3 photos pour Facebook.

Cinq militant.e.s AFPS-BDSF ont informé et mobilisé une soixantaine de spectateurs sur #BoycottPuma lors de la projection le 18 septembre du film de Dominique Gautier « Parlons utopie » et du débat qui a suivi, organisé au RIO par les Amis de l’Huma 63. Ce film, disponible en DVD (2018), montre le village Emmaüs Lescar-Pau, qui accueille depuis plus de trente six ans les exclus de l’économie libérale et ses déçus qui cherchent une autre voie.

Une séquence du film montre les liens entre ce village, et les descendants du village « Emwas » de Palestine. Suite aux interventions durant le débat de deux militants AFPS-BDSF, notamment sur les actions des militants de l’AFPS de Pau (64) en lien avec Emmaüs Lescar, le réalisateur a largement illustré cet aspect des luttes du village.

Avant ou après le film, les spectateurs ont reçu le tract #BoycottPuma (signé par 26 orgas, dont les Amis de l’Huma 63), la moitié d’entre eux ont signé la pétition, et trois ont posé pour notre album facebook #BoycottPuma, dont le réalisateur du film. Soixante photos à ce jour.

Note d’information :  l’abbé Pierre a baptisé en 1949 son mouvement « compagnons d’Emmaüs » en référence biblique au village « Emwas » de Palestine. Ce village est situé dans la vallée de Latroun, et a résisté à l’attaque des armées sionistes en 1948 quand elles ont expulsé la majorité des Palestiniens de leurs terres et villages. Mais lors de la guerre de 1967, par vengeance, l’armée israélienne a rasé ce village et deux villages voisins, laissant des vieillards et des malades mourir sous les ruines. Le site a été transformé en un parc par le Fonds National Juif du Canada, dans le but d’effacer les traces et la mémoire de la Palestine.

Cette histoire est à la base de relations entre le village Emmaus-Lescar-Pau et les descendants du village Emwas de Palestine. Par exemple, un ancien habitant d’Emwas est venu participer à la construction d’une maison de style palestinien. La clé de la maison a été remise par une cinéaste originaire d’Emwas (Dima Abu Ghoush), qui a fait un film de mémoire (« Emwas, des souvenirs en construction »). Cette clé symbolise le droit au retour des millions de réfugiés palestiniens, voté par l’ONU mais jamais appliqué par Israel.

Le réalisateur Dominique Gautier a produit un court-métrage sur ce sujet : « « Il y a 50 ans … Emmaüs en Palestine »

Un diaporama sur le village Emmaüs a aussi été produit par l’AFPS 64




#BoycottPuma au Forum des Associations de Clermont-Ferrand

150 tracts distribués, 86 signatures de pétition et 18 photos pour Facebook, 12 nouveaux contacts.

Cinq militant.e.s AFPS-BDSF ont tenu un stand le 14 septembre 2019 au Forum des +250 Associations de Clermont-Ferrand. La campagne #BoycottPuma était le thème principal du stand, avec deux banderoles bien visibles, le tract signé par 26 organisations de la Coalition BDS63, et la signature de la pétition correspondante.

Nous avons reçu de nombreux visiteurs/euses, très divers (dont des jeunes de Gaza, d’Iran, d’Algérie, de Syrie, sans parler de Mr le Maire de Clermont-Fd ou de celles et ceux qui rejoignaient la scène des musiques du monde voisine de notre stand, d’une élue de Clermont qui a posé pour la photo, ainsi que la représentante du comité pour Wissam, et d’un autre élu qui a signé la pétition), la plupart très encourageants, participants et demandeurs d’infos. Des cartes postales « PUMA », et des stickers Carte Vitale ont aussi été distribués en nombre. Et nous avons réalisé plus de 170 euros de ventes de produits palestiniens et cahiers de formation.

Dix huit nouvelles photos de citoyen.ne.s qui boycottent PUMA ont été ajoutées à notre album Facebook (57 photos à ce jour).




#BoycottPuma à l’AG de l’UD-CGT 63

50 tracts distribués, 16 signatures de pétition et 11 photos pour Facebook.

 

Une cinquantaine de militant.e.s ont participé à l’AG du 13 septembre 2019 de l’UD-CGT 63. Un militant AFPS-BDSF est intervenu pour rappeler la situation en Palestine, ses liens avec la France, et les dangers du projet de résolution Maillard pour la liberté de critiquer Israël et d’appel au boycott.

Et rappeler la campagne #BoycottPuma de 26 organisations, dont la CGT, de la Coalition BDS63. La pause fut l’occasion de distribuer des tracts, et recueillir des signatures de la pétition, qui avaient été envoyés il y a quelques jours par l’UD à toutes ses sections syndicales. Et de faire des photos pour notre album Facebook.




PAS DE TRÈVE ESTIVALE DANS LE SOUTIEN A GAZA !

Trois militant-e-s du groupe local de l’AFPS 63 et BDSF 63 se sont retrouvé-e-s sur 2 marchés de Clermont-Ferrand pour rappeler la situation calamiteuse que vivent près de 2 millions de Gazaouis après 12 ans de blocus de l’enclave palestinienne.
A ces occasions, environ 350 tracts ont été distribués. Ce qui porte à plus de 4.000 le nombre de tracts Stop blocus Gaza-Boycott Israël distribués sur l’agglomération clermontoise depuis fin mars.
Le 25 juin, sur le marché de la Gauthière, dans les quartiers nord de Clermont, l’accueil fut particulièrement chaleureux. Il n’y a pratiquement pas eu de refus de tracts, les déclarations de soutien à la résistance de la population palestinienne et à notre action ont été  nombreuses et enthousiastes. Plusieurs personnes nous ont laissé leurs coordonnées.
Le 28 juin, au marché de Montferrand, les passants ont montré davantage d’indifférence, peut-être en raison de la canicule déjà bien installée… Il y a eu cependant là aussi des discussions intéressantes avec quelques personnes bien au fait de la situation d’apartheid que subissent les Palestiniens, d’autres ont exprimé leur compassion  pour les Gazaouis abandonnés à leur sort tragique par les médias et les gouvernements… Avec les plus découragés, nous  avons parlé de l’arme citoyenne qu’est le boycott et de la nécessité de s’en emparer pour agir !



#BoycottPuma à Clermont-Ferrand, le 8 juin

15 militant.e.s, 800 tracts #BoycottPuma, 3 banderoles, bonne visibilité, bon accueil des passants et clients de Décathlon et Sport 2000.

Les partisans des droits des Palestiniens appellent les consommateurs à #BoycottPuma à Clermont-Ferrand, en raison du soutien de @Puma à l’association israélienne de football, qui comprend des équipes installées dans des colonies de peuplement israéliennes illégales sur des terres palestiniennes.

 

Une quinzaine de militant.e.s et sympathisant.e.s de l’AFPS 63 et de BDSF 63 ont déployé le 8 juin 2019 une banderole #BoycottPuma devant deux magasins Decathlon et Sport 2000 qui vendent du matériel @Puma dans une zone commerciale en périphérie de Clermont-Ferrand.

La plupart des militant.e.s portaient un t-shirt « Boycott Israel Apartheid ». Ils ont aussi déployé une banderole « Stop au blocus de Gaza, Boycott Israël » et une banderole « Boycott Israel Apartheid ».

De 15h à 17h, ils ont distribué aux passants 800 exemplaires du tract signé par 26 organisations, ainsi qu’aux nombreux automobilistes sur le parking de la zone commerciale. De nombreux passants nous ont encouragés et remerciés, et plusieurs ont dit qu’ils n’achèteraient pas de matériel @Puma. L’un d’entre eux est même retourné à sa voiture pour quitter le maillot @Puma qu’il portait !

Lorsque les vigiles de Décathlon nous ont demandé de quitter la zone appartenant au magasin, nous avons installé les banderoles bien en vue sur le centre du rond-point face à l’entrée du magasin, et reçu de nombreux coups de klaxon amicaux des automobilistes.

 

Un courrier avait été envoyé auparavant à Decathlon et Sport 2000, expliquant l’action #BoycottPuma, et leur fournissant notre tract et la lettre de 215 clubs de sport palestiniens exhortant @Puma à mettre fin à son parrainage de l’apartheid israélien.

Nos photos iront alimenter notre album #BoycottPuma

#BoycottPuma jusqu’à la fin de son soutien à l’accaparement illégal de terres par Israël, obligeant les familles palestiniennes à quitter leurs terres.
Clermont-Ferrand fier de participer!




Aux puces de Clermont-Fd pour GAZA et pour BDS

Une demi-douzaine de militant.e.s AFPS 63 et BDSF 63, et deux sympathisants, ont distribué 1.000 tracts pour Gaza et BDS, le dimanche 26 mai, de 10h à 12h, au marché aux puces des Salins, à Clermont-Ferrand. Notre banderole « Stop au blocus de Gaza », « Boycott d’Israel » et deux drapeaux AFPS ornaient une des entrées du marché.

Les passants nous ont souvent remercié pour notre action, et 4 ont laissé leur contact pour connaitre nos futures actions. Quelques partisans d’Israël ont déchiré le tract, ou souhaité l’extermination de la population de Gaza…




120 PERSONNES POUR GAZA ET BDS, ET CONTRE L’EUROVISION, A CLERMONT-FD

Cent-vingt personnes de tous âges et origines rassemblées à Clermont-Fd ont scandé de nombreux slogans devant Vercingétorix et un arrêt de tramway, pour la levée du blocus de Gaza, pour le Boycott et des Sanctions contre Israël, et contre l’Eurovision à Tel-Aviv.

  

Une demi-douzaine de militant.e.s AFPS, BDSF et NPA ont distribué au centre ville de Clermont-Fd 700 ex. d’un tract de 28 organisations appelant à un rassemblement pour la levée du blocus de Gaza, pour le Boycott et des Sanctions contre Israël, et contre l’Eurovision à Tel-Aviv. Puis 120 personnes de tous âges et origines, dont de nombreuses têtes inconnues, se sont rassemblées et ont formé un grand cercle sur la place de Jaude, près de la statue de Vercingétorix et d’un arrêt du tramway, autour de 4 banderoles appelant à la levée du blocus, au boycott de l’Etat d’apartheid et de l’Eurovision, et au droit au retour des réfugiés, en écoutant des chants militants pour la Palestine.

   

Des prises de parole de l’AFPS 63-BDSF 63 , de l’UNEF et du Collectif des Mosquées de Clermont-Auvergne ont rappelé, en ce jour anniversaire de la Nakba, la situation humanitaire dramatique de Gaza sous blocus et massacres, et la nécessité de BDS face à l’inaction ou la complicité des grandes puissances avec l’Etat colonial d’apartheid. La nécessité de se mobiliser plus largement a été soulignée. Des slogans ont été criés et parfois dansés entre les prises de parole :

Gaza / Vivra // Palestine / Vaincra

Israël / Assassin // Macron / Complice

Boycott / Israël / Etat / Criminel

A Paris / comme à Bruxelles // des sanctions / contre Israël

Occuper / est un crime // résister / est un droit

Halte / aux massacres / à Gaza

Pas d’Eurovision // Au pays / de l’apartheid

France Télévision // Complice / d’Israel

    

De nombreux passagers descendaient du tramway, toutes les 6 minutes environ, et pouvaient assister à cet événement qui a duré près d’une heure trente. Avant dissolution du rassemblement, rendez-vous a été donné pour nos prochaines actions BDS, notamment contre PUMA qui sponsorise le foot israélien, ainsi qu’au prochain rassemblement du collectif RESF 63. Radio Coquelicot (03-Ebreuil) a couvert notre événement. Plusieurs personnes nous ont laissé leur contact, et deux jeunes sont venus ensuite nous rejoindre dans notre local pour acheter des T-shirts BDS. Et des photos de cette soirée ont complété nos albums facebook sur Gaza et sur l’Eurovision…

 




BDS 63, le droit de manifester, et la liberté d’expression

Une demi-douzaine de militant-e-s AFPS 63 et BDSF 63, renforcés par un militant UJFP et une militante BDS en tournée, ont défilé derrière une grande banderole BDS. Ce qui, comme l’action BDS AXA du matin même, a contribué à faire connaitre et discuter la question de l’apartheid israélien auprès de citoyen-ne-s qui se mobilisent et convergent sur différentes questions sociales, écologiques et politiques dans notre pays.



GAZA et BDS au spectacle « Tous des oiseaux » à Clermont-Fd.

Treize militants AFPS 63 et BDSF 63, portant des visuels réclamant « Stop au blocus de Gaza », « Halte aux massacres », « Boycott d’Israël » ont distribué les 3 et 5 avril, devant la maison de la culture de Clermont-Fd, 900 tracts pour GAZA et BDS à l’entrée du spectacle « Tous des oiseaux » de Wajdi Mouawad, « Production La Colline – théâtre national. Avec le soutien des services culturels de l’Ambassade d’Israël en France, du théâtre Cameri de Tel-Aviv ».
Les spectateurs ont pour la plupart accepté le tract, avec des réactions allant du soutien à la discussion, ou à l’indifférence.



Visite d’une délégation de 9 syndicalistes palestiniens de la GFIU, les 11-12 avril à Clermont-Ferrand 

Résumé : Neuf militant-e-s de la GFIU, Fédération Générale des Syndicats Indépendants en Palestine, ont été reçus à Clermont-Fd. Le 11 avril au soir, un groupe de militants AFPS 63 les a conduits pour une visite d’une entreprise de maraîchage Bio et de réinsertion professionnelle, puis d’une ferme Bio de céréales et poulets, dont le foncier est géré par le système associatif de Terre de liens. Les exploitants de la ferme, militants de la Confédération Paysanne et de la FNAB-Bio63, ont ensuite mis leurs locaux à notre disposition pour une soirée d’accueil avec une quinzaine de militants AFPS, BDSF et UNEF.

 

Le 12 avril au matin, une réunion intersyndicale a eu lieu avec 8 militants CGT, Solidaires, FSU et UNEF. Nos camarades palestiniens nous ont posé de nombreuses questions sur la société française et les luttes en cours, le mouvement BDS et les amalgames entre antisionisme et antisémitisme.  Ils ont aussi répondu à nos questions sur les syndicats en Palestine et le renforcement de l’apartheid contre les Palestiniens et le blocus de Gaza. Dans la société palestinienne sous occupation israélienne, ils doivent aussi faire face à l’exploitation capitaliste mondialisée, au manque de liberté syndicale et d’aide à son développement, à l’absence de droit du travail et de sécurité sociale, aux pratiques de corruption des élites. 

Le 12 avril après midi, quatre « ateliers » ont permis d’approfondir les discussions sur les centres d’intérêt de la délégation. Une syndicaliste de l’enseignement à Jérusalem Est a participé à un groupe de discussion animé par 6 syndicalistes de Solidaires, CGT et CFDT. Trois autres membres de la délégation ont travaillé avec 4 syndicalistes de la CGT et de Solidaires sur les concepts et les outils développés en France pour la formation syndicale, et un projet de leur adaptation au contexte palestinien, y compris en langue arabe. Par ailleurs, une syndicaliste palestinienne de la santé a pu rencontrer une bonne trentaine de militant-e-s de la CE de la CGT-santé.

Enfin, un 4ème groupe de 4 jeunes Palestinien-ne-s impliqués dans l’agriculture a visité deux fermes  en compagnie de militant-e-s de l’UNEF,  de la Confédération Paysanne et de la CGT, ainsi que d’un jeune journaliste qui a produit un reportage en deux parties dans le journal Mediacoop. Un militant du collectif jeunes de la CGT et un autre, arabophone, de l’UNEF, ont en outre réalisé des interviews des 4 jeunes Palestinien-ne-s, diffusées le 17 avril durant une heure sur RadioCampus (Allume feu).

Les syndicalistes palestiniens et une quinzaine de militants syndicaux, AFPS et BDSF ont ensuite partagé un repas avant une réunion publique, avec 65 personnes qui ont écouté avec attention les témoignages de 4 membres de la délégation de la GFIU, puis ont pu leur poser de nombreuses questions. Les thèmes abordés ont concerné, entre autres, l’apartheid israélien, le syndicat « officiel » palestinien et sa collaboration obligatoire avec le syndicat sioniste israélien Histadrut qui capte la moitié des cotisations de travailleurs palestiniens, l’importance du mouvement BDS pour soutenir les Palestiniens. D’autres témoignages ont concerné les violations des droits humains, les annexions liées au Mur d’apartheid, les emprisonnements massifs arbitraires.

La seconde partie de la réunion a débuté par une intervention de Pierre Stambul, militant UJFP qui a évoqué, entre autres, l’histoire du syndicat sioniste Histadrut, qui est très actif dans les confédérations syndicales internationales pour lutter contre BDS. La discussion s’est poursuivie avec la salle sur antisionisme et antisémitisme, avant de revenir sur les difficultés et les succès des syndicalistes palestiniens, et l’importance de BDS.

(voir CR complet en P.J.)




Coalition Stop AXA à Clermont-Ferrand

Douze militant-e-s AFPS, Attac, BDSF, CGT, LDH, Solidaires du 63, renforcés par un militant UJFP et une militante BDS en tournée, se sont rassemblés le 13 avril 2019 devant une agence AXA du centre ville de Clermont-Ferrand, avec deux grandes banderoles, des drapeaux, un tract pour la Coalition « Stop AXA Assistance to Israeli Apartheid » de 19 pays, cosigné par les 6 organisations, et des cartes postales à envoyer au président d’AXA France. Ils ont demandé à AXA de mettre fin à ses investissements dans les banques israéliennes complices de la colonisation des territoires palestiniens, et dans la firme Elbit Systems qui fournit l’armée israélienne pour ses opérations meurtrières à Gaza. Et proposé aux citoyens de participer à une action internationale sur twitter, le 17 avril 2019.

L’action s’est terminée en déployant nos banderoles et distribuant nos tracts (1.100 au total) devant l’entrée du centre commercial voisin. L’accueil a été bon de la part de nombreuses personnes, qui souvent découvraient l’investissement d’AXA dans l’apartheid israélien, nous ont parfois encouragé et ont signé 37 cartes postales que nous enverrons au Président d’AXA France.




GAZA et BDS au marché d’Aubière (63)

Treize militants de l’AFPS 63 et BDSF 63 se sont retrouvés le 31 mars au grand marché d’Aubière (63) pour informer la population sur la colonisation de la Palestine, le blocus de GAZA et les massacres qui continuent depuis le début de la grande marche du retour il y a un an, la journée de la Terre, l’apartheid, l’épuration ethnique, le droit au retour des réfugiés. Habillés de noir et portant des visuels et une banderole réclamant « Stop au blocus de Gaza », « Halte aux massacres », « Boycott d’Israël », les militants alignés et silencieux ont fait de longues pauses bien visibles en 4 lieux du marché, et distribué 750 tracts GAZA-BDS. L’accueil des passants a été le plus souvent très bon, parfois indifférent, et ce fut aussi l’occasion  de discuter avec nos camarades de la municipalité d’Aubière ou de syndicats locaux, et de prendre de nouveaux contacts. 




CLERMONT-FD VEUT DU SOLEIL POUR GAZA !

 

Environ 400 personnes sont venues au cinéma le RIO de Clermont-Ferrand, écouter François Ruffin autour de son film « J’veux du soleil » (qui saisit sur le vif une partie du mouvement des gilets jaunes, fin 2018), et près de 320 ont pu assister à une des deux projections. Six militant-e-s AFPS 63 et BDSF 63 ont distribué 300 tracts sur Gaza et BDS, ainsi que le flyer du festival Palestine en Vue, avec un très bon accueil. Et 44 personnes ont accepté de poser devant une banderole « Stop au blocus de Gaza, Boycott d’Israël », pour notre album photo sur Gaza.

 

 



Michel Warschawski, Israël et BDS, à Clermont-Fd

L’amphi 120 de la fac de lettres de Clermont-Fd était presque plein (environ 100 personnes) le 12 février 2019 pour accueillir Michel Warschawski, dans le cadre de sa tournée en France, organisée par l’UJFP.

L’étape de Clermont-Fd était à l’appel de l’AFPS, BDSF, Amis Temps Des Cerises, Amis de l’Huma, Amis du Diplo, LDH, UD CGT, Solidaires, ATTAC, FSU.

A partir de son livre « Israël, chronique d’une catastrophe annoncée… et peut-être évitable » (Syllepse, 2018), Michel Warschawski a fait un exposé précis et détaillé de la situation en Israël, qui a beaucoup intéressé l’amphi, où régnait un grand silence. Il a expliqué qu’Israël se définit comme un « Etat nation du peuple juif », ouvert à tous les Juifs du monde, alors que les Palestiniens autochtones restants sont discriminés, sans droits fondamentaux et que le droit au retour des réfugiés est nié.

Netanyahou et l’extrême droite israélienne s’allient avec les gouvernements fascisants, racistes et souvent antisémites d’Europe de l’Est et d’Amérique, dans une perspective « judéo-chrétienne » islamophobe, sous couvert de lutte contre le « péril islamique » et contre l’Iran. Tout en tentant des alliances avec les gouvernements arabes les plus réactionnaires. L’Etat d’Israël, colonial, est en train de devenir fasciste, sur les plans constitutionnel, législatif et moral (analyses d’Avraham Burg, et Zeev Sternell). Pour avancer en ce sens il lui faut affaiblir le garde-fou de la Cour Suprême de Justice, et celui des médias qui ne sont pas aux ordres. Adalah recense 80 lois discriminatoires pour les Palestiniens citoyens d’Israël, et parmi les plus récentes l’interdiction de célébrer la Nakba, et du droit à la réunification familiale. Par ailleurs, de nombreux jeunes Israéliens s’exilent à Berlin (aidés par le gouvernement allemand) pour fuir cette société, où l’on observe aussi d’immenses inégalités sociales.

Comme l’a exprimé Jean Ziegler dans la préface du livre de Michel Warschawski: « Malgré toute la haine raciste et coloniale et le cynisme des dirigeants israéliens, malgré le malheur qui frappe les Palestiniens -et grâce à leur formidable capacité de résistance-, malgré sa propre hantise de l’abîme, Michel Warschawski respire l’espérance. Il croit que l’histoire a un sens et que ce sont les peuples qui la font. »

Michel Warschawski a rappelé, dans un contexte où le mouvement de la paix israélien n’existe quasiment plus, et d’impunité sur le plan international, l’importance fondamentale de soutenir la campagne BDS, économique, culturelle, académique, sportive. C’est un acte de justice, aux succès rapides depuis 2005, seul outil capable de répondre aux aspirations palestiniennes et de contraindre Israël à abandonner l’apartheid. C’est pourquoi elle est combattue prioritairement par le ministère israélien des affaires stratégiques.

La conférence a été enregistrée par les Amis du Temps des Cerises.

Le débat fut riche et dense, sur la résistance, le sumud et l’espoir palestiniens, la laborieuse décolonisation des esprits, l’impunité qui repose sur l’alliance avec les « Blancs (post)coloniaux européens »,  l’efficacité du Hezbollah, le « suicide » du mouvement de la paix en août 2000 (suite aux calomnies d’Ehud Barak contre Yasser Arafat), les crimes contre l’humanité à Gaza (qui devraient conduite certains dirigeants israéliens devant la cour de justice internationale si les gouvernements européens avaient un minimum de dignité), le débat permanent et stérile en France sur une solution à un ou deux Etats (qui empêche d’avancer sur les campagnes prioritaires, pour les prisonniers politiques, pour Gaza, pour BDS, …).

Une partie de l’assemblée s’est ensuite réunie au pied de l’estrade, devant notre décor auvergnat pour le boycott de l’Eurovision 2019 en Israël, pour une belle photo collective à mettre sur notre album facebook.

La librairie des Volcans avait commandé des livres pour vente-dédicace aux participant-e-s à la conférence : 40 exemplaires ont été vendus. Et sur la table de presse AFPS-BDSF, 50 signatures de la pétition contre l’accord d’association UE-Israël ont été recueillies.

La soirée se termina par un repas partagé avec 6 militant-e-s afps et bdsf, et un jeune Palestinien de Clermont-Fd. Et le lendemain matin, une visite d’une exploitation viticole bio dont l’exploitant avait rendu visite à Michel à Jérusalem en 2017, qui nous a expliqué comment ce voyage avait enrichi sa vision des choses. Nous n’aurons qu’un regret à l’issue de ce passage très enrichissant de Michel : que la grippe ait empêché certain-e-s de venir l’écouter, et notamment une partie de l’équipe de FR3 Auvergne qui devait venir le filmer sur l’exploitation viticole !