#BoycottEurovision2019 en Israël – Les débuts de campagne à Clermont-Fd

Le PACBI (Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel) nous invite à faire pression sur les radiotélévisions, en particulier FR2, et les chanteurs et interprètes français afin qu’ils retirent leur participation au concours de l’Eurovision 2019 qui doit se tenir en Israël, Etat d’apartheid qui viole le droit international et les droits humains. L’Eurovision en Israël contredirait en outre la Charte éthique de France Télévision (décembre 2017, pp. 22-23).

Afin de participer à cette action citoyenne, nous proposons à nos amis et à nos contacts (voir tract en PJ) d’être pris en photo sous un grand décor auvergnat « passe-tête pour photos » appelant à ce Boycott et d’accepter que le montage soit diffusé sur l’album photo de notre page FB puis de partager cette photo sur leur propre profil Facebook ou réseau social.

Ce décor auvergnat « passe-tête pour photos » a été inauguré avec succès le 30 novembre au cinéma le RIO lors du film « Mélancolie ouvrière » de Gérard Mordillat, qui a participé aux photos, et pleinement soutenu notre action lors du débat après le film, lui qui a signé l’appel des 140 artistes européens au boycott de l’Eurovision 2019 en Israël .

Cette action fut suivie par quatre rencontres de 15 militant-e-s AFPS et BDSF avec des citoyens clermontois-es du 13 au 16 décembre : devant l’entrée de la galerie commerciale Jaude en centre ville, sur le marché aux puces des Salins, devant le supermarché Auchan des quartiers nord, ainsi que devant la fac de lettres. Nous avons distribué 2.000 tracts qui expliquent la campagne et la pétition internationale à signer. Nous avons reçu de nombreux remerciements et encouragements, parfois très appuyés. Tous ne souhaitent pas voir leur photo sur les réseaux sociaux, mais plus de 70 personnes ont souhaité le faire. De nombreux jeunes (et moins jeunes) ont fait leurs propres selfies, sachant que nous ne photographions pas les mineurs.

Nous complétons par ailleurs notre album photo par des photos de citoyen-ne-s tenant une pancarte #BoycottEurovision2019 (cf. image ci-dessous, à imprimer). Des militants AFPS 63 et du collectif BDS63, des militants rencontrés aux 20 ans d’ATTAC 63, y ont contribué. Nous arrivons à 160 personnes (dont un maire et deux conseillers municipaux) pour l’instant… ce n’est qu’un début…

Pour rejoindre notre album Facebook, imprimez la pancarte ci-jointe, prenez vous en photo et envoyez nous la ! Vous pouvez aussi créer votre propre album…

 




Saison France-Israël : BDS Marseille était devant le FRAC

Vendredi 14 décembre, BDS Marseille était devant le FRAC (fonds régional d’art contemporain) pour dire NON à la participation du Frac et de ses invités à la Saison croisée France-Israël !
C’était une soirée avec entrée libre qui alliait installation artistique du FRAC et musique électronique fournie par le GMEM, centre national de création musicale, dans le cadre du festival Reevox-NH

Nous avons pu échanger avec le directeur du GMEM, à qui nous avions écrit pour lui demander de ne pas participer à un évènement de la saison croisée. Nous n’avions pas eu de réponse … Nous lui avons à nouveau expliqué notre démarche, il nous a écoutées attentivement et semble prêt à nous rencontrer de façon plus formelle.

Nous avons distribué quelques dizaines de tracts, tous bien accueillis.

BDS France-Marseille

 




Le rapport confidentiel de La Communauté Créative pour la Paix liée au gouvernement israélien

Le Groupe paravent de l’organisation de lobbying israélienne StandWithUs admet: « Le mouvement de boycott culturel se développe sans arrêt et il évolue, mettant en avant de nouvelles tactiques innovantes pour atteindre les artistes ». Lisez et partagez leur rapport confidentiel.

Le mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) pour les droits des Palestiniens continue à grandes enjambées à défier le régime israélien d’occupation et d’apartheid.

Le boycott culturel d’Israël est soutenu par des milliers d’artistes dans le monde, avec des engagements à le maintenir au Royaume Uni, aux USA, à Montréal, en Irlande, en Afrique du Sud, en Amérique Latine et ailleurs, récemment renforcé par les initiatives #DJsForPalestine et #ArtistsForPalestine menées par des artistes.

Le gouvernement israélien d’extrême droite et ses organisations de lobbying ont consacré des dizaines de millions de dollars à essayer de réprimer le mouvement croissant de BDS dirigé par les Palestiniens.

Une de ces organisations est la CCFP, Communauté Créative pour la Paix, qui cache soigneusement aux artistes qu’elle approche qu’elle est simplement un groupe paravent de StandWithUs, une organisation de lobbying israélienne. StandWithUs a des liens étroits avec le gouvernement israélien. Des documents fiscaux et d’inscription prouvent que StandWithUs et la CCFP sont une seule et même organisation à but non-lucratif.

La CCFP prétend défendre « l’établissement de ponts », alors même qu’elle se fait l’écho de la propagande raciste, déshumanisante du gouvernement israélien. Comme l’a dit récemment Jewish Voice for Peace :

« Les artistes qui s’opposent au racisme et soutiennent la justice pour tous les peuples devraient rester à l’écart du lobbying et des efforts de propagande de la CCFP qui est anti palestinienne ».

Dans un rapport confidentiel qui a fuité, la CCFP a reconnu franchement la croissance stimulante du mouvement BDS pour les droits humains, tel qu’en rend compte le Hollywood Reporter.

Certaines parties du rapport confidentiel sont maintenant en accès libre pour la première fois. Partagez les pour aider à mettre en évidence les tentatives frauduleuses de CCFP pour manipuler les artistes et le public !

Si vous êtes artiste, producteur, agent ou représentant d’un label et que vous aimeriez avoir un échange sur la Communauté Créative pour la Paix, envoyez s’il vous plaît un mail à pacbi@bdsmovement.net et nous reviendrons vers vous.

 

Source: BDS Movement

Traduction SF pour BDS France




Compagnie de danse Batsheva, qui finance ? Éléments de réponse

Ohad Naharin, directeur du ballet israélien Batsheva, contesté par la Campagne BDS France lors de la saison croisée France- Israël, prétend être un opposant au régime d’apartheid israélien. Vous trouverez ci-dessous quelques informations sur les financeurs de cette compagnie.

 Il y a trois financeurs publics:

1 -Le Ministère de la Culture

2 – La Mairie de Tel Aviv

3 – La Division des Affaires Culturelles et Scientifiques du Ministère des Affaires étrangères. Dans la présentation de cet organisme, des passages particulièrement révélateurs de l’esprit qui anime ce ministère. En voici quelques uns :

* »Après presque 50 ans de lutte et de conflit, Israël a enfin atteint le stade de la normalisation. Des traités de paix avec l’Égypte et la Jordanie et des accords de paix entre Israël et l’OLP ont déjà été signés.

* »Dans le contexte du monde en mutation, le gouvernement israélien insiste sur le rôle de la culture, de la science et de l’économie en tant que moyen important de développer les relations avec les pays du monde. Le ministère israélien des Affaires étrangères les considère comme la carte de visite de l’État. À partir de 1994, il a publié une nouvelle directive exigeant une activité culturelle, universitaire et scientifique accrue sur la scène internationale. »

* »LA CULTURE À L’ÈRE DE LA PAIX

Alors qu’Israël passe d’une époque de confrontation à une ère de paix et de coopération, nous accordons une importance accrue à la qualité de ce qu’Israël a à offrir dans les domaines de la culture, de la science, de l’éducation et des affaires universitaires. N’ayant plus l’image d’un peuple assiégé, d’un pays excellant principalement en matière de défense et de sécurité, Israël peut désormais se concentrer davantage sur son excellence culturelle et scientifique. À la lumière de ce changement, le ministère des Affaires étrangères se concentre de plus en plus sur la tâche de porter les produits de l’intellect et de la créativité israéliens à l’attention de la communauté mondiale.« 

À travers ce florilège, on voit bien que les artistes qui sollicitent et obtiennent ce financement deviennent des « cartes de visite » pour promouvoir l’image d’un état qui prétend être tout le contraire de ce qu’il est en réalité (pacifique, entouré d’états amis et, au sein duquel, il n’existe aucun « problème palestinien »).

Et pour conclure avec ce sinistre ministère, un autre extrait témoignant d’un cynisme qui apparaît difficilement dépassable:

« Tout comme l’attention du monde entier a été portée aux conflits de la région du Moyen-Orient, il en va de même du grand intérêt international pour le processus de paix et ses fruits. «  ……

Des milliers de morts à Gaza, la construction d’un mur de la honte, une colonisation galopante, des prisonniers politiques par milliers dont des centaines d’enfants etc. …. qui pourrait, en effet, rêver de plus beaux fruits ????

Source: Ministère des affaires étrangères d’Israël

 Parmi les financeurs privés, on notera:

– Les banques Hapoalim et Leumi qui font partie des banques israéliennes participant directement à la colonisation (financement de constructions dans les colonies, ouverture d’agences dans les colonies …). Ces banques israéliennes et quelques autres sont dénoncées dans le rapport sur Les liaisons dangereuses des banques françaises avec la colonisation israélienne 

-la Société Eastronics: d’après son site internet, cette entreprise fournit des systèmes de sécurité utilisés dans les check points.

 La Fondation Dalia et Eli Hurvitz: Eli Hurvitz décédé en 2011, grand entrepreneur et homme d’affaire israélien est le fondateur de la société pharmaceutique TEVA qu’il a dirigé jusqu’en 2002, avant d’en devenir président du Conseil d’Administration jusqu’en 2010. Il a été président de plusieurs conseils d’administration de sociétés dont celui de la banque Leumi (1986 à 1987) ou celui de Magal Security System (1992 à 1994) société fabricant des systèmes de sécurité (caméras de surveillances, par exemple) utilisés sur des grillages ou des murs de protection …. Bien que le site de Magal ne le précise pas, il y a tout lieu de penser que ces petits bijoux technologiques sont utilisés sur le « mur de sécurité ». La biographie d’Eli Hurvitz précise encore que ce personnage était profondément attaché aux principes du sionisme et qu’il s’est engagé dans l’armée et qu’il a, ainsi, participé à toutes les guerres (Sinaï, guerre des six jours, guerre du Kippour ….)

Source: About Eli Hurvitz

Les institutions et les personnes qui soutiennent Ohad Naharin n’entrent donc pas dans la catégorie des critiques de la politique d’Israël.

 

Voir aussi sur le site BDS France :

Ohad Naharin et le ballet israélien Batsheva : rétablir quelques vérités




La « saison » de propagande France-Israël se termine en fiasco

Ali Abunimah – 3 décembre 2018

Des militants manifestent le 30 novembre à Paris devant le siège de la télévision publique française, exhortant le diffuseur à ne pas « blanchir l’apartheid israélien en transmettant le prochain concours de l’Eurovision » (BDS France)

Un énorme travail de propagande, sponsorisé par les gouvernements français et israélien, a été un échec, ont reconnu les responsables israéliens.

La dite Saison France-Israël  était constituée de centaines d’événements « culturels » soutenus par les deux gouvernements, se déroulant sur six mois jusqu’à la fin novembre.

« Nous espérions que la culture aurait un impact diplomatique. Nous avons mis des sommes énormes dans cette opération, qui n’a eu aucun succès concernant l’image d’Israël en France », a dit la semaine dernière au journal Le Monde une source diplomatique israélienne.

BDS France, association qui soutient la campagne de boycott, désinvestissement et sanctions, célèbre la reconnaissance de cet échec comme une victoire du militantisme pour la défense des droits des Palestiniens.

La Saison France-Israël a été une tentative « d’opération de blanchiment, pour laver l’État d’Israël de ses crimes contre le peuple palestinien, ses constantes violations du droit international et des droits de l’Homme universels», a déclaré samedi BDS France, faisant remarquer que des dizaines d’artistes français, dont le légendaire réalisateur Jean-Luc Godard, avaient déclaré qu’ils n’y coopéreraient pas.

« Le public français n’est pas tombé dans le panneau et la propagande ne marche plus du tout », a ajouté BDS France. « Les défenseurs et complices de l’apartheid israélien sont de plus en plus isolés, et notre solidarité avec le peuple palestinien dans le cadre de la campagne BDS est plus forte que jamais. »

Les militants ont tenu des rassemblements contre les événements de la Saison France-Israël dans tout le pays, et l’un des premiers événements programmés – à l’université de Lille – a alors dû être abandonné.

« Beaucoup de ces événements présentés en France dans le programme de la Saison France-Israël ont eu lieu devant un maigre public », a dit BDS France. « Les préparatifs se sont déroulés dans une semi-clandestinité et les événements ont été annoncés à la dernière minute, tant les deux gouvernements craignaient des manifestations publiques. »

Rebuffade française

S’est ajouté à la déception d’Israël, selon Le Monde, le fait que le président Emmanuel Macron n’a pas tenu sa promesse d’aller en Israël pendant la saison.

En juin, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a eu droit à un accueil sur tapis rouge de la part de Macron pour l’ouverture à Paris au Grand Palais de la Saison France-Israël.

Cependant, des manifestants traitant Netanyahu de criminel de guerre et accusant Macron d’être son complice ont réussi à bloquer les Champs Élysées.

A la cérémonie d’ouverture, Macron avait promis d’aller en Israël pendant la Saison France-Israël, mais cela s’est conclu par une défection.

A l’irritation d’Israël, s’est ajouté le fait que le Premier ministre français Edouard Philippe a lui aussi annulé son projet d’assister à l’ouverture de la saison conjointe en Israël.

Bien que des difficultés d’emploi du temps aient été alléguées pour l’expliquer, Philippe est revenu sur sa promesse de faire ce voyage en automne, et il n’y a toujours pas de date dans son agenda pour y satisfaire.

Bien que la Saison France-Israël ait été lancée avec fracas, elle s’est achevée dans l’expression d’un gémissement, alors que seul le ministre français de la Culture, et aucun responsable israélien de haut rang, assistait le 29 novembre à la cérémonie de clôture à Tel Aviv.

La rebuffade du gouvernement français est signe qu’il se sent incapable d’ignorer ce que ressent le public, malgré la politique résolument pro-israélienne de l’administration Macron.

Manifestations contre l’Eurovision

Après la campagne réussie contre la Saison France-Israël, BDS France a déclaré que sa « prochaine étape, c’est la mobilisation contre la tenue de l’Eurovision 2019 en Israël ».

Des manifestations se sont poursuivies à travers l’Europe pour ne pas autoriser Israël à accueillir la prochaine édition du célèbre concours de chansons.

Le 30 novembre, des militants ont manifesté à Paris dans les locaux de la télévision publique française, exhortant le diffuseur à ne pas « blanchir l’apartheid israélien en transmettant le prochain concours de l’Eurovision ».

En Grande Bretagne, des militants ont tenu des rassemblements similaires devant les locaux de la BBC à Londres et à Manchester.

 

Et il y a déjà eu des manifestations le mois dernier à l’extérieur des concerts de Netta Barzilai, gagnante pour Israël de l’Eurovision 2018, largement utilisée en tant qu’élément des efforts de propagande internationale, officiellement soutenus, du pays.

 

Même l’Organisation de Libération de la Palestine, qui est sous le contrôle du chef de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas, longtemps opposée au mouvement BDS, tente de s’y rallier – même si c’est de façon limitée.

L’OLP a demandé à l’Union Européenne de Radio-Télévision, organisme international qui produit l’Eurovision, de ne pas diffuser le concours dans les colonies israéliennes de la Cisjordanie occupée.

Il n’est pas certain qu’empêcher sélectivement la diffusion dans les seules colonies israéliennes soit même techniquement réalisable.

« Donner à Israël le privilège d’héberger l’Eurovision 2019 équivaut à l’en récompenser et à l’aider à dissimuler ses décennies d’occupation militaire et ses graves violations des droits nationaux et fondamentaux des Palestiniens », a déclaré la semaine dernière Hanan Ashrawi, membre du comité exécutif de l’OLP contrôlé par Abbas.

« A tout le moins, l’Union Européenne de Radio-Télévision (EBU) doit s’assurer que les colonies illégales d’Israël dans tout le territoire palestinien occupé soient strictement exclues de toute diffusion des activités de l’Eurovision. »

Traduction : J. Ch. pour BDS France

Source : The Electronic Intifada




Le RIO avec G Mordillat contre l’Eurovision 2019 en Israël

Le cinéma le RIO de Clermont-Ferrand, et l’association Paroles De Bib 63 IMAGES –  FESTIVAL CINE SOCIAL et ENGAGE (en partenariat avec Les Amis du Temps des cerises , Les Amis de l’Huma, ATTAC, Les Amis du Monde Diplo, Fakir), avaient invité Gérard Mordillat à venir présenter son film MELANCOLIE OUVRIERE le 30 novembre 2018 . Ce film magnifique et bouleversant raconte le parcours de Lucie Baud, première femme syndicaliste et porte-parole féministe du début du 20ème siècle. Elle vouera toute sa vie au combat contre « l’infinie servitude des femmes ». Durant le débat Gérard Mordillat a fait écho aux spectateurs (88 entrées payantes) soulignant l’actualité de ce film sur l’exploitation des ouvriers, l’oppression des femmes et la situation des migrant-e-s.

L’AFPS 63 et BDSF 63 (une demi-douzaine de militant-e-s) ont distribué aux spectateurs le tract (voir PJ)  expliquant la campagne #BoycottEurovision2019 initiée par le PACBI, et l’action qui vient d’être lancée à Clermont-Fd pour poster des photos sur les réseaux sociaux. Une grande « bâche à selfies », réalisée par l’AFPS 63 sur une idée de BDSF 34 et avec le soutien logistique décisif de l’UD-CGT 63, a été déployée dans le hall du RIO et 41 personnes ont été volontaires dans la bonne humeur pour se faire photographier, ainsi que Gérard Mordillat lui-même. Voir notre album photo…  

  

A la fin du débat, un membre de l’AFPS 63 a informé les spectateurs sur l’importance de la déclaration pour le boycott de l’Eurovision 2019 faite par 140 artistes européens, dont 13 Français parmi lesquels Gérard Mordillat. Sous les applaudissements du public, Gérard a indiqué que le Boycott de l’Etat d’apartheid et de son gouvernement fascisant est pour lui une évidence, malgré les amalgames qui sont faits au plus haut niveau entre antisionisme et antisémitisme.




Lyon: Ils-Elles ont dit Non à la saison France- Israël. Devant la Maison de la danse …mais aussi à l’intérieur !

Des citoyens-es déterminés ont participé à la mobilisation pour dire Non à la saison France Israël.
La Maison de la danse accueille la troupe « Batsheva Dance Compagnie » du 28 novembre au 1er décembre 2018.
Panneaux de dénonciation, musique, interventions ont rappelé le scandale de la participation de la « Maison de la danse » à une initiative totalement institutionnelle  organisée, côté israélien, par  le bureau du premier ministre et 9 ministères. Les manifestants ont rappelé la dure réalité vécue par le peuple palestinien tels que les crimes commis à Gaza.
Ils ont rappelé qu’Israël utilise la culture pour vendre son image à l’étranger, et ce, avec la complicité d’institutions culturelles . De nombreux spectateurs ont découvert le cadre institutionnel de cette soirée et ont été réceptif à nos explications.
L’action s’est poursuivie à l’intérieur puisque des militant-es ont brandi des affiches retardant le début du spectacle… sous les applaudissements des spectateurs !
Les rassemblements se poursuivent :
Jeudi 29/11 à 19h30 (fin à 20h30)
Vendredi 30/11 à 19h30 (fin à 20h30)
Samedi 1/12 à 19h30 (fin à 20h30)
Rejoignez-nous !
Voir la vidéo de l’action à l’intérieur :

 
tractsaisonrectoA5.jpg
tractsaisonversoA5.jpg



Rassemblement devant le siège de France Télévision le 30/11/18 : Boycott de l’Eurovision 2019 en Israël !

Dans le cadre de la Campagne internationale contre l’Eurovision 2019 en Israël, la Campagne BDS France à Paris, LGBT pour la Palestine et l’AFPS Paris se sont rassemblés le vendredi 30 novembre devant le siège de France Télévisions à Paris.

PHOTOS de l’action

Plus d’une vingtaine de militant-e-s étaient mobilisés pour demander à France Télévision, service public, de ne pas blanchir l’apartheid israélien en diffusant la prochaine édition de l’Eurovision qui est prévue d’être organisée en Israël.

Avec des pancartes « Eurovision 2019, Destination Apartheid », des banderoles « Boycott de l’Eurovision 2019 en Israël » et « Pas de fierté sous l’apartheid israélien », les militant-e-s ont pris la parole et ont scandé des slogans demandant à France Télévision de ne pas divertir l’apartheid israélien.

Parmi les slogans :

Non à l’Eurovision en Israël !

Non au blanchiment de l’apartheid !

Ne chantez pas pour l’apartheid !

Eurovision, pas en Israël !

Notre courrier à l’attention de la direction de France Télévisions a été remis à un représentant du service presse de France Télévisions, ainsi qu’à des journalistes.

Www.bdsfrance.orgCampagnebdsfrance@yahoo.fr

 

RALLY IN FRONT OF FRANCE TELEVISION HQ ON 30.11.2018:  BOYCOTT EUROVISION 2019 IN ISRAEL!

1 December 2018

                                                                       
In the context of the international campaign against Eurovision 2019 in Israel, BDS France Paris, LGBT for Palestine and AFPS Paris gathered on Friday 30 November in front of the France Télévisions headquarters.

More than twenty activists demonstrated to demand that France Télévisions, a public service, not whitewash Israeli apartheid by transmitting the next Eurovision contest, which is scheduled to be held in Israel.
Holding placards: “Eurovision 2019, Destination Apartheid”, and banners: “Boycott Eurovision 2019 in Israel” and “No Pride under Israeli Apartheid”, the activists read out statements and chanted slogans asking France Télévisions not to entertain Israeli apartheid.
Among the slogans:
No to Eurovision in Israel!
No to the whitewashing of apartheid!
Don’t sing for apartheid!
Eurovision, not in Israel!
Our letter to the management was given to a representative of the France Télévisions press service, and also given to journalists.




Saison croisée France Israël : l’apartheid fait un bide!

 

[English below]

La Campagne BDS France, le 1er décembre 2018

La Saison croisée France Israël devait être un grand événement en l’honneur de la coopération culturelle, scientifique, gastronomique, etc … entre la France et Israël.

Ses promoteurs voulaient faire de cet évènement une opération pour blanchir l’État d’Israël de ses crimes contre le peuple palestinien, de ses violations constantes du droit international et des droits humains universels. Ce que nous avons dénoncé, avec des dizaines d’artistes et de structures artistiques françaises.

Le but de cette saison était pour les autorités israéliennes (et françaises!) de façonner  et d’imposer une « image » attractive, et conviviale : celle d’un État à la pointe du high tech, ouvert aux échanges, à la diversité culturelle, aux critiques et à des courants dissidents, et même respectueux des droits humains. Mais l’année 2018 restera comme celle du vote de la loi fondamentale de l’état-nation, qui donne à l’apartheid un statut constitutionnel et celle de massacres à Gaza contre des manifestant-e-s mobilisé-e-s pour le droit au retour – et dont beaucoup ont été délibérément estropiés par les tirs de l’armée israélienne.

BDS France est intervenue dès le premier évènement labellisé « Saison France Israël » : à l’Université de Lille 1, le 11 février dernier, et a dénoncé, avec le soutien de nombreux universitaires, l’exposition « Escale israélienne » qui a dû être annulée.

80 artistes dont Jean-Luc Godard ont déclaré qu’ils ne participeraient pas à la Saison France-Israël.

Puis les mobilisations contre les évènements programmés se sont poursuivies dans différentes villes dont (par ordre alphabétique) : Choisy-le-Roi, Lyon, Marseille, Montpellier, Paris, Perpignan, Rennes, Strasbourg, Toulouse.

Le jour de l’inauguration officielle de la Saison croisée, alors que le Président Macron et le Premier ministre Netanyahou se rencontraient au Palais de la Découverte, notre manifestation sur les Champs Élysées a fait entendre la colère et le refus de cette opération.

Dans le registre de la prétendue ouverture d’Israël aux courants dissidents, plusieurs mobilisations ont démasqué le discours manipulateur d’Ohad Naharin, animateur de la Batsheva Dance Company, ainsi que cet article dans le journal Politis .

L’apothéose a été la représentation de cette troupe à la Maison de la danse à Lyon le 28 novembre dernier : des militants sont intervenus sur scène avec des pancartes « On ne danse pas avec l’apartheid ! » et ont été applaudis par le public!

En parallèle une saison alternative présentant des évènements de solidarité avec le peuple palestinien et intitulée « 2018 Le Temps de la Palestine » a rallié un public important​ sans aucun soutien institutionnel. Plus de 5000 personnes et des centaines de groupes ont organisé plus de 1000 événements labellisés du nom de cette campagne dans plus de 100 villes et villages de France. ( voir aussi la page Facebook:  2018 – Le Temps de la Palestine).

Maintenant, rideau ! : c’est l’heure des bilan​s …​

Beaucoup d’évènements dans le cadre de cette Saison croisée ont eu peu d’audience.​ La préparation et les annonces de la Saison ont du se faire quasi clandestinement  et toujours en dernière minute,  tant  les deux gouvernements associés craignaient les réactions de protestation.

L’article de Piotr Smolar dans Le Monde du 30 novembre rapporte la ​​déception du gouvernement israélien.

Israël s’alarme de la faible résonance de la saison France Israël !

« On espérait que la culture aurait un impact diplomatique. On a mis énormément d’argent dans cette opération pour zéro succès, en ce qui concerne l’image d’Israël en France et celle de la France ici », explique une source diplomatique.

​Mais la société française ne marche pas dans la combine, et la propagande ne passe plus.

L​es défenseurs et les complices de l’apartheid israéliens sont de plus en plus isolés !

Notre solidarité avec le peuple palestinien dans le cadre de la campagne BDS ​  en sort renforcée ​!

Et la prochaine étape, c’est la mobilisation contre la tenue de l’Eurovision 2019 en Israël !​ ​

La Campagne BDS France

www.bdsfrance.org – campagnebdsfrance@yahoo.fr

FRANCE-ISRAEL SEASON: WHAT A FLOP!

BDS France Campaign, 1 December 2018

The six-month “France-Israel Season” was supposed to be a big celebration of cultural, scientific, gastronomic cooperation…. between France and Israel.

Its promoters wanted to turn this series of events into a whitewashing operation, cleansing the State of Israel of its crimes against the Palestinian people, its constant violations of international law and universal human rights; an operation denounced by us along with dozens of French artists.

For the Israeli (and French) authorities, the aim of this “season” was to fabricate an attractive, convivial image of a State at the cutting edge of high tech, open to exchanges and cultural diversity, open to criticism and dissident movements, and even respectful of human rights. But 2018 will for ever remain as the year of the “nation state” law, giving apartheid a constitutional status, the year when Palestinians in Gaza demonstrating for the right of return were massacred or deliberately maimed by the Israeli army.

The first “France-Israel Season” event announced was an exhibition entitled “Israeli Stopover” at the University of Lille. BDS France denounced it, with the support of numerous academics, and the exhibition was cancelled.

80 artists including Jean-Luc Godard publicly declared that they would not participate in the France-Israel Season.

Demonstrations against scheduled events took place in Choisy-le-Roi, Lyon, Marseille, Montpellier, Paris, Perpignan, Strasbourg and Toulouse.

On the day when President Macron and Prime Minister Netanyahu officially inaugurated the Season at the Palais de la Découverte in Paris, our demonstration on the Champs Elysées displayed the anger at and rejection of this operation.

In the context of the claimed openness of Israel to dissident views, the manipulative statements of Ohad Naharin, choreographer of the Batsheva Dance Company, were unmasked during several demonstrations, and by this article in Politis.

The high point of the protests against the Batsheva troupe came during its peformance in Lyon on 28 November, when activists got on to the stage, brandishing “Don’t dance with apartheid!” placards, and were applauded by the public.

Throughout 2018 an alternative “season” took place, a series of events tied to solidarity with the Palestinian people and entitled “ 2018 Le Temps de la Palestine”, which attracted a large public. More than 5,000 people and hundreds of groups organised over 1,000 events in more than 100 towns and villages in France (cf. Facebook page 2018 – Le Temps de la Palestine ).

Now that the curtain has come down, it’s time to assess the results….

Many of the events held in France as part of the France-Israel Season took place before a small audience. Preparations were carried out in a semi-clandestine manner and events were announced at the last minute, so much did the two governments fear public protests.

The Season is now over and Israel is dismayed that it did not have the desired effect.

An article in Le Monde of 30 November reports on the disappointment of the Israeli government

We were hoping that culture would have a diplomatic impact. We put an enormous amount of money into this operation, which had zero success regarding Israel’s image in France, or that of France here”, explained an Israeli diplomatic source.

The French public didn’t fall for the ruse and the propaganda doesn’t work any more. The defenders and accomplices of Israeli apartheid are increasingly isolated, and our solidarity with the Palestinian people in the framework of the BDS campaign is stronger than ever.

The next step is mobilisation against the holding of Eurovision 2019 in Israel!

 

BDS France Campaign

www.bdsfrance.org – campagnebdsfrance@yahoo.fr

 

 




À Rennes: Non à la saison France- Israël!

Comme à Lyon et partout en France, nous avons dit à Rennes : Non à la saison France Israël devant et à l’intérieur d’une des salles du Théâtre National de Bretagne dans le cadre de son festival!
Le samedi 10 Novembre 2018, nous avons eu l’occasion d’interpeller les spectateurs/trices se rendant au spectacle « Monkeys » programmé dans le cadre de la saison France Israël.
Nous avons également eu l’occasion de discuter avec des membres du staff du TNB n’entrainant malheureusement aucune annulation…
Et on a remis cela le vendredi 23 Novembre dernier toujours au Théâtre Nationale de Bretagne dans le cadre de la programmation du spectacle de danse «  Demonstrate Restraint » rentrant également dans la saison France Israël.
Lecture de communiqué et discussion avec les spectateurs/trices …
REFUSONS LE BLANCHIMENT DU COLONIALISME ET DE L’APARTHEID ISRAÉLIEN A TRAVERS NOS THÉÂTRES, UNIVERSITÉS, …
ISRAËL N’EST PAS UN ÉTAT COMME UN AUTRE !
SOLIDARITÉ AVEC LE PEUPLE PALESTINIEN ET TOUTES SES FORMES DE RÉSISTANCES POPULAIRES !
SAISON FRANCE-ISRAËL, SAISON DE L’APARTHEID !
Des actions co-portées par l’UJFP, le comité rennais de l’AFPS et BDS France



Mobilisation samedi dernier à Paris contre le concert de Netta Barzilai, ambassadrice culturelle de l’apartheid israélien

BDS France Paris et LGBT pour la Palestine ont protesté au cours de la nuit de samedi à dimanche dernier, à l’appel de la PACBI et la communauté LGBT palestinienne, devant la salle Wagram de Paris contre la tenue du concert de Netta Barzilai.

 

Véritable ambassadrice culturelle du régime israélien d’occupation et d’apartheid, la chanteuse représentante d’Israël gagnante de l’Eurovision 2018 participe activement aux efforts du gouvernement pour blanchir ses crimes et ses violations des droits du peuple palestinien.

Il y avait une centaine de spectateur·rice·s, à l’ouverture des portes pour le début du concert, ce qui est peu étant donné la capacité maximale de la salle Wagram de 800 personnes.

Nous étions 8 militant·e·s et nous avons distribué des tracts et brandi des visuels et une banderole BDS.

La majorité du public fut surprise, car elle ne connaissait pas Netta ou ne savait pas qu’elle est impliquée dans la propagande du gouvernement israélien. Certain·e·s étaient d’accord et ont compris notre action mais sont tout de même allé·e·s au concert. D’autres, n’étaient pas du tout d’accord ou nous ont ignoré·e·s.

La police est venue avant le début de notre action, ce qui nous fait penser que nous avions été repéré·e·s. Les agents nous ont laissé·e·s et nous ont posé quelques questions à la fin.

Avant le concert, Netta Barzilai avait été invitée à la mairie de Paris.

Des actions similaires ont eu lieu à Berlin et à Cologne. Demain à Londres.

Photos ici




Action à Strasbourg contre la saison France Israêl

Hier soir, samedi 17.11.2018,  le « Jérusalem East and West Orchestra » se présentait à  la grande cathédrale de Strasbourg, dans le cadre de la saison croisée France-Israël. 

A l’initiative du Comité BDS 67, plusieurs organisations (voir  ci-dessous), ont écrit une lettre ouverte au maire de Strasbourg, pour s’élever contre cette vitrine culturelle destinée à masquer les crimes de l’État israélien.

Nous étions une quinzaine pour distribuer la lettre ouverte aux centaines de spectateurs venus voir ce spectacle gratuit!  Une longue queue de spectateurs en attente de pouvoir entrer nous a permis de distribuer tranquillement nos tracts et de discuter   avec  de nombreuses personnes présentes. A part quelques pauvres insultes habituelles lancées faute d’arguments (« antisémite » …), l’accueil général ne fut pas mauvais: nous avons même pu prendre contact avec des personnes très intéressées par notre travail pour défendre les droits du peuple palestinien et intéressées  par la campagne BDS. L’État d’apartheid israélien et ses soutiens sionistes en France ne font plus recette: sa vitrine culturelle n’arrive pas à masquer ses crimes  !

——————————————————————————

Ci-après, les organisations signataires de la lettre ouverte  au Maire de Strasbourg :

Comité BDS 67

Collectif Judéo-Arabe et Citoyen pour la Palestine

Union Juive Française pour la Paix-Alsace

Nouveau Parti Anticapitaliste 67

Parti Communiste Français 67

Mouvement des Jeunes Communistes Français 67

Association France-Palestine Solidarité Alsace

Parti Communiste des Ouvriers de France 67

Femmes Égalité Strasbourg

Ligue des Droits de l’Homme Mulhouse

Association des Travailleurs Maghrébins de France 67

 




PACBI: « Aimez Bollywood, détestez l’apartheid ! »

12 novembre 2018 / par la Campagne Palestinienne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël (PACBI)

Le gouvernement israélien veut utiliser les stars de Bollywood pour blanchir son oppression contre les Palestiniens. Joignez vous à nous pour les exhorter à refuser de participer.

N’allez pas en Israël tant que les Palestiniens ne sont pas libres !

Quatre célèbres acteurs de Bollywood doivent aller jouer dans l’Israël d’apartheid. L’événement a déjà été remis une fois. Voici une chance de le faire complètement annuler.

L’année dernière, lors d’un voyage de propagande à Mumbai, Michael Oren, dans sa qualité de haut représentant du gouvernement d’extrême droite israélien, a exhorté les producteurs de Bolliwood à investir en Israël. Il a admis que le but de sa visite était de « combattre BDS ».

Plus tôt cette année, alors qu’il était lui-même à Mumbai, le premier ministre israélien Netanyahu a dit : « Nous voulons Bolliwood en Israël. »

L’industrie cinématographique de Bolliwood multimilliardaire en dollars est a plus importante du monde.

Les offres d’Israël ont pour but d’exploiter l’énorme public de Bolliwood et le profil médiatique de ses stars pour détourner l’attention et blanchir par l’art les crimes de guerre et les violations des droits fondamentaux des Palestiniens par Israël. Ceci se passe alors que les ventes d’armes à l’Inde ont atteint de nouveaux sommets.

Rien que cette année, des personnalités hollywoodiennes comme Mark Buffalo, Viggo Mortensen, Danny Glover et John Cusack se sont élevées en faveur d’artistes qui ont respecté l’appel des Palestiniens au boycott culturel d’Israël, contre les manœuvres brutales d’Israël et les institutions complices.

Envoyons aux acteurs de Bollywood le message disant que la solidarité avec les Palestiniens est un intérêt universel.

Utilisez les liens ci-dessous pour aller voir sur les réseaux sociaux les pages des quatre stars de Bollywood engagées par Israël. Vous pourrez laisser des commentaires sur leurs pages, ou créer la vôtre, et taguer les acteurs.

Suggestion de post

Ne blanchissez pas les crimes d’Israël contre les Palestiniens ! Retirez vous de l’événement ‘Bollywood 4 Ever Israel’ #LoveBollywoodHateApartheid https://youtu.be/fq6_HN3Eu4Y

Kareena Kapoor

Twitter

Facebook

Instagram

Shilpa Shetty

Twitter

Facebook

Instagram

Akshay Kumar

Twitter

Facebook

Instagram

Madhuri Dixit

Twitter

Facebook

Instagram

 

Source: PACBI

Traduction : J. Ch. pour BDS France




Marseille: Non à la la saison France Israël!

Mardi 13 novembre, La Criée à Marseille recevait L’Orchestre National de Jérusalem dans le cadre de la Saison Croisée France Israël.

Plus de 300 tracts distribués aux spectateurs, de beaux échanges avec le public qui pour la plupart découvrait l’implication de l’État israélien, de son odieuse ministre de la Culture. Intéressante discussion avec Robert Fouchet Président de l’association Marseille-Concert et Macha Makeïeff, directrice  du Théâtre National de Marseille La Criée au cours de laquelle nous avons pu remettre l’ouvrage d’Eyal Sivan et Armelle Laborie « Un boycott légitime : Pour le BDS universitaire et culturel de l’État d’Israël ».

A noter les insultes, crachats, menaces et incapacité à argumenter de la trentaine de sionistes démontrant aux nombreux témoins ébahis les dégâts du colonialisme,  qui ne font que renforcer la détermination de BDS France Marseille.

 

 

 

 

 




Ohad Naharin et le ballet israélien Batsheva : rétablir quelques vérités

Le débat sur le boycott culturel d’Israël rebondit autour de l’attitude controversée du chorégraphe Ohad Navarin.

De nombreux articles de la presse nationale ont donné la parole à Ohad Naharin, le directeur du ballet israélien Batsheva, à l’occasion de sa tournée dans le cadre de la «saison croisée France-Israël».

Cette saison est contestée par la Campagne BDS France comme par de nombreux artistes français qui dénoncent une opération de blanchiment du régime israélien par la culture. Ces articles tendent tous à présenter Ohad Naharin comme un opposant au régime israélien victime à tort du boycott culturel, ce qui est très discutable au vu des faits.

Certains tendent aussi comme l’article de Libération du 17 octobre dernier (1) à dévaloriser la campagne BDS en France, indiquant par exemple que « les menaces sont plus virulentes cette année ». Les journalistes veulent sans doute parler des manifestations organisées par BDS, mouvement non violent qui informe et dénonce, et le terme est donc impropre.

L’argument aussi avancé est que Naharin dénonce dans des discussions avec le public, l’occupation israélienne et un certain racisme dans la société israélienne. Cela n’est pas contestable, ici en Europe, mais il serait difficile de trouver un mot de lui dénonçant dans son pays les innombrables violations des droits humains et du droit international de son pays .

Naharin prétend qu’il ne pourrait pas engager sa troupe s’il n’acceptait pas le cadre institutionnel israélien, en arguant du fait que, comme tout citoyen israélien, il paye des impôts. Or ce n’est pas ce qui lui est reproché. La troupe Batsheva qu’il dirige est en réalité financée de manière importante par l’État israélien mais également par des entreprises soutenant l’occupation et la colonisation (2).

Un régime d’apartheid

Tout ceci alors qu’en ce moment même, le régime israélien tue et estropie à Gaza sous blocus des centaines de manifestants désarmés, mobilisés pour le droit au retour. Bathseva accepte de représenter officiellement, dans le cadre de la saison croisée France-Israël par exemple, le régime qui veut raser le village bédouin de Khan al-Ahmar, poursuit la colonisation et instaure, de la Méditerranée au Jourdain, un régime d’apartheid à l’encontre du peuple palestinien, en constante violation du droit international.

Naharin pourrait, vue sa notoriété et celle de sa compagnie, présenter ses spectacles partout où il le souhaite sans le sceau d’Israël, et ne serait alors pas contesté comme c’est déjà le cas pour de nombreux artistes israéliens. Un artiste qui a une conception éthique de son travail ne peut pas moralement à la fois critiquer un État infréquentable et le représenter : il lui faut choisir, sauf à passer pour hypocrite et ou opportuniste.

Naharin pourrait s’inspirer de son collègue, le chorégraphe israélien Emmanuel Gat, qui a projeté des messages sur la situation humanitaire catastrophique dans la bande de Gaza, dans le cadre de son dernier spectacle au Festival d’Avignon. Il pourrait aussi considérer le choix du metteur en scène et comédien Tiran, qui a quitté Israël cet été en déclarant qu’à ses yeux l’appel au boycott culturel d’Israël était légitime.

La posture d’Ohad Naharin est d’autant plus intenable qu’il prétend apparaître comme un opposant politique, tout en servant de vitrine au régime israélien, propageant ainsi l’illusion qu’Israël est une démocratie ouverte même à ses opposants. Sa productrice, qui précise dans l’interview du 17 octobre précité, que « les arts sont traditionnellement dans l’opposition, et notre devoir est justement de prendre l’argent de ce ministère, qui n’a pas le pouvoir de nous censurer, pour prendre la parole », ne peut ignorer la censure subie par de nombreux spectacles et théâtres palestiniens d’Israël. Démocratie pour les uns… Au moment où le régime examine la possibilité de pénaliser les militants du BDS par une peine de sept ans de prison, cette posture est une imposture.

La normalisation des relations avec l’État d’Israël est tout aussi intolérable aujourd’hui qu’elle l’était hier avec l’Afrique du Sud de l’Apartheid.

(1) Voir ici.

(2) Voir ici.

Publié par la Campagne BDS France dans Politis, le 23 octobre 2018




#BoycottEurovision2019 : pétition européenne à signer!

La pétition ci-dessous est la version en français d’une pétition initiée par le PACBI (Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel):

Nous, soussigné-e-s, habitant-e-s d’Europe et d’ailleurs, faisons appel aux membres de l’Union Européenne de Radiotélévision – les diffuseurs publics – pour qu’ils se retirent du Concours de l’Eurovision accueilli par Israël, afin qu’ils ne se rendent pas complices des violations par Israël des droits humains des Palestiniens.

Nous soutenons les nombreux artistes célèbres, dont d’anciens participant-e-s, qui ont endossé l’appel d’artistes et de journalistes palestiniens à se détourner de l’Eurovision 2019.

Nous exhortons les parolier-e-s et les interprètes à boycotter le concours 2019 accueilli par Israël, tout comme ils ont boycotté en son temps le régime d’apartheid d’Afrique du Sud.

Le contexte

Quelques jours à peine après la victoire d’Israël à l’Eurovision, les forces israéliennes ont massacré 62 Palestinien-nes à Gaza, dont six enfants, qui manifestaient pour la liberté et pour les droits des réfugiés. Depuis le début des manifestations de la Grande Marche du Retour, le 30 mars 2018, au moins 205 Palestinien-nes ont été tués par les forces israéliennes dans la bande de Gaza assiégée. Plus de 18 000 autres ont été blessés, et parmi eux des milliers se sont fait tirer dessus à balles réelles.

Le législateur israélien a récemment formalisé l’apartheid dans les lois fondamentales d’Israël, avec la « loi de l’État nation juif », qui confère un mandat constitutionnel de discrimination raciale contre les Palestiniens. En même temps, le régime d’apartheid d’Israël s’efforce de présenter « un visage plus agréable » d’Israël en utilisant l’art pour blanchir des décennies d’oppression et de dépossession des Palestiniens.

 SIGNER LA PÉTITION




Netta Barzilai, Ambassadrice culturelle du régime israélien d’occupation et d’apartheid

30 octobre 2018 – Campagne Palestinienne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël (PACBI)

En tant que gagnante de l’Eurovision pour Israël, Barzilaï représente l’État et participe aux efforts du gouvernement israélien pour créer une nouvelle image qui perpétue une fausse impression de normalité, tout en blanchissant ses violations des droits humains des Palestiniens et du droit international

Israël utilise ouvertement la culture comme forme de propagande pour blanchir, justifier ou détourner l’attention de son régime d’occupation, de colonialisme de peuplement et d’apartheid vis-à-vis du peuple palestinien.

L’appel du PACBI pour un boycott culturel d’Israël est strictement institutionnel, c’est à dire qu’il cible les institutions israéliennes pour leur complicité dans l’oppression des Palestiniens par Israël. Ancré dans les préceptes du droit international et des droits humains universels, le mouvement BDS, dont le PACBI, rejette par principe le boycott d’individus fondé sur leur identité (comme la citoyenneté, la race, le genre ou la religion) ou leur opinion.

Pour autant, si un individu représente l’État d’Israël ou une institution israélienne complice, ou bien s’il est missionné/recruté pour participer aux efforts d’Israël pour se créer une nouvelle image, alors ses activités sont sujettes au boycott institutionnel appelé par le mouvement BDS. Les ambassadeurs culturels ne sont pas de simples individus ; ils sont des représentants officiels du régime israélien d’occupation et d’apartheid.

Comme gagnante de l’Eurovision pour Israël, Netta Barzilaï est une représentante d’Israël et une ambassadrice culturelle de son régime d’occupation et d’apartheid. Elle a clairement été recrutée pour participer aux efforts d’Israël pour se créer une nouvelle image. Ces deux aspects rendent ses apparitions boycottables, étant donné qu’elles font partie des efforts d’Israël pour perpétuer une fausse impression de normalité, de blanchiment de ses violations des droits humains des Palestiniens et du droit international.

Le 14 mai, le jour où Israël a massacré 62 Palestiniens à Gaza, dont six enfants, Netta Barzilaï a donné un concert festif à Tel Aviv, accueilli par le maire et elle a dit : « Nous avons une raison d’être heureux ».

Benjamin Netanyahou, le premier ministre d’Israël a appelé Barzilaï « la meilleure ambassadrice d’Israël », soulignant le programme de blanchiment par l’art de son gouvernement d’extrême droite.

Dans une interview datant de juillet 2016 pour Associated Press, Barzilaï a dit « Israël est fantastique. Nous avons des gens fantastiques ». Elle a ajouté : « Nous sommes très chaleureux et vibrants et nous avons de bonnes valeurs (mais) de tellement mauvaises relations avec le monde ».

Les institutions du gouvernement israélien font régulièrement la promotion des spectacles de Barzilaï. Le consulat d’Israël aux États Unis a fait la promotion d’un spectacle en Caroline du Nord et l’ambassade d’Israël en Autriche, à Vienne.

Barzilaï participe aussi au programme de pinkwashing du gouvernement israélien, l’utilisation cynique des droits des LGBT pour masquer son déni continu des droits humains des Palestiniens. Elle s’est produite dans la Tel Aviv Pride soutenue par le gouvernement et à des événements de ce type dans toute l’Europe, notamment à Cologne avec l’ambassade d’Israël comme sponsor. Dans le cadre d’une tournée européenne en novembre 2018, elle se produira à Paris dans un événement organisé par Eliad Cohen de Papa Party et Arisa, qui font partie de la propagande et du pinkwashing d’Israël.

En septembre 2018, BarzilaÏ s’est produite dans un événement organisé par le Keren Hayesod- Appel unifié d’Israël, une quasi institution israélienne.

En août 2018, Barzilaï s’est produite à la fête d’anniversaire de Sheldon Adelson, le milliardaire américain anti palestinien, soutien fanatique du gouvernement d’extrême droite israélien. C’est un des plus gros donateurs aux organisations anti palestiniennes des États Unis et un de principaux financeurs des colonies israéliennes.

Avant de remporter l’Eurovision, Barzilaï s’est produite à la cérémonie d’ouverture de la célébration du 70ème anniversaire d’Israël avec illumination de flambeau, tandis que pour les Palestiniens c’étaient les 70 ans de dépossession et de déplacement depuis la Nakba.

Source: PACBI

Traduction SF pour BDS France




Saison France-Israël : Saison de l’apartheid, Interview de Juliette Simon (BDS France Marseille)

Séries de vidéos de la Campagne BDS France contre la saison France-Israël qui a lieu jusqu’en Novembre 2018.




Action BDS près du Théâtre de Chaillot à Paris : On ne danse pas avec l’apartheid

Le jeudi 11 octobre au soir une quinzaine de militant-e-s de la Campagne BDS France Paris se sont rassemblé-e-s sur le Parvis des Droits de l’Homme, près du Théâtre National de la Danse Chaillot pour dénoncer le spectacle de la troupe « Batsheva Dance Company»  qui a cours actuellement. Nous avons brandi des visuels « On ne danse pas avec l’apartheid », déployé la banderole « Israël Apartheid Boycott » et lu une déclaration pour dénoncer ce spectacle produit dans le cadre de la saison France-Israël.

VOIR LES PHOTOS

Nous avons été écoutés et photographiés par des touristes de passage.

Les organisateurs, côté israélien sont : le bureau du Premier Ministre, les ministères des Affaires étrangères, de la Culture, de l’Agriculture, de l’Économie, des Affaires stratégiques, des Affaires de Jérusalem, du Tourisme, de l’Industrie, des Sciences et l’Ambassade d’Israël en France !

La Saison croisée France/Israël 2018 organisent des événements culturels qui honorent l’État d’Israël, dont le 70ème anniversaire de sa création.

Elle permet de présenter Israël comme un pays attractif, respectueux des droits humains, ouvert à la diversité culturelle et même aux critiques. De fait elle est destinée à blanchir les crimes, à essayer de redorer l’image d’un État qui se caractérise par :

les récents massacres à Gaza contre les manifestant-e-s non violent-e-s des Marches pour le droit au retour des réfugiés (droit inscrit dans la résolution 194 de l’ONU), la dépossession continuelle du peuple autochtone palestinien, l’occupation, la colonisation, l’apartheid (récemment officialisé par une « Loi fondamentale » à valeur constitutionnelle), le blocus de Gaza, l’annexion de Jérusalem avec le soutien de Trump, les pratiques liberticides ou d’épuration ethnique contre les Palestiniens d’Israël dont les Bédouins, la violation constante des résolutions internationales, la répression criminelle contre les résistant-e-s qui se révoltent contre cette situation, la détention de milliers de prisonnier-e-s (dont 291 enfants en juin 2018) souvent sans charge ni jugement (la « détention administrative »), la répression sévère contre les artistes et les sportifs palestiniens, qui ne peuvent pas se déplacer librement, la fermeture des frontières à toute personne soupçonnée de participer de près ou de loin au BDS, ce qui revient à exclure du pays celles et ceux qui s’opposent à sa politique …

Le Théâtre National de la Danse Chaillot se rend donc complice des tentatives de l’État Israélien de normaliser son image.

Mais des artistes s’engagent !  Ainsi 80 personnalités issues du monde des arts, ont affirmé leur refus de participer à la « Saison France-Israël ». Parmi elles : Alain Damasio, Annie Ernaux, Tardi, Dominique Grange, Nathalie Quintane, Jean-Luc Godard et la chorégraphe Maguy Marin, Et une campagne importante se développe appelant à boycotter l’Eurovision 2019 s’il a lieu en Israël.

Israël doit faire l’objet de sanctions tant que cet État ne respecte pas le droit international. Souvenons-nous, qu’en 2011, la France annulait de nombreuses manifestations de la saison France-Mexique suite à la condamnation, par la justice mexicaine de la française Florence Cassez. Les crimes israéliens, sans commune mesure avec cette affaire, devraient commander une annulation des manifestations de la saison France Israël.

Refusons le blanchiment du colonialisme et de l’apartheid israélien !

Solidarité avec le peuple palestinien !

Soutien à la grande marche du retour à Gaza !

Saison France-Israël, saison de l’apartheid !

La Campagne BDS France à Paris


Don’t dance with Israeli Apartheid ! : BDS protest near Théâtre Chaillot against Batsheva company in Paris  – 11 october 2018
On the evening of October 11, 2018 around fifteen activists from the BDS France Paris Campaign gathered at the Parvis des Droits de l’Homme, near the Chaillot – National Theatre of Dance in Paris to denounce the forthcoming performance of the Batsheva Dance Company, which is scheduled to take place over a period of three days. They carried signs which read « Don’t dance with apartheid », unfurled an « Israel Apartheid Boycott » banner and read a statement denouncing this show which is produced as part of the France-Israel Season.
 
PHOTOS:
 
Tourists and other passersby in the area stopped to listen to and photograph us. 
 
The organizers, on the Israeli side, include the Prime Minister’s Office, the Ministries of Foreign Affairs, Culture, Agriculture, Economy, Strategic Affairs, Jerusalem Affairs, Tourism, Industry, and of Science as well as the Israeli Embassy in France.
 
The 2018 France-Israel Season organizes cultural events honoring the State of Israel, including the 70th anniversary of its creation. It portrays Israel as an attractive country, respectful of human rights, open to cultural diversity and even to criticism. Its goal is to whitewash Israel’s crimes, and to try and restore the image of a country characterized by:
 
–      the recent massacres in Gaza against non-violent protesters from the March for the Right of Return of Refugees (a right enshrined in UN resolution 194);
–      the continued dispossession of the Palestinian people through occupation, colonization and apartheid (recently formalized by a « Constitutional Law »);
–      the blockade of Gaza and the annexation of Jerusalem with the support of Trump;
–      the repression and ethnic cleansing of Bedouins and other Palestinians in Israel;
–      the constant violation of international resolutions, the criminal repression of anyone who resists this situation, and the “administrative detention” of thousands of Palestinian prisoners (including 291 children in June 2018) often without charge or sentencing; 
–      the repression against Palestinian artists and athletes, whose movements are severely restricted
–      and the closing of Israel/Palestine’s borders to anyone suspected of participating directly or indirectly in BDS, which effectively excludes from the country those who oppose Israeli government policy.
 
Given the above, the Chaillot – National Theatre of Dance is complicit in Israel’s attempts to whitewash its image. But artists are standing up to this attempt! So far 80 leading figures from the world of the arts have refused to participate in the France-Israel Season. They include Alain Damasio, Annie Ernaux, Tardi, Dominique Grange, Nathalie Quintane, Jean-Luc Godard and choreographer Maguy Marin. A major campaign is also underway calling for the boycott of Eurovision 2019 if it takes place in Israel.
 
Israel must be subject to sanctions as long as it does not respect international law. In 2011, France canceled many of its France-Mexico Season events following the sentencing of French citizen Florence Cassez by a Mexican court. Israeli crimes, which far exceed those of the Cassez case, should necessitate a cancellation of the of France-Israel Season planned events.
 
We must refuse the whitewashing of colonialism and Israeli apartheid!
Solidarity with the Palestinian people!
Support for the March of Return to Gaza!
Season France-Israel, Season of Apartheid!
The BDS French Campaign – Paris



Saison France-Israël : Saison de l’apartheid, Interview de Jérôme Faynel (Collectif 69 – BDS France)

Séries de vidéos de la Campagne BDS France contre la saison France-Israël qui a lieu jusqu’en Novembre 2018.