1

Puma « Pire. Cadeau. De tous. » Pour le Black Friday et le Cyber Monday, ne mettez pas l’apartheid israélien dans votre panier !

Par le PACBI, le 24 novembre 2021

Le soutien de Puma à l’apartheid israélien en fait le Pire. Cadeau. De tous.

Puma sponsorise l’Association israélienne de football (IFA), qui régit et défend les équipes des colonies israéliennes illégales. Les colonies israéliennes sont des appropriations illégales de terres qui forcent les Palestiniens à quitter leurs terres et font partie intégrante du régime d’apartheid d’Israël.

Un partenariat avec l’apartheid israélien est mauvais pour les affaires, et Puma ressent la pression. Les clubs de football d’Asie et d’Europe ont mis fin à des contrats de sponsoring avec Puma en réponse à l’appel de plus de 200 équipes palestiniennes. Les propres ambassadeurs de Puma et partenaires commerciaux de Puma sont alarmés par le partenariat de l’entreprise avec l’apartheid israélien.

Lors du Black Friday, du Cyber Monday, et au-delà, dites à Puma qu’il n’y a pas de place pour l’apartheid israélien dans votre panier d’achat.

Plus de 120 000 personnes ont signé la pétition organisée par l’organisation internationale de plaidoyer SumOfUs, qui demande à Puma de « cesser de soutenir l’oppression du peuple palestinien par le régime d’apartheid israélien ».

120 000 personnes disent à Puma : « Nous sommes profondément attachés aux droits palestiniens et nous n’arrêterons pas de faire campagne tant que vous ne mettrez pas fin à votre partenariat avec l’apartheid israélien ».

Rejoignez-les !

Ajoutez votre nom maintenant : Puma, mettez fin à votre complicité avec l’apartheid israélien.

Puma se soucie beaucoup de son image et fait tout son possible pour projeter une image d’entreprise progressiste. Mais cette image commence à montrer des fissures importantes, car ceux qui croient réellement en l’égalité et la justice pour tous rejoignent la campagne croissante #BoycottPUMA.

Pendant ce temps, Israël fait la une des journaux et suscite la condamnation internationale pour son siège brutal de deux millions de Palestiniens à Gaza, l’expansion continue des colonies, les mesures de répression autoritaires, l’espionnage illégal des organisations de la société civile palestinienne et le meurtre des enfants palestiniens.

Ce n’est pas une bonne image pour PUMA de maintenir ce partenariat dans le crime.

Pour amplifier la campagne #BoycottPuma à l’approche du Black et du Cyber fridays, participez à notre action en ligne le week-end du 27-28 novembre ainsi que le lundi 29 novembre en tweetant !

Vendredi dernier, 120 000 signatures @SumOfUs ont été remises aux bureaux et magasins @PUMA du monde entier. Toutes demandent la fin de l'apartheid israélien. Que ferez-vous, @PUMAGroup ? #PumaFam #BoycottPuma… Cliquez pour tweeter

Hey @PUMA @PUMAfootball : vendredi dernier vous avez reçu plus de 120k signatures demandant la fin de votre sponsoring IFA -- allez-vous agir #Pumafam ? Ou allez-vous détourner le regard ? #nosupportforapartheid #BoycottPuma… Cliquez pour tweeter

Puma « Pire. Cadeau. De tous. » Pour le Black Friday et le Cyber Monday, ne mettez pas l’apartheid israélien dans votre panier ! Cliquez pour tweeter

Il est temps de mettre fin au parrainage des #installations illégales israéliennes sur les terres volées des #Palestiniens @PUMA. Combien de temps allez-vous continuer à bousculer les droits de l'homme sur le terrain de @PUMAfootball… Cliquez pour tweeter

#PumaFam qu'allez-vous faire avec les 120.000 signatures vous demandant d'arrêter de sponsoriser les colonies illégales israéliennes ? @PUMA #BoycottPuma http://pic.twitter.com/nZulerVXFJ Cliquez pour tweeter

Bonjour #PumaFam ! Que ferez-vous des 120 000 signatures que nous venons de déposer à vos portes ? @PUMAGroup @PUMA #nosupportforapartheid #foreverfaster http://pic.twitter.com/nZulerVXFJ Cliquez pour tweeter

Puma « Pire. Cadeau. De tous. » Pour le Black Friday et le Cyber Monday, ne mettez pas l’apartheid israélien dans votre panier ! Cliquez pour tweeter

Membres progressistes de #PUMAfam @LewisHamilton @Caradelevingne – rejoignez-nous pour dire à @PUMA d'arrêter de sponsoriser les installations israéliennes illégales sur des terres #palestiniennes volées. 120 000 personnes l'ont déjà… Cliquez pour tweeter

Je fais partie des 120 000 personnes qui exhortent @PUMA à cesser de parrainer l'oppression des Palestiniens par Israël. #nosupportforapartheid #BoycottPuma http://pic.twitter.com/nZulerVXFJ Cliquez pour tweeter

Vendredi 12 novembre, @PUMAGroup a reçu 120k signatures de pétition, demandant à l'entreprise de cesser de sponsoriser le système illégal d'installation d'Israël. Alors, que va faire @PUMA, maintenant ? #BoycottPuma Cliquez pour tweeter

Cher @PUMA, plus de 120 000 personnes vous exhortent à annuler votre parrainage avec la Fédération israélienne de football, qui s'entraîne sur des terres palestiniennes volées. Quand allez-vous agir ? #BoycottPuma… Cliquez pour tweeter

L'Association israélienne de football organise ses matchs dans des stades réservés aux Israéliens dans des colonies illégales, et @PUMA @PUMAGroup @PUMAfootball sponsorise cela ! Il est temps d'agir, #BoycottPuma. #foreverfaster… Cliquez pour tweeter

Nous avons remis plus de 120 000 signatures aux bureaux et magasins de Puma dans le monde entier, exhortant l'entreprise à cesser de parrainer les #installations israéliennes illégales sur des terres palestiniennes volées. Allez-vous… Cliquez pour tweeter

Il est temps pour #PumaFam de défendre les droits de l'homme palestiniens. @LewisHamilton @Caradelevingne -- aidez-nous à convaincre @PUMAGroup @PUMA d'annuler le contrat IFA ! #nosupportforapartheid #BoycottPuma… Cliquez pour tweeter

Bonjour @PUMA, avez-vous reçu ma signature – une parmi 120k ? Nous vous demandons d'arrêter de sponsoriser les colonies illégales d'Israël ! Annulez le contrat de l'IFA maintenant #PumaFam #BoycottPuma http://pic.twitter.com/nZulerVXFJ Cliquez pour tweeter

Bonjour @PUMAfootball -- Avez-vous reçu les 120.000 signatures de la pétition vous demandant d'annuler le contrat IFA ? Nous les avons soumises en #Malaisie, #France, #Royaume-Uni, #Allemagne, #Afrique du Sud, #États-Unis et… Cliquez pour tweeter

@PUMA respectera-t-elle tous les #droits de l'homme ? Plus de 120 000 personnes demandent à PUMA de cesser de soutenir les implantations illégales d'Israël sur les terres palestiniennes volées. Quand le ferez-vous @PUMAGroup ? #PumaFam… Cliquez pour tweeter

Plus de 120 000 personnes demandent à @PUMA d'arrêter de laver les sports des abus des droits de l'homme d'Israël. Quand allez-vous mettre fin au contrat IFA @PUMAfootball ? #nosupportforapartheid #PumaFam #BoycottPuma Cliquez pour tweeter

Quand @PUMA @PUMAGroup arrêtera-t-il de faire du sportswashing sur les violations des droits humains par Israël contre les Palestiniens ? Annulez le sponsoring de l'IFA. #nosupportforapartheid #PumaFam #BoycottPuma… Cliquez pour tweeter

Source : BDS Movement

 




50 villes sur six continents rejoignent la journée internationale d’action #BoycottPUMA

Par la Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI), le 23 septembre 2021

#BoycottPuma était en tendance sur les réseaux sociaux, avec une portée Twitter de 9 millions, qui a depuis presque doublé pour atteindre 17 millions. Tant que PUMA ne mettra pas fin à son soutien à l’apartheid israélien, la campagne de boycott menée par les Palestiniens ne peut que s’amplifier.

Le samedi 18 septembre, dans plus de 50 villes sur les six continents, les défenseurs des droits des Palestiniens et les amateurs de sport ont participé à la journée internationale d’action #BoycottPUMA. Juste après la Journée internationale d’action, la portée de #BoycottPUMA sur Twitter atteignait le chiffre impressionnant de 9 millions. Depuis, elle a presque doublé pour atteindre 17 millions.

Des manifestations ont eu lieu dans les bureaux de PUMA, dans les magasins de la marque PUMA et chez les détaillants pour protester contre le soutien de l’entreprise allemande de vêtements de sport à l’apartheid israélien. Des lettres ont été remises aux directeurs de magasins et des tracts distribués aux clients.

Dans une vidéo de campagne largement diffusée, des athlètes palestiniens ont été rejoints par des athlètes d’Asie, d’Afrique, d’Europe et d’Amérique du Nord appelant à boycotter PUMA jusqu’à ce que Puma mette fin à son accord de sponsoring avec l’Association israélienne de football (IFA). L’IFA régit et défend les équipes installées dans des colonies israéliennes illégales sur des terres palestiniennes volées. En outre, le licencié exclusif de PUMA en Israël opère dans le « no man’s land » entourant Jérusalem-Est occupée, qui fait partie de l’entreprise illégale de colonisation et d’annexion d’Israël. La campagne de boycott a été lancée par plus de 200 équipes sportives palestiniennes.

Plus de 64 000 personnes ont signé une pétition lancée récemment par l’organisation internationale de défense des droits SumOfUs, qui demande à PUMA de mettre fin à « sa complicité avec l’État d’apartheid israélien ».  Retrouvez et signez la pétition ici.

SumOfUs a récemment rencontré le PDG de PUMA et a demandé à l’entreprise de suivre l’exemple de Ben & Jerry’s et de mettre fin à son implication dans les colonies israéliennes illégales.

Sur les médias sociaux, le deuxième hashtag le plus utilisé avec @PUMA était #BoycottPUMA. Le premier était #PumaFam, le propre hashtag de PUMA, qui s’est retourné contre l’entreprise avec le message « Nous ne sommes pas #PumaFam ». PUMA a d’ailleurs été contraint de cesser d’utiliser son propre hashtag. En troisième position, on trouve #AnimalCrossing, le hashtag d’une nouvelle chaussure PUMA en collaboration avec le jeu Nintendo lancé le même jour. C’est vrai, #BoycottPUMA a surpassé PUMA et Nintendo.

Même les médias israéliens ont noté que « le hashtag #BoycottPUMA a également été tendance sur les médias sociaux au cours des derniers jours. »

Certaines branches des socialistes démocrates d’Amérique (DSA) aux États-Unis se sont jointes à la campagne et à la journée d’action. Le fan club Oakland Roots Radicals a lancé une campagne appelant l’équipe de football américaine à mettre fin à son accord avec Puma. Le fan club Porcomunas de l’équipe brésilienne Palmeiras a également rejoint la campagne. En juillet, Black Lives Matter UK a annoncé son soutien à la campagne #BoycottPUMA.

Les équipes de plusieurs pays abandonnent PUMA, et les ambassadeurs célèbres et les partenaires commerciaux de PUMA commencent à soulever des questions éthiques.

Tant que PUMA n’aura pas mis fin à son soutien à l’apartheid israélien, la campagne #BoycottPUMA ne peut que prendre de l’ampleur.

Contactez-nous pour vous impliquer : pacbi@pacbi.org  //  campagnebdsfrance@yahoo.fr

Retrouvez ici les actions menées dans plusieurs villes de France lors de la journée d’action.

Vous trouverez ci-dessous les tweets de la Journée mondiale d’action.




BOYCOTT PUMA à CLERMONT-FD les 11 et 18 SEPTEMBRE

#BoycottPuma

Le 11 septembre, une dizaine de militants AFPS-BDSF 63 se sont relayés pour tenir un stand au forum de plus de 200 associations à Clermont-Ferrand.

Les thèmes mis en avant sur notre panneau ont été la levée du blocus de Gaza, le boycott d’Israël et LE BOYCOTT DE PUMA, les assassinats de Palestiniens en Cisjordanie, et les 6 héros de la prison de Gilboa.

Outre une adhésion, de nombreux contacts ont été pris, des dizaines de signatures de pétitions et une trentaine de signatures de la carte postale pour le directeur de Puma-France.

Plus de photos ici

 

Le 18 septembre, une action BDS PUMA a été menée dans les quartiers populaires nord de Clermont-Ferrand.

Nous étions 5 militants de l’AFPS-BDSF 63 de 16 à 18h près d’un grand centre commercial, et des arrêts de tram, des feux routiers sur la rue, ou au bas des immeubles, bien visibles avec notre banderole Puma. Nous avons distribué 400 tracts sur Puma et fait signer 27 cartes postales pour le directeur de Puma-France. Nous avons engagé beaucoup de discussions. Sans surprise, nous avons été favorablement accueillis, la plupart des passants soutenant les droits des Palestiniens.

Notre objectif était de rappeler très explicitement le rôle de la campagne BDS, son aspect international et sa stratégie de cibler certaines marques. Nous avons insisté sur l’implication bien réelle de Puma et d’autres multinationales dans l’oppression des Palestiniens.

A quelques jours du festival « Palestine en vue » (25-30 septembre, localement) nous avons également diffusé l’information sur les projections/débats à venir, notamment la future projection le 30 septembre du film « Gaza balle au pied » sur l’équipe de foot des amputés de Gaza.

Très peu de gens indifférents, de belles rencontres avec des familles, les enfants traduisant parfois aux mamans non francophones, avec des étudiantes et beaucoup de jeunes. Avec de nombreux jeunes passionnés de foot, ou avec certaines personnes elles-mêmes handicapées, ce fut l’occasion de rappeler la répression dont ont été victimes les jeunes Gazaouis lors des manifestations pour le droit au retour à Gaza depuis 2018.

Cette action nous a permis de dialoguer, d’apporter de l’information mais aussi de montrer que la lutte continue et que le consommateur a un rôle à jouer, comme avec Puma.

Plus de photos ici

 

 




Mobilisations BDS dans plusieurs villes de France pour la journée Boycott PUMA du 18 septembre

Le 20 septembre 2021

Dans le cadre de la 5ème journée d’action internationale Boycott Puma, les militantes et militants se sont mobilisé.e.s dans plusieurs villes de France pour dire à Puma de cesser de sponsoriser la colonisation et l’apartheid israéliens.

Retour en images sur ces mobilisations…

Retrouvez ici une vidéo résumant les mobilisations en France

A Strasbourg

Huit militantes et militants ont agi à Strasbourg  pour appeler au boycott de PUMA, avec pancartes au cou et à la main, tracts et explications sonores à l’appui!
L’accueil fut bon avec des passantes et passants nombreux.ses par cette belle journée ensoleillée.
Pendant ce temps, d’autres militantes et militants développaient la campagne au stand du collectif au Village des associations au Parc de la Citadelle.

A Aix-en-Provence

A Aix-en-Provence, ce samedi après-midi, les militantes et militants de la campagne BDS étaient déterminé.e.s malgré la chaleur. Après une courte visite à l’intérieur du magasin Footlocker, ils et elles ont distribué plusieurs centaines de tracts, essentiellement en ciblant les jeunes, qui ont pour la plupart réservé un bon accueil.

A Saint-Etienne

Dans le cadre de la journée internationale d’action en direction de Puma,  sept militantes et militants BDS se sont réuni.e.s devant le centre commercial Centre Deux, et ont pu discuter avec de nombreux clients du centre commercial, un public plutôt très jeune, au son de la guitare du musicien Atmane et de sa chanson « Le boycott a la cote ».

A Tours

Dans la rue passante de Tours, les militantes et militants ont reçu un bon accueil, notamment des jeunes, et ont pu distribuer plusieurs centaines de tracts.

A Lyon

Les militantes et militants ont agi devant le centre commercial Confluences à Lyon à l’occasion de la journée internationale contre Puma.

A Saint-Denis

Une vingtaine de militantes et militants ont pu distribuer plus de 500 tracts le 18 septembre à Saint-Denis, près du Centre commercial de la Basilique Saint-Denis. Certain.e.s ont pu rencontrer le directeur du magasin Go sport afin de lui expliquer les raisons de cette action. Les retours venant des passantes et passants ont été positifs.

A Bordeaux
Malgré la pluie bordelaise, les militantes et militants ont fait preuve d’enthousiasme et se sont rassemblé.e.s afin de mener une action informative auprès des passants.
A Clermont-Ferrand
Chacun.e placé.e dans différents lieux ( entrées du magasin, feux routiers sur la rue, arrêt de tram, bas des immeubles..), les militantes et militants ont distribué 400 tracts sur Puma et ont engagé beaucoup de discussions. Sans surprise, l’accueil fut bon, la plupart des passants soutenant les droits des Palestiniens. Les rencontres furent intéressantes, notamment avec des jeunes passionné.e.s de football, et ont permis de rappeler le rôle de la campagne BDS, son aspect international et sa stratégie consistant à cibler certaines marques.
A Montpellier
C’est devant le magasin Décathlon que les militantes et militants ont tenu un stand ce 18 septembre et ont distribué 500 tracts, après avoir rencontré le directeur du magasin. L’accueil fut plutôt chaleureux.
A Lille
Sous le soleil lillois, petits et grands ont taclé Puma. Des tracts ont été distribués, plusieurs dizaines de signatures ont été récoltées pour la pétition.
Continuons à agir pour la liberté et la justice pour les Palestiniennes et Palestiniens et à appeler au Boycott de PUMA !
Retrouvez ici la vidéo de joueurs de football palestiniens qui expliquent en quoi la colonisation et l’apartheid les privent de vivre pleinement leur carrière.



Le 18 septembre, participez à la journée d’action Boycott Puma !

Alors que les Palestiniennes et les Palestiniens résistent et que plusieurs entreprises appellent à ne plus supporter la colonisation israélienne, il est temps d’appeler PUMA à cesser de soutenir l’apartheid israélien.

Aidez-nous à convaincre le PDG de PUMA qu’il est préférable de cesser de soutenir l’apartheid israélien plutôt que de se battre contre la campagne de boycott.

Rejoignez l’action LE 18 SEPTEMBRE ! Pour agir, vous pouvez :

  1. Faire une action de rue avec votre comité local. Pour rejoindre un comité local, cliquez ici
  2. Ecrire au PDG de Puma France 4, Place Adrien Zeller 67000 Strasbourg Vous trouverez un modèle de lettre en cliquant ici
  3. Envoyer un mail aux dirigeants de Puma :

michael.laemmermann@gmail.com

info@puma.com

service@puma.com

benoit.menard@puma.com        

christin.kluth@puma.com

patrick.eglmaier@puma.com

polina.ivanova@puma.com

albina.imeri@puma.com

  1. Téléphoner dans les bureaux de Puma :

Siège de PUMA France        03 88 65 38 38 

Service Client 01 80 14 45 18   //   01 42 33 81 01

  1. Poster des visuels sur les pages Facebook de Puma :

https://www.facebook.com/bjoern.gulden

https://www.facebook.com/PUMAFrance/

https://www.facebook.com/groups/pumamarket/

https://www.facebook.com/groups/PUMA.Style.PH/

https://www.facebook.com/PUMATraining/

Vous pouvez utiliser les visuels ci-dessous

 

  1. Signer et faire signer la pétition : https://actions.sumofus.org/a/puma-sponsor-officiel-de-l-apartheid
  1. Tweeter :

Vous pouvez identifier les comptes ci-dessous :

PUMA South Africa   @PUMASouthAfrica

PUMA     @PUMA

Pumabrasil     @pumabrasil

Pumagolf   @PUMAGolf

PUMAmexico   @PUMAmexico

PUMA Football   @pumafootball

PUMA Argentina             @PUMAArgentina

PUMA Teamwear  @PUMATeamwear

PUMAmexico           @PUMAmexico

  • Modèles de tweets (cliquez pour tweeter)

Rejoignez les plus de 58 000 personnes qui demandent à @Puma de cesser de sponsoriser l'apartheid israélien et la colonisation illégale ! Signez la pétition https://actions.sumofus.org/a/puma-sponsor-officiel-de-l-apartheid … Cliquez pour tweeter

58K pers. demandent à @Puma de stopper son implication dans l'apartheid israélien. Puma sponsorise l'Association israélienne de foot, qui inclut les équipes installées dans des colonies israéliennes illégales sur des terres… Cliquez pour tweeter

#BoycottPuma pour envoyer un message clair à cette entreprise et lui demander de cesser sa complicité avec la colonisation israélienne #BoycottPuma #PumaFam Cliquez pour tweeter

Puma se félicite d’aider tous les sportifs MAIS il soutient les attaques de sportwashing d’Israël sur le sport palestinien. #BoycottPuma #PumaFam Cliquez pour tweeter

Je boycotte Puma, équipementier complice des violations du droit international et des droits humains par Israël. #BoycottPuma #PumaFam Cliquez pour tweeter

Puma dit qu'il s'engage contre le racisme MAIS il soutient le football d'Israël, un pays qui pratique le racisme et l'apartheid. #BoycottPuma #PumaFam Cliquez pour tweeter

La campagne contre Puma rend le PDG de Puma nerveux ! Ce serait plus simple d’arrêter de soutenir le football israélien… #BoycottPuma #PumaFam Cliquez pour tweeter

Ne trahissez pas vos valeurs, mettez fin au parrainage de la Fédération de football israélienne qui compte des équipes installées dans les colonies sur la terre volée aux Palestiniens. #BoycottPuma Cliquez pour tweeter

PUMA se réclame ouvertement de l'égalité universelle, des droits civils pour tous et de l'antiracisme. Alors soyez conséquents : cessez de sponsoriser les équipes de foot implantées dans les colonies israéliennes #BoycottPuma Cliquez pour tweeter

Pour plus d’informations, cliquez ici

 




250 militants du Danemark donnent un carton rouge à l’apartheid israélien

Par la Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI), le 13 septembre 2021

A l’intérieur et à l’extérieur du stade où se déroulait le match de football Danemark – Israël, des manifestants ont dénoncé les attaques d’Israël contre les sports palestiniens et son utilisation du football pour blanchir par le sport son oppression des Palestiniens.

 

Plus de 250 supporters des droits palestiniens ont pris part à une manifestation pour protester contre l’apartheid israélien, à l’intérieur et à l’extérieur du stade où se déroulait le match de football de qualification pour la coupe du monde entre le Danemark et Israël.

A l’extérieur du stade, des orateurs ont dénoncé les attaques d’Israël contre les sports palestiniens et son utilisation du football pour blanchir par le sport son oppression des Palestiniens. Les manifestants ont témoigné de leur soutien à l’appel de 200 équipes palestiniennes afin de boycotter la compagnie allemande de sportswear Puma pour son soutien des colonies israéliennes illégales. Plus de 1000 tracts ont été distribués aux fans de football.

A l’intérieur du stade, des drapeaux palestiniens ont été déployés tout autour des tribunes, gagnant une couverture médiatique y compris sur la télévision nationale danoise.

La manifestation a été organisée par Boykot Israel Kampagnen – Denmark, International Forum Copenhagen, Stop the Annexation of Palestine, International Forum North Zealand, Palestinian Democratic Union in Denmark, Palestinian National Assembly in Denmark, Global Action, Demos.

Voir plus de photos de la manifestation et des drapeaux palestiniens à l’intérieur du stade.

Ci-dessous une déclaration de la Campagne palestinienne pour le Boycott académique et culturel d’Israël (PACBI) lue lors de la manifestation.

La Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI), membre fondateur du Comité national de BDS, la plus grande coalition de la société civile palestinienne, salue tous ceux et toutes celles qui sont ici aujourd’hui et soutient des centaines de clubs de sport palestiniens qui demandent de donner un carton rouge à l’Israël de l’apartheid.

Un carton rouge à l’Israël de l’apartheid pour son régime, long de dizaines d’années, de colonialisme d’occupation, de racisme et de nettoyage ethnique graduel qui expulsent les autochtones palestiniens de leurs terres.

Un carton rouge à l’Israël de l’apartheid qui maintient les Palestiniens de Gaza sous un siège de plus de 14 ans maintenant, tout en menant des campagnes dévastatrices de bombardement qui massacrent des milliers de Palestiniens, y compris des centaines d’enfants.

Un carton rouge à l’Israël de l’apartheid qui a démoli plus de 130000 maisons palestiniennes dans toute la Palestine historique, y compris le village entier d’Al Araqib dans le Néguev plus de 190 fois.

Un carton rouge à l’Israël de l’apartheid qui détient sans charge ni procès et torture des prisonniers palestiniens, dont des enfants arrachés de leurs lits pendant des raids de nuit par des soldats lourdement armés et des footballeurs palestiniens voyageant pour des matchs.

Un carton rouge à l’Israël de l’apartheid qui met fin brutalement aux rêves des athlètes palestiniens, dont le footballeur Saeed Odeh, 16 ans, qui a été abattu et tué par des soldats israéliens en Cisjordanie occupée le 4 mai.

Un carton rouge à l’Israël de l’apartheid qui bombarde des installations sportives palestiniennes à Gaza, dont des clubs de sport, un terrain de football et un établissement paralympique, rien qu’en mai.

Un carton rouge à l’Israël de l’apartheid qui refuse aux athlètes palestiniens le droit de voyager, provoquant l’annulation de la Coupe de football de Palestine.

Un carton rouge à l’Israël de l’apartheid qui utilise cyniquement « le beau sport » pour blanchir ses graves violations des droits humains palestiniens.

A l’intention de ceux qui appellent à laisser la politique à l’extérieur des sports :  l’Association de football d’Israël  (IFA) est loin d’être une organisation apolitique. L’IFA participe activement à l’occupation militaire d’Israël. Elle ne fait pas qu’inclure dans ses ligues officielles des équipes des colonies illégales israéliennes installées sur des terres palestiniennes volées. L’IFA a aussi activement fait du lobbying, ainsi que le gouvernement israélien, pour maintenir les équipes de ces colonies.

Alors que les Palestiniens continuent à résister à l’oppression israélienne sous toutes ces formes, nous sommes encouragés par vous ici aujourd’hui à dire que l’apartheid israélien n’a pas de place dans les sports. Tout comme le régime d’apartheid de l’Afrique du Sud a été exclu des sports internationaux grâce au tollé populaire et à une campagne stratégique, l’Israël de l’apartheid le sera.

Pendant la dernière escalade de violence d’Israël, nous avons vu des nombres sans précédent d’athlètes professionnels et des équipes entières dans le monde entier, dans tous les sports, soutenir les droits palestiniens.

Des équipes du Qatar à la Malaisie ou au Royaume-Uni lâchent la marque de sport Puma en réponse à l’appel de plus de 200 équipes palestiniennes à boycotter Puma à cause de son soutien aux colonies israéliennes illégales par son sponsoring de l’Association israélienne de football.

Aux Olympiades de Tokyo, les judokas Fethi Nourine d’Algérie et Mohamed Abdalrasool du Soudan ont pris des positions de principe, refusant d’affronter des représentants de l’état israélien, mettant la cause palestinienne avant leurs propres rêves.

Le vent tourne. Dans le monde entier, des fans, des athlètes et des personnes de conscience refusent de rester silencieux. Tout comme vous tous aujourd’hui ici, ils rejettent les tentatives de blanchir par le sport l’apartheid israélien. Ils boycottent des compagnies comme Puma qui affirment respecter les valeurs du sport tout en soutenant l’apartheid israélien.

Notre mouvement pour la justice et la libération n’est destiné à grandir qu’avec votre soutien.

Boycottez Puma ! Carton rouge à l’Israël de l’apartheid !

Source : BDS Movement

Traduction CG pour BDS France




Nous inquiétons le PDG de PUMA. Participez à la journée d’action Boycott Puma, le 18 septembre

Par la Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI), le 17 août 2021

Alors que les Palestiniens continuent de lutter contre l’accaparement illégal des terres par Israël et que des entreprises comme Ben & Jerry’s s’engagent à mettre fin à leur implication dans les colonies israéliennes illégales, il est temps pour nous tous et toutes d’intensifier la pression sur Puma pour qu’il mette fin à son soutien à l’apartheid israélien.

Puma s’inquiète de la campagne croissante de boycott.

Dans une note interne divulguée, Puma a déclaré que l’escalade de la violence par Israël contre les Palestiniens en mai avait entraîné une augmentation des demandes de ses « partenaires commerciaux et ambassadeurs » sur sa complicité dans l’apartheid israélien.

Le mois dernier, l’organisation mondiale de défense des droits SumOfUs a demandé à rencontrer Puma au sujet de son soutien aux colonies israéliennes illégales. Non seulement Puma a accepté, mais même l’  « agité » PDG  s’est joint à la rencontre!

Alors que les Palestiniens continuent de lutter contre l’accaparement illégal des terres par Israël et que des entreprises comme Ben & Jerry’s s’engagent à mettre fin à leur implication dans les colonies israéliennes illégales, il est temps pour nous tous d’intensifier la pression sur Puma.

Participez à la Journée internationale d’action #BoycottPuma,

18 septembre

Inscrivez votre groupe pour recevoir des informations et du matériel

Puma a de quoi s’inquiéter.

Des équipes, depuis l’Asie jusqu’en Europe, abandonnent Puma pour son parrainage de l’Association israélienne de football, qui inclut les équipes dans les colonies israéliennes illégales, forçant les familles palestiniennes à quitter leurs terres.

Et la campagne continue de grandir.

En juillet, Black Lives Matter UK a annoncé son soutien à la campagne, tout comme le club de football Clapton CFC, et 50 lieux à travers le Royaume-Uni ont boycotté les actions de Puma.

En juin, le Qatar Sports Club a annoncé qu’il ne renouerait pas avec Puma et des villes de toute la France ont protesté contre la complicité de Puma dans l’apartheid israélien.

Le fan club des Oakland Roots Radicals vient de lancer une campagne appelant l’équipe de football américaine à mettre fin à son accord avec Puma.

Aidez à convaincre Puma de mettre fin à son soutien à l’apartheid israélien.

Enregistrez votre groupe pour la Journée internationale d’action #BoycottPuma, le 18 septembre

 Le mois dernier, le célèbre fabricant de glaces Ben & Jerry’s a annoncé qu’il ne renouvellerait pas son contrat avec son partenaire israélien concernant les ventes de ses produits dans les colonies israéliennes illégales, déclarant que cela était « incompatible » avec les valeurs de l’entreprise.

Puma doit décider maintenant si le soutien aux colonies israéliennes illégales est conforme à ses valeurs.

Passez à l’action: 

Vous trouverez ci-dessous des idées pour la journée d’action #BoycottPuma.

Faites preuve de créativité! Apportez des thèmes sportifs à vos actions et partagez-les sur les réseaux sociaux.

Utilisez les hashtags #BoycottPuma et #PumaFam.

  • Organisez une action dans un magasin ou un détaillant Puma

Utilisez le localisateur de magasins Puma ou recherchez Puma sur Google Maps pour trouver des magasins de marque Puma dans votre ville.

 

  •  Marquez un but #BoycottPuma pour les droits des Palestiniens 

Faites une cage #BoycottPuma et marquez un but pour les droits des Palestiniens ou organisez un match de football simulé. Partagez une photo ou une vidéo sur les réseaux sociaux avec le hashtag #BoycottPuma

 

  • Impliquez le monde du sport 

Encouragez les associations sportives locales, les joueurs, les équipes sportives populaires, les clubs de supporters et les tournois sportifs antiracistes à se joindre à des actions avec des photos et des vidéos.

 

  • Possédez-vous des équipements de marque Puma ? Rebaptisez-les ! 

Écrivez « Boycott » au-dessus du logo de l’équipement Puma que vous possédez, ou scotchez simplement le logo Puma. Faites une courte vidéo ou prenez une photo de vous tout en renommant votre équipement Puma et publiez-la sur les réseaux sociaux.

 

 Exemple de tweet :

J'ai acheté du matériel @Puma avant de savoir que Puma soutient les colonies israéliennes illégales sur les terres palestiniennes volées. Cliquez pour tweeter

 

Jusqu'à ce que Puma mette fin à sa complicité dans l'apartheid israélien, je soutiens les équipes palestiniennes appelant à #BoycottPuma et je vais #RebrandPuma. Au revoir #PumaFam ! Cliquez pour tweeter

 

  • Appelez les équipes sponsorisées par Puma à #BootPuma

Vérifiez si les équipes locales sont sponsorisées par Puma et exhortez-les à abandonner Puma. Contactez-nous pour un exemple de lettre : pacbi@bdsmovement.net.  Prenez une photo avec le maillot de votre équipe tout en tenant une pancarte #BoycottPuma

 

  • Livrez ou envoyez la lettre de 200 clubs palestiniens aux bureaux de Puma 

Puma a des bureaux en Allemagne, au Royaume-Uni, en Espagne, au Portugal, en Italie, en Suède, en Norvège, en Finlande, au Danemark, en Autriche, aux Pays-Bas, en France, en République tchèque, en Pologne, en Turquie, en Afrique du Sud, aux Émirats arabes unis, aux États-Unis, en Argentine, au Chili, au Mexique, Pérou, Inde, Australie, Singapour, Malaisie, Indonésie, Japon, Corée du Sud, Hong Kong.

 

  • Organisez une conférence ou un atelier

Impliquez les associations sportives locales dans un événement sur les attaques israéliennes contre les sports palestiniens et la campagne #BoycottPuma. Contactez-nous pour d’éventuels intervenants : pacbi@bdsmovement.net

 

  • Lancez une campagne de désinvestissement

Vérifiez si votre fonds de pension, votre banque ou toute autre institution dont vous êtes membre est un investisseur dans Puma et demandez-leur de se désinvestir. Contactez-nous pour obtenir de l’aide à ce sujet : pacbi@bdsmovement.net

 

Source : BDS Movement




Succès BDS : Ben & Jerry’s met fin à un accord de licence israélien

Le 20 juillet 2021

Déclaration du Comité palestinien pour le BDS (BNC) sur Ben & Jerry’s

 

Après plusieurs années de mobilisations, Ben & Jerry’s a annoncé qu’il ne renouvellerait pas sa licence d’exploitation avec l’administration israélienne pour vendre des glaces dans les colonies illégales des territoires occupés en Palestine.

La campagne BDS salue la décision de Ben & Jerry’s comme une étape décisive pour mettre fin à la complicité de la marque vis à vis de l’occupation israélienne et de la violation des droits des Palestiniennes et Palestiniens.

Ben & Jerry’s est une marque internationale considérée comme socialement responsable et met enfin en phase ses politiques progressistes, comme le soutien au mouvement Black Lives Matters et autres combats sociaux, avec un positionnement contre le régime d’oppression israelien. Nous espérons que Ben & Jerry a compris, en accord avec ses propres valeurs, qu’on ne peut pas faire des affaires avec un régime d’apartheid.

La déclaration du BNC en anglais sur Twitter :




Puma et le nettoyage ethnique d’Israël à Silwan et Sheikh Jarrah

Le 6 juillet 2021

À quelques kilomètres de là où les Palestiniens luttent pour #SaveSilwan et #SaveSheikhJarrah du nettoyage ethnique progressif d’Israël, Puma maintient son soutien à l’apartheid israélien. Jusqu’à ce que ça s’arrête, nous choisirons #BoycottPuma, pas #PumaFam !

La semaine dernière, des bulldozers israéliens ainsi que des policiers et des soldats israéliens lourdement armés ont pris d’assaut le quartier palestinien de Silwan à Jérusalem-Est occupée, lors de la dernière série de démolitions de maisons palestiniennes par l’apartheid israélien.

A Silwan, tout comme à Sheikh Jarrah et dans toute la Palestine historique, Israël mène depuis des décennies une politique de nettoyage ethnique progressif par l’expansion des colonies. Dans le même temps, il réprime violemment les Palestiniens qui tentent de sauver leurs maisons et leurs moyens de subsistance.

Qu’est-ce que Puma a à voir avec ça ? 

Juste au nord de Silwan et Sheikh Jarrah se trouve un terrain officiel de l’Association israélienne de football (IFA). L’IFA comprend un certain nombre d’équipes et de terrains dans des colonies israéliennes illégales qui forcent les familles palestiniennes à quitter leurs maisons. Puma est le sponsor principal de l’IFA. Non seulement cela, mais à un peu plus d’1 km se trouve un point de vente de luxe du distributeur exclusif de Puma en Israël, Factory 54, construit sur un terrain occupé en violation du droit international.

Lorsque des entreprises internationales comme Puma prêtent leur image de marque pour couvrir l’apartheid israélien et le colonialisme de peuplement, cela permet à Israël de poursuivre son nettoyage ethnique progressif des Palestiniens autochtones.

Dites à Puma : Soutenir l'apartheid israélien et le nettoyage ethnique donne une très mauvaise image. Choisissons #BoycottPuma, pas #PumaFam ! Cliquez pour tweeter

Puma sait que ce qu’il fait est mal. Récemment, Puma a été surpris en train de mentir, encore une fois, à ses propres partenaires commerciaux et ambassadeurs. Puma a faussement affirmé qu’il parrainait l’Association palestinienne de football dans le but de saper la campagne croissante de boycott et d’apaiser les inquiétudes justifiées concernant le soutien de Puma à l’apartheid israélien.

Dites à Puma : Au lieu de mentir et de limiter les dégâts, arrêtez de soutenir l'apartheid israélien ! Choisissons #BoycottPuma, pas #PumaFam ! Cliquez pour tweeter

Les athlètes vedettes défendent les droits des Palestiniens en nombre sans précédent et des équipes depuis l’Asie jusqu’en Europe abandonnent Puma. Il est grand temps que Puma fasse ce qu’il faut et mette fin à son soutien à l’apartheid israélien en abandonnant l’Association israélienne de football.

Agissez pour le 16e anniversaire du mouvement BDS. Rejoignez la campagne #BoycottPuma.

Source : BDS Movement

 




La campagne BDS France mobilisée ce 19 juin 2021 : AXA, PUMA cessez de soutenir l’apartheid israélien !

Contre la complicité d’AXA et de PUMA vis-à-vis de la colonisation et de l’apartheid israéliens, la campagne BDS France s’est mobilisée dans plusieurs villes le 19 juin 2021.

L’équipementier sportif PUMA sponsorise l’Association israélienne de football, (IFA) dont 6 clubs se trouvent dans les colonies israéliennes illégales implantées en Cisjordanie, territoire palestinien occupé. Ainsi, les colons sont sponsorisés par PUMA tandis que l’armée israélienne n’hésite pas à tirer sur des joueurs de football palestiniens, à détruire les stades et à anéantir toute perspective de carrière pour les jeunes sportifs palestiniens.

La compagnie d’assurance AXA investit dans quatre banques israéliennes impliquées, selon l’ONU, dans la colonisation israélienne en finançant des entreprises et des organes gouvernementaux israéliens qui participent à l’occupation de la Palestine.

Boycotter PUMA et AXA, c’est agir en solidarité avec la lutte des Palestiniennes et des Palestiniens pour la justice, la liberté et l’égalité.

Retour en images sur la journée d’action nationale du 19 juin…

Les militantes et militants aixois ont bravé la chaleur pour distribuer plusieurs centaines de tracts et informer les passants sur la campagne BDS et la complicité d’AXA et de PUMA vis-à-vis de l’apartheid israélien.

 

A Strasbourg, les activistes se sont mobilisés pour sensibiliser la population, et ont permis aux passants de signer des cartes à envoyer au PDG de PUMA pour lui demander de cesser de sponsoriser l’apartheid et la colonisation.

 

A Paris, une action a eu lieu devant le magasin PUMA parisien, lors de laquelle les militantes et militants ont pu distribuer des tracts et informer les passants sur la campagne et le boycott de PUMA et d’AXA.

 

Les militantes et militants rennais ont installé dans leur ville un stand d’information quant aux campagnes de boycott de PUMA et d’AXA, et ont effectué un travail de sensibilisation auprès de la population.

 

C’est sur la place Bellecour que les militantes et militants lyonnais ont distribué des  tracts et ont profité du bon accueil des passants pour les sensibiliser.

 

A Orléans, une action d’information a eu lieu devant des magasins de chaussures revendeurs de PUMA.

 

A St Etienne, les militantes et militants ont réalisé une action informative sur AXA, dans le cadre de leur participation à la projection du film d’Hassane Mezine, “Fanon, hier aujourd’hui”.

Continuons à agir en solidarité avec les Palestiniennes et Palestiniens et pour la fin de la complicité d’AXA et de PUMA vis à vis de l’apartheid israélien !

 

 

 

 




Droit de réponse de la campagne « Teva, j’en veux pas »

Concomitamment à la publication  sur notre site de notre communiqué répondant aux imputations diffamatoires d’antisémitisme proférées par certains syndicats de professionnels de santé concernant notre campagne d’appel au boycott du laboratoire TEVA, pour les raisons qui y sont exposées, nous avons exercé le droit de réponse que nous confère la loi en demandant l’insertion sur les sites porteurs des articles litigieux de ce communiqué. Le site « egora.fr » a immédiatement réagi en publiant une version un peu abrégée (pour correspondre, en volume, à l’article incriminé) de notre communiqué. Nous les remercions d’avoir ainsi permis aux professionnels de santé qui vont sur ce site de prendre connaissance de cette mise au point, leur permettant d’apprécier à sa juste mesure la signification de l’apposition des stickers « Teva, j’en veux pas » sur nos cartes vitales ». Ce qui devrait dorénavant permettre de maintenir le rapport de confiance professionnel de santé-patient.

 

« Réponse de la campagne Teva, j’en veux pas » aux diffamations portées par certains syndicats et médias médicaux

Depuis quelques semaines, des syndicats de médecins et des médias médicaux dénoncent la campagne d’appel au boycott du laboratoire Teva, menée sous forme de stickers « Teva, j’en veux pas » collés sur la carte vitale d’un nombre croissant de patients.

Teva est le leader mondial des médicaments génériques. Il représente 10% des exportations industrielles d’Israël. C’est donc un pilier de l’économie israélienne. Teva bénéficie des avantages générés par la politique d’occupation et d’apartheid israélienne qui empêche les Palestiniens de développer leurs propres industries pharmaceutiques et de se fournir à l’étranger. Cette politique d’oppression crée un marché captif : les Palestiniens n’ont d’autre choix que de se fournir chez Teva.

(…) Ces propos virulents ont ensuite été largement repris par des syndicats de médecins (…), qui ont qualifié la campagne de « communautaire », « antisémite » et « contraire aux principes républicains ». Selon eux, les stickers « Teva, j’en veux pas » porteraient, en outre, atteinte au principe de liberté de « prescription médicamenteuse du médecin » ou à l’indépendance des pharmaciens. Ils sont allés jusqu’à « demander au Gouvernement de se saisir de ce sujet » !

La campagne « Teva, j’en veux pas » s’inscrit dans le cadre de la Campagne BDS (Boycott, Désinvestissement Sanctions) contre Israël, jusqu’à ce qu’il applique les lois internationales et les principes universels des droits humains. Elle s’inscrit dans notre combat politique, citoyen, éthique, non-violent et contre toute forme de racisme. Elle ne vise pas des personnes en raison de leur origine ou de leur religion juive, ni leurs entreprises ou leurs produits. Les imputations d’antisémitisme se trouvent dénuées de tout fondement. La Cour européenne des droits de l’Homme, par arrêt du 11 juin 2020, a confirmé que le boycott est une modalité d’expression légale et légitime.

La campagne « Teva, j’en veux pas » n’a pas pour objet d’intervenir sur la prescription médicamenteuse du médecin ! En revanche, comme le rappelle la Cour de Justice de la Communauté européenne, il relève de notre droit de patient et de consommateur de choisir à quel laboratoire pharmaceutique nous souhaitons donner notre argent. Il s’agit là d’un choix commercial et non médical.

Au vu de la gravité de l’accusation d’antisémitisme imputée à notre campagne, nous regrettons profondément que le SML n’ait pas daigné répondre à nos sollicitations. Au-delà des calomnies, nous regrettons également que les médias cités aient à ce point manqué à la déontologie journalistique, et n’aient pas vérifié les informations qu’ils publient. Nous allons exercer notre droit de réponse, conformément à l’article 6 IV de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance de l’économie numérique.

Source : Egora




Des manifestants au Port d’Oakland déclarent victoire dans le boycott d’un cargo israélien

Par Rick Hurd, le 4 juin 202.

OAKLAND — Des centaines de piqueteurs et de manifestants ont défilé vendredi matin devant le port d’Oakland pour empêcher la livraison de la cargaison d’un navire israélien.

Environ 1 000 personnes du Arab Resource & Organizing Center (Centre de ressources et d’organisation arabe) et du syndicat local des ouvriers portuaires se sont réparties sur six portes au poste d’amarrage 30, près du parc de Middle Harbor Shoreline, dans le bloc 2700 de Middle Harbor Road.

« Notre objectif aujourd’hui est de montrer à la ville d’Oakland que nous ne voulons pas qu’elle fasse des affaires avec l’apartheid israélien et permette à son argent d’entrer dans notre ville », a déclaré par téléphone Wassim Hage, porte-parole du groupe. « Cela fait partie d’un mouvement international de piquets de grève dans les villes portuaires du monde entier qui se déroulera au cours des prochaines semaines. »

Le groupe a déclaré sa victoire sur Twitter vers 9 h 25 après qu’aucun fret n’ait quitté la zone. Les manifestants se sont retirés et ont prévu de revenir vers 16 heures pour faire du piquetage lors de la prochaine équipe, a indiqué M. Hage.

Le porte-parole du port, Robert Bernardo, a publié une déclaration indiquant que les responsables du port soutiennent la liberté d’expression ainsi que le droit des personnes à se réunir pacifiquement.

« Dans le même temps », a déclaré M. Bernardo dans sa déclaration, « la politique fédérale impose que le commerce international ne peut être arrêté. Cela signifie que les groupes peuvent protester, mais qu’ils ne peuvent pas perturber le commerce. Le port s’est engagé avec ses partenaires de la sécurité publique à maintenir la sûreté et la sécurité tout en assurant une circulation commerciale fluide au port maritime d’Oakland ».

Au cours des protestations, les manifestants ont scandé : « Reculez ! Reculez ! Nous voulons la liberté, la liberté !  Toutes ces attaques sionistes, on n’en a pas besoin, pas besoin. »

« Nous nous demandons si faire affaire avec ZIM en vaut la peine pour le port d’Oakland, les employeurs du port et les autres compagnies maritimes », a déclaré la directrice exécutive de l’AROC, Lara Kiswani, dans un communiqué. « Nous rendons hommage aux travailleurs ici à Oakland et en Palestine et nous envoyons un message clair : profiter de l’apartheid israélien et de la violence permanente contre le peuple palestinien ne sera pas le bienvenu dans la Bay Area (la Région de la baie de San Francisco). »

ZIM est une entreprise publique israélienne de transport international de marchandises dont le siège social se trouve à Haïfa, en Israël, et le siège social nord-américain à Norfolk, en Virginie.

Selon M. Hage, des membres de la section locale 10 du syndicat international des dockers et des entrepôts se sont joints aux piqueteurs sur le port pour « montrer la solidarité des travailleurs organisés avec la lutte pour la libération de la Palestine ».

Aucun de ces travailleurs n’a franchi le piquet de grève, selon un tweet de l’AROC.

Les appels au siège du syndicat sont restés sans réponse vendredi matin.

Selon M. Bernardo, le port fournit 84 000 emplois dans la région, la plupart dans la ville, et le fait d’empêcher le commerce ne fera que mettre en péril les emplois locaux.

« De nombreux chauffeurs de camions du port ne sont payés que s’ils prennent et déposent des conteneurs », a déclaré Bernardo. « S’ils sont bloqués pour entrer et sortir, ils ne seront pas payés. Cela aura un impact sur leurs moyens de subsistance et sur leurs familles. »

Les manifestants sont arrivés vers 6 heures du matin pour empêcher le navire exploité par une compagnie maritime israélienne de décharger sa cargaison. Le navire Volans, exploité par la compagnie israélienne ZIM, a accosté vendredi matin.

Source : Mercury News

Traduction MUV pour BDS France

 




Réponse de la campagne « Teva, j’en veux pas » aux diffamations portées par certains syndicats et médias médicaux

Le 1er juin 2021

Depuis quelques semaines, des syndicats de médecins et des médias médicaux, dénoncent la campagne d’appel au boycott du laboratoire Teva, menée sous forme de stickers « Teva, j’en veux pas » collés sur la carte vitale d’un nombre croissant de patients.

Teva est le leader mondial des médicaments génériques. Il représente 10% des exportations industrielles d’Israël. C’est donc un pilier de l’économie israélienne. Teva bénéficie des avantages générés par la politique d’occupation et d’apartheid israélienne (1) qui empêche les Palestiniens de développer leurs propres industries pharmaceutiques et de se fournir à l’étranger. Cette politique d’oppression crée un marché captif : les Palestiniens n’ont d’autre choix que de se fournir chez Teva (2).

A l’origine de ces attaques contre la campagne « Teva, j’en veux pas », la publication par Bruno Halioua, président de l’Association des Médecins Israélites de France (AMIF), et Richard Prasquier, ex-président et président d’honneur du CRIF, le 19 mars dernier, d’un communiqué diffamatoire. Ces propos virulents ont ensuite été largement repris par des syndicats de médecins, le Syndicat des Médecins Libéraux (SML) et divers médias médicaux, qui ont qualifié la campagne de « communautaire », « antisémite » et « contraire aux principes républicains » (3). Selon eux, les stickers « Teva, j’en veux pas » porteraient, en outre, atteinte au principe de liberté de « prescription médicamenteuse du médecin » ou à l’indépendance des pharmaciens. Ils sont allés jusqu’à « demander au Gouvernement de se saisir de ce sujet » !

La campagne « Teva, j’en veux pas » s’inscrit dans le cadre de la Campagne BDS (Boycott, Désinvestissement Sanctions) contre Israël, jusqu’à ce qu’il applique les lois internationales et les principes universels des droits humains. Elle s’inscrit dans notre combat politique, citoyen, éthique, non-violent et contre toute forme de racisme. Elle ne vise pas des personnes en raison de leur origine ou de leur religion juive, ni leurs entreprises ou leurs produits. Les imputations d’antisémitisme se trouvent dénuées de tout fondement. La Cour européenne des droits de l’Homme, par arrêt du 11 juin 2020, a confirmé que le boycott est une modalité d’expression légale et légitime.

La campagne « Teva, j’en veux pas » n’a pas pour objet d’intervenir sur la prescription médicamenteuse du médecin ! En revanche, comme le rappelle la Cour de Justice de la Communauté européenne, il relève de notre droit de patient et de consommateur de choisir à quel laboratoire pharmaceutique nous souhaitons donner notre argent. Il s’agit là d’un choix commercial et non médical.

Au vu de la gravité de l’accusation d’antisémitisme imputée à notre campagne, nous regrettons profondément que le SML n’ait pas daigné répondre à nos sollicitations. Au-delà des calomnies, nous regrettons également que les médias cités aient à ce point manqué à la déontologie journalistique, et n’aient pas vérifié les informations qu’ils publient. Nous allons exercer notre droit de réponse, conformément à l’article 6 IV de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance de l’économie numérique.

 

(1) voir les rapports Tilley-Falk de l’ONU (15 mars 2017) et le celui de Human Rights Watch (27 avril 2021) qui désignent tous deux Israël comme un état d’apartheid

(2) voir à ce sujet le rapport de l’ONG israélienne Who Profits https://www.whoprofits.org/report/captive-economy-the-pharmaceutical-industry-and-the-israeli-occupation/

(3) voir par exemple : Egora.fr, Prosante.re, Jim.fr (Journal International de Médecine), Lequotidiendumedecin.fr, Lequotidiendupharmacien.fr, Legeneraliste.fr

 




Lettre ouverte à tous ceux et toutes celles qui ont accepté un contrat avec l’équipementier Puma

Le 20 mai 2021

Vous avez, comme tous-tes les citoyen-ne-s  concerné-e-s par ce qui se passe dans le monde, été interpellé-e-s par la situation particulièrement dramatique que vit actuellement le peuple palestinien.

Malgré ce que disent nos médias qui nous parlent de heurts entre Palestiniens et Israéliens  qui auraient commencé  il y a seulement deux semaines, vous savez comme nous qu’en réalité ces évènements s’inscrivent  dans une longue séquence de colonisation, de dépossession, de nettoyage ethnique…, de façon particulièrement flagrante et criante ces dernières semaines à Jérusalem, dans le quartier de Cheikh Jarrah où des dizaines de milliers de Palestiniens se sont mobilisés contre les expulsions de familles palestiniennes.

Vous savez comme nous que c’est à cause de cette politique israélienne de colonisation et d’apartheid qu’aujourd’hui le peuple palestinien subit des bombardements meurtriers, notamment dans la bande de Gaza, où il y a déjà plus de 230 Palestiniens assassinés dont soixante-sept enfants , trente-six femmes, des  médecins, des infirmiers, des universitaires, deux footballeurs, quinze personnes âgées, et plus de 1500 blessés, jusqu’à présent.

Depuis plus de dix jours et malgré la  pandémie, Gaza subit des destructions massives de maisons, les gens ne savent où se réfugier … c’est l’horreur absolue !

L’ONG Care déclare : «  L’urgence à Gaza ce n’est plus le Covid, la seule clinique faisant les tests a été bombardée, l’urgence c’est comment rester vivant… »

Parce que vous avez un contrat avec l’équipementier Puma, nous nous adressons à vous pour attirer votre attention sur le fait que l’entreprise Puma  se rend complice, depuis plus de trois ans maintenant, avec ce régime de colonisation et d’apartheid de l’état d’Israël, par son parrainage de l’IFA (Association israélienne de Football), qui elle-même inclut des clubs de colonies israéliennes illégales.

A l’appel de la société civile palestinienne, une campagne d’appel au boycott de Puma a été mise en place dans le cadre de la campagne internationale BDS (boycott-désinvestissement-sanctions) avec le #BoycottPuma.

Vous avez ici et maintenant l’occasion de montrer votre solidarité avec ce peuple qui souffre depuis plus de 70 ans, soit en renonçant à votre partenariat avec Puma jusqu’à ce que Puma cesse son parrainage du football israélien, soit en usant de votre influence auprès de Puma pour obtenir son propre  renoncement.

De nombreux sportifs et artistes ont manifesté, chacun à leur façon, leur solidarité avec la Palestine, comme Eric Cantona et Rachida Brakni, Paul Pogba, Frank Ribéry, Benjamin Mendy, Riyad Mahrez, Achraf Hakimi,  Ahmed Hassan « Koka », Khabib Nurmagomedov, Shkodran Mustafi, Frédéric Kanoute , Mohamed Aboutrika, Nasser Soumi, Tayssir Batniji, Ihab Shanti, Khaled Hourani, Rula Halawani, Iman Aoun, Mohammad Musalam, Khalil Abu Arafeh, Ernest Pignon-Ernest, Jacques Tardi, Farida Rahmani, Kolin Kobayashi, Roger Waters, Ken Loach

Vous aussi pouvez aider à mettre un terme  aux massacres à Gaza et à faire respecter les droits humains et le droit international !

Nous comptons sur vous pour que vous aussi vous usiez de votre notoriété et de votre influence pour aider ce peuple à retrouver sa liberté et à faire triompher la justice.

La campagne BDS France.

Exemples de victoire de BDS sur Puma :

– Le Liverpool FC rejette l’offre de parrainage de Puma et a annoncé qu’il signerait avec Nike, plutôt qu’avec Puma, en tant que fournisseur officiel de ses équipements à partir de la saison prochaine.

–  Le club de deuxième division anglaise Lutton a rompu le contrat qui le liait à Puma en soutien à la cause palestinienne

– La plus grande université de Malaisie, Universiti Teknologi MARA (UiTM), a mis fin à un accord de sponsoring avec la marque mondiale de sportswear Puma à cause du soutien de la compagnie pour les colonies israéliennes illégales en territoire palestinien occupé.

– Le club de football britannique Chester FC confirme qu’il ne renouvellera pas le parrainage de Puma, après avoir déclaré que des « pratiques de travail éthiques » figuraient parmi ses critères.

L’ancien joueur du FC Barcelone Oleguer Presas et le Donegal Celtic FC à Belfast soutiennent cette campagne. Des dizaines d’équipes amateurs de rugby, de football et de basket-ball la soutiennent également.

Vous voulez en savoir plus sur la campagne BDS France ? Cliquez ici.

 




Toujours voir grand ? Les Palestinien.ne.s ne voient que l’apartheid sponsorisé par PUMA

Le 1er mai 2021

La nouvelle campagne de PUMA, Only See Great, prétend proposer un univers marqué par l’optimisme et l’espoir.
Toujours voir grand ? Les Palestinien.ne.s ne voient que l’apartheid, sponsorisé par PUMA.
Où qu’ils/elles regardent, les Palestinien.ne.s ne voient que les colonies israéliennes illégales qui les privent de leurs terres.
Où qu’ils/elles regardent, les Palestinien.ne.s ne voient que les checkpoints militaires et les murs qui encerclent et réduisent leurs lieux d’habitation, d’apprentissage, de travail et de jeu.
Où qu’ils/elles regardent, les Palestinien.ne.s ne voient que des soldats israéliens armés qui envahissent les terrains de football, les campus universitaires et même les chambres d’enfants pendant la nuit.

Dites à PUMA : Les Palestiniens #OnlySeeApartheid sponsorisé par PUMA Cliquez pour tweeter

La campagne PUMA prétend explorer « l’idée-même de l’excellence, et ce que la lutte pour l’atteindre implique. »
Les Palestinien.ne.s luttent tous les jours pour passer outre les obstacles que l’apartheid israélien dresse devant eux partout.
Les Palestinien.ne.s trouvent la grandeur dans leur lutte pour la liberté, la justice et l’égalité depuis des décennies.

Rejoignez-les.

Dites à PUMA: nous n'avons pas besoin de coups et de slogans marketing “inspirants”. Nous voulons que PUMA arrête de soutenir l'apartheid israélien Cliquez pour tweeter

PUMA est le principal sponsor de l’Association Israélienne de Football, qui inclut des équipes des colonies israéliennes illégales.
Plus de 200 équipes et athlètes palestinien.ne.s demandent de #BoycottPuma jusqu’à ce qu’il mette un terme à son soutien au régime d’apartheid israélien et à l’occupation militaire. Des équipes sportives et des athlètes du monde entier les soutiennent.
Le marathonien Ahmad Tala a déclaré « Je suis obligé de courir en rond autour de ma ville de Ramallah parce que courir près des colonies israéliennes illégales est trop dangereux. PUMA sponsorise l’oppression et la dépossession des Palestinien.ne.s par Israël. »
L’ancien joueur de rugby irlandais Duncan Casey a dit « Le sport est une question de fair play et d’inclusion. Ceux qui disent que le sport et la politique ne devraient pas se mélanger ont le luxe de le faire parce que la
politique n’affecte pas leur vie. La politique de l’apartheid affecte la vie des Palestinien.ne.s chaque jour. Tout comme l’ont fait les athlètes contre l’apartheid en Afrique du Sud, nous pouvons utiliser nos voix pour soutenir nos collègues palestinien.ne.s et pour aider à convaincre PUMA d’abandonner l’équipe de l’apartheid. »
Alors que les actionnaires de PUMA se réuniront le 5 mai, agissez maintenant pour dire à PUMA : les Palestinien.ne.s ne voient que l’apartheid. Cessez de sponsoriser l’oppression israélienne.

Tweet:
#OnlySeeGreat ? #ToujoursVoirGrand Les Palestinien.ne.s ne voient seulement que l'apartheid #OnlySeeApartheid, sponsorisé par @Puma. Nous n'avons pas besoin de slogans marketing “inspirants”. Nous voulons que Puma cesse de soutenir… Cliquez pour tweeter

Vous pouvez également relayer sur Twitter la vidéo suivante :

Retrouvez ici les visuels de la campagne, que vous pouvez utiliser lors de l’action en ligne




NON aux dattes israéliennes à Clermont-Ferrand

Un tract sur le boycott des dattes israéliennes, le vol des terres et de l’eau palestiniennes, et l’apartheid israélien a été tiré à 2.000 exemplaires et distribué en ce début du ramadan par 9 militant-e-s et un sympathisant AFPS 63 – BDSF 63 :

Le 9 avril sur le marché populaire de Montferrand (600 tracts). Un bon accueil nous a été fait, avec des discussions intéressantes, bien que nous ayons pu perturber quelques commerçants vendant des dattes israéliennes, Mehadrin notamment.

Le 12 avril (650 tracts) devant le supermarché Auchan Nord, qui vend des dattes israéliennes dans un rayon « ramadan ». Très bon accueil des passants, des remerciements, et même un jeune homme du quartier qui est venu tracter avec nous, et une jeune femme qui a organisé notre pose-photo !

Le 20 avril (650 tracts) au marché populaire de La Gauthière, réduit en cette période aux stands alimentation. Très bon accueil, des discussions intéressantes, des remerciements appuyés de femmes et hommes de tous âges. Notre action a perturbé quelques commerçants vendant des dattes israéliennes, Sahara Gold, King of Dates ou Desert Finest notamment, certains en même temps que des dattes palestiniennes Jericho Delights. Des passant-e-s se sont joints aux discussions.

Quelques dizaines de tracts ont aussi été distribués dans des mosquées voisines. Et plusieurs centaines dans nos réseaux sociaux.




Plan Cabannes (Montpellier) : La Campagne contre les dattes de l’apartheid se poursuit

 

Le commerçant (qui vends des dattes – Algériennes !- ) solidaire de la campagne de boycott des dattes de l’apartheid israélien.

PENDANT LE RAMADAN, PLUS QUE JAMAIS, SOLIDARITÉ AVEC LA PALESTINE !

Nouvelle action de la Campagne BDS France Montpellier pour le boycott des dattes de l’apartheid israélien. Un petit groupe de militant.e.s a sillonné les magasins ouverts ce samedi 17 avril au matin. En raison des conditions sanitaires il n’est pas possible d’avoir de longues conversations avec les commerçants quand les gens font la queue, mais au second jour du ramadan la fréquentation des quelques magasins ouverts était réduite. Si bien que c’est au pas de charge que 23 magasins ont été visités et 20 affichettes déposées sur les vitrines avec le sourire des commerçants.

Les magasins ouverts ont été visités sur deux rues : épiceries, coiffeurs, boutiques de téléphones, boucheries et tabacs.

En effet l’important étant d’afficher dans le maximum de magasins y compris ceux qui ne vendent pas de dattes pour montrer la solidarité de tous.tes avec la Palestine dans ce quartier.

En seul magasin vendait, parmi les nombreuses dattes d’Algérie et d’Iran, des dattes Bio d’Israël étiquetées « Produits de Cisjordanie, colonies israéliennes ».

La plupart des dattes Medjool sont des dates d’origine Sud Africaine :

 

L’accueil est toujours aussi chaleureux, un commerçant et un client ont même voulu se faire photographier devant notre affichette.

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Mobilisation dans toute l’Europe pour demander aux institutions publiques de #BoycottCAF

Des militants à Paris remettent sur place une lettre au bureau de CAF.

Par BDS movement, le 1er avril 2021

Pour commémorer la Journée de la terre palestinienne et dénoncer l’implication de la société espagnole CAF dans l’apartheid israélien, de nombreux évènements ont eu lieu dans toute l’Europe.

La Fédération Générale des syndicats indépendants de Palestine et la nouvelle Fédération palestinienne des syndicats ont écrit une lettre aux institutions publiques en Europe qui se lit comme suit :

« Les institutions publiques européennes, principaux clients de la société espagnole CAF, peuvent et doivent exclure CAF des appels d’offres et des contrats en raison de ses implications dans les violations flagrantes des droits humains par le biais de ses affaires avec le projet JLR illégal d’Israël, (tramway de Jérusalem) ».

Des groupes à travers toute l’Europe ont remis cette lettre à leurs élus leur demandant de ne pas attribuer de marchés publics à la société CAF, à l’entreprise française Alstom, qui figurent dans la base de données des Nations unies sur les entreprises se rendant complices des colonies de peuplement illégales israéliennes, ou à toute autre entreprise qui tire profit des violations des droits des Palestiniens.

Dans l’État espagnol, le Comité Solidaridad avec la cause arabe a remis la lettre au président de la RENFE, la société ferroviaire nationale d’Espagne. Près de 600 personnes ont adressé un courriel au ministre espagnol des Transports et à la RENFE.

Tôt dans la matinée, à Saragosse, où CAF possède l’usine qui doit fabriquer la plupart des composants du tramway de Jérusalem, plus de 20 organisations de défense des droits de l’homme et  syndicats ont remis une lettre au président de CAF et à tous ses actionnaires.

En France, des groupes se sont mobilisés à Paris et à Saint-Étienne. À Paris, un groupe a remis la lettre au bureau de CAF, où les salariés ont confirmé qu’ils étaient bien informés de la campagne de boycott et de ses exigences.

À Saint-Étienne, des personnes ont organisé une manifestation symbolique près du tramway construit par CAF. Auparavant, des groupes à Lyon avaient distribué des tracts pour informer sur la complicité de CAF dans l’annexion illégale, par Israël, de la Jérusalem-Est palestinienne.

Dans la capitale de la Norvège, à Oslo, des membres du Palestinakomiteen ont remis la lettre en mains propres aux édifices gouvernementaux et écrit une lettre ouverte au ministre des Transports, leur demandant de respecter les droits humains internationaux et que la Norvège se serve activement de sa position au Conseil de sécurité des Nations unies pour empêcher que l’État israélien n’accapare plus de terres. Près de 6000 personnes ont adressé des lettres à la compagnie ferroviaire norvégienne, Norske Tog, et au ministère norvégien des Transports, pour demander que la CAF soit exclue des appels d’offres publics.

Au Royaume-Uni, des centaines de personnes se sont joints à un twitterstorm demandant au HS2 (projet de ligne de train à grande vitesse) et au département des Transports d’écouter les organisations de défense des droits de l’homme et les experts juridiques sur l’obligation d’exclure CAF du HS2 jusqu’à ce qu’elle mette fin à son rôle dans le tramway israélien illégal de Jérusalem.

De même, plus de 700 personnes ont pris contact avec les autorités néerlandaises. Depuis 2018, CAF a obtenu au moins trois contrats importants aux Pays-Bas, ce qui a incité les militants à faire pression sur les autorités néerlandaises afin qu’elles ne les renouvellent pas, et qu’elles excluent CAF des prochains appels d’offres.

Au Pays basque, ont eu lieu d’importantes mobilisations sur la Journée de la terre palestinienne, soutenues par les principaux syndicats, afin de protester contre la complicité de CAF et des institutions basques avec l’apartheid israélien. Ces mobilisations ont eu lieu à Pampelune, Saint-Sébastien, Bilbao et Vitoria-Gasteiz.

L’entreprise française Veolia a perdu des milliards d’euros de contrats pour sa participation au tramway de Jérusalem suite aux campagnes de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) lancées contre elle. Ces pertes importantes ont finalement contraint l’entreprise à se défaire totalement de ses affaires israéliennes illégales.

Source : BDS Movement

Traduction BP pour BDS France

 




Journée de la terre 2021 : Plusieurs actions en France pour demander à CAF de descendre du train de l’apartheid !

La Campagne BDS France, le 2 avril 2021

Samedi 27 mars, un stand d’information était installé dans le centre ville de Lyon par les militant.e.s BDS du collectif 69. Ils ont pu informer les passants des campagnes BDS et expliquer la campagne en direction du groupe CAF.

Mardi 30 mars, 8 militant.e.s de BDS Paris se sont rendus devant l’antenne à Paris de la société CAF. Parmi eux, deux camarades sont rentrés dans les bureaux pour remettre le tract au représentant de CAF.

Il les a reçus poliment, a pris le temps d’écouter les arguments de BDS, et a gardé le tract.

Il les a questionnés sur le boycott d’Alstom – qui fait par ailleurs partie des 112 sociétés condamnées par l’ONU pour avoir des activités dans les colonies israéliennes.

Quand les camarades se sont présentés comme faisant partie de BDS, le représentant de CAF a dit se souvenir d’avoir reçu un courrier explicatif provenant de BDS, qu’il avait transféré à ses supérieurs. BDS marque les esprits dans l’entreprise CAF !

Pendant ce temps, à Saint-Etienne, la Journée de la Terre a été l’occasion de rappeler la grève palestinienne de 1976 et de participer à la journée internationale d’action en direction de CAF. Saint-Etienne est l’une des 3 villes en France dont le tramway est fabriqué par l’entreprise basque.

Les militant.e.s BDS ont pu expliquer aux passants que cette entreprise, qui fabrique le tramway de Saint-Etienne, est impliquée dans la colonisation de Jérusalem. L’agrandissement de la ligne de tramway de Jérusalem contrevient au droit international qui a mis la ville de Jérusalem sous statut international. Le tramway CAF permettra de relier de nouvelles colonies illégales à la ville de Jérusalem. De nombreu.ses stéphanois.e.s ont témoigné leur solidarité, et ont accepté de prendre des photos pour dire à CAF de descendre du train de l’apartheid.

Nous, militant.e.s BDS, appelons les villes françaises soucieuses du droit international à ne pas choisir l’entreprise CAF tant qu’elle ne descendra pas du train de l’apartheid !

Nous continuons la campagne BDS, comme résistance face à l’occupation, l’oppression et l’apartheid, pour l’égalité des droits, et pour le retour des réfugié.e.s




Montpellier : IAW, boycott des dattes de l’apartheid israélien

 

St Paul – La Paillade (Montpellier)

Une semaine d’actions contre l’apartheid israélien (IAW)

Samedi 20 mars à 10h30 au centre commercial St Paul .

La Campagne BDS France Montpellier avait décidé consolider la ZLAI de La Paillade (Zone Libre d’Apartheid Israélien). Quinze militant.e.s réparti.e.s en 3 groupes on parcouru les boutiques du centre commercial St. Paul du centre le La Paillade. Ils et elles ont proposé aux commerçant.e.s d’apposer dans leur vitrine l’affichette de boycott des dattes israéliennes.
Comme toujours l’accueil a été chaleureux. Le salon de thé a offert un thé vert aux 5 chanceux qui l’avaient dans leur liste. 28 affichettes ornent depuis ce matin les vitrines de ce magasins. Seulement 3 refus.
Plusieurs boutiques ont accepté de coller sur leur vitrine ou dans le magasin l’autocollant de la ZLAI (deux formats  9 et 20 cm de diam.)
Certains ont demandé des petits formats pour les mettre sur leur voiture…
(Voir le live : https://fb.watch/4zSEU9oJP4/ ).

Samedi 27 mars 2021 – Quartier Plan Cabannes – Figuerolles

Un groupe de six militant.e.s  a répété l’opération de la semaine précédente  St Paul et apposé une vingtaine d’affichettes dans une quinzaine de Magasins.
Les commerçant.e.s de ce quartier ont été largement informé.e.s de l’importance du boycott des dattes israéliennes qui pour la plupart proviennent de la Vallée du Jourdain où elles sont cultivées sur des terres volées aux palestinien.e.s. Les fruits et légumes des entreprises israéliennes étaient nombreux sur les étals mais l’intervention régulière durant plusieurs années du comité BDS France Montpellier en a réduit considérablement la présence.
Le Plan Cabannes est l’objet d’une surveillance renforcée de la police municipale qui essaye d’interdire les petites puces “sauvages” ainsi que les étals de vente de menthe et de coriandre frais qui permettent à certains de gagner quelques euros… Ici la loi “séparatisme” est déjà en application, la présence policière est renforcée, au prétexte de la chasse aux “petits trafics”. Les commerçant.e.s qui ont des boutiques sur le boulevard sont interdits d’étals sur leur devanture… Bref le climat de répression se fait lourdement sentir.
Pour autant l’accueil à la Palestine, via BDS reste chaleureux et majoritaire. (Voir la vidéo). https://youtu.be/oD91LZ9A4DY
Jusqu’au Ramadan le comité BDS France Montpellier poursuivra son action pour le boycott des dattes de l’apartheid dans ces deux quartiers.

Depuis 17 ans, la Semaine Internationale contre l’Apartheid Israélien (IAW) a pour vocation de d’intensifier la dénonciation de l’apartheid israélien, de mobiliser l’opinion et les personnes dans les campagnes BDS. Les palestinien.e.s se battent pour la Liberté, la Justice et l’Égalité. Ces mobilisations en soutien aux luttes des palestinien.e.s contribuent à dynamiser l’opinion créant ainsi un rapport de force favorable en vue de mettre fin à ce système d’oppression.

Cette année, l’IAW rejoint la Journée internationale contre le racisme du 21 mars en organisant une manifestation virtuelle mondiale et massive de résistance à la discrimination raciale, au colonialisme et à l’apartheid et pour célébrer la diversité et l’intersectionnalité de nos luttes.

Apartheid là-bas,

L’Apartheid est sans doute modèle le plus abouti de l’ État raciste. Le système mis en place par Israël depuis sa création en est l’exemple contemporain le plus flagrant. Le racisme qui s’exprime par la déshumanisation des palestinien.ne.s, leur qualification de « terroristes » et les constantes persécutions fonde et justifie la colonisation de peuplement de la Cisjordanie, le génocide progressif des palestinien .ne.s de Gaza. La loi fondamentale votée en 2018 qui fait d’Israël l’« État nation (exclusif!) du peuple juif » légalise l’apartheid à l’égard des ressortissants Palestiniens vivant en Israël.

« Séparatisme » ici !

De la même manière, la loi « Séparatisme » est en France le mode d’expression du racisme d’État – islamophobie – qui assure le continuum de domination héritée de la colonisation sur les populations issues de l’immigration coloniale. Ce continuum de racisme d’Etat s’exprime ouvertement en France dans la bien nommée loi « séparatisme ». En effet, au prétexte de lutte contre le terrorisme cette loi sépare et isole du reste de la société – pour mieux les réprimer – les populations issues de l’immigration coloniale, en particulier musulmanes, pour en faire un ennemi intérieur qui menacerait « notre république ».

Mais qui sépare, ségrègue et ghettoïse ? (plans d’urbanisme, attribution des logements sociaux, scolarité), discrimine ? (à l’emploi, au logement) traque ? depuis des décennies et parfois même assassine les habitant.e.s de ces quartiers ? si ce n’est l’Etat français lui-même dont les services publics disparaissent des quartiers populaires?

Pour une solidarité intersectionnelle et inclusive !

Nous partageons cette déclaration du Bureau national BDS Palestinien : « Les principes du mouvement BDS exigent une solidarité proactive avec les communautés opprimées du monde entier, et avec toutes les victimes des actes racistes et de la rhétorique raciste, car notre cause est une cause commune. ».

Nous considérons que le soutien aux palestiniens en lutte contre l’apartheid passe par l’ouverture ici, en France, d’un front de lutte contre le racisme d’État. Il serait illogique de soutenir les luttes contre le racisme d’État des palestinien.ne .s ou de nos frères et sœurs de BLM aux États uUnis et ne pas soutenir celles et ceux qui ici, en France subissent et s’opposent au racisme d’État.

La question palestinienne sera au coeur des luttes en cours dans la mesure où ses militant.e.s, et ses associations seront partie prenantes de ces luttes en cours.

Nous vous appelons à soutenir la lutte des palestinien.ne.s contre l’apartheid et à soutenir les luttes contre l’islamophobie et contre le séparatisme mis en place par l’État français.