La Campagne BDS France Montpellier contre les MURS !

Le samedi 11 novembre la Campagne BDS France Montpellier a répondu à l’appel de la journée internationale (9 novembre 2017) contre les murs en lançant une action de boycott contre HP (Hewlett Pakard) qui participe (entre autre) à la gestion du système de surveillance du mur de l’apartheid israélien en Palestine.

 

BOYCOTT HP CHEZ LA FNAC/DARTY

Troisième action 2017 de boycott contre HP.

28 AVRIL 2017 : Dans le cadre de la semaine de solidarité BDS France avec les prisonniers palestiniens, après Paris, Lyon et Strasbourg, les  Comités BDS France 30 et 34 (Nîmes et Montpellier) ont mené une action de boycott des produits HP diffusés par la FNAC de Montpellier. La police prévenue de notre intention d’entrer dans la FNAC nous attendait et nous a empêché de mener l’action dans le magasin. Pour autant nous avons parcouru les 3 niveaux du centre commercial pendant 1h30 et diffusé 800 tracts.
Lire l’article et voir la vidéo : https://bdsf34.wordpress.com/2017/04/24/stop-commerce-avec-lapartheid-boycott-hp-a-la-fnac-montpellier/
28 OCTOBRE 2017 : Nouvelle action de boycott de HP chez Darty (racheté par la FNAC) au centre commercial d’Odysseum à Montpellier. Malgré des vigiles rendus très agressifs par les consignes de leur hiérarchie l’action a été menée de bout en bout grâce à notre sang froid acquis lors des formations à l’action non-violente. 1000 tracts ont été distribués et nous avons reçu le soutien  de nombreux.ses passants et passantes qui sont resté quelque temps avec nous et dont certains ont interpellé les vigiles sur leur agressivité.

Lire l’article et voir la vidéo :  https://bdsf34.wordpress.com/2017/10/30/boycott-hp-action-de-la-campagne-bds-france-a-montpellier/

 

SAMEDI 11 NOVEMBRE A LA FNAC DU CENTRE COMMERCIAL « LE POLYGONE »:

Nous avons voulu faire de la journée internationale contre les Murs un moment de lutte en menant une action de boycott contre HP. Cette fois-ci la police ne nous attendait pas si bien que nous avons passé 45 mn dans la FNAC à prendre la parole, diffuser des tracts et discuter avec les clients. Après un moment d’agitation du à la surprise les vigiles de la FNAC nous ont laissé mener l’action, rassurés par les garanties que nous leur avons donné, notre sérieux et nos méthodes non-violentes. Bien sûr il y a toujours quelques personnes pro-israéliennes qui nous expriment leur hostilité mais c’est une infime minorité. Les gens étaient attentifs, s’arrêtaient un moment pour écouter les interventions qui avaient été très sérieusement préparées par les militants-tes. Nous avons reçu des encouragement et des même des applaudissements.

 

Ensuite nous sommes sorti.e.s et avons arpenté une quarantaine de minutes les niveaux du centre commercial. Visiblement les vigiles du polygone avaient reçu des consignes plus agressives à notre égard, mais comme nous étions 22, bien formés et que tout est filmé ils ont du réfréner leur agressivité. L’élément le plus important a été le courant de sympathie qui s’est exprimé à notre égard. Les gens qui fréquentent le centre ville le samedi commencent à nous connaître car ils nous voient place de la Comédie assez souvent. Les jeunes hommes et femmes des quartiers populaires sont sensibles à la Palestine, ils apprécient notre combattivité et avant tout ils sont solidaires de la Palestine. Aussi les signes de solidarité (les V de la Victoire) ont été nombreux, un homme nous a même donné spontanément un billet de 50€ (!).

Au total nous sommes restés un peu plus d’1h45 mn, distribué 1200 tracts et fait connaitre BDS et le boycott de HP à des centaines de personnes. Nous espérons que les clients de la FNAC feront d’autres choix dans leurs achats !

La prochaine fois, contre HP,  nous mènerons une action d’information place de la Comédie, juste avant les fêtes de fin d’année.

 

tractimage




Boycott HP ! action de la Campagne BDS France à Montpellier

EMBARGO MILITAIRE D’ISRAËL ET BOYCOTT D’HP

Voir la vidéo de l’action d’appel au boycott d’HP à Montpellier :

L’Embargo militaire contre Israël est une campagne internationale lancée par le BDS Palestinien. On sait que la Palestine est le laboratoire israélien  d’expérimentation des armes pour les massacres de masse (Cf. Gaza) des technologies  de surveillance, de contrôle et de répression des populations civiles. Les palestiniens sont les cobayes de ces expérimentations qui permettent à Israël de vendre son matériel avec le label  « testé en situation réelle ».

Depuis 1973 Israël n’a pas mené  de guerre conventionnelle. Il ne combat pas des avions, des chars etc. Il mène une guerre asymétrique contre les palestiniens c’est à dire contre des populations civiles, sans armée, sans avion et sans char.

La spécialité montante israélienne sur le marché de l’armement, nous dit Shir Hever (1) ce sont les produits militaires et sécuritaires, « la sécurité du territoire ». « (…) Ces technologies sont conçues moins  pour maximiser les pertes ennemies ou pour détruire leurs citadelles que pour contrôler les civils, pour envahir leur vie privée, pour les emprisonner, pour maîtriser et réduire au silence les populations non armées ou qui ne disposent que d’armes légères.(…) Caméras de surveillance, technologies de traque biométrique et de classification, moyens pour disperser des manifestatnts, systèmes d’analyse du comportement, équipements antiémeutes, menottes et entraves ainsi que des programmes informatiques pour l’exploitation des données ».

C’est là qu’intervient HP, ce créneau est aussi le sien. Et c’est en raison de la collaboration étroite entre l’entreprise étatsunienne HP et les entreprises de même type israéliennes qui ont amené le BDS Palestinien à faire de HP une cible du boycott international.

(1) Shir Hever , économiste de l’AIC (Alternative Information Center à Jérusalem et Bethléem) centre ses recherches sur les aspects économiques de l’occupation israélienne de la Palestine et leurs effets sur l’économie israélienne fortement militarisée comme on le sait.

Campagne BDS France Montpellier

 

 

 




Stand AFPS-BDSF et Palestine au festival La Belle Rouge 2017

Du vendredi 28 au dimanche 30 juillet, cinq militant(e)s AFPS 63 et BDSF 63 et un jeune visiteur palestinien d’Hébron ont participé au festival La Belle Rouge à St-Amant-Roche-Savine (63)    http://cie-joliemome.org/?p=5037  et tenu un stand centré sur Gaza et sur BDS (banderoles et pancartes ; table de presse, dont tracts Gaza, BDS culturel, … ; trois pétitions pour BDS Carrefour, contre la circulaire Alliot-Marie et contre l’accord UE-Israël : 136 signatures ; distribution-collages de stickers BDSF-carte vitale ; cartes postales embargo militaire ; vente solidaire de keffiehs, savons, t-shirts BDSF; discussions et contacts, y compris avec des militant-e-s d’autres organisations locales et nationales présentes sur le festival) (voir photos).

Outre ce stand, la Palestine a été présente à plusieurs niveaux durant le festival, et notamment comme chaque année depuis Gaza-2014 ( https://www.youtube.com/watch?v=frPg6E6T2bo ), une des grandes banderoles de la cour du collège (lieu de restauration et de concerts) disait « Vive la résistance palestinienne » (voir photo). Pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah et des prisonniers politiques palestiniens, un tract était disponible sur le stand de Rouge Midi ; des ouvrages BDS et Palestine en vente sur le stand du NPA. Un spectacle très fort et émouvant sur les SDF (« Résist-tente ») par Myriam, qui a une origine palestinienne. Et durant le magnifique Cabaret de clôture « A contre-courant » par la Compagnie Jolie Môme, on a dénoncé (entre autres) les interventions militaires (« Etat d’urgence-sécurité-intervention-guerre ») et « humanitaires » (pour « qu’il n’y ait plus jamais de guerres sans amour » !)… une belle chanson (« Si loin, si proche ») a été consacrée à la Palestine, et il est rappelé dans le final que les Palestiniens résistent, avec les autres peuples du monde…

Le festival 2017 a donc une nouvelle fois rappelé aux participants (un public nombreux, souvent jeune, militant et combatif : plus de 1.000 personnes dont 600 ayant réservé la totalité des forfaits disponibles pour les 3 jours de spectacles et débats) l’oppression et de la résistance des Palestiniens, le mouvement BDS (t-shirts BDS dans l’assistance, présence de militants AFPS et BDSF) et l’importance de la convergence des luttes face à l’exploitation, l’injustice et la répression.

 

 




Les transports de Sacramento lâchent G4S

Les militants de Sacramento se félicitent de la décision de la direction des transports de la capitale de la Californie de ne pas renouveler son contrat de sécurité avec G4S, après une campagne mettant en lumière le rôle de l’entreprise dans des violations des droits en Palestine et aux USA.

G4S, la plus grande société de sécurité au monde, participe au fonctionnement de prisons israéliennes où des Palestiniens sont torturés et gère des prisons pour mineurs, des équipements de détention et de déportation aux USA et au Royaume Uni.

La société est également impliquée dans des violations des droits humains et du travail en  Afrique dans les équipements offshore où l’Australie détient des réfugiés et des demandeurs d’asile.

Pendant plus de 20 mois, des militants de SacRideHuman – une coalition d’une douzaine d’associations pour les droits humains et du travail, de groupes religieux et de défense de la Palestine – ont fait campagne auprès de la direction des transports régionaux de Sacramento pour rediriger des fonds auparavant dépensés dans des contrats de 3 ans chez G4S en emplois internes et syndiqués.

Sacramento Regional Transit a annoncé qu’il forme d’ores et déjà 30 nouveaux fonctionnaires pour remplacer les emplois privés à la fin de ce mois-ci, date de fin du contrat de G4S. La société de transport a déclaré que transférer les emplois en interne permettrait d’économiser 200 000 dollars par an.

Les militants poussèrent également la ville à ne pas privilégier les multinationales aux entreprises locales.

“C’est un exemple puissant de la force et de la profondeur de l’impact que peut avoir une campagne menée par des coalitions de convergences de luttes,” explique Friends of Sabeel Amérique du Nord, un groupe chrétien œcuménique solidaire de la Palestine qui faisait partie de la coalition.

Maggie Coulter, une militante de SacRideHuman, a expliqué à The Electronic Intifada que les campagnes couronnées de succès prennent du temps à construire et demandent des connections avec ceux qui partagent un intérêt dans les droits humains, civique et du travail.

“Si nous n’avions pas fait équipe avec d’autres militants, des églises, et des personnes d’autres organisations, je suis sûre que G4S aurait vu son contrat [renouvelé],” nous dit Coulter.

“Le résultat c’est que nos efforts ont fait la différence.”

Contrats non renouvelés

G4S a perdu des millions de dollars de contrats à travers le monde par les effets directs de la campagne soutenue de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS).

L’année dernière, G4S a annoncé qu’il abandonnait une liste de marchés controversés, dont sa filiale israélienne et ses services de détention de mineurs aux USA.

The Financial Times décrit ce changement comme une tentative de G4S de prendre des distances avec “des activités endommageant sa réputation.”

Les militants ont promis de maintenir la pression sur l’entreprise aussi longtemps qu’elle restera complice des violations des droits humains des Palestiniens.

G4S a toujours des parts chez Policity, un centre d’entrainement de la police israélienne. L’entreprise fournit également ses services à Shikun & Binui, un groupe immobilier opérant dans les colonies israéliennes en Cisjordanie occupée.

En Février, un important institut de recherche en Equateur n’a pas renouvelé son contrat avec G4S, s’associant à une grande chaine de restaurant en Colombie et plusieurs agences de l’ONU au Liban et en Jordanie ont laissé tombé l’entreprise.

“G4S viole les droits humains et du travail à travers le monde,” a déclaré à The Electronic Intifada Rochelle Watson, une organisatrice nationale de Friends of Sabeel Amérique du Nord.

“Cette victoire à Sacramento illustre comment un mouvement de convergences de luttes est ce dont nous avons besoin pour libérer nos communautés de sociétés aux pratiques de travail atroces, qui tirent profit de systèmes défaillants d’incarcération de masse et d’occupation,” explique Watson.

Les militants de Sacramento continuent de faire pression sur les élus de la ville pour “passer à l’étape suivante et arrêter de signer des contrats avec des entreprises qui tirent profit des violations des droits humains,” déclare Estevan Hernandez, militant pour les droits du travail.

Traduction: LG pour BDS France

Source: The Electronic Intifada

 




La plus grosse société de transport public israélienne perd un contrat de 190 millions d’euros avec les Pays-Bas, suite à la campagne BDS locale

Le mois dernier, Egged Bus Systems (EBS), une filiale d’Egged Israel Transport Cooperative Society, le plus gros opérateur de transport public d’Israël, a loupé une proposition de contrat de gestion de dix ans portant sur le transports publics de la province de Hollande-Septentrionale, aux Pays-Bas. Ce contrat était estimé à 19,1 millions d’euros par an, pour une valeur totale de 190,1 millions d’euros.

Egged Bus Systems a perdu cette offre après que des activistes BDS hollandais eurent lancé une campagne accusant sa société mère israélienne de favoriser de graves violations des droits humains palestiniens et des lois humanitaires internationales.

Spécifiquement, Egged Cooperative met en service des bus exclusivement réservés aux Juifs et reliant la quasi-totalité des colonies illégales d’Israël, construites sur des terres palestiniennes volées en Cisjordanie militairement occupée, y compris des avant-postes éloignés et Jérusalem-Est.

Les bus d’Egged empruntant les itinéraires de bus entre les colonies israéliennes sont interdits aux Palestiniens. Ces véhicules sillonnent un vaste réseau de routes construites de façon à relier sans interruption les colonies illégales situées de part et d’autre du mur illégal de séparation israélien et les villes se trouvant dans l’Israël d’aujourd’hui.

Par conséquent, la société soutient, en même temps qu’elle en tire profit, un système de bus à ségrégation raciste qui facilite activement le maintien et l’expansion des colonies illégales d’Israël, qui sont elles-mêmes considérées comme crimes de guerre par les lois internationales.

Sonja Zimmermann, du Centre de services et de recherche sur la Palestine (DocP), une coalition de militants BDS hollandais pour les droits palestiniens, a déclaré :

Nous sommes très heureux de ce résultat, puisque notre gouvernement régional a rejeté l’offre d’Egged portant sur la gestion du système de transport public de la Hollande-Septentrionale.
Les gens peuvent désormais monter dans un bus sans contribuer à financer les bus de l’apartheid israélien qui pratiquent des discriminations à l’égard des Palestiniens, et sans contribuer à la normalisation des allers et retours entre Tel-Aviv et les colonies illégales réservées aux juifs et construites sur des terres palestiniennes volées.
Il n’y a rien de normal dans l’oppression subie quotidiennement par les Palestiniens et je me sens confortée de voir que nos campagnes BDS aux Pays-Bas bénéficient d’un soutien populaire croissant et qu’elles affichent des résultats.

Riya Hassan, représentante du BNC (Comité national palestinien pour les BDS) auprès des campagnes européennes, a déclaré de son coté :

Félicitations à tous les activistes, organisations et collectifs aux Pays-Bas qui ont surenchéri avec succès sur leurs premières campagnes BDS afin d’exclure une société de transport israélienne qui tire profit de la ségrégation appliquée dans les services de bus, routes et colonies israéliennes illégalement construites sur des terres palestiniennes volées.
Vous avez contribué à faire en sorte que le conseil régional de la Hollande-Septentrionale s’en tienne à ses obligations à l’égard des lois internationales en n’aidant ni encourageant les graves violations des droits palestiniens par Israël.
Egged Cooperative a également été accusée d’exposer ses conducteurs palestiniens au danger et de ne pas les protéger suffisamment des violences des extrémistes israéliens. En 2014, une centaine de chauffeurs de bus palestiniens d’Egged avaient démissionné, craignant des agressions de la part des colons israéliens et après qu’un chauffeur palestinien de la ligne de Jérusalem, Yusuf Hassan al-Ramouni avait été retrouvé mort, pendu, dans un bus d’Egged.

Egged Bus Systems était l’une des quatre sociétés ayant soumissionné en vue de ce très lucratif contrat de transport public aux Pays-Bas. La société qui a finalement décroché le contrat, Connexxion, une société hollandaise, fournira des bus et gérera le transport public en Hollande-Septentrionale à partir de juillet 2018 et ce, durant les dix années à venir.

Connexxion est elle-même une filiale de Veolia, un géant français qui a été complice de l’occupation israélienne jusqu’au moment où une vaste campagne BDS lui a coûté des soumissions dans le monde entier, pour une valeur estimée à plus de 20 milliards de dollars, ce qui l’a contrainte à abandonner le marché israélien. Veolia et Connexxion ont mis un terme à leur complicité dans les violations israéliennes des droits humains palestiniens, mais doivent toujours payer des dommages et intérêts aux communautés palestiniennes qu’elles ont lésées et les participants à la campagne exigent aujourd’hui encore qu’elles s’exécutent.


Publié 21 juin 2017 sur BDS Movement
Traduction : Pourlapalestine.be Jean-Marie Flémal

Le Comité national palestinien pour les BDS (BNC) est la plus grande coalition de la société civile palestinienne. Elle dirige et soutient le mouvement BDS mondial.

 




Action en soutien aux prisonniers palestiniens grévistes de la faim en convergence avec RESF/FCPE 63 (24 mai 2017)

Depuis le 17 avril, près de 1500 prisonniers politiques palestiniens ont entamé une grève de la faim. Cette grande action collective a été lancée par Marwan Barghouti, symbole de la résistance populaire contre l’occupation. L’emprisonnement massif est un mode majeur de répression par l’Etat israélien des Palestiniens qui résistent à la colonisation de leur pays et à l’apartheid en Palestine.

Devant l’intransigeance du gouvernement israélien, et les risques de déflagration en Palestine, l’AFPS 63 et BDSF 63 ont appelé (en concertation avec RESF 63) leurs militant-e-s à participer le 24 mai à un rassemblement de RESF/FCPE 63 soutenus par des associations et syndicats (LDH, CGT, FSU,…, près de 80 personnes) présentant une fresque dessinée par les parents et enfants de l’école Paul Bert de Clermont-Ferrand en soutien à Besnik, qui est sous le coup d’une OQTF et d’une IRTF.

Une douzaine de militant-e-s AFPS/BDSF ont participé, sur la place centrale de Clermont et à proximité de l’arrêt du tramway, portant des affiches de soutien aux prisonniers palestiniens et une banderole appelant au boycott d’HP, complice de l’apartheid et du système carcéral israélien. Plus de 40 signatures de la pétition AFPS en soutien aux grévistes de la faim ont été recueillies. Puis une prise de parole de l’AFPS 63 a rappelé le lien entre la situation des réfugiés Palestiniens et celle des migrants en Europe, la répression de la résistance populaire palestinienne et la situation carcérale en Israël, les revendications des prisonniers en grève de la faim, l’urgence humanitaire et les risques entrainés par l’intransigeance coloniale israélienne. Parmi nos moyens d’action pour les soutenir : les appels à notre gouvernement, mais aussi le boycott de l’Etat israélien et des entreprises complices, et notamment HP pour le système carcéral et sécuritaire colonial.




Boycottons les dattes de l’apartheid israélien!

Téléchargez l’affiche

La culture des dattes est l’activité agricole principale de près de 50 % des colonies illégales de la vallée du Jourdain en Palestine occupée et contribue fortement à leur viabilité économique.

La vallée du Jourdain est la région la plus fertile de Palestine, mais à cause des restrictions d’accès, seule 4% de la terre est cultivée par des palestiniens et 86% des terres agricoles sont confisquées par les colons israéliens.

Les colons détournent aussi 80% de l’eau au profit de leurs colonies, et des palmeraies en particulier. Les colonies de la vallée du Jourdain bénéficient de 300 litres d’eau par personne et par jour, contre 20 litres pour la plupart des communautés palestiniennes (l’Organisation mondiale de la santé recommandant une consommation minimum de 100 litres par personne et par jour). La quasi-totalité des puits est à l’usage exclusif des colons.

Les Palestiniens de la vallée du Jourdain sont aussi soumis à des destructions d’habitation et d’infrastructures, amenant ainsi des déplacements forcés de population. Les écoles ne sont pas épargnées. Les exercices de l’armée israélienne ont amené le déplacement de 357 personnes entre janvier et juin 2016.

Dans l’impossibilité de cultiver leur propre terre, des centaines de travailleurs palestiniens – y compris des enfants – travaillent dans les colonies agricoles israéliennes. Au plus haut point de la récolte, ils peuvent travailler 12 heures par jour dans des conditions très difficiles.

Pour toutes ces raisons, solidaires du peuple palestinien spolié de son droit à vivre librement sur sa terre, nous appelons à boycotter les dattes de l’apartheid israélien.

Pendant le Ramadan en particulier, un grand nombre de commerçants proposent à leurs clients des dattes Medjoul en provenance des colonies installées dans la Vallée du Jourdain. Si l’origine de ces produits n’est pas toujours mentionnée afin de tromper le consommateur, les marques néanmoins sont connues : Mehadrin, Hadiklaim, Jordan Valley, Jordan Plains, Jordan River, Bet Sheva, Solomon…

 

Télécharger l’affiche ICI

Refusez-les ! N’hésitez pas à exiger poliment mais fermement du commerçant qu’il cesse de proposer ces produits de l’apartheid à la vente, en prenant les autres clients à témoin.

Quelles que soient leurs réponses, n’oubliez pas qu’en matière de commerce, le client décide, et que plus nombreux nous serons à nous exprimer ouvertement sur cette situation intolérable due à l’occupation israélienne, plus ces commerçants se poseront des questions sur la légitimité et la pertinence de la commercialisation de ces produits.

Télécharger l’affiche

Télécharger les flyers




MONTPELLIER : 24h de jeûne pour les prisonniers Palestiniens en grève de la faim

A l’initiative de la Campagne BDS France Montpellier, samedi 20 mai, 16 personnes ont observé 24h de jeûne en solidarité avec les 1762 prisonniers Palestiniens en grève de la faim depuis 34 jours.

Rassemblés au coeur de Montpellier, place de la Comédie, de 13h à 17h30 sous le soleil des drapeaux palestiniens, les militants de la Campagne BDS France ont inlassablement expliqué la situation des prisonniers palestiniens et appelé au boycott de HP (Hewlett Packard), diffusé 1800 tracts et recueilli de nombreux témoignages de solidarité et de soutiens.

Ils ont expliqué les motifs de la grève de la faim des prisonniers Palestiniens, dénoncé le silence général des grands médias,  de l’ONU et de notre gouvernement, alarmé sur les risques encourus à partir d’un mois de grève de la fin, alerté sur la situation de Marwan Barghouti qui mis en isolement a refusé de boire de l’eau depuis 3 jours, dénoncé les multiple violations des droits humains et des conventions de Genève en matière des droits des prisonniers par l’Etat d’Israël et son système pénitentière : Détention administrative, transfert-déportation des prisonniers dans des prisons en Israël, tortures et persécutions des prisonniers, non respect du règlement des Services Pénitentiaires, emprisonnement des enfants, mépris et maltraitance des familles etc.

En milieu d’après midi une manifestation contre Monsanto et les OGM a donné l’occasion à la Campagne BDS France Montpellier d’exprimer sa solidarité et confirmé l’importance des convergences des luttes …

Voir la vidéo :

 

D’autres images d’une chaude et chaleureuse après midi place de la Comédie à quelques dizaines de mètres de la Comédie du Livre…

affich_Nakba2

C’était aussi l’occasion d’informer que la Nakba continue !

 

vuepaneauje^une

 

vuesbandsol6

Une partie de « jeûneurs », les autres militants BDS tiennent le stand et diffusent les tracts…

 

ML_21mai2017

Commentaire explicatif par rapport à l’article:

Même si  la cible centrale des manifestations de soutien aux prisonniers est bien évidemment l’Etat d’Israël et son système pénitentiaire, à  l’occasion de cette grève de la faim de 2017, s’est exprimé avec plus de force dans les manifestations en Palestine, la revendication de stopper la « coordination sécuritaire » passée entre l’Autorité palestinienne et Israël. Coordination qui amène la police de l’autorité palestinienne à collaborer avec Israël et donc participer à l’arrestation et à l’emprisonnement de nombreux palestiniens.




BDS 34 avec les prisonniers au 27ème jour de grève de la faim !

Le 13 mai 2017, pendant deux heures et demi, place de la Comédie le Comité BDS France a informé les montpelliérains-nes sur la situation des prisonniers palestiniens en grève de la faim depuis le 17 avril 2017.

 

Pour soutenir les prisonniers et dénoncer les nouvelles violations du droit par Israël, les militants du comité BDS France avaient choisi d’exposer leurs banderoles et de faire circuler sur toute la place de la Comédie devant les terrasses remplies de gens, un groupe de  » prisonniers » pendant qu’au micro une porte parole du comité BDS France 34 apportait de nombreuses explications sur l’état de la lutte et le soutien qui s’organise partout dans le monde…Plus de 800 tracts ont été distribués et un accueil toujours chaleureux des montpelliérains-nes ! Merci.

 

banderoleprisonniers50

Voir la vidéo :

 

Les passants ont été invités à boire le verre d’eau salée en solidarité avec les prisonniers. En effet, ils boivent de l’eau salée pour ralentir la déshydratation de leur organisme puisqu’ils n’ingurgitent rien d’autre.

IMG_3929

A cette occasion les prisonniers ont reçu le  le soutien du « Collectif Gabon-Occitanie » qui lutte lui aussi « contre l’impérialisme occidental et pour l’autodétermination des peuples ».

Gabonnais

En soutien aux prisonniers le Comité a appelé à boycotter les produits HP (Hewlett packard) à la FNAC (et Darty filiale de la FNAC)

bandeauFB-HP

 

 




Action BDS-HP-FNAC Clermont en soutien aux prisonniers palestiniens grévistes de la faim

Depuis le 17 avril, près de 1500 prisonniers politiques palestiniens ont entamé une grève de la faim. Cette grande action collective a été lancée par Marwan Barghouti, symbole de la résistance populaire contre l’occupation. L’emprisonnement massif est un mode majeur de répression par l’Etat israélien des Palestiniens qui résistent à la colonisation de leur pays et à l’apartheid en Palestine.

Devant l’intransigeance du gouvernement israélien, et des risques de déflagration en Palestine, l’AFPS 63 a appelé tous les militant-e-s de la Coalition BDS 63, tous les ami-e-s de la Palestine, tous les défenseurs des droits humains et de la liberté, à participer à une action BDS en soutien aux prisonniers pour demander à la FNAC de retirer de la vente les produits Hewlett-Packard, en raison du soutien qu’apporte HP au système carcéral, sécuritaire et d’apartheid israélien (voir tract ci-joint, et appel du 9 mai 2017 du BNC palestinien .)

Près de trente personnes (AFPS, BDSF, CGT, RESF, JCF, NPA, PG, FSU, Solidaires, …) dont 3 élues de Clermont et Beaumont (EELV, Ensemble !, PCF) ont pénétré le 10 mai 2017, vers 17h00, dans la galerie marchande du Centre commercial Jaude 1 et se sont rassemblées devant le magasin de la FNAC, où elles ont déployé 2 banderoles BDS et portaient des affiches de soutien aux prisonniers palestiniens (voir photos). Une journaliste de La Montagne était présente.

Après une prise de parole de l’AFPS 63 (voir ci-dessous), et confirmation que la FNAC avait bien reçu notre courrier explicatif de cette action (copie ci-jointe), nous nous sommes rassemblés à l’entrée du centre commercial pour faire quelques prises de parole et distribuer 600 tracts aux nombreux passants et discuter avec certains d’entre eux. Une vingtaine de personnes de la Coalition BDS 63, non disponibles à 17h00, nous a ensuite rejoints pour tracter, notamment un élu de « Idées pour Beaumont », des femmes d’associations de quartiers ou d’associations culturelles, et une délégation UNEF. Près de 50 personnes de tous âges et d’horizons variés et 4 élu-e-s ont donc participé à cette mobilisation.

 

Après cette action, nous avons rejoint en cortège, à l’autre bout de la place de Jaude, un rassemblement (près de 200 personnes au total) d’un collectif autour de RESF 63 pour la régularisation des sans-papiers et le droit d’asile. Après les prises de parole des organisations sur les migrants, l’AFPS 63 a fait une intervention expliquant le lien entre les migrants en France, les réfugiés palestiniens, la grève de la faim des prisonniers et le BDS-HP-FNAC. Puis nous avons proposé aux participants de boire un verre d’eau salée, symbole de la grève de la faim des prisonniers palestiniens (#SaltWaterChallenge, initié par le fils de Marwan Barghouti sur les réseaux sociaux). Une vingtaine de personnes a participé.

Le succès de cette action BDS en soutien aux prisonniers en grève de la faim a été permis par l’indignation largement ressentie sur le sort des prisonniers, la convergence avec le mouvement du collectif RESF, et par la mobilisation des militant-e-s AFPS-BDSF, partagée avec la Coalition BDS 63 et ses nombreux contacts, y compris sur Facebook, et relayée notamment par l’UD CGT 63  et SOLIDAIRES Auvergne .

Prise de parole de l’AFPS 63 devant la FNAC : « Pourquoi une action de BOYCOTT devant la FNAC ?

Cette action est conduite en soutien à la grève de la faim entamée depuis le 17 avril à l’appel de Marwan Barghouti, par 1.000 à 1.500 prisonniers politiques palestiniens dans les prisons israéliennes. L’emprisonnement massif dans des conditions très dures est un des moyens utilisés contre la résistance à l’Etat colonial israélien qui vole la terre, l’eau et les maisons des Palestiniens, et impose un système d’apartheid depuis 70 ans. En Cisjordanie, plus de 40 % des hommes ont été emprisonnés depuis 1967, et toutes les familles sont touchées. Victimes de tortures, de traitements dégradants et de négligence médicale, les grévistes de la faim se battent pour leur dignité, pour le respect du droit international et humanitaire bafoué par l’Etat israélien. Alors que la santé des grévistes de la faim se dégrade, les dirigeants du mouvement sont placés en isolement, les organisations internationales comme la Croix-Rouge, les avocats et les familles sont interdits de visite aux prisonniers grévistes ! Une loi israélienne autorise l’alimentation forcée, mais les médecins refusent pour le moment car cet acte est assimilé à la torture. La FNAC vend nombre de produits de la société Hewlett Packard, qui collabore au système carcéral israélien, aux checkpoints, aux cartes biométriques, au blocus de Gaza et à la colonisation de la Palestine. A l’appel du mouvement non violent BDS, un large boycott de HP se développe depuis 2016 dans le monde, dans des centaines de villes de dizaines de pays. En France, nous demandons à la FNAC (et à d’autres distributeurs) de ne plus vendre ces produits. En effet, si la FNAC appliquait sa charte éthique, elle exigerait de ses fournisseurs qu’ils ne soient pas complices de violations des droits humains et du droit international. L’AFPS et la Coalition BDS 63 informeront les citoyens et reviendront s’il le faut.

LIBERTÉ EN PALESTINE ! POUR une FNAC sans HP ! »

 




Solidarité avec les prisonniers palestiniens et pour le boycott d’HP (Montpellier)

Les palestiniens de Gaza qui ont suivi en direct notre action du samedi 29 avril place de la Comédie à Montpellier, nous envoient une vidéo pour remercier les palestiniens présents, le BDS et nous encourager à poursuivre la mobilisation.

Le rassemblement était à l’initiative du Comité BDS France 34 et de l’APLR (Association des Palestiniens du Languedoc-Roussillon).

RASSEMBLEMENT DE SOLIDARITÉ POUR INFORMER LES MONTPELLIÉRAINS A L’APPEL DE BDSF34 ET APLR (Association des palestiniens en Languedoc-Roussillon)

Voir la vidéo de l’action place de la Comédie et l’intervention de Ahmed de Gaza.

 

L’emprisonnement est une composante structurelle de l’apartheid.

Pour l’Etat sioniste comme pour l’ancien Etat raciste d’Afrique du Sud, l’emprisonnement systématique est une composante structurelle du système colonial et d’apartheid. Depuis 1967 plus de 850 000 palestiniens sont passés par les prisons israéliennes. Quantitativement l’emprisonnement permet de démanteler des familles entières, de les plonger dans l’angoisse pour leurs proches emprisonnés, de mettre en danger l’équilibre de l’éducation familiale par l’absence prolongée d’un père ou d’une mère, de plonger dans le besoin les familles privées du salaire du père de la mère. L’emprisonnement perturbe le fonctionnement total de la société. Qualitativement l’emprisonnement permet de stopper l’activité résistante de centaines de militants aguerris et de cadres politiques. Avec la torture il est l’arme la plus féroce de la répression qui vise l’instauration d’un climat de terreur afin d’obtenir la soumission de tout un peuple.

Mais c’est compter sans la résistance légendaire des palestiniens et des prisonniers-res palestiniens-nes, leur courage et leur dévouement à la cause palestinienne.

La détention administrative est une torture psychique pour le détenu comme pour la famille.

Actuellement 6300 prisonniers palestiniens sont emprisonnés dont 500 en détention administrative qui est la forme la plus arbitraire et inhumaine de détention qui soit. En effet, par l’incertitude illimitée qu’elle instaure (la détention sans motif ni perspective de jugement) elle détruits toute possibilité de projet aussi bien pour le prisonnier que pour la famille. C’est une véritable torture psychologique dont Israël abuse avec sadisme.

La libération des prisonniers est une cause nationale pour le peuple palestinien

La question des prisonniers est l’une des dimensions les plus importantes du projet national palestinien, comme la défense de la terre et le refus de la colonisation, la libération de Jérusalem, le retour des réfugiés et l’égalité des palestiniens d’Israël. Dans un communiqué publié le 17 avril, le BNC engageait tout son soutien et appelait le mouvement BDS international à soutenir l’action des prisonniers.

 

 




Pour la Journée du Prisonnier Palestinien : solidarité avec les grévistes de la faim, boycottez HP & G4S !

Nous célébrons la Journée du Prisonnier Palestinien, nous soutenons la grève de la faim pour les droits des prisonniers et l’appel à accentuer le boycott contre Hewlett-Packard et G4S, sociétés qui tirent profit des torts faits aux prisonniers.

 17 avril 2017Aujourd’hui, Journée des Prisonniers Palestiniens, le Comité National palestinien de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BNC) a émis le communiqué suivant :

Aujourd’hui, Journée des Prisonniers palestiniens, le Comité National du BDS palestinien (BNC), la plus grande coalition de la société palestinienne, est aux côtés des plus de 1.000 Palestiniens détenus dans les prisons et centres de détention israéliens qui se sont engagés dans une grève de la faim pour protester contre les graves et incessantes violations des droits fondamentaux des Palestiniens par Israël. Nous appelons à accentuer les campagnes BDS pour isoler le régime d’oppression israélien et faire pression sur les sociétés qui sont fortement impliquées dans les violations israéliennes de nos droits fondamentaux de prisonniers, et spécialement G4S et Hewlett Packard.

Les prisonniers politiques palestiniens en grève exigent la fin de la pratique bien documentée des abus d’Israël contre les prisonniers, le confinement à l’isolement, la torture, la négligence médicale, et le déni des droits garantis par le droit international – y compris le droit à un procès équitable et aux visites des familles et des êtres chers.

Dans les prisonniers palestiniens, il y a des hommes, des femmes et des centaines d’enfants. Il y a des parlementaires, des étudiants militants, des défenseurs des droits de l’Homme, des universitaires, des journalistes et beaucoup de passants. Israël utilise depuis des décennies l’incarcération pour essayer d’étouffer la résistance populaire palestinienne à son occupation militaire, au colonialisme de peuplement et à l’apartheid, et pour éteindre l’espoir des Palestiniens en une vie de liberté, de justice et de dignité.

Le Comité National BDS palestinien (BNC) soutient complètement le courageux combat des grévistes de la faim pour leurs droits et leur dignité. Nous appelons tous les gens de conscience dans le monde à faire croître les campagnes BDS contre le régime d’injustice d’Israël et à accentuer spécifiquement les boycotts contre Hewlett-Packard (HP) et G4S, sociétés complices de la brutalité du système israélien d’incarcération et d’abus sur les prisonniers politiques palestiniens.

La direction du mouvement des prisonniers palestiniens a écrit au BNC pour réaffirmer leur soutien au mouvement BDS et pour tous nous exhorter à intensifier nos campagnes contre G4S et les autres sociétés qui tirent profit des violations par Israël des droits fondamentaux des Palestiniens.

Nos campagnes contre HP et G4S ont déjà donné des résultats encourageants. Outre qu’elle fournit des services à l’armée d’occupation israélienne et une technologie biométrique qui permet à Israël de contrôler et d’appliquer son système de ségrégation raciale et d’apartheid contre les Palestiniens, HP participe pleinement à la l’efficacité technique du système carcéral israélien qui pratique la torture. Plusieurs églises américaines se sont déjà désinvesties de HP et la campagne contre cette société s’est déjà attiré le soutien de communautés de croyants, d’équipes dirigeantes d’étudiants et de syndicats à travers le monde.

Sous la forte pression des militants BDS qui participent à la campagne internationale Stop G4S, G4S a perdu ces quelques dernières années d’importants marchés et investissements dans le monde et a souffert de ce que le Financial Times appelle « atteinte à sa réputation ». En 2016, la société a été obligée de vendre la plupart de ses affaires en Israël et a été obligée de cesser d’aider Israël à gérer ses prisons abusives. Mais G4S a encore des contrats de formation de la police israélienne. Elle reste donc complice des violations israéliennes des droits fondamentaux des Palestiniens et, aujourd’hui, nous réaffirmons notre engagement à maintenir la pression sur cette société jusqu’à ce qu’elle mette complètement fin à sa complicité.

Au cours des 50 dernières années, plus de 800.000 Palestiniens ont été emprisonnés ou détenus par Israël, ce qui veut dire qu’environ 40 % des hommes palestiniens qui vivent sous occupation armée ont été privés de leur liberté. Presque chaque famille palestinienne a souffert de l’emprisonnement d’un être cher. Actuellement, Israël détient plus de 6.000 Palestiniens, dont plus de 500 « détenus administratifs » arrêtés sur des « preuves secrètes » que ni eux ni leurs avocats ne sont autorisés à voir ou à réfuter dans un tribunal. Ces personnes sont emprisonnées sans charges ni procès, et leur détention peut être indéfiniment renouvelée, selon un système kafkaïen qui devrait choquer la conscience du monde

C’est contre ce recul et cette réalité que les prisonniers palestiniens ont lancé aujourd’hui une grève massive de la faim et que les Palestiniens des principales villes palestiniennes ont organisé des rassemblements de soutien aux prisonniers et à leur grève de la faim.

Il est clair que la politique israélienne d’arrestations massives et de violations des droits des prisonniers politiques palestiniens cherche à « enterrer les aspirations légitimes d’une nation tout entière ». Mais nous savons que notre lutte collective et la solidarité massive internationale qu’elle inspire, et qui se manifeste dans le mouvement BDS, contrecarrent l’une et l’autre l’objectif brutal d’Israël et contribuent à la création d’un monde plus juste et plus beau.

Le Comité National BDS palestinien (BNC) est la plus large coalition de la société civile palestinienne. Il conduit et soutient le mouvement mondial de Boycott, Désinvestissement et Sanctions.

Allez sur www.bdsmovement.net et suivez le @BDSmovement

Source: bdsmovement

Traduction : J. Ch. pour BDS France




Stop commerce avec l’apartheid, boycott HP à la FNAC Montpellier

Dans le cadre de la semaine de solidarité BDS France avec les prisonniers palestiniens, après Paris, Lyon et Strasbourg, les  Comités BDS France 30 et 34 (Nîmes et Montpellier) ont mené une action de boycott des produits HP diffusés par la FNAC de Montpellier.

La police qui visiblement, savait que nous avions projeté une action dans le magasin FNAC avait déployé un cordon de policiers et vigiles nous interdisant l’accès au magasin. Cela ne nous a pas empêché de mener notre action de dénonciation  des méfaits de l’entreprise criminelle HP (Hewlett Packard) qui fabrique de très nombreux outils technologiques destinés à contrôler, surveiller et opprimer le peuple palestinien et les prisonniers palestiniens. HP s’enrichit de sa collaboration au renforcement de l’apartheid israélien contre le peuple palestinien : Boycottons HP !

Les Comités BDS 30 et 34  ont dénoncé également la FNAC qui  en tant qu’un des principaux diffuseur des produits informatique HP, se fait la complice l’entreprise criminelle HP. La direction qui a envoyé un de ses cadres filmer et photographier notre action, a refusé de nous recevoir et même refusé qu’on lui remette un courrier. La FNAC se targue pourtant d’avoir des « valeurs » et une charte éthique qui nous assure que la FNAC respecte les droits Humains…Marketing, marketing…

Les militants BDS ont sillonné les 3 étages du principal centre commercial de Montpellier (Le Polygone) où ils ont fait de nombreuses prises de paroles explicatives, très bien accueillies par les passants. 800 tracts ont été diffusés pendant 1h30 de présence dans le Polygone.

Ce dessous la vidéo qui retrace cette action :

En sortant nous sommes allés saluer et soutenir nos frères et camarades Gabonnais qui tenaient un stand  car le BDS est contre tous les colonialismes !

 

Tract diffusé :(Cliquez pour agrandir)




FRANCE: Semaine d’actions dans plusieurs grandes villes en solidarité avec les prisonniers palestiniens et pour le boycott de HP

Le samedi 15 avril, dans le cadre de la Journée internationale de solidarité avec les prisonniers palestiniens, des dizaines de militants des BDS se sont rassemblés devant les magasins «FNAC» de plusieurs grandes villes de France pour demander à la FNAC de se conformer à son propre code de déontologie cessant de proposer à la vente des produits HP tant que HP est impliqué dans les violations des droits humains d’Israël.

À Paris, dans une action non violente et symbolique, ces militant-e-s étaient devant la FNAC avec pour sensibiliser au sort de plus de 6500 prisonniers politiques palestiniens actuellement incarcérés par Israël.
(Voir la vidéo et les images de l’action de Paris)

Comme à Lyon, ils ont informé les passants de l’implication directe d’Hewlett-Packard Enterprise dans le régime pénitentiaire israélien. HP-E maintient les serveurs du Service pénitentiaire d’Israël et d’autres infrastructures informatiques et fournit une formation à son personnel.
(Voir les photos de Lyon)

Les manifestants ont finalement pu rencontrer le responsable du magasin qui s’est engagé à transmettre leurs demandes à ses supérieurs. En novembre dernier, la même lettre a été envoyée au directeur général de la FNAC et à son comité d’éthique. Les deux lettres n’ont pas reçu encore de réponses.

Les militant-e-s de la Campagne sont déterminés à poursuivre cette campagne jusqu’à ce que qu’HP respecte le droit international.

Des actions similaires ont déjà été annoncées cette semaine à Strasbourg et à Montpellier, tandis que plus de 1500 prisonniers palestiniens ont commencé une grève de la faim illimitée.
#Free_Palestinian_Political_Prisoners, #BoycottHP
#PalHunger, #StopAD, #NotATarget

 

FRANCE : Week of actions in several big cities in solidarity with Palestinian prisoners and for the boycott of HP
On Saturday April 15, as part of the International Day of solidarity with Palestinian prisoners, dozens of BDS activists gathered in front of the ‘FNAC’ stores in several big cities of France to demand that the retailer comply with its own Code of Ethics by refusing HP products as long as HP is involved in Israel’s human rights violations.

In Paris, in a non-violent and symbolic action, they gathered in front of the store with fences to raise awareness about the fate of more than 6500 Palestinian political prisoners currently incarcerated by Israel. 
(see the video and pictures from Paris action)

Like in Lyon, they informed passers-by of Hewlett-Packard Enterprise’s direct involvement in Israel’s prison regime. HP-E maintains Israel Prison Service’s servers and other IT infrastructure and provides training for its personnel.
(see pictures from Lyon) 

Protestors could finally deliver their demands to the store manager who committed to forward it to their superiors. Last November, the same letter was sent to FNAC’s General manager as well as its Ethics committee. Both letters went unanswered.

Despite police intervention and warnings against further actions, the activists declared their determination to continue until their demands are satisfied. Similar actions are already announced this week in Strasbourg and Montpellier while more than 1500 Palestinian prisoners started an unlimited hunger strike.
#PalHunger, #StopAD, #NotATarget



BDSF34 : Une « Journée de la Terre » en actions ! (2)  » OCCUPY COMEDIE  » !

Après avoir mené une action contre le commerce avec l’apartheid israélien chez LIDL le vendredi 31 mars ; pour commémorer la Journée de la Terre ,  le Comité BDS France 34, a  fait flotter les drapeaux palestiniens la place de la Comédie samedi après-midi et apporté son soutien fraternel au Comité des Guyanais.

Même si le soleil n’a pas eu le courage de percer les nuages, la pluie s’est arrêtée et c’est sous un ciel couvert mais lumineux que le Comité BDS France 34 et ses amis ont « occupé » la Comédie. Le soutien des montpelliérains et montpelliéraines est toujours aussi actif et attentionné. Près de 2000 tracts ont été diffusés, des dizaines de signatures récoltés et de nombreux contacts notés.

 

IMG_3575.jpg
Les drapeaux palestiniens flottent sur la Comédie…

 

De très nombreux jeunes s’arrêtent pour signer et s’informer sur la Palestine

Daniel a eu l’excellente idée d’amener son saxo et ainsi créer une ambiance chaleureuse :

Puis nous sommes allés à la rencontre des Guyanais-ses qui s’étaient regroupés sur le parvis du Théâtre

IMG_3604




BDSF34 : Une « Journée de la Terre » en actions ! (1) LIDL Stop commerce avec l’apartheid !

Pour commémorer la Journée de la Terre du 30 mars 2017 , le Comité BDS France 34 a mené deux actions à Montpellier. Chez LIDL contre le commerce avec l’apartheid israélien et place de la Comédie en occupant l’espace public. Actions soutenues par APLR, CIMADE L-R, CCIPPP34, CMF, FUIQP, MAN, NPA, PODEMOS-Montpellier, UJFP

 LIDL :  STOP COMMERCE AVEC L’APARTHEID ISRAÉLIEN !

Vendredi 31 mars, le Comité BDS France 34 a mené une nouvelle action au LIDL « Voltaire » .

IMG_3552
31-03-2017- Stand à l’entrée du magasin pour la signature des coupons de solidarité et de la pétition contre « Mehadrin »

Et intervention dans le magasin pour informer les clients sur les lingettes pour BB, marque « Toujours » « made in Israël ».

Et sur la nature des produits Mehadrin : des avocats présents en quantité…

avocatsmehadrin.jpg

Comme nous commençons à mettre les avocats dans le caddie, un responsable du magasin qui vient de parler au téléphone avec la direction termine le retrait des cartons d’avocats, les amène dans la réserve, nous signale qu’il les remettra après, nous autorise à distribuer nos tracts dans le magasin…

Dans cette action nous avons rappelé l’histoire de la Journée de la Terre en Palestine et diffusé le tract (ci-après).  Et à l’occasion des excuses que nous présentons toujours aux salariés du magasin en raison du tracas et du stress que notre intervention peut provoquer, nous avons fait un petit rappel des faits et méfaits de l’entreprise LIDL envers ses salariés-ées.

 

LIDL : UNE CULTURE D’ENTREPRISE INQUIÉTANTE  !

 » 2005,  Nantes. Dans l’entrepôt LIDL de Nantes, le journal « Les échos » a révélé qu’il y avait 65 caméras vidéos pour 60 salariés, soit disant pour lutter contre le vol mais surtout pour mieux contrôler le rendement des salariés qu’on ne laissait pas souffler une minute.

L’été 2006, le syndicat allemand VER-DI a publié après enquête « Le livre noir de LIDL » qui dénonce une culture d’entreprise fondée sur le harcèlement moral, sur des conditions de travail dégradantes et une pression incessante sur ses salariés. Et on peut y lire cet exemple d’une employée qui a reçu un avertissement où il était écrit :  » La semaine dernière, vous êtes allés 9 fois aux toilettes où vous êtes restée en moyenne 72 minutes. C’est 27 minutes de plus qu’autorisées ; elles vous seront décomptées de votre temps de travail. »

En 2008 le journal allemande Der Spiegel, repris dans Courrier International, publie un article dont le titre suffit à lui même : «  La vie en boite. LIDL frappé d’espionnite aiguë ». En plus des caméras, LIDL avait fait appel à une agence de détectives pour surveiller ses salariés à qui il était interdit d’avoir des relations en dehors du travail…!

On voudrait bien croire que c’est le passé et que ces cas extrêmes sont dépassés mais on ne peut oublier qu’en mai 2015 dans un entrepôt LIDL des bouches du Rhône, Yannick 33 ans, un salarié de LIDL s’est suicidé à Rousset, sur son lieu de travail à cause d’une surcharge de travail et de la pression grandissante de sa hiérarchie.  (…)

… et actuellement dans le LIDL de Ploumagoar, près de Guingamp, un délégué syndical CGT est en butte à la répression…

 




Des élus et des militants en action BDS devant deux magasins LIDL de Clermont-Fd/Beaumont (63)

Le vendredi 17 mars, de 16h30 à 19h15, quinze militant-e-s de la Coalition BDS 63 (AFPS, BDSF, PCF, NPA, ATTAC, LDH, CGT, RESF) et 5 élu-e-s de deux municipalités : Clermont (3 élus PCF, deux adjoints au maire s’étant excusés : un élu EELV et un élu PCF, mobilisé sur une action d’ouvriers en grève de l’usine CANDIA) et Beaumont (une élue PCF et un d’IDEES Pour Beaumont) se sont rassemblés devant deux magasins LIDL à Clermont-Oradou et à Beaumont-Masage  (photos jointes) pour distribuer près de 300 exemplaires d’un tract (ci-joint) expliquant aux clients l’importance du boycott des produits de la colonisation israélienne, et en particulier des fruits et légumes commercialisés par la société Mehadrin en provenance des colonies illégales en territoire palestinien occupé (voir à ce sujet la brochure « Cultures d’injustice » publiée par 16 ONG palestiniennes en 2013, ci-jointe Cultures injustice_16 ONG palestine 2013).

L’accueil de la majorité des clients, de tous âges et de toutes origines, a été excellent et 113 ont signé une pétition (ci-jointe papillon clients lidl_BDS 63_mars2017) demandant à LIDL de cessez le commerce avec les entreprises israéliennes comme Mehadrin. Plusieurs clients nous ont aussi indiqué qu’ils privilégient les produits agricoles locaux pour leurs achats. Une demi-douzaine d’entre eux ont laissé leurs contacts pour recevoir des informations sur nos actions.

Les élu-e-s ont tenu à être présents suite au vœu voté par la municipalité de Clermont-Fd pour l’interdiction de l’importation des produits des colonies illégales, ainsi qu’en soutien aux militants du Conseil National de l’AFPS victimes d’attaques et de menaces graves de la part d’un groupuscule se proclamant « Brigade juive ». Ces menaces, dirigées contre les actions BDS, ont été notamment relayées par les sites de la Ligue de Défense Juive (LDJ) et de Coolamnews, site qui se vante de la mise à sa disposition de moyens de l’armée israélienne (http://www.france-palestine.org/Agir-face-aux-menaces-des-fascistes-pro-israeliens ).

Une lettre de la Coalition BDS 63 (39 organisations) pour la direction départementale de LIDL (ci-jointe Courrier a LIDL- BDS 63 – 17 mars 2017) a été remise aux représentants de la direction des deux magasins. Cette lettre rappelle à LIDL les liens entre les produits agricoles vendus par Mehadrin et le vol des terres palestiniennes et l’illégalité des colonies en droit international, ainsi que le vœu des élus de Clermont-Fd pour leur interdiction.

Les informations sur le boycott contenues dans l’appel à cette action par la Coalition BDS 63 avaient aussi été relayées dans les réseaux sociaux et syndicaux, notamment par les sites web « demosphere  clermont» (https://63.demosphere.eu/rv/250 ) et « ud cgt 63 ».

tract LIDL_63_31mai201




LIDL : Stop commerce avec l’apartheid : un accueil chaleureux des clients

Samedi 4 mars le Comité BDS France 34  poursuit sa campagne pour que LIDL cesse le commerce avec l’apartheid israélien.

L’intervention a lieu au LIDL de l’avenue des Près d’Arènes, tout près du quartier populaire de St. Martin et des nouveaux appartements construits autour de la rue de l’industrie, l’ancienne zone industrielle de Montpellier dont il ne reste plus aucune entreprise.

En 2016 plusieurs actions ont été menées dans ce LIDL et tout un travail de sensibilisation a été fait dans le quartier St Martin (collages, diffusions de tracts ) par le comité BDSF34. Les commerçants de ce quartier qui avaient accepté en grand nombre de mettre les tirelires de la Coalition contre Agrexco pour la 2ème flotille de Gaza en 2011 connaissent les militants et acceptent avec plaisir les affiches contre Mehadrin chez LIDL du Comité BDS France 34.

lidlaffichea3

La sympathie de la clientèle avec le BDS est telle que la direction (la seule qui n’a pas déposé de plainte contre le Comité) ne peut se permettre d’intervenir agressivement contre les militants. Elle sait aussi que les militants-tes BDS sont des gens calmes, raisonnables, non-violents qui ne cassent rien et qu’il est difficile de nier la colonisation israéliennes et les crimes commis par Israël devant un public informéet solidaire.

Durant la semaine il y avait de chez Mehadrin, des avocats, des pomélos Jaffa et des grenades…

Ce jour là il y a surtout des Pomelos Jaffa et… des lignettes BB « Toujours » « made in Israël »

lignettesbb

 

Un groupe reste à l’entrée pour distribuer les tract et parler avec les clients :

entree

Au micro, réglé pas trop fort, les militants-tes apportent les explications relatives à l’action en parcourant le magasin :

 

Ils se déplacent dans le magasin là où sont les clients. Ce samedi en raison des avis de tempête il y avait moins de client que d’habitude.

caissesecoute

Quand les gens font la queue aux caisses ils sont plus disponibles pour écouter.  Ils sont attentifs…

jeunesecout

Des clients rediffusent spontanément l’action (!):

Samedi il y avait un monsieur qui suivait les intervenants, approchant parfois son téléphone du micro, il était détendu et souriant alors on lui a demandé ce qu’il faisait. Il nous a répondu qu’il faisait écouter  les interventions à sa femme car il trouvait ça bien :

 

Une autre personne qui filmait nous a dit qu’elle mettrait la vidéo  sur sa page FB …

 

Les objectifs  Campagne BDS sont toujours rappelés…

 

 

saadiapetite

En 1h15 54 signatures de solidarité récoltées !

Les signatures des coupons sont très faciles à obtenir car les clients ont eu le temps d’entendre les diverses interventions et de lire le tract. Les militants s’installent sur une petite banque après les caisses et les gens s’arrêtent :

Une action réussie ! Merci à tous les clients-tes de LIDL qui ont témoigné une fois de plus leur solidarité avec le peuple palestinien en soutenant le BDS !

autocollantlidlbdsf34

tractlidl

 

 




LIDL, cessez le commerce avec l’apartheid !

Le Comité BDS France 34 lance sa campagne 2017 pour cesser le commerce avec les entreprises israéliennes. L’appel au boycott d’Israël lancé par les Palestiniens ne consiste pas seulement à demander aux consommateurs de boycotter les produits des entreprises israéliennes. Il consiste aussi et surtout à convaincre et contraindre, si nécessaire, les entreprises françaises de cesser tout commerce avec l’apartheid.
Pour 2017, BDSF34 a inauguré un nouveau mode d’action : inclure dans ses actions des représentants de partis, syndicats, associations et diverses personnalités qui soutiennent le BDS sans pouvoir participer régulièrement à ses actions et impliquer davantage les clients de LIDL.
Le 11 février, trois syndicats et un conseiller municipal (EELV), artiste de surcroît ont activement participé à l’action BDS.

Thierry Arcier, Viticulteur, porte parole 34 de la Confédération Paysanne ainsi que Martine et Mariano Pusceddu membres de la conf.

Mathieu Brabant, secrétaire national de la FERC CGT, (Fédération éducation recherche et culture) de la CGT ainsi que Dominique Paumelle militante FERC-CGT.

Bruno Nougarède, militant Sud’éduc, représentant SOLIDAIRES34

Michel Marre, Conseiller municipal (EELV) de Castelneau-le-Lez, musicien, compositeur et cinéaste.

Impliquer massivement la société civile dans l’action directe non violente pour la liberté, la justice et l’égalité pour le peuple palestinien jusqu’à l’autodétermination, tel est le sens de l’Appel BDS palestinien de 2005.

Que pouvait faire la police face à trente militants non-violents qui ont argumenté leur action fondée sur le droit international et face à des dizaines de clients qui ont affiché leur solidarité en portant l’autocollant « LIDL stop commerce apartheid » ?  sinon discuter et laisser se dérouler l’action comme prévue par le comité BDSF34. deux courageuses clientes ont même  interpellé les policiers en leur disant « pourquoi vous ne les laissez pas faire , ils ne font rien de mal, ils ont raison » …

La direction de ce LIDL (et de 3 autres magasins de la ville) a déposé en 2016,  deux plaintes contre BDSF34. Début janvier 2017 nous lui avons remis un courrier de demande de rendez-vous pour trouver une issue au problème : aucune réponse.
Au moment où le gouvernement israélien du fasciste et raciste Netanyahu, porté par le raciste Trump,  multiplie les annonces de colonies en territoire occupé palestinien et fait voter des lois d’annexion de territoires palestiniens, il est plus que jamais nécessaire de lutter contre l’apartheid israélien.

Le comité BDSFance 34 et les amis du BDS et de la Palestine avons, à notre niveau, modestement mais fermement déterminés, engagé la bataille sur le terrain.

31 militants ont participé à l’action.

Comité BDS France34




Sous la pression de BDS, G4S met fin à la plupart de ses activités illégales avec Israël

Les défenseurs des droits de l’homme intensifient la pression contre la compagnie 

G4S annonce la cession de la plupart de ses activités en Israël, en raison de l’intense pression exercée par BDS

G4S reste impliqué dans l’entrainement de la police israélienne et la construction dans les colonies.

Les militants de la campagne BDS célèbrent une victoire et appellent à maintenir la pression.
2 décembre 2016 – La plus importante compagnie mondiale de services de sécurité G4S, a annoncé aujourd’hui qu’elle vendait la plupart de ses entreprises en Israël après qu’une campagne efficace contre la compagnie, menée par le mouvement pour les droits des Palestiniens BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) conduit par les Palestiniens, ait causé « des dommages à sa réputation ».

 Réagissant à cette nouvelle ainsi qu’au fait que G4S maintient néanmoins certains projets illégaux avec Israël, Rafeef Ziadah, parlant pour le BNC (Palestinian BDS National Commitee) a déclaré : « Nous avons réussi à pousser une des plus importantes entreprises mondiales à vendre le coeur de ses activités en Israël. Notre campagne coordonnée mondialement a eu un réel impact. Nous allons continuer notre campagne jusqu’à ce que G4S mette fin à toutes ses implications dans la violation des droits des Palestiniens. »

 Les multinationales françaises Veolia et Orange ainsi que la plus grande entreprise de matériaux de construction irlandaise CRH ont toutes quitté le marché israélien depuis septembre 2015, essentiellement à cause de la campagne BDS.

 « Un effet domino est à l’oeuvre ici » a dit Ziadah, « Certains dirigeants de fonds d’investissement ont compris que leur responsabilité fiduciaire les obligeait à désinvestir des entreprises internationales et israéliennes et des banques complices des incessantes violations du droit international par Israël ».

 Guman Mussa, coordinateur au BNC pour le monde arabe, a ajouté :

« Ce n’est pas tous les jours que les militants des droits de l’homme peuvent contraindre une importante multinationale comme G4S à mettre fin à son implication dans de sérieuses violations des droits humains gràce à une campagne soutenue et stratégique de pressions populaires.La campagne BDS manifestement fonctionne et d’autres multinationales complices comme Hewlett-Packard et Alstom devraient en prendre note

 « Nous dédions cette victoire à tous les prisonniers politiques palestiniens qui, en 2012, ont appelé le mouvement BDS à intensifier le boycott de G4S en raison de son rôle dans les prisons israéliennes, où la torture est répandue.

 G4S est une entreprise britannique de services de sécurité qui aide Israël à gérer les prisons où des prisonniers politiques palestiniens sont enfermés sans jugement et soumis à la torture et à de mauvais traitements. Elle est également impliquée dans la fourniture d’équipements et de services aux checkpoints militaires d’Israël, aux colonies illégales et aux infrastructures policières et militaires.

 La campagne internationale « Stop G4S » à couté à la compagnie l’abandon de contrats valant des millions de dollars en Europe, dans le monde arabe, en Afrique et ailleurs.

 La liste des clients perdus par G4S comporte des entreprises privées, des universités, des syndicats et des organes des Nations Unies.

 En dépit de la vente de ses filiales, 64S reste directement complice des violations des droits des Palestiniens par Israël au travers de « Policity », le centre d’entrainement national phare qu’elle possède en commun et du groupe « Shikun & Binui » profiteur de la colonisation.

 C’est la police israélienne qui intervient dans Jérusalem-Est occupée, au lieu de l’armée israélienne dans le reste de la Palestine occupée, en tant que surveillant de l’annexion illégale par Israël, protégeant les colonies illégales, et opprimant la population palestinienne de la ville.

 Riya Hassan, coordinatrice de la campagne BDS en Europe, conclut : « Le BNC est déterminé à poursuivre sa campagne contre G4S, en partenariat avec d’autres luttes pour la justice au travers du monde. Des Etats-Unis à la Palestine, de l’Afrique du Sud au Royaume-Uni, G4S profite du commerce manifestement raciste de l’incarcération de masse.

 « Comme lors de la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud, la pression de BDS contre le régîme israélien d’occupation, de colonisation de peuplement et d’apartheid a conduit certaines des plus puissantes multinationales à comprendre que tirer profit des violations des droits des Palestiniens par Israël n’est pas seulement sans éthique et socialement irresponsable. C’est également carrément nuisible aux affaires . »

Notes

  • En mars 2016, G4S a annoncé qu’elle allait vendre ses filiales en Israël dans les « 12 à 24 mois » à venir. En évoquant ce départ, le Financial Times a rapporté que G4S allait « se sortir de lui-même d’une entreprise nuisant à sa réputation ».
  • Plus récemment, l’UNICEF en Jordanie et une des principales chaînes de restaurants en Colombie sont les dernières organisations à mettre fin à leurs contrats avec G4S, suivant les campagnes de BDS.
  • Le fonds souverain norvégien a désinvesti de Shikun & Binui en 2012, comme le « Superannuation Fund » de Nouvelle-Zélande, qui a cité « l’implication de la compagnie dans la construction de colonies de peuplement dans les Territoires Occupés de Palestine ».
  • En juin 2014, la fondation Bill Gates a suivi une campagne internationale et retiré toute sa mise de 170 millions de dollars de G4S. Le même mois, l’église méthodiste unie des États-Unis a retiré toutes ses actions de son fonds d’investissement. L’Institution Publique de Sécurité Sociale du Koweït (PIFSS : Public Institution for Social Security) a décidé de désinvestir de G4S en juin 2016, suivant les appels de BDS-Koweït et du BNC.

Source: BDS Movement

Traduction: RM pour BDS France