[Communiqué BDS France et appel à action 25 novembre] Boycottons le festival du film israélien !

 

 

 Communiqué de BDS France et appel à action pour le 25 novembre

 

La campagne BDS France dénonce  le Festival du Cinéma Israélien de Paris comme un événement de propagande qui instrumentalise des œuvres artistiques pour blanchir le comportement criminel d’un État voyou.

 

L’État israélien colonise, annexe, occupe, détruit des maisons et des arbres, discrimine, enferme, opprime, blesse, torture, et tue des Palestinien.nes tous les jours, en infraction avec de nombreuses lois internationales et résolutions des Nations Unies.

 

Pour faire oublier ses crimes, l’État israélien finance, à travers le ministère des affaires étrangères et celui de l’immigration et d’intégration, des événements culturels qui se retrouvent complices de ce blanchiment.

 

Ces films peuvent être projetés en France partout, à tout moment, alors qu’ils sont utilisés ici comme arme de propagande en faveur du gouvernement israélien et de ses politiques racistes,  brutales et criminelles.

 

Avec la société civile palestinienne, ses artistes et ses cinéastes, nous demandons aux citoyens du monde entier, par solidarité, de boycotter ce festival qui tente de faire oublier les aspects les plus sombres d’un État d’apartheid qui trahit la démocratie et ne respecte pas les droits humains les plus basiques.

 

AGISSONS LE 25 NOVEMBRE

Contre l’instrumentalisation de l’art par le gouvernement israélien, agissons sur les réseaux sociaux le 25 novembre avec une tweetstorm et les hashtags #boycott #festivalcinemaisraélien !

Voici quelques messages types pouvant être utilisés dans vos tweets :

Oui au cinéma, non à la propagande israélienne. Boycottons le festival du cinéma israélien de Paris, sponsorisé par le gouvernement israélien !#boycott #festivalcinemaisraélien

Informations ⏩ https://bit.ly/35Uk0NE

Pourquoi le boycott culturel ?  https://bit.ly/3360qwf

 

Boycottons le festival du cinéma israélien de Paris, utilisé par le gouvernement israélien pour faire oublier sa politique d’apartheid. #boycott #festivalcinemaisraélien

Informations ⏩ https://bit.ly/35Uk0NE

Pourquoi le boycott culturel ?  https://bit.ly/3360qwf

 

Contre l’instrumentalisation d’événements culturels par le gouvernement israélien, boycottons le festival du cinéma israélien de Paris. #boycott #festivalcinemaisraélien

Informations ⏩ https://bit.ly/35Uk0NE

Pourquoi le boycott culturel ?  https://bit.ly/3360qwf

 

Pas d’apartheid dans ma salle de cinéma ! Boycottons le festival du cinéma israélien de Paris, sponsorisé par le gouvernement israélien. #boycott #festivalcinemaisraélien

Informations ⏩ https://bit.ly/35Uk0NE

Pourquoi le boycott culturel ?  https://bit.ly/3360qwf

 

Support art and cinema, boycott apartheid and Israel’s instrumentalization of cultural events to hide its crimes !#boycott #festivalcinemaisraélien

Informations ⏩ https://bit.ly/35Uk0NE

About cultural boycott  https://bit.ly/3360qwf

Pour que nos actions remontent jusqu’aux organisateurs du festival, n’hésitez-pas à publier des messages sur leur page Facebook. L’idée est de sensibiliser et d’inciter à se renseigner sur les raisons du boycott, non de les harceler ; restons courtois.e.s et bienveillant.e.s.

Pour étayer l’argumentaire, n’hésitez-pas à partager la déclaration du mouvement Boycott from within sur ce festival  ainsi que notre document de quatre pages sur le boycott culturel.

Voici également des visuels pour illustrer vos publications

Et si vous n’avez pas Twitter, vous pouvez également poster sur Facebook:

Nous comptons sur vous !

 

 




Plus de 100 syndicats, mouvements et associations de solidarité exigent l’inclusion de HPE dans la base de données de l’ONU sur la colonisation

4 novembre 2020 | par le Comité National BDS palestinien (BNC) | Source | Traduction : J. Ch. pour BDS France

HPE (Hewlett Packard Enterprises) fournit des serveurs pour la base de données de l’Autorité israélienne sur la Population et l’Immigration, qui comprend les Israéliens qui vivent dans les colonies illégales sur le territoire palestinien occupé.

 

Plus de cent syndicats, associations d’étudiants, mouvements et associations de solidarité à travers le monde se sont associées pour envoyer une lettre au Bureau du Haut Commissaire aux Droits de l’Homme des Nations Unies (OHCHR) Michelle Bachelet, exigeant que Hewlett Packard Enterprises (HPE) soit inclus dans la base de données des sociétés complices de l’entreprise coloniale d’Israël. HPE fournit des serveurs exclusifs pour le maintien de la base de données pour l’Autorité israélienne de la Population et de l’Immigration. Celle-ci comporte la ‘base de données Yesha’ des citoyens israéliens qui vivent dans les colonies illégales sur le territoire palestinien occupé.

 

Parmi les signataires on trouve Forsa, le plus grand syndicat irlandais de service public, ainsi que Sinn Fein et le Parti Communiste d’Irlande ; Central Unica dos Trabalhadores, centre national des Syndicats du Brésil, qui compte 7.5 millions de membres ; UNISON, le plus important syndicat du Royaume Uni avec plus de 1.3 million de membres, et la Fédération des Etudiants d’Inde, la plus grande association étudiante d’Inde avec plus de 4 millions de membres.

Vous trouverez ci-dessous la lettre envoyée à l’OHCHR, suivie des signataires.

 

Mme. Michelle Bachelet,

Haut Commissaire aux Droits de l’Homme de l’ONU

30 octobre 2020

 

En février 2020, le Bureau du Haut Commissaire aux Droits de l’Homme des Nations Unies (OHCHR) a publié sa très attendue base de données des sociétés complices de l’entreprise coloniale d’Israël. Il a listé 112 sociétés qui fournissent des équipements et des services pour entretenir, construire et étendre les colonies illégales israéliennes dans le Territoire Palestinien Occupé (TPO), y compris Jérusalem Est. La base de données est largement appréciée en tant qu’outil permettant de s’assurer que ces entreprises respectent les droits fondamentaux des Palestiniens. La Résolution 31/36 du Conseil aux Droits de l’Homme, qui a établi cette base de données, exige aussi qu’elle soit annuellement mise à jour.

Nous, organisations signataires, exhortons par conséquent l’OHCHR à inclure Hewlett Packard Enterprises (HPE) dans la prochaine mise à jour de la base de données des sociétés complices de l’entreprise coloniale illégale d’Israël.

HPE fournit des serveurs à l’Autorité Israélienne pour la Population et l’Immigration pour l’entretien du registre israélien informatisé de la population, qui comprend la ‘base de données Yesha’ des citoyens israéliens qui vivent dans les colonies illégales des TPO. Par conséquent, HPE joue un rôle conséquent dans l’entretien de l’entreprise coloniale israélienne.

Nous vous exhortons à inclure HPE dans la base de données pour sa complicité dans l’entreprise coloniale d’Israël et le profit qu’elle en tire, ce qui équivaut à la pratique du colonialisme de peuplement et de l’apartheid.

Au vu de l’annexion de facto continue et de l’annexion de jure projetée du territoire palestinien occupé par Israël, deux faits que vous avez fermement condamnés comme illégaux, il est plus urgent que jamais de s’assurer que les entreprises satisfont leurs obligations de respecter les droits de la personne humaine et ne soutiennent pas ce régime colonial illégal et criminel. La base de données du Conseil aux Droits de l’Homme est un outil efficace de responsabilité dans ce but, et l’inclusion de HPE, et autres entreprises également complices, est une démarche nécessaire dans la bonne direction.

Signataires :

Australia

Australian Friends of Palestine Association
Australians for Justice and Peace in Palestine
Australians For Palestine
Australia Palestine Advocacy Network
Australian Palestinian Professional Association (APPA)
BDS Australia
Byron Friends of Palestine
Casey Friends of Palestine
Christians for Peace, Newcastle
Coalition for Justice and Peace in Palestine
Federation of Italian Migrant Workers (FILEF) Sydney
Free Palestine,  Melbourne
Friends of Hebron Sydney
Friends of Palestine (Western Australia)
Palestine Israel Ecumenical Network
Sydney University Staff for BDS
Women For Palestine

 

Belgium

Belgian Campaign for Academic and Cultural Boycott of Israel (BACBI)

 

Brazil

Central Única dos Trabalhadores: National Trade Union Centre with ~7.5 million members

 

Canada

Academics for Palestine Concordia
Canada Palestine Association, Vancouver

 

Finland

Finnish-Arab Friendship Society

 

France

Campagne BDS France

 

Germany

BDS Berlin

 

India

All India Students’ Association
Badayl
Food Sovereignty Alliance
Indo-Palestine Solidarity Network
Janwadi Mahila Samiti (AIDWA, Delhi)
National Dalit Christian Watch
Student Christian Movement of India
Students’ Federation of India (SFI): Largest students association with over 4 million members

 

Ireland

Action from Ireland (Afri)
Administration Managers Branch, CWU
Belfast and District Trades Union Council
Brazilian Left Front
Castlebar & District Council of Trade Unions
Centre for Global Education
Communication Workers’ Union:
CWU Dublin No. 2 Branch
Communications Workers Union Sligo District Ireland
Cork Area Managers Branch
Dublin Mails Managers Branch, Communication Workers Union
Dublin Postal Clerks Branch
Galway District Branch
Limerick Branch
Mallow Postal Branch
Mullingar Managers Branch
Mullingar Postal Branch
Sligo Area Postal Managers Branch
Communist Party of Ireland
Dublin Mails Managers Branch, Communication Workers Union
Dublin Postal Clerks Branch, CWU
eir National Managers Branch
Fórsa: Ireland’s largest public service union with 80,000 members
Gaza Action Ireland
Global Solidarity Committee, Irish Congress of Trade Unions
Irish Freethinkers and Humanists
Irish National Teachers’ Organisation
Ireland-Palestine Solidarity Campaign
Justice for Palestine, Comhlámh
Mandate Trade Union
Newry & Mourne UNISON Branch 5091
Peace and Neutrality Alliance
People Before Profit
Sinn Féin
Students for Justice in Palestine DCU
The Workers’ Party of Ireland
Trade Union Friends of Palestine
UNISON Northern Ireland

 

Italy

BDS Italia
BDS Torino
Comitato No Nato
G.A.M.A.D.I
Nowaroma
Rete Romana di solidarietà con il Popolo Palestinese
Un Ponte Per

 

Malaysia

BDS Malaysia

 

New Zealand

Palestine Solidarity Network Aotearoa

 

Northern Ireland

Quaker Service

 

Norway

Akademisk og Kulturell Boikott av staten Israel (AKULBI)
The Palestine Committee of Norway

 

Slovenia

Gibanje za pravice Palestincev

 

South Africa

Palestine Solidarity Association UWC
Palestine Solidarity Campaign
South African BDS Coalition

 

Sri Lanka

National Fisheries Solidarity

 

Switzerland

Association Switzerland-Palestine
BDS Switzerland
Collectif Urgence Palestine-Vd
Gerechtigkeit und Frieden in Palästina

 

The Netherlands

Article 1 Collective
Breed Platform Palestina
DocP/BDS Netherlands
Stichting Groningen-Jabalya

 

United Kingdom

BRICUP (the British Committee for the Universities of Palestine)
Craigavon Council of Trade Unions
Jewish Network for Palestine
Omagh Trades Union Council
Palestine Solidarity Campaign
Scottish Palestine Solidarity Campaign
UNISON: UK’s largest union with more than 1.3 million members

 

United States of America

BDS and Palestine Solidarity Working Group of DSA
CODEPINK
Friends of Sabeel North America (FOSNA)
Green Mountain Solidarity With Palestine
Jewish Voice for Peace
National Students for Justice in Palestine
Vermonters for Justice in Palestine

 

International/ Inter-regional

ECCP – European Coordination of Committees and Associations for Palestine
World Beyond War

 

 

 




On y est presque ! Aidez nous a atteindre 10.000 promesses de boycott d’AXA

28 octobre 2020 | par le Comité National BDS (BNC) palestinien | Traduction : J. Ch. pour BDS France

Il y a moins d’un mois, des militants lançaient un appel pour boycotter AXA. Déjà 6.400 individus et plus de 300 organisations se sont engagées à boycotter AXA et de nombreuses personnes ont annulé leurs polices d’assurance AXA.

Tous les jours, Israël ancre davantage son régime d’apartheid sur la population palestinienne – saisissant plus de terre palestinienne, démolissant plus de maisons, resserrant son siège cruel sur les Palestiniens de la Bande de Gaza, et emprisonnant les Palestiniens qui manifestent.

Les sociétés complices, tel le géant français de l’assurance AXA, jouent un rôle clé dans la facilitation de la répression israélienne.

Si un nombre suffisant d’entre nous s’assemble, nous pouvons mettre un arrêt au profit sans vergogne de l’apartheid israélien. AXA investit 7 millions de dollars dans trois banques israéliennes qui financent les colonies illégales israéliennes dans les territoires palestinien et syrien (Hauteurs du Golan) occupés avec des prêts hypothécaires aux colons et des services de financement pour la construction de colonies.

Il y a moins d’un mois, des militants lançaient un appel à boycotter AXA jusqu’à ce qu’elle mette fin à son aide à l’apartheid israélien. Déjà 6.400 individus et plus de 300 organisations se sont engagées à boycotter AXA, et de nombreuses personnes ont annulé leurs polices d’assurance AXA. Nous sommes près d’atteindre notre premier but de 10.000 promesses de boycott. Nous recherchons aussi d’autres organisations qui utilisent l’assurance et sont prêtes à promettre de ne pas utiliser les services d’AXA.

Si vous ne l’avez déjà fait, engagez vous maintenant

à boycotter AXA

Les trois banques israéliennes dans lesquelles AXA investit – la Banque Leumi, la Banque Israélienne d’Escompte et la Banque Mizrahi Tefahot – figurent dans la base de données de l’ONU des sociétés impliquées dans l’entreprise coloniale illégale d’Israël.

Aidez nous à répandre largement notre engagement à boycotter AXA Israël vole la terre des Palestiniens et détruit les maisons et les communautés palestiniennes pour construire ses colonies. Sans la complicité à l’international de sociétés comme AXA, ces projets illégaux ne pourraient voir le jour.

Dites à AXA de protéger les vies, de ne pas les mettre en danger TweetDe nombreuses organisations et associations telles que Viva Salud, Globalize Solidarity, Sabeel-Kairos UK et la Benedictine University ont déjà signé l’engagement de boycotter AXA.

Partagez l’approbation de l’engagement de Sabeel-Kairos UK Tweet

 

Source : BNC




Boycotter l’apartheid israélien : un interview de Nasser Mashni, BDS Australie

 21/10/2020 par Paul Gregoire | Source | Traduction CG pour BDS France

De plus en plus, l’utilisation du mot apartheid concerne le système de gouvernance qui opère actuellement dans la nation connue comme Israël et les territoires palestiniens occupés — le pays de la Palestine historique.

Mi 2018, la Knesset (le parlement israélien) a voté la loi de l’état-nation, qui relègue officiellement les Palestiniens d’Israël au rang de citoyens de deuxième classe.

La législation stipule que seul le peuple juif a droit à l’auto-détermination, entérinant en loi un système préexistant.

Alors que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a indiqué en juin que sa nation poursuivra l’annexion de jusqu’à 30 % de la Cisjordanie, et après une promesse récente aux nations du Golfe qu’il abandonnerait ce plan, Israël a affirmé qu’il l’avançait avec plus de 2000 nouvelles maisons pour des colons la semaine dernière.

Parallèlement, le troisième endroit le plus densément peuplé sur Terre, la Bande de Gaza, continue de fonctionner comme une prison à ciel ouvert, la région se trouvant sous un blocus israélien et égyptien renforcé, par terre, air et mer depuis 2007.

 

Le sang de la Palestine

Le mois prochain, le salon d’armement Electronic Warfare Europe 2020 devait avoir lieu dans la ville de Liverpool au Royaume-Uni. Et le plus grand fabriquant d’armes privé d’Israël, Elbit, était l’un des sponsors mondiaux du salon.

Une coalition d’organisations palestiniennes et de groupes anti-guerre, dont le mouvement BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions), a mené une campagne suivie contre le salon, ce qui a conduit le Conseil municipal de Liverpool à l’annuler et finalement à se mettre d’accord sur une politique d’interdiction de tels événements à l’avenir.

Elbit se spécialise dans le développement et la fabrication d’équipements électroniques militaires, de systèmes de surveillance, de drones et de systèmes de sécurité. La compagnie promeut le fait que ses armes et sa technologie ont été testées au combat, ce qui veut dire sur les populations palestiniennes.

Le mouvement BDS a appelé depuis longtemps les organismes du monde entier à boycotter les produits d’Elbit. Il remarque que la compagnie d’armement contribue à deux facettes de l’occupation israélienne : les assauts aveugles contre les civils et « la ghettoïsation toujours plus resserrée de la Cisjordanie ».

 

Une résistance internationale croissante

Etabli en 2005, Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) est un mouvement mondial mené par les Palestiniens qui permet aux individus, aux entreprises et aux gouvernements de prendre position pour soutenir les droits humains des Palestiniens en retirant leur soutien financier à des organismes israéliens.

BDS Australie est la section locale de cette campagne mondiale qui emploie une stratégie basée sur celle utilisée par le mouvement anti-apartheid du siècle dernier, celui qui a exercé sur le gouvernement d’Afrique du Sud de De Klerk une telle pression qu’il a mis fin à son système raciste de ségrégation lourdement imposée.

Sydney Criminal Lawyers a parlé avec Nasser Mashni, membre du comité de BDS Australie, sur l’importance croissante de l’usage du terme apartheid en lien avec Israël, sur les raisons pour lesquelles Gaza continue d’être bombardée pendant la pandémie et sur l’impact très réel du mouvement de boycott.

 

Tout d’abord, cette année a vu le coronavirus déferler sur le globe, ce qui a conduit des nations entières à se confiner. 

Des systèmes de santé bien subventionnés ont lutté pour gérer la pandémie mais dans les territoires palestiniens occupés, les services de soin sont limités en premier lieu à cause des restrictions israéliennes. 

Nasser, comment les communautés palestiniennes dans les territoires occupés ont-elles affronté le COVID-19 ?

Comme dans le reste du monde la situation a été tragique, particulièrement pour les Palestiniens, parce qu’ils sont si proches de ce qui est sans aucun doute le monde développé, dans ce qu’ils peuvent voir en Israël.

C’est aussi vraiment dur pour eux parce qu’un énorme fragment des Palestiniens en Palestine historique orientale — la Cisjordanie — travaille en Israël ou est connecté à Israël et qu’Israël a fermé la frontière. Ils ne permettaient pas aux ouvriers de traverser. Donc, économiquement, cela a été un énorme marasme.

Un défi de l’occupation est que nos hôpitaux — les hôpitaux palestiniens — ont été sous-subventionnés et manquent de ressources depuis 70 ans.

Donc le meilleur service de soins est dans les hôpitaux palestiniens à Jérusalem Est, mais avec le mur d’apartheid, l’accès à ces hôpitaux est sévèrement restreint pour les Palestiniens de Cisjordanie.

C’est au point que l’un des visages palestiniens les plus connus sur la scène internationale, Saeb Erekat — notre chef négociateur avec l’Autorité palestinienne — se trouve dans une condition critique.

Il n’y a aucun hôpital palestinien qui a la capacité de gérer la situation où il se trouve : très près de la mort apparemment. Donc, il a été transféré dans un hôpital israélien pour recevoir les soins urgents dont il a besoin. Bien sûr, ce n’était pas bien accepté par certains membres de la Knesset israélienne. En fait, ces membres de la Knesset ont suggéré qu’il ne devrait pas recevoir d’aide médicale du tout.

Voilà pour la Cisjordanie. Si on regarde ce qui se passe à Gaza, heureusement, un des bénéfices d’être la plus grande prison à ciel ouvert du monde qu’est Gaza, est que cela a pris longtemps au virus d’y arriver et que les Gazaouis sont habitués à vivre en confinement.

Donc, au départ c’était resté sous contrôle, malheureusement le virus est maintenant arrivé. Il y a eu des rapports la nuit dernière selon lesquels il y avait 77 nouvelles infections. Le vrai défi pour Gaza est qu’il y a moins de 100 respirateurs. Et les hôpitaux y manquent déjà de médicaments un jour normal et n’ont de l’électricité que de manière intermittente à cause de la destruction par Israël de l’unique centrale électrique de Gaza.

La densité de population est de plus de 5500 personnes par km2 ; avec la même densité de population, l’Australie aurait 42 milliards d’habitants. Donc, si le virus arrive et n’est pas géré, il va déferler là comme nulle part ailleurs sur la Terre.

 

Fin juin, le Premier ministre Benjamin Netanyahou a indiqué qu’Israël poursuivra ses plans d’annexer jusqu’à 30% de la Cisjordanie occupée. 

Rien que la semaine dernière, Israël a donné le feu vert pour la construction de plus de 2100 nouvelles unités d’habitation dans la région. Quelles sont les implications de cette mesure ?

C’est la suite du statu quo. Israël, particulièrement sous Benjamin Netanyahou, n’a pas été intéressé par une solution à deux états. Le processus d’Oslo — tout le processus de paix jusqu’à maintenant — a été dévoilé comme tactique dilatoire.

L’établissement de 2000 unités d’habitation supplémentaires est un pouce enfoncé dans l’œil des Emirats arabes unis qui ont normalisé leurs relations avec Israël le mois dernier. C’était avec l’engagement d’Israël qu’il n’y aurait plus de constructions d’habitations et qu’il n’annexerait pas.

La réalité est que si vous construisez des maisons pour juifs seulement sur ce qui devrait être l’état de Palestine, c’est une annexion de jure.

C’est la perpétuation et la continuation de la Nakba palestinienne de 1948 : la catastrophe qui a vu le nettoyage ethnique de plus de 750000 Palestiniens et la destruction de plus de 400 anciens villages ancestraux.

Israël n’est pas intéressé par la paix. Et il est temps que nous commencions à appeler Israël pour ce qu’il est, un état d’apartheid.

En 2002, le monde arabe entier a offert à Israël la paix, basée sur les résolutions des Nations Unies : c’était l’initiative arabe de paix. C’était la paix totale — pas seulement la normalisation — avec chaque pays arabe et musulman sur terre si Israël revenait seulement à ses frontières de 1967, avec Jérusalem Est comme capitale de l’état de Palestine et une solution juste pour les réfugiés palestiniens.

C’est le manuel standard dont tout le monde parlait de Madrid à Oslo et aux pelouses de la Maison Blanche jusqu’à aujourd’hui.

A l’époque, le Premier ministre Ariel Sharon a dit : « Ce n’est pas un point de départ envisageable. Nous ne nous retirerons pas dans les frontières de 1967. »

C’était en 2002 et maintenant, 18 ans plus tard, nous sommes toujours en train de parler de solution à deux états, alors que Benjamin Netanyahou construit des maisons pour juifs seulement dans toute la Palestine.

 

La pandémie n’a pas empêché les forces israéliennes d’attaquer Gaza en août et septembre. Qu’est-ce qui s’est passé ?

Il y a quelques années, les Palestiniens de Gaza ont entamé ce que les gens décriront dans le futur comme l’une des plus sérieuses actions civiles non violentes de l’histoire.

Soixante-dix pour cent des deux millions de résidents de Gaza sont des réfugiés. Plus de 80% de ces personnes vivent à moins d’une journée de marche de leurs maisons ancestrales. Ils ont les titres de propriété et les clés de ces maisons. Beaucoup d’entre eux peuvent voir leurs terres et leurs maisons depuis Gaza.

Avec la Grande Marche du retour, ils ont dit : « Nous voulons rentrer chez nous ». Ils ont marché jusqu’à la clôture de la frontière. Ils ne pensaient pas qu’ils la passeraient, mais ils ne pensaient pas non plus qu’ils seront accueillis par des snipers, qui se vanteraient de leur ôter les genoux.

Un sniper s’est vanté d’avoir eu 42 genoux en un jour.

Nous entrons maintenant dans la 14e année du siège. Nous avons lu des choses à propos de sièges historiques mais nous n’avons vraiment pas un contexte des temps modernes pour un seul siège. C’est un terme médiéval. A l’époque, une armée d’invasion entourait un château et lui refusait nourriture et eau afin d’affamer les résidents jusqu’à ce qu’ils se soumettent — c’est ce qu’est un siège.

Gaza a été hermétiquement scellée et sous siège depuis 14 ans. Personne n’a été capable d’y entrer ou d’en sortir sans l’approbation d’Israël.

Des enfants qui ont besoin de chimiothérapie et ne peuvent être traités à Gaza sont souvent envoyés à Jérusalem-Est, sans être accompagnés par leurs parents.

Ces enfants ne sont pas envoyés sans être accompagnés parce que leurs parents ne veulent pas être à leurs côtés, mais parce qu’Israël refuse à leurs parents des permis pour voyager.

Tragiquement, quelques-uns des enfants sont morts sans un parent à leur côté. Ces parents ont ensuite reçu le corps de leur enfant mort à Gaza.

Rappelez-vous que dans ces hôpitaux à Jérusalem, ils ne peuvent même pas traiter notre Palestinien de la plus haute notoriété. Il doit aller dans un hôpital israélien.

Ces enfants sont envoyés sans leurs parents. C’est la brutalité du siège imposé par Israël, essayant de contraindre ces gens à se soumettre.

Il y a quelques années, ces Palestiniens ont commencé la Grande Marche du retour : une manifestation non violente. Ils voulaient que le monde sache qu’ils sont vivants et qu’ils sont étouffés.

Maintenant, cela a tristement tourné court, à cause de la violence qu’ils ont rencontrée à la frontière israélienne avec des snipers arrachant des jambes, tuant des journalistes, des infirmiers, etc.

Donc cela a tourné court. Ceci dit, la frustration continue à monter. Et récemment, les Palestiniens là-bas ont pris leur outil de combat le plus sophistiqué jusqu’alors, en gonflant un ballon avec un morceau d’étoffe en feu accroché.

Ils relâchent le ballon au-dessus de la clôture et quand il tombe du ciel, ce morceau de tissu enflammé déclenche un incendie. Les Israéliens les appellent « ballons terroristes ».

Donc la réponse naturelle à un ballon terroriste est, bien sûr, un avion de combat F-16 ou un hélicoptère Apache.

La réalité est que la violence envers les Palestiniens est bonne pour les sondages. Récemment il a fallu à Benjamin Netanyahou trois élections pour entrer dans un gouvernement de minorité. Il sait que c’est seulement une question de temps avant qu’il ne soit plus Premier ministre. Et les ramifications potentielles de cela sont qu’il sera inculpé et envoyé en prison pour corruption.

Netanyahou s’oriente probablement vers une quatrième élection, où il espère obtenir une majorité.

 

Vous êtes un membre de BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions) Australie, un mouvement qui organise des campagnes pour boycotter les entreprises, les organisations et les individus impliqués avec le régime israélien. 

Quelles sortes de campagnes BDS mène-t-il actuellement ?

Depuis quelque temps, nous menons une campagne internationale demandant aux gens de boycotter Hewlett Packard.

Le boycott de Hewlett Packard concerne la technologie que la compagnie a créée, qui est impliquée dans la surveillance et le contrôle des Palestiniens par les forces de défense. Donc nous demandons aux gens de ne pas acheter HP.

Nous venons de lancer une campagne Puma contre le géant mondial du sportswear. Puma est un sponsor de l’Association israélienne de football (IFA).

L’association israélienne de football a des équipes juives israéliennes en Cisjordanie occupée qui participent effectivement aux compétitions de la Fédération israélienne de football.

Plus de 200 clubs palestiniens ont demandé à Puma de mettre fin à son contrat de sponsoring.

En 2018, Adidas a retiré son sponsoring de l’IFA, après une campagne de militants BDS. Donc nous espérons que Puma fera de même.

Localement, en Australie, Puma soutient le Carlton Football Club [NDLR : Le Carlton Football Club est une équipe (australienne) de football australien], qui me tient à cœur, parce que c’est l’équipe dont je suis supporter. Et il sponsorise aussi quelques autres équipes de football. Donc nous voudrions demander à Puma d’arrêter de sponsoriser l’IFA.

Notre impact a été croissant. Le mouvement a été établi en 2005 par la société civile palestinienne. Il a impliqué plus de 170 organisations palestiniennes : syndicats, églises, groupes de mosquées, etc.

Ils ont dit : «  Voyez, la violence n’a pas marché. Nous sommes contre la violence. La négociation n’a pas marché. La seule façon dont nous allons pouvoir faire rendre des comptes à Israël selon le droit international est d’utiliser le modèle inspiré par l’Afrique du Sud, en demandant aux pays, aux entreprises et aux personnes de faire ce qui est juste et de choisir de ne pas s’associer à l’apartheid israélien et aux actions israéliennes illégales. »

C’était il y a seulement 15 ans. Depuis, cela a eu un impact incroyable.

Je dis incroyable, parce que si nous n’avons pas obtenu qu’Israël respecte le droit international, le soutien pour les Palestiniens et le soutien pour la campagne de boycott, désinvestissement et sanctions ont augmenté.

La meilleure chose à propos de la campagne BDS est que cela donne une manière morale et éthique aux êtres humains, aux entreprises et aux pays de soutenir par votre choix les Palestiniens.

Nous vous demandons de faire quelque chose avec quelqu’un qui n’est pas complice des violations des droits humains palestiniens. Donc, si vous achetez une imprimante, achetez une Canon. Vous n’avez pas à acheter une Hewlett Packard.

Si vous faites un projet universitaire, nous vous demandons de faire le projet avec une université qui n’est pas sur une terre palestinienne volée, ni une université qui est subventionnée par de l’argent des systèmes de fabrication d’armes Elbit.

Elbit est un rejeton des Forces de défense israéliennes et il commercialise ses produits comme étant « testés en combat ».

Donc il dit aux régimes répressifs dans le monde entier : «  Nous avons les systèmes de contrôle, les scanners à reconnaissance d’iris, les drones contrôlés par radio, qui nous permettent de soumettre six millions de Palestiniens — de contrôler les vies quotidiennes de six millions de Palestiniens. »

Je ne suis pas un partisan du militarisme, mais si vous allez faire quelque chose, n’utilisez pas Elbit.

Un de nos grands succès localement était le Royal Flying Doctors Service [le service royal des médecins volants d’Australie] il y a quelques années. La compagnie Elbit a été sur le point de gagner le contrat pour entraîner les pilotes de nos médecins volants. Donc les pilotes et les simulateurs de vol qui avaient bombardé des enfants comme dans une partie de chasse dans la prison à ciel ouvert qu’est Gaza allaient importer ces compétences en Australie pour entraîner notre service de médecins volants.

A leur grand crédit — étant donné la vérité sur les antécédents d’Elbit, quand ils ont appris leurs compétences — le Royal Flying Doctors Service n’a pas continué [à envisager d’utiliser Elbit]. Cela a été une grande victoire.

De plus en plus, cela arrive dans le monde entier. L’Afrique du Sud a rétrogradé dans ses relations diplomatiques avec Israël. Elle a retiré son ambassade à Tel Aviv.

Dans toute l’Europe nous avons des syndicats majeurs qui ont conduit des entreprises à se retirer d’appels d’offres pour construire un système de tram que les Israéliens bâtissent à travers des terres palestiniennes volées.

De plus en plus, les votants démocrates aux Etats-Unis voient Boycott, désinvestissement et sanctions comme un moyen légitime pour que les Palestiniens obtiennent leurs droits nationaux.

Et nous avons plus d’artistes menant un boycott culturel d’Israël. Ils refusent de se produire là-bas.

 

BDS est modelé sur le mouvement anti-apartheid contre le système qui était à l’oeuvre en Afrique du Sud. 

Dans les années récentes, le mot apartheid a été de plus en plus appliqué à la situation à laquelle sont confrontés les Palestiniens dans leur patrie.

Pouvez-vous nous dire pourquoi l’utilisation de l’apartheid gagne en importance ?

Cela gagne plus d’importance parce que c’est ce que c’est, un apartheid. Mais nous n’avons pas la même optique.

En Afrique du Sud et dans le Sud profond de l’Amérique, vous aviez des robinets qui disaient « Pour personnes de couleur » et vous aviez des restaurants avec des signes disant « Blancs seulement ».

Nous n’avons pas cette optique en Palestine-Israël, parce que la différenciation n’est pas basée sur la couleur de peau.

De manière générale, c’est très facile de distinguer un Palestinien d’une personne juive en Europe. Mais la réalité est que plus de 60% des juifs en Israël sont en fait arabes, donc ils ont la même apparence que moi. Ils ont une peau mate, des cheveux noirs et des yeux noirs, donc ce n’est pas facile de les différencier.

Le différenciateur n’est pas la couleur de peau. C’est en fait quand vous célébrez Dieu. Si vous célébrez Dieu le samedi, vous êtes juif, vous avez les droits de l’état juif. Cela a été revalorisé dans la loi de la nation en 2018, celle qui a donné aux seuls juifs l’autodétermination sur la terre d’Israël.

La façon la plus facile de l’expliquer est le casse-tête qu’est le sionisme. Le sionisme veut tout le pays qui correspond à l’Israël antique, comme ils le croient. Et il le veut juif et une démocratie. Donc tout le pays, et il doit être juif et une démocratie.

Mais ils ne peuvent avoir que deux de ces choses. Juif et démocratie, mais pas avoir tout le pays. Ou vous pouvez avoir tout le pays et avoir une démocratie, mais vous n’allez pas l’avoir entièrement juif.

Ou, et c’est ce qu’ils ont maintenant, tout le pays et ils le veulent juif ; et ce n’est pas une démocratie.

Près de 40% de toute la population qu’Israël contrôle n’a pas le droit de voter parce qu’ils ne célèbrent pas Dieu le samedi, ils célèbrent Dieu le vendredi ou le dimanche, parce qu’ils ne sont pas juifs.

Pas tous, mais une immense portion des Palestiniens —70%, ceux de Cisjordanie, ceux de Gaza — n’a pas le droit de voter pour le régime qui contrôle le registre des naissances et des morts.

Nous utilisons tous la même monnaie. Tout le monde, à Gaza, à Jérusalem-Est, à Jérusalem-Ouest, en Cisjordanie, sur les Hauts de Golan, qui est une partie de la Syrie, et en Israël à proprement parler, si vous voulez —la Palestine de 1948— tout le monde utilise la même monnaie.

Tout le monde utilise les mêmes timbres. La même entité contrôle tous les impôts, toutes les frontières, les entrées et les sorties, mais seulement ceux qui célèbrent Dieu le samedi ont l’opportunité d’être impliqué complètement dans le processus démocratique.

Ceci est l’apartheid.

 

Et finalement, Nasser, la campagne internationale pour mettre fin à l’apartheid en Afrique du Sud a commencé dans les années 1960, dans les années 1980 elle avait un soutien étendu et le système d’apartheid s’est terminé au début des années 90. 

D’après l’opinion de BDS, quelle sorte de changement est nécessaire en termes d’opinion mondiale sur la Palestine? Et comment mettra-t-on fin au système israélien d’apartheid ?

Je suis certainement assez vieux pour avoir participé à quelques-unes des actions contre l’apartheid en Afrique du Sud. Et je me souviens de Margaret Thatcher et de Ronald Regan échangeant des poignées de main avec F. W. de Klerk.

Nelson Mandela était encore en prison et dans les grands halls du pouvoir, l’Afrique du Sud était chouchoutée et c’est la réalité d’Israël aujourd’hui.

De plus en plus, cependant, des gouvernements de partout se font dire par leurs électeurs qu’Israël est un état d’apartheid et cela est en train d’avoir un impact.

C’est en train d’avoir un impact pour des choses comme là où nous sommes aujourd’hui aux Etats-Unis, avec une élection arrivant dans les prochaines deux semaines et demi.

Alexandria Ocasio-Cortez est l’une des vedettes démocrates. Elle a été invitée à la 25e commémoration d’Yitzhak Rabin, qui a été assassiné par un Israélien de droite.

Elle a été invitée et a confirmé qu’elle viendrait. Alors, les Palestiniens et leurs supporters lui ont écrit et lui ont dit : « Alexandria, nous ne pensons pas que vous devriez y assister. Yitzhak Rabin n’était pas un pacificateur. C’était un féroce homme de droite avec un héritage teinté de sang. »

Alors, c’est une sénatrice américaine. Elle a écouté, entendu et a retiré sa réponse positive à l’invitation. C’est ce genre de choses qui était inouï il y a trois ans, cinq ans, vingt … Aucune chance.

Benjamin Netanyahou était supposé parler à un événement dans le Michigan avec beaucoup de représentants de différents états dans l’auditoire. Comme le lobby pro-Israël est enclin à le faire, ils ont envoyé des messages de remerciement en présumant que les gens avaient répondu positivement à l’invitation, parce que vous ne l’auriez jamais refusée venant d’eux.

Les Palestiniens et leurs supporters se sont mobilisés dans le Michigan et ont dit à leur représentant élu : « Pas en mon nom. Nous sommes des électeurs et si vous assistez à cela, je ne voterai pas pour vous. »

Miraculeusement, du jour au lendemain, un email a été envoyé, disant : « Dû à des circonstances imprévues, cet événement avec Benjamin Netanyahou a été annulé. »

En tant que Palestinien, en tant que progressiste, je suis quelqu’un qui comprend l’intersectionalité des luttes de chacun — que ce soit la lutte contre l’antisémitisme, l’islamophobie, la transphobie, les défis auxquels est confrontée notre communauté LGBTIQ et nos frères et soeurs autochtones en Australie et dans le monde entier.

Le parti d’Evo Morales a gagné une élection en Bolivie hier, contre le gouvernement installé et soutenu par les Etats-Unis qui a enlevé le pouvoir à Evo Morales. Je veux dire, c’est une victoire pour la démocratie et une victoire pour chacun.

A un moment, nous, le peuple, nous vaincrons en Palestine. Nous vaincrons en Papouasie occidentale. Nous vaincrons ici. Parce qu’en tant qu’être humains, nous avons de l’empathie et un sens d’humanité partagée et nous ne pouvons nous empêcher de nous en soucier. Le monde est tellement plus petit qu’il l’était avant et ils ne peuvent pas continuer à nous mentir.

Murdoch peut bien contrôler 70% de la presse en Australie ; de plus en plus, les gens obtiennent l’information d’ailleurs.

 

Paul Gregoire

Paul Gregoire est un journaliste et un écrivain, basé à Sydney. Ses centres d’intérêts sont les questions de droits humains, les empiètements sur les libertés civiles, la réforme de la législation sur les drogues, la diversité de genre et les droits des Premières nations. Avant Sydney Criminal Lawyers®, il a écrit pour VICE et a été le rédacteur des informations au Sydney’s City Hub.




Propagande israélienne ? Une conférence universitaire contestée

Par Edouard Schoene | 13 Oct 2020 |

Dans le cadre des « lundis de l’innovation » la maison de la création et de l’innovation (université
Grenoble Alpes) invitait un conférencier sur un thème étonnant : « Israël la « start-up nation », un
modèle pour la France ? »
Boycott , désinvestissement, sanctions (BDS) et l’Association France Palestine solidarité étaient
présents devant le bâtiment universitaire pour manifester.

Des étudiants, dont la conférence faisait parti de leur cursus obligatoire, ont lu avec intérêt le tract
distribué. Une dizaine d’autres, d’un autre cours, outrés par cette initiative « pas très
universitaire » ont pris un paquet de tracts et sont allés intervenir dans l’amphithéâtre quasi vide
(des auditeurs écoutaient la conférence en ligne).
Le professeur Ménissier, invitant, responsable du cycle de conférences, s’est étonné de cette
manifestation qui a perturbé la conférence, invitant les étudiants à entrer et à intervenir en fin de
conférence.

Le tract distribué devant le bâtiment dévoilait « ce que nous cache Israël start up
nation » : « L’économie d’Israël est l’une des plus militarisée du monde … La recherche et
développement en Israël est structurellement liée à l’armée et à l’occupation. Le succès de
l’innovation israélienne en matière de sécurité et de surveillance est largement dû à son terrain
d’expérimentation de choix qu’est la Palestine occupée »
Au palmarès de la « start-up nation » : la barrière de protection qui court le long des 700 km du
mur de béton de huit mètres de haut enserrant la Cisjordanie, les instruments de surveillance Elbit
System et Technion, les drones de surveillance d’Elbit. Nombre de dictatures achètent les produits
hich tech israéliens pour surveiller notamment leurs citoyens via la téléphonie.

Les militants de la campagne BDS France (Boycott Désinvestissement Sanctions) et de l’AFPS
dénonçaient le fait que l’UGA « participe à cette hypocrisie en accueillant depuis 2014 au sein du
conseil scientifique le président de la Technion, université israélienne la plus engagée auprès du
complexe militaro industriel ».
Dans la conclusion de la soirée le professeur Ménissier, a déclaré : « Les activistes qui sont
intervenus tout à l’heure étaient fondés à émettre les critiques qu’ils ont formulées. Dommage
qu’ils ne soient pas restés pour en débattre. »

Source: le travailleur alpin




Lettre ouverte à la Direction de l’entreprise PUMA-France

Madame, Monsieur,

Nous avons lu dans une de vos publications Facebook* que vous déclariez n’avoir aucune relation commerciale avec des entreprises qui exploitent le travail forcé du peuple ouïghour.

A nouveau, nous prenons note de votre engagement quant au respect des droits humains dont vous faites un de vos objectifs de durabilité dans tous vos rapports.

Mais un véritable engagement de cette nature ne peut pas être à géométrie variable, destiné à la cause d’un peuple et ignorant délibérément les persécutions que subit un autre peuple.

C’est pourquoi nous revenons vers vous pour pointer une nouvelle fois vos contradictions.

Par son parrainage de l’Association Israélienne de Football (IFA), qui inclut des équipes implantées dans les colonies israéliennes illégales, implantées sur des terres volées au peuple palestinien, votre entreprise contribue directement au maintien du régime colonial et d’apartheid israélien. Nous vous rappelons que votre concessionnaire exclusif israélien, Delta, figure dans la base de données des Nations Unies listant des entreprises impliquées dans les colonies israéliennes.

Alors, pourquoi le peuple palestinien ne pourrait-il pas bénéficier de votre politique de « tolérance zéro » telle que vous la mettez en avant sur votre site ?

Nous vous demandons une nouvelle fois de ne pas vous rendre complice du régime colonial et d’apartheid israélien.

Tant que cette complicité persistera, les nombreux.breuses défenseur-e-s du droit international et des droits humains rassemblé-e-s dans une campagne internationale visant PUMA, dont vous avez largement entendu parler depuis deux ans, continueront à dénoncer vos manquements à ces droits

Dans l’attente d’une réponse à cette lettre, nous vous adressons nos sincères salutations

Juliette Simon

Pour la campagne BDS France

 

*

https://www.facebook.com/PUMAFrance/posts/1575618612618881




Victoire : Le salon de l’armement de Liverpool annulé, le Maire promet d’engager sa politique contre les futurs salons de l’armement

5 octobre 2020 | par le Comité National palestinien de BDS (BNC) / Royaume Uni

Après des semaines de campagne menée par une coalition locale, les organisateurs de l’événement ont annulé le salon de la Guerre Electronique Europe de cette année. Les militants se mobilisent contre la prochaine édition prévue à Séville (Espagne) en mai 2021.

En ce mois de novembre, la ville de Liverpool (GB) devait accueillir le salon de l’armement Electronic Warfare Europe au Centre d’Exposition ACC géré par la ville. Elbit Systems, le plus grand fabricant d’armes privé d’Israël, dont les armes sont régulièrement utilisées par l’armée israélienne pour tuer et blesser les civils palestiniens, était l’un des partenaires mondiaux du salon.

Pendant des semaines, une solide coalition locale, Liverpool Contre le Salon de l’Armement Electronique, en partenariat avec la Campagne de Solidarité avec la Palestine (PSC), la Campagne Contre le Commerce des Armes (CAAT) et la Campagne pour le Désarmement Nucléaire (CND), ont exhorté le conseil municipal à ne pas héberger un événement aussi contraire à l’éthique et qui promeut les violations des droits de la personne humaine.

Mercredi 16 septembre, les organisateurs de l’événement ont annulé le salon de Guerre Electronique Europe et ont annoncé que la prochaine édition aurait lieu à Séville (Espagne) en mai 2021.

Les associations ont poursuivi leur pression sur le Conseil Municipal de Liverpool pour qu’il s’engage à assurer qu’aucun salon de l’armement ne prendrait place à l’avenir dans la ville.

Le 21 septembre, à la suite de 40.000 courriels de la part de citoyens et d’une vidéo d’un comédien renommé de Liverpool Alexei Sayle, le maire de Liverpool Joe Anderson à promis de promouvoir une politique éthique qui empêchera que d’autres salons de l’armement se tiennent à l’avenir dans la ville.

Sabreen Al-Najjar, mère de l’auxiliaire médicale de Gaza Razan Al-Najjar, assassinée par l’armée israélienne, a applaudi à l’annulation du salon de l’armement de Liverpool. Elle a remercié toutes celles et ceux qui s’étaient engagés dans cette campagne et a appelé le maire de Liverpool Anderson à rencontrer la Coalition de Liverpool Contre le Salon des Armes Electroniques pour décider ensemble de l’interdiction de salons de l’armement dans la ville.

Elbit vend ses armes comme « testées sur le terrain » après les avoir testées sur la population palestinienne qui vit sous occupation israélienne. 85 % des Véhicules Aériens Sans Pilote (drones) utilisés par les forces d’occupation israéliennes sont fabriqués par Elbit. On y trouve le drone Hermès 900, qui faisait partie des drones utilisés en 2014 par l’armée israélienne dans son bombardement aérien et son invasion terrestre de Gaza qui ont tué 164 enfants palestiniens.

Le fabricant d’armes italien transnational Leonardo était un autre partenaire du salon annulé. Les armes de Leonardo ont été vendues à la coalition saoudienne responsable de crimes de guerre au Yemen.

Le salon de l’armement de Liverpool aurait permis de réunir beaucoup des plus grandes entreprises d’armement du monde : avec des acheteurs militaires de toute la planète afin de promouvoir les armes et équipements militaires. Les salons précédents ont accueilli des délégations représentant des régimes répressifs du monde entier.

Il est prévu que la prochaine édition du salon de l’Armement Electronique Europe soit accueilli en mai 2021 à Séville (Espagne) où les organisateurs locaux ont commencé à se mobiliser, inspirés par la victoire gagnée à Liverpool. Aucune ville ne devrait profiter du prix du sang et des graves violations des droits de la personne humaine. Nous attendons de Séville qu’elle annule cet événement comme l’a fait Liverpool. Les villes doivent donner la priorité à la justice et aux droits de la personne humaine chez elles et à l’étranger.

 

Traduction : J. Ch. pour BDS France
Source : BNC




Dans deux universités américaines, les étudiants viennent de voter le désinvestissement d’Israël

L’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign et l’Université de Columbia ont toutes deux voté des résolutions historiques appelant à se désinvestir d’Israël.

La semaine dernière, le gouvernement étudiant de l’Illinois a voté une résolution appelant l’établissement à se désinvestir des entreprises transnationales qui collaborent avec l’armée, les prisons, les forces de police ou ICE [police aux frontières USA] américaines et israéliennes. La résolution a d’abord été présentée au gouvernement étudiant en février, mais a initialement fait l’objet d’un veto.

« Cette victoire signifie énormément pour moi, à la fois en tant que Palestinienne et en tant qu’étudiante à l’UIUC. Il existe chez les étudiants et les professeurs un racisme anti-palestinien rampant, qui est encouragé et protégé par l’administration de l’université », a dit à Mondoweiss Buthaina Hattab, étudiante à l’UIUC et coauteure de la résolution. « Pour moi, cette victoire a renforcé la centralité et l’importance cruciale de la Palestine dans tout combat qui cherche à maintenir et à défendre la liberté d’expression et les droits de la personne humaine. »

Hattab a également établi un lien entre la résolution et l’actuel mouvement La Vie des Noirs Importe qui s’empare du pays. « Au moment de l’audition de la résolution, il y avait une manifestation d’urgence pour Breonna Taylor dans le Service de Police de Champaign (CPD) », a-t-elle dit. « Beaucoup de nos alliés étaient à la manifestation et vivaient vraiment avec la réalité de l’injustice tandis que nous essayions de faire passer cette résolution. Voter une résolution qui appelait au désinvestissement des entreprises de la police et de l’armée ne pouvait pas arriver à un moment plus critique de notre combat. J’espère que les gens réaliseront l’urgence et l’immédiateté du désinvestissement alors que, dans les villes américaines, à la frontière américano-mexicaine, et en Palestine, les forces de la police et de l’armée continuent de nous faire du mal. »

L’ensemble des étudiants de l’Université de Columbia a voté un référendum qui avait été mis en place par le Désinvestissement de l’Apartheid de l’Université de Columbia (CUAD), association créée en 2016. Le référendum demandait : « L’université de Columbia doit-elle désinvestir ses actions, ses fonds et sa dotation des sociétés qui profitent de ou s’engagent dans les actions de l’État d’Israël envers les Palestiniens qui, selon le Désinvestissement de l’Apartheid de l’Université de Columbia (CUAD), relèvent de la Convention Internationale des Nations Unies sur la Punition du Crime d’Apartheid ? »

Le président de l’Université de Columbia Lee Bollinger a immédiatement pris ses distances avec le vote et a clairement dit qu’il n’approuvait pas la démarche. Dans une déclaration, Bollinger a dit que « Modifier notre dotation afin de faire progresser les intérêts d’un des côtés ne fait pas partie des voies que nous emprunterons ».

« Ces victoires de BDS sur les campus sont un signe du changement rapide de courant que nous constatons à travers les Etats Unis », a dit à Mondoweiss la coordinatrice du Mouvement BDS d’Amérique du Nord Olivia Katbi Smith. « Malgré l’aggravation des campagnes de répression sur les campus et dans les allées du pouvoir, il devient impossible d’être ‘progressiste sauf pour la Palestine’, parce qu’il devient impossible de réduire notre mouvement au silence. Le combat des Palestiniens pour la liberté, la justice et l’égalité recoupe ainsi clairement les autres combats des peuples opprimés partout. »

 

Source : MONDOWEISS
Traduction : AURDIP




Nouveau 4 pages : Le boycott culturel

La campagne BDS France vous propose une nouvelle brochure 4 pages sur le volet culturel du BDS.

Téléchargez le 4 pages Boycott culturel

Au sommaire :

  • Le boycott culturel : un volet important de la campagne
  • Les critères du boycott culturel
  • Questions/réponses :
    • Faut-il vraiment mélanger la culture et la politique ?
    • Le boycott culturel ne risque-t-il pas de nous couper des artistes israélien·ne·s, souvent les plus progressistes ?
  • Interview de Nai Barghouti, chanteuse, compositrice et flûtiste palestinienne
  • Pourquoi le boycott culturel ? Par Armelle Laborie, productrice et Eyal Sivan, cinéaste israélien
  • Comment agir ?
  • L’art palestinien



Lancement d’une mobilisation mondiale pour une enquête de l’ONU sur l’apartheid israélien

23 septembre 2020 | par le Comité National  BDS palestinien (BNC)

Une lettre signée par 452 organisations de la société civile à travers le globe a lancé une campagne mondiale appelant l’ONU à assumer ses responsabilités et enquêter sur l’apartheid israélien et à l’éradiquer comme elle l’a fait avec l’apartheid en Afrique du Sud.

Dans une lettre émise hier, 452 organisations de la société civile – syndicats, mouvements, partis politiques et organisations – de dizaines de pays à travers le monde ont appelé l’Assemblée Générale des Nations Unies (AGNU) et ses Etats Membres, actuellement réunis à New York, à mener une enquête sur l’apartheid israélien et à imposer des sanctions ciblées pour mettre fin à l’apartheid israélien et à l’annexion illégale de la terre palestinienne.

La lettre est le signal du lancement d’une campagne publique mondiale appelant l’ONU à assumer ses responsabilités et enquêter sur le régime d’apartheid israélien et l’éradiquer, en reprenant le rôle qu’elle avait joué en mettant fin à l’apartheid en Afrique du Sud.

La lettre mondiale invoque « la reconnaissance croissante du maintien par Israël d’un régime d’apartheid sur le peuple palestinien ». Elle fait remarquer que 47 experts indépendants des droits de l’homme aux Nations Unies ont déclaré que les projets du gouvernement israélien d’annexer illégalement de larges pans de la Cisjordanie occupée constitueraient « une vision d’un apartheid du 21ème siècle ».

Emise par le Conseil Palestinien des Organisations des Droits de l’Homme, la lettre soutient l’appel du mois de mai de la société civile palestinienne à des sanctions contre Israël pour mettre fin à on annexion et son apartheid incessants.

Les associations de la société civile palestinienne organisent une semaine d’action mondiale du 22 au 28 septembre pendant l’AGNU, focalisée sur le hashtag #UNInvestigateApartheid.

Parmi les nombreux éminents signataires de la lettre, il y a : le Réseau Palestinien des ONG (PNGO) avec ses 142 organisations membres, la Ligue Argentine pour les Droits de l’Homme, La Via Campesina (Asie du Sud-Est), l’Alliance Nationale des Mouvements du Peuple (Inde), Voix Juives pour la Paix (USA), La Cimade (France), le Parti Communiste Français, Trocaire (Irlande), Sinn Fein (Irlande), Confederacion General del Trabajo (CGT) (Espagne), et Mwatana pour les Droits de l’Homme (Yemen).

La lettre mondiale conclut en appelant l’ONU et tous ses Etats Membres à :

  • Lancer des enquêtes internationales sur le régime israélien d’apartheid contre le peuple palestinien dans son ensemble, ainsi que sur la responsabilité pénale individuelle et étatique associées, y compris en reconstituant le Comité Spécial de l’ONU contre l’Apartheid et le Centre de l’ONU Contre l’Apartheid pour mettre fin à l’apartheid au 21ème siècle.
  • Interdire le commerce des armes et la coopération de sécurité militaire avec Israël.
  • Prohiber tout commerce avec les colonies israéliennes illégales et s’assurer que les sociétés s’interdisent de et mettent fin à leurs activités commerciales avec l’entreprise coloniale illégale d’Israël.

L’ONU a créé le Comité Spécial contre l’Apartheid en 1962 pour enquêter sur l’apartheid en Afrique du Sud et a finalement imposé des sanctions qui ont contribué à y mettre fin.

En plus des associations de la société civile, ces derniers mois, d’éminents individus du monde entier ont souscrit à l’appel des Palestiniens. Neuf anciens présidents de l’Amérique Latine à l’Afrique du Sud, aux côtés de centaines de personnages publics du Sud Mondial, ont également appelé à des sanctions ciblées pour mettre fin à l’annexion et à l’apartheid israéliens. Des dizaines de dirigeants arabes, dont d’anciens Premiers ministres, des diplomates et des personnalités culturelles, ont appuyé une initiative démarrée par l’ancien diplomate de l’ONU Lakhdar Brahimi appelant à des sanctions contre Israël pour répondre à l’apartheid et à l’annexion continue.

Traduction : J. Ch pour BDS France

Source : BNC




Boycott AXA : la compagnie d’assurance de l’apartheid israélien

AXA profite de l’oppression des Palestinien.ne.s par Israël. Le géant français AXA est la deuxième plus grande compagnie d’assurance au monde. Elle est active dans 57 pays avec plus de 108 millions de clients.

Bien qu’AXA possède ses propres politiques en matière de droits humains et d’environnement, elle investit 7 millions de dollars dans trois banques israéliennes dont les noms figurent dans la base de données des Nations unies sur les entreprises impliquées dans la colonisation illégale israélienne : Bank Leumi, Israeli Discount Bank et Mizrahi Tefahot Bank. Ces banques ont des succursales dans les colonies illégales des territoires palestiniens et syriens occupés (plateau du Golan), fournissant des prêts hypothécaires aux colons et des services financiers aux autorités locales des colonies pour des projets de construction.

Ces banques complices travaillent également comme « partenaires d’accompagnement » en s’assurant de fournir à l’entreprise de construction tous les principaux services financiers nécessaires jusqu’à l’achèvement du projet. Sans ces banques, de nombreux projets de colonies israéliennes illégales auraient du mal à être mis en œuvre.

AXA détient également 9 % d’Equitable holdings (EHQ), qui investit 157 millions de dollars dans 5 banques israéliennes, Bank Hapoalim, Bank Leumi, First International Bank of Israel, Israel Discount Bank et Mizrahi Tefahot Bank, ainsi que dans la plus grande société d’armement israélienne, Elbit systems. Elbit est connue pour profiter du siège israélien sur Gaza, « testant au combat » ses drones tueurs, le phosphore blanc, les balles de sniper et les pièces d’avions de chasse, tous déployés par l’armée d’occupation israélienne pour tuer ou mutiler des Palestinien.ne.s. Les drones Hermes 900 d’Elbit Systems faisaient partie des drones israéliens qui ont assassiné 164 enfants palestinien.ne.s en 2014, lors de l’agression amrée israélienne sur la bande de Gaza.

La campagne de la coalition « Stop AXA Assistance to Israeli Apartheid » appelle les individus, les organisations et les institutions du monde entier à boycotter AXA jusqu’à ce qu’elle mette fin à sa complicité avec l’apartheid israélien et les violations des droits humains en Palestine.

En signant, je m’engage à:

Aussi longtemps qu’AXA continue à soutenir l’apartheid israélien et les violations des droits humains en Palestine, 

je m’engage à boycotter AXA en refusant d’acheter ses produits d’assurance.

J’appelle tous les individus mais aussi les entreprises, les équipes sportives, les institutions et les syndicats à mettre fin à tous leurs contrats commerciaux, de sponsor et/ou d’assurance avec AXA.

Source: BDS Movement




Palestine Action étend sa protestation contre un fabricant d’armes israélien

Artcile paru dans le Morning Star | Mercredi 16-09-2020 | Peter Lazenby

https://morningstaronline.co.uk/article/b/palestine-action-extend-protest-against-israeli-weapons-manufacturer

Des militants ciblent le QG d’Elbit Systems et son propriétaire la Gestion des Investissements LaSalle

Une usine d’armement israélienne dans le Staffordshire était toujours occupée aujourd’hui pour le troisième jour tandis que les militants pour la Palestine étendaient leur protestation contre deux des sites de la société à Londres.
Elbit fabrique des parties des drones militaires dont les militants disent qu’ils ont déjà été utilisés pour attaquer Gaza en Palestine.

Au cours d’une agression sur Gaza en 2014, plus de 2.200 personnes ont été tuées, dont 500 enfants.

Comme rapporté dans le Star, les militants d’Action Palestine ont occupé lundi le toit de l’usine Elbit de moteurs de drones à Shenstone dans le Staffordshire.

Hier au petit matin, les militants d’Action Palestine de Londres ont ciblé le QG d’Elbit Systems à Holborn et son propriétaire, la Gestion des Investissements LaSalle à Mayfair.

Ils ont projeté de la peinture rouge, écrivant « Fermez Elbit » en travers des bâtiments.

Palestine Action appelle à la fermeture de tous les sites d’Elbit Systems du Royaume Uni et à la fin de la complicité de la Grande Bretagne avec l’apartheid israélien.

L’association a dit dans une déclaration : « Le gouvernement britannique est complice de la colonisation de la Palestine depuis plus de 100 ans. Maintenant, il continue de soutenir et de faciliter le régime d’apartheid israélien et d’en tirer profit.

« Tandis que notre gouvernement continue de fermer les yeux sur le fait qu’Elbit Systems continue d’armer les crimes de guerre d’Israël contre le peuple palestinien, nous aussi allons continuer à perturber et à agir directement dans l’intérêt des droits de l’être humain, de la justice et de la liberté.

« Nous appelons tous ceux qui se dressent contre le racisme et pour l’humanité à agir, à nous rejoindre et à fermer Elbit pour de bon. »

Traduction : J. Ch. pour BDS France

Source : Morning Star

 

Palestine Action est une organisation  de militants et de sympathisants, qui a pour objectif de mettre fin à la complicité internationale avec l’apartheid israélien et de soutenir la lutte pour la libération de la Palestine.

Une belle action contre l’industrie de l’armement israélienne Elbit Systems  a duré 4 jours au Royaume-Uni.
#ShutElbitDown

https://lh6.googleusercontent.com/Q46QgHWyKG0pkj-VL6dCisojCpyD6S8D_eZwHd_RDbotAVn0BRHGmDNC-2FZHPIpRev7A4QRreg6Dzpv1H50GReCk08OJo9rsw9xHK3W
Elbit Systems est la plus grande société d’armement privée d’Israël, elle  possède dix sites à travers le Royaume-Uni, dont 4 usines d’armes.

Des militants  ont occupé l’usine UAV Engines Ltd à Shenstone, Staffordshire, qui appartient à Elbit Systems. Elbit fabrique des drones utilisés contre le peuple palestinien et fait l’objet d’une enquête préalable par l’ONU.
Plusieurs manifestant-e-s ont grimpé sur le toit du bâtiment aux premières heures du jour, le lundi 14 septembre, ils-elles ont suspendu des banderoles et déversé de la peinture rouge sur la façade du bâtiment. D’autres manifestant-e-s se sont enchainé-e-s aux portes pour bloquer l’usine et ils-elles  y sont resté-e-s plusieurs heures avant que leurs chaines soient coupées par la police et qu’ils-elles  soient arrêté-e-s.

Les autres militant-e-s ont continué à occuper le toit les trois jours suivants. Plusieurs fenêtres ont été cassées et la peinture rouge symbolisant le sang versé par l’utilisation des armes fabriquées par Elbit Systems,  couvre le devant du bâtiment. Des photos d’enfants palestiniens tués par Israël ont été exposées sur la façade de l’usine ainsi que des banderoles sur lesquelles il est écrit : ′′Armes d’Elbit, testées sur les Palestiniens ».

Tout-e-s les militant-e-s  qui étaient sur le toit ont été arrêté-e-s et emmené-e-s dans 2 postes de police. Ils-elles y ont été détenu-e-s 40 heures en garde à vue puis libéré-e-s sous caution.

Des manifestant-e-s étaient venu-e-s les soutenir devant le poste,  vite repoussé-e-s par la police mais présents plus loin.

https://lh4.googleusercontent.com/HUpN7Bp87oW_wnYRFZIe4X4OcZ6YHR9R4cLY5bMHsUBH9mgIVj6b0KF6Z0kHQ0AZZmc2zKz2Ak2126HGR1dT9wzM3BoFHYqSLApxsxsXJ9H_CXmH9HGkNmIIlprdZQXKrEFpEaCzgSlY96LDsw
Une action qui a réussi à faire fermer pendant 3 jours l’usine d’armes UAV Engines !

Un appel à dons pour soutenir les manifestant-e-s  et leur soutien juridique : https://gf.me/u/ypkrtx

https://www.facebook.com/realmediaUK/videos/711389249590056

https://www.facebook.com/palacti0n/videos/321483515817036

https://www.facebook.com/palacti0n/videos/1005559376583454




Fin du Tour de France : Mobilisation de BDS France Paris

Dans la continuité des nombreuses interventions des ami-e-s de la Palestine au cours du parcours de la Grande Boucle pour dénoncer la participation de l’équipe Israël Start-up Nation, BDS France Paris était mobilisé les samedi 19 et dimanche 20 septembre.

Cette mobilisation était organisée dans le cadre de l’appel pour une coordination de solidarité avec la lutte du peuple palestinien, appel lancé suite au succès des manifestations pour la Palestine des 27 juin et début juillet.

Le samedi 19 septembre de nombreux/breuses manifestant-e-s ont répondu à l’appel Ils roulent pour l’apartheid israélien, Nous on pédale pour la Palestine ! Manifestation à vélo, trottinette ou à pied samedi 19/09 à 14h00 à partir de la Fontaine des Innocents (M° Chatelet Les Halles)
Tract de l’appel et liste actualisée des signataires au 18.09.2020.
Le rassemblement à la Fontaine des Innocents a été un succès. Les passant-e-s étaient réceptifs.
Des photos sur ce lien
https://photos.app.goo.gl/DkbuYfwPw5wPtFTW8
témoignent de notre participation active au rassemblement puis à la manif en vélo ou à la déambulation jusqu’à la place de la République.
Deux camarades sont intervenues lors du rassemblement
Le dimanche 20 septembre nous avons réussi une opération surprise lors de l’arrivée du Tour de France à Paris.
Nous avons pu suspendre un grand drapeau palestinien au balcon d’un immeuble et manifester sous l’immeuble lors du passage du peloton
Voici des vidéos :
Par ailleurs, il y a eu aussi ce dimanche des mobilisations remarquables lors du passage du Tour de France à Mantes-la-Jolie et à Versailles
A Mantes-la-Jolie des militants ont réussi à interrompre pendant un moment le passage de la voiture de l’équipe « Israël Start-up Nation » comme vous pouvez le constater sur cette vidéo :
Nous sommes d’ores et déjà déterminé-e-s à continuer à nous mobiliser pour que cette équipe ne participe plus à des compétitions !
BDS France Paris, le 21 septembre 2020



Alors que l’ONU se réunit, demandez une enquête sur l’apartheid israélien

22 septembre 2020 | par le Comité National BDS palestinien (BNC)

Rejoignez des centaines d’organisations de la société civile en exigeant que l’Assemblée Générale de l’ONU et les Etats membres enquêtent sur l’apartheid israélien.

Les représentants des gouvernements du monde entier se réunissent cette semaine au siège des Nations Unies à New York pour la 75ème Assemblée Générale de l’ONU (AGNU). Les Palestiniens et les défenseurs de leurs droits ont besoin de votre aide pour s’assurer que l’AGNU réponde à l’exigence des Palestiniens pour la liberté, la justice et l’égalité.

Aujourd’hui, plus de 452 organisations de la société civile mondiale – syndicats, mouvements et partis politiques de dizaines de pays à travers le monde – ont émis une lettre appelant l’AGNU et ses Etats membres à lancer une enquête internationale sur le régime d’apartheid israélien contre le peuple palestinien et pour imposer des sanctions ciblées de la part de tous les Etats pour mettre fin à l’apartheid israélien et à l’annexion illégale de la terre palestinienne.

L’apartheid est un crime contre l’humanité, et les Etats ont la responsabilité de mettre fin à cette situation illégale. Les Nations Unies ont mené une enquête sur l’apartheid en Afrique du Sud et y ont imposé des sanctions contre le régime d’apartheid, contribuant à y mettre fin. Il est grand temps que l’ONU agisse de même avec Israël.

Assurez vous que le président de l’AGNU Volkan Bozkir entende la demande pour que l’ONU mène une enquête sur l’apartheid israélien en la partageant sur les réseaux sociaux >

Envoyez un tweet

Les Palestiniens et les défenseurs des droits de l’homme organisent une semaine d’action pour donner de la visibilité à cet appel de la société civile qui s’oppose au régime israélien de colonialisme et d’apartheid, et nous espérons que vous le rejoindrez.

  • Mardi 22 septembre : Lancement de la semaine d’action. Partagez la lettre ouverte à l’AGNU et diffusez cet appel mondial pour que l’ONU mène une enquête sur l’apartheid israélien.
  • Mercredi 23 septembre : Savoir c’est pouvoir ! Restez branchés et vérifiez la liste de moyens que nous partagerons sur les réseaux sociaux et #EducateAGainstApartheid.
  • Jeudi 24 septembre, de 16h à 18h heure palestinienne : rejoignez une tweetstorm mettant en évidence la complicité des entreprises et du gouvernement dans l’apartheid israélien. Nous enverrons ce jour-là par courriel les tweets avec des images.
  • Vendredi 25 septembre : Lancement de la vidéo : « Vies sous apartheid ».
  • Lundi 28 septembre : Lancement de la vidéo « Réponse mondiale à l’apartheid israélien : Ensemble nous vaincrons ». Guettez ce jour là notre courriel.

Rejoignez nous et agissez contre le racisme, les discriminations et l’apartheid. Réservez cette date pour la tempête de tweets jeudi de 16h à 18h heure palestinienne.

Traduction : J. Ch. pour BDS France

Source : BNC




Ils roulent pour l’Apartheid israélien, Nous on pédale pour la Palestine !

Manifestation à Vélo samedi 19/9 à 14h00 à partir de la Fontaine des Innocents (Chatelet les Halles)
#IsraelApartheidNation
#TDF2020

Le Tour de France n’aurait pas dû accepter l’équipe « Israël Start-up Nation » !

Alors que le Tour de France 2020 se terminera le 20 septembre sur les Champs Elysées, une équipe a été contestée dans de nombreuses villes et sur le parcours de la Grande Boucle, contestation pas ou peu relayée par les médias nationaux.

Il s’agit de l’équipe Israël Start-up Nation financée par le milliardaire israélo-canadien Sylvan ADAMS qui n’a pas caché sa volonté de promouvoir une image prestigieuse d’Israël, pays qu’il qualifie de « démocratie vibrante et robuste », de « pays sûr, ouvert et tolérant », ses coureurs étant « les ambassadeurs d’Israël ».

Cette opération n’est qu’un moyen de détourner l’attention de l’opinion publique de la politique criminelle, coloniale et d’apartheid du régime israélien, dont l’objectif est de rayer la Palestine de la carte.

Premiers signataires :
Association de Palestiniens en Île de France
Forum Palestine Citoyenneté
ACTA
‌Alternatives et Autogestion
Association Démocratique des Tunisiens en France (ADTF)
Association des Marocains en France (AMF)
Association des Tunisiens en France (ATF)
AFD International
Association femmes plurielles
Association France Palestine Solidarité (AFPS) Paris-Sud
Association France Palestine Solidarité (AFPS) Paris 14-6
Agir pour le changement et la démocratie en Algérie (ACDA)
Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF)
BDS France-Paris
Campagne Unitaire pour la Libération de George Abdallah
CAPJPO Europalestine
Cri Rouge
Collectif ni guerre ni état de guerre
Comité Montreuil Palestine
Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT)
Émancipation, tendance intersyndicale
Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR)
Fédération de l’Éducation, de la Recherche et de la Culture (FERC CGT)
Fondation Frantz Fanon
Islam et info
Nouveau Parti anticapitaliste (NPA)
Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF)
Parti des Travailleurs (Tunisie) section France
Pour une Écologie Populaire et Sociale
Parti des Indigènes de la République(PIR)
Potere al Popolo Paris (Italie)
Rete dei Comunisti (Italie)
Union Syndicale Solidaires
Union des Tunisiens pour l’Action Citoyenne (UTAC)
Union Juive Française pour la Paix (UJFP)

 




NOUVELLES ACTIONS  TOUR DE FRANCE A CLERMONT – 12-15 SEPTEMBRE

CLERMONT-FD – 12/09 – Quelques trente militants du Collectif Palestine BDS-63 (AFPS, BDSF, Solidaires, importante délégation de l’UNEF, RESF, Cimade, LFI, Tps des cerises, CGT, Gilets jaunes, …) ont déployé deux grandes banderoles montées sur « échasses » à 3 m de hauteur, et de nombreux drapeaux palestiniens devant la Fac de Lettres

Voir vidéo Direct sur FB (et plus de photos et vidéos sur facebook Palestine 63 Solidarité)


Très visible à l’arrivée de la caravane du Tour comme de celle des coureurs une heure plus tard. Le public nombreux était globalement réceptif à l’action et la distribution du tract dénonçant la participation de l’équipe cycliste « Israel Start-Up Nation ». Plusieurs personnes, jeunes pour la plupart, ont souhaité avoir des informations sur cette équipe « Israel » et la propagande israélienne sur le Tour.


Au passage de la caravane comme des cyclistes, appuyés par un mégaphone, les militants ont scandé « Boycott Israël, Palestine vivra », slogan repris par des sympathisants. Un suiveur, ancien coureur cycliste danois, Michael Rasmussen s’est arrêté pour photographier notre groupe et tweeter une vidéo de notre action, qui a eu plus de 9.000 vues.

PONT DU CHATEAU –  12/09 – Une autre action a eu lieu à Pont du Château où 4 personnes, dont un sympathisant du coin, ont déployé une grande banderole (4,5 * 1,5 m) au sommet d’un immeuble donnant sur le passage du Tour, bien visible des spectateurs.


AUBUSSON d’AUVERGNE – 12/09 – Une adhérente de l’AFPS 63 dont la maison est située sur le parcours de l’étape Clermont-Lyon avait apposé sur son mur un drapeau palestinien et le drapeau AFPS qui ont été filmés deux fois en direct par France Télévisions.

CLERMONT-FD – 15/09 – Six militant-e-s de la Coalition BDS 63 se sont retrouvés pour distribuer plus de 500 tracts et promener dans le marché un petit panneau cartonné sur le cycliste de Gaza, Alaa Al Dali. Bon accueil sur ce marché très populaire.

Nous avons à ce jour effectué une quinzaine d’actions, et distribué la totalité des 5.000 tracts couleur du collectif Palestine 63 (28 orgas) sur cette campagne de boycott sportif. Une partie de nos actions sont rapportées sur un blog de Mediapart

 

 

 

 




A Strasbourg, l’apartheid israélien n’est pas le bienvenu !

Samedi 12 septembre nous avons roulé pendant deux heures à Strasbourg pour dénoncer « Israel Start-Up Nation », cette entreprise israélienne de blanchiment de l’apartheid !

A différentes reprises, nous nous sommes arrêtés et avons expliqué les raisons de notre action et la nécessité de développer la campagne de Boycott-Désinvestissement-Sanctions. Plusieurs personnes ont pris également le 4 pages BDS. Nous en avons profité pour dénoncer le blocus meurtrier de Gaza, l’horreur que fait régner Israël (bombardements, 3h d’électricité par jour.)…

Nous étions au départ une trentaine, une équipe à pied et une équipe à vélo. Nous avons distribué près d’un millier de tracts signé par 16 organisations. A la fin, une partie des participants est allée rejoindre la manif pour le climat qui avait lieu ce même jour à Strasbourg. Nous avons rencontré la manif pour le climat lors de notre périple et nous avons été longuement applaudis par les participants ! La photo ci-dessus a été prise à la fin, avec la quinzaine de participants restant !




LYON : LE DRAPEAU PALESTINIEN  INCONTOURNABLE DU « TOUR DE FRANCE 2020 »

NON À « ISRAËL START UP NATION »

Le « Tour de France » a fait étape  à Lyon, les 12 et 13 Septembre.

Occasion pour les militants des droits humains de dénoncer l’équipe cycliste « Israël Start-up Nation ». Le sponsor, milliardaire israélo-canadien Sylvan ADAMS, compte blanchir la politique israélienne en présentant cette équipe en véritable ambassadrice de l’Etat criminel, le sport est mis ainsi au service d’une basse opération de propagande

Samedi, les militants s’étaient donné rendez vous au sommet de la montée des Esses à la Croix Rousse. Au bout de 3 heures d’attente, ils purent s’adresser aux centaines de personnes présentes. Grand et petits drapeaux déployés; tee-shirt et affiches arborés, slogans dénonçant l’état criminel…une belle et forte action sous la chaleur de ce mois de septembre.

Dimanche : récidive des militants à hauteur du pont Galieni (69007).

L’équipe israélienne eu droit, de nouveau, aux drapeaux et slogans en faveur de la Palestine et contre l’Etat d’Apartheid israélien.

Un week end de forte mobilisation dans la capitale des gaules.

COLLECTIF 69 DE SOUTIEN AU PEUPLE PALESTINIEN
Facebook  – Twitter:  @palestine69 – Tel : 06 01 91 52 18 – courriel : palestine69@orange.fr
Chaîne Youtube : collectif 69 Palestine Agenda et actions : http://collectif69palestine.free.fr
Instagram : collectif 69 Palestine

 




Dites-le à Puma : s’il s’oppose au racisme, il doit s’opposer à l’occupation israélienne

Nos camarades britanniques de Londres ont obtenu une couverture médiatique sur Mondoweiss, un site d’information consacré à la couverture de la politique étrangère américaine au Moyen-Orient.

Black Lives Matter force le monde des sports à faire face au racisme – pourtant le préjudice qui a détruit ma carrière est en grande partie ignoré.

Par Mahmoud Sarsak 10 septembre 2020

Puma a appelé à mener des actions contre la haine. Pourquoi soutient-il la haine qui détruit des vies et empoisonne un sport magnifique ?

Il y a huit ans, ma vie a changé pour toujours. J’avais 22 ans et je vivais mon rêve de footballeur. Je faisais partie de l’équipe nationale, j’avais représenté mon pays aux Jeux olympiques, et je venais de signer un contrat en Cisjordanie. Mais sur le chemin d’une rencontre avec ma nouvelle équipe, j’ai été appréhendé par les forces de sécurité israéliennes. Je n’ai été inculpé d’aucun crime ou délit, je n’ai pas été poursuivi en justice, et cependant j’ai été incarcéré pendant trois ans et brutalement torturé. Ce n’est qu’à la suite d’une grève de la faim de 96 jours que la pression internationale a forcé le régime israélien à me libérer.

L’ombre d’un jeune Palestinien qui joue au football se découpe devant une banderole de solidarité avec le prisonnier palestinien Mahmoud Sarsak dans le sud de la Bande de Gaza, le 10 juin 2012. (Photo: Eyad Al Baba/APA Images)

Pourquoi moi ? Mon seul désir avait toujours été de jouer au football. Mon souhait le plus vif était d’utiliser mes capacités pour faire honneur à mon peuple. De faire partie d’un sport qui, pour moi, est lié à la paix, à l’amour et aux relations avec d’autres pays et cultures. Mais, aux yeux d’un régime qui a besoin que le monde ferme les yeux sur la haine, l’injustice et les violations contre mon peuple, cela fait de moi une menace. En effet, quand nous, les Palestiniens, entrons dans l’arène internationale, cela rappelle au monde que nous existons, que nous sommes aussi humains que vous, et que nous méritons le même respect, les mêmes protections élémentaires, que tout un chacun. Voilà pourquoi nous voyons les talents palestiniens étouffés et attaqués par tous les moyens possibles. Voilà pourquoi nous voyons des restrictions et des interdictions viser les matchs, empêcher l’entraînement et la présence de supporters, et imposer aux personnalités du sport et de la culture le risque de l’emprisonnement, de l’exil et de la mort.

Aujourd’hui, je vois que Black Lives Matter force le monde du sport à faire face au racisme et à la haine – et pourtant le préjudice qui a détruit ma carrière est en grande partie ignoré. Le géant du vêtement de sport Puma a pris position publiquement contre la haine, publiant des annonces et accueillant des “conversations franches” sur le racisme. Et pourtant il continue à être complice de l’assujettissement de mon peuple. Puma est le principal parrain de l’Association israélienne de football, laquelle, selon Human Rights Watch, comporte des clubs de football basés dans des colonies qui occupent des terres palestiniennes volées. Les colonies sont illégales en vertu du droit international humanitaire, contribuent à de graves atteintes aux droits humains, et nuisent directement aux droits des Palestiniens : liberté de circulation, accès aux ressources naturelles et capacité de construire des maisons. Au lieu de s’opposer à cette injustice, le parrainage de Puma confère une légitimité internationale à l’Association israélienne de football, détournant l’attention des violations croissantes et de la haine que subit le peuple palestinien.

Nous ne pouvons pas faire notre choix quand il s’agit de racisme. Soit nous nous dressons contre toutes les haines et toutes les violations des droits et de l’humanité, soit nous faisons partie du problème. Actuellement, Puma fait partie du problème.

Merci de vous joindre à moi en demandant à Puma d’être fidèle à ses propres paroles — et de vous joindre aux athlètes palestiniens pour boycotter Puma.

Pour plus d’informations : redcardpuma.com.

Mahmoud Sarsak

À 22 ans, Mahmoud Sarsak était une étoile montante du football palestinien et venait de signer un contrat avec un nouveau club, Markaz Balata. Mais en juillet 2009, alors qu’il se rendait de Gaza en Cisjordanie pour rejoindre son équipe, il a été arrêté et emprisonné sans inculpation par Israël. Pendant les trois années qui ont suivi, il a subi de façon répétée des tortures physiques et mentales, et il a finalement entamé une grève de la faim qui a duré 96 jours. Après une campagne internationale soutenue par des personnalités du football comme Eric Cantona ou l’ancien président de la FIFA Sepp Blatter, le régime israélien s’est incliné devant la pression et l’a libéré. Pour des détails sur l’histoire de Mahmoud, voir son interview en vidéo ici : https://www.palestinecampaign.org/mahmoud-sarsak-tells-his-story-to-the-uk/

Traduction : SM pour BDS France




Belle mobilisation contre la présence de l’équipe israélienne de cyclisme dans la Loire

Une trentaine de militant.e.s se sont retrouvé.e.s ce samedi à Montbrison pour protester contre la présence israélienne au Tour de France.
Les femmes en noir de Montbrison, l’AFPS Saint-Etienne, les JC de la Loire et BDS France Saint-Etienne étaient représentés.
Le matin nous avions passé 3 heures à l’entrée du marché pour distribuer des tracts et discuter avec les passants…
Beaucoup de citoyens sont surpris de cette présence d’une équipe israélienne car ils n’en ont pas entendu parler.
L’après-midi nous nous sommes positionné.e.s à un rond-point sur le passage du Tour. Dès notre arrivée, nous avons eu droit à plusieurs interventions de la police, puis de la gendarmerie, puis d’une unité spéciale. BDS et JC étant arrivés en premier, nous avons même eu droit à un contrôle d’identité. Nous avons donc mené notre mobilisation entouré.e.s des forces de l’ordre. Malgré quelques tensions de cet ordre-là, la mobilisation s’est très bien déroulée.
Notre présence a été très remarquée, plutôt positivement, l’un des chars a dit les verts sont là avec leurs drapeaux (confondre le drapeau de la Palestine avec le drapeau de l’ASSE fallait le faire), un autre des chars nous a lancé un « Bonjour la Palestine ».
Tous les représentants de #IsraelApartheidNation ont été hués et accueillis au son de « Boycott Israël ».

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA