A Nîmes: « Une Journée mondiale contre tous les murs dans le monde »

Jeudi 9 novembre, pour répondre au mouvement palestinien « Stop the Wall » de faire du 9 novembre « Une Journée mondiale contre tous les murs dans le monde »

deux initiatives à Nîmes :

  • – le matin de 11h à 13h, une quinzaine de militantEs, bravant le vent glacial, présentaient une exposition sur le mur d’apartheid israélien au cœur de la ville, avec prise de paroles pour expliquer la situation et appeler au boycott, notamment contre Hewlett Packard.  Beaucoup de passage, des personnes très intéressées, de nombreux échanges, notamment avec des jeunes qui découvraient la question des murs dans le monde, et leur finalité …
  • – le soir, projection du film « LES MURS DE LA HONTE », soirée co-organisée avec l’AFPS, l’UJFP, le Comité BDSF 30, les Femmes en Noir, la LHD Gard, le GREF, l’APTI, le CADTM, l’AFA, Kafo’Saze, France El Djazaïr, Attac Nîmes.
Environ 70 personnes ont participé au débat nourri qui a suivi.

 

Image en ligne



Tournée nationale pour la sortie du livre « Un Boycott légitime »

Nous avons le plaisir de vous informer des rencontres organisées pour la présentation du livre

« Un boycott légitime, pour le BDS universitaire et culturel de l’Etat d’Israël » (La fabrique 2016) 

en présence des auteurs, Eyal Sivan et Armelle Laborie.

Deux nouvelles dates, ce week-end à Saint-Étienne et Lyon!

Eyal Sivan et Armelle Laborie seront ce week-end à Saint-Étienne et Lyon pour présenter leur livre:
  •  Saint-Étienne:  vendredi 27 janvier, à 18h00

Université Jean Monnet, 10 rue Tréfilerie

  • Lyon:  samedi 28 janvier, à 15h00

Librairie Terre des Livres, 86 rue de Marseille, Lyon.


Défendre la liberté d’appeler au boycott ne va pas à l’encontre de la liberté critique ou de la liberté d’expression, il en fait partie.
L’idée même d’utiliser le boycott de la culture et du savoir comme un moyen de pression politique provoque la perplexité, la réticence ou même le rejet. Alors que le boycott des institutions universitaires et culturelles israéliennes, composant essentiel de la campagne mondiale Boycott Désinvestissement Sanctions (BDS), recueille un nombre croissant de soutiens partout dans le monde, il reste méconnu voire ignoré en France. Il est sujet à de fausses interprétations et donne lieu à des polémiques, y compris parmi les partisans sincères de la paix en Palestine-Israël. Ces interrogations et objections sont dues à une ignorance des termes de l’appel palestinien au boycott universitaire et culturel d’Israël, et se nourrissent aussi de la méconnaissance, des idées fausses et de la perception déformée qui sont diffusées en France au sujet des universités et de la culture israéliennes. Le livre « Un boycott légitime » décrit leur réalité et le contexte dans lequel leur image idéalisée est produite.

Dates des rencontres

  • 12 novembre, à Marseille
18h30, Solidaires 13 , 29 boulevard Longchamp
Comité BDS France Marseille
  • 14 novembre, à Montpellier
16H conférence au café Le Riche Place de la Comédie
18H30 présentation à La Cimade 28 rue du Faubourg Boutonnet
Comité BDS France Montpellier
  • 15 novembre, à Perpignan

15h, conférence de presse Librairie Torcatis 10 Rue Mailly
18h, rencontre de présentation Salle du Travailleur Catalan 44 Avenue de Prades
Comité BDS France 66

  • 16 novembre, à Toulouse

18h, Bourse du travail
Comité BDS France Toulouse

  • 17 novembre, à Bordeaux

18h, Université Bordeaux 3
Palestine 33 / UJFP

  • 22 novembre, à Lyon

18h 30, Bourse du Travail Place Guichard Lyon 3ème
Comité BDS Lyon/ UJFP

  • 24 novembre, à Paris

18h30, CICP 21 ter Rue Voltaire, 75011 Paris (Métro Rue des Boulets)
BDS France-Paris-/UJFP/Aurdip

  • 29 novembre, à Saint Nazaire

20h00, Agora – Maison des Associations, 2bis Avenue Albert de Mun – Saint Nazaire
Comité Solidarité Palestine Région Nazairienne (CSPRN)

Voir aussi le site de l’éditeur: un_boycott_legitime_catalogue_la_fabriqueCatalogue La Fabrique: Un Boycott Légitime

 




« UN BOYCOTT LÉGITIME »: Retours des rencontres et débats de la tournée nationale

  • Présentation  à La Java, 7/11 (La fabrique éditions)

Source: La fabrique éditions
64, rue Rébeval 75019 Paris
Tél. et Fax : 01 40 15 02 63
www.lafabrique.fr

  • MARSEILLE, 12/11

La soirée a été organisée dans le local du syndicat « Solidaires ». Une quarantaine de personnes étaient présentes, très attentives, très motivées et pour la plupart déjà convaincues!

Les intervenants se sont présentés.

Armelle Laborie a d’abord parlé de leur démarche et du pourquoi du livre. Eyal Sivan a ensuite expliqué et développé la nécessité du boycott culturel et sa légitimité . Ils ont ensuite répondu aux questions des lecteurs.

Nous avons rappelé l’existence du groupe BDS France Marseille qui a besoin de nouveaux participants.

Les auteurs ont dédicacé leur livre, vendu par la librairie Transit qui était présente à la soirée, autour d’un apéritif offert par BDS Marseille.

marseille-1

  • MONTPELLIER, 14/11

deuxmains2-grande

Après une conférence de presse de plus d’une heure et une soirée passionnante durant laquelle Armelle Laborie et les-deuxEyal Sivan ont présenté leur livre « Un boycott légitime, Pour le BDS universitaire et culturel contre l’État d’Israël » , Armelle et Eyal ont exposé avec conviction quelques uns des arguments pour le boycott universitaire et culturel place de la Comédie (vidéo). Auparavant ils avaient salué les occupants du cinéma « Le Royal-occupé ».

 

 

  • PERPIGNAN, 15/11

Une trentaine de personnes sont venues à la conférence dans la salle du Travailleur Catalan écouter Eyal Sivan et Armelle Laborie présenter leur livre «Un boycott légitime. Pour le boycott universitaire et culturel de l’Etat d’Israël».

Leurs interventions sur le boycott culturel et universitaire ont fait mouche.

Même certains qui étaient réticents au début de la soirée sur le volet boycott culturel ont été conquis par les arguments d’Eyal et Armelle.

Tous les auditeurs nous ont remercié pour cette soirée très enrichissante, qui nous aidera pour nos futures actions sur ce volet de boycott universitaire et culturel.

Un reportage de TVSud a été fait lors de la conférence de presse à la librairie Torcatis.

(Reportage : Laurie Charrié TVSud)

Il a fallu écourter le débat que nous avons clos autour de plats et gâteaux faits maison.

  • TOULOUSE, 16/11

Près de 40 personnes sont venues écouter Eyal Sivan et Armelle Laborie présenter leur livre « Un boycott légitime. Pour le boycott universitaire et culturel de l’Etat d’Israël ». Ce nombre est d’autant plus significatif que plusieurs librairies toulousaines ont regretté de ne pas pouvoir accueillir cette rencontre compte tenu des délais, et qu’elle s’est tenue pour la première fois à la Bourse du Travail, à l’invitation de CGT-Education.

Une audience très attentive, qui  a suivi les explications d’Eyal et d’Armelle montrant que le mythe souvent éculé de l’indépendance de la culture et de l’université avec la politique ne s’applique surtout pas à Israël, où l’une et l’autre se plient sans états d’âme au pilotage culturel, l' »explication » (hasbara) de l’État d’apartheid. Eyal et Armelle ont expliqué que la « culture d’exportation » de l’État israélien vise avant tout à faire passer Israël comme un État européen comme un autre, à l’opposé de ce qu’Israël est en réalité. Ils ont aussi encouragé à soutenir et promouvoir les acteurs culturels israéliens indépendants des financements de l’État.

Il a fallu écourter le débat mais la réponse du public à ce document à deux mains n’a fait aucun doute, la table de presse a été dévalisée.

Audio à suivre…

  • BORDEAUX, 17/11

bordeaux1

La rencontre s’est très bien passée, malgré le refus de dernière minute de la direction de l’université de Bordeaux Montaigne-Montesquieu de mettre un amphi à notre disposition.

Cette décision s’est même étendue à tous les locaux de la fac puisque peu avant 17 h, les vigiles se sont déployés pour fermer tous les accès. Tous… sauf un que nous avons pu occuper dès que nous avons été suffisamment nombreux. Donc un peu de stress pour nous et la crainte de recevoir Armelle et Eyal dans de très mauvaises conditions, avec pour seul accessoire une sono portative…
Tout s’est finalement passé pour le mieux et la conférence a pu avoir lieu dans l’enceinte de la maison des étudiants. Une quarantaine de personnes très attentives et intéressées dont plus de la moitié étaient des étudiants. Ces derniers sont partants pour poursuivre le travail sur le BDS et le BDS culturel et universitaire en particulier. Nous avons prévu d’organiser avec eux une journée de travail dans le courant du mois de mars.

Nous remercions très chaleureusement Eyal et Armelle d’avoir permis cette rencontre

 

bordeaux-2
 Ci-dessous la lettre envoyée à l’annonce du refus de la salle:
Madame Hélène Vélasco-Graciet

Présidente de l’Université Bordeaux Montaigne,

Nous avons reçu avec consternation la lettre  revenant sur l’accord de principe donné pour la mise à disposition d’un amphithéâtre de l’Université Bordeaux Montaigne afin de permettre un débat sur le boycott culturel et universitaire avec Eyal Sivan, réalisateur israélien, et Armelle Laborie, productrice, auteurs du livre Un boycott légitime. Pour le boycott culturel et universitaire de l’État d’Israël.
Ce refus nous met dans une situation délicate.

Nous sommes parfaitement conscients que la question du boycott universitaire et culturel est un sujet de débat. Et nous ne sommes pas surpris que l’université soit réticente à adopter une position favorable à cette stratégie.

Ce que nous ne comprenons pas, c’est que cela conduise à en interdire le débat. La mise à disposition d’un amphi ne signifie pas le soutien à la position des intervenants ! Non seulement cela, mais nous serions même heureux que vous veniez participer à ce débat et que vous y défendiez votre point de vue.

De plus, nous appelons votre attention sur le fait que la proposition de boycott ne concerne pas les individus, mais les institutions. Or, si de nombreux universitaires comme de nombreux artistes israéliens participent à la défense des principes démocratiques contre la politique israélienne, les institutions de cet État en tant que telles sont associées à la politique gouvernementale, et toutes les universités ont des contrats avec l’armée israélienne.

Pour toutes ces raisons, nous vous demandons, Madame la Présidente, de bien vouloir revenir sur la position qui nous a été communiquée.

Dans cette attente, nous vous assurons, Madame la Présidente, de nos sentiments les plus cordiaux.

 

  • LYON, 22/11

eyal3

Près de 70 personnes ont assisté à cette passionnante conférence.Un auditoire très attentif et mobilisé !

eyal1

Une quarantaine de livres ont été vendus.

eyal4eyal2

Merci à Armelle et Eyal, et à tous les organisateur.trice.s de cette tournée!

  • PARIS, 24/11

paris1

 

 

 

 

Près de 60 personnes ont assisté  à la présentation du livre « Un Boycott Légitime » au CICP, en présence des auteurs Eyal Sivan et Armelle Laborie.
Une soirée organisée par BDS France-Paris, l’AURDIP et l’UJFP.
Sont intervenus également Ivar Ekeland, président de l’AURDIP, et Jean-Guy Greilsamer pour l’UJFP.
Public très attentif et intéressé au sujet des boycotts académique et culturel, sûrement les moins connus de la campagne et qui soulèvent le plus de discussions. Le débat qui a suivi les interventions a révélé un intérêt particulier pour la compréhension du fonctionnement de la « Hasbara » propagande et de la stratégie Brand Israël et a finalement été l’occasion pour approfondir ce thème traité dans le livre.

VIDÉOS: Argumentaires pour un boycott culturel et universitaire

  •  Ivar Ekeland, Président de l’AURDIP (aurdip.fr), justifie la pratique du boycott comme arme de luttes des populations pour le droit et la justice.

 

 

  • Un boycott légitime, présentation du livre:  Eyal Sivan présente la démarche et les arguments du livre, dans un contexte actuel où le système universitaire israélien est en collaboration active avec l’appareil sécuritaire, militaire et de propagande d’Israël.

 

  • Hasbara & Brand Israël – Armelle Laborie et Eyal Sivan : du dispositif gouvernemental de la Hasbara à Brand Israël, face à la menace stratégique majeure qu’est devenu le boycott universitaire et culturel.

 

  • Les légitimités du boycott académique de l’État d’Israël: réponses aux questions concernant les diverses légitimités du boycott universitaire et culturel de l’État d’Israël.

 

  • Production et distribution cinématographique israélienne – Armelle Laborie et Eyal Sivan : autant la production israélienne est relativement libre d’expression, autant la distribution est contractuellement assujettie au blanchiment de l’image et des pratiques de l’État d’Israël.

On en parle dans la presse:

  • La Marseillaise

la-marseillaire-15nov2016

  • Midi Libre

ml-15nov2016-eyal

  • TVSud

« Un Boycott Légitime » comment dénoncer les relations entre l’université et l’institution militaire d’Israël

C’est un livre écrit en quelques mois par quatre mains, celles d’ Eyal Sivan et d’Armelle Laborie. Lui réalisateur Israélien et pro Palestinien et elle productrice Française. Ce mardi 15 novembre 2016 ils étaient à la librairie Torcatis à Perpignan pour présenter leur ouvrage et répondront aux lecteurs ce soir lors d’une conférence à la Salle du travailleur catalan à Perpignan.
Reportage: Laurie Charrié TVSud

 

  •  Beur FM

Interview d’Eyal Sivan et Armelle Laborie sur Beur FM le 24/01/2017 :

http://www.beurfm.net/IMG/mp3/PAD_LES_ZINFS_24_01_17.mp3 

Cet article sera enrichi au fur et à mesure des retours que nous recevons des organisateurs.




Journée d’actions pour un embargo militaire contre Israël

Plusieurs villes ont répondu à l’appel à une journée d’action pour un embargo militaire contre Israël.

Bravo à tous les comités (par ordre alphabétique Bordeaux, Hauts Cantons, Lyon, Marseille, Millau, Montpellier, Nîmes, Orléans, Paris, Tours, Saint-Étienne, Strasbourg).

  • Nous poursuivons notre inscription dans le paysage politique malgré les tentatives d’intimidation
  • Nous rencontrons, surtout dans les grandes villes, des interlocuteurs, anti-guerres, écolos, etc, qui sont réceptifs à notre engagement

 

Nous vivons dans une période historique où dans les pays occidentaux (et ailleurs aussi) de plus en plus de gens militent pour (et cherchent à construire) des alternatives politiques et sociétales à tous niveaux, et dans ce contexte notre engagement pour BDS a un rôle particulier et important dans les champs tels que : la solidarité internationale, le vivre ensemble, la politique anti-guerres, la conception des relations internationales, etc

 

Comptes-rendus par ville :

 

  • Hauts-Cantons (34)

Distribution de 450 tracts.

160923 Embargo Hauts Cantons

  • Strasbourg (67)
A Strasbourg nous avons distribué des tracts, fait signer des pétitions embargo,  distribué des cartes postales embargo à envoyer et discuté avec un public nombreux, au centre ville de Strasbourg samedi 24 septembre.

Il y a eu beaucoup de discussions,  les gens étaient très réceptifs,  certains nous ont laissé leurs coordonnées. Nous avons continué  au   forum des associations où nous étions présents  samedi après-midi  et dimanche: plus de 110 signatures de la pétition  embargo, diffusion du 4 pages BDS,  vente  d’huile palestinienne, de brochures, etc. BDS France était bien visible ce WE à Strasbourg, malgré les pressions et intimidations dont nous faisons l’objet.

    160923 Embargo Strasbourg

 

  • Millau (12)
Distribution de tracts dans la convivialité du marché de Millau le 23 Septembre de 10 h à 12 h.
Les personnes sont friandes d’ informations même si elles sont parfois dubitatives sur la portée de l’opinion populaire.
Dans la semaine les communiqués de presse sont bien passés dans les journaux (local et régional).
La radio locale a fait un bon interview qui passera 4 fois et qui dès ce matin annonçait la Journée nationale d’aujourd’hui 24/09.
Les tee-shirts ont un grand impact de visibilité nous étions une dizaine :
Une personne dynamique quoiqu’ en voiture roulante avec d’autres disséminés dans le marché portaient  les visuels, distribuaient les tracts,tout en « tchachant ». Au marché ça « jase ».
L’ information circule bien.
Les autres étaient près d’ une table à un endroit fixe.
62 cartes ont été signées.

 

  • Bordeaux (33)
Nous étions place Saint-Projet à Bordeaux cet après-midi pour l’action embargo militaire.
Très bon contact avec les passants dont certains sont venus à la table pour signer les cartes et demander des infos sur la campagne et ce qu’ils pouvaient faire.
Quarante carte postales signées et pas mal de tracts distribués.
Tout ça dans une atmosphère sereine… et sous un soleil de plomb 🙂

160923 Embargo Bordeaux

  • Marseille (13)
Ce samedi à 15h nous nous sommes retrouvés sur le Vieux-Port, avec le Mouvement de la Paix et les organisations signataires de l’appel.
Diffusion du tract national (plus de 300), distribution de vignettes TEVA, signature de pétitions (une centaine nous n’avions pas plus de feuilles disponibles), des rencontres intéressantes et intéressées par BDS et une prise de parole après les représentants du peuple kurde fort applaudie par le public.
Au cours des quelques minutes dont chacun disposait nous avons rappelé les trois piliers de BDS, qu’il ne pouvait y avoir de paix sans justice pour le peuple palestinien, et que BDS était la réponse non violente aux violations du droit international par les autorités israéliennes. Nous avons demandé le désarmement nucléaire de l’état israélien et appelé à l’embargo sur les armes.

160923 Embargo Marseille

  • Saint-Étienne (42)

Nous étions une centaine à Saint-Étienne à nous réunir pour demander l’embargo militaire contre Israël
Les stéphanois sont toujours réceptifs à l’appel des Palestiniens à travers la campagne BDS, c’est encore plus vrai quand on parle d’embargo militaire.
Les cartes postales sont un très bon outil, 100 ont été remplies aujourd’hui
Des membres du collectif sans armes Saint-Étienne étaient parmi nous et nous ont proposé de tenir un stand à un forum anti-armes qu’ils organisent en Octobre, cela pourra nous permettre de continuer à parler de notre campagne pour l’embargo militaire.

160923 Embargo Saint-Etienne

  • Orléans (45)
Dans le cadre de la 3ème Journée de la transition, nous avons été invité à tenir un stand ce qui tombait bien avec la journée de l’Embargo militaire.
Contrairement à nos précédentes actions de rue (centre ville ou magasin) nous avons rencontré un public différent. Celui-ci est composé d’acteurs associatifs à vocation écologique, sociale et humaine.
Nous avons présenté la campagne BDS et renoué quelques contacts avec certaines associations signataires de l’appel national.
Nous avons également répondu aux questions des visiteurs, venu s’informer sur l’écologie par exemple, qui ont découvert la campagne BDS.
Le bilan est positif, nous nous sommes fait connaître auprès de ces associations, qui de part leur activité n’ont pas forcément le temps de s’informer sur les luttes périphériques.
Nous avons distribué environ 60 cartes postales.

160923 Embargo Orléans

  • Tours (37)

Notre coordination BDS 37 s’est jointe hier à la manifestation de « marche pour la paix » dans la grande rue piétonne de Tours. Nous étions une dizaine de militants et nous avons essentiellement montré et distribué les visuels embargos, en même temps que le tract d’invitation à la soirée publique « BDS » que nous organisons le 3 octobre prochain .
Nous avons pu générer de nombreuses discussions autour du cortège. La présence de BDS a été aussi l’occasion de se manifester auprès des 30 organisations qui ont apporté leur soutien à cette marche pour la paix.

160923 Embargo Tours

  • Lyon (69)

Dans l’objectif d’une Paix juste en Palestine, le collectif 69 Palestine participait à l’action nationale unitaire : « En marche pour la paix – Stop la guerre – Stop les violences ».

Le stand où les tracts et documentations sur l’embargo ont eu beaucoup de succès.
Beaucoup de signatures ont été recueillies pour la pétition « POUR L’EMBARGO SUR LE COMMERCE D’ARMES AVEC ISRAËL ! »
Dans une chaude ambiance de solidarité internationale, de nombreux contacts ont été pris…

160923 Embargo Lyon

  • Montpellier (34)

Malgré le nouveau refus de la Mairie d’accorder l’autorisation de tenir un stand et malgré les intimidations par mail de la préfecture le Comité BDS France 34, sous haute surveillance policière, a mené une action courageuse, déterminée et sans aucun incident qui a reçu un excellent accueil des montpelliérains et montpelliéraines.

Article et photos sur le site de BDS-F 34

160923 Embargo Montpellier

  • Paris (75)

Des dizaines de militant-e-s BDS ont participé à la journée d’action nationale BDS France embargo militaire ce jour.

Quelques photos sur cet album, : https://goo.gl/photos/chg96M5PoHxuvQ4aA

Nous avons débuté vers 14h sur la place de la République, ou nous avons déployé une table avec notre matériel (tracts, pétition, cartes postales pour cette journée notamment) + banderoles et pancartes « embargo militaire contre Israël ». Beaucoup d’intérêt des passants, on a eu une très bonne visibilité sur la place pendant plus d’une heure.

Ensuite nous avons lu le tract embargo appelant à la journée en expliquant pourquoi nous étions là, nous avons scandé des slogans BDS en faisant le tour de la place.

Puis nous avons rallié la « marche pour la Paix ». Là encore, présence visible de BDS France. Entre 35 et 40 personnes dans le cortège BDS embargo Israël de la Marche pour la Paix dont une vingtaine de militant-e-s avec tee shirts BDS, tenant des panneaux Embargo et trois banderoles BDS

Une trentaine de signatures sur la pétition embargo, des stickers Teva distribués et une quinzaine de contacts réalisés en une heure, place de la République.Le secrétaire général d’une fédération de la CGT est même demandeur d’un article sur l’embargo/BDS pour un journal interne, on a accepté avec grand plaisir évidemment, et on a noué de bons contacts qu’on espère continuer à développer à l’avenir.

Très bon contact avec les personnes présentes et avec les organisateurs de la Marche pour la Paix.

160923 Embargo Paris

  • Nîmes (30)

A Nîmes, les militantEs du Comité BDSF 30 et de l’AFPS Nîmes se sont tenus une grande partie de l’après midi sur l’avenue Feuchères, lieu de passage important entre la gare SNCF et les Arènes.

Nous étions très visibles avec stand, panneaux, banderoles, diffusion du tract national, signature de la pétition et des cartes postales (dont nous avons manqué), et nos tee-shirts, bien sûr, le 4 pages, la liste des produits à boycotter, les stickers Teva, etc…
Les passants ont été très interpelés par la présence de Suzanne qui a chanté (remarquablement) pour la Palestine et par la « scène de rue » qui figurait l’arrestation brutale d’une Palestinienne par deux soldats israéliens, interviewés par une journaliste sur les arrestations arbitraires, les massacres à Gaza, le droit international, le projet sioniste et l’utilisation des armes. La scène se terminait par l’arrivée de Barack Obama qui remettait un chèque de 38 milliards de $ pour l’armement israélien(photos et vidéos suivent)
Nous avons ensuite lancé des mots d’ordre pour un embargo militaire contre Israël et fait des prises de paroles.
Les contacts et échanges ont été nombreux et animés.
Notre présence régulière porte ses fruits.
embargo-nimes

 




IAW 2016 : Participez dans votre ville!

Un an après le succès de la semaine contre l’apartheid israélien 2015, la campagne BDSFrance vous invite à participer à l’édition 2016 dans votre ville!Affiche_IAW_FR_2016
Cette semaine contre l’apartheid (IAW), commencée en 2005, a lieu dans plus de 150 villes dans l’objectif de dénoncer le projet colonial israélien et développer la campagne de Boycott, Désinvestissement, Sanctions.

Depuis octobre dernier, des dizaines de milliers de Palestiniens se soulèvent contre le régime colonial israélien à travers toute la Palestine historique. Ce soulèvement, mené par les jeunes palestiniens dont de nombreux étudiants, est une réponse à l’intensification du nettoyage ethnique et à la politique d’oppression mise en place par Israël à Jerusalem (capitale de la Palestine) et dans tout le pays.

Alors que le gouvernement français, soutien officiel du régime sioniste, réprime le mouvement de soutien au peuple palestinien, ces évènements seront l’occasion d’envoyer un message clair: face à la répression et aux intimidations, nous continuerons à affirmer notre solidarité avec la résistance du peuple palestinien et à soutenir l’appel au Boycott, Désinvestissement, Sanctions lancé par la société civile palestinienne elle-même.

Au programme actions de rue, expositions photos, conférences, projections et rencontres !
IsraeliApartheidWeek en France
IsraeliApartheidWeek international

#IsraeliApartheidWeek 2016: le programme complet!

Bordeaux (Plus d’infos à venir)
*14 mars à 18H : Conférence avec Yasser Qous, Kristian Davis Bailey et Siham Assbague
*16 mars à 18H : Conférence avec Julien Salingue, Naji Owdah et Wadia Layla
Université de Bordeaux

Grenoble (Plus d’infos à venir)
*16 mars : Défilé anti-apartheid avec une troupe de Batucada dans le quartier de la Villeneuve
20h : Conférence « histoire populaire des luttes anti-apartheid » avec Kristian Davis Bailey, Kenjah Comité Traite Négrière Esclavage (CTNE)
salle polyvalente des Balladins
Organisateurs: BDS, FUIQP, Comité Traite Négrière Esclavage (CTNE)

Lille (Plus d’infos à venir)
*8 mars à 19h: »la lutte des femmes ici et ailleurs » A la salle concorde de Lille, 65 rue Saint Bernard 59000 Lille (métro porte des postes) avec Fatiha Ajbli, Docteure en Sociologie spécialisée sur les problématiques d’emploi des nouvelles générations de Françaises musulmanes
*9 mars à 18H: Conférence « Les violences d’Etat » avec Kristian Davis Bailey Yasser Qous et Said Bouamama – MDE de Lille1 avenue Carl Gauss Villeneuve d’Ascq – Metro Cité Scientifique + buffet et concert
Organisateurs : Generation Palestine Lille
Plus d’infos : https://www.facebook.com/events/957360547646687/

Marseille (Plus d’infos à venir)
Expositions Photo
Projection : Les prisonniers Palestiniens
*17 mars : Conférence « solidarité et militantisme en milieu universitaire »

Montpellier (Plus d’infos à venir)
*1er Mars 20h – cinema Utopia : « Roadmap to Apartheid » à l’initiative du comité BDSFrance34
*12 mars – Action de boycott contre l’apartheid
*13 mars 15h – Cimade – Liberté pour les prisonniers palestiniens avec Shadid Atili (ex ministre de l’eau), Raed Amer (Pdt du club des prisonniers Palestiniens) et Issa Qaraqe (Responsable du comité pour les prisonniers palestiniens)
*17 mars : Université Paul Valery
Co-organisé par Solidaires Etudiant-e-s (Univ. Paul Valéry) et le Comité BDSFrance 34.
– 12h-14h Animations, stand, prises de parole, diffusion de tracts…sur le campus.
– 18h  L’apartheid israélien : Témoignages Palestiniens
– Wadia Layla, étudiant, réfugié, camp de Deishe (au sud de Betléem)
– Naji Owdah, animateur, réfugié, Camp de Deishe.
Soutenue par (premiers signataires) : Alternative Libertaire (AL), Association des Palestiniens du Languedoc-Roussillon,(APLR), ATTAC Montpellier, Campagne Civile internationale pour la Protection du Peuple Palestinien ( CCIPPP34), CIMADE L.R, Collectif des musulmans de france (CMF), Comité de soutien à Georges Ibrahim Abdallah (CSGIA), Mouvement pour une Alternative Non-violente (MAN), Tricoteuses en furie (TF), Union Juive Française pour la Paix (UJFP),

Nantes (Plus d’infos à venir)
*9 Mars à 17h30, Salle de conférence (Censive) : « Colonisation et Apartheid vus du ciel », par Génération Palestine,
*11 Mars à 12h30, Amphi A (Tertre) : « La résistance de la jeunesse palestinienne », avec Kristian Davis Bailey (Black4Palestine) et Wadia Layla (Militant palestinien),
*12 Mars à 18h, à B17 : « Répression des luttes aux Etats-Unis, en Palestine et en France », avec Kristian Davis Bailey (Black4Palestine) et le collectif « Nantes en résistances »,
*14 Mars à 12h, Amphi C (Tertre) : « Le mouvement BDS en France », avec Marie-France Cohen-Solal (Campagne BDS),
*16 Mars à 17h30, Salle de conférence (Censice) : Projection de « Roadmap to Apartheid », de Ana Nogueira et Eron Davidson.
Organisateurs : Solidaires Etudiant-e-s et Generation Palestine 44
Plus d’infos : https://www.facebook.com/events/462993230570098/

Nîmes (Plus d’infos à venir)
* 2 mars :
– de 11h30 à 14h30 => stand d’information et saynettes de rue,  à l’entrée de la Faculté Vauban, Montée du Fort
– de 17h30 à 19 h => rassemblement de solidarité avec les prisonniers palestiniens et saynettes de rue, avenue Feuchères (près de la gare SNCF)
co-organisée par le Comité BDSF30, l’AFPS Nîmes, Femmes en Noir, UJFP, Europalestine

Paris (Plus d’infos à venir)
*14 mars, « Education contre l’occupation », 18H30 – 21H00: Projection du film « Depuis que je suis né » à l’université Paris 8, suivie d’un échange avec la réalisatrice puis d’une conférence débat avec Nadji Owdah et Wadia Layla. Organisée par le Collectif Palestine Paris 8 et le syndicat Solidaires Etudiant-es.
https://www.facebook.com/events/921188327970620/
*19 mars, Soirée de soutien à Georges Ibrahim Abdallah, 19h, au CICP, suivi d’un concert de Rap
*20 mars, match amical organisé par le Ménilmontant Football Club 1871 (AFA) et Generation Palestine Paris dans l’après midi suivi d’un débat/échange avec Kristian Davis Bailey et les militants.
*22 mars, conférence sur « Lutter contre l’apartheid à l’université », à partir de 18h à l’université Paris 8. Organisée par Generation Palestine Paris et le Collectif Palestine Paris 8. Kristian Davis Bailey et unE militantE du collectif seront les principaux intervenants.
https://www.facebook.com/events/209980499355607/
*23 mars : Soirée sur le thème « Racisme structurel et institutionnel, cas des USA, de la France et de la Palestine », organisée par Generation Palestine Paris à la Maison de la citoyenneté, Ivry, à partir de 18H30. Les invités sont Kristian Davis Bailey, Marjorie Moya et unE militant de GP
https://www.facebook.com/events/197770277245966/

Rennes (Plus d’infos à venir)
*14 mars Porteur de Parole – métro Villejean-Université
*15 mars à partir de 17h30 : conférence avec Nadji Owdah et Wadia Layla – Université de Rennes 2, amphi E3
*16 mars à partir de 17h30: ciné-débat, présentation et diffusion entre autre d’un court métrage réalisé par un groupe de jeunes partis l’été dernier en Palestine – Université de Rennes 2, amphi E3
*19 Mars : action BDS
*23 mars : conférence avec Julien Salingue présentation de son dernier ouvrage, la Palestine des ONG – IEP de Rennes

Rouen (Plus d’infos à venir)
Programme du Groupe AFPS et CRPJDPI (Collectif Rouennais pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens)
* 2 mars – 18h – Maison de l’université – Mont Saint Aignan – Amélie LEFEBVRE, avocate au barreau de Paris, spécialiste de la CPI : « La cour pénale internationale et la Palestine. Etat de droit ou loi de la jungle? »
* 19 mars – 14h30 – Action BDS- camp de Gaza, Parvis Saint Sever, Rouen gauche
* 30 mars : Bernard Pellegrin. Les relations diplomatiques France / Israël de 1945 à 2012. De la fission au fusionnel. Une relation compliquée! !
* 23 avril – 14h30 – Action BDS- camp de Gaza, Parvis Cathédrale Rouen,

Saint-Etienne (Plus d’infos à venir)
BDS42 et Union des étudiants communistes Loire
* 1er Mars à partir de 18h  à l’université Jean Monnet => Projection Les Panthères Noires d’Israël parlent »
* 12 mars Conférence – débat avec Mustafa Muhammad
* 22 mars conférence débat avec Eric Hazan
(Plus d’infos à venir) : Diffusion de « Roadmap to Apartheid » suivi d’une discussion et présentation de la campagne BDS

Toulouse (Plus d’infos à venir)
* 15 mars – 12h30 – Université Jean Jaurès/Mirail amphi 9  => rencontre avec Kristian Davis Bailey (Black for Palestine)
* 15 mars – 20h30 – Maison de Quartier de Bagatelle => rencontre avec Kristian Davis Bailey (Black for Palestine)
« L’apartheid universitaire en Palestine et les luttes de la jeunesse en Palestine, aux Etats-Unis et en France ».
* 16 mars – 12h30 – Université Jean Jaurès/Mirail amphi 9 => Projection/débat autour du film Roadmap to Apartheid
* 17 mars – 12h30/14h – Université Jean Jaurès/Mirail => interventions artistiques en solidarité avec la Palestine (cirque, graf’, buffet)
* 18 mars – 18h – terrain de foot de l’Université Jean Jaurès/Mirail => tournoi de foot en solidarité avec la Palestine
Organisateurs : BDS France Toulouse
Plus d’infos : https://www.facebook.com/events/754776691289453/

 




Succès de la tournée avec Ali Abunimah en France (Juillet 2015)

La Campagne BDS France revient en images et en vidéo sur le succès de la tournée du co-fondateur d’Electronic Intifada en France, en juillet dernier.

PARIS:

PHOTOS: https://photos.google.com/album/AF1QipOanOV0-DcZdgZgU3CN1U4k8rG5kqzzAf4Vod30

VIDEO: https://www.youtube.com/watch?v=rFxQs1LX-aY

11737952_10154074776325884_8943837007466943062_n

11713837_10206608969320257_5206508292490394483_o

BORDEAUX:

https://www.youtube.com/watch?v=z6ATkZDRXUU

LYON:

http://collectif69palestine.free.fr/spip.php?article887

http://www.reseauxcitoyens-st-etienne.org/article.php3?id_article=3102

Montpellier: 

https://bdsf34.wordpress.com/2015/07/10/montpellier-succes-de-la-soiree-les-10-ans-de-bds-avec-ali-abunimah/

groupe




Tournée BDS exceptionnelle avec Ali Abunimah du 7 au 10 juillet

Il s’agira alors d’échanger avec le journaliste et essayiste Ali Abunimah, fondateur du site d’info de référence http://electronicintifada.net et auteur du dernier ouvrage « The battle for Justice in Palestine ».

A la veille de la commémoration du dernier massacre israélien à Gaza  l’été dernier (plus de 2200 palestiniens assassinés), cette rencontre exceptionnelle sera une opportunité unique de rencontrer l’une des références en matière d’information et d’analyse .

Ali Abunimah fera une tournée dans plusieurs villes :




Bordeaux : Quatre organisations s’attaquent à la liberté d’expression

Du 24 au 30 mars dernier, la LICRA Bordeaux Gironde, l’UEJF, l’UNEF Science Po Bordeaux et MET Science Po Bordeaux ont fait pression sur la direction de Science-Po Bordeaux pour interdire la conférence du Professeur sud africain Farid Esack, prévue le 30 mars à l’IEP dans le cadre de la semaine contre l’apartheid israélien 2015*.

Farid Esack est une figure majeure de la lutte sud africaine pour la libération, ancien commissaire pour l’égalité des genres nommé par Nelson Mandela et éminent universitaire international.

Sa conférence à Bordeaux ayant pour objet de nous proposer une étude comparative entre l’apartheid israélien et l’apartheid sud africain et les raisons qui motivent l’appel au boycott académique d’Israël, nous nous attendions à quelques réactions hostiles exercées habituellement dans le cadre de la vie démocratique (manifestation, tractage, intervention lors de la conférence, etc).

Cependant la LICRA Bordeaux Gironde, l’UEJF, l’UNEF Science Po Bordeaux et MET Science Po Bordeaux ont choisi d’user de la diffamation pour tenter de faire censurer la conférence en colportant publiquement via les réseaux sociaux, tracts et au directeur de l’IEP que le Professeur Esack était antisémite : «L’uejf et la LicraBordeaux33 demandent à ScPoBx d’interdire la venue du pdt du BDS Afrique du Sud réputé pour ses actions antisémites! » Tweets de La LICRA et de l’UEJF / « BDS (Boycott Désinvestissements Sanctions) et Solidaires Etudiants IEP invitent Farid Esack, président BDS Afrique du Sud, organisation réputée pour ses actions violentes et antisémites.» Extrait du tract signé par UNEF Science Po Bordeaux, MET Science Po Bordeaux et UEJF.

Une pétition est lancée le 26 mars dernier afin de demander le maintien de la conférence. Celle-ci sera signée par 5 ministres sud-africains et plus de 400 universitaires renommés dans le monde entier et souligne que «le professeur Esack, dans toutes ses publications et discours, a montré un engagement remarquable pour les principes de justice et de lutte contre toutes formes de racisme -y compris l’antisémitisme, le sexisme, l’exploitation économique et l’homophobie. Son engagement dans la lutte pour la justice en faveur du peuple palestinien n’est que la suite logique d’une vie d’engagement pour la justice.»

En amont de la conférence, le directeur de Sciences Po Bordeaux, Vincent Hoffmann-Martinot, nous a adressé par message sa position en indiquant ne «pas souhaiter donner suite aux différentes demandes qui lui ont été adressées visant à annuler la conférence prévue […]. Le principe de respect de la liberté d’expression a motivé cette décision..» La conférence s’est donc bien tenu le 30 mars.

Alors que la LICRA Bordeaux Gironde, l’UEJF et MET Science Po Bordeaux ne semblent plus vouloir s’exprimer sur ce sujet, nous nous interrogeons quant à la crédibilité de ces organisations qui usent de la diffamation sans scrupule et s’attaquent à l’un des droit fondamental de la démocratie à savoir la LIBERTE D’EXPRESSION.

Nous rappelons que d’après la loi du 29 Juillet 1881, l’article 29 stipule que: « Toute allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation ». La diffamation est donc passible de sanction au regard de la loi.

Nous exigeons de la LICRA Bordeaux Gironde, l’UEJF et MET Science Po Bordeaux une explication claire concernant les graves allégations colportées et leurs positions tenues publiquement du 24 au 30 mars 2015.

L’UNEF s’est d’ores et déjà désolidarisé de la position de l’UNEF Science-Po Bordeaux via un communiqué de presse défendant le respect du principe de liberté d’expression.

* La Semaine contre l’apartheid israélien consiste en une série d’initiatives internationales qui visent à  sensibiliser l’opinion sur le système d’apartheid contre le peuple palestinien et à renforcer le soutien au mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS).

GENERATION PALESTINE et SOLIDAIRES ETUDIANT-E-S
Avec le soutien de la CAMPAGNE BDS FRANCE




IAW : Appel au Boycott Universitaire à Bordeaux

Une campagne s’engage afin de demander la fin du partenariat entre Science-Po et l’Université Ben Gourion.

Plusieurs membres de Solidaires Etudiants, siégeant au CA, ont fait une remarquable intervention auprès des administrateurs afin de leur expliquer la situation et la nécessité de la fin du partenariat avec l’Université Ben Gourion.

Néanmoins, la convention régissant ce partenariat a été reconduite lors du Conseil d’Administration de l’IEP ce vendredi.

Pour plus d’information, cf le tract ci dessous.

Pour comprendre d’avantage de quoi retourne le partenariat dénoncé, RDV le 30 Mars à 17h30 à Science-Po  Bordeaux pour une conférence en présence de Farid Esack, professeur à l’Université de Johannesburg, qui reviendra sur le rôle des universités israéliennes dans le processus colonial.

 


Le tract :

Pour trouver de l’argent, l’IEP fricotte avec des partenaires privés… pas très fréquentables !

Étudiant, étudiante, as-tu déjà entendu parlé des chaires de l’IEP ? Oui ? Non ? Et bien c’est dommage, car quand on cherche un petit peu dedans, on trouve quelques trucs assez sympathiques…

À l’IEP, on trouve ainsi la chaire Jean Zay (issue de la Fondation du Grand Orient de France), la chaire Défense et Aérospatial (avec le gratin de l’industrie de l’armement français), la chaire GDF Suez, et la chaire Michel Vaisan. Ces chaires permettent à l’IEP de recevoir quelques milliers d’euros fort appréciables en temps de disette budgétaire : 14 500€ pour la seule Michel Vaisan. Le partenaire s’engage en contrepartie à faciliter les stages, les conférences, les échanges avec ses gentils partenaires, « dans un souci permanent d’ouverture au monde et d’attractivité », bien entendu.

Cependant, lorsque l’on creuse un peu, on est un peu titillé-e-s par la nature de nos partenaires, notamment en ce qui concerne la chaire Michel Vaisan. En effet, celle-ci permet aux étudiant-e-s de l’IEP : d’obtenir des bourses pour que des étudiant-e-s de Sciences Po Bordeaux aillent en Israël, pour que des chercheurs et un enseignant travaillant dans des universités israéliennes puissent venir à Sciences Po Bordeaux. Un programme d’échange universitaire tout ce qu’il y a de plus banal me direz vous.

Oui mais voilà, les universités israéliennes ne sont pas isolées du contexte politique et social de l’Etat d’Israël, et soutiennent sa politique raciste et violente.

Ainsi, les universités d’Ariel, de Bar Ilan et le Collège Herzog ont ouvert leur campus en territoire occupés. Certaines facs, à l’image de celle d’Haifa, obligent les étudiant-e-s à faire leur service militaire avant de pouvoir entrer dans l’université. Elles participent aussi à empêcher l’accès à la culture et à l’éducation des Arabes : les tests d’entrée à l’université d’Oranim sont exclusivement en Hébreu alors que l’Arabe est une langue officielle en Israël et la langue maternelle de 25% des étudiant-e-s.

Avec la chaire Michel Vaisan, Sciences Po Bordeaux est partenaire de l’une de ces universités : celle de Ben Gourion (UBG). Lors de l’opération militaire israélienne de 2008-2009, l’UBG a versé une allocation spéciale d’environ 35€ par jour à chaque étudiant-e s’engageant comme réserviste. Elle développe aussi des programmes de recherche d’armement avec RAFAEL (l’autorité israélienne pour le développement d’armes et de technologie militaire) et le ministère de la Défense d’Israël. On rappellera au passage que selon l’ONU, plus de 2000 palestinien-ne-s ont été tué-e-s par l’armée israélienne,  lors du massacre de cet été.

Ainsi, dans le cadre de la campagne BDS (Boycott Désinvestissement Sanctions), nous appelons au boycott universitaire. Nous demandons la fin du partenariat qui lie l’université de Ben Gourion à Sciences-Po Bordeaux.

Nous rappelons d’ailleurs que l’université Ben Gourion a déjà été boycottée, par l’université de Johannesburg. Cette campagne de boycott fut soutenue par de très nombreuses personnes en Afrique du Sud, dont l’archevêque Desmond Tutu, prix Nobel de la Paix 1984.

Photo : Plusieurs étudiant-e-s ont distribué ce 13 mars, devant l’Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux, un tract d’appel au boycott universitaire.



Bordeaux 4 : Succès IAW malgré les menaces d’attaque pour interdire la conférence

Conférence Israeli Apartheid Week à Bordeaux le 10 mars 2015 avec Ayssar Al Saifi, Max Blumenthal et Michèle Sibony

La Conférence qui s’est tenue le 10 mars dernier à l’Université Bordeaux 4 a été un franc succès, avec des interventions de qualité d’Ayssar Al Saifi, Max Blumenthal et Michèle Sibony.

Dans un amphi plein, les intervenants ont apporté leur analyse afin d’expliquer le système d’apartheid contre le peuple palestinien et ont lancé un appel à renforcer le soutien à la campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS).

L’administration de l’Université de Bordeaux 4 a indiqué aux organisateurs de la conférence IAW avoir reçu des menaces revendiquées par le groupe sioniste Haverim. Ce groupe a contacté l’administration le 10 mars afin de leur ordonner d’interdire la conférence se tenant le jour-même. Haverim a ensuite demandé à ce que la police soit contacté pour empêcher la conférence de se tenir. Devant le refus de l’administration, le groupe a finalement indiqué qu’il se chargerait lui-même d’empêcher la conférence en venant sur place.

Cette volonté d’interdire toute expression critique du sionisme et de la politique d’apartheid qui y est associée sont révélatrices de la défaite des groupes sionistes au sein de l’opinion.

Ces organisations usent d’un seul refrain «ceux qui critiquent Israël sont antisémites».
Le disque est rayé : l’argument est utilisé sans cesse pour interdire des conférences, porter plainte contre des militants, tenter de décrédibiliser ceux qui sont solidaires avec le peuple Palestinien.

Mais le refrain n’est plus valable: ces organisations ont beau avoir le soutien d’hommes politiques ou de médias de masse, ils sont aujourd’hui en décalage avec ce que représente réellement Israël aux yeux du monde: un régime d’apartheid qui massacre hommes, femmes et enfants et volent la terre de Palestine.

Prochain RDV pour l’IAW à Bordeaux: le 30 mars à l’IEP à 17h30 avec Farid Esack, militant anti-apartheid, Professeur à l’Université de Johannesburg et Président de BDS Afrique du Sud

Vive la Palestine libre ! Boycott Israël Apartheid




#Stop arming Israel : Rassemblements contre la présence d’IAI à Mérignac les 9/10 septembre

RASSEMBLEMENT #STOP ARMING ISRAEL // EMBARGO contre Israël

Mardi 9 septembre à 18h30 Place de la Victoire à Bordeaux

Mercredi 10 septembre à 16h devant la base aérienne 106 à Merignac

Vendre ou acheter des armes à Israël, c’est être complice des crimes de guerre

La base aérienne 106 de Mérignac accueille l’Université d’été de la Défense et le Salon ADS UAV Show, le plus gros salon européen dans le secteur du drone: rendez-vous d’affaires, conférences, ateliers, démonstrations seront mis en place le 9, 10 et 11 septembre 2014.

Nous sommes particulièrement interpellés par la présence de l’entreprise israélienne ISRAEL AEROSPACE INDUSTRIE (IAI). IAI est un leader du complexe militaro industriel israélien.

Cette compagnie militaire étiquette ses exportations comme « testées sur le terrain ». Rien de plus vrai vu que leurs technologies ont été testées pendant des assauts réels sur les Palestiniens comme lors du massacre de cet été : plus de 2 137 Palestiniens assassinés, dont plus de 570 enfants et plus de 250 femmes.

Israël fait régulièrement usage de UAVs (unmanned aerial vehicles), connus sous le nom de drones, dans ses attaques contre les Palestiniens de Gaza. Plus de 1 000 palestiniens de Gaza ont été assassinés par des drones armés durant la période 2000/2010.
En exportant ces technologies militaires, Israël exporte également une idéologie sécuritaire et renforce la militarisation des pouvoir exécutifs.

Des collectivités locales d’Aquitaine approuvent les crimes de guerre israéliens

En favorisant l’ importation et l’exportation des armes d’Israël et en facilitant le développement de la technologie militaire israélienne, les collectivités locales qui financent cet événement (Mairie Mérignac : 50 000 euros, Conseil Régional Aquitaine : 215 000 euros, CUB : 135 000 euros) et qui acceptent la présence d’ ISRAEL AEROSPACE INDUSTRIE (IAI) envoient de fait un message clair d’approbation de l’agression militaire israélienne, y compris de ses crimes de guerre.

Sept Prix Nobel de la paix, ainsi que des intellectuels et des artistes du monde entier appellent à un embargo militaire envers Israël. Nous demandons à ces collectivités d’en faire autant et de ne pas utiliser les fonds publics pour soutenir les crimes d’Israël.

A l’appel du Comité National Palestinien de la campagne BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions), nous demandons un embargo total contre Israël, ce qui signifie la fin de toutes les formes de commerce et de coopération militaire avec Israël.

Pour rappel : Le Traité sur la Commercialisation des Armes ratifié par la France en avril 2014 prohibe les transferts d’armes qui peuvent contribuer ou donner lieu à des crimes de génocides, crimes de guerre, crimes contre l’humanité, ainsi qu’à des violations d’engagements internationaux

Génération Palestine Bordeaux

Voir l’évènement facebook : https://www.facebook.com/events/956559214369764/


Gaza, Palestine : Action contre la présence d’IAI à Mérignac
Mercredi 10 septembre à 16h00 devant l’église de Beutre.
Les 9, 10 et 11 septembre 2014 se tiendra, dans le cadre d’un salon aéronautique, le 3ème salon européen des drones sur la base aérienne 106 à Mérignac, et les organisateurs appellent ça le 3ème UAV SHOW EUROPE 2014.

UAV (pour Unmanned Aerial Vehicle) : salon du petit avion sans pilote embarqué et télécommandé.

Si le secteur civil représente le plus fort potentiel de croissance, le marché militaire reste dominant malgré la baisse des budgets de défense. « Le marché militaire mondial devrait passer de 6,6 milliards de dollars en 2013 à 11,4 milliards de dollars en 2022 », indique un rapport du Congrès américain.
Dans le domaine des drones militaires, Israël est le premier exportateur mondial avec des ventes de 4,6 milliards de dollars, entre 2005 et 2012, soit 1,5 fois plus que les Etats-Unis.

Si nous partageons l’utilisation des drones civils, le civil ne représente à ce jour que 10% de ce marché.
Autant dire que la technologie israélienne aura une place de choix sur la base aérienne 106 à Beutre-Mérignac.

A peine ces technologies ont-elles fini de faire la preuve de leur performance ou de leur nocivité, suivant de quel côté l’on se trouve du drone, que la société israélienne IAI (Israel Aerospace Industries) vient chercher les retombées économiques de son investissement, dans ce grand marché où se retrouveront militaires et marchands d’armes et de drones.

Ce marché sur les morts palestiniens est indigne, nous devons faire savoir que nous refusons que nos collectivités locales acceptent la présence de la société israélienne IAI à Mérignac.

Le collectif girondin pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens s’est engagé dans l’action contre la présence de la société israélienne IAI au salon aéronautique à Mérignac.

Rendez-vous à partir de 16h00 devant l’église de Beutre

Mercredi 10 septembre
A diffuser largement




66e Commémoration de la Nakba : Rassemblement Samedi 17 Mai de 14h à 18h – Place de Stalingrad

Comme chaque année à cette date, nous commémorons un épisode douloureux dans nos mémoires. La Palestine, alors sous mandat britannique, est conquise par les milices armées du mouvement sioniste, qui fonde en mai 1948 l’État d’Israël, tandis qu’une majorité de Palestiniens est forcée à l’exil. Pointe avancée du colonialisme européen, et bientôt d’un néocolonialisme américain, l’État d’Israël pourra compter avec leur soutien moral, financier et militaire, pour poursuivre sa politique d’expansion contre la volonté et la résistance des peuples de la région. L’expulsion massive de 1948 ne constitue qu’une étape dans l’entreprise minutieuse de dépossession et de confinement des Palestiniens, qui se poursuit à ce jour.

Comme chaque année à cette date, nous affirmons que notre combat n’a pas changé. Sous occupation et sous blocus, dans les camps de réfugiés ou dans les prisons, nos résistances sont autant de voix qui crient : Pour le Retour et la Libération !

Rassemblement Samedi 17 Mai de 14h à 18h – Place de Stalingrad – Paris 19ème

Premiers signataires : Union Générale des Étudiants de Palestine*GUPS Paris ; Mouvement des Jeunes Palestiniens*PYM France ; Génération Palestine*Paris ; CCIPPP ; PIR ; Le Groupe des associations de Bagnolet ; Uni-T ; UJFP ; Mouvement Echaâb ; Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie ; CVPR-PO ; ISM-France ; L’inter-collectif de solidarité avec les luttes des peuples du monde arabe (l’Inter-co) ; FTCR ;

pour signer ce communiqué : gupsparis@gups-france.org

http://www.gups-france.org/

Bordeaux, rassemblement samedi 17 mai à 15H Place de la Victoire!

Montpellier, 66e commémoration de la Nakba. Rassemblement Samedi 17 Mai 14h30 Place de la Comédie

alt




La vidéo de la Semaine contre l’apartheid israélien à Bordeaux.

La vidéo de la semaine contre l’apartheid israélien à Bordeaux.

http://apartheidweek.org/




Succès de la journée d’action nationale contre Sodastream le 16 novembre

Ce samedi 16 novembre 2013, dans plusieurs villes de France, de nombreux-ses militant-es de la Campagne BDS se sont mobilisé-e-s dans le cadre de la journée d’action nationale contre Sodastream pour dénoncer la commercialisation par certaines enseignes de produits de la marque « Sodastream », dont l’usine principale se situe dans la colonie israélienne de Ma’ale Adumim en Cisjordanie.

A Rouen, Villefranche-sur-Saône, Lyon, Montpellier, Lille, Paris, Perpignan, Marseille, Bordeaux, Strasbourg, et dans d’autres villes de France, des rassemblements ont eu lieu dans ou devant des magasins de ces enseignes et des milliers de tracts ont pu être distribués aux clients.

La vidéo de cette mobilisation nationale :

{youtube}wZk6mZdiwOE{/youtube}

Les enseignes de distribution qui commercialisent les produits de la marque Sodastream le font au mépris du droit international.

En effet, selon le droit international et notamment la Quatrième Convention de Genève (notamment ses articles 49 et 53) les colonies israéliennes en Palestine occupée sont illégales et il est interdit à l’État d’Israël d’y implanter une partie de sa population et d’en exploiter les ressources.

Il est utile aussi de savoir que Sodastream va construire une nouvelle usine dans le Néguev, au sud d’Israël, alors que dans cette région Israël, mène une politique d’épuration ethnique. Un projet de loi, le plan Prawer, vise à expulser de leurs villages environ 40 000 Bédouins palestiniens.

L’État d’Israël, qui poursuit en toute impunité sa politique d’exclusion, de dépossession et de répression du peuple palestinien, fait l’objet d’une campagne internationale de boycott lancée par plus que 170 associations de la société civile palestinienne et inspirée par la campagne qui avait contribué à mettre fin au régime d’apartheid d’Afrique du Sud. Il s’agit de la Campagne BDS : Boycott, Désinvestissement, Sanctions jusqu’à ce qu’Israël se conforme au droit international.

Cette campagne remporte de nombreux succès. Des vendeurs de Sodastream et des exposants dans des salons ont été convaincus de retirer ce produit de leurs étalages.

Les militant-e-s de la campagne BDS sont déterminés à continuer les actions de protestation pour exiger le retrait des produits Sodastream des rayons, et à se mobiliser contre l’impunité du régime israélien d’apartheid.


Les comptes rendus de ces mobilisations :

Nous étions une dizaine hier samedi 16 novembre devant le magasin Darty à Vendenheim (banlieue de Strasbourg)
et nous avons distribué des tracts pendant une heure, après avoir fait remettre une lettre au Directeur. Celui-ci est venu peu après discuter avec nous. Ses arguments: « le commerce marche bien, vous faites du tort aux salariés ». Ceux-ci étaient d’ailleurs très intéressés par notre action, l’un d’entre eux est même venu rapidement nous encourager! L’accueil du public a été très amical dans l’ensemble. Il faisait par contre vraiment très froid, ce qui nous a dissuadé de continuer notre action  devant d’autres enseignes proches (Boulanger notamment).


A Villefranche sur Saône ce samedi 16 novembre dans le cadre de la journée d’action nationale contre Sodastream:

« Nous étions cinq, moi Fathi Claude Christel et Djamila.

Nous avons remis une lettre au directeur de l’enseigne, après l’avoir lu devant nous, nous lui avons fait remarqué que ces produits  » Made In Israël  » était fabriqué dans les colonies donc illegal et que part ailleurs Darty par la vente de ces produits cautionnait à cette politique colonialiste d’apartheid.

Nous lui avons fait savoir que nous distribuerions à la sortie du magasin des tracts pour informer les clients sur ce produit illégal fabrique dans les colonies, des pancartes était mis en évidence pour dénoncer le produit Sodastream et la politique d’Israel, quelques échanges avec des clients sur le but de notre action très intéressantes et qui approuvaient notre démarche . »

alt


Aujourd’hui samedi 16 décembre à Paris, la Campagne BDS a réuni une grosse vingtaine de militants pour aller intervenir avec des pancartes dans et devant un magasin Darty pour appeler au boycott des produits Sodastream.

« Nous sommes décidé à revenir dans des Darty tant que ne sera pas retiré de la vente le gazéificateur empesté de puanteurs coloniales et d’apartheid « 

alt

alt

alt


A Perpignan ce samedi 16 novembre, dans le cadre de la journée d’action BDS contre Sodastream:

« Nous avons distribué le tract pendant 1/2 heure ou nous dénonçons SODASTREAM et annonçons la venue à Perpignan d’Esti Micenmacher, pacifiste israélienne anticolonialiste de l’ONG « Who profits », qui fait une tournée en France pour la campagne internationale « Colonisation israélienne illégale, Palestine en danger ».

Venez nombreux la rencontrer :Mardi 26 novembre à 20h30

 Au Casal, centre culturel catalan (23 avenue du lycée, derrière le lycée Arago).

Par la suite, la sécurité nous a  invité vers la sortie gentiment, l’accueil des clients est comme toujours très cordial,nous étions peu ( Abdelaziz, Maryse,Florence, Annie, Maguy et Anne marie) mais très motivés et déterminés ! Boycott Sodastream!  »

alt

alt

alt

Vidéo de l’action de Perpignan
{youtube}ke9K9jZnjX8{/youtube}


A Montpellier ce samedi 16 novembre, dans le cadre de la journée d’action contre Sodastream:

« GEANT CASINO S’ASSOCIE A LA JOURNÉE NATIONALE DE BOYCOTT DE SODASTREAM en retirant des rayons les machines à gazéifier et les boissons sodastream. Et dans un élan de solidarité irrépressible il a même retiré les patates douces et avocats d’Israël qui étaient là la veille !

Nous étions attendus et on ne les a pas déçus ! Pendant une heure et demi, nous avons parcouru le magasin, du rayon sodastream à celui des fruits et légumes , diffusé 250 tracts, et expliqué calmement à la sono les raisons pour lesquelles il fallait boycotter Sodatream et Mehadrin. Dénoncé la complicité de Casino et le viol de sa propre charte éthique (droits humains, droit des enfants et droit du travail). Nous avons reçu un bon accueil des clients et comme toujours, aucun incident.
Photo: – Un palestinien (APLR) prends la parole (1),Les rayons vides (2), une partie des BDS ayant participé à l’action (3)… »

alt

alt

alt

{youtube}WJgp-rHvlNc{/youtube}


A Bordeaux aujourd’hui, dans le cadre de la journée d’action nationale contre #SODASTREAM:

« Action pour dégager Sodastream des rayons de Darty et d’Auchan Meriadeck ce samedi à Bordeaux comme dans plusieurs villes de France!
Refusons d’être complice de la colonisation en Palestine
· N’achetons pas les produits Sodastream,
· Exigeons de Darty et d’Auchan le retrait immédiat de ces produits de l’apartheid ! »

alt

alt


A Lyon ce samedi 16 novembre dans le cadre de la journée d’action nationale contre Sodastream:

Tandis que se déroule la semaine de la solidarité internationale et dans le cadre de la journée nationale BDS , des militantes et militants se sont mobilisés ce samedi 16 novembre pour appeler au boycott des produits Sodastream:

http://collectif69palestine.free.fr/spip.php?article645

Album photo: https://www.facebook.com/media/set/?set=a.441223269317500.1073741835.116919255081238&type=1

alt


A Rouen ce samedi 16 novembre, dans le cadre de la journée d’action nationale contre Sodastream

« Aujourd’hui, dans le cadre de la journée d’action nationale contre la commercialisation en France de la marque Sodastream, le collectif Intifada 76 s’est rendu dans deux enseignes de grande distribution afin d’informer celles-ci sur la face cachée des produits qu’ils commercialisent et ainsi diffuser le message de la Campagne BDS France en remettant aux responsables des magasins Darty et La Fnac de Rouen une lettre leur intimant de retirer cette gamme de leurs rayons. Bon accueil chez Darty, responsable des ventes ouvert au dialogue. En ce qui concerne la Fnac, accueil largement plus froid avec intervention de la sécurité. Difficulté de s’adresser à un responsable directement mais avec persévérance et détermination face aux vigiles nous avons pu remettre la lettre d’appel au boycott de Sodastream. Le collectif s’est ensuite rendu au Festival du Film Palestinien qui se déroule en ce moment même et jusqu’à demain au Melville de Rouen où nous avons fait de belles rencontres, une en particulier, tu te reconnaitras. Merci à nos nouveaux camarades de terrains pour leur présence en espérant que nous lutterons longtemps côte à côte. »

alt  alt
alt  alt
alt


A Marseille ce samedi 16 novembre, dans le cadre de la journée d’action nationale contre Sodastream:

« Devant l’entrée de l’enseigne Carrefour, plus précisément devant l’accès piéton, nous avons distribués 500 tracts. Nous envisageons de renouveler ce type d’action à la veille des fêtes. »

DSCF1847

1455913_521826854580486_1357719801_n

1422642_521828141247024_2097540227_n




Pourquoi nous devons boycotter le championnat Juniors UEFA en Israël

Par Football Beyond Borders

Cette article a été écrit par Jasper Kain et Timesh Pillay, membres de Football Beyond Borders (Football au-delà des Frontières). L’Association a visité la région en 2011 et a fait un film sur l’expérience. Plus d’information à : www.walksoflifefilms.com.

Ça arrange nombre de personnes qui y gravitent de vanter la nature progressiste du football, mais en réalité, cette affirmation sert de plus en plus à masquer d’autres comportements. Bien qu’elle ait agi récemment contre le racisme dans le football, la FIFA vient de récompenser la Russie, où le football est englué dans un scandale raciste, par le droit d’accueillir la Coupe du Monde en 2018, ce qui pose des questions sur ses véritables intentions. De même, dans trois mois, le championnat UEFA des moins de 21 ans qui aura lieu en Israël en juin révèle l’hypocrisie de cette rhétorique anti-raciste.

Le stade de Gaza, bombardé par l’aviation sioniste à la mi-novembre 2012 (après une première destruction partielle en 2006)
L’UEFA (l’Association du Football européen) a récemment fêté 10 ans de collaboration avec Football contre le Racisme en Europe (FARE), affirmant fièrement que l’organisme a « utilisé la plateforme publique et commerciale massive que constituent les plus grands matches de football d’Europe pour faire passer un message de tolérance zéro pour toute forme de racisme et discrimination, au profit de davantage de respect pour la diversité« .

Le racisme peut prendre de nombreuses formes, pourtant c’est dans ses expressions verbales qu’il a secoué le « beau jeu » ces dernières années, tant sur le terrain qu’à l’extérieur. Chez nous, il y a eu les affaires, qui ont défrayé la chronique, de l’ancien capitaine d’Angleterre John Terry et de l’attaquant uruguayen Luis Suarez, tous les deux condamnés pour insultes racistes. Un peu plus loin, des jouers de l’équipe noire junior d’Angleterre ont été accueillis par des cris de singe par des supporters serbes à Krusevac.

Dans la foulée, l’Association anglaise de Football a demandé que l’équipe nationale serbe soit bannie du tournoi. La punition décidée par l’UEFA a poussé le ministre britannique du Sport Hugh Roberston à déclarer sa « déception » ajoutant que « le racisme est tout-à-fait inacceptable et que nous devons prendre des sanctions sévères pour aider à le combattre. »

Cette même équipe d’Angleterre ira en Israël cet été pour participer à la compétition des championnats européens des moins de 21 ans. Ils doivent jouer leur match contre Israël au Stade Teddy, du Beitar Jérusalem, l’équipe la plus populaire et la plus controversée d’Israël. Suite à l’arrivée dans le club de deux jouers tchétchènes musulmans, des supporters ont mis le feu à leur immeuble administratif. L’incendie criminel a été allumé par « La Familia », un groupe de supporters qui a gagné en force ces dernières années et qui incarne un courant politique de la société israélienne modelé sur son fanatisme juif, son aversion des Musulmans et sa tendance à traiter les Arabes et autres minorités ethniques du pays comme des êtres inférieurs.

Ce n’est pas particulièrement nouveau. Un coup d’oeil sur les 60 dernières années révèle la formation d’un système généralisé de politiques publiques qui institutionnalisent un traitement séparé et inégal. A l’intérieur d’Israël, les Juifs jouissent de privilèges enracinés dans des institutions telles que le droit et l’éducation, tandis que les Arabes, au mieux, sont condamnés à un statut de citoyens de seconde classe. Dans les territoires occupés, c’est encore pire. Des checkpoints empêchent la libre circulation, de nouvelles colonies érodent le peu qui reste de terre palestinienne, et la semaine dernière, une compagnie d’autobus en Cisjordanie a annoncé qu’elle allait mettre en oeuvre des services distincts pour les Palestiniens et les Israéliens après des plaintes sur la sécurité par des Israéliens.

Le football n’est pas à l’abri de ces dures réalités. Les Palestiniens qui vivent de l’autre côté du mur sont confrontés à des barrages routiers et de grosses difficultés pour jouer. Depuis février l’an dernier, deux footballeurs du club al-Amari sont détenus en Israël sans inculpation ni procès. Ceci après le cas très médiatisé de Mahmoud al-Sarsak, footballeur de l’équipe nationale palestinienne, emprisonné pendant 3 ans sans inculpation ni procès et libéré seulement récemment après 92 jours de grève de la faim. Le gardien de but de l’équipe olympique Omar Abu Rois et le joueur de l’équipe de Ramallah Mohammed Nimr sont eux aussi détenus sans inculpation dans les prisons israéliennes. Le 10 novembre 2012, l’armée israélienne a bombardé le stade de Gaza, tuant quatre jeunes qui jouaient au football.

Le bombardement aérien de novembre l’an dernier a poussé plus de 50 footballers professionnels à signer une pétition lancée par Frédéric Kanoute, qui déclare qu’organiser le tournoi en Israël serait considéré « comme une récompense pour des actes contraires aux valeurs du sports« . Il s’agit d’une démarche importante, étant donné en particulier l’existence protégée des footballeurs modernes, avec des agents et des conseillers qui les encouragent souvent à éviter « la politique » et à se concentrer sur leur potentiel commercial.

Il est important de tirer des leçons historiques dans notre évaluation de la situation. Le lauréat du Prix Nobel de la Paix Desmond Tutu décrit les checkpoints qui régissent la vie quotidienne des Palestiniens comme une réminiscence d’une Afrique du Sud qui, heureusement, n’existe plus. Le documentaire « Fair Play » réalisé en 2010 brosse un tableau éloquent du boycott sportif en Afrique du Sud, qui a défié le régime sur la scène internationale tout en frappant au coeur la culture blanche sud-africaine. L’arène du football, comme sport national d’Israël, peut être ciblée pour délégitimer davantage le régime, avec un boycott contribuant à la position de principe des footballeurs de haut niveau basés en Europe.

Certains critiquent cette position, disant qu’elle cible des citoyens israéliens innocents. Au contraire, ce sont les institutions qui dirigent le système d’occupation et de ségrégation qui sont exposées aux actions d’envergure, comme dans le cas du mouvement anti-apartheid sud-africain. D’autres suggèrent que la tactique de boycott est purement symbolique et inefficace. Toutefois, l’approche publique et internationale du boycott sportif rend possible un changement d’attitudes, la construction de ponts vers une vision commune de justice et d’égalité centrée sur une autre relation en terre d’Israël-Palestine.

Il faut prendre en compte les appels croissants à boycotter le championnat d’Europe des moins de 21 ans. Alors que la réalité de l’apartheid continue chaque jour, il est temps que l’UEFA décide si elle est une organisation qui prône « la tolérance zéro pour toute forme de racisme et de discrimination« , ou si elle est complice de la persécution systématique d’un peuple.

Des groupes s’organisent à travers l’Europe. Des pétitions demandent que les gouvernements débattent de la question. Des manifestations contre le tournoi junior de l’UEFA ont lieu dans toute l’Europe. Le vendredi 24 mai, les Londoniens vont défiler sur Park Lane pour donner un carton rouge au tournoi raciste de l’UEFA, pendant son congrès annuel. Pour plus d’informations, participez à cette réunion publique : jeudi 14 mars, 19h, salle G51, bâtiment principal de l’Ecole d’études orientales et africaines, à Londres.

Source : Think Football

Traduction : MR pour BDS-33




4e rencontre nationale de la Campagne BDS France

4e week-end national de formation et d’échanges de la Campagne BDS France
Une campagne de citoyens ici, pour la justice là-bas
Communiqué final de la Campagne

Les 19 et 20 janvier 2013, se sont réunis à Bègles (33) une centaine de militants de la Campagne BDS France, actifs dans une quarantaine d’organisations et une vingtaine de comités locaux différents. Le fort taux de nouveaux venus a confirmé le succès d’une campagne en plein développement. Etaient réunis des femmes et hommes d’âges et d’origines très divers, engagés dans d’autres réseaux, qu’ils soient syndicaux, associatifs, politiques ou étudiants, ou simplement des citoyens se sentant concernés par la justice dans le monde, qu’ils soient ou non déjà allés en Palestine.

Ainsi, débats de plénières et ateliers ont permis d’affiner nos stratégies de boycotts institutionnel, culturel, universitaire, économique, et sportif, en échangeant de nouvelles idées, souvent à partir d’expériences menées dans d’autres pays comme par exemple la campagne « Artists against apartheid » présentée par Stefan Christoff de Montréal. Les discussions sur le plan judiciaire ont pu ouvrir de nouvelles perspectives d’utilisation du droit en France au-delà de notre défense contre des attaques uniques au monde.

Quatre ans après son lancement, la Campagne a assis sa légitimité et son efficacité par de nombreuses victoires en terme de mobilisation militante, d’impact médiatique, de refus d’artistes de se produire en Israël, de désinvestissements économiques et de sanctions mises en œuvre par quelques pays.

Bien qu’Israël n’ait pas besoin des autres pour détruire sa propre image à l’extérieur à travers une politique toujours plus extrême et inique, les militants BDS peuvent revendiquer leur contribution à une destabilisation notoire de l’Etat israélien et un appui croissant de l’opinion publique. Pour preuves concrètes les actions de terrain dans les supermarchés qui recueillent de plus en plus de soutien explicite du public, et les buzz internet suscités par des interpellations ou soutiens d’artistes ou de sportifs.  Désormais, comme l’a dit Rafeef Ziadah du BNC (Comité national palestinien de BDS), « c’est le moment de mettre encore plus de pression dans l’opinion publique pour consolider le statut de paria d’Israël« .

Prochain rendez-vous national : le 9 février, pour la journée d’action internationale et le lancement d’une campagne spécifique contre l’agriculture coloniale israélienne. L’occasion de rappeler la cible prioritaire européenne de la campagne qu’est la société d’exportation de produits agricoles Mehadrin.

A mille lieux de l’image de haine que des lobbys à gros sabots renvoient de la Campagne, cette rencontre de citoyens engagés a marqué le vrai visage de la Campagne : une œuvre collective, déterminée, non-violente et vivante déclinée dans la diversité pour la promotion de la justice pour tous les Palestiniens et d’une Paix véritable pour tous dans la région.
Jusqu’à ce qu’Israël cède et change.

En 2013, dénonçons la politique israélienne persistante de colonisation, d’apartheid et d’épuration ethnique. Respectons et encourageons le boycott !

Boycott Désinvestissement Sanctions

Campagne BDS France –  www.bdsfrance.orgcampagnebdsfrance@yahoo.fr