La lettre de Rania Elias, Palestinienne de Jérusalem à Eric Truffaz

La lettre publiée sur le « mur » facebook de l’artiste.

 

Mon cher Erik… Bonne année…

J’espère que vous vous souvenez encore de moi. Je suis Rania Elias, Directrice du Festival de Jérusalem de Yabous, en Jérusalem occupée… Nous vous avons invité deux fois à notre Festival de Jérusalem avec vos merveilleux musiciens et le chanteur Munir Trudi… Vos mots et musiques continuent à résonner sur le magnifique site archéologique où la représentation avait eu lieu… Je continue à jouer votre morceau de musique que vous avez appelé « Yabous », dédicacé à Christina et moi ainsi qu’à Yabous.

J’ai été vraiment surprise d’apprendre que vous allez jouer à Eilat au Festival de la Mer Rouge… Nous sommes particulièrement troublés que vous ayez choisi de jouer là-bas, étant donné le récent assaut israélien contre Gaza, où plus de 150 civils palestiniens ont été tués, dont 34 enfants. Les organisations palestiniennes de droits de l’Homme ont accusé Israël de crimes de guerre, dont le ciblage délibéré de civils et d’infrastructures civiles.

Vous serez sans doute choqué d’apprendre que l’establishment israélien a essayé d’assiéger Gaza et d’infliger à sa population une diète calorique, et une politique visant à permettre « la subsistance sans développement de malnutrition », en limitant la quantité de nourriture qui serait permise dans la bande de terre occupée, étranglant et affamant un peuple entier par une politique de punition collective.

Aujourd’hui, pour ces raisons et d’autres, des groupes de la société civile palestinienne font appel aux artistes de la même façon que les militants Sud Africains ont fait appel aux artistes, pour boycotter les festivals culturels et les événements en Israël. Tout ce que nous vous demandons, c’est de vous abstenir de traverser la ligne rouge désignée par la société palestinienne, soutenue par des organisations internationales, et de plus en plus soutenue par des Israéliens progressistes… La société civile palestinienne vous demande ceci comme la plus essentielle contribution à leur lutte pour atteindre la paix et la justice… S’IL VOUS PLAIT ANNULEZ VOTRE SPECTACLE EN ISRAEL.

Nous espérons que vous ne serez pas convaincu par l’argument comme quoi la musique construit des ponts et peut apporter le sourire sur les visages des gens, répandant ainsi un message de paix et d’espoir. Tout message de paix que vous espérez apporter  sera noyé dans la propagande bien huilée d’Israël qui vous utilisera pour se blanchir en tant qu’Etat normal qui promeut la musique et la culture, et présentera votre apparition comme caution de sa politique…
Parmi les artistes qui ont refusé de jouer en Israël ou annulé leurs représentations suite aux appels des Palestiniens et de leurs soutiens : U2, The Pixies, et Gorillaz Sound System. De telles annulations minent la capacité d’Israël à promouvoir une image de soi comme un pays normal plutôt qu’un pays qui pratique l’apartheid violent  à l’égard du peuple palestinien.

A Jérusalem où vous vous êtes produits à notre invitation, les Palestiniens font face à une politique quotidienne israélienne de nettoyage ethnique et de violations massives des droits de l’Homme. Des centaines de familles ont été déracinées, des centaines de maisons ont été confisquées sous le coup de la Loi sur la Propriété des Absents, loi raciste des autorités israéliennes votée en 1950. En plus de construire un réseau de tramway, récemment introduit à Jérusalem et qui relie la ville aux colonies avoisinantes en violation du droit international, prétendant être un moyen de connexion pour tous les habitants de la ville de Jérusalem. D’après le droit international, une puissance occupante n’est pas autorisée à annexer ou à changer considérablement l’infrastructure des territoires qu’il occupe. En juillet 2004, la Cour Internationale de Justice a confirmé qu’Israël est une puissance occupante et que la construction du Mur de séparation et des colonies juives est illégale. Alors que ce projet de ligne de tramway traverse Jérusalem-Est occupée, en violation flagrante du droit international et des droits des autochtones palestiniens…

Erik, il s’agit simplement de souligner quelques unes des souffrances quotidiennes dans Jérusalem occupée et la souffrance de millions de Palestiniens à cause du harcèlement et des pratiques des occupants…

J’en appelle donc à vous pour ne pas prêter main forte au blanchiment d’Israël et à la célébration de ses violations du droit international et de sa dépossession incessante du peuple palestinien. S’il vous plaît, annulez votre représentation et placez-vous du bon côté de l’Histoire… Donnez votre voix à la justice et à la liberté…

Bien à vous,

Rania Elias

(Traduction MA pour BDS)



Lettre originale en anglais

My dear Erik…. Happy New year …

Hope you still remember me…am Rania Elias Director of the Jerusalem Festival – Yabous, in Occupied Jerusalem…we invited you twice to our Jerusalem festival with your wonderful musicians and singer Munir Trudi…. Your words and music still echoes at the beautiful archeological site where the performance took place…. I still play your piece of music » track » that you called « Yabous » dedicated to Christina and I and to Yabous too.

I was really surprised to know that you will be performing in Eilat at the Red Sea Festival ….We would find it especially disturbing should you choose to play there, given Israel’s recent onslaught on Gaza, where more than 150 Palestinian civilians were killed, including 34 children. Palestinian human rights organizations have accused Israel of war crimes including the deliberate targeting of civilians and civilian infrastructure.

This attack is just the latest stage of Israel’s collective punishment of Palestinians living in Gaza. You may be shocked to learn that the Israeli establishment has attempted to besiege Gaza and rule its people through an enforced caloric diet, and a policy that sought to allow “for subsistence without the development of malnutrition,” essentially limiting the amount of food that would be permitted into the occupied strip of land, and strangling and starving an entire people in a policy of collective punishment.

Today, for these reasons and more, Palestinian civil society groups are calling on artists in the same way that South African activists called on artists to boycott cultural festivals and events in Israel. All we are asking for you to refrain from crossing a picket line called by Palestinian society, endorsed by international organizations, and increasingly supported by progressive-Israelis…. Palestinian civil society is asking this of you as a most essential contribution to their struggle to achieve peace and justice …PLEASE CANCEL YOUR SHOW IN ISRAEL.

We hope that you will not be persuaded by the argument that music builds bridges and can bring smiles to people’s faces, thus hopefully spreading a message of peace. Any message of peace you hope to bring will be drowned by Israel’s well-oiled publicity that will use you to rebrand itself as a normal state that promotes music and culture and present your appearance as an endorsement of its policies…

Artists who have refused to play in Israel or cancelled performances following appeals from Palestinians and their allies include U2, the Pixies, and Gorillaz Sound System. Such cancellations undermine Israel’s ability to project an image of itself as a normal country rather that one that practices violent apartheid over the Palestinian people.

In Jerusalem where you performed as our guest ; Palestinians are facing a daily Israel’s policies of ethnic cleansing and massive human rights violations. hundreds of families were uprooted, hundreds of houses were confiscated under the Israeli authorities racist Absentees’ Property Law of 1950. Besides building the light railway system, recently introduced in Jerusalem and which links the city to neighbouring colonies in violation of international law, as a medium of connection and respect for all inhabitants of the city of Jerusalem. According to international law, an occupying power is not allowed to annex or drastically change the infrastructure in the territories it occupies. In July 2004, the International Court of Justice confirmed that Israel is an occupying power and that building the Separation Wall and the Jewish settlements is illegal. As this light railway line project runs through occupied East Jerusalem, it is in blatant violation of international law and the rights of the indigenous Palestinians….

Erik this is just to highlight few of our daily suffering in occupied Jerusalem and the suffering of millions of Palestinians from harassment and practices of occupiers…

I therefore call upon you not to lend a hand to rebranding Israel and celebrating its violations of international law and ongoing dispossession of the Palestinian people.
Please cancel your performance and stand on the right side of history …give your voice to justice and freedom …

yours,
Rania Elias