« Israël n’est pas notre référence » : Communiqué de BDS Catalogne

« Israël n’est pas notre référence: Occupation, colonisation et apartheid ne sont pas nos modèles pour la Catalogne! »

Communiqué de  BDS CATALOGNE

Ces jours le Président de la « Generalitat » (= Gouvernement ) de la Catalogne Artur Mas, accompagné du maire de Barcelone Xavier Trias et le conseiller d’Économie et de Connaissance Andreu Mas-Colell, sont en visite officielle dans l’état d’Israël. Nous nous préoccupons énormément car notre gouvernement, nous présente Israël comme un « modèle » et un « référant » pour la Catalogne.

Ce qui est également inquiétant, c’est le fait qu’ils utilisent le domaine universitaire et de recherche, entre autres, comme outil pour essayer de forger une alliance étroite entre la Catalogne et Israël. Devant ces faits nous voulons préciser cinq considérations : 1. La visite et les mots d’Artur Mas montrent le positionnement indubitable du Gouvernement de « Convergència i Unió » en faveur de l’état d’Israël et contre les droits du peuple palestinien. Il implique, entre d’autres choses, appuyer une occupation militaire illégale et opposée au Droit international [1-4] 2.

Ce raffermissement des relations avec Israël va contre ce que la société civile palestinienne demande à la communauté internationale de forme insistante depuis 2005 : une campagne de Boycott, de Désinvestissements et de Sanctions (BDS) jusqu’à ce que cet état respecte les droits du peuple palestinien et le droit international [5] 3. La ligne adoptée par le Gouvernement de la Generalitat va à contre-courant de la communauté internationale.

Un exemple récent l’illustre clairement. La semaine dernière, le gouvernement de l’Afrique du Sud (un héritier des luttes contre le régime d’apartheid implanté dans ce pays) a annoncé qu’il réduisait au minimum ses relations institutionnelles avec Israël tant que ce dernier ne respectera pas les droits du peuple palestinien [6]. Pendant les dernières années du régime d’apartheid Sud-africain, certains gouvernements occidentaux ont appuyé le régime raciste.

Nous ne désirons pas que le Gouvernement de la Catalogne développe ce rôle vis-à-vis de l’avenir (et nous sommes sûrs que la citoyenneté de la Catalogne ne le permettra pas) 4. Le Gouvernement de la Generalitat n’a montré aucun intérêt à s’informer sur la réalité palestinienne durant la visite de ces jours. L’ignorance d’un peuple qui vit sous un régime d’occupation militaire et d’apartheid, est un mépris vers la souffrance de millions de personnes. 5. Finalement, les accords signés avec les universités et les centres israéliens de recherche vont aussi contre les temps qui courent dans ce domaine. En effet, l’Union Européenne a récemment décidé qu’elle ne collaborera pas avec les centres israéliens de recherche qui maintiennent des liens avec des centres et des institutions situés dans les colonies israéliennes des territoires occupés, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Cette nouvelle, qui est passée pratiquement inaperçue dans les médias, est d’une énorme transcendance et a rendu furieux le gouvernement de Benjamin Netanyahu [7, 8].

Il faut remarquer que toutes les universités israéliennes maintiennent une collaboration étroite avec l’armée, l’industrie de l’armement et l’occupation des territoires palestiniens Devant ces faits, d’une part, nous levons une voix de protestation contre cette visite, d’autre part, nous annonçons que nous reprenons la campagne étatique de ramassage de signatures en faveur du boycott académique aux institutions universitaires israéliennes. Une campagne où nous avons déjà récupéré plus de 500 signatures du monde académique de tout l’État espagnol, et qui recevra sûrement une forte impulsion dans les semaines suivantes. Ici vous pouvez signer au cas où ne pas l’avoir encore fait : https: // spreadsheets.google.com/viewform ? Formkey=dFZOTjJWeFRUUFVkbXBSN3dEQ0pqX1E6MQ Une année avant la dernière campagne militaire nommée « Pilier de Défense », qui du 14 novembre au 21 novembre 2012 a causé la perte de 142 personnes dans la Bande de Gaza, selon des mots du secrétaire général de l’ONU [9], nous souhaitons réitérer notre appel à la société civile pour qu’elle se rallie à la campagne de Boycott, de Désinvestissements et de Sanctions (BDS) contre l’état d’Israël, le coup de lance en 2005 par plus de 170 organisations palestiniennes. En attendant il y a une occupation, tandis qu’Israël pratique d’une manière systématique l’apartheid contre la population palestinienne, nous demandons à nos gouvernements la rupture de n’importe quel accord avec Israël; qu’ils soient académique, commercial, culturel ou de tout autre type. L’occupation, la colonisation et l’apartheid ne sont pas un modèle pour la Catalogne.

Nous vous demandons de répandre ce communiqué à travers de vos réseaux sociaux et amitié.

Premiers signataires :

BDS Catalunya Junts (Associació Catalana de Jueus i Palestins) Comissió Universitària Catalana per Palestina (CUNCAP) Dones en Rebel·lia IJAN (International Jewish Antizionist Network) Red Solidaria contra la Ocupación de Palestina (RESCOP) Sodepau Ítaca (Organització Internacionalista dels Països Catalans) Revolta Global-Esquerra Anticapitalista BDS Païs Valencià Plataforma Aturem la Guerra Taula Palestina (Mallorca) ACSUR Catalunya Col·lectiu Antimilitarista de Sant Cugat (CASC) Federació d’Associacions Catalanes Amigues del Poble Saharauí

Traduction: Elyess pour la Campagne BDS France

source:
http://www.bdscatalunya.org/index.php/campanyes/legali/item/203-israel-is-not-a-reference-occupation-colonization-and-apartheid-are-not-our-model-for-catalonia
http://www.nodo50.org/causapalestina/spip.php?article324




FC Barcelona: Ne Jouez pas en Israël

Nous sommes alarmés d’apprendre que le FC Barcelone, un club vénéré par des milliers de Palestiniens amoureux du football, veut organiser un match en Israël le 31 juillet 2013. [1]

Lorsque le Président du club, Sandro Rosell, est venu à Tel Aviv, le 21 février dernier, il a indiqué que son intention est de « contribuer aux efforts de consolidation des ponts de paix et de dialogue entre communautés israéliennes et palestiniennes. La meilleure façon dont nous puissions le faire est avec un ballon. » [2]

Le Président de l’Association Palestinienne de Football, Jibril Rajoub, a répondu froidement à cette proposition. Nous pensons qu’il est dans son droit d’agir ainsi.

Les footballeurs palestiniens, comme tous les Palestiniens – qu’ils vivent sous occupation militaire en Cisjordanie, à Jérusalem Est ou à Gaza, qu’ils soient citoyens de seconde classe en Israël, ou encore réfugiés exilés à l’étranger – font face à une discrimination incessante de la part de l’état israélien.

Il a fallu au joueur de l’équipe nationale de football, Mahmoud Sarsak, trois mois de grève de la faim et des protestations internationales, pour que les autorités israéliennes soient finalement forcées de le libérer de prison, en juillet dernier. [3] Il y était emprisonné depuis 2009, sans condamnation ni procès, sous le coup de la « Loi des combattants illégaux », une loi israélienne illégale au regard du Droit international. Comme Rajoub l’avait expliqué à l’époque : « Pour les athlètes de Palestine, il n’y a pas de réelle liberté de mouvement et les risques d’être arrêté, détenu, voire même tué sont toujours dans leurs esprits ».

Pas plus tard qu’en novembre 2012, les attaques israéliennes sur Gaza ont tué plus de 140 Palestiniens, dont de jeunes garçons qui jouaient au football. Leur mort a conduit à juste titre à une condamnation émanant de 52 footballeurs internationaux, parmi lesquels Frédéric Kanoute, Demba Ba, Abou Diaby, Pape Diop et Moussa Sow. [4]

Le gardien de l’équipe olympique, Omar Abu Rois, et le joueur palestinien Mohammed Nimr sont en ce moment même en prison en Israël.

Il n’est pas possible de venir à bout de telles injustices « avec un ballon ». Une idée pareille ne sert que les intérêts de l’état israélien, qui coopte avec cynisme le concept « de construction de ponts » et le principe d’échanges culturels et sportifs, afin de se positionner comme un « état normal ». Pour autant, l’occupation militaire, les mesures accentuant la colonisation et le système d’apartheid imposés par Israël à la Palestine, ne sont pas des politiques relevant d’un état « normal ». La plupart des Palestiniens considèrent ces exercices de normalisation [5] comme des tentatives délibérées d’affaiblir la montée en puissance de la campagne Boycott, Désinvestissement, Sanctions contre Israël [6], calquée sur le mouvement anti-apartheid qui a contribué à établir la liberté, la justice et l’égalité pour les noirs en Afrique du Sud.

Les supporters du FC Barcelone sont connus pour leur admirable sens de la solidarité avec le peuple de Palestine. La suggestion d’organiser un match avec une équipe commune de joueurs israéliens et palestiniens, faite par les dirigeants du club, part peut-être d’une bonne intention, mais le temps n’en est pas encore venu. Ce temps viendra le jour où Israël reconnaîtra les droits fondamentaux des Palestiniens, en se retirant des terres qu’il occupe illégalement depuis 1967, en garantissant l’égalité des droits aux citoyens palestiniens d’Israël, et en honorant le Droit au Retour des réfugiés expulsés depuis 1948.

C’est pourquoi nous en appelons au FC Barcelone d’annuler son projet de déplacement en Israël, et de plutôt consacrer ses efforts à soutenir les Palestiniens dans leur lutte pour le droit de vivre, et de jouer à ce superbe sport, libres de toutes formes de discrimination.
Signez la pétition ici

BDS Catalunya
Red Solidaria Contra la Ocupación de Palestina (RESCOP)

 

[1] “Palestinian leaders give support to FC Barcelona’s peace initiative”
http://www.fcbarcelona.com/club/detail/article/palestinian-leaders-give-support-to-fc-barcelonas-peace-initiative

[2] FC Barcelona – Meeting: Sandro Rosell and Shimon Peres
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=9xp_rTbazI8

[3] “Palestinian footballer Mahmoud Sarsak calls for Israel to be stripped of privilege of hosting UEFA football tournaments”
http://www.bdsmovement.net/2012/mahmoud-sarsak-uefa-appeal-9826

[4] “European footballers declare support for Palestine”
http://www.kanoute.com/EUROPEAN-FOOTBALLERS-DECLARE-SUPPORT-FOR-PALESTINE_ad-id!35-l!en.ks

[5] Definition of “normalisation” according to the Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel (PACBI)
http://pacbi.org/etemplate.php?id=1749

[6] Appel de la Société Civile Palestinienne Appel au Boycott, aux Sanctions et aux Retraits des Investissements contre Israël jusqu’à ce qu’ilapplique le Droit International et les Principes Universels des Droits de l’Homme, 9 Juillet 2005
http://www.bdsmovement.net/call#French

 

Le RESCOP est constitué des 38 organisations suivantes de l’Etat espagnol :
(http://www.nodo50.org/causapalestina/)

Acsur-Las Segovias
Asociación Al-Quds de Solidaridad con los Pueblos del Mundo Árabe (Málaga)
Asociación Andaluza por la Solidaridad y la Paz – ASPA
Asociación de Amistad Palestina-Granada «Turab»
Asociación Hispano Palestina Jerusalén (Madrid)
Asociación Pro-Derechos Humanos de Andalucía
Asociación Unadikum
BDS Catalunya
BDS Madrid
Castelló per Palestina
Comité de Solidaridad con la Causa Árabe (Madrid, Asturias)
Comité de Solidaridad con los Pueblos – Interpueblos (Cantabria)
Comunidad Palestina en Canarias
Comunitat Palestina de Catalunya
Coordinadora de apoyo a Palestina (La Rioja)
Ecologistas en Acción (Confederal)
Fundación IEPALA
Fundación Mundubat
Gipuzkoako palestinaren aldeko plataforma
Izquierda Anticapitalista
Komite Internazionalistak (Euskal Herria)
MEWANDO (Euskadi)
Movimiento Solidaridad Internacional Catalunya – ISM Cataluña / Valencia
Mujeres en Zona de Conflicto – M.Z.C.
Mujeres por la Paz – Acción Solidaria con Palestina (Canarias)
Palestinarekin Elkartasuna (Euskal Herria)
Paz Ahora
Paz con Dignidad
Plataforma de Solidaridad con Palestina (Sevilla)
Plataforma Palestina Ibiza
Plataforma Solidaria con Palestina de Valladolid
Red de Jóvenes Palestinos
Red Judía Antisionista Internacional – IJAN
Sodepau
Sodepaz
Sodepaz Balamil
Taula per Palestina (Illes Balears)
Xarxa de Solidaritat amb Palestina de València