Montpellier : Ensemble, ripostons à la répression policière et judiciaire !

 

les 24 signataires du rassemblement :

sigantaires

Construire la riposte !

Riposter le plus largement à la répression policière et judiciaire qui frappe tous ceux et celles qui dans le mouvement social s’opposent fermement aux politiques néo-libérales et à leurs conséquences dans tous les domaines (social, climat, libertés etc.) tel était – par delà le soutien ponctuel à BDS France Montpellier – le but de ce rassemblement.

En effet, l’état a instrumentalisé le terrorisme pour faire passer les lois de l’État d’urgence et « anticasseurs » dans le code pénal. Les mesures de contrôle de la population civile expérimentées dans et contre les quartiers populaires sont  aujourd’hui banalisées et deviennent la norme quotidienne. Ces mesures sont destinées à contrôler la société civile, mâter la moindre velléité de révolte et de rébellion. Cette « force de dissuasion massive » s’exerce à deux niveaux : par les violences policières (blessures, coups, entraves à la liberté de manifester, arrestations arbitraires etc.) et la violence judiciaire via les lois scélérates, les abus de droit…etc.

IMG_6912
Banderole des Gilets jaunes (RP- Près d’arènes)

Un rapport de force global est nécessaire afin de mettre en évidence la nature politique de la répression, son ampleur et constituer une force de riposte et de résistance capable de bloquer et faire reculer la répression.

Avec d’autres, BDS France Montpellier, travaille activement et appelle à travailler à la création d’une liste d’information pour la mise en route de la solidarité face à la répression policière et judiciaire.

Se soumettre ou désobéir ?

Le rassemblement de ce 12 octobre a été déclaré en préfecture par BDS France dans les formes et délais. La préfecture a refusé « préventivement » de l’autoriser  au motif que les déclarants n’avaient pas d’autorisation municipale pour installer, tables, chapiteaux, stands…

Cet événement illustre parfaitement à la fois le contexte général d’atteinte aux libertés d’expression et l’alternative qui en résulte pour les mouvements sociaux : se soumettre aux atteintes à la liberté d’expression (aux injustices, aux politiques néo-libérales etc.) ou résister et riposter en optant pour la désobéissance civile.

IMG_6895
Stand du MAN (Mouvement pour une alternative non-violente)

IMG_6893
stand du MAN

Comble d’ironie (mais il n’y a pas de hasard), le matin même deux militants de BDS France recevaient par courrier un « Rappel à la loi » du Procureur de la République pour « Organisation d’une manifestation sur la voie publique sans déclaration ». On observera que la date de cette manifestation remonte au 3 décembre 2018, que c’est un lundi et que BDS France Montpellier n’a aucune trace de manifestation ce jour là.

Mais peu importent les faits réels pour un pouvoir qui  instrumentalise le droit et les règlements. José-Luis Moragues ne passe t-il pas en procès le 16 octobre pour avoir fait du « bruit pouvant porter atteinte à la santé de l’homme » en un lieu et une heure où il n’était pas (lors d’une manifestation déclarée (celle-là !) .

IMG_6904
Extinction Rébellion

XR
Les militant.e.s d’Extinction Rébellion

SUCCÈS DU RASSEMBLEMENT

IMG_6900IMG_6957

Dans la bonne humeur, de nombreuses discussions et l’avis plusieurs fois exprimé qu’il faut renouveler ce genre d’initiative…

Une centaine de personnes ont participé au rassemblement aux côtés d’une centaine de Gilets jaunes qui ont retardé leur départ en manifestation pour regarder la troupe  « Palestine »  invitée par l’Association des Palestiniens Languedoc-Roussillon. La troupe oeuvre pour le soutien aux enfants palestiniens emprisonnés. (troupe.palestine.dabkeh@gmail.com)

Une délégation de BDS France 30 était là qui a versé 100€ de soutien pour les frais de procès…

Plusieurs prises de parole ont eu lieu (vidéos en cours de montage) voir les « live » sur FB :

Campagne BDS France Montpellier 

Danse2
La troupe « Palestine »

danse1

La police a fait quelques passages sans intervenir.

 




Catherine Ringer à Marseille le 10 octobre : La Fiesta des Suds expulse des militants non-violents !

Après avoir tenté sans succès de faire parvenir un courrier à Catherine Ringer par différents contacts que nous avions dans la Fiesta des Suds (festival des musiques du monde organisé chaque année à Marseille dans lequel se produisait Catherine Ringer pour une nouvelle étape de sa tournée en France, tournée qui risque de se terminer à Tel Aviv…), nous avons décidé d’être sur place à l’heure du concert de Catherine Ringer.

S. M. et JY. se rejoignent devant l’entrée de la Fiesta des Suds à 18h. Il y a déjà une file d’attente d’au moins trente mètres, nous commençons à distribuer les 300 tracts dans la file. Les réactions sont bonnes, parfois indifférentes, très peu de refus et seulement une hystérique sioniste.

 F. nous rejoint vers 19h45 et nous entrons. Nous réussissons à nous faufiler pour être au plus près de la scène en plein air (2ème rang).

Pendant sa deuxième chanson Catherine se rapproche d’un groupe de fans au premier rang juste devant nous. Nous brandissons nos panneaux à ce moment-là et Catherine les fixe pendant presque 10 secondes, en tous cas assez longtemps pour lire le message inscrit dessus. Elle poursuit son concert sans plus jamais tourner son regard vers nous, ni occuper la partie de scène en face de nous.

Un agent de sécurité vient à nous et nous menace d’expulsion si nous recommençons. Alors, au moment où Catherine Ringer prend la parole pour parler au public, F. brandit le drapeau palestinien et appelle Catherine Ronger très fort. Les yeux de Catherine se tournent légèrement vers nous …

Nous décidons après concertation de ne pas céder aux menaces. M. jette les mini- affiches en l’air : avec le mistral les mini-affiches se dispersent tout autour, F. tient son drapeau palestinien à bout de bras avec un bâton qu’elle a caché dans son pantalon avant d’entrer, JY., S. et M. tiennent les panneaux bien en évidence.

 Le public se demande pourquoi on nous fait sortir : M. prend le temps de laisser des personnes du public lire le message sur les panneaux. Nous sommes un peu bousculés par les vigiles qui veulent accélérer notre sortie jusqu’à ce que deux autres vigiles plus calmes et plus compréhensifs de notre action viennent à nous et prennent le relais pour nous faire sortir.

On se retrouve ainsi dehors avec le sentiment d’avoir accompli cette mission  avec succès !

 

 




Communiqué – Tourisme dans les colonies : Quand des entreprises encouragent les crimes de guerre.

Comme rapporté par Amnesty International dans un document publié au début de l’année 2019, des entreprises telles que TripAdvisor, Booking.com, Airbnb, Expedia offrent de logements ou des loisirs dans les colonies illégales israéliennes.

Ces activités contribuent  au maintien, au développement et à l’extension des colonies, qui constituent des crimes de guerre au titre du droit pénal international. Ces entreprises normalisent et légitiment une situation d’occupation illégale. Aucun avertissement sur le fait que ces activités sont en zone occupée n’accompagne les offres.

« Airbnb, Booking.com, Expedia et TripAdvisor s’inspirent de l’idée de partage et de confiance mutuelle, mais ils contribuent aux violations des droits humains en proposant des logements dans les colonies », a déclaré Seema Joshi, le directeur des questions thématiques mondiales d’Amnesty International.

https://amnestyfr.cdn.prismic.io/amnestyfr%2F6c305652-71a5-47d4-80b1-197a95fd7556_mde_15_9490_2019_extraits_ext_fr.pdf

La Campagne BDS France soutient et relaie l’appel d’Amnesty International en direction de ces entreprises, ainsi que celui de la société civile palestinienne dans un appel publié par le PACBI (Campagne Palestinienne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël) en mars 2019, pour un tourisme éthique, respectueux du droit international humanitaire et des droits humains :

La société civile palestinienne en appelle à tous les visiteurs étrangers, en particulier à ceux qui font un pèlerinage et aux gens de conscience pour qu’ils ne nuisent pas à notre lutte pour nos droits  sous l’égide du droit international, et qu’ils respectent nos consignes pour un tourisme éthique :

https://www.bdsfrance.org/ne-nuisez-pas-appel-palestinien-pour-un-tourisme-pelerinage-ethique/

Nous appelons toutes les personnes de conscience à respecter cet appel lors de leur projet de voyage en Palestine/Israël, en particulier :

-Faites appel aux agences de tourisme qui n’ont aucun lien institutionnel avec le gouvernement israélien, des institutions complices ou des groupes de lobbying.

– Évitez tout itinéraire de voyage dans ce qui est aujourd’hui Israël ou dans les colonies illégales dans les territoires palestiniens occupés dès lors qu’il a un lien avec le gouvernement israélien ou des corporations et des institutions israéliennes complices.

– Faites pression en France, sur les compagnies de tourisme comme Booking.com, Airbnb, Expedia et TripAdvisor, mais également sur des organisations israéliennes qui proposeraient des voyages en lien direct avec l‘idéologie sioniste.

Nous demandons également au gouvernement français de prendre les mesures nécessaires pour réglementer les activités des entreprises concernées afin de les empêcher d’alimenter l’économie des colonies et de ce fait, de se rendre complices d’une colonisation plusieurs fois condamnée par la communauté internationale.

La Campagne BDS France




Action BDS culturel à Paris le 29 septembre: Catherine Ringer, ne chantez pas pour l’apartheid israélien!

Le 29 novembre dernier,  nous étions près d’une dizaine de militant-e-s BDS France à Paris à avoir distribué à cent spectateurs la lettre de la Campagne à l’attention de Catherine Ringer, devant la Philarmonie :
La distribution s’est très bien déroulée, public bien sympathisant, on a eu des retours majoritairement approbatifs, des gens nous ont même demander quoi faire à leur niveau
Quelques photos en pièce jointe et dans cet album photo:
 
Petite vidéo:
Nous avons pu expliquer entre autres que le gouvernement israélien se servait des artistes comme Catherine Ringer et de la culture en général comme d’un instrument de propagande, et évoquer le fait que plus 1,8 millions de personnes à Gaza sont actuellement sous un blocus inhumain entre autres.
Nous espérons que Catherine Ringer se placera du bon coté de l’Histoire, et refusera de chanter pour l’apartheid israélien.
amicalement,
Imen



Action boycott culturel à Aix en Provence

Vendredi 4 octobre, le Pavillon Noir à Aix-En-Provence programmait une pièce pour deux danseurs « The swann and the pimp », deuxième volet d’une trilogie dont le premier volet était « We love arabs ». Aussi bien dans le programme général du Pavillon Noir que dans la fiche de présentation, il était noté que le spectacle et le chorégraphe israélien Hillel Kogan avaient le soutien de l’ambassade d’Israël et du ministère israélien de la Culture .

Nous avions écrit à Monsieur Angelin Preljocaj, directeur artistique du Pavillon, ainsi qu’à trois de ses collaborateurs, pour demander un rendez-vous afin d’expliquer la campagne de boycott culturel et lui offrir le livre « Un boycott légitime ». Nous n’avons pas reçu de réponse…

Une bonne douzaine de militants de notre groupe BDS France Marseille est donc allée devant le Pavillon Noir à l’heure du spectacle, avec des drapeaux palestiniens, des panneaux « On ne danse pas avec l’apartheid ». Le directeur technique du Pavillon Noir est immédiatement venu nous parler. Nous lui avons expliqué les raisons de notre présence. Aucun problème, a-t-il répondu. Il nous a donné l’adresse-mail de la secrétaire personnelle de Monsieur Preljocaj !

Nous avons distribué 250 tracts. Le public nous a bien accueilli-e-s, de nombreuses discussions se sont déroulées dans le calme, avec des gens plutôt bien avertis de la situation en Palestine occupée et sympathisants de notre cause.

C’est la troisième fois que nous allons distribuer des tracts devant le Pavillon Noir, pour les mêmes raisons, plusieurs personnes nous ont reconnu-e-s, le directeur technique aussi.




Communiqué de l’AFPS 63 : Halte à la répression de BDS France à Montpellier

COMMUNIQUÉ de l’AFPS 63

Halte à la répression de la Campagne BDS France à Montpellier

L’AFPS 63 (Clermont-Ferrand) soutient le groupe BDS France-Montpellier et dénonce le harcèlement policier aux ordres de la Mairie dont ses militant.e.s sont l’objet.

En 2018, plusieurs procès-verbaux ont été dressés au nom d’un militant membre de ce groupe (JL Moragues) pour « occupation illégale de l’espace public », des contraventions ont été envoyées pour « Émission de bruit portant atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l’homme ».

Ces faits ne sont pas isolés,  ils s’inscrivent dans une longue suite d’attaques menées contre BDS France-Montpellier depuis 2015 : plaintes contre les militant.e.s, intimidations, brimades, PV et contraventions, saccage du chapiteau BDS sur la place de la Comédie par la police, interdiction de manifestations,  une vingtaine d’auditions au commissariat, convocations en préfecture, plainte pour diffamation, rappel à la loi …

Parce qu’il conteste cette contravention et dénonce une nouvelle atteinte à la liberté d’expression et de manifester qui se cache derrière une prétendue infraction au code de la santé publique, JL Moragues est convoqué au tribunal de police le 16 octobre 2019 à 8h30.

La liberté d’expression, fondement de toute démocratie, est le pilier de toutes les libertés civiques. En soutenant le groupe BDS France-Montpellier, nous nous battons pour notre liberté et pour le droit à l’appel au boycott.

Nous appelons celles/ceux qui le peuvent à être présents le 16 octobre 2019 pour manifester une large solidarité avec nos camarades de BDS France-Montpellier, devant le tribunal de police à Montpellier dès 8H.

Le CA de l’AFPS 63, Clermont-Ferrand, 05 octobre 2019




BDS Montpellier : Soutien à Gaza malgré les interdictions et intimidations !

 

Sous la protection des gilets Jaunes le chapiteau BDS est acheminé à sa place habituelle, au coeur de la place de la Comédie.

Double peine pour BDS France Montpellier :

Samedi 5 octobre 2019 c’est la double peine pour BDS Montpellier ! A l’interdiction permanente de la Mairie de tenir le stand BDS place de la Comédie, la préfecture, pour la première fois « n’autorise pas » le rassemblement. La préfecture qui le mardi  1er octobre avait accusé réception d’une déclaration de rassemblement BDS (ce qui vaut autorisation), se dédit et envoie un mail vendredi pour dire qu’elle n’autorise plus le rassemblement.

pref-interditRassem

Habitué de ce genre d’intimidations de la part de la préfecture et en désobéissance civile par rapport aux abus de droit de la Mairie qui refuse systématiquement toutes les demandes d’autorisation, pour appeler au soutien des marches du retour à Gaza et dénoncer l’assassinat d’un  jeune palestinien de 28 ans et les 54 blessés lors de la 77ème Marche du Retour vendredi 4 octobre, BDS France Montpellier avait décidé de maintenir sont stand place de la Comédie.

LA FORCE DE LA SOLIDARITÉ

Les samedis après-midi,  les Gilets Jaunes sont l’élément central de la place de la Comédie. Ils.elles sont habitué.e.s à y voir le stand BDS où de très nombreux d’entre eux-elles s’arrêtent, signent, discutent et saluent son maintien malgré les interdictions abusives.

Aussi, aller les voir, leur parler des interdictions, du procès de l’un d’entre eux et solliciter leur solidarité et leur appui semblait une évidence. C’est ce qu’ont fait les militant.e.s de BDS France Montpellier .

Une cinquantaine de Gilets Jaunes installent le stand à « sa place » sur la comédie. L’après-midi se passera sans présence policière et avec une très bonne affluence au stand où de nombreuses signatures ont été collectées contre le procès intenté à José-Luis Moragues.

MESSAGE DE SOLIDARITÉ AVEC BDS FRANCE MONTPELLIER DEPUIS GAZA

Soutien de Gaza sous blocus à BDS France-Montpellier et à José-Luis Moragues

Comme palestinien francophone de Gaza , j’apprécie beaucoup comme tous les Palestiniens la solidarité internationale avec notre cause de justice. Une solidarité qui se développe en France contre l’oppression et contre les mesures atroces de l’occupation israélienne à l’encontre du peuple palestinien qui résiste par tous les moyens pour sa liberté et pour la paix et la justice.

Parmi les associations très actives en France de la solidarité avec le peuple palestinien BDS-France –Montpellier qui organise le soutien depuis le début de la grande marche du retour dans la Bande de Gaza commencée le 30 mars 2018 et se poursuit dans nos jours malgré un bilan très lourd. Une initiative non-violente courageuse de la part de la société civile qui veut en finir avec le blocus israélien inhumain imposé d’une façon illégale aux Palestiniens de Gaza depuis plus de treize ans.

De Gaza l’enfermée, je soutien BDS-France-Montpellier et ses membres actifs comme José-Luis Moragues, qui se mobilisent tous les jours dans la ville de Montpellier au travers de rassemblements pacifiques pour dénoncer l’injustice en Palestine et pour expliquer à la population locale la situation dans la Bande de Gaza avec le blocus et la marche du retour.

Ziad Medouk

Professeur de français à l’université

Chercheur francophone de Gaza

IMG_6875

Stand BDS France Montpellier 5 octobre 2019

 




Des documents prouvent que l’organisation « Creative Community for Peace » est une façade pour le lobby de droite israélien « StandWithUs »

25 septembre 2019 – Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI)/USA Royaume-Uni

Les artistes qui soutiennent la justice pour tous et s’opposent au racisme sous toute ses formes doivent prendre conscience de la duperie de « Communauté créative pour la paix (CCFP) » et rester à l’écart de son agenda de lobbying.

L’appel de la société civile palestinienne à un boycott de pression sur Israël afin qu’il respecte les droits de l’homme des Palestiniens est de plus en plus soutenu.

Des artistes comme Lana Del Rey, Lorde, Tunde Adebimpe, Peter Gabriel, Lauryn Hill, Talib Kweli, et Mark Ruffalo ont pris des positions publiques courageuses pour la liberté, la justice et l’égalité, et refusent de franchir les limites fixées par notre boycott non violent. Le gouvernement répressif de droite d’Israël et ses alliés tentent désespérément de réprimer le soutien aux droits des Palestiniens.

C’est dans le cadre de ces tentatives qu’un groupe appelé « Communauté créative pour la paix » (CCFP) fait pression sur les artistes pour qu’ils se viennent se produire en Israël. La CCFP prétend être un organisme de l’industrie du divertissement, défendant la liberté artistique et établissant des ponts.

Mais la CCFP cache soigneusement aux artistes qu’elle est, en réalité, un groupe de façade pour StandWithUs (SWU), groupe de pression pro-Israël, anti-Palestinien, créé de longue date et ayant des liens avec le gouvernement d’extrême droite d’Israël.

Des documents fiscaux et d’inscription montrent que StandWithUs et Creative Community for Peace ne sont, pour le Service des revenus fiscaux, que les noms alternatifs d’une seule et même association à but non lucratif, « Israel Emergency Alliance ». Il y a longtemps que le personnel de la CCFP travaille depuis le bureau SWU à Los Angeles, et que le SWU dirige de nombreuses fonctions de la CCFP. Les fondateurs et dirigeants de la CCFP et du SWU, David et Esther Renzer, sont mariés.

Parmi les exemples du partenariat SWU et CCFP avec le gouvernement israélien, citons la convocation à une réunion d’organisation avec des représentants du gouvernement israélien et des dirigeants de l’industrie de la musique, et la production d’une série de vidéos sur les colons avec le ministère des Affaires étrangères israélien. Le SWU a même annoncé qu’il lui avait été accordé une subvention par le bureau du Premier ministre israélien.

SWU et CCFP se font régulièrement l’écho des positions racistes du gouvernement israélien, déshumanisant l’ensemble des Palestiniens. La CCFP ne s’élève jamais contre la répression croissante d’Israël sur les travailleurs culturels, palestiniens et juifs, qui critiquent l’État.

La CCFP n’est pas un partisan de la justice raciale et sociale. Un partenaire clé du SWU est l’organisation « Chrétiens unis pour Israël » (Christians United for Israël), dirigée par le pasteur homophobe, raciste et sexiste, John Hagee. Dans un rapport confidentiel, fuité en 2018, la CCFP présente les mouvements défendant la justice sociale comme une menace extrême pour Israël. Elle affirme que le soutien à l’intersectionnalisme – qui essaie d’identifier comment l’impact des systèmes de pouvoir s’imbrique  sur ceux qui sont les plus marginalisés – permet aux groupes défendant les droits des Palestiniens de « récupérer d’autres mouvements politiques, Black Lives Matter (BLM – La vie des Noirs comptent) et des groupes féministes en particulier ».

Dans son rapport confidentiel, la CCFP dépeint exactement le mouvement de boycott comme « se développant et évoluant sans arrêt, mettant en avant de nouvelles tactiques innovantes pour atteindre les artistes ».

Les artistes qui soutiennent la justice pour tous et s’opposent au racisme sous toute ses formes doivent prendre conscience de la duperie de la CCFP et rester à l’écart de son agenda de lobbying.

Source: PACBI

Traduction : JPP pour BDS France

 




Cher I Hate Models, sil vous plaît : #BoycottDGTLTelAviv

 

Cher I Hate Models

Nous avons appris que vous deviez vous produire le 14 octobre prochain dans le festival DGTL de Tel Aviv. Vous avez d’ailleurs reçu à ce sujet un courrier adressé par des citoyens israéliens à tous les participants de ce festival.

Comme ces citoyens israéliens engagés aux côtés du peuple palestinien vous l’ont expliqué, ce festival se déroule dans le Parc Ganei Yehoshua situé au sommet des ruines d’un village palestinien nommé Jarisha et sur les terres du village de Sheikh Muwaneis . Selon De-Colonizer  (centre de recherche alternatif et novateur sur Israël/ Palestine- https://www.de-colonizer.org-), Jarisha est l’un des cinq villages palestiniens de cette zone  ayant subi un nettoyage ethnique en 1948. Ce lieu est régulièrement le théâtre des tentatives de blanchiment artistique de la politique d’apartheid de l’Etat d’Israël.

Vous êtes pour nous une des personnalités les plus mystérieuses de l’électro française, le porte-étendard d’une jeune scène qui fait un bel éloge à la transformation, en passant d’un style à l’autre avec une puissance et une efficacité prodigieuse. Nous connaissons votre méfiance envers les média, symbolisée par ce masque sur votre visage. Mais nous aimons penser que ce masque cache aussi une grande sensibilité.
Votre dernier album, L’Âge Des Métamorphoses, comporte des titres évocateurs d’un souci de justice et de respect : « The beginning of the end », « You are not alone », « Forgiveness », « Eternity is burning »…

L’appel que nous vous faisons aujourd’hui nous aussi et qui émane de la campagne BDS (boycott, désinvestissement, sanctions) a pour but de mettre au grand jour les violations constantes que subit la population palestinienne, et d’oeuvrer notamment à la promotion d’une parfaite égalité des droits entre Israélien-ne-s et Palestinien-ne-s.

Vous le savez, Israël bafoue depuis de nombreuses années et quotidiennement les droits fondamentaux d’une grande part de ses habitants, les Palestiniens, ainsi que le droit international.

Depuis quelques années, Israël s’enfonce dans une logique de guerre permanente, en ayant voté la loi de « l’État-Nation du peuple juif » qui confère un statut constitutionnel à son régime d’apartheid, avec le soutien de Donald Trump pour s’approprier Jérusalem-Est et bientôt le Golan et la Cisjordanie, en dépit du droit international.

Depuis plus d’un an, chaque vendredi, les tireurs d’élite israéliens prennent délibérément pour cibles des manifestants palestiniens non armés dans la bande de Gaza assiégée, notamment des médecins, des journalistes, des enfants, et des personnes handicapées. Plus de 300 personnes assassinées et des milliers de blessés…

La politique culturelle n’est pas en reste, avec la ministre Miri Regev qui met au pas les artistes « déloyaux » à l’égard d’Israël, comme le rappeur Tamer Nafar, la poétesse Dareen Tatour, le Théâtre al-Midan, le Festival palestinien de marionnettes, etc.

La campagne BDS non-violente, s’inspire de la campagne contre l’Apartheid en Afrique du Sud. Elle ne vise pas des personnes, mais un régime politique et ses institutions.

Alors ne prêtez pas votre image au service de la discrimination, de l’épuration ethnique et de l’occupation militaire.

Souvenez-vous des mots de Desmond Tutu : “rester neutre face à l’injustice, c’est choisir le camp de l’oppresseur”.

Cher I Hate Models, nous vous demandons simplement de ne pas jouer pour l’apartheid et ainsi, de refuser d’être mis au service d’une politique brutale qui viole le droit international, qui commet des crimes contre l’humanité, des crimes de guerre imprescriptibles.

Écoutez l’appel du peuple palestinien soutenu par un grand nombre de citoyens du monde entier et parmi eux des citoyens israéliens qui refusent les agissements de leur gouvernement.

En espérant une réponse favorable de votre part, nous restons à votre entière disposition pour toute information utile…

Bien à vous

  Juliette, militante de la solidarité avec La Palestine




Communiqué : Halte à la répression de la Campagne BDS France à Montpellier

COMMUNIQUÉ

Halte à la répression de la Campagne BDS France à Montpellier

La Campagne BDS France déclare son soutien au groupe BDS France- Montpellier et dénonce le harcèlement policier aux ordres de la Mairie dont les militant.e.s sont l’objet.

En 2018​, plusieurs procès-verbaux ont été dressés au nom d’un militant membre de ce groupe pour «​ occupation illégale de l’espace public​ », des contraventions ont été envoyées pour «​ Émission de bruit portant atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l’homme​ ».

Ces faits ne sont pas isolés,  ils s’inscrivent dans une longue suite d’attaques menées contre BDS France-Montpellier depuis 2015 : plaintes contre les militant.e.s, intimidations, brimades, PV et contraventions, saccage du chapiteau BDS sur la place de la Comédie par la police, interdiction de manifestations,  une vingtaine d’auditions au commissariat, convocations en préfecture, plainte pour diffamation, rappel à la loi …

Parce qu’il conteste cette contravention et dénonce une nouvelle atteinte à la liberté d’expression et de manifester qui se cache derrière une prétendue infraction au code de la santé publique, notre camarade militant est convoqué au tribunal de police le 16 octobre 2019 à 8h30.

La liberté d’expression, fondement de toute démocratie, est le pilier de toutes les libertés civiques. En soutenant le groupe BDS France-Montpellier, nous nous battons pour notre liberté et pour le droit à l’appel au boycott.

Nous appelons à être présents le 16 octobre 2019 pour manifester notre solidarité avec nos camarades de BDS France-Montpellier, devant le tribunal de police à Montpellier dès 8H.

La Campagne BDS France




#BoycottPuma à Cournon (63)

Suite à l’AG de l’UD-CGT (63), des militant.e.s de l’Union Locale CGT de Cournon (20.000 habitants) sont allés le 21 septembre 2019 à la foire de la Saint-Maurice de cette grande ville du 63.

Ils ont, entre autres, distribué 300 Tract BDS PUMA – 26 cosignatures 63 qui appellent au Boycott de Puma tant que cette société sponsorisera le foot israélien et son développement dans les colonies israéliennes en Palestine. Ce fut une occasion pour nombre de citoyen.ne.s de découvrir la situation en Palestine.




De citoyens israéliens aux participants de DGTL à Tel Aviv: S’il vous plaît, ne légitimez pas I’apartheid israélien

À: Adriatique, Parallells,  I Hate Models, Bob Moses, Richie Hawtin, Amelie Lens, DJ Boring, Ben Klock, Gerd Janson, Hunee, Jan Blomqvist, Recondite,  Mind Against, Kerala Dust, Artbat, Matrixxman,

Nous sommes un millier de citoyens israéliens qui nous opposons à la politique de notre gouvernement, de colonialisme, d’occupation militaire et d’apartheid contre le peuple palestinien indigène1. Nous soutenons l’appel de la société civile palestinienne pour le boycott, le désinvestissement et les sanctions (BDS) d’Israël, jusqu’à ce qu’il se plie au droit international et aux principes universels sur les droits humains2. Nous vous écrivons pour vous demander de respecter l’appel palestinien et d’annuler votre passage au festival DGTL de Tel Aviv, le 14 octobre3

Le site internet de DGTL déclare que le festival « entend maintenir par dessus tout la stabilité… élever le niveau de conscience et stimuler une participation durable de nos visiteurs . Nous partageons le progrès ouvertement et honnêtement ». Tandis que ces objectifs sont certes louables et importants, en plaçant le festival à Tel Aviv les organisateurs vont en fait agir pour détourner l’attention des problèmes nés de soixante dix ans de pillage systématique et quotidien par Israël des ressources naturelles et de l’exploitation de la terre palestinienne4, et faire en sorte qu’on ne s’y intéresse pas.

Les artistes internationaux qui se produisent en Israël servent involontairement le blanchiment que le gouvernement mène sur ses crimes de guerre contre la population palestinienne, en faisant « comme si de rien n’était », tandis que le statu quo – pour les Palestiniens, la réalité de la colonisation et de l’occupation militaire – s’est normalisé. Le maintien d’une telle atmosphère dépend largement de la possibilité de donner à Israël le visage d’un État progressiste doté d’une scène culturelle vibrante et – dans ce cas – engagé sur les thèmes environnementaux. Le gouvernement israélien, ses ambassades et organisations affiliées publient des communiqués de presse triomphants et des posts sur les réseaux sociaux confondant les concerts d’artistes internationaux avec le soutien à la politique israélienne5. Ainsi que cela a été résumé par l’ancien directeur général du ministère israélien des affaires étrangères, « nous voyons la culture comme un outil de premier plan de hasbara (propagande) et je ne fais pas la différence entre la hasbara et la culture »6.

DGTL promet un « programme de Révolution à Tel Aviv, avec des objectifs à la mesure de la ville ». Il faut se demander qui sont les gens de cette ville, bâtie sur les ruines de villages palestiniens indigènes, qui ont été violemment dépeuplés en 1948, lors de la Nakba, le nettoyage ethnique de la Palestine7. Le festival lui-même va se passer au Parc Yarkon, l’ancien village palestinien de Jarisha8.

En tant que citoyens israéliens, nous refusons de jouer le jeu, avec notre gouvernement, de l’effacement du peuple palestinien indigène et nous demandons que vous fassiez de même. S’il vous plaît, annulez votre participation au festival DGTL de Tel Aviv. 

 

Sincèrement

Boycott from within

Source: Boycott from within

 Traduction SF pour BDS France




Réunion publique sur les investissements d’AXA dans les énergies fossiles et la colonisation israélienne.

Devant une salle pleine, la réunion publique « Les investissements d’AXA dans les énergies fossiles et la colonisation israélienne » s’est tenue au CICP le 24 septembre dernier à Paris, dans le cadre de la semaine internationale d’action pour le climat.

Chaque intervenant-e a exposé les raisons et le contexte de l’engagement de son association.

Lucie Pinson a expliqué que les annonces de désinvestissements d’AXA d’énergies fossiles signifient uniquement que cette société n’engage pas des investissements nouveaux supplémentaires alors que son implication constante dans ces énergies fossiles est considérable. Elle a aussi montré par des exemples qu’AXA cherche à soigner son image par son engagement dans diverses fondations humanitaires.

Olivier Schulz a raconté les 3 ans de campagne menées par BDS France et la création de la coalition européenne contre AXA. De par ses participations au capital de banques et de la 1ère industrie d’armement israéliennes, AXA soutient et profite de la colonisation de la Palestine et du régime d’apartheid imposé aux Palestiniens. Les leviers pour faire pression sur un groupe gigantesque comme AXA sont multiples : le droit international, l’attaque de sa précieuse image de marque d’assureur mondial, la pression des clients, salariés et actionnaires qu’il faut continuer à mobiliser pour amplifier les victoires obtenues en début d’année 2019.

Verveine Angeli, représentant le syndicat Solidaires, a expliqué que les syndicats, dont le sien, peuvent mobiliser pas à pas sur les divers aspects des batailles ciblant ce qui est reproché à AXA

Hala Marshood a captivé l’auditoire en expliquant comment les recherches de l’ O.N.G. « Who Profits » permettent de dévoiler les processus de colonisation et de dépossession du peuple palestinien, et a évoqué  l’industrie verte israélienne,  l’usage qui en est fait pour blanchir l’occupation israélienne, en mettant en avant l’implication de grosses entreprises dans des champs de panneaux solaires et d’éoliennes installés sur des terres syriennes et palestiniennes occupées.

Le débat avec le public a été très riche.

Il a porté notamment sur : l’articulation entre le greenwashing et le pinkwashing, les liens d’AXA avec les mutuelles complémentaires des salariés, et sur la nécessité de lier nos luttes.

Nous avons conclu en marquant notre volonté de continuer à nous mobiliser à la fois dans nos engagements particuliers et aussi, à chaque fois que le contexte le permettra, ensemble dans notre diversité.




Letter to Catherine Ringer: Please don’t sing for apartheid !

Paris, September 9, 2019

Dear Catherine Ringer,

You are scheduled to perform in concert on December 19th in Tel Aviv, a city built on the ruins of seven Palestinian villages; the recognized capital of Israel, symbol of its policy of apartheid, and the scene of its artistic whitewashing attempts to which we hereby call on you to refuse to contribute to.

You are an icon for us. We have always loved your hoarse voice, your freedom, your humor, your gravity tinged with derision. You have breathed new life into French music thanks to your openness to all influences.

Do you really plan on singing the greatest hits of Les Rita Mitsouko, the magical duo that you formed with Fred Chichin, in Tel Aviv? To end your tour there would be highly symbolic.

Today, we call on you to refuse to be used in the service of a policy of cultural whitewashing of Israeli apartheid.

Your beautiful song « Obstination » (Perseverance) seems to have been written for the Palestinian people. This song speaks of exile, asphyxiation, rage, courage, « stay or go, live or die » and ends with a magnificent hope:  » Stars bloom, the songs of hope … »

The perseverance of the seven million Palestinian refugees who will not be able to attend your concert because Israel refuses them the right to return to their country.

The perseverance of Gaza’s residents who have been blockaded by Israel for more than 12 years, lacking water, electricity and food, enduring an unprecedented humanitarian catastrophe.

The perseverance of Palestinians in the West Bank who are subjected to separation walls, checkpoints and daily humiliations, and whose access to water depends on the goodwill of Israel and who are subject to the presence of more than 600,000 settlers.

The perseverance of Palestinians from Jerusalem whose city has been illegally annexed by Israel since 1967, and whose homes are regularly seized and demolished.

And yet there is hope in your support of a campaign initiated by Palestinian civil society and supported by the most progressive elements of Israeli society.

This non-violent BDS campaign (boycott, divestment, sanctions) initiated in 2005, is inspired by the campaign against apartheid in South Africa. It does not target individuals, but a political regime and its institutions.

The call for boycott by the BDS campaign is intended to expose the ongoing violations suffered by the Palestinian people, and struggle for the equal rights of Israelis and Palestinians.

As you know, Israel has been flouting the human rights of many of its inhabitants, the Palestinians, and international law for many years.

In recent years, Israel has entered a logic of permanent war. Having passed the « Nation-State of the Jewish people » law which confers constitutional status on its apartheid regime, Israel has now set about to annex East Jerusalem with the support of Donald Trump, and soon the Golan Heights and the West Bank, despite international law.

For more than a year, every Friday, Israeli snipers have deliberately targeted unarmed Palestinian protesters in the besieged Gaza Strip, including doctors, journalists, children, and people with disabilities.

Israel’s cultural policy is no exception to this phenomenon. Indeed, the Minister of Culture Miri Regev routinely brings artists « disloyal » to Israel into line, like the rapper Tamer Nafar, the poet Dareen Tatour, the Theatreal-Midan, the Palestinian Puppet Festival and others.

Is this not the worst time to play in Israel, when you would be legitimizing by your presence, an extreme right-wing regime?

We have no doubt that you would refuse to perform, for example, in a municipality run by a fascist party. It therefore makes sense to apply this same logic and ethic to questioning your decision to hold this concert in Israel.

We understand your concern for objectivity and parity, but as an ambassador for French culture, please do not lend your image in the service of discrimination, ethnic cleansing and military occupation.

Remember the words of Desmond Tutu: « to remain neutral in the face of injustice is to choose the side of the oppressor. »

Dear Catherine, we simply ask you not to sing for apartheid!

We would like to discuss this further with you, perhaps before or after one of your concerts when your tour goes through our cities in September, October or November.

In the meantime, we would like to send you a book written by Eyal Sivan and Armelle Laborie entitled « A legitimate boycott », which will provide you with valuable information on the legitimacy of the cultural boycott.

While we wait for a favorable response from you, we are happy to share any additional useful information.

Sincerely,

Yves (Clermont-Ferrand, September 24), Dror (Paris, September 27-29), Juliette (Marseille, October 10), Elise (Rennes, November 7), André (Cenon, November 8), Perrine (Strasbourg, November 12), Olivier (Grenoble, November 13)

For the BDS France Campaign




Agissez pour mettre fin à l’apartheid climatique d’Israël envers les Palestiniens

Chers sympathisants, chères sympathisantes

Nous participons à la semaine mondiale d’actions pour le climat (20-27 septembre) en exigeant la fin de l’utilisation des combustibles fossiles, la justice climatique pour tous, et une action gouvernementale au sommet des Nations unies pour le climat.

La crise climatique de plus en plus catastrophique, aggravée par les inégalités globales, est le fruit de la complicité de grandes sociétés et de gouvernements qui placent le profit avant les gens et la planète.

Celles et ceux qui détiennent le moins de pouvoir sont les plus affectés par la crise climatique. Ne contrôlant ni leur territoire ni leurs ressources naturelles, les Palestiniens indigènes soumis au régime répressif d’Israël subissent un apartheid climatique.

Les firmes multinationales investissent dans les combustibles fossiles ainsi que dans l’oppression du peuple palestinien par Israël, le pillage des ressources naturelles palestiniennes et l’exploitation des terres palestiniennes.

Menez deux actions sans délai :

  1. Cliquez ici pour dire à la banque britannique HSBC de cesser de financer la répression israélienne et l’industrie des combustibles fossiles
  2. Cliquez ici pour dire à AXA, géant français des assurances, de désinvestir du régime colonial d’Israël et des combustibles fossiles qui détruisent la planète

La pollution de l’eau, de l’air et des sols causée par le blocus israélien de Gaza et les guerres menées par Israël contre Gaza empoisonnent la vie de ce territoire. Dans le reste des territoires palestiniens occupés, Israël vole la terre et l’eau palestiniennes, et détruit des oliviers centenaires et des installations d’énergie solaire.

Israël s’efforce de repeindre son image en vert. Cependant Israël exploite d’importants gisements de gaz à des fins d’exportation, et 97,7% de sa production d’électricité provient de combustibles fossiles. La guerre, activité régulière du gouvernement israélien, est l’une des industries les plus polluantes du monde.

Les combats contre le racisme et la militarisation, pour le climat, pour la justice économique et sociale sont profondément interconnectés. Participez, là où vous vous trouvez, aux actions de la semaine pour le climat, et agissez pour mettre fin à l’apartheid climatique d’Israël envers les Palestiniens.

En solidarité,

Comité national palestinien pour le BDS (BNC)

Source : BDS movement

Traduction SM pour BDS France




Lettre à Catherine Ringer : S’il vous plaît, ne chantez pas pour l’apartheid !

Solidarité Palestine
21 ter rue Voltaire
75011 Paris
campagnebdsfrance@yahoo.fr

à Catherine Ringer Because Music
173 rue du Faubourg Poissonnière
75009 Paris

Paris, le 9 septembre 2019

Chère Catherine Ringer,

On annonce votre concert le 19 décembre prochain à Tel Aviv, ville construite sur les ruines de sept villages palestiniens, capitale reconnue d’Israël, symbole de sa politique d’apartheid, et théâtre de ses tentatives de blanchiment artistique auxquels nous vous demandons par ce courrier de refuser de contribuer.

Vous êtes pour nous une icône: nous avons toujours aimé votre voix rauque, votre liberté, votre humour, votre gravité teintée de dérision…Vous avez fait souffler un vent nouveau sur la musique française grâce à votre ouverture à toutes les influences.

Prévoyez-vous de chanter à Tel Aviv les plus grands titres du duo magique que vous formiez avec Fred Chichin, les Rita Mitsouko?

Ce serait la clôture de votre tournée, tout un symbole…

Aujourd’hui, nous vous invitons à refuser d’être mise au service d’une politique de blanchiment culturel de l’apartheid israélien.

Votre magnifique chanson «Obstination», semble avoir été écrite pour le peuple palestinien. Cette chanson parle de l’exil, de l’asphyxie, de la rage, du courage, «rester ou partir, vivre ou mourir»…Elle se termine par une magnifique espérance: «Fleurissent les étoiles, les chants de l’espérance»…

Obstination des sept millions de réfugiés palestiniens qui ne pourront pas à assister à votre concert parce qu’Israël leur refuse le droit au retour dans leur pays…

Obstination des habitants de Gaza à qui Israël impose un blocus depuis plus de 12 ans, qui manquent d’eau, d’électricité, de nourriture et subissent une catastrophe humanitaire sans précédent.

Obstination des Palestiniens de Cisjordanie qui subissent mur de séparation, check-point et humiliations quotidiennes, dont l’accès à l’eau est soumis au bon vouloir d’Israël et qui subissent la présence de plus de 600000 colons.

Obstination des Palestiniens de Jérusalem dont la ville est illégalement annexée par Israël depuis1967, dont les maisons sont quotidiennement saisies et démolies.

Mais espérance de votre soutien à une campagne initiée par la société civile palestinienne, soutenue par la frange la plus progressiste des citoyens israéliens, mise en place en 2005.

Cette campagne BDS (boycott, désinvestissement, sanctions), non-violente, s’inspire de la campagne contre l’Apartheid en Afrique du Sud. Elle ne vise pas des personnes, mais un régime politique et ses institutions.

L’appel au boycott de la campagne BDS a pour but de mettre au grand jour les violations constantes que subit la population palestinienne, et d’œuvrer notamment à la promotion d’une parfaite égalité des droits entre Israélien-ne-s et Palestinien-ne-s.

Vous le savez, Israël bafoue depuis de nombreuses années et quotidiennement les droits fondamentaux d’une grande part de ses habitants, les Palestiniens, ainsi que le droit international.

Depuis quelques années, Israël s’enfonce dans une logique de guerre permanente, en ayant voté la loi de «l’État-Nation du peuple juif» qui confère un statut constitutionnel à son régime d’apartheid, avec le soutien de Donald Trump pour s’approprier Jérusalem-Est et bientôt le Golan et la Cisjordanie, en dépit du droit international.

Depuis plus d’un an, chaque vendredi, les tireurs d’élite israéliens prennent délibérément pour cibles des manifestants palestiniens non armés dans la bande de Gaza assiégée, notamment des médecins, des journalistes, des enfants, et des personnes handicapées.

La politique culturelle n’est pas en reste, avec la ministre Miri Regev qui met au pas les artistes «déloyaux » à l’égard d’Israël, comme le rappeur Tamer Nafar, la poétesse Dareen Tatour, le Théâtreal-Midan, le Festival palestinien de marionnettes, etc.

 N’est-ce pas le pire moment pour y aller et légitimer par votre présence, même à votre corps défendant, cette dérive d’un régime que l’on peut qualifier de droite extrême?

Aucun doute pour nous que vous refuseriez de vous produire par exemple dans une municipalité gérée par un parti fascisant. Il s’agirait donc tout simplement d’appliquer cette éthique et de remettre en question la tenue de ce concert.

Nous devinons bien évidemment votre souci d’objectivité et d’équilibre, mais ambassadrice de la culture française, ne prêtez pas votre image au service de la discrimination, de l’épuration ethnique et de l’occupation militaire.

Souvenez-vous des mots de Desmond Tutu: “rester neutre face à l’injustice, c’est choisir le camp de l’oppresseur”.

Chère Catherine, nous vous demandons simplement de ne pas chanter pour l’apartheid !

Nous aimerions venir en parler avec vous, par exemple avant ou après l’un de vos concerts lorsque votre tournée passera par nos villes, en septembre, octobre ou novembre.

En attendant, nous nous permettons de vous faire parvenir un livre écrit par Eyal Sivan et Armelle Laborie, intitulé «Un boycott légitime», qui vous apportera de précieuses informations sur la légitimité du boycott culturel.

En espérant une réponse favorable de votre part, nous restons à votre entière disposition pour toute information utile…

 

Sincèrement,

Yves (Clermont-Ferrand, 24 septembre), Dror (Paris, 27-29 septembre), Juliette (Marseille, 10 octobre), Elise (Rennes, 7 novembre), André (Cenon, 8 novembre), Perrine(Strasbourg, 12 novembre), Olivier (Grenoble, 13 novembre)…

Pour la campagne BDS France




#BoycottPuma avec Emmaüs au RIO de Clermont-Ferrand

50 tracts distribués, 27 signatures de pétition et 3 photos pour Facebook.

Cinq militant.e.s AFPS-BDSF ont informé et mobilisé une soixantaine de spectateurs sur #BoycottPuma lors de la projection le 18 septembre du film de Dominique Gautier « Parlons utopie » et du débat qui a suivi, organisé au RIO par les Amis de l’Huma 63. Ce film, disponible en DVD (2018), montre le village Emmaüs Lescar-Pau, qui accueille depuis plus de trente six ans les exclus de l’économie libérale et ses déçus qui cherchent une autre voie.

Une séquence du film montre les liens entre ce village, et les descendants du village « Emwas » de Palestine. Suite aux interventions durant le débat de deux militants AFPS-BDSF, notamment sur les actions des militants de l’AFPS de Pau (64) en lien avec Emmaüs Lescar, le réalisateur a largement illustré cet aspect des luttes du village.

Avant ou après le film, les spectateurs ont reçu le tract #BoycottPuma (signé par 26 orgas, dont les Amis de l’Huma 63), la moitié d’entre eux ont signé la pétition, et trois ont posé pour notre album facebook #BoycottPuma, dont le réalisateur du film. Soixante photos à ce jour.

Note d’information :  l’abbé Pierre a baptisé en 1949 son mouvement « compagnons d’Emmaüs » en référence biblique au village « Emwas » de Palestine. Ce village est situé dans la vallée de Latroun, et a résisté à l’attaque des armées sionistes en 1948 quand elles ont expulsé la majorité des Palestiniens de leurs terres et villages. Mais lors de la guerre de 1967, par vengeance, l’armée israélienne a rasé ce village et deux villages voisins, laissant des vieillards et des malades mourir sous les ruines. Le site a été transformé en un parc par le Fonds National Juif du Canada, dans le but d’effacer les traces et la mémoire de la Palestine.

Cette histoire est à la base de relations entre le village Emmaus-Lescar-Pau et les descendants du village Emwas de Palestine. Par exemple, un ancien habitant d’Emwas est venu participer à la construction d’une maison de style palestinien. La clé de la maison a été remise par une cinéaste originaire d’Emwas (Dima Abu Ghoush), qui a fait un film de mémoire (« Emwas, des souvenirs en construction »). Cette clé symbolise le droit au retour des millions de réfugiés palestiniens, voté par l’ONU mais jamais appliqué par Israel.

Le réalisateur Dominique Gautier a produit un court-métrage sur ce sujet : « « Il y a 50 ans … Emmaüs en Palestine »

Un diaporama sur le village Emmaüs a aussi été produit par l’AFPS 64




Rencontre le 24/09/19 : AXA, les énergies fossiles et la colonisation israélienne : Stop!

AXA dans les énergies fossiles et la colonisation israélienne:

Comment y mettre fin?

Dans le cadre de la semaine d’action internationale pour le climat, contre le greenwashing, une soirée est organisée le 24 septembre prochain à Paris, à 19H au CICP.

Les investissements d’AXA dans les énergies fossiles et la colonisation israélienne: Comment y mettre un terme?

Avec

  • Lucie Pinson des Amis de la Terre,
  • Olivier Schulz, campagne AXA à BDS France,
  • l’Union Syndicale Solidaires (sous réserve),

Invitée: Hala Marshood du centre de recherches « Who Profits »

Inscriptions à : rencontre24septembre@gmail.com

CICP : 21 ter, rue Voltaire
Métro Rue-des-Boulets ou Nation

 




Mercredi 11 septembre à Lille : Action #BoycottPuma

Lille le 16 septembre 2019

Par AFPS 59/62

 

Pour notre première action sur la campagne de boycott de Puma, 4 militantes de l’AFPS 59/62 ont distribué entre 18 et 19h ce mercredi 11 septembre, au carrefour de rues piétonnières du centre de Lille, 200 tracts et fait signer 50 « cartes » pétition (format papier) adressées à Richard Teyssier, directeur général de la branche française.

 

Lieu ciblé car à l’intersection de 3 magasins de sport. Sauf que ce Décathlon ne vend pas de Puma (sauf sur commande), le second a fermé ses portes mais le 3ème nous a très bien accueillies et pris le dossier à remettre au responsable du magasin.

 

 

 

Dossier comprenant : le courrier postal envoyé le 28 août à R.Teyssier par la présidente de notre groupe local, le tract, la carte/pétition, la charte éthique de Puma, le texte d’Amnesty International Pensez-y à deux fois et l’alerte de l’ONU de mai 2019.

 

 

Très bon accueil des passants, des échanges qui confirment une curiosité pour la « question » palestinienne et un élan de sympathie et de solidarité avec le peuple palestinien, une écoute très intéressée pour les non informés… Seuls 3 jeunes dans le négationnisme total de la colonisation et de l’apartheid, récusant même le droit international, nous ont cassé un peu les oreilles.

 

 

Nous nous inscrirons sans doute dans la 2ème journée internationale d’action Puma en octobre :

Campagne BDS France – Boycott Désinvestissement Sanctions contre Israël

Source : AFPS Nord Pas de Calais




#BoycottPuma au Forum des Associations de Clermont-Ferrand

150 tracts distribués, 86 signatures de pétition et 18 photos pour Facebook, 12 nouveaux contacts.

Cinq militant.e.s AFPS-BDSF ont tenu un stand le 14 septembre 2019 au Forum des +250 Associations de Clermont-Ferrand. La campagne #BoycottPuma était le thème principal du stand, avec deux banderoles bien visibles, le tract signé par 26 organisations de la Coalition BDS63, et la signature de la pétition correspondante.

Nous avons reçu de nombreux visiteurs/euses, très divers (dont des jeunes de Gaza, d’Iran, d’Algérie, de Syrie, sans parler de Mr le Maire de Clermont-Fd ou de celles et ceux qui rejoignaient la scène des musiques du monde voisine de notre stand, d’une élue de Clermont qui a posé pour la photo, ainsi que la représentante du comité pour Wissam, et d’un autre élu qui a signé la pétition), la plupart très encourageants, participants et demandeurs d’infos. Des cartes postales « PUMA », et des stickers Carte Vitale ont aussi été distribués en nombre. Et nous avons réalisé plus de 170 euros de ventes de produits palestiniens et cahiers de formation.

Dix huit nouvelles photos de citoyen.ne.s qui boycottent PUMA ont été ajoutées à notre album Facebook (57 photos à ce jour).