AXA, désinvestissez de l’apartheid climatique d’Israël : Bilan de la journée d’action

10 décembre 2019/ par Comité national BDS palestinien (BNC) / France, Allemagne, Belgique, Suisse

La deuxième journée d’action AXA a inclus des mobilisations dans le monde entier, le jour même de la Journée de solidarité avec le peuple palestinien des Nations Unies et de la 4ème grève mondiale pour le climat.

La deuxième journée d’action AXA a inclus des mobilisations dans le monde entier. Cette journée tombait le Jour de solidarité avec le peuple palestinien des Nations Unies et aussi celui de la 4ème grève mondiale pour le climat.

Bien qu’AXA ait tout juste pris de nouveaux engagements pour le climat et promis d’adopter de nouvelles politiques sur le charbon, la compagnie continue d’investir des centaines de millions de dollars dans les énergies fossiles et d’assurer des entreprises polluantes. De plus, en juillet, un rapport de SumOfUs, « AXA : Financer des crimes de guerre » montre qu’AXA investit 91 millions de dollars dans la plus grande entreprise privée d’armements en Israël, Elbit Systems, et dans cinq banques israéliennes qui financent les colonies israéliennes illégales. Les armes d’Israël et ses colonies en expansion détruisent les vies palestiniennes et l’environnement.

Les combats pour la justice sociale, politique et climatique en Palestine et dans le monde entier sont profondément liés. Cette fiche explique pourquoi la Palestine est aussi une affaire de justice climatique.

Sur les réseaux sociaux, ce nuage de mots montre que #climatestrike et #bds sont parmi les hashtags les plus utilisés avec #KnowYouCan [Sais que tu peux], le hashtag officiel d’Axa.

« Apartheid » et « désinvestissez » étaient parmi les mots les plus utilisés à proximité des tweets d’Axa #KnowYouCan.

Plus de 1 000 mails ont été envoyés au PDG d’AXA en France, en Allemagne, en Belgique et en Suisse.

Sur le terrain, plus de 10 villes ont organisé des événements. En Belgique, une lettre signée par 21 organisations adressée au PDG d’AXA Jef Van a été remise devant le bureau principal d’AXA à Bruxelles et à Louvain. Des organes de presse progressistes ont couvert les événements en Belgique.

Des tracts ont été aussi distribués dans six villes de France, dont Paris.

Les organisateurs à Berlin ont rejoint la manifestation de la 4ème grève pour le climat en déployant des bannières « L’apartheid n’est pas vert » et en informant sur la destruction de la terre palestinienne et l’oppression du peuple palestinien par Israël.

Cette journée d’action poursuivait la précédente journée d’action internationale en avril. Depuis, SumOfUs a publié le rapport « AXA : Financer des crimes de guerre » confirmant l’investissement pour 91 millions de dollars d’AXA dans les cinq principales banques israéliennes finançant directement les colonies et dans Elbit Systems.

Ces investissements ont été faits principalement via la société affiliée AXA Equitable Holdings et la filiale, propriété entière d’AXA, AXA IM. La semaine dernière, AXA a annoncé s’être largement désinvesti d’Equitable Holdings. C’est un pas dans la bonne direction, mais AXA détient encore 9.64% des parts d’Equitable Holdings, ce qui veut dire que la compagnie est encore responsable pour les investissements de cette dernière dans les crimes d’Israël.

Nous continuerons à faire campagne jusqu’à ce qu’AXA se désinvestisse complètement des banques israéliennes et d’Elbit Systems!

Source : BDS movement

Traduction : C.G pour BDS France




Compte-rendu de la rencontre du 26 novembre avec Haitham Khatib

Près de cinquante personnes sont venues rencontrer Haitham Al Khatib, militant de la résistance populaire dans son village de Bil’in, paysan, reporter, photographe, artiste, à l’appel de 5 groupes locaux de l’AFPS, de l’Association de Palestiniens en Ile-de-France, de la Campagne BDS France-Paris, du Comité Montreuil Palestine, du Forum Palestine Citoyenneté et de l’UJFP.

Après la projection d’une courte vidéo émouvante sur sa vie, il a informé les participant.e.s, avec émotion, de l’agression d’un journaliste palestinien par l’armée d’occupation et de la mort d’un prisonnier atteint d’un cancer, laissé sans soin, qui souhaitait mourir dans les bras de sa mère.

Puis il a décrit les conditions de vie dans son village soumis aux agressions journalières de l’armée d’occupation, village qui est un des premiers à s’être engagé dans la résistance populaire.

Haitham a ensuite répondu aux questions posées et notamment à celle sur la campagne BDS. Il a précisé que cette campagne dérange Israël et a insisté sur la nécessité de son intensification à l’échelle internationale, comme l’une des seules solutions pour les Palestiniens.

Des clés USB de la vidéo projetée ont été vendues ainsi que des cartes postales représentant les réalisations dHaitham.

Trois pétitions ont été proposées à la signature : pour la libération de Khalida Jarrar, la libération des enfants palestiniens emprisonnés par Israël, l’arrêt des bombardements sur Gaza et la levée du blocus.




Huit heures pour la Palestine et BDS à Clermont-Fd

Environ 230 personnes d’origines diverses (dont une demi-douzaine de Palestiniens) ont participé le 30 novembre aux 8h pour la Palestine à l’espace Nelson Mandela de Clermont-Ferrand, à l’appel de l’AFPS 63 et BDSF 63, dont 150 ont assisté à la conférence de Sarah Katz et Pierre Stambul sur Gaza, à des échanges en direct avec Gaza (Nabila Kilani, enseignante) et Hébron (coopérative Al Sanabel), à un spectacle de hip-hop clermontois, et aux témoignages de 8 voyageurs de retour de Palestine et de leur rencontre avec le BNC et des syndicats.

L’importance du BDS pour soutenir la lutte palestinienne a été soulignée, notamment dans le cadre de la journée d’action contre AXA du 29 novembre. Une protestation contre le projet parlementaire de résolution Maillard a été signifiée. En soirée 140 personnes ont partagé un buffet palestinien et assisté à deux spectacles musicaux (rap RLM, et qanûn et chant par Christine Zahed). Nous avons eu des retours positifs unanimes pour ces 8h (voir CR complet), dont les bénéfices seront reversés à nos partenaires (Assoc Hébron-France, et Coop Al Sanabel).

  




La résolution Maillard ne nous intimide pas !

Votée récemment, cette résolution vise à susciter des menaces de sanctions pénales contre toute mobilisation dénonçant résolument la politique d’apartheid israélienne, et notamment contre le mouvement BDS.

Beaucoup de publications condamnant le projet de résolution ont circulé sur internet et dans divers médias avant le vote, par exemple cet appel émanant de 127 universitaires juifs .

La résolution Maillard n’est que l’une des tentatives des amis du régime israélien pour essayer de faire taire ses nombreux opposant-e-s sur tous les continents.

Elle repose d’ailleurs sur des bases très fragiles !

Seuls environ un quart des député-e-s l’ont soutenue, soit 154, alors que peu avant elles/ils étaient très nombreux dans l’hémicycle. Et seulement 84 sur 303 de la majorité présidentielle LREM, alors que 26 de ce groupe ont voté contre et 22 se sont abstenu-e-s.

Quant au contenu de la résolution, il repose sur une définition banale de l’antisémitisme, précédée par des attendus assimilant l’antisionisme, qui est une idéologie, un point de vue longtemps majoritaire parmi les juifs dans le monde, à une forme d’antisémitisme.

Nous n’ignorons pas que cette résolution, qui statutairement n’a pas valeur de loi mais n’est qu’une simple recommandation, permettra néanmoins aux amis du régime israélien d’essayer de nous harceler davantage, comme cela s’est déjà produit en Angleterre ou en Allemagne.

Mais l’image du régime israélien colonial, d’apartheid, qui déploie des pratiques criminelles et cyniques, continue de se dégrader dans l’opinion publique internationale alors que la Campagne internationale BDS poursuit inexorablement son développement.

Cette campagne est non violente et antiraciste, elle fait partie de la lutte des peuples contre les politiques racistes, suprématistes, sécuritaires, militaristes, xénophobes et pour l’égalité, la justice et la dignité.

Nous avons pu au cours de notre campagne contre le projet de résolution Maillard sensibiliser de nombreuses/breux député-e-s à la cause du peuple palestinien et à la légitimité du BDS.

Cela nous encourage à persévérer !

Paris, le 6 décembre 2019

La Campagne BDS France




Cher ,

Alors que nous planifiions notre récolte de fonds de la fin de l’année, notre site internet de BDS a subi une attaque sans précédent. Plus de 3,9 millions de tentatives d’accès à notre site ont été enregistrées, ce qui indique une campagne de hacking bien organisée, apparemment dans le cadre de la « cyberguerre » qu’a déclaré Israël contre le mouvement non violent pour les droits des Palestiniens BDS.

 

Tout en repoussant l’attaque, nous refusons de tomber dans le piège de l’attitude défensive. Nous restons concentrés sur l’arrêt de la complicité internationale avec le régime d’apartheid d’Israël et l’occupation militaire.

Toujours plus de syndicats internationaux, de communes, de fonds de pension, d’Églises, d’espaces culturels, de réseaux de femmes, de mouvements pour la justice raciale et autochtone, d’artistes, d’universitaires, de groupes LGBTQI et d’associations d’étudiants entendent nos appels à demander des comptes à Israël pour les crimes qu’il commet depuis sept décennies contre le peuple autochtone de Palestine.

 

Ils répriment. Nous ripostons. Contribuez aujourd’hui pour défendre notre plaidoyer pour les droits de l’homme

 

Les cyberattaques lourdement financées par Israël visent en partie à nous priver de fonds en empêchant notre appel de fonds à vous parvenir. C’est pourquoi je vous exhorte à faire suivre cette lettre au plus grand nombre de potentiels soutiens possible.

 

À part la cyberguerre, la répression maccarthyste d’Israël contre le mouvement BDS s’est concentrée ces dernières années sur la définition frauduleuse de l’antisémitisme, destinée à dispenser le régime d’apartheid d’Israël de rendre des comptes et à faire taire et dénigrer ses critiques. Les partenaires d’Israël dans cette campagne antipalestinienne sont, comme on pouvait s’y attendre, l’extrême droite et les suprémacistes blancs de toutes sortes, aux États-Unis, en Europe et au-delà.

 

Bien qu’une étude du gouvernement allemand ait révélé que 90% des attaques contre des Juifs en Allemagne étaient perpétrées par l’extrême droite, le parlement allemand a, ironiquement mais sans surprise, récemment diabolisé le mouvement antiraciste BDS en le qualifiant d’« antisémite ». Plus de 240 chercheurs juifs et israéliens, dont des sommités sur l’antisémitisme et l’histoire de l’holocauste, ont condamné cette déclaration « trompeuse », disant qu’elle ne faisait en rien « avancer la lutte urgente contre l’antisémitisme » et qu’elle négligeait la condamnation explicite par le mouvement BDS de « toute forme de racisme, y compris l’antisémitisme ».

 

Ils nous diabolisent. Nous ripostons. Contribuez aujourd’hui pour aider BDS à croître dans le monde entier.

 

Comme défenseur des droits de l’homme et cofondateur du mouvement BDS, je continue de subir directement la répression israélienne. Depuis des interdictions de voyager et des campagnes bien orchestrées de dénigrement jusqu’à des tentatives quasi quotidiennes de rendre ma vie et celle de ma famille intolérable dans notre propre pays, le régime d’extrême droite d’Israël tente désespérément de me forcer à me soumettre à force d’intimidation.

 

Mais je ne suis pas né pour me soumettre à quelque oppresseur que ce soit. Palestinien fier ayant un profond engagement pour la justice, j’ai appris du long héritage de sumoud, ténacité, de mon peuple que nous ne nous rendons jamais à l’oppresseur. Nous continuons à résister résolument à leurs murs, sièges, colonies et nettoyage ethnique continu. Nous nous battons pour rien de moins que la dignité et la libération.

 

Ils nous déshumanisent. Nous ripostons. Cliquez ici pour contribuer aujourd’hui pour soutenir notre combat. 

 

Avec mes meilleures salutations,

 

Omar Barghouti

Cofondateur du mouvement BDS




Mobilisation contre AXA à Clermont-Ferrand

BDS a été au centre des débats de nos 8h pour la Palestine le 30 novembre à Clermont-Ferrand, à l’appel de l’AFPS 63 et BDSF 63, avec 230 participants, dont 150 qui ont assisté à la conférence de Sarah Katz et Pierre Stambul sur Gaza et au Skype avec Nabila Kilani à Gaza, ainsi qu’aux témoignages de 8 voyageurs de retour de Palestine, et 140 qui ont partagé un buffet palestinien et des spectacles musicaux.

La journée du 29 novembre de la Coalition  internationale contre AXA a été expliquée oralement et par un tract, une pétition à l’accueil (39 signatures), et des cartes postales pour le président d’AXA France (85 prises par les participants). Une grande affiche ciblant AXA décorait la salle du repas.




AXA, l’apartheid israélien n’est pas vert ! À Paris le 29/11/19

Cet après-midi, en ce jour de solidarité avec le peuple palestinien et pour le climat, des militant-e-s de la Campagne BDS France à Paris étaient mobilisés devant une agence AXA pour expliquer que l’apartheid n’est pas vert !

Plusieurs centaines de tracts ont été distribués. AXA doit désinvestir de l’apartheid israélien.

Un compte rendu plus complet suivra, à l’échelle internationale il  y a aussi eu des mobilisations similaires à Berlin et Bruxelles.

Quelques photos sur ce lien

 




À Strasbourg on se mobilise aussi ! #AXA

À Strasbourg,  nous avons distribué des tracts demandant à AXA de  désinvestir de  l’apartheid israélien.

Les restrictions de circulation (transport de matériel solide difficile etc.) ne  nous ont pas permis de faire signer les cartes postales cette fois.

Après la distribution, nous nous sommes attablés pour boire un chocolat chaud, et à la vue de nos tee-shirts BDS, plusieurs personnes sont venues nous demander des tracts et s’informer de notre travail!




Saint-Étienne: #AXA Désinvestissez !

À Saint-Étienne aussi nous avons demandé à Axa de stopper ses investissements dans l’apartheid israélien.
L’agence que nous avions ciblé il y a quelques semaines a fermé, du coup nous avons fait signer les cartes dans le centre ville.

Toutes nos cartes ont été signées et une dizaine de nouvelles inscriptions pour recevoir nos mails.

Cette mobilisation a réuni 30militants de BDS Saint-Étienne, des JC Loire, de l’AFPS…




Action #AXA à Lyon le 30/11/2019

Ce samedi après-midi à Lyon, il y avait du monde à proximité de la FNAC-Bellecour. Et pour cette nouvelle action AXA, nous étions 12 membres du Collectif 69. Il avait été décidé de diffuser l’appel des organisations syndicales palestiniennes au sujet d’AXA.

En dehors des personnes trop pressées pour s’arrêter, l’accueil a été globalement très favorable. Nous avons pu expliquer l’enjeu de cette journée : après les premiers résultats de la campagne BDS contre AXA, obtenir enfin son retrait total et définitif d’Elbit-System et des banques israéliennes.

En voyant la banderole BDS, certain.e.s s’approchaient spontanément pour nous demander de quoi il s’agissait et nous exprimaient même leurs compliments pour cette campagne…

Des questions nous ont aussi été posées sur le boycott des produits israéliens. Au passage d’un cortège de Gilets Jaunes, le slogan « Palestine vivra !  » a été entendu, que nous avons bien sûr repris.

En une heure et demie, nos 800 tracts ont été épuisés et la pétition a recueilli 61 signatures.

Bref, une action incontestablement réussie, enthousiaste et encourageante !




Montpellier 30 nov: Journée internationale contre AXA

Le vendredi 29 novembre 2019, Journée internationale de l’ONU  dite « Journée de solidarité avec le peuple Palestinien » coïncidait cette année avec la grève mondiale pour le climat.

La fin de semaine des 29/30 nov. avait été choisie par la Coalition Internationale BDS contre AXA pour exiger qu’AXA cesse de financer l’apartheid israélien.

IMG_7456

Le soutien aux grandes marches du retour à Gaza est le thème permanent du stand BDS France Montpellier

IMG_7454

IMG_7479

Une fréquentation constante du stand par beaucoup de jeunes gens et jeunes filles.

IMG_7458

IMG_7464

IMG_7460

police

Et toujours l’occupation policière du samedi….

drapeau2

drapeau3

drapeau4

Jamais le drapeau palestinien n’avait flotté aussi haut place de la comédie




Deux Palestiniennes, Rania et Sahar à Strasbourg le 26/11/19

Mardi 26 novembre la Plateforme alsacienne pour la Palestine a accueilli Sahar Abbassi,  directrice de l’association Maadade Silwan, ce quartier de Jérusalem qui survit sous la pression constante de l’armée israélienne et Rania Muhareb, avocate de la Ligue des Droits de l’Homme palestinienne qui nous ont fait deux exposés magistraux sur la situation de colonisation, d’occupation et d’apartheid imposés par Israël au peuple palestinien. Strasbourg était la dernière étape  de leur périple dans le Grand Est.

 La salle comble (150 personnes) a écouté dans le plus grand silence  leurs exposés captivants.
L’importance de l’action internationale et en particulier de la campagne BDS a été largement soulignée au cours de toute la soirée.
Un groupe de sionistes type évangélistes, a tenté en vain de perturber la soirée en déchirant nos affiches et en distribuant un tract infâme.
Bien au contraire plusieurs jeunes présents nous ont laissé leurs coordonnées pour participer à nos prochaines actions, BDS en particulier, prochain rendez-vous le samedi 30.11 contre AXA  !



Franc succès de la conférence sur BDS à Orléans

 Le vendredi  22/11/2019, Jean-Guy Greilsamer était invité à donner à Orléans une conférence sur BDS dans le cadre du 16ème Forum des Droits Humains, consacré cette année au thème : Transitions : Le pire ou le meilleur pour les Droits Humains ?
Précisions sur ce lien .
La soirée a été un franc succès, tant en ce qui concerne l’importance du public que le contenu des débats.
Voici le texte de la conférence de Jean-Guy Greilsamer



La Palestine est une question de justice climatique – L’apartheid israélien n’est pas « vert »

21 novembre 2019 / par le Comité National palestinien BDS (BNC)

 

La crise climatique catastrophique est alimentée par les inégalités mondiales et mise en œuvre parles gouvernements et les sociétés complices qui placent le profit avant les gens et la planète. Partout, les moins puissants sont les plus touchés.

Les autochtones palestiniens qui vivent sous occupation et apartheid israéliens, sans aucun contrôle sur leur terre et leurs ressources naturelles, sont extrêmement vulnérables face à la crise climatique. Israël monopolisant les cultures, la hausse des températures exacerbe la désertification et la raréfaction de l’eau et de la terre, et créé un apartheid climatique.

Des sociétés multinationales comme AXA et HSBC, qui investissent dans l’énergie fossile, sont complices de l’oppression qu’Israël exerce sur le peuple palestinien. Elles investissent dans des entreprises qui arment Israël, financent ses colonies illégales et pillent la terre et les ressources naturelles palestiniennes.

Le blocus et les guerres d’Israël sur Gaza y empoisonnent la vie

. Les aux usées ont infiltré l’aquifère de Gaza et s’écoulent dans la mer.

. 97 % de l’eau raréfiée de Gaza est impropre à la consommation humaine.

. L’eau polluée est une cause essentielle de la mortalité infantile à Gaza.

. Israël interdit aux Palestiniens l’utilisation de 20 % des terres arables de Gaza et verse des herbicides sur les terres agricoles de Gaza.

. L’ONU dit que Gaza sera invivable d’ici 2020, sinon déjà maintenant.

Israël vole et détruit la terre et l’eau des Palestiniens

. Israël a saisi le contrôle de toute la terre illégalement volée aux Palestiniens, qui ont subi un nettoyage ethnique et une dépossession en 1948, et d’au moins 60 % de la terre dans les Territoires Palestiniens Occupés (TPO) en 1967.

. Dans les TPO, les colonies illégales d’Israël consomment six fois plus d’eau que les Palestiniens.

. Depuis 1967, Israël a déraciné 800.000 oliviers, certains très vieux.

Israël « verdit » son image, tout en détruisant l’environnement

. La prétention mensongère et raciste d’Israël de «faire fleurir le désert» est énoncée pour cacher sa violente destruction de la société palestinienne et ses pratiques non durables en agriculture et en utilisation de l’eau.

. 97,7 % de la production électrique israélienne proviennent de l’énergie fossile, y compris du gaz naturel partiellement extrait de l’exploitation illégale des ressources palestiniennes en gaz.

. Israël cherche à exporter de l’énergie vers l’Europe pour y créer une dépendance envers ses sources d’énergie basées sur l’énergie fossile et produites illicitement.

. Israël produit de l’énergie éolienne et solaire sur la terre illégalement occupée des Palestiniens et des Syriens.

.La guerre, pilier de l’économie israélienne, est l’une des industries les plus polluantes au monde.

Les luttes contre le colonialisme, le racisme et la militarisation, et pour le climat, la justice économique et sociale, sont profondément interconnectées. Les Palestiniens, comme tous les peuples du monde, recherchent la justice climatique en tenant pour responsables les gouvernements et les sociétés. Le mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) conduit par les Palestiniens est un puissant moyen non-violent pour faire pression sur Israël pour qu’il mette fin à son régime d’oppression.

Source : BNC

Traduction : J. Ch. pour BDS France




L’UE doit interdire toute activité économique avec les colonies au lieu de se contenter de l’étiquetage des produits des colonies

12 Novembre 2019 – Comité National Palestinien BDS (BNC) / Union Européenne

En obligeant l’UE et les États membres à étiqueter les produits des colonies illégales d’Israël, la plus haute juridiction de l’UE a porté un coup significatif à la politique de transfert de population par Israël de l’apartheid

La Haute Cour de Justice de l’UE a obligé l’UE à l’étiquetage des produits venant des colonies illégales d’Israël afin d’empêcher son crime de transfert de population dirigé contre les Palestiniens. Il faut davantage de pression pour forcer l’Europe à mettre fin à l’hypocrisie et à interdire toutes relations économiques et financières avec les colonies.

En obligeant l’UE et les États membres à étiqueter les produits des colonies illégales d’Israël, la plus haute cour de justice de l’UE a porté un coup significatif à la politique de transfert de population d’Israël de l’apartheid.

Il faut plus de pression pour forcer l’UE à abandonner ses deux poids deux mesures envers Israël et à se plier à ses obligations en vertu du droit européen et du droit international en arrêtant de porter assistance à ce régime israélien illégal et criminel à l’égard du peuple palestinien.

 Au minimum, l’exigence est que l’UE interdise toute activité économique avec les colonies au lieu de se contenter d’étiqueter leurs produits.

Source: BDS Movement

Traduction SF pour BDS France




Paris, 26/11/2019: Rencontre avec Haitam Khatib

Rencontre avec Haitham AL KHATIB Photographe, reporter, artiste,

Militant de la résistance populaire à l’occupation israélienne dans son village de Bil’in

MARDI 26 NOVEMBRE 2019 à 19h

Au CICP –21 ter rue Voltaire –75011 Paris

Nous vous invitons à venir nombreuses, nombreux, débattre de la situation en Palestine, avec Haitham Défenseur acharné des droits à l’existence du Peuple palestinien, il témoigne,avec ses photos, ses vidéos, ses figurines, du combat mené par les Palestiniens contre la politique criminelle de l’État d’apartheid israélien:

«Ces années remplies de drames et de sentiment d’impuissance m’ont amené à prendre un appareil photo et à l’utiliser comme un outil ou une arme pour protéger ma famille et mon village du harcèlement et de l’intrusion des forces d’occupation israéliennes… En publiant sur internet des photos honnêtes et sans artifice de la vie quotidienne du village je veux m’assurer que la souffrance des Palestiniens ne sera pas oubliée par le monde. Mon autre objectif est de montrer que les Palestiniens ne sont pas des terroristes et que, de fait, c’est la vie que nous enseignons! »

Premiers signataires:AFPS Paris Centre, AFPS Paris 14/6, AFPS Paris-Sud, Association de Palestiniens en Ile-de-France, Campagne BDS France-Paris, Comité AFPS de Gentilly, France Palestine Rueil et Suresnes, Comité Montreuil Palestine, Forum Palestine Citoyenneté, UJFP…

Télécharger l’invitation




Catherine Ringer: Annulez le concert de l’Apartheid à Tel Aviv

18 Novembre  2019

Les Palestiniens en appellent à la chanteuse française Catherine Ringer pour qu’elle annule son concert du 19 décembre à Tel Aviv de l’apartheid.

Chère Catherine Ringer,

 

La Campagne Palestinienne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël (PACBI) vous incite vivement à annuler votre concert du 19 décembre au Barby Club à Tel Aviv de l’apartheid.

Pendant les massacres israéliens de 2014 à Gaza, qui ont tué plus de 2 200 Palestiniens, dont plus de 500 enfants, Barby a fait des t-shirts et les a distribués gratuitement aux forces armées israéliennes en uniforme avec le logo du club et le slogan « Allez vous faire foutre, nous sommes d’Israël ».

La semaine dernière, des avions de combat et des drones israéliens ont attaqué la bande de Gaza, où deux millions de Palestiniens, réfugiés pour la plupart, souffrent depuis plus de 12 ans du siège d’Israël. 34 Palestiniens, dont une famille entière de huit personnes, ont été tués, et ce n’est rien d’y aller depuis le Barby Club.

La célébration indécente par le Barby de la poursuite des crimes de guerre israéliens n’est que l’exemple le plus flagrant de sa complicité avec le régime d’extrême droite d’apartheid et d’occupation militaire d’Israël.

Bien que l’oppression des Palestiniens par Israël existe maintenant depuis des décennies, aujourd’hui les Palestiniens sont confrontés à une urgence. Enhardi par un niveau de soutien sans précédent de l’administration Trump, Israël a ancré l’apartheid contre les Palestiniens qui ont la citoyenneté israélienne, tiré sur des milliers de manifestants non armés dans la bande de Gaza et s’est engagé à annexer la Cisjordanie.

Le boycott culturel d’Israël, qui fait partie du mouvement non violent Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), est désormais soutenu par des milliers d’artistes dans le monde, en dépit des efforts énormes de groupes de lobby liés au gouvernement israélien, tels la dite « Communauté Créative pour la Paix ». Au lieu de recevoir les quarante à cinquante mille touristes attendus dans Tel Aviv de l’apartheid pour l’Eurovision de mai dernier, par exemple, Israël en a eu à peine 5 000.

Plus de mille citoyens israéliens, juifs pour la plupart, se sont ralliés au BDS, se joignant à un millier d’artistes, d’intellectuels et de militants noirs américains et à d’innombrables autres dans le monde.

Vous n’auriez pas joué dans l’Afrique du Sud de l’apartheid et votre duo, les Rita Mitsouko n’a certes pas franchi la ligne. Nous vous exhortons à annuler votre spectacle en Israël de l’apartheid.

 

PACBI est un membre fondateur de la plus grande coalition palestinienne qui dirige le mouvement mondial BDS pour les droits des Palestiniens.

Traduction SF pour BDS France

Source: BDS Movement




Les Palestiniens condamnent un match « amical » qui, par le sport, blanchit Israël, alors que Gaza pleure ses morts

Le 16 novembre 2019 – Les équipes nationales de football d’Argentine et d’Uruguay prévoient d’aller jouer un match « amical » en Israël, en dépit de la nouvelle attaque contre Gaza qui a tué déjà au moins 34 Palestiniens.

Le match doit avoir lieu le lundi 18 novembre au stade Bloomfield, dans la ville palestinienne, nettoyée ethniquement, de Jaffa.

Stéphanie Adam de la Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI) a déclaré ceci :

« Alors que le nouvel épisode d’une campagne criminelle de bombardements lancée par Israël est suspendu et que les Palestiniens de Gaza pleurent une nouvelle fois leurs morts, l’Argentine et l’Uruguay projettent d’organiser un match de football ‘amical’.

« Tout d’abord, le match n’aurait jamais dû être programmé. Les Palestiniens vivent dans un état constant d’oppression et de déni de leurs droits fondamentaux du fait du régime d’occupation militaire et d’apartheid d’Israël, et cela depuis des décennies.

« Rien qu’en deux jours, les frappes aériennes israéliennes sur Gaza ont tué 34 Palestiniens, dont 8 enfants. Israël maintient les Palestiniens dans une bande de Gaza maintenue sous un siège paralysant depuis plus de 12 ans tout en bombardant à maintes reprises la population civile enfermée dans Gaza, tuant des milliers de Palestiniens. Les Nations-Unies prévoient que Gaza sera inhabitable d’ici à 2020. Quelle sorte de sécurité ont donc les Palestiniens ?

« Ce sont des milliers de personnes à travers le monde, en particulier à Montévidéo, Buenos Aires et Barcelone, qui ont élevé la voix avec des associations et des joueurs de football en faveur du droit des Palestiniens à vivre en sécurité et en liberté.

« Comme dans l’Afrique du Sud de l’apartheid, dans le passé, Israël n’a pas sa place dans les évènements sportifs, culturels ou académiques internationaux aussi longtemps qu’il continuera son régime d’apartheid et ses crimes contre le peuple palestinien ».

En 2018, l’Argentine a annulé un match « amical » à Jérusalem après des mois de campagne BDS.

Le Comtec Group d’Israël, qui a des clients dans les colonies de peuplement israéliennes illégales, était l’organisateur du match amical contre l’Argentine, comme du match Argentine/Uruguay.

Sylvan Adams, milliardaire canadien dans l’immobilier et ambassadeur autoproclamé d’Israël, couvre avec une somme importante le coût de l’organisation du match Argentine/Uruguay. Adams a déclaré qu’il consacre l’actuel chapitre de sa vie à « la promotion de ce que j’appelle l’’Israël normal’ » afin de détourner l’attention loin des violations israéliennes des droits humains des Palestiniens et du droit international.

Adams et Comtec ont déjà fait équipe pour organiser des évènements en Israël, notamment pour le Concours Eurovision de la Chanson de 2019 avec Madona, le Grand Départ de la course cycliste Giro d’Italie 2018, et une tentative ratée pour faire venir le concours de Miss Univers 2019 en Israël.

Stéphanie Adam de PACBI ajoute :

« Il n’y a jamais eu le moindre doute que ce match était politique. L’Argentine et l’Uruguay ont décidé de franchir la ligne de piquetage non violente des Palestiniens. Le match ‘amical’ va permettre à Israël d’utiliser un évènement sportif international et le prestige des athlètes du championnat pour blanchir, par le sport, sa politique criminelle de nettoyage ethnique, son siège, ses agressions militaires répétées contre Gaza, les démolitions de maisons palestiniennes, la construction de ses colonies de peuplement illégales et de ses murs d’apartheid illégaux.

« Le club au top de Première ligue à Gaza, le Khadamat Rafah, a écrit à l’Argentine et à l’Uruguay pour exhorter les deux équipes ‘à ne pas permettre qu’un jeu aussi beau soit utilisé pour couvrir ces graves violations des droits humains’. Israël a refusé au Khadamat Rafah l’autorisation de se déplacer pour la Coupe Palestine 2019, contraignant à l’annulation du championnat de football palestinien.

« Le Balata Football Club, du nom d’un camp de réfugiés en Cisjordanie occupée, a lui aussi exhorté l’Argentine et l’Uruguay à annuler le match en Israël, rappelant le rôle crucial que les boycotts sportifs ont rempli dans la fin du régime d’apartheid en Afrique du Sud.

« Lors d’une session d’entraînement au Barcelona FC, des groupes de la société civile catalane ont lancé des appels personnels aux joueurs Lionel Messi et Luis Suárez, qui jouaient respectivement pour l’Argentine et l’Uruguay, afin qu’ils ne participent pas au match, rappelant la célèbre phrase de Maradona, ‘Le ballon ne peut pas être terni’. Ils demandaient, ‘Seriez-vous allez jouer dans l’Afrique du Sud de l’apartheid ?’. Les manifestations aux associations de football de Montévidéo et Buenos Aires ont largement été médiatisées.

« Des dizaines de groupes de la société civile, de syndicats, d’organisations de défense des droits de l’homme et de clubs de supporters sportifs, en Argentine et en Uruguay, ont appelé leurs équipes nationales à annuler le match en Israël ».

Le contexte

Gaza est le siège de l’Association de football des Palestiniens amputés, créée en mars 2018. Elle compte maintenant sept équipes et 80 joueurs, la plupart des joueurs ayant perdu des membres sous les balles des tireurs embusqués de l’armée israélienne alors qu’ils participaient aux manifestations pacifiques de la Grande Marche du Retour qui réclame leurs droits de l’homme fondamentaux. Pour les amputés, jouer au football est une forme de résistance et une façon de continuer à jouer à leur jeu favori.

L’Argentine avait initialement prévu de jouer contre le Paraguay au Bangladesh, le 18 novembre. Quand le match du 19 novembre en Israël est venu à la surface, le président de la Fédération de football du Paraguay a déclaré, « Quand on signe un contrat, on le valide. Ce contrat doit être respecté. En cas de non-respect, nous prendrons les mesures appropriées ». Quelques jours plus tard, le 28 octobre, le Paraguay annonçait que le match contre l’Argentine était annulé.

La date du match Argentine/Uruguay en Israël a été confirmée par les deux équipes nationales pour le 19 novembre. La Fédération de football israélienne, qui englobe les équipes des colonies de peuplement israéliennes illégales, construites sur la terre palestinienne en violation du droit international, s’est plainte que la date coïncidait avec les matches de l’équipe nationale israélienne. La date du match Argentine/Uruguay a alors été changée pour le 18 novembre.

Le match Argentine/Uruguay aura lieu au stade Bloomfield à Jaffa (Yafa), une ville portuaire palestinienne autrefois prospère et cosmopolite, et l’une des plus de 500 villes et villages palestiniens nettoyés ethniquement de leurs habitants palestiniens originaires du pays lors de l’implantation d’Israël en 1948 sur les ruines de la patrie palestinienne.

La Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI) a été initiée en 2004 pour contribuer à la lutte pour la liberté, la justice et l’égalité des Palestiniens. Élément clé du mouvement BDS, la PACBI recommande le boycott des institutions académiques et culturelles israéliennes, étant donné leur complicité profonde et persistante avec le déni par Israël des droits des Palestiniens tels que stipulés dans la législation internationale.

Visitez PACBI sur : https://bdsmovement.net/pacbi et suivez-nous sur Twitter @PACBI

Source: PACBI

Traduction : BP pour BDS FRANCE




Italie : La lettre des équipes palestiniennes remise à l’athlète Fiona May, membre du conseil de surveillance de Puma

Le 9 novembre, les soutiens aux droits des Palestiniens de BDS Bologne ont rencontré Fiona May, médaillée olympique, à la suite de ses débuts au théâtre comme co-star dans « New York Marathon ».

L’athlète est membre du comité de surveillance du fabricant d’équipement sportif Puma.

Puma est le sponsor principal de la Fédération d’Israël de football (IFA) qui, comme l’a établi l’organisation internationale Human Rights Watch, inclut des équipes de football basées dans des colonies israéliennes illégales situées sur des terres palestiniennes. Les colonies israéliennes constituent un crime de guerre en droit international.

Pendant leur brève rencontre, les militants ont remercié Fiona May pour ses nombreuses interventions publiques contre toutes les formes de racisme et ont souligné le rôle inacceptable que PUMA joue en soutenant l’occupation militaire israélienne par le biais de son parrainage de l’IFA.

Les militants lui ont remis l’appel rédigé par plus de 200 équipes sportives palestiniennes demandant à PUMA de cesser son soutien aux colonies israéliennes illégales en mettant fin à son contrat de sponsor de l’IFA, ainsi que l’article touchant de Aya Khattab, qui joue dans l’Équipe nationale de football des femmes palestiniennes.

Les militants ont également discuté de la réponse de PUMA aux milliers de personnes qui soutiennent l’appel des équipes palestiniennes, qui affirme son « engagement pour une égalité universelle ».

Les militants ont demandé à Fiona May de soulever la question du parrainage de l’IFA en tant que membre du conseil de surveillance de Puma, afin que le principe d’« égalité universelle » ne demeure pas une belle phrase détachée de la réalité, utilisée comme une stratégie de marketing pour attirer de nouveaux clients par le biais des droits de la personne, mais qu’il s’enracine dans des actions concrètes, dont la suspension des contrats signés avec l’IFA.

Les militants ont rappelé à Fiona May que l’IFA avait refusé de prendre des mesures pour cesser cette complicité, en excluant les équipes des colonies, bien qu’elle ait été condamnée à plusieurs reprises par des conseillers des Nations Unies, plus de 150 parlementaires – dont des membres du Parlement européen, du parlement suisse, du parlement danois et de la Chambre des communes britanniques – ainsi que par des organisations de défense des droits de la personne et de la société civile.

Les militants ont évoqué avec Fiona May les enseignements d’Angela Davis sur la liberté comme combat permanent et souligné que le combat des Palestiniens était un combat contre le colonialisme et le racisme où tout ce qui est requis est de prendre position. Ils ont exhorté Fiona May à les aider à convaincre Puma de respecter l’engagement en faveur des droits de l’homme qu’il affiche.

Les militants ont remercié Fiona May d’avoir écouté leurs explications sur la campagne avec attention et intérêt et se réjouissent de sa réponse.

Traduction : MUV pour BDS France

Source : BDS Italie




BDS France Montpellier-Comédie : Dénoncer les crimes israéliens commis à Gaza

Samedi 16 novembre 2016 place de la Comédie. Prises de parole devant un public attentif

CONVERGENCES DES LUTTES ET DU COMBAT POUR LA LIBERTÉ D’EXPRESSION ET DE MANIFESTER

16-17 novembre 2019, un an d’existence, un an de luttes extra-ordinaires du mouvement des Gilets Jaunes en France. A Montpellier le mouvement avait décidé de se rassembler au rond-point des près d’arènes, au sud de Montpellier et de lancer quelques actions à partir de là. L’offensive militaire israélienne contre la Bande de Gaza nous imposait d’être place de la Comédie ce jour là en solidarité avec les Palestiniens de Gaza, pour dénoncer les assassinats de l’armée israélienne et soutenir la 83 ème grande Marche pour le Retour des réfugiés..

Mais nous n’oublions pas que l’intervention d’une centaine de Gilets Jaunes appellé.e.s à la rescousse le 12 janvier 2019 contre la police municipale qui voulait virer le stand BDS de la Comédie a contraint, par leur seule présence pacifique, la police à abandonner le terrain ce jour là. Mieux encore, depuis cette date nous n’avons pas eu de PV  ni d’intervention policière nous demandant de partir. La convergence des luttes et la solidarité pour le droit d’expression et de manifester se gagnent aussi sur le terrain, ensemble,  par des actes concrets de résistance. C’est pourquoi à notre façon nous avons salué cette année de « luttes Jaunes » en accrochant nos propre gilets jaunes avec les drapeaux palestiniens.

Les palestiniens luttent pour la liberté, la justice et l’égalité. Ces valeurs et ces exigences sont incontestablement partagées par les Gilets Jaunes qui étaient signataires et présents lors du rassemblement pour la liberté d’expression de BDS France Montpellier , signé par 24 organisations, place de la Comédie, à l’endroit des Gilets jaunes, le samedi 24 octobre dernier.

gens3

Les gilets jaunes flottent au vent aux côtés des drapeaux palestiniens sur le stand BDS France Montpellier

STOP À L’ATTAQUE MILITAIRE CONTRE LA BANDE DE GAZA !  DES SANCTIONS CONTRE ISRAËL !

C’était le thème de l’intervention du comité BDS France Montpellier ce samedi 16 novembre 2019. Plusieurs prises de parole ont dénoncé l’attaque israélienne, la complicité flagrante et honteuse du gouvernement et des grands médias avec l’agression criminelle israélienne. La Campagne BDS a été également présentée ainsi que les cibles du boycott et désinvestissement… et fait appel à rejoindre le comité BDS !

gens2

Par intermittence des petits groupes s’arrêtent et écoutent les interventions des militant.e.s BDS

Le 13 novembre nous avons assisté, avec l’assassinat de Bahaa Salim Hasan Abu al-Atta, commandant du Jihad islamique et de son épouse au déclenchement d’une nouvelle attaque meurtrière d’Israël contre la population de la Bande de Gaza.

En l’espace de deux jours on dénombre :

34 morts palestiniens dont 8 enfants et 3 femmes.

111 blessés dont 46 enfants et 20 femmes.

Zéro morts côté israélien et quelques blessés  sans mise en jeu du pronostic vital.

A minima on aurait pu penser que le gouvernement français et les médias allaient mettre en évidence le nombre de mort.e.s et blessé.e.s palestinien.ne.s.

Tweet du ministère des affaires étrangère…

france

Quand aux médias, à de rares exceptions, omettant de  mentionner le nombre élevé de mort.e.s et blessé.e.s, ils situent le problème entre Israël et le Jihad Islamique alors même que la majorité des victimes sont des civils (dont 8 enfants morts et 46 blessés !).

Ces titres et le contenu des articles re-diffusent fidèlement le cadre, l’angle et les versions fournis par les communiqués de l’armée  et du gouvernement israélien. La propagande de guerre israélienne, autrement dit les « fakes news » de l’agresseur israélien nous sont directement servis par les medias meanstream sans aucune distance critique. L’adhésion à la version israélienne est totale.

04

C’est ainsi que le « cadre » général de de l’événement repris est celui de la version habituelle israélienne : un règlement militaire entre Israël et un commandant du Jihad islamique présenté comme un extrémiste ayant commis plusieurs attaques contre Israël. C’est le « cadre » rabâché et usé :  « Israël se défend »  et « Israël a le droit de se défendre ». Un cadre qui inverse cause et effets, agresseur et agressé. La reprise d’emblée de ce cadre par les medias constitue une négation du fait colonial israélien. Ce cadre est à la fois la base et la matrice de la propagande israélienne. En occultant le fait colonial comme la cause des problèmes il vise à dénaturer et délégitimer toute opposition, toute résistance à la colonisation et au système d’apartheid.  Comme ce cadre est établit en violation du droit international et des droits humains sa reprise par les medias les conduit inévitablement à adopter (ouvertement ou par omission) des positions en violation du droit international et des droits humains.

Ainsi, la reprise de ce cadre amènent les médias à relater sereinement la mort « ciblée » de Bahaa Abou el Atta sans mentionner qu’il s’agit en termes officiels  d’une « exécution extra-judiciaire » ,ou en langage courant d’un assassinat ciblé, dans les deux cas en violation du droit international et donc illégal et condamnable. Ni la peine de mort, pourtant interdite en France, ni le fait qu’elle soit appliquée sans jugement ne semble les choquer.

03

De la même manière leur adhésion au cadre « Israël se défend contre un groupe terroriste » les amène  à escamoter le fait que la majorité des victimes des attaques israéliennes sont des civils. Une armée d’occupation qui tue des civils constitue un crime de guerre. Mais cela ne suscite aucune critique – Israël a le droit de se défendre » -. Et quand une famille complète est décimée ils reprennent à la lettre sans aucune critique les mots de la propagande israélienne « c’est une erreur ».

Dans le Monde (site web) du 16 novembre après l’annonce confirmée de 34 morts palestiniens dont 8 enfants et 11 blessés dont 46 enfants, l’article rédigé avec une dépêche AFP ose titrer : « Israël mène de nouvelles frappes à Gaza, après des tirs de roquettes ». Alors que les premiers titres des médias mentionnaient que l’attaque ciblée israélienne était à l’origine des contre attaques palestiniennes, l’article du Monde rentre dans bercail du cadre israélien qui situe chronologiquement les « nouvelles frappes israéliennes » « après des tirs de roquettes. Et voilà à nouveau Israël rétabli en position « de défendre son existence ».

02

L’article qui mentionne les 34 morts palestiniens mais sans aucun commentaire sur le nombre et la nature des victimes- conclut :

« Mais vendredi, Israël a reconnu que cette frappe sur la famille Abou Malhous avait fait des victimes civiles « inattendues ». Selon les informations dont l’armée disposait lors de la frappe, il n’était pas prévu que celle-ci fasse des victimes civiles, a expliqué vendredi l’armée dans une déclaration transmise à l’Agence France-Presse, à propos de la frappe de Deir Al-Balah.

« Les forces armées israéliennes enquêtent sur le tort causé à des civils lors de la frappe », a ajouté l’armée, qui avait accusé cette semaine les combattants du Jihad islamique d’utiliser des « boucliers humains » pour se prémunir des frappes.

Merci de nous vanter les mérites de l’armée israélienne qui n’avait pas prévu que ses missiles lancés dans une zone des plus peuplée du monde puissent faire des victimes. Merci de nous dire que l’armée enquête sur « le tort causé par ses frappes »…

On prend vraiment le lecteur et les lectrices pour des imbéciles !

01

Comble du cynisme : l’article termine  par la reprise directe d’un des arguments éculés de la propagande israélienne : « la résistance palestinienne utilise les civils comme boucliers humains ». Même les mère palestiniennes en ont été accusées !

Imaginez un instant, que ce soit l »inverse, qu’à l’issue de ces attaques et contre attaques il y ait eu 34 morts israélien.e.s juifs dont 8 enfants et 111 blessé.e.s dont 46 enfants ! tous et toutes victimes d’une organisation palestinienne nommée…  « Jihad islamique » !

Même hors du contexte d’islamophobie galopante actuel, croyez-vous que le  gouvernement aurait « regretté » les tirs de missiles israéliens sur des zones habitées de la Bande de Gaza ? que Le Monde (et les autres) nous auraient expliqué gentiment « selon les communiqués du Jihad islamique », les « victimes civiles étaient inattendues » ? qu’une famille de 8 personnes décimée  c’était une « erreur » et que le Jihad Islamique allait faire une enquête. Mais aussi que l’armée israélienne qui encercle la Bande de Gaza se sert des israéliens juifs comme « boucliers humains »…

Ce deux poids deux mesures du gouvernement et des grands médias est insupportable et nous ne cesserons de le dénoncer et de le combattre.

 

IMAGES D’UNE APRÈS-MIDI FERTILE EN ÉCHANGES, DISCUSSION ET SOUTIEN DE NOMBREUSES PERSONNES

 

stand1

gens4gens6manu

police

Et bien sûr la quadrillage policier du samedi…

stand2