Home»A CLASSER»En mémoire de Juliano Mer-Khamis

En mémoire de Juliano Mer-Khamis

0
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

 

Ramallah occupé, 6 avril 2011 – La campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI) pleure la perte tragique de notre camarade, partenaire et ami Juliano Mer-Khamis et condamne fermement le lâche meurtrier qui lui a pris la vie. Avec tous les autres Palestiniens qui luttent contre la grave injustice imposée à notre peuple, Juliano personnifiait l’esprit courageux et porteur d’espoir de la résistance culturelle. Il proclamait et partageait l’esprit de la liberté dans tous les sens du mot. Il croyait en la révolution culturelle collective pour laquelle nous nous battons ensemble. Par son alliance originale et intime d’art et d’activisme culturel, Juliano personnifiait l’esprit de résistance et la promesse de libération et de justice. Juliano, né d’un père palestinien et d’une mère juive, poursuivait la voie ouverte par sa mère, à qui il rendit un bel hommage dans son fameux documentaire Les enfants d’Arna : Arna Mer Khamis, comme Juliano la décrivait, « passa sa vie à combattre l’occupation ou, comme elle le disait, à lutter contre la colonisation sioniste de la Palestine »[1].

Supporter ferme et attentif du boycott culturel et académique d’Israël, Juliano travailla aussi à construire l’espoir pour tous les Palestiniens. Depuis les rues dévastées du camp de réfugiés de Jénine, il considérait le BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions), couplé à d’autres formes de résistance pacifique, comme le meilleur espoir d’exercer l’autodétermination palestinienne et de réaliser les aspirations des réfugiés à rentrer dans leurs foyers d’origine.

En août 2006, une grande majorité des réalisateurs de films et des travailleurs culturels Palestiniens ont publié un appel au boycott culturel d’Israël inspiré de celui imposé à l’Afrique du Sud de l’apartheid. Juliano Mer-Khamis fut un des premiers à approuver la déclaration, aida à la promouvoir, et à la défendre contre les tentatives de la représenter faussement. La déclaration disait :

« Nous, réalisateurs de films et artistes palestiniens soussignés, appelons tous les artistes et réalisateurs de conscience dans le monde à annuler toutes les expositions et autres événements culturels programmés en Israël, à se mobiliser immédiatement et à ne pas permettre à la poursuite de l’offensive israélienne de continuer dans la complaisance. Comme le boycott des établissements artistiques Sud-Africains pendant l’Apartheid, les travailleurs de la culture doivent dénoncer les crimes de guerre et les atrocités actuelles des Israéliens. Nous invitons la communauté internationale à nous rejoindre dans le boycott des festivals de films israéliens, des événements publics israéliens, des institutions israéliennes soutenues par le gouvernement, et à mettre fin à toute coopération avec ces établissements culturels et artistiques qui jusqu’ici ont refusé de se positionner contre l’occupation, cause première de ce conflit colonial » [2].

La mémoire de Juliano restera en nous pour toujours et sa perte sera pleurée par tous ceux qui luttent pour la justice et la liberté. Nous continuerons à résister jusqu’à ce que chaque ville, village et camp de réfugiés de Palestine devienne une scène ouverte de notre  théâtre de la liberté collectif !

PACBI
www.pacbi.org

Traduction: JPB-CCIPPP

[1] http://electronicintifada.net/v2/article11897.shtml
[2] http://pacbi.org/etemplate.php?id=315

http://www.pacbi.org/etemplate.php?id=1546

Previous post

Lettre ouverte de citoyens israeliens à Richard Bona

Next post

Qui profite de la coopération universitaire UE-Israël ?