Home»Actus»Il est temps d’exiger des comptes à la Fédération Israélienne de Football

Il est temps d’exiger des comptes à la Fédération Israélienne de Football

8
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

La FIFA et Puma doivent couper tout lien avec la Fédération Israélienne de Football, en raison de sa complicité dans les crimes israéliens contre les Palestinienˑneˑs.

Il y a dix ans, j’étais un joueur de football professionnel et membre de l’Équipe nationale palestinienne de football au sommet de ma carrière. Mais le 22 juillet 2009, des soldats israéliens m’ont arrêté pendant que je traversais le point de passage de Gaza vers la Cisjordanie pour y disputer un match. Israël ne m’a pas seulement volé ma carrière et ma passion, mais aussi ma liberté.

Les autorités israéliennes m’ont accusé d’être un « terroriste », une accusation qui est restée totalement infondée et non prouvée jusqu’au jour de ma libération, trois ans plus tard. Durant la dernière phase de mon emprisonnement injustifié, j’ai passé trois mois en grève de la faim.

Tout au long de cette rude épreuve, j’ai reçu de nombreux messages de soutien de la part d’athlètes du monde entier qui ont réclamé ma libération immédiate. Lorsque vous êtes privé de vos droits, illégalement emprisonné et interdit de voir votre famille et vos amis, la solidarité internationale comme celle que j’ai reçue lors de cette période sombre est extrêmement importante. Mais le besoin de solidarité envers les footballeurs palestiniens et le peuple palestinien dans son ensemble n’a pas pris fin à ma sortie de cette prison israélienne. En fait, cette solidarité est plus que jamais nécessaire à l’heure actuelle.

Je n’étais pas le premier et ne serai ni le dernier joueur palestinien de football à subir la répression israélienne. Il y a un peu plus d’un an, le 30 mars 2018, la carrière du jeune et prometteur footballeur palestinien, Muhammad Khalil Obeid, a été détruite en un éclair, lorsque les snipers israéliens l’ont blessé par balle dans les deux genoux alors qu’il manifestait pacifiquement lors de la Grande Marche du Retour. Et en janvier dernier, des joueurs de football palestiniens ont été blessés lorsque les forces israéliennes ont tiré des grenades lacrymogènes dans le stade dans lequel ils évoluaient – pour absolument aucune raison.

Lorsque vous vivez sous occupation militaire, le régime oppressif infecte tous les aspects de votre vie – du sport à l’éducation, de votre culture à votre foyer. Les interminables restrictions à la liberté de circulation, à l’accès aux ressources et aux libertés civiles fondamentales font de la pratique du sport un combat permanent pour les Palestinienˑneˑs – ces violations des droits sont totalement incompatibles avec le principe du sport accessible à tous.

Aujourd’hui, nous célébrons la Journée internationale du sport au service du développement et de la paix, déclarée par l’ONU. C’est une excellente occasion de réfléchir à la façon dont le sport peut être utilisé comme vecteur de changement positif dans le monde qui nous entoure et à la manière dont Israël, au lieu de le faire, se sert du sport pour perpétuer ses crimes contre le peuple palestinien.

La Fédération Israélienne de Football regroupe des clubs de football basés dans des colonies israéliennes illégales, qui s’entraînent et disputent des matches sur des terres palestiniennes volées. Les colonies israéliennes sont des saisies illégales de terres qui font partie intégrante de l’infrastructure d’occupation israélienne, qui poussent les familles autochtones palestiniennes hors de leurs terres, volent les Palestinienˑneˑs de leurs ressources naturelles et les privent de leur liberté de circulation. Les colonies israéliennes dans les territoires palestiniens occupés sont considérées comme des crimes de guerre au regard du droit international.

En ce sens, la Fédération israélienne de football enfreint clairement les règles de la FIFA qui interdisent à une association membre d’organiser des compétitions sur le territoire d’une autre sans autorisation. Un rapport détaillé de Human Rights Watch note qu’en autorisant la Fédération israélienne de football à tenir des matches sur des terres palestiniennes volées, la FIFA rend possible les activités commerciales qui soutiennent les colonies de peuplement illégales plus largement, et ce faisant, viole ses propres engagements en matière de droits humains.

Ces dernières années ont vu de plus en plus d’appels pressant la FIFA à prendre des mesures et à suspendre l’adhésion de la Fédération israélienne de football jusqu’à ce qu’Israël se conforme au droit international, mais cette demande a constamment été ignorée.

Dans le même temps, la Fédération israélienne de football a refusé de prendre des mesures pour mettre fin à sa complicité de crimes de guerre, bien qu’elle ait été condamnée à plusieurs reprises par des conseillers de l’ONU, des dizaines d’élus, des personnalités publiques ainsi que des groupes de la société civile et de défense des droits humains. Il est donc impératif que tous les individus et que toutes les organisations, qui croient en la liberté, à la justice et à l’égalité, tiennent la Fédération israélienne de football pour responsable de ses actes et refusent de travailler avec ses représentantˑeˑs. tant qu’elle n’aura pas mis fin à sa complicité de crimes contre le peuple palestinien.

En particulier, le sponsor principal de la Fédération israélienne de football, le fabricant de vêtements de sport allemand Puma, doit agir. L’été dernier, Adidas a annoncé qu’il mettait fin à son sponsoring de la Fédération israélienne de football, suite à une campagne soutenue menée par des militantˑeˑs et des athlètes du monde entier. Plus de 200 clubs sportifs palestiniens ont déjà appelé Puma à cesser son soutien à l’occupation militaire israélienne en mettant fin à son contrat de sponsoring avec la Fédération israélienne de football et nous devons continuer à faire pression sur la société allemande jusqu’à ce qu’elle décide de respecter pleinement son engagement pris en faveur des droits humains.

En tant que témoin direct de l’impact dévastateur du régime israélien sur l’accès au sport, j’exhorte toutes les organisations qui travaillent avec Puma à demander la fin de son sponsoring de la Fédération israélienne de football et, s’il n’y a pas de réponse, à cesser tout partenariat avec cet équipementier jusqu’à ce qu’il le fasse. J’exhorte également toutˑeˑs ceuxˑelles qui croient en la liberté, à la justice et à l’égalité pour toutˑeˑs à rejoindre la campagne internationale grandissante visant à amener Puma à se tenir du bon côté de l’histoire en mettant fin à sa complicité dans les violations des droits humains perpétrées contre les Palestinienˑneˑs

Bien qu’Israël m’ait volé ma carrière et ma liberté, ils ne me priveront pas, pas plus qu’à tout autre Palestinien, de notre détermination à obtenir les droits et les libertés qui nous sont dûs.

Mahmoud Sarsak

Mahmoud Sarsak est un footballeur palestinien qui a joué pour la sélection nationale palestinienne.

Source : Al Jazeera English

Previous post

Succès de la 15ème édition de la Semaine contre l’apartheid israélien en France !

Next post

Conférence à l'Université du Temps Libre de Pithiviers