Home»A CLASSER»La London School of Economics boycotte Eden Springs

La London School of Economics boycotte Eden Springs

0
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

Dimanche 19 mars 2011

Le contrat d’Eden Springs, une importante compagnie d’eaux en bombonnes, avec la London School of Economics (LSE) ne sera pas renouvelé. Ce développement vient d’une longue campagne, très visible et controversée, lancée par la Palestine Society du syndicat des étudiants de la LSE, qui a attiré l’attention sur le business odieux d’Eden Springs dans les Hauts du Golan occupés illégalement. La LSE rejoint plusieurs universités britanniques, dont celles d’Edimbourg et de Strathyclyde, qui ont réussi à couper tout lien avec Eden Springs.

La campagne étudiante a été soutenue par des universitaires ; plus de 19 universitaires de la LSE ont signé une lettre collective appelant l’école à cesser ses relations avec Eden Springs « au plus tôt ».

Zacharie Sammour, président de la Palestine Society des étudiants de la LES, a dit : « Je suis enchanté du rythme de progression de cette campagne et de l’immense soutien qu’elle a reçu des étudiants et des enseignants de la LSE. Je crois que le succès de cette campagne prouve le profond engagement du personnel et des étudiants pour l’investissement éthique et la justice mondiale ».

Tous les départements universitaires ayant auparavant Eden Springs comme fournisseur d’eau ont accepté de ne pas renouveler leurs contrats, ceci a été confirmé vendredi dernier. L’événement est salué comme une victoire qui fait date pour la plus vaste campagne ‘Boycott, Désinvestissements et Sanctions’ contre les compagnies israéliennes, une campagne visant à saper les mécanismes structurels qui rendent possible l’occupation illégale.

Ashok Kumar, responsable à la formation au syndicat étudiant de la LSE, parlant en son nom propre, a dit : « C’est une victoire monumentale pour les droits humains parce qu’elle prend en compte, comme pour l’Afrique du Sud, les liens directs entre les compagnies profiteuses et un Etat violant le droit international. C’est en fait le début d’un long trajet pour la LSE ».

Les étudiants de la LSE poursuivront la campagne de Boycott, Désinvestissements et Sanctions contre les compagnies israéliennes qui continuent à alimenter la machinerie de l’occupation.

Contacts : Zachariah Sammour, Président de LSESU Palestine Society. Tel : +447929405044
Layla Auer, LSE SU Palestine Society, Tel : +4477966871452

Note du traducteur : Eden Springs (http://www.edensprings.com/) s’est développé sur l’exploitation illégale des eaux de la source « Avel Salukia » de la zone industrielle de la colonie de Katzrin, située sur le Golan syrien occupé illégalement depuis 1967. Son expansion en Europe, où il est présent dans 16 pays dans le domaine des conteneurs d’eau (« HOD »), commence au début des années 1990. En France Eden Springs est surtout présent sous les marques Chateaud’eau et Nestlé Waters direct

LSE Boycotts Israeli Company – Eden Springs

Campaigners announce that all Departments at LSE agree to end contracts with Israeli Water Company

Contact:

Zachariah Sammour    President of LSESU Palestine Society           Ph: +447929405044

Layla Auer          LSE SU Palestine Society               Ph: 07966871452

For Immediate Release:

Sunday, March 19th 2011

Eden Springs, a major water supply company will not have its contract renewed by the London School of Economics. This development comes off the back of a lengthy, high profile and controversial campaign launched by the LSE Students’ Union Palestine Society, which has drawn attention to Eden Springs’ odious business dealings in the Illegally Occupied Golan Heights. The LSE joins a number of UK Universities, including Edinburgh and Strathyclyde, whom have successfully cut all ties with Eden Springs.

The student campaign has been supported by academics, with over 19 LSE Academics, signing a joint letter which calls upon the School to terminate its links with Eden Springs “forthwith”.

Zachariah Sammour, President of the LSE SU Palestine Society, said “I’m delighted with the incredible pace of progress on this campaign and the widespread support it’s received from the students and academics of the LSE. I believe the success of this campaign demonstrates the deep commitment of LSE staff and students to ethical investment and global justice.

All academic departments formerly using Eden Springs as their water supplier have agreed not to renew their contracts, confirmation of which was received this past Friday.  The development is being hailed as a landmark victory for the wider Boycott, Divestment and Sanctions movement against Israeli companies, a campaign aimed at undermining the structural mechanisms that make the illegal Israeli Occupation possible.

Ashok Kumar, Education Officer of the LSE Students Union, speaking in his personal capacity said, “This is a monumental victory for human rights because it understands, as with South Africa, the direct linkages between profiteering companies and a State that violates international law. Indeed, this is the first step in a long journey for the LSE.”

Students at the LSE will continue to pursue a Campaign of Boycott, Divestment and Sanctions (BDS) against Israeli companies who continue to feed the machinery of Occupation.

Previous post

L'interdiction d'un débat Israël-Palestine enflamme les partisans de la liberté d'expression dans une université française

Next post

Interview d'Omar Barghouti dans le Guardian - 21/03/11