Home»A CLASSER»Lettre ouverte au Deutsches Theater de Berlin

Lettre ouverte au Deutsches Theater de Berlin

0
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

En participant au projet commun « DIEBE » avec le Théâtre Cameri de Tel Aviv, vous aussi, vous vous feriez le défenseur de la politique israélienne sur le processus en cours de colonisation, destruction environnementale de la terre palestinienne, de vol de son eau et d’exploitation de ses ressources. Tel serait le signal que vous enverriez à la fois à l’opinion publique palestinienne, israélienne et aussi internationale.
(GIF)

 

Deutsches Theater
Schumannstrasse 13a
10117 Berlin

Berlin, le 27 février 2012

Mesdames et Messieurs,

Nous vous écrivons cette lettre pour vous demander d’annuler votre représentation de « DIEBE » (« Voleurs ») avec le Théâtre Cameri de Tel Aviv les 17 et 18 mars 2012.

Depuis des décennies, Israël viole systématiquement les droits humains des Palestiniens. Israël maintient les Palestiniens en Cisjordanie sous la loi militaire israélienne, sans droits civils, Israël poursuit le siège illégal de Gaza, dénie le droit au retour et à l’indemnisation des réfugiés palestiniens, droit consacré par les Nations-Unies en 1948, et cet État a adopté des dizaines de lois discriminatoires, d’apartheid, à l’intérieur d’Israël (1).

Ces violations, documentées par des organisations des droits de l’homme telles qu’Amnesty International et Oxfam (2), sont depuis longtemps reconnues illégales par les Nations-Unies.

Le Théâtre Cameri se présente lui-même comme participant à cette politique. Par sa contribution à l’inauguration du Centre culturel, dans la colonie israélienne d’Ariel, colonie illégale en territoire palestinien occupé, en novembre 2010 (3), le Théâtre a aidé à cimenter l’occupation israélienne de la terre palestinienne. Le Théâtre Cameri s’est relégué lui-même au rang de valet de la politique israélienne (4).

En participant au projet commun « DIEBE » avec le Théâtre Cameri, vous aussi, vous vous feriez le défenseur de la politique israélienne sur le processus en cours de colonisation, destruction environnementale de la terre palestinienne, de vol de son eau et d’exploitation de ses ressources (5). Tel serait le signal que vous enverriez à la fois à l’opinion publique palestinienne, israélienne et aussi internationale.

La violation du droit international concernant les colonies israéliennes dans les territoires palestiniens occupés n’est pas contestée, et soit dit en passant, même par le Gouvernement fédéral et les Affaires étrangères. Lors de la conférence de presse du gouvernement du 2 novembre 2011, il a été déclaré… « Nous pensons qu’il se poursuit en fait une évolution inquiétante. L’attitude du Gouvernement fédéral sur la question des activités de colonisation israéliennes est claire : l’activité de colonisation dans les territoires occupés est illégale en vertu du droit international… » (6).

De la même façon, le ministère des Affaires étrangères a publié sur son site officiel : « En termes d’acquisitions de biens ou d’investissements dans les colonies, il doit être noté que, pour le Gouvernement fédéral, les colonies sont illégales en vertu du droit international… » (7).

Un certain nombre d’artistes et d’intellectuels israéliens ont également pris position en refusant de se produire dans la colonie illégale d’Ariel (8). Ils ont reçu, venant du monde entier, le soutien de plus de 150 artistes et intellectuels (9).

Ces artistes, internationaux et israéliens, répondaient positivement à la Campagne palestinienne pour les boycotts universitaire et culturel d’Israël (PACBI).

Depuis avril 2004, la Campagne palestinienne pour les boycotts universitaire et culturel d’Israël appelle les intellectuels et universitaires du monde entier à boycotter, totalement et systématiquement, toutes les institutions universitaires et culturelles israéliennes qui coopèrent avec le système d’injustice de l’État et adoptent ses objectifs politiques, aussi longtemps que dureront l’occupation, la colonisation et le système d’apartheid israéliens (10).

C’est en faisant ainsi que vous aussi, vous apporterez votre contribution concrète à la fin du conflit. En 2006, une nette majorité d’artistes créateurs palestiniens, soutenus par des centaines d’artistes internationaux, a lancé un appel à tous les artistes et cinéastes ayant le sens des responsabilités à rejoindre le boycott culturel institutionnel contre Israël pour protester contre la violation constante du droit international par les gouvernements israéliens (11). En réponse, le célèbre artiste et auteur britannique, John Berger, a publié une déclaration, qui fut approuvée par nombre d’artistes, écrivains et cinéastes internationaux, par laquelle il appelle tous ses collègues du monde entier à rejoindre l’appel pour un boycott culturel (12).

Joignez-vous à cet appel ! Contestez, avec l’art de votre Théâtre, la politique israélienne de privation des droits des Palestiniens ! Contestez aussi ceux qui se font les partisans de cette politique.

Merci d’avoir la gentillesse de nous répondre.

Contact : bdsmovement-Berlin@web.de

Bien à vous

Notes :

(1) – http://www.adalah.org/eng/backgroun…
(2) – http://www.amnesty.org/en/news-and-…
(3) – http://www.icj-cij.org/docket/files…
(4) – http://www.faz.net/frankfurter-allg… et http://www.faz.net/aktuell/feuillet…
(5) – http://www.ndr.de/unternehmen/press…
(6) – http://www.bundesregierung.de/Conte…
(7) – http://www.auswaertiges-amt.de/DE/A…
(8) – http://www.haaretz.com/print-editio…
(9) – http://jewishvoiceforpeace.org/camp… et http://www.guardian.co.uk/world/201…
(10) – http://www.pacbi.org/etemplate.php?…
(11) – http://www.pacbi.org/etemplate.php?…
(12) – http://www.pacbi.org/etemplate.php?…

Signataires :

BDS Gruppe Berlin
Berlin Academic Boycott (bab)
Berliner Bündnis für Gaza
Deutsch-Palästinensischer Frauenverein e.V.
Frauen in Schwarz (Wien)
Jüdische Stimme für gerechten Frieden in Nahost e.V. (EJJP-Germany)
Kritische Jüdische Stimme (Österreich)
Kritische Juden und Israelis
Nahostkomitee in der Berliner FRIKO
Palästinakomitee Stuttgart
Paula Abrams-Hourani, Gründerin Frauen in Schwarz, Wien
Agnes Bennhold, Heidelberg, Mitglied im Heidelberger Friedensratschlag
Kelvin Bland RIBA, APJP (BDS in England)
Ruth Edmonds MSc, Israeli citizen
Eran Efrati, Israeli citizen
Sylvia Finzi
Ruth Fruchtman
Iris Hefets, Israeli citizen
Gerhilde Merz, Kommission Israel-Palästina in Pax Christi Österreich
Ofer Neiman, Israeli citizen, Jerusalem
Prof. Dorothee Roer, Palästina Forum Nahost Frankfurt/M.
Dr. Ingo Roer , Palästina Forum Nahost Frankfurt/M.
Yonatan Shapira, Israeli citizen
Marlene Stripecke
Maya Wind, Israeli citizen
Attia Rajab
Verena Rajab

27 février 2012 – BDS ALLEMAGNE – traduction : JPP

Source: info palestine http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=11858

Previous post

Moyens technologiques de contrôle : le cas Hewlett-Packard (HP)

Next post

Plainte à Bordeaux: nouvelle action à Auchan !