1

NON aux dattes israéliennes à Clermont-Ferrand

Un tract sur le boycott des dattes israéliennes, le vol des terres et de l’eau palestiniennes, et l’apartheid israélien a été tiré à 2.000 exemplaires et distribué en ce début du ramadan par 9 militant-e-s et un sympathisant AFPS 63 – BDSF 63 :

Le 9 avril sur le marché populaire de Montferrand (600 tracts). Un bon accueil nous a été fait, avec des discussions intéressantes, bien que nous ayons pu perturber quelques commerçants vendant des dattes israéliennes, Mehadrin notamment.

Le 12 avril (650 tracts) devant le supermarché Auchan Nord, qui vend des dattes israéliennes dans un rayon « ramadan ». Très bon accueil des passants, des remerciements, et même un jeune homme du quartier qui est venu tracter avec nous, et une jeune femme qui a organisé notre pose-photo !

Le 20 avril (650 tracts) au marché populaire de La Gauthière, réduit en cette période aux stands alimentation. Très bon accueil, des discussions intéressantes, des remerciements appuyés de femmes et hommes de tous âges. Notre action a perturbé quelques commerçants vendant des dattes israéliennes, Sahara Gold, King of Dates ou Desert Finest notamment, certains en même temps que des dattes palestiniennes Jericho Delights. Des passant-e-s se sont joints aux discussions.

Quelques dizaines de tracts ont aussi été distribués dans des mosquées voisines. Et plusieurs centaines dans nos réseaux sociaux.




Pendant le Ramadan et toute l’année, boycottons les dattes de l’occupant !

La culture des dattes est l’activité agricole principale de près de 50 % des colonies illégales de la vallée du Jourdain en Palestine occupée et contribue fortement à leur viabilité économique. Près de 80 % des dattes cultivées par les colons sont exportées, principalement en Europe (plus de 1 400 tonnes en France !).
La culture et la récolte des dattes constituent un dur labeur et les colons emploient des agriculteurs palestiniens pour ce travail très dangereux.
Il y a dix fois plus de Palestiniens que de colons israéliens dans la vallée du Jourdain, mais ceux-ci détournent 80% de l’eau au profit de leurs colonies, et des palmeraies en particulier. Et l’armée de l’occupant n’hésite pas à détruire les puits et les pompes des Palestiniens, comme à Nasariya en 2011.
En 2011, Israël a détruit à trois reprises la mosquée de Khirbet Yarza. En 2012 et 2013, l’armée a détruit à plusieurs reprises des dizaines de maisons et d’étables à Wadi al Maleh, dans la vallée du Jourdain, et distribué des ordres d’évacuation à une centaine de familles.

Si rien n’est fait, les Palestiniens qui résistent encore deviendront à leur tour des esclaves et la Cisjordanie sera annexée à Israël. Très isolés, les villageois se réjouissent de la solidarité et des pressions internationales contre Israël. Au fur et à mesure que l’attention internationale se détourne d’eux, la menace se fait plus vive.

Pendant le Ramadan en particulier, un grand nombre de commerçants proposent à leurs clients des dattes Medjoul en provenance des colonies installées dans la Vallée du Jourdain. Si l’origine de ces produits n’est pas toujours mentionnée afin de tromper le consommateur, les marques néanmoins sont connues : Mehadrin, Hadiklaim, Jordan Valley, Jordan Plains, Jordan River, Bet Sheva, Solomon… Refusez-les ! N’hésitez pas à exiger poliment mais fermement du commerçant qu’il cesse de proposer ces produits à la vente, en prenant les autres clients à témoin.

L’UFCM (Union Française des Consommateurs Musulmans), dont l’éthique de la consommation est au coeur de la démarche, a rejoint la campagne BDS France. L’UFCM invite également tous les musulmans à boycotter les dattes de l’occupant, et donc à redoubler de vigilance quant à la provenance des dattes consommées à la rupture du jeûne.

A savoir : les militants BDS sont intervenus les années précédentes auprès de certains commerçants pour leur expliquer le sens de la démarche BDS. De plus en plus de commerçants sont donc au courant de l’argumentaire contre les dattes israéliennes. Quels que soient leurs arguments, n’oubliez pas que, en matière de commerce, le client est roi et plus les consommateurs s’exprimeront ouvertement contre cette caution à l’occupation israélienne, plus les commerçants se poseront des questions sur la légitimité et la pertinence économique de ces produits.

Matériel :

  • Nouveau ! Deux visuels faits par le collectif 69 de soutien au peuple palestinien

Boycoot-Dattes-visuelV1-400  Boycoot-Dattes-visuelV2-400




Dattes Karsten Kalahari: BOYCOTT !

Chers amis,
Plusieurs personnes nous ont demandé si des dattes vendues par la compagnie sud-africaine Karsten Farms (parfois commercialisées sous le nom « Kalahari Medjoul Dates ») doivent être boycottées.
Cette semaine BDS South Africa et Palestine Solidarity Alliance ont communiqué directement avec Karsten Farm.  Nous avons fait une enquête et avons trouvé qu’effectivement, Karsten n’a  pas respecté l’appel de BDS en passant un accord commercial avec une coopérative, Hadiklaim, laquelle fait des opérations dans des colonies israéliennes illégales.  Donc, nous soutenons et encourageons le boycott de Karsten Farms et nous lui demandons d’arrêter immédiatement ses relations commerciales en Israël.

En 2005 les palestiniens ont demandé le boycott, le désinvestissement et des sanctions (BDS) contre Israël jusqu’à ce que cet état respecte le droit international et les droits humains fondamentaux (www.bdsmovement.net/bdsintro).

Karsten Farms et Hadiklaim d’Israël ont un accord commercial par lequel Karsten Farms exporte les dattes Kalahari Medjoul de l’Afrique du Sud à la coopérative israélienne Hadiklaim, ensuite la coopérative emballe et commercialise les dattes Karsten Farms’ Medjoul avant qu’elles entrent en Europe et sur d’autres marchés (par les soins de la coopérative et sous d’autres marques telles que Jordan River, King Solomon, Kalahari, etc.).  Ainsi Karsten Farms a un accord formel avec la coopérative israélienne Hadiklaim et se trouve clairement en violation de l’appel de BDS.  En plus, non seulement une compagnie israélienne, la coopérative israélienne Hadiklaim profite directement et est complice de l’occupation israélienne des terres palestiniennes et l’oppression du peuple palestinien.

·         Hadiklaim (le partenaire israélien de Karsten Farms) admet ouvertement que la source de ses dattes se trouve dans les colonies israélienne illégales d’Almog, Beit Ha’arava (près de la Mer Morte), Mitzpe Shalem, Kalia, Vered Yeriho, Patza’el, Messua, Mehola et Tomer (http://corporateoccupation.wordpress.com/2010/08/12/hadiklaim-in-the-jordan-valley/)
·         Le PDG de Hadiklaim a déclaré dans le journal israélien, YNet News, que la vallée du Jourdain palestinienne occupée est une « région importante » pour Hadiklaim.  L’occupation israélienne de la vallée du Jourdain est illégale selon le droit international.  (www.corporatewatch.org/?lid=3694)
·         L’étiquette des dattes Hadiklaim indique « produit d’Israël » sans indiquer que certaines de ces dattes sont cultivées dans les territoires palestiniens occupés.  Ceci va à l’encontre des exigences internationales d’étiquetage.   (www.whoprofits.org/sites/default/files/agricultural_export___flash_report_0.pdf)
·         En Europe, les dattes Kalahari Medjoul de la compagnie sud-africaine Karsten Farms  ont été emballées et vendues sous des marques israéliennes et dans des emballages israéliens.  Ceci mène à la confusion du consommateur, et à des allégations de non respect du boycott par Karsten Farms et Hadiklaim.  Des militants BDS affirment que des « joint ventures » (affiliations) comme celle-ci (entre Karsten Farms compagnie sud-africaine et Hadiklaim israélienne) confondent délibérément le mouvement boycott international contre Israël.  (www.corporatewatch.org/?lid=3694)

·         La coopérative israélienne est aussi complice dans la subjection des travailleurs palestiniens à des conditions de travail hasardeuses.  Par exemple, les ouvriers sont hissés dans des arbres avec un outil pour cueillir les dattes et sont souvent laissés sur une plateforme haute toute la journée sans pause repas ou WC.  La majorité des ouvriers sont des migrants palestiniens ou thaïlandais  — qui sont uniformément payés moins du salaire minimum.  Dans un documentaire récent, un ouvrier palestinien a remarqué que les travailleurs sont traités comme des « singes » forcés à sauter d’arbre en arbre.  (www.leedspsc.org.uk/?p=1671)

Manœuvres dilatoires par Karsten Farms
En 2009, le porte-parole de Karsten Farms, Pieter Karsten, a dit qu’il était préoccupé par la situation difficile des palestiniens et qu’il réétudierait son affiliation avec Kadiklaim  (www.alaaltalk.wordpress.com/2009/09/01/karsten-farms-cleared-in-date-saga/).  Cependant, quand un groupe de défense des consommateurs, Corporate Watch, a parlé avec Karsten en 2010 la compagnie sud-africaine vendait encore des dattes à la coopérative israélienne Hadiklaim et malgré le fait que Pieter Karsten a répété qu’il allait considérer’ la « révision de l’affiliation [israélienne] », il n’y a pas eu signe d’évolution (www.corporatewatch.org/?lid=3725).
Mercredi de cette semaine (18 juillet 2012), Pieter Karsten a encore confirmé la collaboration continuée avec Hadiklaim.  C’est évident que Karsten Farms ne tient pas compte des appels à mettre fin à  leur affiliation avec Israël.   Si Karsten Farms fait du commerce avec Israël, nous pouvons choisir de ne pas soutenir une telle complicité en boycottant la compagnie.
Une victoire significative de BDS par l’église presbytérienne – en relation avec Karsten Farms
La 220e assemblée générale de l’église presbytérienne aux Etats-Unis, qui compte plus de 2 millions de fidèles, a voté plus tôt ce mois (le 8 juillet 2012) à boycotter la coopérative Hadiklaim – la même compagnie que Karsten Farms a choisi comme partenaire commercial. Le vote à boycotter la compagnie a été emporté par une majorité écrasante, 457 à 180. (www.globes.co.il/serveen/globes/docview.asp?did=1000763491&fid=1725)
À la lumière de ce qui précède, il est honteux qu’une compagnie sud-africaine continue à faire du commerce avec une coopérative qui est directement complice de l’occupation israélienne de la Palestine en violation de l’appel de BDS palestinien.
Agissez dès maintenant
1.       Refusez d’acheter des produits de Karsten Farms .
2.       Informez les commerçants de votre décision et demandez-leur de communiquer ceci à Karsten Farms.
3.       Ecrivez directement à Karsten Farms leur informant de votre décision et insistant que leur affiliation avec Israël soit terminée immédiatement : pieterk@karsten.co.za or www.karsten.co.za/framework/contact-general.php
4.       Visitez-nous en ligne pour des outils de campagne et d’autres moyens de vous impliquer :  www.bdssouthafrica.com/2009/07/dates-karstens-farms-and-hadiklaim.html
Nous vous exhortons tous, y compris Karsten Farms, de tenir compte des paroles de l’archevêque Desmond Tutu : « La question d’un engagement de principe à la justice est au cœur des réponses à la souffrance du peuple palestinien et c’est l’absence d’un tel engagement qui permet à un grand nombre d’y fermer les yeux. »
Boycott, désinvestissement et sanctions en Afrique du Sud (BDS South Africa)
Office 915 | 9th Floor | Khotso House | 62 Marshall Street | Johannesburg
PO Box 2318 | Houghton | 2041 | Johannesburg   | South Africa
T: +27 (0) 11 241 7813 | F: +27 (0) 86 650 4836
W: www.bdssouthafrica.com | E: administrator@bdssouthafrica.com
www.facebook.com/bdssouthafrica | www.twitter.com/bdssouthafrica
BDS South Africa est une organization à but non lucratif. NPO NUMBER: 084 306 NPO
BDS South Africa is a registered Public Benefit Organisation with Section 18A status. PBO NUMBER: 930 037 446