Stéphane Hessel, homme droit et de Droit

Chapeau bas, l’Indigné !

En 2010, suite à l’attaque israélienne de la première Flottille de la Liberté pour Gaza, Stéphane Hessel affirmait son soutien à la campagne BDS.

En février 2011, suite à la censure gouvernementale d’une conférence sur l’apartheid israélien à l’Ecole Normale Supérieure, Stéphane Hessel rassemblait des centaines de personnes devant le Panthéon pour défendre la liberté d’expression et dénoncer les poursuites judiciaires contre les militants pour la justice au Proche-Orient (cf. photo).

C’est dans ce même Panthéon que, deux ans plus tard, une pétition est lancée pour que son rôle de résistant, de diplomate international et de militant des droits humains soit reconnu en lui donnant sa place dans ce lieu symbole de reconnaissance aux grands hommes. Juste un symbole. Déjà un symbole. Signez la pétition.


La Palestine pleure Stéphane Hessel

Palestine occupée, le 27 Février 2013

Le Comité National palestinien pour le BDS (BNC) pleure la perte tragique de notre camarade, partenaire et ami Stéphane Hessel.
Partisan réfléchi et raisonné du mouvement mondial initié par la société civile palestinienne pour le Boycott, le Désinvestissement et les Sanctions (BDS), Stéphane Hessel dégageait espoir et inspiration.
En tant que co-auteur de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, il a pu apprécier en profondeur la nécessité de plaider pour l’égalité des droits pour tous les êtres humains, indépendamment de leurs identités. Cela ainsi que le fait qu’il était un survivant de l’Holocauste, ont été des facteurs décisifs de son soutien au BDS, malgré le prix élevé qu’il a dû payer. Il a écrit :
« (…) les multiples campagnes [BDS] dans le monde entier (…) présentent la façon la plus prometteuse de surmonter l’échec des gouvernements du monde à résister à l’intransigeance et au comportement débridé d’Israël »
Israël et ses puissants groupes de lobby l’ont calomnié, ont fait pression sur les universités pour le censurer et ont fait tout leur possible pour faire taire sa singulière voix morale. Ses pensées et principes, après tout, contestaient l’occupation brutale, le colonialisme et l’apartheid. Stéphane manquera sincèrement aux Palestiniens.

Comité National du BDS (BNC)

 Télécharger le communiqué en anglais




Depeche mode, ne jouez pas pour l’Etat israélien d’apartheid

Le 7 mai, Depeche Mode est censé jouer un concert dans le parc Yarkon en Israël. Ce Parc Yarkon est construit sur les ruines du village de Jarisha, détruit le 15 mai 1948 par des milices sionistes. C’est presque comme si le groupe était là pour commémorer sa ruine.

Mais jouer en Israël n’est pas juste  par rapport à l’épuration ethnique du peuple palestinien. Il s’agit du présent. Israël est responsable des violations quotidiennes des droits de l’homme, par l’occupation militaire et les pratiques institutionnelles discriminatoires qui relèvent de l’apartheid. Des démolitions, confiscations de terrains, arrestations arbitraires, la torture et la violence sont utilisés par l’état israélien.

La société civile palestinienne se bat contre tout cela. Il vous est simplement demandé  de signer cette pétition en ligne