Home»Actus»140 cinéastes homosexuels s’engagent à ne pas participer au Festival du film LGBT parrainé par le gouvernement israélien

140 cinéastes homosexuels s’engagent à ne pas participer au Festival du film LGBT parrainé par le gouvernement israélien

0
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

2 mars 2020

Queer Cinema For Palestine

 

Plus de 140 cinéastes et artistes de cinéma LGBTQIA+ ont signé un engagement tout à fait novateur qui consiste à ne pas participer au TLVFest, festival du film LGBT de Tel Aviv parrainé par le gouvernement israélien.

Les signataires affirment que la libération LGBTQIA+ « est intimement liée à la libération des peuples et communautés opprimées » et s’engagent « à ne pas soumettre de films ou participer de quelque autre façon au TLVFest » ou à d’autres événements parrainés par le gouvernement israélien « jusqu’à ce qu’Israël se soumette au droit international et respecte les droits fondamentaux des Palestiniens ».

Les Homosexuels palestiniens ont appelé à un boycott de TLVFest à cause de son rôle dans le programme de pinkwashing, qui se sert des droits des LGBTQIA+ pour projeter une image progressiste dans le but de dissimuler les graves violations par Israël des droits fondamentaux de millions de Palestiniens, violations sanctionnées par l’ONU.

On trouve dans les signataires la gagnante du Prix Turner Charlotte Prodger, le candidat à la Palme d’Or Alain Giraudie, le vainqueur du prix du documentaire Harjant Gill, le directeur de Touch of Pink une touche de rose) Ian Iqbal Rashid, le producteur et président du Comité Littéraire Lambda Arny Scholder, le gagnant du Prix Nelson Mandela de Tribeca Thomas Allen Harris, l’universitaire renommée, historienne de EIDF et scénariste Sarah Schulman, le vainqueur du Grand Prix EIDF Minji Ma, le réalisateur primé Emmanuel Moon-chil Park, le directeur du Festival du Film des Droits de l’Homme de Séoul Hyun Lego Park, le directeur primé John Greyson, Elle Flanders et Tamira Sawatsky du Studio Public collectif primé, le lauréat du Prix du Gouverneur Général Adrian Stimson, l’artiste vidéo primé Richard Fung, le directeur d’America in Transition André Perez, Catherine Gund d’Aubin Pictures, la directrice et scénariste Raquel Freire et Adelina Anthony et Marisa Becerra d’AdeRisa.

Les professeurs de cinéma Alexandra Juhasz, Thomas Waugh, Alisa Lebow, Marc Siegel, Shohini Ghosj, So Mayer, Ingrid Ryberg, Chris Berry et Michele Aaron ont également signé l’engagement.

Au cours des quelques dernières années, plus de vingt réalisateurs participants ont soutenu les appels des homosexuels et de la société civile palestinienne à se retirer du TLVFest.

Cet engagement révèle une nouvelle attitude dynamique des artistes de cinéma en solidarité avec les homosexuels palestiniens et la lutte des Palestiniens pour la liberté, la justice et l’égalité.

 

Le réalisateur primé John Greyson a expliqué :

J’ai signé l’engagement parce que les Palestiniens homosexuels et autres demandent aux réalisateurs internationaux de prendre position, tout comme on l’a fait dans la lute contre l’apartheid en Afrique du Sud. Malgré onze ans d’appels à refuser le financement du gouvernement, TLVFest s’est battu pour le conserver, aux dépens des homosexuels palestiniens. A l’avenir, j’espère vraiment pouvoir projeter mes films au TLVFest, quand il cessera de se peindre en rose et qu’il défendra les droits des Palestiniens selon le droit international en tant que démarche nécessaire pour parvenir à une paix juste pour les Israéliens et les Palestiniens. D’ici là, j’espère que d’autres signeront aussi cet engagement.

TLVFest a engagé Communauté Créative pour la Paix (CCFP) à contrer l’appel des homosexuels palestiniens. CCFP est une association pilote pour Stand With Us (Debout avec nous), lobby de droite, pro-colonisation, lié au gouvernement israélien. Stand With Us s’est alliée au pasteur homophobe John Hagee et à son organisation des Chrétiens Unis pour Israël.

 

Le directeur français et nommé pour la Palme d’Or Alain Guiraudie a dit :

Je soutiens le boycott de TLVFest. Le gouvernement emprisonne la population palestinienne depuis des décennies, l’a colonisée, a volé ses terres et ses ressources, lui a dénié ses droits à exister en tant que nation. L’état dans lequel se trouvent les Palestiniens est le grand scandale de ce début de siècle. Toutes ses initiatives culturelles permettent à Israël de développer sa respectabilité, l’image d’un état ouvert et tolérant. Le boycott est maintenant le seul outil qui reste pour la lutte internationale contre la politique israélienne, le seul outil que j’ai pour ne pas être complice de l’oppression contre un peuple tout entier.

 

Le réalisateur sud coréen et lauréat du Grand Prix EIDF Minji Ma a dit :

En Corée, j’entends constamment parler de ces questions de pinkwashing et j’ai donc fait de mon mieux pour m’engager dans le mouvement BDS. Israël se cache la tête dans le sable, je ne pouvais donc attendre et voir. J’ai signé l’engagement afin de délivrer un message comme quoi je suis fermement opposé au pinkwashing. Je transmets de tout mon coeur mon engagement solidaire aux Palestiniens.

 

Les communautés homosexuelles et trans refusent de plus en plus d’être étiquetées et utilisées par Israël comme paravent de son oppression des Palestiniens, homosexuels ou non également. L’année dernière, plus de 100 associations LGBTQIA+ ont appelé à boycotter le Concours Eurovision de la Chanson en Israël et la Gay pride de Tel Aviv parrainée par le gouvernement israélien.

 

Voir le site internet Queer Cinema For Palestine pour avoir plus d’information et ajouter votre signature.

 

Traduction : J. Ch. pour BDS France

Source : BDS

Previous post

En cette Journée Internationale des Femmes, nous célébrons le leadership des femmes qui luttent contre l’oppression et la militarisation

Next post

Semaine contre l’apartheid israélien dans le Puy-de-Dôme