Home»BDS, QU'EST-CE QUE C'EST ?»BOYCOTT CULTUREL»Appel au boycott du théâtre national israélien Habima!

Appel au boycott du théâtre national israélien Habima!

1
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

Lettre ouverte à l’attention de Ludovic Lagarde, directeur:

Comédie de Reims
3 chaussée Bocquaine
CS 90026
51724 Reims cedex

info@lacomediedereims.fr
l.lagarde@lacomediedereims.fr
m.pouvelle@lacomediedereims.fr
jm.hossenlopp@lacomediedereims.fr

Paris, le 8 février 2015

Cher Mr. Lagarde,

En novembre dernier vous avez reçu une lettre ouverte signée par près de 100 professionnels européens du monde du théâtre, au sujet de la «conférence spéciale sur la terreur» organisée par le théâtre Habima à Tel Aviv. C’est à l’occasion de cette «conférence spéciale» qu’a été lancée la Première de la pièce de théâtre «God Waits at the Station» et, malgré notre lettre ouverte, cette pièce est jouée ce soir à Reims.

«God Waits at the Station» fait partie de «TERRORisms», un projet de deux ans porté par l’Union des Théâtres de l’Europe. Même si, par honte, le théâtre a fini par retirer la liste des invités de la «conférence spéciale» de son site web, vous devez savoir qu’elle comprenait plusieurs généraux de l’armée israélienne, une ancienne directrice des prisons israéliennes et plusieurs anciens directeur des services secrets israéliens… Nous sommes en droit de nous demander de quel droit des fonds européens, et qui plus est des fonds européens destinés à la culture, sont-ils utilisés pour financer une conférence à la gloire de la brutalité militaire israélienne?

Le sujet de «God Waits at the Station» est celui d’un attentat suicide à la bombe, exécuté par une femme, en Israël, un événement qui s’est déjà produit dans la réalité. Mais dans tout le reste du programme de «TERRORisms», il n’est jamais fait mention de la terreur vécue par les Palestiniens aux mains de l’armée, de l’aviation et des colons israéliens. Quant à nous, nous ne pouvons pas oublier la terreur infligée à la population civile de Gaza en juillet et en août derniers.

«God Waits at the Station» est produite par le théâtre national israélien Habima dont le directeur, l’israélien Ilan Ronen, dirige également l’Union des Théâtres de l’Europe. Il s’est rendu célèbre en 2012 en défendant l’idée qu’Habima ne pouvait pas refuser de jouer dans les colonies israéliennes illégales de Cisjordanie, dont celle d’Ariel. Habima est donc complice des violations du droit international commises par Israël !

C’est cette complicité d’Habima avec les crimes de l’État israélien qui a mobilisé plus de 1200 personnalités, artistes et citoyens norvégiens contre la collaboration du théâtre national de Norvège à Oslo en 2014, et encore le 15 janvier dernier. Ce sont ces liens étroits entre le théâtre Habima et ce qui se fait de pire dans l’appareil d’État israélien qui ont conduit les théâtres palestiniens et anglais, Shiber Hur et Young Vic, à cesser leur collaboration avec le projet «TERRORisms». Mr. Lagarde, pourquoi n’en faites-vous pas de même ? Pourquoi la Comédie de Reims, elle aussi, ne se retire-t-elle pas de cette collaboration indigne.

Nous faisons la différence entre un État et ses citoyens, et nous entretenons des liens étroits avec des artistes, des intellectuels et des activistes israéliens qui œuvrent pour les droits des Palestiniens. Certains d’entre eux s’associent d’ailleurs aujourd’hui à notre protestation contre la participation de théâtres européens, et en particulier la Comédie de Reims, à un exercice de légitimation de l’occupation et de blanchiment de la « Marque Israël » entrepris par le théâtre national israélien, Habima.

Nous appelons donc les spectateurs et la Comédie de Reims au boycott du théâtre national israélien Habima tant qu’Israël ne respectera pas le droit international et toutes les résolutions de l’ONU, les droits humains universels ainsi que les droits fondamentaux du peuple palestinien.

La Campagne BDS France
21 ter rue Voltaire
75011 Paris
campagnebdsfrance@yahoo.fr
www.bdsfrance.org

Cette lettre en format pdf

Previous post

Des cinéastes à Locarno Film Festival : ne donnez pas carte blanche à l’apartheid israélien

Next post

Attaque contre les militant-e-s BDS à Toulouse : réponse unitaire réussie