Home»BDS, QU'EST-CE QUE C'EST ?»BOYCOTT CULTUREL»Appel au boycott du théâtre national israélien Habima!

Appel au boycott du théâtre national israélien Habima!

0
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

Le but de cette lettre ouverte est de protester contre la participation de théâtres européens à un exercice de blanchiment de la « Marque Israël » entrepris par le théâtre national israélien, Habima. La «conférence spéciale sur la terreur» qu’il organise à Tel Aviv fait partie de «TERRORisms», un projet de deux ans porté par l’Union des Théâtres de l’Europe, sous la direction de son actuel président, directeur artistique de Habima, Ilan Ronen.

MISE A JOUR: parmi les participants à cette «conférence spéciale» de l’Union des Théâtres de l’Europe, on apprend la présence de l’Institut international israélien de contre-terrorisme, de l’université (privée et d’extrême droite) d’Herzliya, de Shabtai Shavit, ancien directeur du Mossad, de Tzachi Strumza, ancien directeur du Shin Bet, du général Nitzan Nuriel, ancien directeur du bureau des affaires terroristes du Premier Ministre israélien, du général Aharon Ze’evi-Farkash, ancien directeur des services secrets de l’armée israélienne, du général Orit Adato, ancienne directrice du Service des prisons israéliennes, de Asa Kasher, auteur du code de conduite de l’armée israélienne, qui montrent les liens étroits entre le théâtre Habima et ce qui se fait de pire dans l’appareil d’Etat israélien…

DEUXIEME MISE A JOUR: suite à nos révélations sur la liste à faire froid dans le dos des invités de la «conférence spéciale de l’Union des Théâtres de l’Europe», l’UTE a effacé cette conférence du programme sur son site web (cliquer le lien ci-dessous), démontrant que s’ils n’éprouvent aucune compassion pour les Palestiniens, ils éprouvent encore un peu de honte vis à vis de leurs spectateurs. Ilan Ronen, président de UTE, a prétendu, un peu trop tard, que « la conférence sur le terrorisme est une conférence locale qui n’est pas reliée à la réunion internationale de l’UTE », démontrant qu’il prend ses spectateurs pour des imbéciles, incapables de lire un programme où cette conférence était le point d’orgue du deuxième jour de la réunion internationale, et comportant les logos du théâtre Habima et de l’UTE (cliquer le lien ci-dessous). C’est l’occasion pour nous de redemander de quel droit des fonds européens, et qui plus est des fonds européens destinés à la culture, sont-ils utilisés pour financer une conférence à la gloire de la brutalité militaire israélienne?
http://artistsright2sayno.wordpress.com/2014/11/16/union-of-theatres-of-europe-deletes-reference-to-habima-organised-terror-special-conference-on-their-website/
UTE logo

LETTRE OUVERTE AUX MEMBRES DE L’UNION DES THÉÂTRES DE L’EUROPE APPELÉS À SE RÉUNIR À TEL AVIV DU 13 AU 16 NOVEMBRE 2014
Le 10 novembre 2014

Texte original en anglais avec plus de liens

Chers membres (*) de l’Union des Théâtres de l’Europe,

Nous vous écrivons en tant que citoyens de plusieurs pays d’Europe, en tant que spectateurs enthousiastes d’un théâtre indépendant et porteur de défis, et en tant que personnes qui ne peuvent oublier la terreur infligée à la population civile de Gaza en juillet et août derniers.

Nous apprenons avec quelque étonnement que l’Union des Théâtres de l’Europe est sur le point de tenir son assemblée générale en Israël, un pays qui ne fait pas partie de l’Europe. Nous sommes également surpris d’apprendre que le président actuel de l’Union des Théâtres de l’Europe, Ilan Ronen, est un israélien.

Ronen est le directeur artistique de Habima, le théâtre national d’Israël. Son nom est devenu familier au public européen en 2012 lorsqu’il a défendu l’idée que Habima ne pouvait pas refuser de jouer dans les colonies israéliennes illégales de Cisjordanie, dont celle d’Ariel. « Comme d’autres compagnies de théâtre et de danse en Israël, nous avons des financements d’État et nous sommes soutenus financièrement pour jouer dans tout le pays » a-t-il déclaré à l’Observer, un journal du Royaume Uni. « C’est la loi. Nous n’avons pas le choix. Il faut y aller, sous peine de ne pas avoir de financement ». C’est toujours la position de Ronen.

Au printemps 2014, une lettre ouverte a été envoyée au Théâtre National de Norvège (NTN), lui demandant de se retirer du partenariat avec Habima. Le Théâtre National de Norvège a répondu en demandant à Habima de cesser de se produire dans les colonies illégales, comme condition préalable à la poursuite de leur collaboration. Malgré cela, le directeur de Habima a explicitement refusé de respecter cette condition préalable. En Août est survenu l’assaut israélien sur Gaza qui a fait 2.000 morts palestiniens – dont 500 enfants – et plus de 10.000 blessés. Une autre pétition contre la collaboration de NTN leur a été envoyée, signée par des acteurs de plusieurs compagnies de théâtre norvégiennes. En réponse à la controverse, le théâtre palestinien basé à Haïfa, ShiberHur, a décidé de se retirer du projet. Néanmoins, et malgré le refus de Habima, le Théâtre National a abandonné sa condition préalable de principe, et a décidé de poursuivre son partenariat avec Habima.

Dans d’autres pays ces dernières années, des gens réputés avoir violé le droit international ont été déférés devant la Cour Pénale Internationale – mais vous, théâtres d’Europe, vous semblez être disposés à soutenir la participation d’Habima à la colonisation israélienne de la terre palestinienne et à des pratiques d’apartheid de la part des colons (combien de villageois palestiniens dont la terre a été volée par la colonie d’Ariel, par exemple, sont autorisés à assister aux représentations théâtrales d’Habima à Ariel, à votre avis ?)

Dire que nous sommes surpris est un euphémisme. Dire que nous espérons que vous ne tiendrez pas votre assemblée générale à Tel Aviv – et que vous ne participerez pas à un colloque de quatre jours sur le TERRORisme (sic) conçu et organisé par Habima – est le moins qu’on puisse dire.

Nous avons jeté un coup d’œil au synopsis de Dieu attend à la gare, la pièce israélienne dont la première aura lieu le premier soir de votre rencontre. Le sujet est celui d’un attentat suicide à la bombe exécuté par une femme en Israël. En effet, ce genre d’événement s’est déjà produit. Mais nous avons fouillé le reste de ce qui est accessible au public dans votre programme pour voir où la terreur vécue par les Palestiniens à Gaza et en Cisjordanie aux mains de l’armée, de l’aviation et des colons israéliens pouvait être explorée en tant que matériau théâtral, ou travaillée en ateliers pour son potentiel vis-à-vis de publics en Norvège, Allemagne etc. Nous n’avons rien pu trouver de ce genre.

Vous mobilisez des fonds du Programme culturel de l’Union européenne pour conduire un programme qui aurait pu être écrit par le ministère israélien des affaires étrangères : une séance d’une journée « Spécial Terrorisme » sur le défi des attentats suicide à la bombe pour les démocraties ; une table ronde sur le boycott culturel qui semble avoir déjà son point de vue : « est-ce que les artistes et les institutions culturelles ne devraient pas faire tous leurs efforts pour être un « pont » dans les zones de conflit » dites vous (alors que vous êtes dans un pays dont le gouvernement utilise la culture, non pas comme un pont, mais comme une tentative de légitimation de son projet colonial).

Nous sommes effarés. Nous pensons que vous ne devriez pas y aller. Nous ne comprenons pas comment vous vous êtes impliqués dans cette relation avec Habima. L’Europe a fait l’expérience de l’occupation militaire il n’y a pas si longtemps. Avez-vous oublié la terreur qu’elle inflige aux populations civiles ?

Signatures de cette lettre ouverte:

April De Angelis, Playwright, UK
Sion Assidon, Human Rights activist, Morocco
Jean-Luc Bansard, Director, actor and head of the Théâtre du Tiroir, France
Ronnie Barkan, Co-founder of Boycott from Within, Israel/Palestine48
Laurent Baudoin, Historian, France
Sebastien Benedetto, Theatre director, France
Paul Birchard, Actor, director, teacher, Scotland
Bernt Bjørn, Actor, Norway
Professor Haim Bresheeth, UK
Michel Bühler, Singer, writer, Switzerland
David Calder, Actor, UK
Juan Carlos Hernandez, Photographer, Switzerland
Taghrid Choucair-Vizoso, Actor, UK
Caryl Churchill, Playwright, UK
Mike Cushman Convenor, Jews for Boycotting Goods, UK
Joseph Daher, PhD student/University assistant teacher, Switzerland
Jonathan Daitch, Photographer, France
Annalisa Dal Pra, teacher, Norwegian Theater Academy, Norway
Jihad Darwiche, Storyteller, France
Raymond Deane, Composer and author, Ireland
Tam Dean Burn, Actor & theatremaker, Scotland
Elyse Dodgson, International Director, Royal Court Theatre, UK
Joss Dray, Photographer, auteure, France
Camilla Eeg-Tverbakk, Dramaturg and associate Professor, Norway
Helga Edvindsen, Freelance tour/stage manager and actor, Norway
Liz Elkind, Scottish Jews for a Just Peace, Scotland
Marius von der Fehr, Artist, writer, Norway
Denise Fischer, Switzerland
Françoise Fort, Festival du film, Palestine: Filmer c’est exister, Switzerland
Pauline Goldsmith, Actor, writer and director, UK
Julianna Herzberg, Actress, Germany
Catherine Hess, Palestine: Filmer c’est exister, Switzerland
Thomas Hildebrand, Actor and musician, Norway
Selma James, International Jewish Anti-Zionist Network, UK
Kai Johnsen, Theatre director, Norway
Michael Kalmanovitz, No Israeli Funding of the Arts
Eleanor Kilroy, Artists right to say ‘no’, UK
Marius Kolbenstvedt, Actor and musician, Norway
Birgitte Larsen, Actress, National Theatre, Norway
Alphonse Layaz, Artist, Switzerland
Béatrice Leresche, Storyteller, switzerland
Les Levidow, Jews for Boycotting Israeli Goods, UK
Amber Lone, Writer, UK
Dr. A.M. Mechan, Scotland
Hafid Melhay, Bookseller, France
Jenny Morgan, Film-maker, UK
Trond P.S. Munch, Actor, Norway
Ofer Neiman, Co-editor of The Occupation magazine, Israel
Diana Neslen, Stop G4S Campaign, UK
Liv Kathrine Nome, Singer and musician, Norway
Nina Ossavy, Actor and director, Norway
Mohamed Paz, Artistic director of Prana Natyam, France
Miranda Pennell, Film-maker, UK
Bernard Pesant, Director, France
Jacques Pous, Writer, Switzerland
Kamal Rawas, Director, actor and head of the Théâtre Rire du Miroir, France
Professor Jonathan Rosenhead, UK
Sabine Rouve, Switzerland
Claire Salmon-Legagneur, Visual artist and costume designer, France
Seni Seneviratne, Writer, UK
Sara Serrano, theatre director, Spain
Kamila Shamsie, Writer, UK
Brita Skybak, Visual artist, Norway
Gillian Slovo, Writer, UK
Callum Smith, International Administrator, Royal Court Theatre, UK
Gerda Stevenson, Actor/writer/director/singer/songwriter, UK
Vanessa Stilwell, UK
Julia Taudevin, Actor, Scotland
Richard Twyman, Theatre Director, UK
Nicolas Wadimoff, Film-maker, Switzerland
Dror Warschawski, Researcher, France
Naomi Wimborne-Idrissi, Jews for Boycotting Israeli Goods, UK
Demian Vitanza, Playwright, author, Norway
Dominique Ziegler, Writer, theatre director, Switzerland

 

(*) Compagnies théâtrales impliquées dans le projet « ‘TERRORisms »:

Staatsschauspiel Stuttgart, Germany
National Theatre of Oslo, Norway
Jugoslovensko Dramsko Pozoriste, Belgrade, Serbia
Habima – National Theatre of Tel Aviv, Israel
Young Vic Theatre London, England [ne sera pas présente à la réunion de Tel Aviv]
Shiber Hur Company, Palestine [s’est retirée du projet]
Comédie de Reims, France

Previous post

Les militants de la région de la Baie de San Francisco proclament la victoire : les transporteurs israéliens ont annulé tous leurs navires

Next post

Hewlett-Packard présente son rôle aux check-points israéliens comme réduisant les « frictions » avec les Palestiniens