Home»BDS, QU'EST-CE QUE C'EST ?»BOYCOTT CULTUREL»Des militants anti-apartheid demandent à Juliette Gréco de ne pas chanter en Israël

Des militants anti-apartheid demandent à Juliette Gréco de ne pas chanter en Israël

0
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print


Le 4 mai prochain, Juliette Gréco, 88 ans, fille de résistante, femme de gauche, ira chanter  à Tel Aviv en Israël. Une décision surprenante que ne comprennent pas les militants BDS (Boycott Désinvestissement Sanctions). Dans un communiqué, BDS France qui relaie dans l’Hexagone la campagne internationale lancée en Palestine en 2005 et qui appelle à exercer diverses pressions économiques, académiques et culturelles sur Israël, demande à Juliette Gréco de revenir sur sa décision.

« Vous faites partie des artistes qui ont traversé le temps et dont les chansons et l’histoire sont connues de tous. A travers vos chansons, vous véhiculez des valeurs telles que la justice, l’amour de la liberté.  A de nombreuses reprises vous avez fait acte de résistance, comme au Chili sous le gouvernement de Pinochet où courageusement vous vous êtes lancée dans un répertoire de chansons antimilitaristes.
Au nom de ces valeurs, nous vous interpellons sur le concert où vous êtes annoncée à Tel-Aviv le 4 mai prochain ». 

En 2012, face aux pressions des militants de BDS, Lara Fabian, la chanteuse belgo-italienne, bien connue du public français, avait dû annuler son concert en Israël. De même qu’Oumou Sangaré, l’artiste malienne, contrainte de faire marche arrière en 2011, ou encore le chanteur norvégien Moddi en 2014. 
La campagne BDS France rappelle encore dans sa lettre ouverte à Juliette Gréco que « L’Etat d’Israël admet ouvertement qu’il utilise les artistes internationaux comme vous pour tenter de redorer son image ». BDS espère ainsi que pour sa dernière tournée, la chanteuse française fera un autre choix, « que celui de blanchir et de normaliser par votre concert là-bas l’occupation, la colonisation et l’apartheid israélien ». 
Lui demandant enfin de prendre exemple sur d’autres artistes qui, eux, ont « refusé de participer au blanchiment des crimes de l’Etat d’Israel ». Et de citer pêle-même: Roger Waters, Elvis Costello, Carlos Santana, Annie Lennox, Vanessa Paradis,  ou encore Massive Attack, Peter Brook, Susan Sarandon, Ken Loach et Mike Leigh….

Nadir Dendoune

Previous post

Veolia vend ses parts dans des entreprises israéliennes visées par la campagne de boycott

Next post

Des cinéastes au Festival du film de Locarno : « Ne donnez pas carte blanche à l’apartheid israélien »