Après Paris, Marseille, Rennes et Strasbourg, Grenoble est allé dire et chanter à madame Ringer : CATHERINE N’Y VA PAS !!! LA LA LA !!!

Ce 13 novembre nous étions 13, des BDS-France épaulés par quelques adhérents de l’AFPS et un beau renfort des courageux camarades de Saint-Étienne qui ont assuré l’ambiance musicale avec A. à la guitare.

Nous sommes allés sur l’esplanade de la Belle Électrique à la rencontre des spectatrices et spectateurs du concert  de Mme Ringer pour leur demander de nous aider à la convaincre de ne pas aller chanter pour l’apartheid israélien et la colonisation !
Travail militant de base en toute quiétude ; 300 tracts distribués, acceptés , discutés …

En juin 2006, Roger Water des Pink Floyd avait annulé son concert prévu à Tel Aviv.

Et en février 2014, c’était Titi Robin qui refusait une invitation de jouer à Jérusalem
« en raison de la politique dramatique de l’état d’Israël à l’égard des Palestiniens et de la municipalité de Jérusalem à l’égard de ses habitants non juifs… » .
Il disait : Par le passé, j’ai joué à de nombreuses reprises en Palestine occupée et en Israël mais ces voyages ont fini par me faire prendre cette décision qui me semble, après mûre réflexion, la plus honnête vue l’évolution de la situation.

En septembre 2018 : Dominique Grange écrivait : «   puisque nous, chanteurs/chanteuses, avons le pouvoir de briser le silence, refusons de nous rendre complices de ces crimes et soutenons la résistance héroïque des Palestiniens contre la colonisation et l’occupation militaire »

En décembre 2019, Catherine Ringer ira t elle chanter en Israël ?

Les artistes ont joué un rôle clé pour isoler le régime d’apartheid en Afrique du Sud dans les années 1980, alors même que les gouvernements occidentaux poursuivaient leurs relations diplomatiques et économiques, dans une complicité criminelle. Aujourd’hui encore, les artistes peuvent et doivent montrer la voie, suivis par les citoyens que nous sommes tous, pour qu’enfin cesse l’oppression du peuple palestinien.
BDS à Grenoble



Les joueurs de l’Argentine et de l’Uruguay doivent avoir de vos nouvelles: Annulez le match “amical” dans l’Apartheid d’Israël

11 novembre 2019
Uruguay, Argentine

Les joueurs de football des équipes nationales argentine et uruguayenne ont le pouvoir et l’influence nécessaires pour annuler le match “amical” dans l’apartheid israélien.
Les équipes nationales de football argentine et uruguayenne prévoient d’organiser un match “amical” dans le régime israélien d’apartheid le 18 novembre, ignorant les appels des Palestiniens et alors qu’Israël mène des attaques contre Gaza assiégée.

Pour Israël, il s’agit d’utiliser le beau sport pour laver ses crimes d’occupation et d’apartheid contre les Palestiniens, y compris les athlètes.

Pour les associations de football, il s’agit clairement d’argent. L’Argentine a même annulé un match amical déjà programmé avec le Paraguay dans la ville palestinienne de Jaffa qui avait subi un nettoyage ethnique.

Nous devons atteindre les joueurs. Ils ont le pouvoir et l’influence pour arrêter ce match.

Dites aux joueurs argentins et uruguayens:
L’apartheid n’est jamais «amical». Annulez le match maintenant!

Les joueurs doivent savoir qu’ils doivent se tenir aux côtés des footballeurs palestiniens amputés à Gaza qui ont perdu un membre à cause des tirs de snippers de l’armée israélienne, plutôt que de divertir l’apartheid israélien.

Les joueurs doivent savoir qu’ils devraient être aux côtés des familles d’enfants palestiniens tués par Israël alors qu’ils jouaient au football, plutôt que de laver par le sport l’occupation militaire israélienne et la purification ethnique.

Les joueurs doivent savoir qu’ils devraient se tenir aux côtés d’athlètes palestiniens privés par Israël de la liberté de mouvement et de la possibilité de jouer, plutôt que de dissimuler l’occupation d’Israël, les colonies illégales et le mur de l’apartheid.

Dites à Lionel Messi et Luis Suárez:
Ne permettez pas à vos équipes d’être complices du sport qui lave les attaques israéliennes contre le sport palestinien

La semaine dernière, des défenseurs des droits de l’homme à Barcelone se sont rendus sur le terrain où les joueurs Lionel Messi et Luis Suárez s’entraînaient pour leur lancer un appel personnel.
Des groupes de la société civile d’Argentine et d’Uruguay se mobilisent cette semaine pour convaincre les équipes de se tenir aux côtés des footballeurs palestiniens dans leur lutte pour le droit de vivre et de jouer.

Parlez aux joueurs eux-mêmes. Dites-leur que les fans de football de la Palestine et du monde entier veulent que les sports soient utilisés pour renforcer et promouvoir la tolérance, et non pour dissimuler de graves violations des droits de l’homme.
Prenez quelques minutes pour tweeter sur les joueurs argentins et uruguayens:

à Lionel Messi et Luis Suárez

à Agustin Marchesin et Juan Musso

à Emiliano Martínez et Juan Foyth

à Renzo Saravia et Marcos Acuña

à Giovani Lo Celso et à l’allemand Pezzela

à Nicolas Otamendi et Lucas Alario

à Roberto Pereyra et Lucas Ocampo

à Sergio Agüero et Milton Casco

à Guido Pizarro et Leandro Paredes

à Paulo Dybala et Nicolas Tagliafico

à Walter Kannemann et Guido Rodriguez

à Rodrigo dePaul et Lautaro Martinez

à Fernando Muslera et Martín Campaña

à Diego Godín et José María Gutiérrez

à Sebastián Coates et Gastón Silva

à Lucas Torreira et Matías Vecino

à Federico Valverde et Brian Lozano

à Brian Rodríguez et Edinson Cavani

à Maximiliano Gómez et Cristhian Stuani

Voir ci-dessous des exemples de messages et d’images que vous pouvez adapter pour les publications sur les réseaux sociaux:

[remplacez par les noms des joueurs], aux côtés des footballeurs amputés palestiniens à Gaza qui ont perdu un membre à cause des tirs de snippers de l’armée israélienne.

Ne divertissez pas l’apartheid en Israël. Passer @Argentina – Match «amical» d’Uruguay.

#RioplatensesNoVayan https://bit.ly/33EmPPh
[remplacez par les noms des joueurs], soutenez les familles d’enfants palestiniens tués par Israël alors qu’ils jouaient au football.

Ne pas laver par le sport l’occupation militaire israélienne. Annulez le match “amical” dans l’apartheid en Israël.

#RioplatensesNoVayan https://bit.ly/33EmPPh
[[remplacer par les noms des joueurs], aux côtés des athlètes palestiniens privés par Israël de la possibilité de participer.

Ne faites pas de sport: nettoyez les colonies illégales et les murs d’apartheid d’Israël. Annuler le match “amical”.

#RioplatensesNoVayan https://bit.ly/33EmPPh pic.twitter.com/LkChP67RpY
[remplacez par les noms des joueurs], aux côtés des footballeurs et des supporters palestiniens dont les stades ont été bombardés par Israël.

N’aidez pas à dissimuler les attaques israéliennes contre les sports palestiniens. Annulez le match “amical”.

#RioplatensesNoVayan https://bit.ly/33EmPPh pic.twitter.com/BebNbvBn4T

[Remplacez par les noms des joueurs], les supporters de football en Palestine et dans le monde entier veulent que le sport soit utilisé pour promouvoir la tolérance, et non pour dissimuler des violations des droits de l’homme.

Ne jouez pas un match «amical» dans l’apartheid en Israël.

#RioplatensesNoVayan https://bit.ly/33EmPPh pic.twitter.com/89gXPtsjuG

 

Traduction: J.S pour BDS France.

Source: BDS Movement




Action BDS C.Ringer à Strasbourg

Mardi 12 novembre, nous (comité BDS 67)avons distribué 400 tracts aux spectateurs venus écouter Catherine Ringer à  Strasbourg. Beaucoup de discussions et d’intérêt de la part des personnes présentes. Nous n’avons même plus senti le froid vif.

La campagne BDS a encore été à l’honneur ce soir. Catherine Ringer, si elle termine comme prévu sa tournée en Israel-apartheid, n’en sortira pas grandie!



50 actions dans 20 pays pour la deuxième Journée Mondiale d’Action #BoycottPuma

8 novembre 2019

par la Campagne Palestinienne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël (PACBI)

 

Des défenseurs des droits fondamentaux des Palestiniens et des fans de sport de 20 pays appellent Puma à mettre fin à son soutien à l’occupation militaire israélienne.

 

La Deuxième Journée Mondiale d’Action #BoycotPuma a vu plus de 50 actions dans 20 pays à travers le monde. Des manifestations ont été organisées devant les magasins et les bureaux de Puma et à l’occasion de matchs avec des équipes sponsorisées par Puma. Des clubs de sport ont été solidaires de l’appel au boycott de Puma par plus de 200 équipes de sport palestiniennes.

 

Puma sponsorise l’Association de Football d’Israël, qui comprend des équipes des colonies illégales israéliennes sur la terre volée aux Palestiniens. Les colonies israéliennes font partie de l’infrastructure israélienne d’occupation et d’apartheid qui limite par ailleurs la possibilité des Palestiniens de pratiquer des sports.

 

La joueuse de l’Equipe Nationale Palestinienne Féminine de Football Aya Khatab a appelé tous ceux qui font grand cas de la liberté et de la justice à se joindre au boycott de Puma. « C’est à nous tous de faire rendre compte à Puma pour avoir négligé de respecter les principes du sport et du fair play. »

 

La deuxième journée d’action s’est tenue le premier juin dernier. Encore une fois, #BoycottPuma a été le hashtag associé à Puma le plus tweeté et le nombre d’impressions a doublé, passant de 8 à 16 millions.

 

Ceux qui avaient déjà acheté des équipements Puma avant d’apprendre le soutien de Puma à la brutale occupation militaire israélienne, ont« ré-étiqueté » leurs chaussures, vêtements et sacs Puma en écrivant « Boycott » par-dessus le logo.

 

Regardez cette vidéo qui fait le tour des événements de cette journée d’action ainsi que les tweets qui suivent.

 https://www.facebook.com/BDSNationalCommittee/videos/424908898222401/

 

 

 

Traduction : J. Ch. pour BDS France

Source : BDS Movement




Un monde sans murs Montargis

Dix personnes étaient présentes pour une action Un monde sans murs à Montargis à l’appel du comité BDS du Montargois.

Le mur palestinien en panneaux de carton a fait partie des visuels .

270 tracts ont été distribués, le verso présentant la journée contre les murs et les réalités du mur en Palestine tandis que le verso était consacré à la campagne BDS.

Comité BDS du Montargois




9 novembre 2019 Journée mondiale pour un monde sans murs à Saint-Nazaire

Les trombes d’eau ont cessé de se déverser sur Saint-Nazaire peu après 15 heures et un ciel plus clément nous a aidé à affirmer que de la Palestine au Mexique, tous les murs doivent tomber.
Qu’il s’agisse du mur anti-migrants à Calais, à Ceuta ou à la frontière du Mexique, du mur de l’apartheid israélien en Palestine, nous étions une vingtaine à revendiquer une humanité sans murs.
La Palestine n’est pas seule dans ce combat, elle est partie intégrante de notre lutte commune pour la justice, la dignité et la liberté.
Comité Solidarité Palestine de la Région nazairienne



150 personnes à Paris au rassemblement POUR UN MONDE SANS MUR

A Paris, 23 organisations :

AFAPREDESA, AFASPA, AFPS, Association des Amis de la RASD, Association des Libertés, Droits de l’homme et non-violence-(Colllectif Faty Koumba), BDS France, CNT, Campagne pour la libération des enfants palestiniens emprisonnés par Israël, Comité de solidarité avec les indiens des Amériques (CSIA Nitassinan), Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT),  CSPCL Chiapas, Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR), Forum Palestine Citoyenneté, LGBT pour la Palestine, MAN, Mouvement de la Paix, MRAP, Plateforme pour la Solidarité avec le peuple du Sahara occidental, Solidaires, Survie Paris, UJFP, Union des Tunisiens pour l’Action Citoyenne (UTAC)

ont répondu à l’appel, lancé par l’ONG palestinienne « Stop the Wall » relayé par plus de 400 organisations, réseaux et mouvements dans le monde entier pour UN MONDE SANS MURS « De la Palestine au Mexique TOUS les murs doivent tomber ».

Nous étions 150 personnes ce samedi, Place St Michel pour dénoncer, rassemblées comme dans d’autres villes en France et dans le monde, TOUS LES MURS, murs réels d’apartheid, anti-migrant-e-s et murs invisibles, en Palestine, au Sahara Occidental, au Mexique, à Calais, partout ailleurs…, solidaires de toutes les populations opprimées.

Pour :

  • sensibiliser le public sur les effets dévastateurs des murs dans nos vies ;
  • créer des liens entre les victimes des murs et les mouvements qui luttent contre ces murs ;
  • faire tomber les murs qui exploitent, discriminent, oppriment et expulsent
  • sanctionner tous ceux qui tirent profit des murs

Un grand merci aux organisations présentes dont les représentant-e-si ont pris la parole pour expliquer les raisons de leur implication dans ce rassemblement.

Les photos des murs disposées sur la place ont suscité des réactions parfois étonnées de la part des passants plus de 1 000 tracts (Appel, tracts AFPS et AFAPREDESA…) ont été distribués et deux chansons contre les murs, diffusées,

Un grand merci aussi à notre camarade photographe qui a pris les photos.

Lien pour les autres photos 




9 Novembre 2019– Journée Mondiale d’Action : Un Monde Sans Mur à LYON

Ce samedi 9 novembre 2019, le collectif 69 Palestine a répondu à l’appel mondial :« Un monde sans mur »,  les militant.e.s ont érigé un « mur » avec des cartons sur la place Carnot de Lyon, illustré de photos du mur d’apartheid et de slogans :  » pas de murs entre les peuples pas de peuples entre les murs » « Abattons le mur de l’apartheid israélien », »stop au mur d’annexion » . Sur Une grande banderole déployée face à la gare  » en lettre rouge « A bas le mur illégal en Palestine ». Au son de musiques palestiniennes, distribution de tracts, discussions avec les nombreux passants ont eu lieu. Puis une prise de parole a eu lieu pour qu’en ce jour de commémoration de l’anniversaire de la fin du mur de Berlin, on n’oublie pas  qu’Israël construit un mur depuis 2002 et le construit encore ! Ce mur a été condamné par l’ONU et la cour de Justice internationale, notre gouvernement doit agir pour sa suppression !

COLLECTIF 69 DE SOUTIEN AU PEUPLE PALESTINIEN

 




Rennes, mobilisation devant le concert de Mme Ringer

A Rennes aussi des membres du collectif @horizon Palestine et @rennes Palestine Rennes sommes allé-e-s ce 7 Novembre à la rencontre des spectatrices et spectateurs du concert au Mem de Mme Ringer en leur demandant de nous aider à la convaincre de ne pas aller chanter pour l apartheid israélien et la colonisation !

Plus de 300 tracts distribués (extraits de la lettre adressée à Mme RINGER) et une affiche qui a pu rentrer dans la salle de concert dont nous attendons des nouvelles…

Non au blanchiment et à la normalisation de l’apartheid !
Boycott de l État colonial israélien! Soutien aux résistances populaires palestiniennes !

 




L’équipe de football du championnat de Gaza exhorte les équipes nationales d’Argentine et d’Uruguay à annuler le match « amical » dans l’Israël de l’apartheid

Club de football Khadamat Rafah – 29 octobre 2019

Dans une lettre ouverte, Khadamat Rafah, meilleure équipe de football de la Ligue de Gaza, exhorte les équipes nationales d’Argentine et d’Uruguay à annuler un match « amical » dans la Tel Aviv de l’apartheid. Israël a refusé l’autorisation à Khadamat Rafah de se rendre à la Coupe 2019 de Palestine, provoquant l’annulation de la finale.

 

« Chères équipes nationales de football d’Argentine et d’Uruguay,

« Nous vous écrivons depuis le Club de football Khadamat Rafah, dans la bande de Gaza en territoire palestinien occupé par Israël. En tant que footballeurs, nous vous exhortons à vous abstenir de jouer un match amical ou même de participer à n’importe quelle activité en Israël aussi longtemps que ce pays continuera de nier nos droits humains fondamentaux.

« Notre équipe a remporté cette année la finale de la première Ligue de la bande de Gaza. Vous êtes deux des meilleures équipes de football et en tant que telles, vous savez ce que signifie gagner un championnat, pour les joueurs comme pour les supporters. Pour nous, remporter cette victoire en dépit des conditions brutalement difficiles qui nous sont imposées par l’occupation israélienne l’a rendue encore plus extraordinaire.

« Nous faisons partie d’une communauté de deux millions de Palestiniens à Gaza, nous vivons sous le blocus impitoyable d’Israël depuis 12 longues années. Les restrictions rigoureuses que nous impose Israël font qu’il est presque impossible, tant pour les marchandises commerciales que pour la population, de sortir de Gaza et d’y entrer. Cela signifie que le matériel médical manque de façon très préoccupante, et que les patients ayant  besoin d’être soignés ne peuvent se déplacer. Cela signifie vivre avec seulement quelques heures d’électricité par jour. Que le chômage atteint les 50 %, et 70 % chez les jeunes. Que la plus grande partie de notre eau est contaminée, et pour 96 %, imbuvable.

« Nous avons survécu à trois violentes agressions militaires israéliennes au cours des dix dernières années, mais nous avons perdu tant de celles et ceux qui étaient chers à nos cœurs. Les bombardements israéliens sur notre territoire assiégé ont tué des milliers d’êtres humains, dont des centaines d’enfants, et ils ont écrasé des quartiers entiers, que l’on ne peut reconstruire à cause du siège qui se poursuit.

« Notre ville de Rafah a été le lieu du « Vendredi noir », l’une des attaques les plus sanglantes lors de l’agression militaire d’Israël de 2014 contre Gaza. En quatre jours seulement, les tirs intensifs de l’artillerie, des chars d’assaut et des avions de guerre israéliens ont fait 255 morts palestiniens, dont 85 enfants. Un missile israélien a frappé une école des Nations-Unies où plus de 3000 Palestiniens qui avaient fui leurs maisons avaient cherché refuge et sécurité. L’armée israélienne s’est absoute elle-même de tout méfait.

« Pendant des années, les Nations-Unies ont prédit que Gaza deviendra « inhabitable » d’ici 2020, à quelques mois seulement aujourd’hui. Mais, nous vous le demandons, quelle sorte de vie avons-nous eue au cours des 12 années passées ?

« Quand des dizaines de milliers de Palestiniens à Gaza, conduits par notre jeunesse, ont décidé de s’élever contre ces conditions insupportables par des manifestations hebdomadaires pacifiques, des tireurs d’élite israéliens ont alors pris leur vie. Les tirs des militaires israéliens ont tué plus de 200 manifestants palestiniens et en ont blessé des dizaines de milliers. Parmi eux, il y avait des athlètes avec des carrières prometteuses, et notamment ce footballeur de 23 ans, Mohammad Khalil Obeid, qui s’est filmé lui-même après avoir été blessé par des balles dans les deux genoux par un tireur israélien embusqué. Nous avons une équipe de football d’amputés, et qui tiennent à jouer malgré ces blessures qui ont changé leur vie.

« Une commission d’enquête des Nations-Unies a conclu que c’est intentionnellement que les soldats israéliens visaient les Palestiniens qui participaient à ces manifestations, des actes qui ne sont rien d’autres que des crimes de guerre voire des crimes contre l’humanité.

« Malgré, ou peut-être à cause de ces conditions inhumaines, nous nous sommes entraînés dur, nous avons joué fort et nous avons bien gagné la finale à Gaza et notre place dans la Coupe de Palestine.

« Le siège impitoyable d’Israël nous a ôté cette possibilité des mains. Israël a refusé à quasiment chaque joueur de notre équipe l’autorisation de se rendre en Cisjordanie palestinienne occupée pour la Coupe de Palestine, une autorisation qu’exige son régime d’occupation et d’apartheid.

« Vous êtes des footballeurs de championnat, et en tant que tels, vous pouvez imaginer à quel point nous avons le cœur brisé. La Coupe a été reportée indéfiniment. Nous n’avons pas voulu abandonner. Notre équipe a encore une fois déposé des demandes d’autorisations. Après des mois d’attente, Israël les a refusées aux joueurs sauf à cinq d’entre eux. La Coupe 2019 de Palestine a été annulée. Et pendant tout ce temps, la FIFA est restée silencieuse.

« Et aujourd’hui, Israël travaille avec zèle pour recevoir un match entre deux équipes bien-aimées afin de laisser sur la touche son épouvantable bilan en matière des droits humains. Israël veut se servir de votre réputation dans le monde pour l’aider, par le sport, à blanchir ses crimes et à renforcer son image défaillante.

« Nous vous demandons de ne pas permettre cela. Nous vous demandons de ne pas permettre que notre beau sport puisse servir de couverture à des violations choquantes des droits humains. Nous vous demandons de nous soutenir, nous les footballeurs palestiniens, dans notre combat pour notre droit de vivre et de jouer. Un match en Israël nous ferait beaucoup de mal, à nous et à notre lutte pour la liberté, la justice et l’égalité.

« L’année dernière, l’Argentine a annulé un match amical à Jérusalem, apportant ainsi de l’espoir à tous les Palestiniens. Vous avez fait cela déjà, s’il vous plaît, faites-le encore.

« S’il vous plaît, ne jouez pas ce match. Tout comme dans le cas de l’Afrique du Sud de l’apartheid, il n’y a rien d’amical dans l’apartheid israélien ».

Alkhadamat Club Rafah

Source: BDS Movement

Traduction : BP pour BDS FRANCE




Le 9 Novembre 2019– Journée Mondiale d’Action : Un Monde Sans Mur RASSEMBLEMENT à Lyon : 15h place CARNOT

Lire l’appel en entier

Du Mur d’apartheid d’Israël sur les terres palestiniennes au Mur de la honte étatsunien sur les terres indigènes à la frontière avec le Mexique, les murs sont des monuments d’expulsion, d’exclusion, d’oppression, de discrimination et d’exploitation. En tant que peuples affectés par ces murs et en tant que mouvements qui considèrent la justice, la liberté et l’égalité comme moyens pour résoudre les problèmes de cette planète, nous nous joignons à l’appel du 9 Novembre, Journée Mondiale d’Action pour un Monde Sans Mur. Les Palestiniens n’ont jamais cessé de résister à ces Murs illégaux et à l’expulsion continue de leurs terres ; ils appelèrent en 2003 à faire du 9 Novembre – jour de la chute du Mur de Berlin – la Journée Internationale contre le Mur d’apartheid israélien.

Rassemblement à Lyon

Samedi 9 novembre à 15h

Place Carnot 69002 Lyon

(métro Perrache)




Dites à l’Argentine et à l’Uruguay: Il n’y a rien d’amical dans l’apartheid israélien

2 novembre 2019

Exhortez les équipes nationales de football d’Argentine et d’Uruguay à être aux côtés des footballeurs palestiniens et à annuler le match « amical » en Israël de l’apartheid.

Les équipes nationales de football d’Argentine et d’Uruguay prévoient un match « amical » en Israël de l’apartheid le 18 novembre.

L’an dernier, des lettres de Palestine, un énorme déferlement sur les réseaux sociaux et d’actions de terrain à Buenos Aires et à Barcelone ont convaincu l’Argentine d’annuler un match amical prévu à Jérusalem.

Israël utilise le prestige d’équipes de championnat comme l’Argentine et l’Uruguay et les joueurs vedettes Lionel Messi et Luis Suárez pour blanchir son régime d’oppression, d’apartheid et d’occupation, par le sport.

Nous l’avons déjà empêché. Nous pouvons l’empêcher de nouveau.

Dites à l’Argentine et à l’Uruguay : Il n’y a rien d’amical dans l’apartheid israélien.

Le club de football Khadamat Rafah de Gaza a écrit aux deux équipes en les exhortant à « ne pas permettre que ce jeu magnifique ne soit utilisé pour couvrir de graves violations des droits humains ».

Khadamat Rafah a vaincu d’énormes obstacles causés par les 12 ans du siège brutal d’Israël et les agressions militaires répétées, pour gagner le championnat de la Ligue de Gaza. Pour autant, les graves restrictions, qui dénient honteusement aux Palestiniens le droit à la liberté de mouvement, ont empêché l’équipe de participer à la coupe de Palestine. C’est de la cruauté à dessein.

Dites à Lionel Messi et à Luis Suárez : les footballeurs palestiniens ont besoin de votre soutien.

Des groupes se mobilisent sur le terrain, en Argentine et en Uruguay, pour convaincre les équipes de se tenir aux côtés des footballeurs palestiniens dans leur lutte pour le droit de vivre et de jouer.

Rejoignez les sur les réseaux sociaux ! Regardez les modèles de tweets et de posts ci-dessous pour envoyer un message fort  à l’Argentine et à l’Uruguay disant que des fans dans le monde entier ne seront pas à leurs côtés s’ils font équipe avec le régime israélien d’oppression.

 

Modèles de tweets sur les réseaux sociaux et de posts avec l’image en haut de la page :

Israël a détenu, mutilé, tué des footballeurs palestiniens et a bombardé des stades palestiniens.

@Argentine & @Uruguay, il n’y a rien « d’amical » dans les attaques israéliennes contre les sports palestiniens.

Soyez aux côtés des athlètes palestiniens. Annulez le match à Tel Aviv de l’apartheid.

#rioplatensesnovayan

Israël a interdit à une équipe gagnante de Gaza de se déplacer, obligeant à annuler la coupe de football de Palestine 2019

Il n’y a rien « d’amical » dans les attaques israéliennes contre le sport palestinien

@Argentine & @Uruguay, soyez aux côtés des équipes palestiniennes. Annulez le match à Tel Aviv de l’apartheid

#rioplatensesnovayan

 

Traduction SF pour BDS France

Source: BDS Movement




Journée mondiale pour un monde sans mur : de la Palestine au Mexique tous les murs doivent tomber

Rassemblement samedi 9 novembre 2019 de 15 h 30 à 17 h 30 – Fontaine Saint Michel

Du Mur d’apartheid israélien sur les terres palestiniennes au Mur de la honte étasunien sur les terres indigènes à la frontière du Mexique en passant par le Mur marocain qui traverse le Sahara occidental du Nord au Sud et les nombreux murs anti-migrants dans le monde, ce sont près de 70 murs qui déchirent la vie des gens et les terres, qui renforcent les frontières. Fortement militarisés, ils sont responsables de milliers de morts chaque année, ils sont la cause d’expulsions, d’exclusions, d’oppressions et de discriminations. De nombreux autres projets de murs sont en cours d’élaboration ou de construction.

En 2017, des mouvements palestiniens et mexicains ont appelé à faire du 9 novembre la Journée internationale pour un monde sans murs

Cet appel, lancé par l’ONG palestinienne « Stop the Wall » est aujourd’hui relayé par plus de 400 organisations, réseaux et mouvements. Cette année, le 9 novembre marque les 30 ans de la chute du mur de Berlin et les murs sont toujours plus nombreux dans le monde !Ces murs sont des blessures infligées au monde. Ils empêchent la liberté de mouvement et l’autodétermination des peuples. Ils sont devenus le symbole d’un monde où les guerres, la militarisation et l’exclusion remplacent la justice, la liberté et l’égalité. Construits pour renforcer les frontières, ils contribuent aussi à la domination des puissants dans nos sociétés. Des dizaines de milliers de personnes croupissent derrière des murs de prisons. Ces murs, visibles et invisibles, comme c’est le cas des obstacles souvent tragiques à la libre circulation des migrants et des réfugiés, de la restriction du droit d’asile ou du blocus de Cuba, de celui de Gaza… sont aussi dans les têtes. Ils visent à empêcher la justice économique, sociale et environnementale.

De nombreux gouvernements participent à la construction de ces murs, font leur promotion ou acceptent de facto leur existence. Ils favorisent ainsi une véritable industrie des murs qui tire d’énormes profits de leur construction et de leurs équipements : surveillance, systèmes de détection, radars.

Soucieux de défendre la justice, l’égalité et la liberté pour résoudre les problèmes de la planète, nous appelons à participer à la Journée mondiale pour un Monde sans murs pour :

    • sensibiliser le public sur les effets dévastateurs des murs dans nos vies ;

 

  • créer des liens entre les victimes des murs et les mouvements qui luttent contre ces murs ;
  • faire tomber les murs qui exploitent, discriminent, oppriment et expulsent
  • sanctionner tous ceux qui tirent profit des murs

 

Campagne internationale pour un Monde sans Murs, relayée en France par :

Premiers signataires :

AFAPREDESA, AFASPA, AFPS, Association des Amis de la RASD, Association des Libertés, Droits de l’homme et non-violence-(Colllectif Faty Koumba), BDS France, CNT, Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT),Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR), Forum Palestine Citoyenneté, MAN, Mouvement de la Paix, MRAP, Plateforme pour la Solidarité avec le peuple du Sahara occidental, UJFP, Union des Tunisiens pour l’Action Citoyenne (UTAC), Solidaires et le Comité de solidarité avec les Indiens des Amériques (CSIA Nitassinan),CSCPL Chiapas..



Action boycott Puma Metz centre-ville

Samedi 26 octobre, à l’occasion de la mobilisation nationale

incitant au boycott de la marque Puma jusqu’à ce qu’elle cesse

d’encourager la colonisation israélienne au détriment du peuple

palestinien, un petit groupe de militants BDS 57 a battu le pavé au

centre-ville de Metz, à proximité du magasin GO Sport. Nous avions

l’autorisation préfectorale pour cette action qui s’est déroulée en deux

temps (matinée et après-midi) sous un beau soleil d’automne et sans

obstacle majeur : c’était notre troisième mobilisation Boycott Puma

depuis celle du 15 juin au même endroit et une semaine après notre

intervention à l’entrée du stade Saint-Symphorien à l’occasion du match

de football Metz-Nantes.

300 tracts ont été distribués, 72 cartes signées et conservées. 77

personnes ont signé la pétition dont 8 manifestèrent un intérêt

particulier pour le mouvement BDS. D’après les discussions, beaucoup

nous soutiennent aussi parce qu’ils/elles sont inquiet(e)s, constatant

une régression progressive non seulement du droit international, mais du

droit en général, qu’il s’agisse des retraites, du chômage ou de

l’accueil des migrants…

Nous avons également vendu un tee-shirt  Boycott Puma et un keffieh.

Quelques photos de cette action et de notre groupe.

Fraternellement,

Richard pour le collectif BDS 57.

 




Oslo, capitale de la Norvège, interdit les produits et les services des colonies de peuplement israéliennes

28 octobre 2019

Comité national palestinien du BDS (BNC)/Norvège

Oslo se joint à cinq autres municipalités et un conseil de compté de la Norvège pour interdire les produits et les services issus des colonies de peuplement israéliennes.

Dans une étape historique, le nouveau conseil municipal d’Oslo, récemment élu, exclut des marchés publics les biens et services des colonies de peuplement israéliennes. L’interdiction des biens provenant des colonies illégales d’Israël dans le Territoire palestinien occupé s’inscrit dans la plate-forme nouvellement adoptée pour 2019-2023, approuvée par le conseil municipal d’Oslo récemment élu et dirigé par la Gauche socialiste (SV), le Parti travailliste et les partis Verts.

En dépit des tentatives concertées d’Israël et de ses alliés de droite en Norvège et dans le monde, pour réprimer les mesures soutenant les droits des Palestiniens, Oslo, la capitale et la ville la plus importante de la Norvège, est devenue la sixième municipalité norvégienne à interdire les produits et services issus des colonies, aux côtés d’un conseil de comté.

La semaine dernière, un expert indépendant des Nations-Unies sur les droits de l’homme dans les territoires palestiniens, Michael Lynk, a réclamé une interdiction internationale de tout bien venant des colonies de peuplement israéliennes, comme un pas vers la fin de cette occupation illégale qui dure israélienne depuis 52 ans.

Le conseil municipal d’Oslo s’est engagé par le biais de sa nouvelle plate-forme à :

« Enquêter sur les possibilités d’agir dans la réglementation des approvisionnements à ne pas acquérir de produits et services produits sur un territoire en violation du droit international par des entreprises opérant avec l’autorisation de la puissance occupante ».

L’interdiction des produits et services des colonies ne fait pas de distinction entre les sociétés israéliennes et les sociétés internationales qui opèrent dans les colonies illégales israéliennes.

Sunniva Eidsvoll, dirigeante de la section du Parti de la gauche socialiste (SV) d’Oslo et du groupe SV au conseil municipal de la ville, a déclaré :

« Le peuple palestinien, qui doit faire face, chaque jour, à l’occupation illégale de son territoire, mérite une attention et un soutien internationaux. Veiller à ce que les droits humains et le droit international ne soient pas violés relève d’une responsabilité mondiale partagée. Je suis fière que le conseil municipal d’Oslo ait pris aujourd’hui des mesures visant à empêcher que les biens et les services acquis par la ville ne viennent en soutien à l’occupation illégale de la Palestine, ou d’autres territoires.

« Le Parti de la gauche socialiste de Norvège est un partisan de longue date du mouvement BDS ».

Tora Systad Tyssen, de l’association des ONG norvégiennes pour la Palestine (Fellesutvalget pour la Palestine) a déclaré :

« Le conseil municipal d’Oslo suit ceux de Trondheim, Tromsø, Vaksdal, Hamar, Lillehammer, et le conseil du comté de Nordland en interdisant tout commerce avec les colonies illégales israéliennes sur la terre palestinienne occupée. Il est encourageant et motivant de voir des conseils municipaux norvégiens adopter une position ferme en faveur des droits de l’homme et du droit international quand notre gouvernement actuel y faillit.

« Alors que notre gouvernement national recherche plus de commerce et de coopération avec Israël, le nouveau conseil municipal d’Oslo déclare clairement ne pas vouloir contribuer financièrement au vol à grande échelle des terres et ressources palestiniennes qu’est en train de commettre l’industrie coloniale en expansion d’Israël ».

Alys Samson Estapé, coordinatrice des campagnes européennes du Comité national palestinien du BDS (BNC) a déclaré :

« Nous nous félicitons de cette mesure juridiquement et moralement responsable prise par le conseil municipal d’Oslo. Les conseils municipaux montrent qu’ils ne se laissent pas découragés par la répression, et qu’ils continuent d’ouvrir la voie, en dépit de l’inaction des gouvernements nationaux. L’interdiction des biens et services issus des colonies illégales d’Israël est le moins que puissent promulguer les institutions gouvernementales afin de réduire leur complicité avec le régime israélien d’apartheid, de colonialisme de peuplement et d’occupation.   

« En plus d’une telle interdiction, le gouvernement norvégien devrait également adopter un embargo total sur le commerce direct et indirect des armes et sur la coopération militaire avec Israël et les entreprises israéliennes, afin de garantir le respect du droit international par les utilisateurs finaux.

« Le gouvernement irlandais examine actuellement le projet de loi relatif aux Territoires occupés, approuvé par les deux chambres du Parlement, qui interdirait à l’Irlande d’importer des produits venant des colonies de peuplement illégales d’Israël.

« En 2018, trois partis de droite avaient cherché à empêcher le boycott des colonies, à Trondheim et Tromsø. Cependant, le secrétaire d’État à au ministère des Affaires étrangères de Norvège, Audun Halvorsen, a porté un coup à ces tentatives, affirmant qu’un boycott des ‘biens et services produits dans les colonies ne va pas à l’encontre des engagements internationaux de la Norvège ».

Source: BDS Movement

Traduction : BP pour BDS FRANCE




Dites à Puma : « Je ne ferai pas partie de #PumaFam tant que Puma soutiendra les agressions d’Israël contre les familles palestiniennes »

Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI) – 25 octobre 2019

Faites savoir au fabricant de vêtements de sport Puma que vous ne ferez pas partie de #PumaFam tant qu’il n’aura pas mis fin à son soutien aux colonies de peuplement israéliennes illégales qui poussent les familles palestiniennes hors de leurs terres.

Le 26 octobre, des organisations de plus de 20 pays ont participé à la 2e journée mondiale d’action #BoycottPuma.

Puma est le principal mécène de la Fédération d’Israël de football, laquelle regroupe les équipes des colonies de peuplement israéliennes, qui sont illégales et poussent les familles palestiniennes hors de leurs terres.

Les athlètes et les équipes palestiniens appellent au boycott de Puma jusqu’à ce qu’il mette fin à son soutien aux saisies illégales de terres par Israël.

Puma continue de revendiquer un « dévouement à une égalité universelle » et d’évoquer les valeurs de la « Famille Puma ».

Les colonies de peuplement illégales d’Israël qui s’agrandissent ont un impact dévastateur sur les familles palestiniennes.

Dites à Puma : « Je ne ferai pas partie de #PumaFam tant que Puma soutiendra les agressions d’Israël contre les familles palestiniennes. (tweet) »

L’occupation militaire d’Israël expulse les familles palestiniennes, avec les enfants, de leurs maisons pour faire la place à ces colonies de peuplement. Ses murs d’apartheid et check-points militaires coupent les familles de leurs terres et les unes des autres. Les démolitions de maison par Israël et ses expulsions forcées font que les familles palestiniennes vivent dans un état de terreur permanent.

Le logo emblématique du chat bondissant de Puma est devenu un symbole d’approbation pour les agressions d’Israël contre les familles palestiniennes.

Les défenseurs des droits humains à travers le monde se préparent pour plus de 50 actions dans les magasins, les bureaux et lors des matchs des équipes parrainées par Puma.

Rejoignez-les sur les médias sociaux pour promettre votre soutien à l’appel palestinien au #BoycottPuma.

 

Passez à l’action :

 

–     Tweetez à Puma : « Je ne ferai pas partie de #PumaFam tant que Puma soutiendra les saisies illégales israéliennes de la terre » ; 

–     Postez ce texte sur Facebook et Instagram avec l’image ci-dessus ou ci-dessous.

Puma soutien les colonies de peuplement d’Israël.

L’occupation militaire d’Israël force les familles palestiniennes à quitter leurs maisons pour laisser la place aux colonies de peuplement.

Je ne ferai pas partie de #PumaFam tant que @Puma soutiendra les saisies illégales israéliennes de la terre »

 

https://bdsmovement.net/pumafam

Les familles palestiniennes luttent contre l’occupation militaire israélienne pour un avenir de liberté, de justice, d’égalité et de dignité.

La « Famille Puma » tout entière devrait exhorter Puma à mettre fin à son soutien au régime raciste de l’apartheid israélien pour aider à faire de cet avenir une réalité.

ps : Possédez-vous Puma Sportswear ? Rejoignez #RebrandPuma !

 

Source: BDS Movement

Traduction : BP pour BDS France




Action PUMA à Tours

Nous étions 8 militants présents dans une rue piétonne de Tours, qui a vu passer beaucoup de monde ce 26 octobre avec le beau temps.
500 tracts distribués en 1h30, bon accueil, avec bien entendu 2-3 discussions plus tendues avec des énervés ….
Nous avons préféré dérouler notre action dans une rue passante de l’agglomération de Tours plutôt que devant Décathlon implanté en périphérie et qui effectivement commercialise assez peu PUMA.
A part un club de foot « enfants » qui a contracté récemment avec PUMA, aucun club sportif local ne semble être en relation avec PUMA ( nous avons écrit à tous les clubs de l’agglomération ce dernier printemps).



ACTION CONTRE PUMA à NÎMES LE 26 OCTOBRE

Ce samedi 26 novembre 2019, nous avons mené à Nîmes une action contre PUMA pour répondre à l’appel de PACBI.

Nous avons ciblé Decatlhon situé dans une zone commerciale. Il faisait beau, ça nous a aidé. 300 tracts distribués, 99 cartes postales signées à envoyer au Directeur général de PUMA France, mais surtout des échanges avec le public important, en famille, et très sensible à notre présence et à nos arguments.

Après une première rencontre avec un agent de sécurité de la zone commerciale, plutôt solidaire sans pouvoir l’exprimer dans le cadre de son travail, deux d’entre nous ont rencontré le responsable de la clientèle de Decathlon (le directeur était absent) qui a été à l’écoute, tout en minimisant la responsabilité de son magasin qui, selon lui, « n’a pas plus de 4 articles PUMA dans les rayons, alors que Inter Sport en est rempli » … Il a précisé qu’il était très attentif aux polémiques sur les réseaux sociaux pour éviter de « salir l’image de l’enseigne Decathlon ». Sur notre invitation, il a promis de faire remonter à la direction générale de Decathlon.

Un courrier lui a été remis qui faisait rappel de celui que nous avions envoyé en juin, avec des PJ : courrier des clubs sportifs palestiniens à PUMA, avec la liste des 200 clubs, la synthèse d’Amnesty International, la position éthique de PUMA … et 2 cartes postales, celle pour adresser à PUMA et l’autre des 4 cartes de l’évolution de l’appropriation des terres palestiniennes depuis 47 par Israël.

Bien sûr nous poursuivons la campagne et nous nous inscrivons pour la prochaine journée d’action.

Même si nous n’étions pas nombreux en terme de militantEs présentEs, l’action était portée par l’AFPS Nîmes, le Comité BDSF 30 et l’UJFP.




Action #BoycottPuma à Paris le 26 octobre 2019

Nous étions près d’une vingtaine de militant-e-s BDS France Paris, AFPS Paris Sud et Paris 14/6 à intervenir le 26 octobre 2019 au PUMA Store de Paris, dans le cadre de la journée internationale #BoycottPUMA, avec des mobilisations prévues dans plus de 20 pays.

Quelques photos en pièce jointe et sur cet album:

https://photos.app.goo.gl/3p8LrHWWLGwK4WY5A

Nous avons déroulé la banderole de la Campagne, avec les pancartes et le nouveau tee shirt #BoycottPuma.

Un camarade est intervenu pour expliquer notre présence, vidéo sur ce lien :

Nous avons pu diffuser les 300 tracts AFPS/BDS Paris que nous avions imprimés.

Il y avait un camion de police devant le magasin, la police nous a décalé de l’entrée du magasin mais nous avions quasiment fini tous nos tracts quand elle nous a demandé de quitter les lieux.

Le public était très réceptif à nos informations, beaucoup d’entre eux ignoraient la complicité de PUMA avec l’apartheid israélien.

Avant l’action, après un échange courtois avec la responsable du PUMA Store, nous lui avons remis la lettre de la Campagne BDS France afin qu’elle puisse la transmettre à la direction de PUMA.

Merci à tous nos soutiens pour cette belle mobilisation non-violente.




Avez-vous des vêtements de sport de la marque Puma? Rejoignez #RebrandPuma!

25 octobre 2019

Par la Campagne palestinienne pour le boycott universitaire et culturel d’Israël (PACBI)/
Si vous avez acheté du matériel Puma avant que l’entreprise ne décide de soutenir les colonies israéliennes illégales sur des terres palestiniennes volées, renommez-les en écrivant «Boycott» sur le logo!

Plus de 200 équipes sportives palestiniennes appellent Puma à mettre fin à son soutien à l’occupation militaire israélienne. L’année dernière, Puma est devenu le sponsor principal de l’Association de football israélienne (IFA), qui comprend des équipes installées dans des colonies  israéliennes illégales sur des terres palestiniennes volées.

Le parrainage de l’IFA par Puma donne à Israël le feu vert pour continuer à s’emparer de terres illégales pour chasser les familles palestiniennes de leurs terres.

Les partisans des droits de l’homme palestiniens qui avaient déjà acheté du matériel Puma avant l’accord de parrainage conclu entre Puma et l’IFA ont renommé leurs vêtements, chaussures, chapeaux et sacs Puma. En écrivant «Boycott» sur le logo Puma, ils annoncent leur soutien à l’appel des athlètes palestiniens.

#RebrandPuma!

Possédez-vous des vêtements de sport de marque Puma? Renommez-les!

Écrivez «Boycott» ou d’autres messages en faveur de la campagne au-dessus du logo Puma, ou tout simplement, collez-les sur le logo Puma. Faites une courte vidéo ou prenez-vous en  photo avec votre équipement Puma modifié et publiez-la sur les réseaux sociaux à l’aide du hashtag #RebrandPuma. Voir un exemple de tweet / post ci-dessous:

J’ai acheté du matériel @Puma avant que Puma ne décide de soutenir les colonies israéliennes illégales sur des terres palestiniennes volées.

Jusqu’à ce que Puma mette fin à la complicité dans l’occupation militaire israélienne, #RebrandPuma soutiendra les athlètes palestiniens appelant à #BoycottPuma.

Rejoignez-nous

Le 26 octobre, des groupes de 20 pays se joindront à la deuxième journée mondiale d’action organisée dans les points de vente, bureaux et matchs des équipes parrainées par Puma.

Rejoignez-les sur les médias sociaux avec #RebrandPuma!

Source: BDS movement