Home»BDS, QU'EST-CE QUE C'EST ?»BOYCOTT SYNDICAL»Le Syndicat des étudiants diplômés de l’Université de Toronto rejoint BDS

Le Syndicat des étudiants diplômés de l’Université de Toronto rejoint BDS

0
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

Le 10 décembre 2012, le GSU, Syndicat des étudiants diplômés (l’équivalent de notre deuxième cycle) de l’Université de Toronto a voté à 97% une motion pour rejoindre la campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions contre l’Etat israélien : « Le syndicat des étudiants diplômés rejoint l’appel de 2005 de la société civile palestinienne au boycott, désinvestissement et sanctions en demandant à l’Université de Toronto de s’abstenir d’investir dans toutes les sociétés complices de violations du droit international. Cela comprend toute entreprise qui: bénéficie de l’occupation illégale de la terre palestinienne, bénéficie directement de la construction du mur et des colonies israéliennes, est économiquement active dans les colonies, et profite de la punition collective des Palestiniens. Cela comprend les sociétés BAE Systems, Northrop Grumman, Lockheed Martin et Hewlett Packard »

Des motions semblables ont déjà été votées dans plusieurs universités canadiennes (York University, University of Regina, Carleton University), ainsi que dans le reste du monde.

En mars 2011, des étudiants de l’Université de Toronto avaient déjà lancé une campagne demandant le désinvestissement de cette université dans les entreprises violant les droits humains.

Rappelons que l’Université de Toronto est aussi à l’origine de la Semaine mondiale annuelle contre l’apartheid israélien (IAW), débutée en 2005 et qui se poursuit encore aujourd’hui dans des universités du monde entier, en général en mars.

alt

Plus d’informations dans cet article en anglais :
http://electronicintifada.net/blogs/nora/university-toronto-graduate-students-endorse-bds-call-administration-divest

Previous post

Action de BDS Madrid contre un groupe de rock sponsorisé par Israël

Next post

Remi Kanazi : "Ce poème ne mettra pas fin à l’apartheid". Le boycott culturel, si !