Collectif BDS 57 – #AXA le 15 décembre

Samedi 15 décembre, à l’heure du marché hebdomadaire, une douzaine de militants avaient répondu à l’appel du collectif BDS 57 qui invitait à une action visant la compagnie de banque-assurances AXA pour qu’elle cesse ses implications dans les colonies israéliennes illégales de Cisjordanie. Deux camarades de l’AFPS Thionville se sont joints à nous pour cette mobilisation au centre-ville de Metz et nous les en remercions. Malgré le froid très vif et plus d’indifférence que d’habitude (proximité des fêtes de fin d’année ? malaise social actuel ?), cette action qui répondait à la semaine organisée par notre campagne nationale s’est bien déroulée, à l’exception d’un malotru jetant à terre sans explications un paquet de tracts.

Nous avons distribué environ 250 tracts et fait signer une trentaine de cartes postales, accueillant le public intéressé autour d’une table dressée aux abords du marché de Noël de la place Saint-Jacques, un lieu très passant. Nous avons également pu compter sur la courtoisie des vigiles, particulièrement mobilisés en cette période.

La veille, deux camarades du collectif s’étaient rendues dans quelques agences, assez mal situées dans l’agglomération ce qui explique pourquoi nous n’étions pas installés ce samedi à leur proximité. L’accueil dans les bureaux fut contrasté : il semble que personnel et responsables ne veulent pas prendre le risque de s’adresser à leur direction de crainte de se trouver complices. En revanche dans les rues de Metz, le dialogue avec le public sensible à la cause palestinienne, certes restreint, fut comme à l’habitude riche et encourageant.

Nous sommes décidés à reprendre cette action dans une période plus favorable.




Montargis: action #AXA le 15 décembre

Samedi  15 décembre, une dizaine de militants de BDS du Montargois  se sont donné rendez-vous dans le centre ville de Montargis pour dénoncer la complicité de la société AXA avec des banques israéliennes et Elbit Systems.

Environ 200 tracts ont été distribués. Soixante signatures ont été collectées sur des cartes qui seront envoyées au président d’AXA France.

Les passants ont dans l’ensemble été réceptifs à cette action et des échanges intéressants ont pu avoir lieu.

Pour clore cette action, 5 dossiers ont été ou vont être  remis en main propre aux agences AXA de l’agglomération.  6 autres agences les ont reçus par voie postale.




Semaine d’action nationale #AXA à Paris

Malgré les nombreuses stations de métro et de RER fermées pour cause de manifs des Gilets jaunes et de déploiement policier, nous avons été une douzaine à intervenir à Paris – par un temps maussade et froid – le samedi 15 décembre devant l’une des rares agences AXA ouvertes ce jour.
Deux camarades de SumOfUs ont participé à l’intervention et ont bien assuré sa médiatisation (filmage et photos)
Il y a eu quelques réactions négatives ou d’indifférence, mais beaucoup plus de réactions de solidarité. Une camarade a eu une discussion intéressante avec des Gilets jaunes.
Nous avons diffusé le tract, co-signé par BDS France Paris, SumOfUs, l’AFPS Paris-Sud et l’AFPS 14-6, et 10 cartes postales/pétitions ont été signées.
Nous avions la banderole « AXA n’assurez pas l’apartheid israélien »  et aussi les visuels :
AXA doit mettre fin à sa complicité
AXA tire profit de l’oppression du peuple palestinien
AXA = assistance à l’apartheid israélien
et : Embargo militaire contre Israël
Nous avons remis un dossier au responsable de l’agence.
Au cours de la semaine nous sommes allés dans 3 agences. Dans l’une d’elles le responsable de l’agence nous a dit qu’en tant que responsable d’agence il est sensible à l’éthique de son entreprise mais qu’il veut d’abord bien lire le dossier que nous lui remettons avant de se forger un point de vue.



Millau: action AXA le 14/12/2018

Le Collectif Palestine12 a lancé un appel à manifester par communiqué de presse, le Vendredi 14 Décembre à 10 h devant la boutique AXA de Millau  la mieux située dans la ville pour interpeller du monde.

Nous avions remis la veille au gérant de la boutique  la lettre rédigée par SumOfUs et BDS France à Madame A.S. Directrice de la  responsabilité d’ Entreprise.

Nous avons trouvé la police  arrivée sur le lieu avant nous.La RG nous a  pris en photo sous tous les angles. Une journaliste du Midi-Libre a fait son travail d’ interview . Nous étions une dizaine. Nous avons pu discuter avec les gens et distribuer les tracts.

Le gérant d’ AXA est sorti de sa boutique pour nous dire que » même dans son boulot il n’ est jamais au courant des directives d’ AXA » Il en était dérangé. Sauf qu’ il avait dit la même chose l’ an dernier et que l’ éthique de l’ entreprise ne l’ avait pas emmené à en changer…

Le même jour à 11 h au Marché nous avons monté un stand pour faire signer les cartes et déposer une petite caisse pour les frais d’ envoi, et distribué les tracts. Le drapeau palestinien et la grande pancarte avec le slogan ainsi que nos tee-shirt BDS nous rendaient bien visibles. Après avoir expliqué la posture d’ AXA et la politique coloniale et d’apartheid du gouvernement israélien  nous avons été tous étonné par la facilité avec laquelle les gens se prêtaient à signer.
Le Marché est un bon lieu pour nous. C’ est un lieu de rendez-vous assez rural où les gens prennent le temps de parler entre eux.

Article du Midi Libre




Nîmes: AXA, on lache rien!

Vendredi 14 décembre, des militantEs mobiliséEs par l’AFPS Nîmes et le Comité BDSF 30 étaient présentEs à proximité d’un marché au cœur de la ville de Nîmes pour dénoncer la complicité de la multinationale AXA avec des banques israéliennes et Elbit Systems, entreprise d’armement israélienne. Distribution de tract, signature de la carte postale à adresser au président Mr Buberl …

Photo Anthony Maurin

Nous avons assuré une présence remarquée par les passantEs qui ont été très sensibles à nos arguments, qui ont volontiers signé la carte postale et avec lesquelLEs nous avons eu des échanges vraiment intéressants. , Quelques-unEs, assuréEs chez AXA, ont découvert les pratiques de l’entreprise et ont manifesté leur refus qu’elle finance des activités contraires au droit international et aux droits humains.

Distribution de tracts pour sensibiliser la population (Photo Anthony Maurin).

Nous avions adressé le samedi 8 décembre  un courrier à toutes les agences nîmoises pour les informer de la semaine d’action, courrier auquel nous avons joint un ensemble de documents qui éclairent sur les raisons pour lesquelles il est urgent d’agir pour que l’entreprise cesse sa complicité avec l’apartheid israélien.

Nous continuons la campagne de sensibilisation et de signature de la carte postale que nous adresserons en nombre au président de l’entreprise. (70 à ce jour). On lâche rien !!!

Le lien vers un article d’Objectif Gard, présent au début de l’action, qui recouvre assez bien la question.





Saison France-Israël : BDS Marseille était devant le FRAC

Vendredi 14 décembre, BDS Marseille était devant le FRAC (fonds régional d’art contemporain) pour dire NON à la participation du Frac et de ses invités à la Saison croisée France-Israël !
C’était une soirée avec entrée libre qui alliait installation artistique du FRAC et musique électronique fournie par le GMEM, centre national de création musicale, dans le cadre du festival Reevox-NH

Nous avons pu échanger avec le directeur du GMEM, à qui nous avions écrit pour lui demander de ne pas participer à un évènement de la saison croisée. Nous n’avions pas eu de réponse … Nous lui avons à nouveau expliqué notre démarche, il nous a écoutées attentivement et semble prêt à nous rencontrer de façon plus formelle.

Nous avons distribué quelques dizaines de tracts, tous bien accueillis.

BDS France-Marseille

 




Martigues / Marseille: AXA doit désinvestir d’Israël

Jeudi 13 décembre, le collectif de soutien à la Palestine Ouest-Etang de Berre et BDS France Marseille (une dizaine de militants) se sont retrouvés devant une agence Axa du centre ville de Martigues pour dénoncer la participation de cette assurance à la colonisation israélienne.
Nous avions des panneaux et des tracts mais malheureusement la pluie nous a arrêtés, il faut savoir que dans le sud de la France, quand il pleut, tout est paralysé, si si…
Nous avons décidé de remettre la distribution de tracts à un jour plus clément et nous nous sommes partagés la visite des agences AXA de Martigues et des villes alentour, en tout 7 agences.

Nous avons remis un dossier dans chaque agence, soit au directeur soit à la réception de l’agence. Nous avons essayé d’expliquer les raisons de la campagne de Désinvestissement lancée par BDS France à l’encontre de l’entreprise française.

L’accueil a été différent dans chaque agence, de l’indifférence la plus totale ( genre: « ok, je remettrai votre dossier à notre responsable »…) à la crainte irraisonnée (genre:  » si c’est religieux ou politique, je ne veux rien savoir… »)

BDS France-Marseille et le CSPOEB



Action AXA à Albertville – 12 décembre 2018

Douze militants de l’Afps d’Albertville étaient présents mercredi matin devant l’agence AXA de l’avenue Victor Hugo.
Nous avons tout de même distribué une centaine de tracts.

Le chef de l’agence Axa nous a reçus pendant un quart d’heure; nous lui avons remis notre dossier.
Il nous a précisé qu’il avait transmis notre lettre de demande de rendez-vous (et explicative) à sa hiérarchie; une réponse lui a été renvoyée précisant que depuis 2017 Axa avait stoppé ses investissements en Israël afin de respecter la charte du groupe AXA. Il a ouvert de grands yeux quand nous lui avons appris que le rapport de Profundo, datant de juin 2018, chiffrait à 53 millions de dollars le montant des participations d’Axa dans les banques Israéliennes. Nous n’avons pas manqué non plus de lui rappeler qu’Axa participe au capital d’Elbit System et que la lettre écrite par SumOfUs et BDS France en septembre à la Directrice de la Responsabilité d’Entreprise du groupe Axa n’avait toujours pas reçu de réponse.
Il nous a « assuré » que notre dossier serait de la même façon retransmis à sa hiérarchie.

A l’extérieur, nous avons réussi à avoir certaines discussions avec quelques personnes.

Nous enverrons notre dossier à la troisième agence Axa d’Albertville. Nous avions déjà fait une action devant la première au mois de mars dernier.

Voir le site




#AxaComplicity: action à Saint-Étienne

Lundi 11 décembre, les militants du BDS Stéphanois se réunissaient devant une agence Axa du centre ville pour dénoncer la participation de cette assurance à la colonisation israélienne. Ils ont remis une lettre au directeur d’agence expliquant les raisons de la campagne de Désinvestissement lancée par France à l’encontre de l’entreprise française.
Ce dernier agacé, à quand même écouté les arguments : Axa a des parts dans Elbit System, entreprise israélienne d’armement et dans 5 banques israéliennes qui financent la colonisation.
Les militants ont distribué des tracts et discuté avec des passants très réceptifs, et invitent à signer la pétition en ligne de SomeOfUs qui a déjà recueilli 140 000 signatures !

 





« AXA, n’assurez pas l’apartheid israélien », à Clermont-Ferrand

De 15 à 20 militants AFPS, Attac, BDSF, CGT, LDH, Solidaires se sont rassemblés le 6 décembre 2018 devant deux agences AXA du centre ville de Clermont-Ferrand, avec deux grandes banderoles, des drapeaux, des tracts cosignés par les 6 organisations , et des cartes postales à envoyer au président d’AXA France. Ils ont demandé à AXA de mettre fin à ses investissements dans les banques israéliennes complices de la colonisation des territoires palestiniens, et dans la firme Elbit Systems qui fournit l’armée israélienne pour ses opérations meurtrières à Gaza.

Une déambulation derrière nos banderoles a eu lieu sur près d’un km en centre ville pour passer d’une agence à l’autre, via la place de Jaude. Un dossier expliquant les raisons et les objectifs de la campagne a été remis aux deux directeurs d’agences. Il a aussi été envoyé à 4 autres agences de Clermont-Ferrand et 3 agences d’Issoire (63).

L’action s’est terminée en déployant nos banderoles et distribuant nos tracts (800 au total) devant l’entrée du centre commercial voisin, où de nombreux passants, souvent jeunes, se pressaient en cette période d’avant Noël. L’accueil a été excellent de la part de nombreuses personnes, qui souvent découvraient l’investissement d’AXA dans l’apartheid israélien, étaient ouverts à la discussion, nous ont chaudement encouragés et ont signé 48 cartes postales que nous enverrons au Président d’AXA France (des dizaines d’autres cartes ont été prises par celles/ceux qui ont souhaité les envoyer par eux-mêmes).




Le RIO avec G Mordillat contre l’Eurovision 2019 en Israël

Le cinéma le RIO de Clermont-Ferrand, et l’association Paroles De Bib 63 IMAGES –  FESTIVAL CINE SOCIAL et ENGAGE (en partenariat avec Les Amis du Temps des cerises , Les Amis de l’Huma, ATTAC, Les Amis du Monde Diplo, Fakir), avaient invité Gérard Mordillat à venir présenter son film MELANCOLIE OUVRIERE le 30 novembre 2018 . Ce film magnifique et bouleversant raconte le parcours de Lucie Baud, première femme syndicaliste et porte-parole féministe du début du 20ème siècle. Elle vouera toute sa vie au combat contre « l’infinie servitude des femmes ». Durant le débat Gérard Mordillat a fait écho aux spectateurs (88 entrées payantes) soulignant l’actualité de ce film sur l’exploitation des ouvriers, l’oppression des femmes et la situation des migrant-e-s.

L’AFPS 63 et BDSF 63 (une demi-douzaine de militant-e-s) ont distribué aux spectateurs le tract (voir PJ)  expliquant la campagne #BoycottEurovision2019 initiée par le PACBI, et l’action qui vient d’être lancée à Clermont-Fd pour poster des photos sur les réseaux sociaux. Une grande « bâche à selfies », réalisée par l’AFPS 63 sur une idée de BDSF 34 et avec le soutien logistique décisif de l’UD-CGT 63, a été déployée dans le hall du RIO et 41 personnes ont été volontaires dans la bonne humeur pour se faire photographier, ainsi que Gérard Mordillat lui-même. Voir notre album photo…  

  

A la fin du débat, un membre de l’AFPS 63 a informé les spectateurs sur l’importance de la déclaration pour le boycott de l’Eurovision 2019 faite par 140 artistes européens, dont 13 Français parmi lesquels Gérard Mordillat. Sous les applaudissements du public, Gérard a indiqué que le Boycott de l’Etat d’apartheid et de son gouvernement fascisant est pour lui une évidence, malgré les amalgames qui sont faits au plus haut niveau entre antisionisme et antisémitisme.




Rassemblement devant le siège de France Télévision le 30/11/18 : Boycott de l’Eurovision 2019 en Israël !

Dans le cadre de la Campagne internationale contre l’Eurovision 2019 en Israël, la Campagne BDS France à Paris, LGBT pour la Palestine et l’AFPS Paris se sont rassemblés le vendredi 30 novembre devant le siège de France Télévisions à Paris.

PHOTOS de l’action

Plus d’une vingtaine de militant-e-s étaient mobilisés pour demander à France Télévision, service public, de ne pas blanchir l’apartheid israélien en diffusant la prochaine édition de l’Eurovision qui est prévue d’être organisée en Israël.

Avec des pancartes « Eurovision 2019, Destination Apartheid », des banderoles « Boycott de l’Eurovision 2019 en Israël » et « Pas de fierté sous l’apartheid israélien », les militant-e-s ont pris la parole et ont scandé des slogans demandant à France Télévision de ne pas divertir l’apartheid israélien.

Parmi les slogans :

Non à l’Eurovision en Israël !

Non au blanchiment de l’apartheid !

Ne chantez pas pour l’apartheid !

Eurovision, pas en Israël !

Notre courrier à l’attention de la direction de France Télévisions a été remis à un représentant du service presse de France Télévisions, ainsi qu’à des journalistes.

Www.bdsfrance.orgCampagnebdsfrance@yahoo.fr

 

RALLY IN FRONT OF FRANCE TELEVISION HQ ON 30.11.2018:  BOYCOTT EUROVISION 2019 IN ISRAEL!

1 December 2018

                                                                       
In the context of the international campaign against Eurovision 2019 in Israel, BDS France Paris, LGBT for Palestine and AFPS Paris gathered on Friday 30 November in front of the France Télévisions headquarters.

More than twenty activists demonstrated to demand that France Télévisions, a public service, not whitewash Israeli apartheid by transmitting the next Eurovision contest, which is scheduled to be held in Israel.
Holding placards: “Eurovision 2019, Destination Apartheid”, and banners: “Boycott Eurovision 2019 in Israel” and “No Pride under Israeli Apartheid”, the activists read out statements and chanted slogans asking France Télévisions not to entertain Israeli apartheid.
Among the slogans:
No to Eurovision in Israel!
No to the whitewashing of apartheid!
Don’t sing for apartheid!
Eurovision, not in Israel!
Our letter to the management was given to a representative of the France Télévisions press service, and also given to journalists.




À Rennes: Non à la saison France- Israël!

Comme à Lyon et partout en France, nous avons dit à Rennes : Non à la saison France Israël devant et à l’intérieur d’une des salles du Théâtre National de Bretagne dans le cadre de son festival!
Le samedi 10 Novembre 2018, nous avons eu l’occasion d’interpeller les spectateurs/trices se rendant au spectacle « Monkeys » programmé dans le cadre de la saison France Israël.
Nous avons également eu l’occasion de discuter avec des membres du staff du TNB n’entrainant malheureusement aucune annulation…
Et on a remis cela le vendredi 23 Novembre dernier toujours au Théâtre Nationale de Bretagne dans le cadre de la programmation du spectacle de danse «  Demonstrate Restraint » rentrant également dans la saison France Israël.
Lecture de communiqué et discussion avec les spectateurs/trices …
REFUSONS LE BLANCHIMENT DU COLONIALISME ET DE L’APARTHEID ISRAÉLIEN A TRAVERS NOS THÉÂTRES, UNIVERSITÉS, …
ISRAËL N’EST PAS UN ÉTAT COMME UN AUTRE !
SOLIDARITÉ AVEC LE PEUPLE PALESTINIEN ET TOUTES SES FORMES DE RÉSISTANCES POPULAIRES !
SAISON FRANCE-ISRAËL, SAISON DE L’APARTHEID !
Des actions co-portées par l’UJFP, le comité rennais de l’AFPS et BDS France



APARTHEID – « Quel avenir pour Jérusalem ? » par Nada Awad

Près de 50 personnes sont venues le 13 novembre 2018 à la fac des lettres de Clermont-Ferrand écouter la conférence de Nada Awad, Palestinienne vivant à Jérusalem, diplômée de Sciences Po Paris, spécialiste de droit humanitaire. Outre des militants AFPS et de la Coalition BDS63, de nombreuses personnes inconnues, souvent jeunes. Ainsi que quatre Palestinien(ne)s de Jérusalem, Bethléem, Hébron ou Gaza.

La question de Jérusalem est une question centrale de la cause palestinienne. Après les expulsions des Palestiniens en 1948 (Nakba), l’Etat israélien et le Fond National Juif ont mis en place de nombreuses lois (1950-1965) pour légaliser la dépossession. Depuis l’occupation et l’annexion illégale de l’est de la ville en 1967, les gouvernements israéliens successifs mettent en place des politiques de transfert forcé des Palestiniens afin de changer les réalités territoriales et démographiques, pour obtenir une majorité de population juive et bloquer le développement des Palestiniens.

Ces gouvernements développent des « zones vertes » et des zones militaires fermées, pour confisquer des terres à Jérusalem Est, où seulement 13 % des terres sont constructibles pour les Palestiniens. Les Palestiniens de Jérusalem n’ont qu’un titre de séjour « permanent »… révocable à tout moment sous de nombreux prétextes, dont le manquement d’allégeance à l’occupation. Les regroupements familiaux sont très difficiles (43 % refusés). La répression est féroce (emprisonnements massifs, loi anti boycott, démolitions de maisons, rétention des corps des morts, …).

Suite à la déclaration de Trump par laquelle l’administration américaine reconnaît Jérusalem capitale d’Israël, le gouvernement israélien accélère l’adoption de lois facilitant le transfert forcé des Palestiniens de Jérusalem. Le projet du grand Jérusalem génère sur le terrain des développements inquiétants pour la population palestinienne. A ce jour, environ 220.000 colons israéliens sont installés dans Jérusalem Est.

Transfert silencieux et forcé des Palestiniens : tout est bon pour « dépalestiniser » la Palestine. Ce sont des crimes de guerre ou contre l’humanité.

L’intervention claire de Nada a capté l’intérêt de l’auditoire et un débat très riche s’est poursuivi pendant plus d’une heure, avec une large participation des jeunes auditeurs.

Parmi les thèmes abordés, celui des moyens de lutte dans un contexte de disproportion des forces. La résistance populaire est forte comme en témoigne le nombre massif des emprisonnements. La mobilisation des cours de justice internationales par les Palestiniens et leurs alliés, les mobilisations des sociétés civiles autour de BDS, sont aussi des éléments importants. Les positions du Labour Party anglais pour l’embargo militaire sont aussi évoquées.

Certains aspects de la « normalisation » sont questionnés, comme le vote aux élections municipales de Jérusalem, massivement boycotté par les Palestiniens qui refusent l’occupation et l’annexion, et encore plus maintenant avec la loi de « l’Etat Nation du peuple juif » qui discrimine constitutionnellement tous les Palestiniens, y compris à Jérusalem et en Israël. De même, les manifestations communes entre femmes israéliennes et palestiniennes, le pink washing, … ne peuvent pas cacher le fait que les participants n’ont pas les mêmes droits, et que la question centrale du droit au retour des réfugiés est souvent rejetée par les ONG israéliennes. Ce qui n’empêche pas que chacune des populations doive mener ses propres combats.

Les partis politiques sont interdits à Jérusalem. Les jeunes soldats sont tout puissants et humilient les Palestiniens, les colons assassins ont une impunité révoltante.

Nous avons terminé cette belle soirée par le partage d’un repas oriental avec Nada, une dizaine de militants et un jeune Palestinien.




À Soissons: AXA n’assurez pas l’apartheid israélien!

La première action dans l’Aisne a eu lieu le samedi 24 novembre 2018, à Soissons.
3 agences d’AXA ont été visitées. Nous avons remis une lettre aux agent.e.s d’assurance qui, évidemment, sont impacté.e.s par la mauvaise image d’AXA, sur sa collaboration avec l’appareil militaro-industriel israélien et qui nous conseillent de nous adresser à la direction nationale. Elles.ils feront remonter.
Nous avons déambulé dans le marché, distribuant un tract explicatif et faisant signer la carte postale adressée à la direction d’AXA.

Nous allons continuer cette action dans d’autres villes de l’Aisne dans les semaines qui viennent.
On peut contacter le Comité BDS de l’Aisne à l’adresse : comiteBDS02@gmail.com.e




APARTHEID – Conférence « Israël, la radicalisation jusqu’où ? »

Trente-sept personnes ont assisté, le 7 novembre à Clermont-Ferrand (maison des associations, rue de l’Oradou) à la conférence de Thomas Vescovi, professeur dans le secondaire et chercheur indépendant en histoire contemporaine.

En raison d’un retard SNCF, les participants ont consacré la première heure de la soirée à visionner la magnifique chanson de Dominique Grange « Détruisons le mur » (https://youtu.be/wRDdqDluwNg), à faire des photos de citoyens boycottant PUMA et l’Eurovision 2019 (pour les réseaux sociaux, à la demande du PACBI) puis à discuter de la situation en Palestine, des actions de parrainages (correspondance) aux prisonniers et des actions BDS en cours et futures dans le 63 (produits des colonies, PUMA, AXA, Eurovision 2019, …).

Dès son arrivée, Thomas a captivé l’auditoire par une présentation très documentée et très claire sur la vie politique israélienne, afin de mieux comprendre pourquoi Israël s’allie à des partis de gouvernement d’extrême droite et antisémites (USA, Brésil, Hongrie, Pologne, Autriche, Pays-Bas, Italie, …) ainsi qu’aux évangélistes chrétiens, eux aussi antisémites.

 

Le sionisme israélien, qui veut un État  pour les juifs, a évolué après les années 80 vers le post-sionisme et le néo-sionisme. Le post-sionisme, porté par la gauche sioniste issue notamment des juifs venus d’Europe (25 % des juifs israéliens) propose une société tournée vers des relations apaisées avec le M.O., étant donné la supériorité militaire évidente d’Israël. Mais c’est surtout le néo-sionisme qui s’est développé, en cultivant après la chute du bloc soviétique et surtout après le 11 septembre 2001, la peur du « choc des civilisations », de l’islam politique, du grand remplacement. Netanyahou s’est employé à développer une alliance entre la droite nationaliste, les juifs ultra-orthodoxes, et les juifs orientaux humiliés par la gauche sioniste. Ce mouvement veut continuer à conquérir des territoires vidés des Palestiniens, assimilés à des terroristes. Un proto-fascisme se développe et arrive au gouvernement, unifiant les droites nationaliste et religieuse, dont les jeunes attaquent physiquement les Palestiniens en toute impunité, les détournant ainsi de la lutte politique contre la colonisation et l’apartheid, et pour leurs droits nationaux.

La gauche israélienne, sioniste ou pas, ne parvient pas à développer une contre-culture capable de concurrencer les partis nationalistes et religieux. Depuis 2011, ces derniers ont fait voter un vaste ensemble de lois liberticides, dont la loi sur l’État-nation du peuple juif, de juillet 2018, qui légalise l’apartheid en Israël. Toutes ces mesures visent à favoriser l’immigration juive tout en poussant les Palestiniens à partir. De nombreux juifs israéliens antisionistes, marginalisés par cette évolution et menacés par la fin du jeu démocratique qui les protégeait autrefois, ont aussi quitté le pays.

Cet exposé a été suivi par une riche discussion.

Le cas des immigrants russes, juifs ou non, et représentés par le fasciste non-religieux Lieberman, est évoqué, dans sa surenchère avec les nationalistes religieux autour de Bennett, dont certains veulent raser Gaza, et d’autres l’occuper à nouveau. Des tentatives de séparer Gaza de la Palestine existent par ailleurs depuis longtemps et sont réactivées depuis la période Trump, où Israël, allié à l’Egypte et à l’Arabie Saoudite, fait des appels du pied au Hamas.

Le mouvement des femmes israéliennes et palestiniennes pour la paix, avec notamment des mères de jeunes décédés, est intéressant mais n’a pas de débouché ni politique ni électoral. Le journal Haaretz n’est que peu lu en Israël, mais la société israélienne ne pourra pas dire qu’elle ne connaissait pas ce qu’il dénonce. De nombreux jeunes juifs américains ne veulent pas qu’Israël et l’AIPAC parlent en leur nom, et BDS se développe sur les campus américains où un débat intense existe avec les propagandistes enrôlés par l’AIPAC.

La situation est d’autant plus inquiétante que la communauté internationale continue de refuser de contraindre les dirigeants israéliens à respecter les droits humains, le droit international et les nombreuses résolutions de l’ONU. Quelles perspectives pour le peuple palestinien dans cette droitisation de la société israélienne ? Quel avenir pour Jérusalem, censée être la capitale des deux États israélien et palestinien ? Comment les enjeux géopolitiques du Moyen-Orient pèseront-ils sur la région ?

Le mouvement BDS met l’accent sur la lutte pour les droits humains sur le territoire de la Palestine historique. Le gouvernement israélien considère que BDS est une menace sérieuse pour lui et son image et il a pris des mesures pour lutter contre les militants BDS. La lutte du BDS culturel répond aux tentatives israéliennes de développer une image acceptable autour du tourisme, du pink washing à Tel-Aviv, d’une start up nation civilisée, ayant des valeurs humaines et culturelles (importance de la campagne contre l’Eurovision 2019 à Tel-Aviv). La fascisation d’Israël, le documentaire publié par Orient XXI sur les méthodes du lobby israélien aux USA, et le projet de loi israélien pour exiger l’allégeance des artistes à l’État  nation du peuple juif facilitent l’argumentation et le développement du mouvement BDS.

 




Journée Mondiale Un Monde Sans Mur à Clermont-Ferrand

 

#MondeSansMurs
#WorldWithoutWalls

Nous avons organisé une deuxième action le 13 novembre, suite à celle réussie le 7 novembre

Pour répondre au mouvement palestinien « Stop the Wall » de faire du 9 novembre une « Journée Mondiale Un Monde Sans Mur », une dizaine de militants AFPS et de la Coalition BDS 63 ont déployé le 13 novembre, durant près de deux heures, des drapeaux et deux banderoles : Contre le Mur, et Pour BDS, devant l’entrée principale du Centre commercial Jaude à Clermont-Ferrand. Ils ont distribué, sur le pourtour de la place de Jaude et à l’arrêt du tramway environ 800 tracts, contre le mur, pour BDS et annonçant la conférence sur Jérusalem, ce même soir à la fac de lettres. Les passants, souvent des jeunes, nous ont pour la plupart réservé un très bon accueil et des remerciements. Certain-e-s ont accepté avec enthousiasme de se faire prendre en photo avec les pancartes #BoycottEurovision2019, et #BoycottPuma (ce qui porte nos deux albums photos à 25 et 28 participants, respectivement). Une promesse d’adhésion.

 




Marseille: Non à la la saison France Israël!

Mardi 13 novembre, La Criée à Marseille recevait L’Orchestre National de Jérusalem dans le cadre de la Saison Croisée France Israël.

Plus de 300 tracts distribués aux spectateurs, de beaux échanges avec le public qui pour la plupart découvrait l’implication de l’État israélien, de son odieuse ministre de la Culture. Intéressante discussion avec Robert Fouchet Président de l’association Marseille-Concert et Macha Makeïeff, directrice  du Théâtre National de Marseille La Criée au cours de laquelle nous avons pu remettre l’ouvrage d’Eyal Sivan et Armelle Laborie « Un boycott légitime : Pour le BDS universitaire et culturel de l’État d’Israël ».

A noter les insultes, crachats, menaces et incapacité à argumenter de la trentaine de sionistes démontrant aux nombreux témoins ébahis les dégâts du colonialisme,  qui ne font que renforcer la détermination de BDS France Marseille.

 

 

 

 

 




Journée mondiale un monde sans murs à Clermont-Ferrand

#MondeSansMurs
#WorldWithoutWalls
Journée mondiale un monde sans murs à Clermont-Ferrand

Pour répondre au mouvement palestinien « Stop the Wall » de faire du 9 novembre une « Journée Mondiale Un Monde Sans Mur », une quinzaine de militants AFPS, BDSF, NPA, LDH, RESF, CGT, FSU, Solidaires, … ont déployé le 7 novembre, durant 1h30, deux banderoles : Contre le Mur, et Pour BDS, devant l’entrée principale du Centre commercial Jaude à Clermont-Ferrand.

Ils ont distribué, sur le pourtour de la place de Jaude et à l’arrêt du tramway environ 1.200 tracts, contre le mur, pour BDS et annonçant deux conférences Palestine les 7 et 13 novembre. Les passants, souvent des jeunes, nous ont pour la plupart réservé un très bon accueil et des remerciements.

 




Montpellier : Journée mondiale d’action contre les MURS !

Samedi 10 novembre la Campagne BDS France Montpellier a participé à cet événement mondial avec les soutien de : APLR, CCIPPP34, CIMADE L-R,  CMF, FUIQP34,  MAN, NPA, UJFP, place de la Comédie malgré les interdictions municipales. La police a à nouveau dressé un PV…

ON LÂCHE RIEN !