Montpellier : Un contre sommet “Afrique-France” anti-colonialiste

 

Le racisme et la discrimination sont les anthithèses de la Liberté, de la Justice et de l’Égalité

“(…) Guidés par l’agenda inclusif de la Conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée, qui s’est tenue en 2001 à Durban, en Afrique du Sud, les principes du mouvement BDS incluent les valeurs de la diversité culturelle, de la solidarité et du soutien mutuel avec les victimes du racisme et de la discrimination raciale.
Sur la base de ces valeurs, nous sommes solidaires des personnes d’origine africaine, des peuples indigènes, des sans-terre, des réfugiés et des migrants, des personnes exploitées et opprimées pour le progrès économique de quelques-uns, et de celles qui sont discriminées et persécutées pour leurs croyances ou leur identité, incluant la caste. Nous soutenons leurs luttes respectives pour la justice raciale, économique, sexuelle, environnementale et sociale.(…)”
(BNC 7 mars 2017- https://bdsf34.wordpress.com/2017/03/08/le-racisme-et-la-discrimination-raciale-sont-les-antitheses-de-la-liberte-de-la-justice-et-de-legalite/)

En opposition au sommet “Afrique-France” d’E. Macron et à l’ appel d’une centaine d’organisations et associations, se sont tenus à Montpellier, durant plus d’une semaine des actions, conférences et ateliers qui ont dénoncé le caractère colonialiste de ce sommet et de la présence française en Afrique.  La Marche nationale des sans papiers qui était largement représentée a été la cible de la répression du préfet de l’Hérault. Dans la foulée de la destruction sans sommation et au bulldozer de plusieurs bidonvilles de Montpellier en septembre dernier, M. le préfet s’est payé une rafle de sans papiers en gare de Montpellier. 8 arrestations à la descente du train : deux personnes expédiées en CRA (Centre de rétention administrative), les 6 autres se sont vues imposées une OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français). La carotte pour les un.e.s (du sommet) et le bâton pour les autres (du contre-sommet).  Une bonne illustration de la politique coloniale.

Répondant à l’Appel du BNC,  BDS France Montpellier a signé l’appel au Contre Sommet et participé aux diverses activités.

Hommage à Thomas Sankara dont le procès de son assassinat commence le 11 octobre 2021 à Ouagadougou.

En présence de Maryam Sankara, veuve de T. Sankara,  domiciliée à Montpellier, Aziz Fall a retracé les conditions difficiles de l’ouverture du procès. Le soir même il développera le sujet dans sa conférence intitulée “Lutte contre l’impunité : Sankara et panafricanisme”.

Mme Sankara, Aziz Fall et le président du comité T. Sankara 34 (à droite).

Mireille Fanon Mendès-France participait à l’événement.

Invitée par l’UJFP elle a participé à diverses  activités du contre sommet et tenu une conférence remarquée :

” Frantz Fanon, de l’anticolonialisme à la pensée décoloniale”.  (voir sur Youtube  et FB )

Voici pour BDS France le décryptage du “Sommet France Afrique” d’E. Macron par Mireille Fanon Mendès-France.

Sommet dont la caractéristique a été d’écarter unilatéralement les représentants officiels des État (chefs d’Étas, ministres etc.) au profit de personnalités du commerce, de la communication, du design ou du numérique, notamment de la diaspora africaine.

En fin d’interview elle mentionne la gravité de la possible admission d’Israël en tant qu’État observateur à l’Union Africaine.

Conférence de Raphaël Granvaud (SURVIE) :” Présence militaire française au Mali “.( Voir sur FB ) Toutes les conférences sont disponibles

 

L’exposition du GISTI a consacré un panneau à la colonisation de la Palestine et mentionné BDS. Tout à droite l’affichage de BDS France Montpellier de l’appel du BNC aux États africains contre l’entrée d’Israël au sein de l’UA (Union Africaine ) en tant qu’observateur. C’était l’axe de la présence de BDS France Montpellier à la manifestation.

 

Images de la manifestation

 

 

 




50 villes sur six continents rejoignent la journée internationale d’action #BoycottPUMA

Par la Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI), le 23 septembre 2021

#BoycottPuma était en tendance sur les réseaux sociaux, avec une portée Twitter de 9 millions, qui a depuis presque doublé pour atteindre 17 millions. Tant que PUMA ne mettra pas fin à son soutien à l’apartheid israélien, la campagne de boycott menée par les Palestiniens ne peut que s’amplifier.

Le samedi 18 septembre, dans plus de 50 villes sur les six continents, les défenseurs des droits des Palestiniens et les amateurs de sport ont participé à la journée internationale d’action #BoycottPUMA. Juste après la Journée internationale d’action, la portée de #BoycottPUMA sur Twitter atteignait le chiffre impressionnant de 9 millions. Depuis, elle a presque doublé pour atteindre 17 millions.

Des manifestations ont eu lieu dans les bureaux de PUMA, dans les magasins de la marque PUMA et chez les détaillants pour protester contre le soutien de l’entreprise allemande de vêtements de sport à l’apartheid israélien. Des lettres ont été remises aux directeurs de magasins et des tracts distribués aux clients.

Dans une vidéo de campagne largement diffusée, des athlètes palestiniens ont été rejoints par des athlètes d’Asie, d’Afrique, d’Europe et d’Amérique du Nord appelant à boycotter PUMA jusqu’à ce que Puma mette fin à son accord de sponsoring avec l’Association israélienne de football (IFA). L’IFA régit et défend les équipes installées dans des colonies israéliennes illégales sur des terres palestiniennes volées. En outre, le licencié exclusif de PUMA en Israël opère dans le « no man’s land » entourant Jérusalem-Est occupée, qui fait partie de l’entreprise illégale de colonisation et d’annexion d’Israël. La campagne de boycott a été lancée par plus de 200 équipes sportives palestiniennes.

Plus de 64 000 personnes ont signé une pétition lancée récemment par l’organisation internationale de défense des droits SumOfUs, qui demande à PUMA de mettre fin à « sa complicité avec l’État d’apartheid israélien ».  Retrouvez et signez la pétition ici.

SumOfUs a récemment rencontré le PDG de PUMA et a demandé à l’entreprise de suivre l’exemple de Ben & Jerry’s et de mettre fin à son implication dans les colonies israéliennes illégales.

Sur les médias sociaux, le deuxième hashtag le plus utilisé avec @PUMA était #BoycottPUMA. Le premier était #PumaFam, le propre hashtag de PUMA, qui s’est retourné contre l’entreprise avec le message « Nous ne sommes pas #PumaFam ». PUMA a d’ailleurs été contraint de cesser d’utiliser son propre hashtag. En troisième position, on trouve #AnimalCrossing, le hashtag d’une nouvelle chaussure PUMA en collaboration avec le jeu Nintendo lancé le même jour. C’est vrai, #BoycottPUMA a surpassé PUMA et Nintendo.

Même les médias israéliens ont noté que « le hashtag #BoycottPUMA a également été tendance sur les médias sociaux au cours des derniers jours. »

Certaines branches des socialistes démocrates d’Amérique (DSA) aux États-Unis se sont jointes à la campagne et à la journée d’action. Le fan club Oakland Roots Radicals a lancé une campagne appelant l’équipe de football américaine à mettre fin à son accord avec Puma. Le fan club Porcomunas de l’équipe brésilienne Palmeiras a également rejoint la campagne. En juillet, Black Lives Matter UK a annoncé son soutien à la campagne #BoycottPUMA.

Les équipes de plusieurs pays abandonnent PUMA, et les ambassadeurs célèbres et les partenaires commerciaux de PUMA commencent à soulever des questions éthiques.

Tant que PUMA n’aura pas mis fin à son soutien à l’apartheid israélien, la campagne #BoycottPUMA ne peut que prendre de l’ampleur.

Contactez-nous pour vous impliquer : pacbi@pacbi.org  //  campagnebdsfrance@yahoo.fr

Retrouvez ici les actions menées dans plusieurs villes de France lors de la journée d’action.

Vous trouverez ci-dessous les tweets de la Journée mondiale d’action.




BOYCOTT PUMA à CLERMONT-FD les 11 et 18 SEPTEMBRE

#BoycottPuma

Le 11 septembre, une dizaine de militants AFPS-BDSF 63 se sont relayés pour tenir un stand au forum de plus de 200 associations à Clermont-Ferrand.

Les thèmes mis en avant sur notre panneau ont été la levée du blocus de Gaza, le boycott d’Israël et LE BOYCOTT DE PUMA, les assassinats de Palestiniens en Cisjordanie, et les 6 héros de la prison de Gilboa.

Outre une adhésion, de nombreux contacts ont été pris, des dizaines de signatures de pétitions et une trentaine de signatures de la carte postale pour le directeur de Puma-France.

Plus de photos ici

 

Le 18 septembre, une action BDS PUMA a été menée dans les quartiers populaires nord de Clermont-Ferrand.

Nous étions 5 militants de l’AFPS-BDSF 63 de 16 à 18h près d’un grand centre commercial, et des arrêts de tram, des feux routiers sur la rue, ou au bas des immeubles, bien visibles avec notre banderole Puma. Nous avons distribué 400 tracts sur Puma et fait signer 27 cartes postales pour le directeur de Puma-France. Nous avons engagé beaucoup de discussions. Sans surprise, nous avons été favorablement accueillis, la plupart des passants soutenant les droits des Palestiniens.

Notre objectif était de rappeler très explicitement le rôle de la campagne BDS, son aspect international et sa stratégie de cibler certaines marques. Nous avons insisté sur l’implication bien réelle de Puma et d’autres multinationales dans l’oppression des Palestiniens.

A quelques jours du festival « Palestine en vue » (25-30 septembre, localement) nous avons également diffusé l’information sur les projections/débats à venir, notamment la future projection le 30 septembre du film « Gaza balle au pied » sur l’équipe de foot des amputés de Gaza.

Très peu de gens indifférents, de belles rencontres avec des familles, les enfants traduisant parfois aux mamans non francophones, avec des étudiantes et beaucoup de jeunes. Avec de nombreux jeunes passionnés de foot, ou avec certaines personnes elles-mêmes handicapées, ce fut l’occasion de rappeler la répression dont ont été victimes les jeunes Gazaouis lors des manifestations pour le droit au retour à Gaza depuis 2018.

Cette action nous a permis de dialoguer, d’apporter de l’information mais aussi de montrer que la lutte continue et que le consommateur a un rôle à jouer, comme avec Puma.

Plus de photos ici

 

 




Mobilisations BDS dans plusieurs villes de France pour la journée Boycott PUMA du 18 septembre

Le 20 septembre 2021

Dans le cadre de la 5ème journée d’action internationale Boycott Puma, les militantes et militants se sont mobilisé.e.s dans plusieurs villes de France pour dire à Puma de cesser de sponsoriser la colonisation et l’apartheid israéliens.

Retour en images sur ces mobilisations…

Retrouvez ici une vidéo résumant les mobilisations en France

A Strasbourg

Huit militantes et militants ont agi à Strasbourg  pour appeler au boycott de PUMA, avec pancartes au cou et à la main, tracts et explications sonores à l’appui!
L’accueil fut bon avec des passantes et passants nombreux.ses par cette belle journée ensoleillée.
Pendant ce temps, d’autres militantes et militants développaient la campagne au stand du collectif au Village des associations au Parc de la Citadelle.

A Aix-en-Provence

A Aix-en-Provence, ce samedi après-midi, les militantes et militants de la campagne BDS étaient déterminé.e.s malgré la chaleur. Après une courte visite à l’intérieur du magasin Footlocker, ils et elles ont distribué plusieurs centaines de tracts, essentiellement en ciblant les jeunes, qui ont pour la plupart réservé un bon accueil.

A Saint-Etienne

Dans le cadre de la journée internationale d’action en direction de Puma,  sept militantes et militants BDS se sont réuni.e.s devant le centre commercial Centre Deux, et ont pu discuter avec de nombreux clients du centre commercial, un public plutôt très jeune, au son de la guitare du musicien Atmane et de sa chanson « Le boycott a la cote ».

A Tours

Dans la rue passante de Tours, les militantes et militants ont reçu un bon accueil, notamment des jeunes, et ont pu distribuer plusieurs centaines de tracts.

A Lyon

Les militantes et militants ont agi devant le centre commercial Confluences à Lyon à l’occasion de la journée internationale contre Puma.

A Saint-Denis

Une vingtaine de militantes et militants ont pu distribuer plus de 500 tracts le 18 septembre à Saint-Denis, près du Centre commercial de la Basilique Saint-Denis. Certain.e.s ont pu rencontrer le directeur du magasin Go sport afin de lui expliquer les raisons de cette action. Les retours venant des passantes et passants ont été positifs.

A Bordeaux
Malgré la pluie bordelaise, les militantes et militants ont fait preuve d’enthousiasme et se sont rassemblé.e.s afin de mener une action informative auprès des passants.
A Clermont-Ferrand
Chacun.e placé.e dans différents lieux ( entrées du magasin, feux routiers sur la rue, arrêt de tram, bas des immeubles..), les militantes et militants ont distribué 400 tracts sur Puma et ont engagé beaucoup de discussions. Sans surprise, l’accueil fut bon, la plupart des passants soutenant les droits des Palestiniens. Les rencontres furent intéressantes, notamment avec des jeunes passionné.e.s de football, et ont permis de rappeler le rôle de la campagne BDS, son aspect international et sa stratégie consistant à cibler certaines marques.
A Montpellier
C’est devant le magasin Décathlon que les militantes et militants ont tenu un stand ce 18 septembre et ont distribué 500 tracts, après avoir rencontré le directeur du magasin. L’accueil fut plutôt chaleureux.
A Lille
Sous le soleil lillois, petits et grands ont taclé Puma. Des tracts ont été distribués, plusieurs dizaines de signatures ont été récoltées pour la pétition.
Continuons à agir pour la liberté et la justice pour les Palestiniennes et Palestiniens et à appeler au Boycott de PUMA !
Retrouvez ici la vidéo de joueurs de football palestiniens qui expliquent en quoi la colonisation et l’apartheid les privent de vivre pleinement leur carrière.



Succès du stand BDS France à la Fête de l’Humanité du 10 au 12 septembre 2021

Après un an d’absence pour raisons sanitaires, la fête de l’Humanité a fait son grand retour à la Courneuve, du 10 au 12 septembre à la Courneuve.

Pour voir les photos du stand de BDS France à la fête de l’Humanité, cliquez ici 

C’est dans la rue de l’Internationalisme, au sein du Village du Monde, diminué afin de respecter les règles relatives à la pandémie de Covid-19, que la Campagne BDS France a tenu un stand afin d’informer les visiteurs et militants sur la campagne de boycott de l’apartheid israélien ainsi que sur la solidarité avec le peuple palestinien et sa résistance.

De nombreux contacts ont été pris pour rejoindre BDS France ou être inscrit à notre newsletter. 

Si l’objectif de 120 000 visiteurs sur la totalité de la fête semble avoir été dépassé, le public qui a visité le stand fut lui aussi nombreux et diversifié, allant des militants les plus chevronnés intéressés par la stratégie d’appel au boycott et au désinvestissement aux plus néophytes, qui ont pu échanger sur la situation en Palestine occupée et sur la Campagne BDS, en passant par des artistes intéressés par la question du boycott culturel.

Belle mobilisation collective des militant.e.s de la Campagne mobilisés durant le weekend !

Au terme d’une édition 2021 riche en échanges divers et intéressants, il ne reste plus qu’à répondre aux attentes des nouveaux sympathisant-e-s et à se donner rendez-vous à la prochaine Fête de l’Humanité, probablement dans l’Essonne, pour un nouveau week-end de militantisme et de débats.

 

 




Seconde action Parisienne contre le Trophée des Champions à Tel Aviv au PSG samedi 17 juillet

Nous étions 4 militant·e·s de nouveau mobilisé·e·s devant le centre d’entrainement du PSG, ce samedi en marge du second match de pré-saison du club parisien.

Nous avons pu donner notre tract en mains propres et discuter avec les joueurs Bernat, Dagba, Kerher, Fressange, Kalimuendo et surtout avec le directeur sportif Leonardo, qui était l’un de nos objectifs du jour. Nous souhaitions également nous rapprocher de Hakimi, mais celui-ci, positif au Covid, était absent. Et enfin, nous avons pu également expliquer notre démarche à des joueurs de l’équipe adverse du jour, le FC Chambly.

La présence de 4 véhicules de police, d’agents de sécurité supplémentaires et la mise en place de barrières nous font penser que nous étions très attendus. N’ayant pas déployé de banderoles cette fois-ci, nous avons pu poursuivre notre action parmi la trentaine de supporters présents. Il faut noter qu’aucun d’entre eux ne s’est opposé à notre démarche et qu’au contraire une majorité s’est montrée relativement compréhensive.

Une anecdote avec l’ancienne joueuse Laure Boulleau, désormais coordinatrice de l’équipe féminine et présentatrice sur la chaine PSGTV (elle est aussi consultante foot pour Canal+ pour info) nous a semblé intéressante. Faisant mine de vouloir faire un selfie, nous lui avons proposé notre tract. A peine avons-nous eu le temps de lui expliquer son contenu, celle-ci s’est défendue d’un « pour le Trophée des Champions ? Désolé je ne peux pas l’accepter je suis salariée du club ». Comme si l’info avait circulé au sein du club. Enfin, nous avons pu échanger avec un journaliste de RMC qui a parfaitement compris et respecté la raison de notre présence.




Tournoi de foot à Nanterre en solidarité avec le peuple palestinien

Samedi 17 juin 2021 nous étions 9 (équipe d’animation et sympathisants) pour représenter BDS Paris Banlieue à ce tournoi de foot où nous avions été invités à y tenir une table d’information. Cela nous a donné l’occasion d’aller à la rencontre des habitants d’un quartier de Nanterre où il n’y a plus d’aire de jeux pour les enfants, juste un simple petit terrain de foot « city stade ». Les militants de l’association ARENE, qui militent en faveur des palestiniens et notamment pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah sont très motivés mais ne bénéficient d’aucune aide de la mairie ce qui peut expliquer le manque de com autour de cet événement. Néanmoins des jeunes, des enfants, et des parents étaient présents pour venir jouer et avoir un premier contact avec les membres de BDS et de l’AFPS Nanterre présent-e-s. L’équipe d’animation a formé une équipe et nous avons pu participer au tournoi.

En parallèle au tournoi, 3 graffeurs ont réalisé un graff représentant Marwan Barghouti, Ahmad Saadat et Georges Ibrahim Abdallah en soutien à la Palestine sur un mur des Arène de Nanterre, lieu historique pour beaucoup de personnes ici.

Ce tournoi nous donne à réfléchir pour renouveler ce genre d’événement afin de sensibiliser les quartiers populaires à la Campagne BDS et à la résistance palestinienne.

Nous y avons passé un très bel après-midi et l’équipe de foot BDS a donné tout ce qu’elle pouvait à ce tournoi.

Merci aux camarades de l’ARENE pour cette invitation que nous espérons retrouver dans des actions communes.

 




Action Parisienne Contre le Trophée des Champions 2021 à Tel Aviv

Nous étions 6 militant.e.s mobilisé.e.s mercredi 14 juillet, contre l’organisation du Trophée des Champions à Tel Aviv, devant le Centre d’entrainement du PSG à St Germain en Laye, en marge de son premier match de pré-saison (à huis-clos).
Les échanges avec les quelques supporters présents ont été positifs. Nous avons pu transmettre le texte issu de la pétition à certains joueurs, notamment Idrissa Gueye, Thilo Kherer, Keylor Navas, Alexandre Letellier pour les plus connus. Le reste de l’équipe, dont les joueurs vedettes, est encore en vacances. Nous regrettons cependant de n’avoir pu rencontrer la nouvelle recrue, Achraf Hakimi, pourtant présente. Celui-ci avait en effet soutenu publiquement la Palestine (ici ou ) lors des événements de mai dernier.
Nous avons aussi déployé une banderole « Non au Trophée des Champions à Tel Aviv !  » ce qui a eu pour effet de faire réagir très rapidement le service de sécurité du club. Les agents nous ont repoussé.e.s très loin affirmant « devoir suivre des ordres ». Ils ne souhaitaient pas que « le message soit associé à l’image du club, dans les éventuels posts sur les réseaux sociaux des supporters présents sur place » nous a-t-on dit. Nous avions également placé quelques flyers sur les pare-brises des véhicules stationnés sur le parking avoisinant le centre. Nous les avons ensuite retrouvés totalement retirés et déchirés à notre retour. Nous suspectons là-encore le service de sécurité.



La campagne BDS France mobilisée ce 19 juin 2021 : AXA, PUMA cessez de soutenir l’apartheid israélien !

Contre la complicité d’AXA et de PUMA vis-à-vis de la colonisation et de l’apartheid israéliens, la campagne BDS France s’est mobilisée dans plusieurs villes le 19 juin 2021.

L’équipementier sportif PUMA sponsorise l’Association israélienne de football, (IFA) dont 6 clubs se trouvent dans les colonies israéliennes illégales implantées en Cisjordanie, territoire palestinien occupé. Ainsi, les colons sont sponsorisés par PUMA tandis que l’armée israélienne n’hésite pas à tirer sur des joueurs de football palestiniens, à détruire les stades et à anéantir toute perspective de carrière pour les jeunes sportifs palestiniens.

La compagnie d’assurance AXA investit dans quatre banques israéliennes impliquées, selon l’ONU, dans la colonisation israélienne en finançant des entreprises et des organes gouvernementaux israéliens qui participent à l’occupation de la Palestine.

Boycotter PUMA et AXA, c’est agir en solidarité avec la lutte des Palestiniennes et des Palestiniens pour la justice, la liberté et l’égalité.

Retour en images sur la journée d’action nationale du 19 juin…

Les militantes et militants aixois ont bravé la chaleur pour distribuer plusieurs centaines de tracts et informer les passants sur la campagne BDS et la complicité d’AXA et de PUMA vis-à-vis de l’apartheid israélien.

 

A Strasbourg, les activistes se sont mobilisés pour sensibiliser la population, et ont permis aux passants de signer des cartes à envoyer au PDG de PUMA pour lui demander de cesser de sponsoriser l’apartheid et la colonisation.

 

A Paris, une action a eu lieu devant le magasin PUMA parisien, lors de laquelle les militantes et militants ont pu distribuer des tracts et informer les passants sur la campagne et le boycott de PUMA et d’AXA.

 

Les militantes et militants rennais ont installé dans leur ville un stand d’information quant aux campagnes de boycott de PUMA et d’AXA, et ont effectué un travail de sensibilisation auprès de la population.

 

C’est sur la place Bellecour que les militantes et militants lyonnais ont distribué des  tracts et ont profité du bon accueil des passants pour les sensibiliser.

 

A Orléans, une action d’information a eu lieu devant des magasins de chaussures revendeurs de PUMA.

 

A St Etienne, les militantes et militants ont réalisé une action informative sur AXA, dans le cadre de leur participation à la projection du film d’Hassane Mezine, “Fanon, hier aujourd’hui”.

Continuons à agir en solidarité avec les Palestiniennes et Palestiniens et pour la fin de la complicité d’AXA et de PUMA vis à vis de l’apartheid israélien !

 

 

 

 




ILS* interdisent la manifestation anti-apartheid israélien : une manifestation anti-raciste et non-violente

Manifestation BDS France Montpellier, 22 mai 2021 en solidarité avec le soulèvement du peuple palestinien et contre les bombardements de Gaza.

Criminaliser et réprimer la critique de l’État d’Israël

Par arrêté préfectoral du 18 juin 2021 le préfet de l’Hérault interdit la manifestation déclarée par BDS France Montpellier :

CET ARRÊTÉ INTERDIT DE DÉNONCER LE CARACTÈRE COLONIAL DE CETTE JOURNÉE QUI PROCLAME JÉRUSALEM CAPITALE D’ISRAËL

CET ARRÊTÉ CONSIDÈRE QUE DÉNONCER “L’ANNEXION DE JÉRUSALEM”, “JÉRUSALEM CAPITALE D’ISRAËL” ET “L’APARTHEID ISRAÉLIEN” CONSTITUENT DES “PROPOS HAINEUX” .

Mais alors pourquoi le préfet n’assigne t-il pas BDS France Montpellier au tribunal ? Par ce que rien de tout ce qui est écrit, dit ou filmé ne prête à procès. Croyez-vous qu’ILS* auraient hésité une seconde s’ils avaient trouvé matière à poursuite ? Ça fait des années qu’ils en rêvent. Cette fois-ci ils n’ont même pas tenté d’utiliser l’arme “fatale”  “d’antisémitisme” tellement elle est mensongère contre BDS.

Rassemblement 19 juin 2021 place de la comédie.

L’objectif stratégique est d’éliminer de la vie publique toute critique du caractère colonial, d’apartheid et donc raciste de l’État d’Israël.

La tactique consiste :

  • D’une part à intimider ceux et celles qui osent dénoncer le système d’apartheid et la colonisation de peuplement et par voie de conséquences, intimider tous ceux et celles qui seraient tenté.e.s de le faire et tous ceux et celles qui seraient tenté.e.s de les médiatiser (journalistes).
  • D’autre par il s’agit de disqualifier ceux et celles qui portent ces critiques en les qualifiant (sans avancer arguments) d’”antisémites”, “leurs propos de haineux”, “islamistes”, “c’est le Hamas” etc. et si ça ne suffit pas viennent les attaques qui visent la personne elle même, sa vie privée etc. La méthode est connue, en attaquant celui ou celle qui émet la critique on déplace sur lui ou elle la discussion, le but étant de ne pas parler du contenu, du fond, qui eux sont indéfendables : colonisation, crimes de guerre, apartheid, persécutions, crimes contre l’humanité, blocus de Gaza, le Mur etc.
  • Avec la criminalisation vient progressivement la répression :  après les procès, les PV et amendes, les auditions au commissariat, viennent la confiscation-vol du matériel (chapiteau, tables pour un montant de 700€), les refus systématiques d’autorisations de stand place de la comédie et les interdictions de manifestations. Il s’agit “d’habituer” le public et ainsi banaliser l’atteinte majeure au droit constitutionnel  que constituent la liberté d’expression et de manifester sur la voie publique.
  • Certain.e.s qualifient ce processus qui se généralise au prétexte de la pandémie comme un processus de fascisation.

Prise de parole pour présenter les activités de BDS France Montpellier et les Campagnes en cours (PUMA, AXA, HP(Hewlett Packard…).

L’apartheid israélien est une réalité avérée

Il est aujourd’hui impossible d’ignorer ce fait :

2009 : le Tribunal Russel lors de sa 3ème session en Afrique du Sud conclut :« Israël soumet le peuple palestinien à un régime institutionnalisé de domination considéré comme apartheid en vertu du droit international.

2017 : rapport Falk/Tilley pour l’ONU conclut : «(…) le poids des preuves est suffisant pour soutenir, au-delà de tout doute raisonnable, qu’Israël est coupable d’imposer au peuple palestinien un régime d’apartheid, ce qui constitue un crime contre l’humanité (…).

2021  12 janvier: L’ONG israélienne des droits humains B’tselem conclut : « Un régime de suprématie juive du Jourdain à la Méditerranée : C’est l’apartheid ».

2021 27 avril, l’ONG internationale Human Rights Watch conclut : «  Les autorités israéliennes commettent les crimes contre l’humanité d’apartheid et de persécution contre les Palestiniens vivant dans le territoire occupé, y compris Jérusalem-Est. »

En décembre 2018 la Knesset a adopté la “Loi fondamentale” qui stipule  qu’ ” Israël est l’État nation du peuple juif”. Cette loi, qui s’appliquait de fait,  officialise dans la loi l’apartheid en Israël.

PEUT-ON EN MÊME TEMPS COMBATTRE EN FRANCE LES IDÉES D’EXTRÊME DROITE ET SOUTENIR L’APARTHEID ISRAÉLIEN EN ISRAËL ?

Comment  les exécutifs de la Région, du Département et de la Ville de Montpellier  (tous à majorité PS) peuvent-ils se prétendre pour les libertés démocratiques, contre le racisme, contre la droite et l’extrême droite et depuis 44 ans soutenir politiquement et financièrement une fête coloniale d’un État d’apartheid ?

LE “EN MÊME TEMPS” EST UNE FORMULE HYPOCRITE AU SERVICE DE L’OPPRESSEUR

E. Macron en Algérie a qualifié la colonisation “de crime contre l’humanité” et de “vraie barbarie” mais  mais en même temps son préfet interdit une manifestation contre la colonisation israélienne. Quand Israël bombarde la Bande de Gaza et que les assassinats de civils dont de nombreux enfants sont médiatisés, E. Macron déclare : “Israël à le doit de se défendre” ce qui signifie : Israël à le droit de défendre son système colonial et son système d’apartheid.

Peut-on être en même temps une démocratie et un État d’apartheid ?

COMBATTRE LES IDÉES D’EXTRÊME DROITE PARTOUT OÙ ELLES SE MANIFESTENT

Qu’y a t-il de plus “extrême droite” qu’un système d’apartheid ? Et donc soutenir Israël c’est soutenir les idées d’extrême droite.

 

Une intervention plus détaillée sur les événements : sur FB : https://fb.watch/6f0M3bOniP/

 

 




ACTIONS CRITERIUM DAUPHINE dans le 63 – #IsraelApartheidNation 

Dimanche 30/05 des militant-e-s de Sauxillanges et des adhérent-e-s de l’AFPS 63 ont organisé une action en deux parties à l’occasion du départ du Critérium du Dauphiné 2021, de la première étape en boucles Issoire-Issoire et de la participation de l’équipe de propagande israélienne.
Durant la semaine précédente, ils avaient distribué quelques centaines de tracts sur le marché hebdomadaire de Sauxillanges, puis d’Issoire…
A Sauxillanges, le dimanche, une dizaine de militant-e-s d’associations locales (Alternateur, Sésame, UCL, 4ACG, AFPS) s’étaient donnés rendez -vous sur le parvis de la Mairie pour protester contre la participation de l’équipe de propagande Israël Apartheid (Start Up) Nation (ISN).  Malgré un dispositif policier disproportionné eu égard à la taille de la petite ville, les participants ont brandi une banderole et des drapeaux aux couleurs de la Palestine et scandé « Palestine vivra, Palestine vaincra » au passage du véhicule et des cyclistes d’ISN. Bon accueil de la population et même de Mr le Maire qui est venu saluer les manifestants. Le correspondant du quotidien local La Montagne a pris qcq photos des manifestants et s’est engagé à écrire un petit article.
A Issoire 6 personnes de l’AFPS 63 étaient présentes pour manifester au passage des coureurs et des véhicules d’ISN…Après quelques démêlés avec les représentants de la brigade de la gendarmerie qui nous ont fait la morale sur « les troubles à l’ordre public », et des difficultés à trouver le lieu de départ dans une ville de sous-préfecture désertée, nous nous sommes finalement installés avenue Kennedy avec banderole et drapeaux palestiniens. Comme à Sauxillanges, nous avons distribué tracts et crié des slogans au passage de l’équipe et des véhicules d’Israël Apartheid Nation
A noter un contact avec trois jeunes cyclistes et artistes professionnels venant de Lille de passage dans la Région pour interroger les riverains sur les projets « voie verte ». Ils furent très intéressés par notre action : sympathisants de l’AFPS du Nord, ils ont photographié notre banderole et nous ont interviewés … Cet échange a compensé un public très clairsemé sur cette étape issoirienne à l’image d’une presse locale quasi absente de l’évènement.
Plus de photos sur FB
#ISRAELAPARTHEIDNATION



Marche des Libertés à Paris le 12 juin

Nous étions plus d’une dizaine de BDS France Paris – Banlieue à participer le samedi 12 juin 2021 à Paris à la Marche contre l’extrême-droite et pour les libertés, certain-e-s camarades étant disséminé-e-s dans la manif.
La manif rassemblait au moins quelques dizaines de milliers de manifestant-e-s, de nombreux cortèges de syndicats, partis et associations, et une foule de gens cheminant entre les cortèges.

Elle était diverse, marquée par la volonté d’unir nos diversités pour faire barrage aux menaces que l’enracinement progressif des idées d’extrême-droite fait peser sur la liberté d’expression

Sur tout le parcours il n’y avait pas de police en vue, et c’était alors … « cool »

Voici des photos :

https://photos.app.goo.gl/vYE7LtdEyDr24Dp37




Montpellier : 22 Mai, plus de 700 personnes se mobilisent contre l’apartheid israélien

Plus de 700 personnes, beaucoup de jeunes, beaucoup de jeunes filles ont répondu à l’appel des associations organisatrices de la manifestation. Une manifestation riche en drapeaux palestiniens, banderoles et panneaux. Une manifestation dont le dynamisme et l’énergie ont été remarqués et qui a suscité beaucoup de sympathie sur son passage. Une manifestation qui a fermement dénoncé les crimes israéliens, la colonisation, le système d’apartheid et la complicité de l’Union Européenne et de la France en particulier : “Israël assassin, Macron complice” ! a t-on entendu fréquemment.

DES INTERVENANTS EN COLÈRE !

Youssef Djoufelkit, représentant du Collectif des Musulmans de Montpellier.

Nous sommes la voix de ces enfants palestiniens.
Nous ne nous tairons pas.

Le représentant du Collectif des Musulmans de France a cité le cas de Mariam un bébé de 3 ans assassiné par un missile israélien, assassiné en même temps que sa mère et son frère de 5 ans. Un bébé qui ne pourra pas être enterré car son corps a été totalement pulvérisé… “et si ça avait été la fille de Boris Johnson ? ou de Biden ?” questionne l’intervenant !

Quand c’est le bébé royal à Londres qui vient au monde tout le monde
vient pour l’accueillir dans la joie. Alors que le monde entier reste
indifférent face à la mort des enfants de Gaza.”

La famille de Mariam nous dit :
“Nous n’avons plus de mots pour décrire la brutalité de l’armée
d’occupation “israélienne”
Nous n’avons plus de mots pour décrire le monde injuste dans lequel nous
vivons.”

Et l’orateur de poursuivre :

Nous sommes la voix de ces enfants palestiniens.
Nous ne nous tairons pas.
Nous ne serons pas silencieux.
Nous sommes du coté de ceux qui sont opprimés.”

(…)

“On nous parle de cycle de la violence,
Il n’y a pas de cycle de la violence !
Il y a un agresseur et un agressé !
Ce ne sont pas les résistants Palestiniens qu’il faut condamner mais ce
sont les occupants israéliens qu’il faut condamner.
Depuis 73 ans les Palestiniens sont massacrés et expulsés de leur
terre.
C’est une colonisation de la Palestine.
C’est une colonisation de remplacement.”(…)

 

 Sami, le représentant du FUIQP (Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires) a commencé en rappelant que :

” (…) le sionisme n’est même pas une excroissance du judaïsme, c’est une idéologie coloniale,  nationaliste, suprémaciste et donc  raciste, qui est née en Europe, pour régler le problème de l’antisémitisme européen et qui se sert du judaïsme pour alimenter un mythe messianique. (…)

Il a dénoncé et démonté l’élément de langage  : “Israël a le droit de se défendre” qui masque la réalité coloniale du système en place. Formule reprise en choeur par tous les complices de l’apartheid et ” les nostalgiques de l’Algérie française qui aimeraient reconquérir les 600 “territoires perdus de la République” mettre des check-points comme en Israël avec la permission de tirer sans sommation.

L’’idéologie coloniale qui perdure en France et qui se sert du même schéma que la politique israélienne, pour fabriquer un ennemi de l’intérieur en France. Les musulmans et musulmanes pour qui le gouvernement fait une loi d’exception “ la loi sur le séparatisme” qui permet de discriminer toute une partie de la population française. D’interdire à des mamans d’accompagner leurs enfants à des sorties scolaires, interdire aux français issus de l’immigration de s’investir dans des structures non gouvernementales, écoles, associations anti-racistes ou humanitaires … Mais surtout qui nous interdit de lutter pour nos droits et contre l’islamophobie d’État. 

Et c’est en cela que nous nous sentons proches de nos frères et soeurs palestinien.ne.s.

 

José-Luis pour la campagne BDS France Montpellier,

Pour la première fois on assiste à l’émergence massive et combative du peuple palestinien dont l’unité de ses 3 composantes est reconstituée par l’entrée en lutte en même temps et sur des objectifs communs.  C’est l’événement majeur.

Après avoir rappelé que la Nakba n’est pas seulement la “catastrophe” ponctuelle de 1948 mais qu’elle se perpétue dans le système d’apartheid “avec la colonisation de peuplement, c’est à dire le vol des maisons et des terres et le remplacement des Palestiniens par les colons juifs israéliens. C’est le nettoyage ethnique, l’épuration ethnique…

L’intervenant aborde l’événement que constitue l’émergence des Palestiniens de 48 :” Ce n’est pas d’aujourd’hui que les Palestiniens de 48 mènent des luttes. (…) On a longtemps méconnu, ignoré et/ou sous estimé qu’ils étaient aussi victimes des vols de maisons, de terres etc.

Nombreux à venir prier à Al Aqsa à l’occasion du Ramadan, ils ont subi la répression et se sont révoltés au coude à coude avec les Palestiniens de Cisjordanie et Jérusalem. Rentrés en Israël ils ont manifesté dans plusieurs grandes villes leur solidarité avec Sheick jarrah, AL Aqsa et contre les bombardements de Gaza.

La spécificité du système d’apartheid israélien c’est d’avoir fait éclater et compartimenté le peuple palestinien dans des secteurs géographiques différents qui de plus sont régis par les législations différentes.

Ce qui vient de se passer est historique car malgré cet apartheid et par delà ce morcellement, les 3 composantes du peuple palestiniens : les Palestiniens colonisés (Cisjordanie, Gaza et Jérusalem) les Réfugiés (80% des habitants de Gaza) et les Palestiniens de 48 en Israël, se sont mobilisés en même temps et sur des objectifs communs.

Un Israélien de Tel Aviv disait sur France inter son inquiétude face aux événements : « Je n’ai pas peur des roquettes du Hamas mais je m’inquiète des problèmes que soulèvent les réactions des Arabes israéliens ». Il a bien raison car l’unité recomposée et retrouvée du peuple Palestinien est potentiellement la force susceptible de bouleverser la donne et ouvrir de nouveaux horizons pour le peuple palestinien. Au mouvement de solidarité de voir comment il peut accompagner cette nouvelle dynamique et surtout ne pas y faire obstacle par des revendications obsolètes.

Après avoir fustigé la complicité de l’Union Européenne et de la France, le racisme, héritage du système colonial a été pointé comme à l’origine de cette complicité. Les lois “sécurité globale ” et “séparatisme” en particulier attestent de cette volonté de gestion coloniale des quartiers populaires et au delà.

C’est important de comprendre cela, car cela signifie que le combat contre le racisme structurel (qui ne saurait se limiter à l’antiracisme moral)  est désormais une question centrale pour tous les mouvements sociaux.

La conclusion a rappelé brièvement les 3 revendications stratégiques BDS, dont on peut aujourd’hui saisir toute la pertinence dans la reconstruction de l’unité du peuple palestinien. Et appel a été lancé à tous et toutes pour participer dès lundi  24 mai à une réunion BDS ouverte en vue de rejoindre le mouvement et relancer l’activité, autour des campagnes internationales du BDS et de la construction des ZLAI (Zones Libres d’Apartheid israélien) dans les quartiers populaires.

 

DES MANIFESTANT.E.S DÉTERMINÉ.E.S !

 

De nombreuses familles présentes. A un responsable de la police nationale qui venait préciser un détail du parcours à un représentant BDS France Montpellier, ce dernier lui a dit : “vous avez vu ? les séparatistes, les terroristes islamistes ils sont tous là et regardez on n’a même pas besoin de service d’ordre ! alors ? il est où le danger ?” . Le policier a pris le parti d’en rire…

Les jeunes filles et jeunes femmes , très nombreuses et motivées !

Ichem qui ne rate pas une seule manifestation !! est venu avec la délégation de Nîmes et leur drapeau immense…

Les 3 grâces saluent le drapeau palestinien !

COMBATTRE L’APARTHEID QUI EST UN CRIME CONTRE L’HUMANITÉ

Manifestation à l’initiative de : Association des Palestiniens Languedoc-Roussillon (APLR), Campagne BDS France Montpellier, Campagne Civile pour la Protection du Peuple Palestinien (CCIPPP34), Collectif des Musulmans de Montpellier (CMM), Décolonial News, Front contre l’Islamophobie (FCI 34), Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires (FUIQP34), Mouvement pour une Alternative Non-violente (MAN), Réseau de la Jeunesse Algérienne (RJA), Union Juive Française pour la Paix (UJFP34).

Et le soutien de :
ATTAC Montpellier, Ensemble 34, La CIMADE, Confédération Nationale du Travail (CNT34) ESS, La Libre Pensée34, Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA 34), Parti de gauche (PG34), Participation et Spiritualité Musulmanes (PSM Languedoc-Roussillon), Union Communiste Libertaire (UCL34)

 

 




Apartheid – La riposte des quartiers populaires : 100 commerçants se déclarent solidaires de la Palestine ! 3 ZLAI à Montpellier

Apartheid Free Zone : Les Zones Libres d’Apartheid israélien (ZLAI) c’est quoi ?

La création en Europe des ZLAI (2014) est une initiative du BDS Palestinien. C’est une des 10 campagnes internationales du BNC. Les ZLAI se définissent comme un territoire qui condamne le système d’apartheid israélien et qui refuse toute complicité avec ce système. La ZLAI est donc un territoire (quartier, village, ville…) où s’applique le plus rigoureusement et exhaustivement possible le Boycott, le Désinvestissement et les Sanctions (BDS)  de sorte qu’on veille à ne pas engager des actions de “normalisation” avec l’apartheid israélien sur le terrain des relations institutionnelles, commerciales, culturelles, religieuses, académiques et sportives .  Le boycott, inspiré du combat contre l’apartheid en Afrique du Sud est le moyen choisi pour créer un rapport de force contraignant Israël à appliquer le droit international et les droits humains.

L’Espagne et l’Italie et les Pays-Bas ont fait un travail fantastique dans ce domaine.

La ZLAI à La Paillade (Quartier populaire au nord de Montpellier)

Le boycott des fruits et légumes a été la première étape dans l’édification de la ZLAI

BDS France Montpellier a lancé en premier la construction de la ZLAI à la Paillade dans la foulée des actions de boycott des fruits et légumes de l’apartheid israélien menées depuis 2009 dans ce quartier. Cette étape nous a fait connaître auprès des commerçant.e.s et client.e.s du quartier. Interventions régulières dans les marchés, les halles et dans les magasins et de nombreuses discussion, parfois vives mais toujours respectueuses et argumentées, avec certain.e.s commerçant.e.s ont eu raison des plus récalcitrants au bout de trois ans. Le soutien des client.e.s a pesé dans les décisions de cesser la vente des fruits et légumes israéliens.

 

Inclusion du boycott culturel dans le champ de la ZLAI

Fin 2017 et 2018 la question du boycott culturel a été intégrée dans les objectifs de la ZLAI. Au cours d’une campagne de près de 8 mois contre la venue d’un spectacle – We love arabs –  soutenu par le ministère de la culture israélien nous avons associé les commerçant.e.s à cette campagne via l’affichage des affiches BDS dans leurs vitrines durant toute la campagne.

Le 20 mars 2018, premier jour du spectacle, une forte mobilisation des habitant.e.s du quartier déclenchait l’arrivée d’un nombre important des forces de police dont la simple présence faisait voler en éclats l’illusion d’une possible “normalisation ” avec l’état colonisateur. Les interventions en direct par skype de Haidar Eid et de Bassem Tamimi  venus renforcer  l’appel au boycott du spectacle ont contribué à légitimer et créditer les actions du comité BDS France Montpellier dans ce quartier.

Relance de la ZLAI (après l’épisode COVID) : Passage du boycott des entreprise à la solidarité politique contre l’apartheid

Ouvrir le chantier de deux ZLAI supplémentaires

Au sortir du confinement, un plan de travail ambitieux sur un temps court, 3 mois, a articulé les campagnes à venir (dont l’IAW en particulier) avec la relance de la ZLAI, à La Paillade en premier lieu mais également dans deux autres quartiers (Plan Cabannes et Les Cévennes) où nous étions intervenu.e.s de nombreuses fois mais non systématiquement. Le boycott des dattes israéliennes dans la perspective du Ramadan a été le support de la campagne. Au terme de deux mois d’intervention 100 petits commerçants ont participé activement aux affichages et à la Paillade, 6 d’entre eux ont accepté de coller sur leur vitrine le sticker de la ZLAI de La Paillade marquant ainsi leur adhésion au projet.

Les Palestinien.e.s de Montpellier et environs avec le comité BDS France Montpellier leur ont diffusé une lettre de remerciements lors de la dernière tournée des magasin (cette semaine). Ils en ont été surpris, très touchés …

Cliquez sur   Merci pour lire la lettre .

 

Affichage du sticker ZLAI Paillade sur les portes d’entrés

Créer un “climat” de solidarité affichée avec la Palestine

Par exemple sur les 45 magasins visités dans le quartier du Plan Cabannes, 5 seulement ont refusé de placarder l’affichette de boycott des dattes israéliennes et 3 seulement avaient des dattes israéliennes. Alors nous avons décidé de sortir du strict boycott des produits pour proposer l’affichage du boycott des dattes à tous les magasins ouverts : coiffeurs, boulangeries, boucheries, téléphonie, tabacs… Ce faisant la cible devenait l’apartheid et la demande implicite faite à ces commerçant.e.s était de se positionner directement sur le registre d’une solidarité politique contre l’apartheid.

 

  

“Commerçants des Cévennes”

Participer directement à la campagne contre l’apartheid initiée par le BNC palestinien

La violence de la colonisation de peuplement, la répression israélienne à Sheikh Jarrah et sur l’esplanade des mosquées ainsi que la courageuse résistance de la jeunesse palestinienne ont facilité ce passage. Les bombardements sur Gaza et la révolte des palestiniens de 48 ont levé tous les obstacles. Dans ce contexte il devenait possible d’avancer. De partager avec les commerçants de la Paillade la mise en oeuvre de la ZLAI et afficher les adhésions au projet. De partager avec les commerçants des deux autres quartiers les campagnes du BNC et notamment la campagne “Levez la main contre l’apartheid”. C’est avec enthousiasme que la quasi totalité des commerçants contactés a répondu.

La prochaine étape va consister à impliquer des associations dans la ZLAI.

Commerçants du plan Cabannes, “lèvent la main contre l’apartheid” en présentant l’affiche de l’appel à la manifestation du 22 mai.

D’autres affichages d’appel à la manifestation du 22 mai au centre ville

 




BDS France Paris au cœur du rassemblement du 15 Mai

La Campagne BDS France Paris a signé, avec d’autres organisations, l’appel à maintenir la manifestation du 15 mai 2021, initiée par l’Association de Palestiniens en IIe de France, dont voici quelques extraits

Nous serons présents le 15 mai à Barbès !

Soutien à la lutte du peuple palestinien

Pour la liberté de manifester

Alors que l’État d’Israël poursuit son agression meurtrière contre les Palestiniens, suscitant une légitime indignation aux quatre coins du monde, le préfet de Police a décidé, à la demande du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, d’interdire la manifestation de solidarité avec les Palestiniens organisée samedi 15 mai, 15h à Barbès, ainsi que le rassemblement prévu à midi à la Fontaine des Innocents.

Cette décision, prise au nom de prétextes fallacieux, est intolérable et attentatoire aux libertés publiques. Parce que nous refusons de taire notre solidarité avec les Palestiniens, et que l’on ne nous empêchera pas de manifester, nous serons présents à Barbès demain à 15h.

 

Voici le compte-rendu établi par les camarades de BDS France Paris
présent-e-s dans la manifestation :

 

Plus de 4 000 manifestant-e-s ont bravé l’interdiction des autorités politiques et la violence d’un dispositif policier délirant : de nombreuses sorties de métro fermées autour de Barbès, plus de 4 000 policiers et CRS, chargeant les groupes de manifestants, les gazant, utilisant les canons à eau, les nassant à plusieurs reprises…

Plusieurs militants de BDS France-Paris ont participé au cortège au départ du siège de l’UL CGT dans le 18e, cortège empêché de rejoindre Barbès par des forces de l’ordre nombreuses et agressives : gazage, canon à eau, nassages, vols de banderoles. D’autres camarades de BDS France Paris n’ont pu accéder au rendez-vous fixé à Barbès du fait des barrages policiers.

Partout dans les rues, des groupes de manifestants reprenant des slogans, notamment : Israël criminel, Macron complice.

Place de la République, nous avons retrouvé d’autres militants de BDS France-Paris, de l’AFPS, et d’autres organisations sympathisantes de la campagne BDS France

Ce fut une très belle journée de lutte et de solidarité avec la résistance du peuple palestinien, avec une majorité de jeunes déterminé.e.s.

Ainsi, nous avons répondu à l’appel de 13 organisations palestiniennes, dont le Comité national BDS palestinien (BNC) (cf. lien ci-dessous) nous demandant de descendre « dans les rues samedi 15 mai avec une exigence commune pour des sanctions et un embargo sur les armes contre Israël »

https://www.bdsfrance.org/appel-des-palestiniens-de-gaza-a-jerusalem-tout-le-monde-dehors-samedi-15-mai-pour-mettre-fin-a-la-nakba-continue-et-au-massacre-dans-gaza-assiegee/

Le 17 mai 2021 – BDS France Paris

 




Mobilisations à Lyon et Paris en solidarité avec les Palestinien.ne.s en grève

Le 18 mai 2021

Pour soutenir les Palestinien.ne.s dans leur lutte et dans la grève générale qu’ils et elles ont mené ce 18 mai 2021, des mobilisations ont eu lieu à Lyon et Paris.

A Paris, des militant.e.s de la Campagne BDS France, de la FERC-CGT et de la CNT et avec le soutien de Solidaires se sont rassemblé.e.s pour une initiative symbolique en solidarité avec la grève en Palestine occupée.

 

 

 

Intervention de Basile Ackermann pour la FERC-CGT dans le cadre de cette mobilisation

 

A Lyon, une action symbolique a également été menée.

Retrouvez également le communiqué de Solidaires, « Solidaires avec la grève générale en Palestine »

 




BOYCOTT APARTHEID LE 1ER MAI A CLERMONT-FD

Environ 2.500 personnes ont défilé sous une légère pluie, pour la journée internationale des travailleurs à Clermont-Ferrand, au départ de la Comédie occupée.

Une grosse vingtaine d’adhérent-e-s et sympathisant-e-s AFPS 63-BDSF 63 ont défilé avec des drapeaux AFPS derrière une banderole « Boycott Israel Apartheid », largement immortalisée par les nombreux photographes qui suivaient la manif, ainsi que par le journal La Montagne.

Un rassemblement en fin de manif a vu se succéder les prises de parole, entrecoupées d’intermèdes de musique et de chants. La prise de parole de l’AFPS 63 (voir ci-dessous), a été suivie de celle d’un gilet jaune qui a largement évoqué Israël-Palestine à son tour, avant des danses sous une pluie battante en écoutant le Battle de Fanfare du Collectif Culture en Danger 63.

Plus de photos ici.

Prise de parole AFPS 63 :

En ce premier mai, journée des travailleurs, nous pensons aux travailleurs palestiniens contraints de travailler en Israël ou dans les colonies en raison de l’étouffement économique organisé de la Palestine : exploités, sous-payés, ne disposant pas des mêmes droits que les travailleurs israéliens, cantonnés aux travaux les plus pénibles, ils sont totalement à la merci de leur employeur de qui dépend l’obtention de leur permis de travail. Quant aux nombreux travailleurs clandestins palestiniens indispensables à de nombreux secteurs de l’économie israélienne, ils sont traités quasiment comme des esclaves que l’on jette de l’autre côté du mur quand on n’en veut plus (par exemple quand ils présentent les symptômes du COVID) ou contre qui la police israélienne lâche ses chiens.

En ce premier mai, en raison de la place particulière qu’y tiennent les travailleurs de la culture, nous sommes particulièrement concernés par la diffusion de la culture palestinienne, car cette culture est fortement limitée par la violence de  la colonisation et de l’apartheid israélien en Palestine, où les artistes n’ont ni les moyens matériels ni la liberté d’expression, alors que les artistes israéliens bénéficient de gros moyen fournis par l’Etat qui veut présenter une image de pays libre et cultivé et qui fait de l’appropriation culturelle un moyen d’effacement de la Palestine. ( le 27 avril L’ONG Human Rights Watch a publié un rapport démontrant que les autorités israéliennes commettent les crimes d’apartheid et de persécution, qui sont des crimes contre l’humanité, à l’encontre du peuple palestinien)

En ce premier mai de pandémie on nous rebat les oreilles avec le succès des vaccinations en Israël alors que la majorité des Palestiniens sous occupation n’y a pas accès, alors qu’Israël disposait de doses en excès il a préféré les envoyer dans d’autres pays, pratiquant ainsi un véritable apartheid vaccinal : colons israéliens vaccinés d’un côté d’une route, villageois palestiniens privés de vaccin de l’autre. Sans parler d’infrastructures de dépistage détruites par l’armée d’occupation.

En ce premier mai qui est une journée où s’expriment les revendications et les aspirations des travailleurs il est essentiel de rappeler notre attachement à la liberté d’expression mise à mal par le gouvernement français. Depuis plus d’un an, le gouvernement s’est engagé dans un processus visant à restreindre les libertés au motif de renforcer la sécurité. Ces menaces concernent directement les militants de la cause palestinienne, notamment les amalgames avec l’antisémitisme visant à faire taire toute critique de l’État d’Israël, et à criminaliser les appels au boycott visant l’État d’Israël et sa politique.

En ce premier mai nous devons réaffirmer notre attachement aux libertés publiques menacées par l’attirance de nos dirigeants pour le modèle sécuritaire israélien : des hommes politiques et des médias n’hésitent pas à évoquer l’exemplarité des méthodes israéliennes dans sa répression du peuple palestinien qui résiste à la colonisation et les verraient bien s’appliquer aux « rebelles » dans notre société. Nous dénonçons le poids que cet Etat colonialiste et raciste exerce en France : on a pu voir dimanche dernier des manifestations contre la justice de la République au cours desquelles ont été brandis des drapeaux israéliens mais aussi des drapeaux de l’extrême droite raciste israélienne, manifestations complaisamment relayées par les grands médias français dont la plupart n’ont pas dit un mot des ratonnades perpétrées quelques jours avant par des militants de cette même extrême droite à Jérusalem.

Restons mobilisés pour la défense des libertés ici et en Palestine occupée.

 




Mobilisations AXA dans plusieurs villes européennes : AXA, désinvestissez de l’apartheid israélien !

Le 30 avril 2021

Alors que se tenait en ligne le 29 avril l’Assemblée générale d’AXA, l’assurance de l’apartheid israélien, des actions ont eu lieu dans plusieurs villes d’Europe pour dire à AXA de désinvestir de l’apartheid.

  • A Paris, France

A, Paris à l’occasion de l’assemblée générale d’AXA en ligne, BDS France a mené une action symbolique devant les studios où se tenait l’AG.

  • A Berlin, Allemagne

A Berlin, des militant.e.s se sont réuni.e.s devant un bâtiment AXA, pour leur dire #KnowYouCan désinvestir de l’apartheid israélien !

  • A Madrid, Espagne

A Madrid, un groupe d’activistes ont mené une action devant une boutique AXA, pour exiger que la compagnie d’assurance abandonne complètement ses investissements dans les colonies israéliennes illégales.

  • A Turin, Italie

BDS Turin a mis en place une action d’information devant un bâtiment de l’entreprise, et a appelé à son boycott tant qu’elle sera complice des violations du droit international commises par Israël.

  • A Dublin, Irlande

A Dublin, des militant.e.s de l’Ireland-Palestine Solidarity Campaign (IPSC) ont organisé une manifestation devant le quartier général d’AXA en détournant le slogan « Know You Can ».

Plus de 12 000 personnes et 270 organisations se sont déjà engagées à boycotter AXA, rejoignez-les !

 




Flashmob JERUSALEM et BDS à Clermont-Fd

Nombre de citoyen-ne-s français sont ulcérés de voir les ratonnades anti-arabes à Jérusalem par les colons et l’extrême droite, et par le silence des politiques et des médias dominants à ce sujet.

(Voir par exemple l’appel de Dominique Vidal aux journalistes ainsi que le communiqué AFPS  )

Une cinquantaine de personnes ont participé, à l’appel de l’AFPS 63-BDSF 63 sur internet la veille, au déploiement d’une grande banderole « chaine humaine » devant Radio Bleu (face à la Comédie occupée et à la station de tramway sur un boulevard passant) à Clermont-Ferrand, le 27 avril de 17h30 à 18h30 : LA PALESTINE SE MEURT.  POGROMS ANTIARABES A JERUSALEM.  LE MONDE REGARDE AILLEURS. BOYCOTT, SANCTIONS CONTRE ISRAEL ! La banderole s’est déplacée alternativement de part et d’autre du boulevard.

De nombreux drapeaux palestiniens et t-shirts BDS étaient visibles. Les manifestants ont scandé, notamment lors des arrivées du tram, les slogans « Boycott Israel, Etat criminel ! » et « Sionistes, fascistes, assassins ! ». Des interviews ont été données à Radio Bleu (rediffusée le 28 avril à 6h !), et à Médiacoop . Et des discussions animées avec les jeunes occupants de la Comédie, dont certains ont souhaité mettre un sticker sur leur carte vitale.

D’autres photos ainsi qu’un reportage avec vidéos (https://blogs.mediapart.fr/georges-andre/blog/280421/ratonnade-apartheid-et-persecutions-oqtf-pour-etudiantes-etrangeres-labandon) sont disponibles.

 




NON aux dattes israéliennes à Clermont-Ferrand

Un tract sur le boycott des dattes israéliennes, le vol des terres et de l’eau palestiniennes, et l’apartheid israélien a été tiré à 2.000 exemplaires et distribué en ce début du ramadan par 9 militant-e-s et un sympathisant AFPS 63 – BDSF 63 :

Le 9 avril sur le marché populaire de Montferrand (600 tracts). Un bon accueil nous a été fait, avec des discussions intéressantes, bien que nous ayons pu perturber quelques commerçants vendant des dattes israéliennes, Mehadrin notamment.

Le 12 avril (650 tracts) devant le supermarché Auchan Nord, qui vend des dattes israéliennes dans un rayon « ramadan ». Très bon accueil des passants, des remerciements, et même un jeune homme du quartier qui est venu tracter avec nous, et une jeune femme qui a organisé notre pose-photo !

Le 20 avril (650 tracts) au marché populaire de La Gauthière, réduit en cette période aux stands alimentation. Très bon accueil, des discussions intéressantes, des remerciements appuyés de femmes et hommes de tous âges. Notre action a perturbé quelques commerçants vendant des dattes israéliennes, Sahara Gold, King of Dates ou Desert Finest notamment, certains en même temps que des dattes palestiniennes Jericho Delights. Des passant-e-s se sont joints aux discussions.

Quelques dizaines de tracts ont aussi été distribués dans des mosquées voisines. Et plusieurs centaines dans nos réseaux sociaux.