1

Le Char et l’Olivier – et BDS – à Courpière (63)

La séance du 22 février au REX de Courpière (63) a eu 50 participant.e.s de tous âges, en présence de Roland Nurier (qui a animé près de 130 débats sur le film depuis début 2019), et en partenariat avec l’AFPS 63.  Presque tou.te.s sont resté.e.s jusqu’à la fin du débat. Ce qui est bien pour les bénévoles de cette association qui gère le cinéma municipal de cette petite ville de 4.000 habitants.
Les questions ont porté notamment sur les conditions de réalisation du film, sur l’impunité du « petit » Etat israélien face au monde entier, sur les possibilités d’acheter des produits palestiniens, sur les présidents français au dîner du crif, … Ainsi que 3 remarques d’une soutien d’Israel : le boycott serait immoral ! il n’y a pas d’apartheid en Israel ! les réfugiés sont vraiment à plaindre mais la solution est que les Etats arabes les accueillent et leur fournissent du travail ! Le réalisateur, et un militant AFPS 63, ont répondu de manière circonstanciée.
En fin de séance, une partie de l’assistance a fait la queue pour signer deux pétitions (au directeur d’AXA, et « Trump c’est trop », 2×15), pour prendre des tracts, des cartes postales contre AXA et PUMA, et des stickers pour carte Vitale, sur la table de presse et BDS de l’AFPS 63. Et remercier le réalisateur pour son film et sa présence à Courpière.



Le CJACP informe les strasbourgeois place Kléber

Comme dorénavant chaque mois, nous avons planté notre belle tonnelle rouge sur la place Kléber, place centrale de Strasbourg. Ce samedi, l’essentiel de notre intervention portait sur le plan Trump : tracts divers, intervention orale, musique palestinienne, documentation gratuite disponible sur notre table… Le ciel était avec nous et beaucoup de gens sont venus s’informer. Comme toujours, quelques-uns ont laissé leurs coordonnées. Seul bémol : les spectacles de danse sur la place organisés dans le cadre de « Strasbourg, mon amour » (Saint Valentin oblige !) qui ont détourné l’attention des badauds !

 

Ce samedi à Strasbourg contre le plan Trump, l'arnaque du siècle !

Publiée par Collectif Judéo-Arabe et Citoyen pour la Palestine sur Samedi 15 février 2020

 




Boycott des produits de la colonisation chez LIDL à Clermont-Fd

Quatorze militant.e.s et sympathisants AFPS 63 et BDSF 63 se sont rassemblés devant le magasin LIDL de la rue de l’Oradou le 14 février 2020 durant près de deux heures.

Ils ont distribué environ 200 tracts aux clients, expliquant pourquoi boycotter les produits de la colonisation israélienne, notamment les produits Mehadrin, qui de surcroit sont vendus sans respecter la réglementation européenne et française sur l’étiquetage (tract co-signé par 39 organisations de la Coalition BDS 63).

Nous avons reçu un bon accueil des clients, et recueilli 36 signatures d’un feuillet demandant à LIDL de cesser le commerce avec les entreprises israéliennes, et 39 signatures de la pétition papier AFPS contre le plan Trump-Netanyahou salué par le gouvernement français. Les 36 feuillets ont été envoyés par la poste à LIDL ainsi que 124 autres signés par des clients lors d’actions précédentes devant LIDL.

Deux militantes portant des drapeaux AFPS ont déployé une banderole Boycott Israel Apartheid sur le trottoir adjacent au parking LIDL, bien visible des nombreux automobilistes. Elles ont reçu de nombreux signes de soutien, mais aussi la visite des 3 policiers pour contrôle d’identité, sans doute à la suite d’un appel d’un passant. Une discussion sereine a eu lieu avec les 3 policiers. Nous avions auparavant eu une discussion approfondie avec le directeur du magasin venu nous rencontrer sans animosité, qui nous a indiqué qu’il fera remonter notre action et nos revendications à la direction nationale de LIDL.

Cette action a été couverte par un journaliste de « Mediacoop, le cactus de l’info » : http://mediacoop.fr/on-parle-de-faire-respecter-letiquetage-de-produits-illegaux/

Notre post facebook sur cette action a été partagé plus de 770 fois et aurait touché plus de 75.000 personnes.

Pour info : dans le cadre de notre campagne pour le boycott des produits israéliens jusqu’à ce que l’Etat d’Israël respecte le droit international et les droits humains, l’AFPS 63 avait inspecté en janvier 2020 l’étiquetage des produits israéliens dans 4 magasins LIDL de l’agglomération clermontoise.

Dans  ces magasins on trouve des fruits et légumes (pomelos, mandarines, avocats, grenades, …), notamment dans des emballages Mehadrin (souvent de marque Jaffa), vendus sous l’étiquette « Israël » bien que probablement en provenance de colonies en territoires occupés depuis 1967, donc en contradiction avec la réglementation européenne et française.

Nous avons donc envoyé un courrier à LIDL et un autre à la répression des fraudes (DDPP 63). Malgré ce signalement de mi-janvier à la répression des fraudes, de nouveaux produits étiquetés « Israël » étaient encore présents le 10 février dans les rayons de LIDL.

 

 




La PALESTINE et BDS au festival de Clermont-Fd

Le film palestinien de Farah Nabulsi ,   THE PRESENT  a remporté le prix « international » du public du festival international du court-métrage de Clermont-Ferrand. Ce qui n’est pas rien dans un festival à plus de 165.000 entrées (15-20.000 spectateurs). Dès le premier jour le film a été très applaudi. 4.500 spectateurs ont assisté aux 3 séances de clôture le 8 février.

Présente au festival, la réalisatrice s’est exprimée oralement  et par écrit sur le tournage de son film.

La Palestine et BDS ont aussi été présents pendant 6 jours au festival, où 14 militant.e.s AFPS 63 et BDSF 63 ont distribué 4.400 tracts sur la Palestine :

1.000 tracts sur les paysans (rappelant l’histoire et la situation actuelle des paysans palestiniens, et distribués lors de 4 séances sur le thème « Les mondes paysans » du festival)

et 3.400 tracts sur le plan Trump-Netanyahu et la pétition AFPS.

Les deux tracts appelent au boycott de l’Etat d’Israël et de ses produits.

Ceci nous a aussi permis de faire une adhésion, plusieurs nouveaux contacts dont une étudiante palestinienne, et d’être rejoints pour le dernier tractage par 4 jeunes femmes motivées par nos actions.

 

 




AXA, désinvestissez de l’apartheid climatique d’Israël : Bilan de la journée d’action

10 décembre 2019/ par Comité national BDS palestinien (BNC) / France, Allemagne, Belgique, Suisse

La deuxième journée d’action AXA a inclus des mobilisations dans le monde entier, le jour même de la Journée de solidarité avec le peuple palestinien des Nations Unies et de la 4ème grève mondiale pour le climat.

La deuxième journée d’action AXA a inclus des mobilisations dans le monde entier. Cette journée tombait le Jour de solidarité avec le peuple palestinien des Nations Unies et aussi celui de la 4ème grève mondiale pour le climat.

Bien qu’AXA ait tout juste pris de nouveaux engagements pour le climat et promis d’adopter de nouvelles politiques sur le charbon, la compagnie continue d’investir des centaines de millions de dollars dans les énergies fossiles et d’assurer des entreprises polluantes. De plus, en juillet, un rapport de SumOfUs, « AXA : Financer des crimes de guerre » montre qu’AXA investit 91 millions de dollars dans la plus grande entreprise privée d’armements en Israël, Elbit Systems, et dans cinq banques israéliennes qui financent les colonies israéliennes illégales. Les armes d’Israël et ses colonies en expansion détruisent les vies palestiniennes et l’environnement.

Les combats pour la justice sociale, politique et climatique en Palestine et dans le monde entier sont profondément liés. Cette fiche explique pourquoi la Palestine est aussi une affaire de justice climatique.

Sur les réseaux sociaux, ce nuage de mots montre que #climatestrike et #bds sont parmi les hashtags les plus utilisés avec #KnowYouCan [Sais que tu peux], le hashtag officiel d’Axa.

« Apartheid » et « désinvestissez » étaient parmi les mots les plus utilisés à proximité des tweets d’Axa #KnowYouCan.

Plus de 1 000 mails ont été envoyés au PDG d’AXA en France, en Allemagne, en Belgique et en Suisse.

Sur le terrain, plus de 10 villes ont organisé des événements. En Belgique, une lettre signée par 21 organisations adressée au PDG d’AXA Jef Van a été remise devant le bureau principal d’AXA à Bruxelles et à Louvain. Des organes de presse progressistes ont couvert les événements en Belgique.

Des tracts ont été aussi distribués dans six villes de France, dont Paris.

Les organisateurs à Berlin ont rejoint la manifestation de la 4ème grève pour le climat en déployant des bannières « L’apartheid n’est pas vert » et en informant sur la destruction de la terre palestinienne et l’oppression du peuple palestinien par Israël.

Cette journée d’action poursuivait la précédente journée d’action internationale en avril. Depuis, SumOfUs a publié le rapport « AXA : Financer des crimes de guerre » confirmant l’investissement pour 91 millions de dollars d’AXA dans les cinq principales banques israéliennes finançant directement les colonies et dans Elbit Systems.

Ces investissements ont été faits principalement via la société affiliée AXA Equitable Holdings et la filiale, propriété entière d’AXA, AXA IM. La semaine dernière, AXA a annoncé s’être largement désinvesti d’Equitable Holdings. C’est un pas dans la bonne direction, mais AXA détient encore 9.64% des parts d’Equitable Holdings, ce qui veut dire que la compagnie est encore responsable pour les investissements de cette dernière dans les crimes d’Israël.

Nous continuerons à faire campagne jusqu’à ce qu’AXA se désinvestisse complètement des banques israéliennes et d’Elbit Systems!

Source : BDS movement

Traduction : C.G pour BDS France




Huit heures pour la Palestine et BDS à Clermont-Fd

Environ 230 personnes d’origines diverses (dont une demi-douzaine de Palestiniens) ont participé le 30 novembre aux 8h pour la Palestine à l’espace Nelson Mandela de Clermont-Ferrand, à l’appel de l’AFPS 63 et BDSF 63, dont 150 ont assisté à la conférence de Sarah Katz et Pierre Stambul sur Gaza, à des échanges en direct avec Gaza (Nabila Kilani, enseignante) et Hébron (coopérative Al Sanabel), à un spectacle de hip-hop clermontois, et aux témoignages de 8 voyageurs de retour de Palestine et de leur rencontre avec le BNC et des syndicats.

L’importance du BDS pour soutenir la lutte palestinienne a été soulignée, notamment dans le cadre de la journée d’action contre AXA du 29 novembre. Une protestation contre le projet parlementaire de résolution Maillard a été signifiée. En soirée 140 personnes ont partagé un buffet palestinien et assisté à deux spectacles musicaux (rap RLM, et qanûn et chant par Christine Zahed). Nous avons eu des retours positifs unanimes pour ces 8h (voir CR complet), dont les bénéfices seront reversés à nos partenaires (Assoc Hébron-France, et Coop Al Sanabel).

  




Mobilisation contre AXA à Clermont-Ferrand

BDS a été au centre des débats de nos 8h pour la Palestine le 30 novembre à Clermont-Ferrand, à l’appel de l’AFPS 63 et BDSF 63, avec 230 participants, dont 150 qui ont assisté à la conférence de Sarah Katz et Pierre Stambul sur Gaza et au Skype avec Nabila Kilani à Gaza, ainsi qu’aux témoignages de 8 voyageurs de retour de Palestine, et 140 qui ont partagé un buffet palestinien et des spectacles musicaux.

La journée du 29 novembre de la Coalition  internationale contre AXA a été expliquée oralement et par un tract, une pétition à l’accueil (39 signatures), et des cartes postales pour le président d’AXA France (85 prises par les participants). Une grande affiche ciblant AXA décorait la salle du repas.




Après Paris, Marseille, Rennes et Strasbourg, Grenoble est allé dire et chanter à madame Ringer : CATHERINE N’Y VA PAS !!! LA LA LA !!!

Ce 13 novembre nous étions 13, des BDS-France épaulés par quelques adhérents de l’AFPS et un beau renfort des courageux camarades de Saint-Étienne qui ont assuré l’ambiance musicale avec A. à la guitare.

Nous sommes allés sur l’esplanade de la Belle Électrique à la rencontre des spectatrices et spectateurs du concert  de Mme Ringer pour leur demander de nous aider à la convaincre de ne pas aller chanter pour l’apartheid israélien et la colonisation !
Travail militant de base en toute quiétude ; 300 tracts distribués, acceptés , discutés …

En juin 2006, Roger Water des Pink Floyd avait annulé son concert prévu à Tel Aviv.

Et en février 2014, c’était Titi Robin qui refusait une invitation de jouer à Jérusalem
« en raison de la politique dramatique de l’état d’Israël à l’égard des Palestiniens et de la municipalité de Jérusalem à l’égard de ses habitants non juifs… » .
Il disait : Par le passé, j’ai joué à de nombreuses reprises en Palestine occupée et en Israël mais ces voyages ont fini par me faire prendre cette décision qui me semble, après mûre réflexion, la plus honnête vue l’évolution de la situation.

En septembre 2018 : Dominique Grange écrivait : «   puisque nous, chanteurs/chanteuses, avons le pouvoir de briser le silence, refusons de nous rendre complices de ces crimes et soutenons la résistance héroïque des Palestiniens contre la colonisation et l’occupation militaire »

En décembre 2019, Catherine Ringer ira t elle chanter en Israël ?

Les artistes ont joué un rôle clé pour isoler le régime d’apartheid en Afrique du Sud dans les années 1980, alors même que les gouvernements occidentaux poursuivaient leurs relations diplomatiques et économiques, dans une complicité criminelle. Aujourd’hui encore, les artistes peuvent et doivent montrer la voie, suivis par les citoyens que nous sommes tous, pour qu’enfin cesse l’oppression du peuple palestinien.
BDS à Grenoble



Action BDS C.Ringer à Strasbourg

Mardi 12 novembre, nous (comité BDS 67)avons distribué 400 tracts aux spectateurs venus écouter Catherine Ringer à  Strasbourg. Beaucoup de discussions et d’intérêt de la part des personnes présentes. Nous n’avons même plus senti le froid vif.

La campagne BDS a encore été à l’honneur ce soir. Catherine Ringer, si elle termine comme prévu sa tournée en Israel-apartheid, n’en sortira pas grandie!



50 actions dans 20 pays pour la deuxième Journée Mondiale d’Action #BoycottPuma

8 novembre 2019

par la Campagne Palestinienne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël (PACBI)

 

Des défenseurs des droits fondamentaux des Palestiniens et des fans de sport de 20 pays appellent Puma à mettre fin à son soutien à l’occupation militaire israélienne.

 

La Deuxième Journée Mondiale d’Action #BoycotPuma a vu plus de 50 actions dans 20 pays à travers le monde. Des manifestations ont été organisées devant les magasins et les bureaux de Puma et à l’occasion de matchs avec des équipes sponsorisées par Puma. Des clubs de sport ont été solidaires de l’appel au boycott de Puma par plus de 200 équipes de sport palestiniennes.

 

Puma sponsorise l’Association de Football d’Israël, qui comprend des équipes des colonies illégales israéliennes sur la terre volée aux Palestiniens. Les colonies israéliennes font partie de l’infrastructure israélienne d’occupation et d’apartheid qui limite par ailleurs la possibilité des Palestiniens de pratiquer des sports.

 

La joueuse de l’Equipe Nationale Palestinienne Féminine de Football Aya Khatab a appelé tous ceux qui font grand cas de la liberté et de la justice à se joindre au boycott de Puma. « C’est à nous tous de faire rendre compte à Puma pour avoir négligé de respecter les principes du sport et du fair play. »

 

La deuxième journée d’action s’est tenue le premier juin dernier. Encore une fois, #BoycottPuma a été le hashtag associé à Puma le plus tweeté et le nombre d’impressions a doublé, passant de 8 à 16 millions.

 

Ceux qui avaient déjà acheté des équipements Puma avant d’apprendre le soutien de Puma à la brutale occupation militaire israélienne, ont« ré-étiqueté » leurs chaussures, vêtements et sacs Puma en écrivant « Boycott » par-dessus le logo.

 

Regardez cette vidéo qui fait le tour des événements de cette journée d’action ainsi que les tweets qui suivent.

 https://www.facebook.com/BDSNationalCommittee/videos/424908898222401/

 

 

 

Traduction : J. Ch. pour BDS France

Source : BDS Movement




Un monde sans murs Montargis

Dix personnes étaient présentes pour une action Un monde sans murs à Montargis à l’appel du comité BDS du Montargois.

Le mur palestinien en panneaux de carton a fait partie des visuels .

270 tracts ont été distribués, le verso présentant la journée contre les murs et les réalités du mur en Palestine tandis que le verso était consacré à la campagne BDS.

Comité BDS du Montargois




9 novembre 2019 Journée mondiale pour un monde sans murs à Saint-Nazaire

Les trombes d’eau ont cessé de se déverser sur Saint-Nazaire peu après 15 heures et un ciel plus clément nous a aidé à affirmer que de la Palestine au Mexique, tous les murs doivent tomber.
Qu’il s’agisse du mur anti-migrants à Calais, à Ceuta ou à la frontière du Mexique, du mur de l’apartheid israélien en Palestine, nous étions une vingtaine à revendiquer une humanité sans murs.
La Palestine n’est pas seule dans ce combat, elle est partie intégrante de notre lutte commune pour la justice, la dignité et la liberté.
Comité Solidarité Palestine de la Région nazairienne



150 personnes à Paris au rassemblement POUR UN MONDE SANS MUR

A Paris, 23 organisations :

AFAPREDESA, AFASPA, AFPS, Association des Amis de la RASD, Association des Libertés, Droits de l’homme et non-violence-(Colllectif Faty Koumba), BDS France, CNT, Campagne pour la libération des enfants palestiniens emprisonnés par Israël, Comité de solidarité avec les indiens des Amériques (CSIA Nitassinan), Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT),  CSPCL Chiapas, Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR), Forum Palestine Citoyenneté, LGBT pour la Palestine, MAN, Mouvement de la Paix, MRAP, Plateforme pour la Solidarité avec le peuple du Sahara occidental, Solidaires, Survie Paris, UJFP, Union des Tunisiens pour l’Action Citoyenne (UTAC)

ont répondu à l’appel, lancé par l’ONG palestinienne « Stop the Wall » relayé par plus de 400 organisations, réseaux et mouvements dans le monde entier pour UN MONDE SANS MURS « De la Palestine au Mexique TOUS les murs doivent tomber ».

Nous étions 150 personnes ce samedi, Place St Michel pour dénoncer, rassemblées comme dans d’autres villes en France et dans le monde, TOUS LES MURS, murs réels d’apartheid, anti-migrant-e-s et murs invisibles, en Palestine, au Sahara Occidental, au Mexique, à Calais, partout ailleurs…, solidaires de toutes les populations opprimées.

Pour :

  • sensibiliser le public sur les effets dévastateurs des murs dans nos vies ;
  • créer des liens entre les victimes des murs et les mouvements qui luttent contre ces murs ;
  • faire tomber les murs qui exploitent, discriminent, oppriment et expulsent
  • sanctionner tous ceux qui tirent profit des murs

Un grand merci aux organisations présentes dont les représentant-e-si ont pris la parole pour expliquer les raisons de leur implication dans ce rassemblement.

Les photos des murs disposées sur la place ont suscité des réactions parfois étonnées de la part des passants plus de 1 000 tracts (Appel, tracts AFPS et AFAPREDESA…) ont été distribués et deux chansons contre les murs, diffusées,

Un grand merci aussi à notre camarade photographe qui a pris les photos.

Lien pour les autres photos 




BDS France Montpellier : Journée mondiale pour un monde sans Mur

 

9 novembre 2019 Montpellier place de la comédie, sous occupation policière ?

 

Journée mondiale pour un monde sans Mur

L’appel a été lancé par une ONG palestinienne « Stop the wall » qui se bat contre le mur de l’apartheid israélien en Palestine. L’appel est aujourd’hui repris par près de 400 organisations, réseaux et mouvements de par le monde. Les gouvernements occidentaux qui commémorent en fanfare la chute du Mur de Berlin au nom de la liberté et de la démocratie sont les mêmes qui érigent de nouveaux murs ou qui ferment les yeux sur les murs existants. Il faut dire que dans ce monde libéral « sécuritaire », les murs sont une véritable industrie qui tire profit de leur constructions et de  leur équipements de surveillance à la pointe des nouvelles technologies du contrôle des populations civiles.

Pas de peuple entre les murs

Pas de mur entre les peuples !

panneau2

France : Mur anti-migrants à Calais; USA : Mur anti-migrant à la frontière avec le Mexique; Maroc : Mur anti Sahraouis, et Israël Mur de l’apartheid en Cisjordanie et Gaza

panneau1

Contre le blocus israélien de la Bande de Gaza qui dure depuis 13 ans

stand3

et en soutien à la 82 ème Marche du retour à Gaza ! 69 blessés à Gaza le vendredi 8 novembre, parmi eux 29 par balles réelles

tract9nov

Contre les Murs et aussi :

Pour la liberté d’expression et de manifester

Les murs de béton et de fer empêchent la liberté de mouvement, emprisonnent les peuples, les privent de leur indépendance, séparent, ségrèguent, discriminent. Mais il est des murs moins visibles et plus difficiles à dénoncer qui s’installent durablement dans nos sociétés dites démocratiques. A Montpellier les samedis révèlent la banalisation d’une forme d’occupation policière du territoire qui s’installe progressivement. Au prétexte des Gilets Jaunes dont les manifestations en l’absence des forces de police se déroulent sans incident ( cela a été constaté maintes fois), on assiste à un quadrillage policier par les CRS qui font usage des lacrymogènes et autres matériels. offensifs.  Si bien que la place de la comédie devient le théâtre d’une occupation policière banalisée destiner à empêcher le déroulement normal de toute manifestation.

flics2

Un petit groupe de CRS qui revient après avoir tente d’arrêter un manifestant qui leur a échappé. (à gauche le stand BDS)

canon

Un des canons à eau se déplace pour prendre position ….

flics

Ici un groupe de CRS plus important surveille et empêche la manifestation de se re-former…

CRS

Ceux-ci en arrière, surveillent ce qui se passe dans la rue en face (palmiers)…

 

gazés

 cette rue où les manifestant.e.s, nassé.e.s sont Gazés et certain.e.s arrêté.e.s –

12 interpellations ce samedi et au moins six manifestant.e.s blessé.e.s.

 

On ne peut pas protester contre les murs dans le monde et ne pas être solidaire des Gilets Jaunes.

GJ

Une partie de la manif des GJ passe devant le stand BDS…

vue2

Une situation surréaliste ! La police s’est éloignée de quelques dizaines de mètres, , la vie reprend sur la place. ..

stand2

Les discussions vont bon train…

seb

jean

Même les pré-ado et ados s’intéressent et questionnent…

stand

Signature de pétitions, collecte pour le procès…

drapeaux

Imperturbable le stand BDS France Montpellier maintient haut levé le drapeau palestinien…




9 Novembre 2019– Journée Mondiale d’Action : Un Monde Sans Mur à LYON

Ce samedi 9 novembre 2019, le collectif 69 Palestine a répondu à l’appel mondial :« Un monde sans mur »,  les militant.e.s ont érigé un « mur » avec des cartons sur la place Carnot de Lyon, illustré de photos du mur d’apartheid et de slogans :  » pas de murs entre les peuples pas de peuples entre les murs » « Abattons le mur de l’apartheid israélien », »stop au mur d’annexion » . Sur Une grande banderole déployée face à la gare  » en lettre rouge « A bas le mur illégal en Palestine ». Au son de musiques palestiniennes, distribution de tracts, discussions avec les nombreux passants ont eu lieu. Puis une prise de parole a eu lieu pour qu’en ce jour de commémoration de l’anniversaire de la fin du mur de Berlin, on n’oublie pas  qu’Israël construit un mur depuis 2002 et le construit encore ! Ce mur a été condamné par l’ONU et la cour de Justice internationale, notre gouvernement doit agir pour sa suppression !

COLLECTIF 69 DE SOUTIEN AU PEUPLE PALESTINIEN

 




Action boycott Puma Metz centre-ville

Samedi 26 octobre, à l’occasion de la mobilisation nationale

incitant au boycott de la marque Puma jusqu’à ce qu’elle cesse

d’encourager la colonisation israélienne au détriment du peuple

palestinien, un petit groupe de militants BDS 57 a battu le pavé au

centre-ville de Metz, à proximité du magasin GO Sport. Nous avions

l’autorisation préfectorale pour cette action qui s’est déroulée en deux

temps (matinée et après-midi) sous un beau soleil d’automne et sans

obstacle majeur : c’était notre troisième mobilisation Boycott Puma

depuis celle du 15 juin au même endroit et une semaine après notre

intervention à l’entrée du stade Saint-Symphorien à l’occasion du match

de football Metz-Nantes.

300 tracts ont été distribués, 72 cartes signées et conservées. 77

personnes ont signé la pétition dont 8 manifestèrent un intérêt

particulier pour le mouvement BDS. D’après les discussions, beaucoup

nous soutiennent aussi parce qu’ils/elles sont inquiet(e)s, constatant

une régression progressive non seulement du droit international, mais du

droit en général, qu’il s’agisse des retraites, du chômage ou de

l’accueil des migrants…

Nous avons également vendu un tee-shirt  Boycott Puma et un keffieh.

Quelques photos de cette action et de notre groupe.

Fraternellement,

Richard pour le collectif BDS 57.

 




Action PUMA à Tours

Nous étions 8 militants présents dans une rue piétonne de Tours, qui a vu passer beaucoup de monde ce 26 octobre avec le beau temps.
500 tracts distribués en 1h30, bon accueil, avec bien entendu 2-3 discussions plus tendues avec des énervés ….
Nous avons préféré dérouler notre action dans une rue passante de l’agglomération de Tours plutôt que devant Décathlon implanté en périphérie et qui effectivement commercialise assez peu PUMA.
A part un club de foot « enfants » qui a contracté récemment avec PUMA, aucun club sportif local ne semble être en relation avec PUMA ( nous avons écrit à tous les clubs de l’agglomération ce dernier printemps).



ACTION CONTRE PUMA à NÎMES LE 26 OCTOBRE

Ce samedi 26 novembre 2019, nous avons mené à Nîmes une action contre PUMA pour répondre à l’appel de PACBI.

Nous avons ciblé Decatlhon situé dans une zone commerciale. Il faisait beau, ça nous a aidé. 300 tracts distribués, 99 cartes postales signées à envoyer au Directeur général de PUMA France, mais surtout des échanges avec le public important, en famille, et très sensible à notre présence et à nos arguments.

Après une première rencontre avec un agent de sécurité de la zone commerciale, plutôt solidaire sans pouvoir l’exprimer dans le cadre de son travail, deux d’entre nous ont rencontré le responsable de la clientèle de Decathlon (le directeur était absent) qui a été à l’écoute, tout en minimisant la responsabilité de son magasin qui, selon lui, « n’a pas plus de 4 articles PUMA dans les rayons, alors que Inter Sport en est rempli » … Il a précisé qu’il était très attentif aux polémiques sur les réseaux sociaux pour éviter de « salir l’image de l’enseigne Decathlon ». Sur notre invitation, il a promis de faire remonter à la direction générale de Decathlon.

Un courrier lui a été remis qui faisait rappel de celui que nous avions envoyé en juin, avec des PJ : courrier des clubs sportifs palestiniens à PUMA, avec la liste des 200 clubs, la synthèse d’Amnesty International, la position éthique de PUMA … et 2 cartes postales, celle pour adresser à PUMA et l’autre des 4 cartes de l’évolution de l’appropriation des terres palestiniennes depuis 47 par Israël.

Bien sûr nous poursuivons la campagne et nous nous inscrivons pour la prochaine journée d’action.

Même si nous n’étions pas nombreux en terme de militantEs présentEs, l’action était portée par l’AFPS Nîmes, le Comité BDSF 30 et l’UJFP.




Action #BoycottPuma à Paris le 26 octobre 2019

Nous étions près d’une vingtaine de militant-e-s BDS France Paris, AFPS Paris Sud et Paris 14/6 à intervenir le 26 octobre 2019 au PUMA Store de Paris, dans le cadre de la journée internationale #BoycottPUMA, avec des mobilisations prévues dans plus de 20 pays.

Quelques photos en pièce jointe et sur cet album:

https://photos.app.goo.gl/3p8LrHWWLGwK4WY5A

Nous avons déroulé la banderole de la Campagne, avec les pancartes et le nouveau tee shirt #BoycottPuma.

Un camarade est intervenu pour expliquer notre présence, vidéo sur ce lien :

Nous avons pu diffuser les 300 tracts AFPS/BDS Paris que nous avions imprimés.

Il y avait un camion de police devant le magasin, la police nous a décalé de l’entrée du magasin mais nous avions quasiment fini tous nos tracts quand elle nous a demandé de quitter les lieux.

Le public était très réceptif à nos informations, beaucoup d’entre eux ignoraient la complicité de PUMA avec l’apartheid israélien.

Avant l’action, après un échange courtois avec la responsable du PUMA Store, nous lui avons remis la lettre de la Campagne BDS France afin qu’elle puisse la transmettre à la direction de PUMA.

Merci à tous nos soutiens pour cette belle mobilisation non-violente.




#BoycottPuma à Marseille

26 octobre, 10h30 Métro Réformés-Canebière au cœur de Marseille : sous un soleil fort agréable 3, 4, 8, 11, 14 militant.e.s de BDS France Marseille se rejoignent, prennent un panneau, un tract, un drapeau. Des dizaines de personnes sortent du métro : marché aux fleurs, boulanger et maraichers bio attirent beaucoup de monde le samedi. Les mains se tendent pour demander de l’information, les explications se donnent, de petits groupes se constituent, quelques jeunes filles demandent à participer aux prochaines actions.

Vers 11h, départ en direction de la Canebière où se trouve, à l’angle du Cours Saint Louis, la boutique de l’OM, avec son tout nouveau logo PUMA. Le petit cortège emprunte alternativement le trottoir et la voie du tramway pour s’arrêter devant la boutique un long moment : les slogans fusent et la sympathie des passants est réconfortante.  Interpelée, la manager sort rencontrer les manifestants qui lui remettent un courrier à destination de la direction de l’Olympique de Marseille ! La jeune femme n’est pas autorisée à échanger avec nous mais peut faire l’intermédiaire pour que le courrier arrive à destination.

Des centaines de tracts sont distribués,  la direction de l’OM est interpelée  « Comment est-il possible que le football marseillais se compromette avec les colonies illégales israéliennes ? » « Je refuse d’acheter les produits PUMA, je refuse de cautionner la colonisation israélienne » « Je Boycotte PUMA ».

Rédigée par la direction commerciale de PUMA, une lettre type non signée et datée du 24 octobre, arrive à la manager de la boutique qui sort pour la transmettre aux manifestants. La même est envoyée à toutes les structures qui, interpelées par la Campagne Internationale BDS, interrogent PUMA, s’inquiètent de voir leur image de marque dégradée par cette collusion avec les clubs des colonies illégales israéliennes.

Le cortège repart en direction de l’Alcazar sur le Cours Belsunce, avec arrêt devant les boutiques qui commercialisent des équipements PUMA !

500 tracts distribués, le double aurait été nécessaire, une vingtaine de cartes signées vont partir à la direction de PUMA, rendez-vous est pris pour une prochaine action très rapidement.