Home»ACTIONS ET EVENEMENTS»Appels»De citoyens israéliens à Sciences Po Rennes – SVP annulez l’accord de coopération avec l’université de Tel Aviv

De citoyens israéliens à Sciences Po Rennes – SVP annulez l’accord de coopération avec l’université de Tel Aviv

2
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

Nous sommes des citoyens israéliens qui militons contre le gouvernement israélien et contre l’intégralité de la politique de l’establishment israélien de racisme, d’occupation et d’apartheid. La plupart d’entre nous sont des étudiants ou d’anciens étudiants des universités israéliennes. Nous en sommes venus à reconnaître le rôle central que les universités israéliennes, et tout autant l’Université de Tel Aviv (TAU), jouent dans les méfaits mentionnés ci-dessus.

Nous soutenons l’appel de la société civile palestinienne au boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) contre les institutions israéliennes d’apartheid et d’occupation jusqu’à ce que les violations des droits de l’Homme contre le peuple palestinien prennent fin. Dans l’esprit du combat universaliste pour les droits de l’Homme, nous aimerions demander à Sciences Po Rennes d’annuler son accord de coopération avec TAU.

L’académie israélienne a été complice de plusieurs manières des crimes israéliens d’apartheid et d’occupation, entre autres dans la recherche et le développement militaires et la planification stratégique de l’armée. Par exemple, le Technion israélien (à Haïfa) a été impliqué dans les projets de drones militaires avec Elbit ; l’Université de Tel Aviv est affiliée à l’Institut d’Etudes pour la Sécurité Nationale (INSS) qui fournit des analyses et des recommandations stratégiques aux preneurs de décisions israéliens. Par exemple, l’ancien des Forces de Défense Israéliennes (FDI), le colonel Gabriel Siboni de l’INSS a été impliqué dans la préparation du fameux document sur la Doctrine Dahiya, qui plaidait pour la destruction gratuite de la totalité des zones résidentielles par l’armée israélienne en guerre. Cette doctrine a été appliquée dans plusieurs attaques brutales israéliennes, au Liban et à Gaza, qui ont causé la mort d’un très grand nombre de civils.

Par ailleurs, TAU est située sur les ruines d’un ancien village palestinien, Sheikh Muaniss, qui a été vidé de sa population à l’occasion du nettoyage ethnique de la Palestine en 1948, connu sous le nom de Nakba. La Nakba a été une campagne violente systématique menée par le nouvel Etat d’Israël et qui s’est traduite en massacres, expulsions, vol de terres, démolitions et pillages et crimes contre la propriété. Un bâtiment, resté intact, connu sous le nom de « Green House », sert maintenant à la TAU de club pour les membres de la faculté. TAU n’a jamais reconnu son atteinte au droit qui consistait à installer une université sur les ruines d’un village vidé de sa population. En outre, TAU, ainsi que d’autres universités, a fourni un soutien matériel et politique aux attaques israéliennes contre la population sans défense de la bande de Gaza assiégée pendant l’été 2014.

Nous aimerions faire remarquer que, en accord avec l’appel de la société civile palestinienne à un boycott académique institutionnel des universités israéliennes, nous plaidons tous pour un boycott doux et modéré, plutôt qu’un boycott des personnes. Par exemple, les membres israéliens de l’académie sont libres de publier des articles et de prendre part à des conférences à l’étranger en tant qu’individus. Nous demandons simplement aux universités françaises de ne pas accorder de légitimité institutionnelle aux méfaits dans lesquels la TAU est complice.

Nous vous demandons donc de vous abstenir de tout lien institutionnel avec TAU et d’entendre l’appel de vos étudiants à annuler votre accord avec l’université de Tel Aviv.

Sincèrement

Boycott ! Soutenir l’Appel de l’Intérieur du BDS palestinien (aka Boycott from within)

BOYCOTT ! from within |Traduction J.Ch. pour l’AURDIP

Previous post

Solidarité avec les prisonniers palestiniens et pour le boycott d’HP (Montpellier)

Next post

La Palestine présente à la manifestation du 1er Mai à Marseille