Home»BDS, QU'EST-CE QUE C'EST ?»BOYCOTT INSTITUTIONNEL»Des militants perturbent la fête « Tel Aviv Plage » à Berlin

Des militants perturbent la fête « Tel Aviv Plage » à Berlin

0
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

Ali Abunimah – The Electronic Intifada – 31 août 2015

Vidéo : Allemagne : des militants pro-Palestine forment un cordon de contestation devant la fête « Tel Aviv Plage » à Berlin:

https://www.youtube.com/watch?v=m7iUSrZMYZg

Des militants à Berlin ont bloqué l’entrée d’une fête « Tel Aviv Plage » dans le district de Kreuzberg dans la capitale allemande, dimanche.

La vidéo ci-dessus montre la police en train de déloger par la force les manifestants pacifiques alors qu’ils crient « Les racistes, hors de l’Allemagne » et « Boycott Israël ».

Cela se passe quelques semaines après que des centaines de manifestants à Paris ont transformé une même fête « Tel Aviv Plage » sur les bords de Seine en un désastre de relations publiques pour Israël.

« La face souriante du sionisme »

L’évènement de dimanche, mettant en vedette les DJ israéliens, les cadeaux, les « rayons de produits israéliens » et les massages était présenté par son sponsor comme une célébration de Tel Aviv et des « différents aspects de la liberté que cette ville magnifique défend ».

La plage de Tel Aviv en particulier était décrite comme l’endroit où « l’ensemble de ses habitants se mettent à l’abri des épreuves de la vie quotidienne (sic) ».

« Et ainsi, si Berlin, pour l’Allemagne, est ce que Tel Aviv (est) pour Israël, nous essayons encore de relier les deux, un beau dimanche après-midi de belles musiques et de beaucoup, beaucoup de bonnes choses », déclare l’annonce promotionnelle.

« Nous avons choisi de perturber la fête de « Tel Aviv Plage » car nous devons opposer une résistance aux campagnes de propagande du sionisme », déclarent les militants qui participaient à la manifestation, dans une déclaration adressée à The Electronic Intifada.

La propagande israélienne, ou hasbara, peut prendre de nombreuses formes, note la déclaration, et notamment celle « d’évènements culturels faisant la promotion de la « culture libérale » ou de la « gay-friendly » d’Israël, désignées aussi sous les termes de whitewashing (propagande pour blanchir les crimes) et de pinkwashing (récupération à des fins propagandistes des questions homosexuelles) ».

« La classe moyenne, libérale, de Tel Aviv est la face souriante du sionisme », indique la déclaration. « Les restaurants de luxe de Tel Aviv, ses bars hipster (pour jeunes cools se disant à contre-courant) et ses entreprises high-tech sont les lieux de vie de ces pilotes qui enflamment Gaza. »

« Elle offre aux Israéliens et aux touristes – mais bien sûr pas aux réfugiés palestiniens ni aux habitants de la Cisjordanie et de Gaza – la chance de s’asseoir sur ses magnifiques plages et leur fait oublier qu’ils sont des occupants », ajoute la déclaration.

2015-8-30-berlin-police-activestills14409743501op59
Photo 2 : La police allemande déloge les militants de l’entrée de la fête « Tel Aviv Plage » à Berlin, le 30 août. (Anne Paq ActiveStills)

Les militants critiquent également le quartier où a lieu l’évènement dans la capitale allemande : « Faire venir une « fête de Tel Aviv » au cœur même d’un quartier de migrants à Berlin, présenter des plats palestiniens comme de la nourriture israélienne authentique dans un restaurant chic hors de portée de la bourse de la plupart de ses résidents de la classe laborieuse, le tout au nom d’un « multiculturalisme » qui signifie simplement la préservation des privilèges racistes –  c’est plus qu’indécent ». (Lire la déclaration intégrale ci-dessous).

Ces dernières années, des milliers de jeunes Israéliens ont aménagé dans l’ancienne capitale nazie.

Les liens avec Israël

La « fête de la plage » était parrainée par Habait, qui se présente comme un « projet indépendant unique, conçu pour promouvoir la culture contemporaine israélienne à Berlin ».

La publicité pour l’évènement de dimanche ne fait mention d’aucun parrainage officiel par l’ambassade israélienne. Mais les militants de Berlin pensent qu’il s’agit d’une tactique trompeuse visant à échapper aux manifestations.

Les militants affirment à The Electronic Intifada avoir constaté la présence d’agents en civil de la sécurité israélienne, ce qui montre bien, à leur point de vue, que cela est coordonné avec l’ambassade et que celle-ci soutient.

L’ambassade avait également fait auparavant la promotion de l’évènement sur ses comptes de médias sociaux, et elle a diffusé des photos de la fête elle-même.

L’année dernière, l’évènement a été explicitement coparrainé par l’ambassade israélienne, dont le logo était très en vue sur le matériel de propagande 2014.

En 2012, certaines de ces mêmes militants qui participaient à cette manifestation ont perturbé un concert Habait organisé pour recueillir des fonds pour le Fonds national juif (FNJ).

Le FNJ est une entité soutenue par l’État israélien, qui participe directement à la purification ethnique et à la colonisation de la terre palestinienne dans toute la Palestine historique, sous couvert souvent d’initiatives écologiques.

Plus tôt cet été, les militants ont chahuté l’ambassadeur israélien Yakov Hadas-Handelsman, alors qu’il tentait de prononcer une allocution de propagande en faveur des homosexuels, présentant Israël comme un havre pour les LGBT, lors d’un évènement gay à Berlin.

La déclaration intégrale des militants de Berlin

La face souriante du sionisme

Déclaration à propos de la perturbation de la fête « Tel Aviv Plage » à Berlin, le 30 août 2015 :

Les organisateurs de la fête « Tel Aviv Plage » de cette année (sans honte renommée « Tel Aviv-Jaffa » en tentant ironiquement de dépolitiser l’évènement, accentuant seulement la colonisation de la Palestine), aimeraient se voir eux-mêmes comme des non-politiques.

Leur ville est une ville avec « différents aspects de la liberté », où « l’ensemble de ses habitants se mettent à l’abri des épreuves de la vie quotidienne ». Ce sont des gens bien, irréprochables et purs. Ils sont venus à Berlin afin de ne pas voir l’occupation de la Palestine, laquelle après 68 ans est devenue une tâche qui gâche leur magnifique vue sur la « merveilleuse plage » de Tel Aviv.

Certains sont même apparemment prêts à donner leur obole à des organisations de droits de l’homme libérales de leur choix, qui l’utiliseront pour soutenir encore plus une situation insoutenable. Ils souhaitent promouvoir une culture de « conception libérale des droits de l’homme et de la liberté ». Ils aimeraient se voir eux-mêmes comme une partie de la solution, depuis qu’ils préfèrent danser à Berlin plutôt que de brûler les bébés en Cisjordanie. Ils refusent de voir qu’ils sont le problème.

La classe moyenne, libérale, de Tel Aviv est la face souriante du sionisme, aveuglant le monde avec la blancheur de ses dents pendant que ses pieds bottés maintiennent fermement le cou du peuple palestinien. Les restaurants de luxe de Tel Aviv, ses bars hipster (pour jeunes cools se disant à contre-courant) et ses entreprises high-tech sont les lieux de vie de ces pilotes qui enflamment Gaza, des sociétés qui tirent profit de la colonisation de la Palestine, des artistes qui font danser et chanter le monde et oublier qu’au-dessous, des ordres de mort sont donnés devant des écrans dans des bunkers enfouis.

Le tourisme de Tel Aviv, ses fières parades, ses marchés boursiers sont les bijoux brillants qu’Israël présente au monde pendant que ses incursions militaires traversent les villages de Cisjordanie, pendant que sa police secrète détient des militants pendant des mois d’affilée sans inculpation dans ses cellules, pendant que son système judiciaire justifie la purification ethnique et le vol de la terre. Tel Aviv est le cœur qui bat du sionisme. Elle offre aux Israéliens et aux touristes – mais bien sûr pas aux réfugiés palestiniens ni aux habitants de la Cisjordanie et de Gaza – la chance de s’asseoir sur ses magnifiques plages et leur fait oublier qu’ils sont des occupants.

Nous sommes ici pour leur rappeler cela.

Nous avons choisi de perturber la fête de « Tel Aviv Plage » car nous devons opposer une résistance aux campagnes de propagande du sionisme. Cette propagande, surnommée hasbara (explication) par l’État, a de nombreux visages. Elle peut prendre la forme de généraux de l’armée et de politiciens interviewés sur CNN, justifiant les crimes de guerre avec une rhétorique biblique. Elle peut prendre aussi celle de milliardaires américains utilisant leur capitaux contre les organisations de solidarité avec la Palestine dans les campus universitaires. Elle peut encore prendre celle d’évènements culturels faisant la promotion de la « culture libérale » ou de la « gay-friendly » d’Israël, désignés aussi sous les termes de whitewashing (propagande pour blanchir les crimes) et de pinkwashing (récupération à des fins propagandistes des questions homosexuelles) ».

Ces dernières années, en raison du succès montant des campagnes du mouvement mondial pour le boycott, le désinvestissement et des sanctions (BDS), de plus en plus d’évènements qui étaient habituellement parrainés ouvertement par le gouvernement israélien semblent soudain auto-organisés et indépendants, afin de ne pas être boycottables en vertu des lignes directrices du BDS. Mais n’importe quelle recherche sur Internet montre les liens passés des organisateurs de la fête de « Tel Aviv Plage » avec l’État israélien ou avec le FNJ, son principal organe de purification ethnique.

C’est pour ces raisons que cette propagande doit être combattue, même si elle ne rentre pas dans les catégories visées par la campagne BDS. Faire venir une « fête de Tel Aviv » au cœur même d’un quartier de migrants à Berlin, présenter des plats palestiniens comme de la nourriture israélienne authentique dans un restaurant chic hors de portée de la bourse de la plupart de ses résidents de la classe laborieuse, le tout au nom d’un « multiculturalisme » qui signifie simplement la préservation des privilèges racistes –  c’est plus qu’indécent. Ça ne doit pas passer.

Ils nous rappellent les antisémites. Pour ceux d’entre nous qui sont juifs, ils vont dire qu’ils ont la haine de soi. Mais nous allons continuer à pointer du doigt les mensonges de leur propagande. Et le monde verra à travers la face souriante du sionisme.

 

Militants de solidarité avec la Palestine, août 2015.

Source: https://electronicintifada.net/blogs/ali-abunimah/activists-disrupt-tel-aviv-beach-party-berlin

Traduction : JPP pour BDS FRANCE

Photo : Des militants bloquent l’entrée de la fête « Tel Aviv-Jaffa Plage » à Berlin, le 30 août.
(Anne Paq ActiveStills)
Previous post

Israël révèle qu'un "département de délégitimation" espionne les militants du boycott

Next post

L'impact du BDS sur l'économie israélienne – Focus sur 2014