Home»BDS, QU'EST-CE QUE C'EST ?»BOYCOTT DES ENTREPRISES»G4S»G4S renonce à ses contrats avec l’administration pénitentiaire israélienne

G4S renonce à ses contrats avec l’administration pénitentiaire israélienne

0
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

Posté le 17 juin 2014 par le Comité National Palestinien de BDS

Plus de 50 personnes ont participé à une manifestation devant le lieu où se réunissaient les actionnaires de G4S, réunion au cours de laquelle la société a annoncé son plan de retrait du rôle qu’elle a dans le système carcéral israélien, mais seulement en 2017.

– G4S annonce un futur retrait des prisons, mais la campagne de pression doit continuer jusqu’à exécution.

– L’Eglise Américaine Méthodiste Unie rejoint la Fondation de Bill et Melinda Gates en désinvestissant de G4S.

– Solidarité avec les prisonniers politiques palestiniens ! Stop à la détention administrative maintenant !

– Voir les derniers écrits sur l’historique des grèves de la faim sur :http://www.addameer.org/einside.php?id=7

17 juin 2014 : Tandis que plus de 100 prisonniers politiques palestiniens héroïques poursuivent leur grève de la faim et en sont au 55ème jour, ce qui en fait la plus longue, la campagne sur le rôle de G4S dans le système israélien d’emprisonnement et d’occupation, s’avère incroyablement efficace dans la solidarité active avec la lutte des prisonniers politiques palestiniens.

La société de sécurité britannique G4S a récemment annoncé qu’elle ne renouvellerait pas son contrat avec l’administration pénitentiaire israélienne, qui vient à expiration en 2017. Cette décision résulte d’une campagne de boycott, désinvestissement, sanctions (BDS) conduite par les Palestiniens, qui a coûté des millions de dollars en contrats à la compagnie et qui a obligé la Fondation Bill Gates à retirer totalement ses 170 millions de dollars de parts dans la compagnie.

Tour dernièrement, la direction générale du fonds de pension et d’assurance maladie de l’Eglise américaine méthodiste unie (GBPHB) a donné instruction aux gestionnaires de ses 20 milliards de dollars de parts dans G4S de tout vendre.

En agissant ensemble, les Palestiniens et des groupes de solidarité internationale, des syndicats et d’autres organisations du monde entier ont mené des actions qui ont forcé la plus grosse société de sécurité du monde à prendre des mesures concernant sa complicité avec l’apartheid israélien.

Les organisations palestiniennes appellent à une pression croissante sur G4S pour s’assurer que la société met immédiatement et complètement fin à tout contrat qui aide Israël dans sa violation du droit international, y compris ses contrats en cours avec l’administration pénitentiaire israélienne, les checkpoints militaires israéliens, les colonies israéliennes illégales et l’armée israélienne.

Et travaillons aussi ensemble à la construction d’actions de solidarité avec les prisonniers politiques palestiniens. Il faut faire pression sur les institutions internationales afin qu’elles interviennent pour obliger Israël à cesser sa pratique de la détention sans procès, dite « détention administrative » et à abandonner ses tentatives de nourrir de force les prisonniers en grève de la faim.

Agir efficacement contre G4S

G4S a un contrat en cours, de fourniture de services et d’équipements, qui joue un rôle clef dans la gestion des prisons israéliennes dans lesquelles des Palestiniens sont détenus sans procès sous le régime de la « détention administrative » et où ils sont régulièrement soumis à la torture. En avril 2012, à la veille de la dernière grève de la faim massive des prisonniers politiques palestiniens, des organisations palestiniennes ont lancé une campagne contre G4S pour forcer G4S à se dégager du système pénitentiaire israélien. Depuis cette date, des syndicats, des associations, des universités et d’autres organismes publics ont résilié leurs contrats avec G4S, du fait de campagnes locales de la part de groupes BDS et d’organisations de défense des droits humains, qui ont coûté des millions de dollars à cette société.

En avril dernier, une campagne a été lancée dans le but de persuader la Fondation de bienfaisance de Bill Gates, l’homme le plus riche du monde, de désinvestir de G4S. Après des mois de campagne qui ont vu plus de 13 000 personnes signer une pétition et des manifestations devant les bureaux de la fondation Gates à Johannesburg, Londres et Seattle, la Fondation Gates a finalement annoncé qu’elle a totalement désinvesti de G4S. Des campagnes déterminées, efficaces et créatives de la part des Palestiniens et d’organisations internationales ont forcé G4S à annoncer à son Assemblée générale annuelle du 5 juin à Londres, que la société résilierait son contrat avec l’administration pénitentiaire israélienne lorsqu’il arrivera à terme, en 2017.

En tout état de cause, comme l’a fait remarquer Addameer, le groupe de soutien et de défense des prisonniers, « le dernier rapport selon lequel G4S ne va pas renouveler son contrat avec l’administration pénitentiaire israélienne est une mesure bienvenue, mais celle-ci n’a pas d’effet immédiat sur les victimes actuelles des violations des droits humains dans les prisons israéliennes ». La campagne contre G4S doit continuer jusqu’à son retrait total du système pénitentiaire israélien et jusqu’à ce que G4S cesse de fournir des équipements et des services à l’infrastructure de l’apartheid. G4S n’a encore concrétisé aucun retrait de ses activités en soutien au système d’apartheid, de colonisation et d’occupation.

Nous remercions tous ceux qui nous ont rejoint dans l’action contre G4S et nous sommes dans l’attente de travailler avec la société civile internationale pour redoubler d’efforts afin d’obliger G4S et autres corporations à rendre des comptes pour leur rôle dans l’apartheid israélien.

Le comité national palestinien de BDS

 

Plus d’informations sur : http://www.bdsmovement.net/2014/bds-pressure-forces-g4s-distance-itself-prison-system-12166#sthash.emDGSPxu.dpuf

 

Traduction SF pour BDS France

Previous post

Non au tourisme au pays de l'apartheid ! Voici les différentes actions BDS en France

Next post

Analyse de l’arrêt de la Cour d’appel de Montpellier du 19 mai 2014 Par Ghislain Poissonnier, magistrat