Home»GENERAL»Analyses»Ikea Israël refuse de livrer aux Palestiniens de Cisjordanie

Ikea Israël refuse de livrer aux Palestiniens de Cisjordanie

0
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

Ikea affirme publiquement que son magasin israélien fournit quiconque, sans distinction de race, de religion ou de nationalité. Mais une nouvelle fois, la preuve est faite que les affirmations d’Ikea sont fausses.

JPEG - 108.8 ko
Magasin Ikea à Netanya, Israël

 

En mon nom et à ma demande, un Palestinien parlant hébreu, Iyad Misk, qui vit en Cisjordanie, a appelé Ikea pour s’informer sur les livraisons dans son village palestinien de Beit Sahour, près de Bethléhem.
Dans un courriel du 3 décembre, on me fait savoir que ma demande a été transférée à la société Moviley Dror qui fait les livraisons pour le magasin. Le représentant « Sholy » de la société déclare que, bien que la livraison au check-point près de Bethléhem soit possible, Moviley Dror n’entre pas dans les zones de l’Autorité palestinienne. Parce que c’est dangereux, prétend Sholy. Shory précise que Moviley Dror ne passe pas le check-point, même si la zone est classifiée comme Zone C selon les Accords d’Oslo (une partie du village de Beit Sahour est en Zone C). La Zone C couvre plus de 60 % de la Cisjordanie et se trouve sous le total contrôle militaire israélien. Environ 150 000 Palestiniens vivent en Zone C, selon le bureau des Nations-Unis pour la Coordination des affaires humanitaires (OCHA). Au total, 650 000 colons israéliens vivent en Cisjordanie occupée, dont 300 000 à Jérusalem Est, rapportait le journal britannique The Guardian, en juillet. Il est évident que ces colons représentent un marché substantiel pour Ikea.

Les pratiques d’apartheid par les livraisons Ikea

Le même jour, je demandai aussi à Who Profits (un projet de recherche sur la coalition des Femmes pour la paix, basé à Tel Aviv) de contacter Ikea par téléphone pour voir ce qui se passe quand il lui est demandé de livrer dans une colonie israélienne, également en Cisjordanie.

Who Profits m’indique dans un courriel qu’il a bien sollicité Ikea pour une livraison à domicile dans la colonie de Beitar Ilit – sachant que pour livrer à Beitar Ilit, il faut aussi passer par les check-points. Et que, comme les autres colonies en Cisjordanie, Beitar Ilit se trouve en Zone C.

La demande est donc également transférée à Moviley Dror. Quand il est demandé à la société Moviley Dror si elle livre les produits Ikea à Beitar Ilit, la réponse est, « oui ». La réponse de Moviley Dror prouve bien qu’Ikea passe les check-points pour livrer ses produits aux colons israéliens en Cisjordanie, mais pas aux Palestiniens natifs de la Cisjordanie.

Colonies illégales en vertu du droit international

Suite à l’annonce par Israël de construire 3000 nouveaux logements en Cisjordanie occupée, vendredi, le Royaume-Uni, la France, la Suède, le Danemark et l’Espagne ont convoqué leur ambassadeur israélien pour protester contre cette décision, rapporte The Guardian. Dans une déclaration de presse, le secrétaire général des Nations unies, Ban Kimoon, exprime sa vive préoccupation et sa déception devant le projet d’Israël, réaffirmant que les colonies sont illégales en vertu du droit international.

Malgré une position claire du droit international sur l’illégalité des colonies israéliennes en Cisjordanie, depuis des années Ikea assure les livraisons des produits de ses magasins d’Israël jusqu’au domicile des colons. Par ailleurs, la porte-parole d’Ikea, Ulrika Englesson Sanman, m’indique dans un courriel du 28 novembre qu’Ikea « ne veut exclure ni individu ni groupe d’individus de la possibilité d’être ses clients ».

Dans le passé, la société locale de transport ne pouvait pas « livrer dans les zones contrôlées par les autorités palestiniennes ». Et Englesson Sandman de prétendre encore que cette société « s’arrangeait pour que la livraison à domicile des produits Ikea puissent se faire aux gens vivant dans les zones contrôlées par les autorités palestiniennes ».

Il ne semble pas qu’elle soit fidèle à cet engagement.

Le Dr Jeff Handmaker, maître de conférences en droit, en droits de l’homme et en développement à l’Institut international des Études sociales de l’université Érasmus de Rotterdam, me confirme dans un courriel du 4 décembre que «  la nouvelle information qui survient corrobore qu’Ikea et ses sous-traitants en livraison se rendent complices de violations du droit humanitaire international et des droits de l’homme, en soutenant activement le transfert des Israéliens vers les colonies illégales et en renforçant le bouclage des zones palestiniennes. »

De plus, «  Ikea se fait complice de l’apartheid israélien par une discrimination flagrante en faveur des seuls colons juifs de Cisjordanie, ne tenant aucun compte de l’oppression de la population palestinienne majoritaire qui n’est pas en mesure de faire même des achats dans le magasin Ikea, à plus forte raison de se faire livrer ses produits. »

alt

* Adri Nieuwhof est avocate, conseiller et défenseur des droits de l’homme, travaillant en Suisse.

 

De la même auteure :

- Maltraiter les enfants fait partie intégrante de l’idéologie israélienne – 10 septembre 2012
- Veolia toujours active dans les dépôts d’ordures des colons israéliens – 5 août 2012
- Israël a assassiné plus d’opposants politiques que l’apartheid sud-africain n’avait exécuté d’opposants judiciairement – 13 avril 2012
- Israël a assassiné plus d’opposants politiques que l’apartheid sud-africain n’avait exécuté d’opposants judiciairement – 13 avril 2012
- Veolia traite les eaux usées de la colonie Modi’in Illit – 2 février 2012
- Le service israélien des prisons transfère Ameer Makhoul vers la prison de Megiddo – 20 octobre 2011
- Netanyahu durcit les conditions de vie des prisonniers politiques palestiniens – 15 août 2011
- La fin de l’impunité pour Israël ? Une interview de John Dugard – 15 octobre 2010
- Véolia essaie de blanchir le projet illégal de tramway à Jérusalem – 30 août 2010
- IKEA meuble l’occupation – 9 juillet 2010

4 décembre 2012 – The Electronic Intifada – traduction : Info-Paletine/JPP

Previous post

Lettre ouverte à Erik Truffaz

Next post

Invité dans un festival israélien, Erik Truffaz est mis sous pression