ISRAELI APARTHEID WEEK 2019 : tout ce qui s’est passé !

Grâce à votre soutien, l’Israeli Apartheid Week (IAW, Semaine contre l’apartheid israélien) 2019 a été un succès encore plus grand cette année !

L’IAW a présenté plus de 200 événements, dans 30 pays, sur cinq continents, tous sur le thème « Cessez d’armer le colonialisme ». Les événements incluaient de grandes tables rondes dans des universités, des concerts, des films, des manifestations, des lectures de poésie, des spectacles comiques, de l’art de rue, des randonnées sponsorisées, des défilés de mode et d’autres choses encore !

L’Israeli Apartheid Week (IAW) est une série internationale d’événements qui vise à accroître la sensibilisation sur le régime d’apartheid en Israël et à bâtir un soutien pour le mouvement croissant de Boycott, désinvestissement et sanctions. Israël est capable de maintenir son occupation illégale et son régime d’apartheid sur les Palestiniens en partie à cause de ses ventes d’armes et du soutien militaire qu’il reçoit de gouvernements du monde entier.

Voici quelques-uns des événements marquants

En Palestine, la sixième conférence nationale BDS s’est tenue à Ramallah. La conférence, à laquelle participaient plus de 800 personnes de toute la Cisjordanie occupée, incluait une allocution liminaire par vidéo de Mme Baleka Mbete, présidente de l’Assemblée nationale de la République d’Afrique du Sud.

L’Israeli Apartheid Week a lancé ses événements à Gaza avec des paroles de Razan Najjar, un membre du personnel médical tué pendant la Grande Marche du retour, lues par sa mère, Sabreen Najjar, qui a inauguré l’événement. Bien que deux événéments de l’IAW aient dû être retardés à cause des bombardements israéliens sur Gaza le 26 mars et malgré le siège en cours, plusieurs événements ont eu lieu, dont une campagne de sensibilisation dans la rue sur le boycott économique, et des projections de films. A l’université de Birzeit en Cisjordanie la Campagne sur le droit à l’éducation a organisé sur le campus une exposition de photos sur la Grande Marche du retour à Gaza. Pendant cette semaine ont eu lieu le lancement d’une campagne sur les prisonniers palestiniens soumis au brutal système israélien d’incarcération et un séminaire sur l’éducation dans les prisons, ainsi qu’un envoi de lettres et de dessins aux prisonniers. Les étudiants ont aussi regardé le filmBetween Two Crossings[Entre deux carrefours] de Yasser Murtaja, un journaliste palestinien tué par les forces israéliennes à Gaza. D’autres activités et des manifestations ont été organisées à Risan, Nilin, Bilin, Beit Sira et Kafr Qaddum.

L’entreprise G4S perdant de nombreux contrats dans les pays arabes, des dizaines d’événements de l’IAW organisés dans le Monde arabe étaient concentrés sur G4S et d’autres multinationales complices. Les activités incluaient des projections de films, des tables rondes, des exposés et plus encore, visant à accroître la sensibilisation sur la normalisation, l’embargo militaire et la campagne BDS. Au Kowait, trois poètes importants ont organisé une nuit de poésie pour la Palestine, en plus d’une projection de films, d’un événement avec des cerfs-volants pour les enfants et d’une dynamique table ronde avec des militants koweitiens et palestiniens sur le boycott culturel. En Jordanie, avec BDS Jordanie, le militant palestinien Tarek Bakri a présenté son film Missing 48[ Il en manque 48] et discuté de son projetWe were and We still are here[Nous étions ici et nous y sommes encore] qui reconnecte les réfugiés palestiniens avec leur pays natal. Bakri a aussi présenté son projet au Maroc, où BDS Maroc a organisé des événements de solidarité dans plusieurs villes. En Egypte, BDS Egypte a organisé plusieurs événements en coopération avec l’Association des étudiants en science politique de l’AUC[Université américaine du Caire] et Visualizing Palestine, terminant la semaine en plantant des orangers le Jour de la Terre palestinien.

Du Portugal à la Hongrie, en Suède, dans l’état espagnol, en Allemagne et dans de nombreux autres pays, plus de 100 événements ont été organisés en Europe cette année pour l’ Israeli Apartheid Week! Les organisateurs européens ont eu l’honneur d’accueillir le leader sud-africain de l’ANC Ronnie Kasrils qui a pris la parole lors d’événements de l’IAW à Vienne, Berne, Genève, Berlin, et Londres. Malgré la répression anti-palestinienne croissante dans plusieurs pays européens, ses interventions ont inspiré ceux qui l’ont entendu et sa voix a atteint des milliers de lecteurs grâce à son éditorial publié dans le journal britannique The Guardian. Au Royaume-Uni, des dizaines d’universités ont organisé des jours d’action pour l’Apartheid Off-Campus [Apartheid hors des campus], appelant les universités à se désinvestir de compagnies profitant du régime d’apartheid israélien sur le peuple palestinien. En France, Rania Madi du Badil, qui a aussi été confronté à une forte répression de la part de l’état français, a fait le tour du pays et organisé des événements dans cinq villes différentes.

L’IAW continue de croître sur le continent africain, avec un fort leadership féminin. Des membres de BDS Afrique du Sud et l’équipe de l’IAW ont rencontré le président du Parlement de Namibie, ainsi que des membres du conseil des femmes du SWAPO (Organisation du peuple du Sud-Ouest africain) à Windhoek. Plusieurs rencontres avec des partis politiques, des syndicats et des groupes de la société civile ont eu lieu au Botswana. Le peuple de Swaziland est confronté lui-même à l’oppression, pourtant, dans un acte de généreux internationalisme pendant l’IAW de cette année, le parti communiste du Swaziland (CPS) et l’union nationale des étudiants du Swaziland (SNUS) ainsi que des églises locales et d’autres organisations partenaires progressistes, ont organisé avec succès un événement à Manzini. CPS a expliqué que l’objectif de cet événement était « la relation historique entre les luttes de libération africaines et celles des Palestiniens, ainsi que l’oppression actuelle d’Israël et l’expulsion des réfugiés africains ». En Afrique du Sud, des dizaines d’événements ont été organisés dans tout le pays. L’humoriste Mashabela Galane est monté sur scène dans cinq villes pour une tournéede la comédie Apartheid Aint Funny! [l’Apartheid, c’est pas drôle]. Ali Abunimah était sur SABC TV News!

Des militants d’Amérique latine ont organisé plusieurs activités dans différentes parties du continent, avec des événements multiples au Chili, en Argentine, au Brésil, en Colombie et au Mexique. Les activités cherchaient à rendre visibles les crimes croissants d’Israël contre le peuple palestinien, y compris la colonisation en cours des territoires et la construction de colonies illégales, l’imposition de lois d’apartheid et le siège brutal de Gaza. Au Mexique, pour la première fois, un tribunal populaire a été organisé sur « le rôle d’Israël dans la militarisation de l’Amérique latine ». La tribunal était un point de rencontre pour les différentes victimes de la militarisation et aussi pour coordonner les luttes transversales pour la démilitarisation du Mexique et du continent.

Aux Etats-Unis, les étudiants de plus de vingt collèges et universités de dix états dans tout le pays ont organisé des événements pour la Semaine contre l’apartheid israélien (IAW). La solidarité entre Noirs et Palestiniens était un thème fréquent, y compris à Harvard, Tufts, et Kent State. Le poète palestinien Remi Kanazi a donné un spectacle sur six campus différents. Des étudiants de Harvard et de Georgetown ont publié des éditoriaux vigoureux dans les journaux étudiants expliquant pourquoi le régime imposé par Israël aux Palestiniens correspond à la définition de l’apartheid selon le droit international. Hors campus, des manifestations ont eu lieu contre les représentations de la Compagnie de danse Batsheva d’Israël à cause du parrainage de Batsheva pour le gouvernement israélien et son rôle dans le blanchiment de l’apartheid israélien.

En Asie, des événements ont été organisés à l’occasion d’IAW par des groupes en Inde et en Malaisie. Sur les campus universitaires à Calcutta et Delhi, en Inde, les événements incluaient des discussions et des projections de films sur la Palestine et BDS. Les discussions ont été centrées sur les liens croissants de l’Inde avec Israël, qui vont de pair avec le programme de droite du gouvernement actuel. En Malaisie, BDS Malaisie a organisé une conférence, Enhancing Palestine Solidarity in Malaysia [Améliorer la solidarité avec la Palestine en Malaisie], avec des exposés, des discussions et une projection de film. L’exposé liminaire couvrait les violations du droit international qui sont manifestes dans l’occupation par Israël de la Palestine. Le renforcement du mouvement de solidarité de masse par des campagnes BDS et l’importance de la lutte des femmes dans le mouvement de libération de la Palestine ont été des thèmes de discussion.

Merci de contribuer à mettre fin à l’apartheid israélien.

Restez à l’écoute pour les mises à jour et préparez vous pour une Semaine contre l’apartheid israélien encore plus grande en 2020 !

Source : IAW

Traduction : C.G pour BDS France