L’apartheid

0
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

Définition juridique du mot « apartheid » : « régime institutionnalisé d’oppression systématique et de domination d’un groupe racial sur tout autre groupe racial ou tous autres groupes raciaux et dans l’intention de maintenir ce régime ».

On dénonce parfois l’illégalité et la violence de l’occupation israélienne en Palestine. On oublie souvent d’en dénoncer le caractère raciste qui la rapproche par de nombreux points de l’occupation des Blancs en Afrique du Sud, à commencer par son origine coloniale. Pourtant on peut également parler d’un « Apartheid israélien » puisque, d’après la définition de l’ONU c’est « un système de ségrégation et de discrimination raciale institutionnalisées, dans le but d’établir et de maintenir la domination d’un groupe racial sur un autre, et de l’opprimer systématiquement » (résolution 3068 qu’une poignée de pays dont la France, Israël et les Etats-Unis ont refusé de ratifier). Le racisme de l’Etat israélien résulte de l’idéologie sioniste dont l’objectif est d’assurer la suprématie juive en Palestine.

 

En Israël

Sur le territoire israélien actuel, un million et demi de Palestiniens (20% de la population) vivent comme des citoyens de deuxième classe où ils subissent des discriminations. Ils sont défavorisés dans la législation de la nationalité et du mariage, dans l’accès aux ressources de travail, syndicales, culturelles, de santé, d’éducation et même aux permis de construire qu’ils n’obtiennent presque jamais. Afin d’annexer le Golan syrien en 1967, 95 % de sa population en a été expulsée. Plus d’une centaine de villages Palestiniens d’Israël ne sont pas reconnus et, par conséquent, ne reçoivent aucun service. Les Palestiniens citoyens d’Israël ne peuvent pas, selon la loi israélienne, posséder des propriétés sur 93 % du territoire qui est exclusivement réservé aux Juifs, israéliens ou d’ailleurs.

En Cisjordanie

Dans les territoires occupés depuis 1967, plus de 18 000 maisons palestiniennes ont été détruites pour permettre aux colonies israéliennes de s’étendre. Plus d’un million d’oliviers et autres arbres fruitiers ont été arrachés. C’est l’armée israélienne qui contrôle l’eau de Cisjordanie, en confisque plus de 80 % et revend le reste aux Palestiniens 4 fois son prix.

Aucun droit ne régit le travail des Palestiniens en Cisjordanie, qui ne connaît ni salaire minimum, ni âge minimum, ni maxima horaires. Les Palestiniens vivent sous l’arbitraire de la juridiction militaire qui peut les mettre en prison sans inculpation, leur faire subir des punitions collectives, des confiscations de terres, des couvre-feux de plusieurs jours, des assassinats ciblés ou des bombardements. Plus de 11.000 Palestiniens croupissent aujourd’hui dans les prisons israéliennes, dans lesquelles de nombreux cas de torture sont dénoncés.

La Cisjordanie est divisée en dizaines de « Bantoustans » isolés entre lesquels il n’est pas possible de circuler sans autorisation israélienne, délivrée arbitrairement dans l’un de ses 600 « Check Points ». Les Palestiniens ne peuvent emprunter les autoroutes reliant les colonies, ni utiliser l’aéroport international de Tel Aviv. Le Mur de séparation empêche physiquement des dizaines de milliers de Palestiniens d’accéder à leurs familles, lieux de travail, écoles, universités ou hôpitaux.

A Gaza

Un million et demi de Palestiniens dans la bande de Gaza vivent un cas extrême d’oppression systématique : blocus total, privation des produits de première nécessité, bombardements fréquents et de plus en plus violents (plus de 1400 morts en un mois en janvier 2009)…

Dans le monde entier

Près de six millions de Palestiniens vivent aujourd’hui en exil et sont discriminés par l’impossibilité de rentrer dans leur pays. A différents degrés, ce sont donc bien tous les Palestiniens (11 millions de personnes, dont la moitié a le statut de Réfugié) qui vivent une ségrégation quotidienne.

L’utilisation du mot « apartheid », pour qualifier la situation qu’Israël impose aux Palestiniens, est souvent jugée excessive par le grand public. Il s’avère pourtant que l’utilisation de ce terme est tout à fait adaptée pour décrire et dénoncer le sort des Palestiniens.

Previous post

Communiqués de presse de la Campagne BDS France

Next post

Communiqué de la FSU: Refusons la censure du débat sur le conflit israélo-palestinien