Home»A CLASSER»Le boycott à l’actu : revue de presse

Le boycott à l’actu : revue de presse

0
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

Réactions à la censure de la conférence à l’ENS :

(…) Ces faits sont inadmissibles. Le droit de critiquer les actes du gouvernement israélien comme de tout autre gouvernement doit être respecté sur notre territoire. Aucune institution n’a le droit de nous prescrire, en fonction des intérêts particuliers qu’elle représente, ce que nous devons dire, écrire, voir et entendre.(…)

(…) nous dénonçons l’annulation d’un échange démocratique en un lieu de savoir et de débat, censé développer l’esprit critique de centaines d’étudiants. Valérie Pécresse devrait se concentrer sur les moyens qu’elle donne aux universités de former les étudiants, de leur offrir les cadres de débats et d’éveil intellectuel plutôt que d’intervenir pour empêcher un débat d’avoir lieu.(…)

(…) Notre syndicat exprime son inquiétude face à cette volonté de bâillonner un intellectuel de renom, ancien résistant et associé dans sa jeunesse à la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Cette censure est d’autant plus choquante dans une enceinte universitaire, qui devrait constituer un modèle de liberté d’opinion et de débat.(…)

Au fond, il y a une certaine logique : Israël, qui a beaucoup aimé l’Afrique du Sud au temps de l’apartheid, et qui s’était opposé à l’époque à tout boycott de ce pays, craint terriblement la campagne de boycott qui s’organise contre sa politique d’apartheid.(…)

(…) « Il est non seulement légitime mais, pour nous, Israéliens, absolument nécessaire de mener cette campagne : dans BDS, ce qui est important, c’est le « S », c’est de sanctionner une politique qui ne respecte pas le droit international, les conventions internationales ni même les engagements pris par les gouvernements israéliens précédents. S’il y avait « S », il n’y aurait besoin ni de « B » ni de « D »», a rappelé l’Israélien Michel Warschawski, fondateur du Centre d’information alternative (AIC), à l’auditoire. (…)

Autres réactions :

Valérie Pécresse, invitée sur le plateau de Face aux Français, en direct sur France 2 (19/01/2011), répond à la question de Géraldine Muhlmann sur la censure de Stéphane Hessel par la direction de l’Ecole Normale Supérieure.
La Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche précise qu’elle n’y est pour rien dans l’interdiction de la réunion prévue à l’Ecole Normale Sup. (avec Stéphane Hessel, Elisabeth Guigou, Gisèle Halimi,…). Elle enchaîne par un joli lapsus où elle parle du Président de la république au lieu du Président de l’Université. Il aurait été judicieux de lui demander, suite à ce lapsus, si Nicolas Sarkozy avait joué un rôle dans la décision de faire annuler la réunion…(…)
{youtube}b57xjMoBQH4{/youtube}

Sur le boycott d’Israël

  • Une double page dans Libération, le 25/01/11 : « Produits israéliens, procès d’un appel au boycott » par CAROLE RAP Montpellier, de notre correspondante
  • et « Acte citoyen ou discrimination : le difficile équilibre de la loi », par CATHERINE COROLLER, SONYA FAURE
  • ainsi que « Boycott d’Israël : la justice préfère attendre », par CAROLE RAP Envoyée spéciale à Perpignan
  • Voir aussi sur Médiapart : Produits israéliens, procès d’un appel au boycott (Libération)
  • plateau-90 Sur France 3 le 25/01/11 dans « Ce soir (ou jamais !) » avec Darina Al Joundi, Philippe Sollers, Edwy Plenel, Delfeil de Ton, Alain Bauer et Elizabeth Levy
  • En Une de L’Indépendant du 25/01/11 : « Boycott d’Israël : fort soutien pour les prévenus perpignanais » : Lien PDF
  • Sur BEUR FM le 25/01/11 : Censure de Stéphane Hessel, poursuites contre BDS… la liberté d’expression bafouée en France ? Forum-débat sur Beur-fm : télécharger le podcast
  • Previous post

    Le procès de perpignan est reporté, la mobilisation continue !

    Next post

    Discours d'une mère israélienne aux défenseurs de la liberté d'expression