Home»BDS, QU'EST-CE QUE C'EST ?»BOYCOTT UNIVERSITAIRE»Le boycott universitaire expliqué par Ben White

Le boycott universitaire expliqué par Ben White

0
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

Les raisons du boycott universitaire

25 mars 2014 – par la campagne de solidarité avec la Palestine

alt

La campagne des étudiants palestiniens pour le boycott universitaire d’Israël apprécie vivement votre soutien de principe et continu à la lutte palestinienne pour la justice et la liberté en Palestine. (affiche de la conférence nationale étudiante pour la justice en Palestine).

Les institutions universitaires d’Israël sont complices des violations israéliennes du droit international et de la négation des droits humains palestiniens qui en font une cible légitime de boycott. C’est l’argument mis en avant par le journaliste et militant Ben White pour défendre le boycott universitaire d’Israël, lors d’une rencontre sur du boycott de la campagne de solidarité avec la Palestine,.

Les éléments principaux du discours de Ben White sont résumés de la façon suivante par Jas Irban :

Les liens intrinsèques entre la promotion de la propagande et l’implication active dans l’occupation de la part des institutions universitaires d’Israël ne sauraient être ignorés. La complicité de ces institutions est une composante stratégique de l’arsenal de l’Etat d’apartheid responsable de l’oppression quotidienne à laquelle les Palestiniens sont confrontés.

Voici quelques exemples de la façon dont les universités israéliennes sont en même temps complices et activement engagées dans l’occupation :

-Ÿ  L’Institut israélien de technologie (le Technion) a aidé au développement du bulldozer à télécommande utilisé par l’armée israélienne dans les territoires occupés.

Ÿ-  Le Technion a également des « programmes sur mesure » au service de l’armée et du ministère israélien de la défense.

Ÿ-  L’université de Tel Aviv est fière de son rôle en première ligne dans le travail essentiel destiné à maintenir l’avance  militaire et technologique d’Israël.

-Ÿ  L’université de Haïfa a un centre d’études de sécurité nationale qui propose un programme spécial en sécurité nationale et un cycle d’études supérieures où ont été entraînés des centaines d’officiers supérieurs  de l’armée israélienne.

Ÿ-  Pendant le massacre à Gaza (2008-2009), l’université Ben Gourion a octroyé des avantages spéciaux du gouvernement pour chaque journée passée par des étudiants en tant que réservistes des forces de défense.

Ÿ-  L’université hébraïque a une base de l’armée sur son campus pour des étudiants en sciences qui travaillent avec les forces de défense.

Ÿ-  L’université de Tel Aviv et l’université hébraïque offrent toutes les deux des programmes de Hasbara (une méthode de relations publiques qui fait la promotion d’Israël au plan international, propagande de l’A.K.A.). Ces programmes sont liés à différents départements du gouvernement israélien.

Ÿ-  L’université hébraïque a lancé une annonce visant à encourager les étudiants à s’inscrire dans un programme de leadership et de diplomatie publique – programme initié par « Soutenez-nous », un groupe de défense pro-israélien et par le ministère israélien des affaires étrangères.

Il y a, bien sûr nombre d’autres exemples de la complicité des institutions universitaires israéliennes avec l’occupation, mais les quelques uns cités ici mettent en lumière certains moyens par lesquels cette complicité se manifeste.

Ces institutions contribuent activement à l’oppression des Palestiniens, ainsi qu’on peut le voir dans l’utilisation pratique de la technologie développée par le Technion  et dans le partenariat entre l’armée israélienne et ces institutions.

De plus, elles aident à perpétuer l’idéologie d’Etat qui maintient l’occupation et la violation permanente par Israël du droit international et des droits humains des Palestiniens.

Tout ce qui précède nourrit un environnement hostile aux étudiants israéliens et aux enseignants qui soutiennent les Palestiniens et souhaitent la fin de l’occupation. Les difficultés d’une prise de parole publique en ce sens ont été expérimentées par Ilan Pappé, un professeur israélien pro-palestinien, qui travaille à protéger la mémoire de la Nakba.

Son livre, « Hors du cadre, la lutte pour la liberté académique en Israël » livre un témoignage de premier plan sur la participation constante des institutions universitaires israéliennes à la propagande et sur leur affiliation étroite avec le gouvernement et l’armée israéliens.

_________________________

Pour rejoindre le boycott:

Si vous étudiez ou travaillez dans une institution en lien avec une institution universitaire israélienne – par exemple des liens de recherche – vous pouvez expliquer à cette institution pourquoi elle devrait mettre fin à ces liens.

Si vous êtes invité à visiter ou à parler dans une institution universitaire israélienne, rappelez-vous s’il vous plaît l’appel des Palestiniens au boycott académique d’Israël.

La vidéo complète du discours de BenWhite de 2012 est sur :

http://www.palestinecampaign.org/the-case-for-cultural-academic-boycott-of-israel-with-intro-by-ken-loach/

Palestine Solidarity Campaign: http://www.palestinecampaign.org
Traduction SF pour BDS France. Version originale: http://chat2gaza.com/2014/03/25/the-reasons-for-an-academic-boycott-of-israel-explained/

Previous post

Communiqué : Pas de soutien à l’apartheid israélien à Paris 8 !

Next post

Lettre à Catherine Ashton de 29 membres du Parlement européen