Home»A CLASSER»Le gouvernement sud-africain fait un pas concret contre les produits des colonies

Le gouvernement sud-africain fait un pas concret contre les produits des colonies

0
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

Une victoire importante pour la campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions contre l’occupation et l’apartheid israéliens

Déclaration commune d’organisations sud-africaines, palestiniennes et états-uniennes :

Open Shuhada Street (Ouvrir la rue Shuhada – à Hébron) ;
Avocats pour les Droits humains ;
BDS Afrique du Sud ;
Forum Solidarité Palestine (UCT) ;
Comité de coordination de la lutte populaire (Palestine) et,
Campagne Beauté Volée Ahava.

Le ministre du Commerce et de l’Industrie, Dr Rob Davies, a publié un avis dans la Gazette du Gouvernement, le 10 mai 2012, déclarant :
« … j’ai l’intention de notifier un avis relatif à… la loi sur la Protection des consommateurs… pour exiger des commerçants en Afrique du Sud qu’ils ne marquent pas incorrectement les produits provenant des Territoires palestiniens occupés (TPO) comme étant des produits venant d’Israël ». (GG No.35328 Notice 379 of 2012)
L’avis DTI indique plus loin que l’organisation Ouvrir la rue Shuhada s’est plainte que « des produits comme par exemple les cosmétiques d’Ahava, des technologies et des boissons gazeuses sont distribués en Afrique du Sud comme des produits originaires d’Israël alors qu’ils proviennent des TPO. » Les produits venant des colonies israéliennes dans les TPO sont des produits illégaux en vertu du droit international ; cependant, Israël a tenté, ces dernières années, de les exporter fallacieusement comme étant des produits « Made in Israel ».
De manière significative, le ministre Davies note dans son avis que «  la charge de la preuve de l’origine des produits incombera aux commerçants ». L’obligation incombe aux commerçants parce qu’ « il ne faut pas tromper les consommateurs en Afrique du Sud en leur faisant croire que les produits qui viennent des TPO sont des produits d’Israël ». Désormais, le commerce israélien avec l’Afrique du Sud va être plus difficile et c’est un sérieux revers pour les sociétés israéliennes qui veulent faire des affaires en Afrique du Sud. Cette initiative du gouvernement sud-africain s’inscrit dans la lignée de son engagement à ne pas reconnaître l’occupation d’Israël sur la Cisjordanie et Jérusalem-Est.
En particulier, cette mesure a trait à l’exploitation économique illégale de la terre, de l’eau et des autres ressources palestiniennes par 500 000 colons hors-la-loi. La politique d’apartheid est appliquée dans les colonies illégales où, par exemple, les Palestiniens ne peuvent entrer qu’avec une autorisation de la sécurité et comme main-d’œuvre à bon marché, et où les écoles sont réservées aux seuls colons israéliens juifs.
L’avis du ministre Davies constitue un encouragement puissant pour tous les Palestiniens, ceux de Jérusalem-Est, de Gaza, de Cisjordanie, les réfugiés et ceux aussi qui vivent à l’intérieur des frontières de 1948 d’Israël. La mesure du gouvernement en ce sens est un appui aussi pour les dissidents et militants juifs israéliens qui (avec leurs camarades palestiniens) risquent l’emprisonnement s’ils appellent aux boycotts, désinvestissements et sanctions.
Le groupe Ouvrir la rue Shuhada et ses partenaires mènent une campagne locale contre le faux étiquetage par les sociétés israéliennes depuis 2010, dans le cadre de la campagne de Boycotts, Désinvestissements et Sanctions (BDS). En particulier, nous nous sommes inspirés de la campagne mondiale contre Ahava, conduite par des femmes comme Nancy Krickorian de la campagne Stolen Beauty Ahava Boycott. Grâce à cette campagne active BDS, Ahava a été contrainte de fermer un magasin au Royaume-Uni, elle a été abandonnée par le détaillant canadien, The Bay (chaîne de 94 grands magasins au Canada), et plus récemment, l’agent d’Ahava au Japon a annoncé l’arrêt de toute vente de produits Ahava.
Nous demandons que Wellness Warehouse, Dishem Group et Truworths retirent immédiatement tous les produits Ahava qui proviennent des Territoires palestiniens occupés et qui sont marqués faussement « Produit d’Israël ». Nous appelons en outre Pick’n Pay, Woolworths, comme tous les autres commerçants, à s’abstenir de faire venir des produits israéliens, tel que Soda Stream.
Open Shuhada Street, UCT Palestine Solidarity Forum, et BDS Afrique du Sud, félicitent le ministre Davies et ses collèges du département du Commerce et de l’Industrie. Nous saluons son appel à une intervention publique et nous espérons que toutes celles et ceux qui s’opposent aux colonies israéliennes illégales, aux lois de l’occupation et aux lois racistes, aux prisons et tribunaux militaires, enverront leur déclaration de soutien au département du Commerce et de l’Industrie.
Open Shuhada Street transmet ses remerciements à tous ses partenaires et à ses avocats, David Cote et Jacob van Garderen de l’organisation Avocats pour les Droits humains.

17 mai 2012 – Writing Rights

traduction : JPP

Previous post

Les exportations israéliennes vers l'Union européenne chutent de 16%

Next post

Festival 100% Tel Aviv : lettre ouverte à l'Association Paris Jazz Club