Menu
05/01/24

Le guide BDS pour une campagne stratégique en faveur des droits des Palestiniens

Alors qu’Israël continue à perpétuer son génocide à Gaza, une nouvelle vague de solidarité avec le peuple autochtone palestinien se répand autour du monde. Le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions à l’égard Israël est le moyen le plus efficace de transformer la solidarité en impact. Voici comment faire de votre campagne BDS un succès.

Date d'origine : 05/01/2024
Auteur : Comité National Palestinien BDS (BNC)
Traduit par : AJC

Alors que le régime israélien de colonialisme et d’apartheid, vieux de plusieurs décennies, continue d’intensifier son génocide et son nettoyage ethnique, une nouvelle vague de solidarité avec le peuple palestinien se répand autour du monde. Nombreux sont ceux qui découvrent pour la première fois l’appel historique de 2005 de la société civile palestinienne pour boycotter, désinvestir et sanctionner (BDS) Israël jusqu’à ce qu’il se conforme au droit international. Dans ce guide, nous présentons les fondements du mouvement, les meilleures pratiques, quelques conseils et idées utiles pour une campagne stratégique de BDS.

BDS 101

Tout d’abord, un bref rappel historique : le mouvement BDS a été fondé par la société civile palestinienne en 2005 comme un moyen d’exercer une pression sur Israël pour qu’il se conforme à trois demandes clefs du droit international :

  1. Une fin de l’occupation israélienne des terres arabes et le démantèlement du mur illégal de l’apartheid
  2. Une égalité totale des citoyens palestiniens qui vivent en Israël
  3. Le droit au retour des réfugiés palestiniens

Vous pouvez en apprendre plus sur l’histoire du mouvement BDS, sur les organisations qui composent le Comité National Palestinien BDS, ainsi que les campagnes actuelles et passées sur le site du mouvement BDS.

BDS est le moyen le plus efficace pour nous de concrétiser notre solidarité avec la libération de la Palestine. Israël n’est en mesure de maintenir son régime d’oppression sur le peuple palestinien et d’éviter de répondre de son génocide contre 2,3 millions de Palestiniens dans la bande de Gaza assiégée et occupée qu’en raison de la complicité internationale des États, des entreprises et des institutions.

Le mouvement BDS s’est ancré dans des décennies de résistance populaire palestinienne au colonialisme britannique et au colonialisme sioniste. Il s’inspire du mouvement anti-apartheid sud-africain, au cours duquel les boycotts et les sanctions internationales ont joué un rôle majeur dans la chute de l’apartheid.

Un mouvement d’action collective

De nombreuses personnes boycottent personnellement les marques qui ont affirmé leur soutien à l’apartheid israélien, et c’est une excellente chose, mais nous tenons à souligner que les boycotts de consommateurs sont plus efficaces lorsqu’ils sont menés dans le cadre d’une action collective, et que le BDS ne se limite pas aux boycotts de consommateurs. Plus que nos investissements et nos achats personnels, qui sont des gestes symboliques mais qui n’ont pas d’impact à eux seuls, il est important de travailler au sein d’une organisation, d’un syndicat ou d’une coalition pour organiser des campagnes efficaces et stratégiques et renforcer le pouvoir au niveau mondial afin de soutenir la lutte des Palestiniens. Ainsi, lorsque vous voyez des listes massives de dizaines et de dizaines d’entreprises à boycotter circuler sur les médias sociaux, gardez à l’esprit que l’objectif n’est pas de boycotter autant d’entreprises que possible, car très peu de personnes peuvent soutenir des boycotts aussi étendus sur une longue période.

L’objectif est de choisir stratégiquement quelques cibles et d’exercer une pression collective suffisante pour gagner une campagne, c’est-à-dire qu’une entreprise spécifique cesse de faire des affaires avec Israël, qu’une institution spécifique se désengage des entreprises israéliennes ou internationales complices, ou qu’une ville spécifique mette fin à ses relations avec le gouvernement israélien ou adopte une politique de passation de marchés et d’investissement en faveur des droits de l’homme.

Il existe de nombreux types de campagnes BDS et vous pouvez sélectionner les objectifs les plus stratégiques et les plus réalisables dans votre propre contexte local. Voici quelques exemples :

Boycott municipal : une ville met fin à son contrat avec HP ou Caterpillar.

Boycott académique : une université (ou un département) ou une association académique met fin à la collaboration institutionnelle avec les institutions académiques israéliennes.

Boycott sportif : des équipes refusent de jouer contre l’équipe officielle israélienne, ou Israël est suspendu des Jeux olympiques ou de la Fédération Internationale d’Association de Football (FIFA).

Boycott des consommateurs : un supermarché arrête de vendre des fruits et des légumes israéliens.

Boycott culturel : un chanteur annule un concert en Israël, ou un événement d’une « ambassade culturelle » israélienne ou sponsorisé par Israël (ou par un groupe de lobby anti-palestinien) est annulé.

Désinvestissement : une ville, université, église, syndicat, ou un fond de pension retire ses investissements dans les entreprises et les banques complices de l’apartheid israélien.

Alors que le mouvement BDS continue de se développer rapidement, de nombreux militants dans le monde, y compris en Palestine, se demandent souvent quelle institution ou entreprise cibler le plus efficacement et comment. Compte tenu de nos capacités humaines limitées, nous voulons être stratégiques dans le choix de nos cibles. Le mouvement BDS ne lance pas une campagne de boycott contre tous les événements, produits ou institutions susceptibles d’être boycottés, car il serait alors impossible d’obtenir des résultats concrets.

Pour être stratégiques, nous choisissons soigneusement nos cibles et la manière dont nous intervenons dans chaque cas. Pour en savoir plus sur les cibles actuelles du BDS et sur les campagnes stratégiques, notamment sur les raisons pour lesquelles certaines cibles sont des cibles de « pression » plutôt que des cibles de boycott à part entière, veuillez consulter ce récent article du Comité National Palestinien du BDS (BNC).

Les critères de sélection des cibles stratégiques du mouvement BDS sont les suivants :

  1. Niveau de complicité : plus la complicité de l’entreprise ou de l’institution est grande, plus il est facile et convaincant de mobiliser la pression du BDS contre elle. Des centaines d’entreprises et d’institutions internationales sont complices d’une manière ou d’une autre, mais pas toutes au même degré. Par exemple, une entreprise qui arme l’armée israélienne est clairement plus complice qu’une entreprise qui vend ses produits de beauté en Israël. Comprendre comment une entreprise ou une institution est complice du régime d’apartheid israélien et des violations du droit international par le biais d’une recherche factuelle nous aide à prioriser nos cibles.
  2. Possibilité de créer des coalitions entre mouvements : une campagne de désinvestissement ciblant Chevron, par exemple, a beaucoup plus de sens qu’une campagne de désinvestissement ciblant une entreprise qui ne fait qu’enfreindre les droits des Palestiniens, parce que Chevron est la cible des militants de la justice climatique dans le monde entier. Les coalitions intersectorielles sont particulièrement cruciales pour maximiser les chances de victoire contre les puissantes entreprises complices.

    3. L’attrait médiatique : si deux entreprises sont également complices et que nous devons faire un choix, il est plus efficace de cibler la marque la plus connue du public, car elle attire généralement davantage l’attention des médias et nous permet de toucher un public beaucoup plus large.

    4. Potentiel de réussite : même si les trois conditions ci-dessus sont remplies, nous ne lançons pas une campagne contre un objectif si nous n’avons pas de chances raisonnables de réussir. Pour réussir, il suffit parfois d’atteindre un large public et de gagner son soutien, plutôt que d’annuler un événement ou un contrat, mais les victoires symboliques ne suffisent pas. Nous pratiquons le BDS parce que nous voulons gagner et renforcer le pouvoir d’influer sur le changement de politique afin d’obtenir les droits des Palestiniens en fin de compte, et non pas simplement pour marquer des points et se sentir bien dans des gestes symboliques. Cela signifie qu’il faut forcer l’entreprise ou l’institution à mettre fin à sa complicité avec le régime d’apartheid d’Israël, par exemple en se désinvestissant du marché israélien, comme l’a fait l’entreprise française de télécommunications Orange en 2016. Ce n’est que grâce à des succès durables, cumulatifs, croissants et généralisés que BDS pourra atteindre ses objectifs, à savoir la liberté, la justice et l’égalité.

Faire campagne pour gagner

Une fois que vous et votre groupe ou organisation (car vous ne devez absolument pas faire cela tout seul !) avez soigneusement étudié et choisi une cible qui a un sens stratégique pour votre contexte local, ne vous lancez pas tout de suite dans une campagne publique. Commencer par une demande douce (due diligence) est une étape souvent négligée qui peut parfois nous permettre de gagner tout de suite – et l’objectif est de gagner !

Par exemple, rencontrer le comité d’investissement de votre syndicat pour voir s’il est prêt à mettre en œuvre une politique de sélection des investissements en faveur des droits de l’homme ; écrire en privé une lettre au responsable des achats de votre école pour voir s’il n’y a pas un autre fournisseur d’ordinateurs que HP qu’il pourrait choisir ; ou faire en sorte que les travailleurs d’une épicerie demandent collectivement que le magasin ne mette plus en rayon un produit israélien. Vous serez peut-être surpris de voir jusqu’où un engagement de bonne foi, fondé sur le partage d’informations exactes et d’appels moraux convaincants, peut dans certains cas vous mener, en particulier dans les petites communautés, avant de déboucher sur une campagne de pression publique de plus grande envergure.

Dans la plupart des cas, cependant, la pression stratégique est le seul moyen efficace. Par exemple, lorsque la section de Portland, dans l’Oregon, des Socialistes démocrates d’Amérique (DSA) et d’autres alliés ont mené une campagne demandant aux Portland Trail Blazers de mettre fin à leur accord de parrainage avec Leupold et Stevens, fournisseur de lunettes pour tireurs d’élite de l’armée israélienne, ils ont d’abord envoyé des lettres privées à l’organisation des Blazers pour expliquer leurs préoccupations et demander une réunion pour discuter plus en détail de ce partenariat. Cette tactique n’ayant pas fonctionné, ils sont passés à une campagne de pression publique d’un an, qu’ils ont remportée ! Mais ils devaient d’abord s’assurer de faire preuve de diligence raisonnable, ce qui est en soi une preuve de bonne foi et peut rallier de nombreux spectateurs.

Vous devez également commencer à contacter d’autres organisations pour obtenir leur soutien. La formation de coalitions est indispensable dans la plupart des actions de BDS. Les organisations de votre région peuvent être intéressées par une campagne commune sur le sujet, et d’autres organisations peuvent offrir leur soutien à votre campagne. Par exemple, aux États-Unis, l’American Friends Service Committee (AFSC) dispose de chercheurs talentueux qui ont des années de campagne BDS à leur actif et d’une excellente base de données qui peut vous aider à trouver des informations fiables sur les entreprises et les fonds d’investissement. Le centre européen de soutien juridique peut aider les groupes BDS en Europe à s’assurer que leur campagne est aussi solide que possible sur le plan juridique et peut être en mesure de vous aider à faire face aux défis juridiques auxquels vous pourriez être confronté. Les organisations de médias du mouvement peuvent fournir des ressources sur la manière d’entrer en contact avec les médias et des conseils sur la meilleure façon d’intégrer la communication dans votre stratégie de campagne, et non comme une réflexion après coup.

D’autres éléments importants de la campagne comprennent la création d’une stratégie médiatique, une stratégie d’éducation du public (par exemple, l’organisation d’événements d’information tels que des cours), un calendrier pour l’escalade de votre campagne et le choix de dates stratégiques pour certaines actions, telles que la remise d’une pétition lors d’une réunion du conseil d’administration de l’entreprise que vous visez. La perturbation pacifique (sit-in, occupation pacifique, flashmob, action collective dans les supermarchés, etc.) est-elle une tactique utile à envisager, au bon moment, dans votre stratégie ?

Historiquement, certaines des campagnes BDS les plus importantes et les plus réussies ont nécessité des années de planification stratégique, d’organisation et de création de réseaux – ne vous découragez donc pas si cela ne se produit pas tout de suite. Cela vaut la peine d’être détaillé, stratégique et intentionnel dans votre planification et votre travail de sensibilisation. Mais en cette période de crise sans précédent où un génocide se déroule sous nos yeux, il n’y a aucune raison pour qu’une campagne BDS prenne des années. Il y a une grande urgence dans le travail que nous faisons en ce moment, et il n’y a aucune raison pour qu’un conseil municipal ou la direction d’un syndicat ne puisse pas prendre la décision de mettre fin à sa complicité dès maintenant, si la volonté politique existe. Si ce n’est pas maintenant, quand ?

Le mouvement anti-apartheid sud-africain s’est organisé pendant des décennies pour obtenir un large soutien international en vue de la chute de l’apartheid ; et l’apartheid est tombé. La liberté n’est pas négociable. Il est temps d’agir et de rejoindre le mouvement pour la liberté, la justice et l’égalité en Palestine.