Menu
22/12/21

LEGALITE DU BOYCOTT, et REFUGIES PALESTINIENS, à CLERMONT-FD

POUR BDS, A LA SORTIE DES FACS #BoycottIsrael Dix militant-e-s AFPS et BDSF 63 ont participé le 14 décembre à un tractage-rencontre avec les étudiants et les passants à l’arrêt du tramway à la sortie de la fac de lettres et de la fac de droit, de 16h30 à 17h30, pour faire connaitre la LEGALITE DE L’APPEL AU BOYCOTT. Près de 400 ex du tract ont été distribués aux nombreux jeunes qui passaient vite dans le froid, et manifestaient leur soutien, ou leur indifférence. Des discussions et prises de contact, une promesse d’adhésion, une quinzaine de signatures de la pétition pour la suspension de l’accord UE-Israel. DROIT AU RETOUR DES REFUGIES, A LA MARCHE AUX FLAMBEAUX POUR LES MIGRANTS Le samedi 18 décembre 2021 une demi-douzaine de militant-es AFPS 63 et BDSF 63 ont participé, avec plus de 400 personnes,  à la marche aux flambeaux « DES PONTS, PAS DES MURS » en solidarité avec les Migrants, à l’appel de 28 organisations dans le froid et le brouillard. Une banderole pour le droit au retour des réfugiés palestiniens a complété les banderoles de la manifestation. Après une déambulation sonore dans les rues commerçantes entre place de Jaude et place de la Victoire(de la Nakba), et à l’arrivée devant la préfecture , des prises de parole ont été effectuées par RESF, LDH, UNEF, AFPS, FSU et LFI, pour rappeler la situation et les revendications des manifestant-es. Prise de parole du représentant AFPS 63 :  « L’Association France Palestine Solidarité 63 tient à marquer sa solidarité avec les Migrants. La déclaration universelle des droits de l’Homme en 1948 à l’ONU stipule dans son article 13 : « toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un État. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays. » Depuis une vingtaine d’années, Israël a construit un mur haut de 8 mètres et long de plus de 700 km sur les terres palestiniennes occupées. Ce mur d’apartheid fait partie intégrante du projet israélien d’annexion de la Cisjordanie. Les Nations-unies en 2003 et la Cour internationale de justice en 2004 ont indiqué que ce mur était contraire au droit international.   A celui-ci s’ajoute le mur isolant complètement 2 millions de personnes dans la Bande de Gaza sous blocus israélien. Les Palestiniens n’ont jamais cessé de lutter contre l’expulsion continue de leurs terres depuis 1948, et pour le droit au retour des réfugiés, voté par l’ONU. Lors des « marches du retour » à Gaza depuis 2018, l’armée israélienne a tué des centaines de civils et en a blessé des dizaines de milliers d’autres, souvent gravement mutilés par des tirs de précision. Les réfugiés représentent près des 2/3 des 12 millions de Palestiniens, et des millions vivent encore dans des conditions épouvantables dans des camps en Palestine, en Jordanie, en Syrie, …, sans compter les exilés qui ont migré dans le monde, certains en Europe et en France, y compris à Clermont-Ferrand. Du mur israélien sur les terres palestiniennes colonisées, au mur de la honte étatsunien à la frontière avec le Mexique, des centaines de murs ou de barbelés à travers tous les continents déchirent aujourd’hui la vie des gens et les terres, renforçant des frontières et des contrôles de plus en plus sophistiqués. Ces frontières, plus infranchissables aux personnes qu’aux transferts financiers, sont la cause de milliers de morts chaque année, et encore en 2021 en France, en Europe, au Proche-Orient et dans le monde entier. Ces frontières sont devenues les remparts d’un monde où les guerres, la militarisation et l’exclusion s’opposent à la justice, la liberté, le droit, le partage et l’égalité. Visibles ou invisibles, elles ont pour fonction essentielle de protéger les bénéfices de quelques-uns,  contre la justice économique, politique, sociale et environnementale. Aujourd’hui, ici, l’AFPS se mobilise : – pour Saluer et soutenir les mouvements de solidarité entre les peuples. – pour Favoriser la création de liens entre les personnes enfermées derrière des murs et les mouvements luttant contre eux. – pour Dénoncer les effets dévastateurs des inégalités et de l’injustice. – pour Exiger la fin de ces frontières réelles ou symboliques lorsqu’elles volent des terres, expulsent, discriminent, exploitent, enferment et séparent.  Il faut faire tomber les murs et les barbelés ! » – pour Rappeler que le principe de fraternité est contenu dans le préambule notre Constitution et que les personnes qui apportent une aide désintéressée aux migrants en situation irrégulière en France ne devraient pas pouvoir être poursuivies.       – pour Rappeler, enfin, la lutte du peuple palestinien contre l’apartheid israélien, et notamment pour l’exercice du droit au retour des réfugiés, soutenus par le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) à l’appel de la société civile palestinienne. »