Home»BDS, QU'EST-CE QUE C'EST ?»BOYCOTT SPORTIF»Les sociétés civiles de Palestine et du Brésil lancent la campagne des « Jeux Olympiques sans apartheid »

Les sociétés civiles de Palestine et du Brésil lancent la campagne des « Jeux Olympiques sans apartheid »

1
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

À un an du démarrage des jeux Olympiques de Rio de Janeiro, le Comité National Palestinien du Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BNC) qui dirige le mouvement BDS mondial contre Israël lance, avec des mouvements sociaux au Brésil, la campagne des « Jeux Olympiques sans apartheid ».

La première cible de la campagne est ISDS, Systèmes de Sécurité et de Défense Internationales, une compagnie israélienne qui a remporté un marché en octobre dernier auprès du Comité d’organisation Olympique de Rio 2016. Cette société est partie intégrante du régime israélien d’occupation, de colonisation et d’apartheid contre les Palestiniens. Elle se vante d’avoir été fondée sur la base de l’expérience du Mossad, les services secrets criminels d’Israël, et elle est largement accusée d’avoir entraîné des escadrons de la mort et soutenu des dictatures en Amérique centrale dans les années 1980.

Ainsi que l’indique le BNC, « les sociétés militaires israéliennes, qui sont toutes fortement impliquées dans les crimes de guerre d’Israël contre le peuple palestinien, entre autres, voient les Jeux Olympiques comme une opportunité de faire du profit et comme un moyen d’exporter leur expertise « testée sur le terrain » dans le maintien de l’apartheid, de la répression et de la militarisation d’espaces urbains de par le monde. Il faut les stopper ».

Une série d’événements internationaux a été organisée à Sao Paulo et Rio de Janeiro du 3 au 6 août ne coordination avec des mouvements brésiliens et avec la coalition « Des Jeux Olympiques pour qui ? » afin de renforcer l’opposition à ces contrats au Brésil et de lancer un appel mondial à rejoindre à la campagne.

Jamal Juma, coordinateur de la campagne « Stop le Mur » et un des intervenants à la conférence a déclaré :

« Il est absolument vital pour nous que nous soyons unis pour garantir la fin de l’impunité en Palestine et dans le monde. Il est inacceptable qu’Israël ait toujours le droit d’exporter son expertise en matière de répression et de violation des droits humains vers tous ceux qui sont intéressés à appliquer ces techniques contre leur propre peuple. Il est choquant que les J.O. 2016 de Rio offrent à ISDS une plateforme internationale pour se blanchir de sa complicité dans des violations graves des droits humains en Palestine et en Amérique centrale ».

En mai 2015, le gouvernement brésilien a pris ses distances vis-à-vis de cette société, à la suite d’une intense pression exercée par la société civile, frustrant ainsi ISDS qui espérait une plus grosse part du coût de la sécurité pour les J.O., estimé à 2,2 milliards de dollars.

Les organisations de la société civile brésilienne accusent les autorités brésiliennes d’être non seulement complices des violations du droit international par Israël mais aussi d’utiliser la technologie militaire « testée sur le terrain » pour réprimer les mouvements sociaux, avec un impact dévastateur sur la vie de la jeunesse brésilienne noire et pauvre.

Pedro Charbel, le coordonnateur du BNC pour la campagne en Amérique latine explique : « ISDS utilise les J.O. comme vitrine de son travail au Brésil, mais le marché passé entre le Comité olympique et cette société n’est que la partie émergée de l’iceberg. En dépit de son soutien aux droits des Palestiniens au niveau diplomatique, le Brésil est le cinquième plus gros marché d’exportation israélienne d’armes. BDS se développe en Amérique latine et au Brésil en particulier, à un rythme impressionnant et, les mouvements sociaux du pays sont déterminés à ne pas lâcher jusqu’à ce que cesse le rôle du Brésil dans le maintien de l’apartheid israélien ».

 

Plus d’info à: http://www.bdsmovement.net/2015/palestinian-and-brazilian-civil-society-launch-olympics-without-apartheid-campaign-13256#sthash.XRguC0ud.XgrhQXMf.dpuf

Traduction SF pour BDS France

Previous post

Communiqué BDS France : "Tel Aviv Sur Seine" a pris l'eau !

Next post

Solidarité avec Fabienne Haloui