Home»BDS, QU'EST-CE QUE C'EST ?»BOYCOTT UNIVERSITAIRE»Une motion sur le boycott académique d’Israël est votée a l’AG annuelle de la Société pour les Études Socialistes

Une motion sur le boycott académique d’Israël est votée a l’AG annuelle de la Société pour les Études Socialistes

1
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

Une motion sur le boycott des institutions académiques israéliennes est votée à l’unanimité à l’AG annuelle de la Société pour les Études Socialistes

 

26 juin 2018 / par la Société pour les Études Socialistes / Canada

 

La Société académique canadienne s’engage elle aussi à défendre les droits garantis des étudiants et professeurs à s’engager dans la recherche et l’expression publique sur la Palestine et l’État d’Israël et à soutenir le mouvement BDS.

La Société pour les Études Socialistes (SSS) a rejoint la Campagne Palestinienne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël en votant, à son AG annuelle du 31 mai, une motion de soutien au boycott des institutions académiques israéliennes.

La motion, votée à l’unanimité, dit que la Société « reconnaît et qu’elle honorera l’appel de la société civile palestinienne au boycott des institutions académiques israéliennes et que la Société « défend les droits garantis des étudiants et des universitaires où que ce soit de s’engager dans la recherche ou l’expression publique sur la Palestine et l’État d’Israël et en soutien du mouvement boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) ».

Radhika Desai, présidente de la Société, a fait remarquer : « Les membres de la très large audience de l’AG annuelle ont voté à l’unanimité le soutien solidaire avec ceux qui luttent contre le colonialisme.

Soutenir les luttes anti-coloniales chez soi et à l’étranger est un élément nécessaire du travail de notre société pour la justice socialiste. Les institutions israéliennes d’enseignement supérieur en Palestine et en Israël sont directement et indirectement complices du maintien systématique de l’occupation et de la colonisation des Palestiniens et de la politique de discrimination envers les étudiants et les universitaires palestiniens. Le Comité National BDS palestinien, qui représente des centaines d’associations de la société civile palestinienne a fait appel à la solidarité internationale dans sa campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions. Nous sommes fiers de souscrire à cet appel. »

Les réunions de la Société pour les Études Socialistes, tenues à l’université de Regina du 29 au 31 mai, faisaient partie du Congrès des Humanités et des Sciences Sociales et sont arrivées juste après un nouveau massacre de Palestiniens à Gaza par l‘armée israélienne. Le 14 mai 2018, Israël a tué 60 Palestiniens et en a blessé 2771 qui manifestaient pacifiquement pour protester contre leur expulsion de masse et leur occupation.

En votant sa motion, la SSS a rejoint des associations académiques du monde entier, parmi lesquelles, entre autres, l’Association d’Etudes Américaines, l’Association Nationale d’Études des Femmes, l’Association de Littérature Africaine et l’Association Internationale de Géographie Critique.

MOTION-01 : Boycott Désinvestissement Sanctions

Cette année, les réunions de la Société pour les Études Socialistes font à nouveau suite à un autre massacre de Palestiniens qui manifestaient contre leurs 70 ans d’expulsion massive et leurs 51 ans d’occupation. Depuis le 30 mars 2018, l’armée israélienne a tué 122 civils non armés à Gaza, parmi lesquels 14 enfants, et a blessé plus de 13.000 manifestants, dont 155 sont encore dans un état critique.

La Société souhaite exprimer une ferme condamnation de l’État d’Israël pour son incessante colonisation et occupation des terres et de la population palestiniennes.

En adoptant la motion suivante (qui a pris modèle sur la motion de l’Association des Études Techniques Critiques votée le 18 juillet 2014), la Société pour les Etudes Socialistes rejoint les associations académiques qui, à travers le monde, témoignent de leur solidarité envers la société civile palestinienne en participant à la Campagne Palestinienne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël.

Attendu que :

  • la Société pour les Études Socialistes reconnaît une colonisation permanente dans l’Ile de la Tortue (terme autochtone pour l’Amérique du Nord) et dans le monde et s’engage à démanteler les régimes coloniaux comme part essentielle de son travail pour la justice socialiste,
  • les universités et écoles palestiniennes ont été périodiquement obligées de fermer à la suite d’actions liées à l’occupation israélienne, ou ont été détruites par des frappes militaires et l’expansion israéliennes et que les étudiants, militants et universitaires palestiniens sont confrontés à des restrictions de circulation et de voyage qui limitent leur possibilité de suivre des cours à l’université et d’y travailler, de participer à des conférences et d’étudier à l’étranger et, par conséquent, fait obstruction à leur droit à l’éducation,
  • l’État d’Israël est engagé dans des pratiques continues de dépossession, de transfert de populations, de colonisation illégale et d’incarcération politique, dans le contexte de la poursuite du colonialisme de peuplement, de l’occupation et du blocus de Gaza,
  • l’État d’Israël s’engage dans des activités systématiques de discrimination envers ses citoyens palestiniens ainsi qu’envers les travailleurs migrants et les réfugiés de couleur,
  • L’État israélien et les universités israéliennes imposent, directement et indirectement, des restrictions sur l’éducation, les bourses et la participation aux activités du campus, aux étudiants palestiniens d’Israël,
  • Israël impose de sévères restrictions aux professeurs et étudiants étrangers qui voudraient assister à des conférences ou faire des recherches en Palestine, de même qu’aux universitaires et étudiants arabes/palestiniens qui souhaitent venir en Palestine et dans l’État d’Israël,
  • les institutions israéliennes d’éducation supérieure n’ont pas condamné ou pris des mesures pour s’opposer à l’occupation et à la discrimination raciale contre les Palestiniens d’Israël, mais ont, au contraire, été directement et indirectement complices du maintien systématique de l’occupation et de la politique et des pratiques discriminatoires envers les étudiants et les professeurs palestiniens en Palestine et en Israël,
  • les institutions universitaires israéliennes sont profondément complices des violations du droit international et des droits de l’Homme par Israël et de son déni du droit à l’éducation et à la liberté académique envers les Palestiniens, en plus de leurs droits fondamentaux tels que garantis par le droit international,
  • la Société pour les Études Socialistes reconnaît le mouvement palestinien pour le Boycott, le Désinvestissement et les Sanctions en tant que pratique de solidarité et de résistance,
  • la société pour les Études Socialistes défend la recherche et la libre discussion sur ces questions sans censure, ni intimidation, ni harcèlement et cherche à promouvoir partout les échanges, la collaboration et les opportunités universitaires pour les étudiants et les professeurs,

Il est résolu que la Société pour les Études Socialistes reconnaît et honorera l’appel de la société civile palestinienne au boycott des institutions académiques israéliennes.

Il est résolu que la Société pour les Études Socialistes soutient partout les droits garantis des étudiants et des enseignants à s’engager dans la recherche et l’expression publique sur la Palestine et l’État d’Israël et à soutenir le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS).

 

Source: BDS Movement

Traduction J.Ch. pour BDS France

Previous post

PINKWATCHONS LE PINKWASHING ! Pour combattre le pinkwashing d'Israël

Next post

Israël abandonne la « condition d’un accueil de l’Eurovision à Jérusalem », une première étape importante pour la campagne de boycott