Home»GENERAL»Comité National Palestinien (BNC)»70 moments clés de la solidarité et du BDS pour la Palestine en 2018

70 moments clés de la solidarité et du BDS pour la Palestine en 2018

23
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

Comité national palestinien de boycott, désinvestissement et sanctions (BNC) – 8 août 2018

Voici une courte liste de moments en 2018 qui démontrent qu’il existe une reconnaissance grandissante des crimes d’Israël contre le peuple palestinien et qui inspirent des efforts dans le monde entier pour qu’Israël soit tenu responsable pour ses flagrantes violations des droits de l’homme. Les soutiens aux droits des Palestiniens se sont accrus dans les parlements, les conseils municipaux, les universités, les syndicats, les institutions culturelles, parmi les artistes et les groupes, et bien au-delà. Ensemble, chaque jour, nous le rendons toujours plus fort.
Voici donc 70 points fort de la solidarité et du BDS pour la Palestine en 2018. Nous mettons l’accent sur ces 70 moments d’espoir de cette année qui marque le 70e anniversaire de la Nakba, ou « Catastrophe », toujours en cours, où les Palestiniens originaires de cette terre ont été expulsés en masse de leurs foyers pour y installer un État colonial à majorité juive.
Beaucoup des réponses ci-dessous font suite au massacre par Israël de 60 Palestiniens à Gaza le 14 mai 2018, pendant que le monde regardait les tireurs d’élite israéliens abattre les manifestants palestiniens simplement parce qu’ils affirmaient leur droit, en tant que réfugiés, de rentrer dans leur foyer et y vivre en liberté.
Au milieu de cette tragédie et de la répression israélienne, nous prenons très à cœur de voir que les appels à cesser d’armer Israël et à le tenir responsable pour ses crimes se font entendre de plus en plus fortement dans les peuples, et aussi qu’ils pénètrent les courants dominants.
Des gouvernements, partis politiques et parlementaires se prononcent
Des gouvernements, conseils municipaux, membres de parlement et de partis politiques dans plusieurs pays interviennent pour imposer un embargo militaire sur Israël, à l’instar de ce qui fut fait contre l’Afrique du Sud de l’apartheid. D’autres cherchent à modifier ou à arrêter de fournir de l’armement et de la formation à l’armée israélienne.
1 – Après le massacre par Israël de 60 Palestiniens le 14 mai 2018, le très écouté sénateur US, Patrick Leahy, demande que le Département d’État « établisse rapidement s’il fallait interdire aux individus et aux unités impliqués dans les tirs (israéliens) de recevoir une formation ou un équipement américains, comme le demande la Loi Leahy ».
2 – L’Internationale socialiste, une association de 140 partis politiques dans le monde, dont 35 sont dans leur gouvernement, adopte le BDS et appelle à un embargo militaire sur Israël jusqu’à ce qu’il cesse ses violations des droits des Palestiniens et son système d’apartheid.
3 – Betty McCollum, membre du Congrès US, déclare : « Nous devons veiller à ce qu’aucun argent des contribuables américains ne vienne soutenir la maltraitance et les sévices sur les enfants palestiniens ». Elle exhorte ses collègues à coparrainer le H.R. 4391 : un projet de loi destiné à « interdire que les fonds US soutiennent la détention militaire et les sévices violents d’Israël sur les enfants palestiniens ». Elle affirme que « ces mauvais traitements et sévices doivent cesser ».
4 – Le responsable du Parti travailliste au Royaume-Uni, Jeremy Corbyn, réitère l’engagement de son parti  « à reconsidérer la vente d’armes (à Israël) qui pourraient être utilisées en violation du droit international », tandis que d’autres membres du Parlement, comme Andy Slaughter et Caroline Lucas, appellent explicitement le gouvernement britannique à #StopArmingIsrael.
5 – Le député travailliste Chris Williamson suggère de soutenir le mouvement BDS pour les droits des Palestiniens.
« Après le massacre de Palestiniens non armés par le régime d’apartheid de Netanyahu, le moment n’est-il pas venu de soutenir la campagne de boycott, désinvestissement et sanctions jusqu’à ce qu’Israël respecte ses obligations relevant du droit international ? Si c’est trop, le ministre fera-t-il au moins pression pour que soient réexaminés les critères de la licence d’exportations d’armes, car manifestement ils ne sont pas satisfaisants s’ils nous autorisent à continuer de vendre des armes à Israël, étant donné les évènements épouvantables auxquels nous venons d’assister hier ? ».
6 – Dans l’État espagnol, le parti progressiste Podemos demande un embargo militaire sur Israël, tandis que l’un des partis de gauche brésiliens les plus dynamiques, le PSOL (Parti socialisme et liberté), appelle à la suspension de toute relation militaire et diplomatique.
7 – La Belgique, l’Irlande et le Luxembourg convoquent leurs ambassadeurs respectifs en Israël après le massacre du 14 mai par Israël à Gaza.
8 – L’Afrique du Sud et la Turquie rappellent leurs ambassadeurs en Israël pour consultations, et la Turquie demande à l’ambassadeur israélien à Ankara de quitter le pays.
9 – Le Parti vert écossais diffuse une excellente vidéo éducative expliquant pourquoi le BDS est devenu une nécessité.
10 – Le Parti vert du Canada affirme que le Canada « doit suspendre tout commerce militaire avec Israël ». Il décrit comment l’armée d’Israël à Gaza « tire… sur des civils non armés lors d’une manifestation pacifique » en « violation manifeste de toutes les normes internationales acceptées ».
11 – Dans un vote historique, le Sénat irlandais vote un projet de loi interdisant l’importation de biens et de services produits dans les colonies de peuplement israéliennes illégales montées sur des terres palestiniennes volées. La sénatrice Frances Black, qui a présenté ce projet de loi de 2018 sur les Territoires occupés, déclare que la demande pour que cesse tout commerce des produits des colonies « n’est pas une exigence radicale : elle recherche une cohérence dans la politique étrangère (irlandaise) avec la dissociation des violations manifestes du droit humanitaire ».
12 – La Norvège donne son « feu vert » aux boycotts des colonies illégales d’Israël construites sur une terre palestinienne volée.
13 – Les démocrates de Californie votent en faveur d’un projet de loi important pour empêcher l’argent des contribuables US de soutenir la détention et les mauvais traitements qu’inflige l’armée israélienne aux enfants palestiniens. Ils ont également voté contre les projets qui cherchent à réduire au silence les partisans du mouvement BDS en faveur des droits des Palestiniens.
14 – Une parlementaire française demande « pourquoi la France ne condamne-t-elle pas le blocus illégal de Gaza ? ». Elle appelle à la solidarité avec les Palestiniens de Gaza et déclare « le gouvernement français doit mettre fin à l’impunité d’Israël ».
15 – Le mouvement BDS est nominé pour le Prix Nobel de la paix par un parlementaire norvégien, avec le soutien de son parti progressiste, le Rødt (Rouge). Il affirme que le BDS « doit être soutenu sans réserve par toute personne et tout État ayant l’esprit démocratique ».
Des autorités locales prennent position
16 – Dublin devient la première capitale européenne à soutenir le BDS pour les droits des Palestiniens et à demander aux sociétés Hewlett Packard (HP) de cesser leur complicité dans l’apartheid israélien.
17 – Durham, en Caroline du Nord, devient la première ville US à interdire à son département de Police de participer à des échanges internationaux avec la police ou l’armée israéliennes. Dans un vote unanime, le conseil municipal de Durham interdit les échanges de sa police avec toute agence internationale qui donnerait aux agents de Durham « une formation de type militaire », ce qui est contraire à la vision de la ville en matière de sécurité communautaire.
Celles et ceux qui soutiennent cette interdiction affirment que les tactiques israéliennes, racistes et violentes, non seulement violent les droits de l’homme des Palestiniens, mais aussi nuisent aux communautés noire et brunes lorsqu’elles sont importées aux États-Unis.
18 – Une vague de grandes villes dans tout l’État espagnol exprime un fort soutien aux droits des Palestiniens. Toutes dénoncent la décision du Président Donald Trump de déplacer l’ambassade US à Jérusalem, et critiquent avec fermeté le récent massacre israélien de Palestiniens à Gaza. Beaucoup appellent à un embargo sur les armes vers Israël et exhortent les gouvernements à veiller à son application.
Le conseil municipal de Barcelone vote en faveur d’un embargo militaire total sur Israël avec le soutien de l’écrasante majorité de ses membres. Ada Colau, maire de Barcelone, tweete que le gouvernement de sa ville va demander au gouvernement fédéral et à tous les partis politiques d’arrêter tout commerce militaire avec Israël, conformément aux appels d’Amnesty International.
Valence, capitale régionale, est la ville la plus importante au monde à voter pour devenir une zone libre de l’apartheid israélien, et elle soutient explicitement le mouvement BDS pour les droits des Palestiniens.
19 – Quatre grandes villes italiennes appellent à un embargo sur les armes vers Israël, en soutien aux droits des Palestiniens. Naples et Turin rejoignent Florence et Bologne. En plus, le conseil municipal de San Giuliano Terme, dans la région de Pise, non seulement demande la fin de la vente d’armes à Israël, mais il soutient aussi le mouvement BDS.
20 – Le conseil régional de Los Rios, l’un des 15 gouvernements régionaux du Chili, approuve une résolution qui demande au gouvernement national de « condamner la répression militaire contre les Palestiniens dans la bande de Gaza » et de « reconsidérer l’accord de coopération » entre l’armée chilienne et l’armée israélienne jusqu’à ce qu’il soit certain que les droits des Palestiniens sont respectés. La ville de Valdivia, capitale de la région Los Rios, appelle aussi à la révision des accords militaires et à mettre fin à « toutes les négociations et traités économiques avec Israël ».
21 – En Écosse, le conseil municipal de Glasgow promet à celles et ceux qui soutiennent les droits des Palestiniens qu’il ne parrainera plus les foires d’armement qui mettent en vedette les fabricants d’armes israéliens et veillera à ce que les lignes directrices de la ville pour l’accueil de tels évènements montrent que « Glasgow est une ville qui respecte les droits de l’homme ».
22 – Le conseil du comté de Monaghan devient la cinquième autorité locale irlandaise à soutenir le mouvement BDS pour les droits des Palestiniens. Il suit ceux de Dublin, Derry, Donegal et Galway, et fait faire un pas de plus vers la création en Irlande d’une zone libre de l’apartheid israélien.
Progression des boycotts et annulations d’évènements culturels, sportifs et musicaux
23 – L’équipe nationale de football d’Argentine, dirigée par le capitaine Lionel Messi, annule son match amical avec Israël
24 – Shakira annule son concert de juillet à Tel Aviv, suite à une campagne dans laquelle s’étaient engagés des militants libanais, colombiens, états-uniens, palestiniens, israéliens, et d’autres. La star Natalia Oreiro, nominée aux Grammy, annule son concert en Israël après des appels venant de groupes d’Argentine et d’Uruguay, et aussi du père d’Ahed Tamimi, et de groupes de femmes palestiniennes et israéliennes.
25 – Plus de 500 artistes latino-américains soutiennent le boycott culturel d’Israël jusqu’à ce il « respecte les droits complets du peuple palestinien en vertu du droit international ».
26 – Natalie Portman refuse publiquement de se rendre en Israël pour le Prix Genesis israélien qui est directement lié au bureau du Premier ministre israélien, ce qui aboutit à l’annulation de toute la cérémonie. Les représentants de Portman ont écrit le 2 avril : « Nous avons suivi les dernières informations venant de Gaza avec une inquiétude croissante, et nous sommes préoccupés par le fait qu’il ne nous paraît pas approprié d’organiser une cérémonie compte tenu des actions du gouvernement et de la récente escalade ».
27 – Des dizaines de groupes musicaux, principalement au Royaume-Uni, rejoignent le boycott culturel d’Israël après le massacre israélien du 14 mai 2018 à Gaza.
28 – Tiago Rodrigues, le directeur du Théâtre national du Portugal, annule sa participation à un festival israélien et rejoint le boycott culturel d’Israël, c’est le premier directeur d’un théâtre national en Europe à agir ainsi.
29 – Le lord-maire de Dublin, et lauréat de l’Eurovision pour l’Irlande, Charlie McGettigan, appelle au boycott du Concours Eurovision de la chanson 2019 qui doit être organisé par Israël, en solidarité avec les Palestiniens.
30 – Plus de 25 Islandais – près de 8 % de la population totale – signent une pétition pour le boycott de l’Eurovision 2019.
31 – 11 artistes et directeurs se retirent du Festival du film LGBT de Tel Aviv.
32 – Gilberto Gil, musicien brésilien légendaire et héros culturel, annule son spectacle du 4 juillet à Tel Aviv.
33 – Jean-Luc Godard et 80 autres artistes en France publient une lettre commune dénonçant la Saison culturelle France-Israël de 2018, initiative commune parrainée par les gouvernements français et israélien. Les signataires refusent de participer aux évènements organisés dans ce contexte.
34 – Le syndicat général tunisien adopte le BDS et la société civile tunisienne demande le boycott académique et culturel d’Israël à l’occasion du septième anniversaire de la Révolution de la liberté et de la dignité en Tunisie. Parmi les participants figurent d’éminents universitaires, des artistes de renom et d’importants dirigeants politiques et syndicaux.
35 – Six artistes se retirent du Festival de musique Pop-Kultur parrainé par l’ambassade israélienne à Berlin. Le musicien de renommée mondiale Brian Eno condamne cette collaboration dans un entretien vidéo. Le groupe britannique Shopping, l’auteur-compositeur-interprète Richard Dawson, la musicienne galloise Gwenno et l’artiste américain John Maus ont été les premiers à se retirer du festival de cette année. Deux groupes progressistes juifs d’Allemagne ont également déclaré qu’ils boycottent Pop-Kultur tant qu’il outrepassera la ligne de protestation du BDS.
36 – Des personnalités culturelles de premier plan, comme Massive Attack, Angela Davis, Patti Smith, Danny Glover, Viggo Mortensen, Peter Gabriel et Tunde Adebimpe condamnent le Festival artistique de la Ruhrtriennale en Allemagne pour avoir au départ lâcher le groupe Young Fathers pour son soutien aux droits des Palestiniens. Elles se félicitent de la décision du Festival allemand de réinviter le groupe et de défendre le BDS comme un exercice légal de la liberté d’expression.
37 – S’agissant du boycott sportif, plus de 30 villes italiennes, certaines importantes, manifestent tout le long de quasiment toutes les étapes de la course cycliste du Giro d’Italie partant de Jérusalem. Le président de l’association italienne des entraîneurs de football  annonce son boycott de la course.
38 – Les célèbres rappeurs américains Tyga et Fat Joe annulent leurs concerts en Israël. Du fait de cette annulation, c’est tout le Festival qui les accueillait qui est annulé.
39 – Une université et un centre de recherches thaïlandais coupent leurs liens avec l’Université Ariel, une université israélienne installée dans une colonie de peuplement illégale, sur une terre volée aux Palestiniens.
40 – L’auteure britannique Kamila Shamsie respecte la ligne de protestation du BDS palestinien et refuse d’être publiée en Israël, indiquant qu’il manque un éditeur israélien « qui soit complètement dégagé de l’État » et citant les violations par cet État des droits des Palestiniens. Elle fait partie d’un nombre grandissant d’auteurs.
La société civile internationale intensifie sa pression et les plaidoyers
41 – Amnesty international appelle à un embargo sur les armes vers Israël et publie cette vidéo puissante pour promouvoir son appel. Le groupe condamne avec fermeté les États-Unis et l’Union européenne pour leurs accords militaires avec Israël et il les tient responsables d’ « alimenter les violations massives » des droits de l’homme des Palestiniens.
42 – Human Rights Watch documente les crimes de guerre d’Israël contre les Palestiniens à Gaza et affirme que ses dirigeants officiels doivent en être tenus pour responsables. Le groupe demande « des sanctions contre les dirigeants impliqués dans les graves violations continuelles des droits de l’homme ». Un rapport antérieur de HRW expose de quelle façon les banques israéliennes financent et profitent des colonies de peuplement illégales.
43 – La Coordination européenne des comités pour la Palestine (ECCP) réitère son appel à un embargo militaire immédiat sur Israël.
44 – Le Forum suisse pour les droits de l’homme en Israël/Palestine, organe de coordination de groupes chrétiens influents et de défense des droits de l’homme, envoie une lettre au gouvernement suisse appelant à un embargo militaire.
45 – Quarante-deux organisations de la société civile de six pays d’Asie (Japon, Corée du Sud, Malaisie, Thaïlande, Inde et Pakistan) demandent aux Nations-Unies de publier leur base de données des entreprises qui opèrent dans les colonies de peuplement israéliennes illégales sur une terre palestinienne volée.
46 – Dans une victoire majeure de l’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) pour la liberté d’expression, un tribunal fédéral a invalidé une loi du Kansas qui visait à réduire au silence les défenseurs des droits de l’homme qui boycottent Israël en raison de ses violations des droits des Palestiniens. Le tribunal a jugé que la loi constituait un déni inconstitutionnel de la liberté d’expression. Après sa défaite devant le tribunal, le Kansas modifie sa loi et n’exige plus que les personnes payées par l’État aient à certifier qu’elles ne boycottent pas Israël ou ses colonies illégales.
47 – Les défenseurs de la liberté d’expression et des droits des Palestiniens remportent une victoire à la cour générale du Massachusetts quand une commission clé refuse de présenter un projet de loi visant à empêcher le gouvernement de l’État de signer des contrats avec des partisans du boycott économique d’Israël.
Syndicats et mouvements sociaux
48 – Les grandes organisations du mouvement des femmes indiennes, représentant plus de dix millions de femmes, soutiennent le mouvement BDS et demandent la libération de tous les enfants palestiniens prisonniers.
49 – Le Mouvement pour la vie des Noirs (MBL) aux États-Unis publie une déclaration puissante de solidarité avec le peuple palestinien suite au récent massacre par Israël à Gaza, le 14 mai, et demande que le gouvernement US cesse d’armer Israël. Il s’oppose à ce que 3,8 milliards de dollars des contribuables américains soient versés à Israël pour que cet État puisse « acheter des armes à des entreprises US qui seront utilisées sur les Palestiniens ».
50 – La Fédération des syndicats des journalistes dans l’État espagnol et le Syndicat des travailleurs de la communication en Irlande appuient officiellement l’appel au BDS.
51 – Des personnalités culturelles noires aux États-Unis, comme Jesse Williams, Rosario Dawson, Tom Morello, Michelle Alexander, Danny Glover, Vic Mensa, Angela Davis et Talib Kweli, approuvent une lettre des Défenseurs des rêves, qui appelle tous les représentants US à signer le H.R. 4391. Ce projet de loi, qui empêchera que les impôts des contribuables US aillent soutenir les détentions et mauvais traitement en cours des enfants palestiniens par l’armée israélienne, compte 22 co-auteurs et signataires.
52 – Quarante organisations juives pour la justice sociale à travers le monde reconnaissent que le mouvement BDS pour les droits des Palestiniens a fait la preuve de son engagement à « lutter contre l’antisémitisme et toutes les formes de racisme et de bigoterie ». Des États-Unis à l’Afrique du Sud, en passant par le Canada, la Nouvelle-Zélande, l’Allemagne, le Brésil, le Royaume-Uni, la France, l’Australie, Israël, les Pays-Bas, la Belgique, la Suisse, l’Espagne, l’Argentine et au-delà, elles condamnent les tentatives d’étouffer toute critique de la politique et des systèmes d’injustice d’Israël.
53 – Cent cinquante syndicats, partis, ONGs et groupes confessionnels dans 16 pays européens appellent l’Union européenne à cesser de financer les entreprises d’armement israéliennes jusqu’à ce qu’Israël cesse ses violations flagrantes des droits des Palestiniens.
54 – L’Organisation nationale irlandaise des enseignants (INTO) vote son total soutien à la position du Congrès irlandais des syndicats (ICTU) sur la Palestine, y compris son total soutien au mouvement BDS pour les droits des Palestiniens.
Les entreprises
55 – Adidas cesse son parrainage de la Fédération israélienne de football (IFA), dont certaines équipes sont basées dans les colonies de peuplement illégales construites sur une terre volée aux Palestiniens. Plus de 130 clubs sportifs palestiniens avaient exigé d’Adidas qu’il annule son accord de parrainage avec l’IFA.
56 – Le géant français de la location de voitures, Europcar, ferme ses sites de location gérés par son franchisé israélien dans les colonies de peuplement israéliennes illégales construites sur une terre palestinienne volée. Il suit un nombre grandissant d’entreprises qui se sont retirées de l’occupation militaire israélienne.
Une autre entreprise française, Systra, promet aux défenseurs des droits de l’homme de se retirer d’un projet pour prolonger la « ligne du tramway de Jérusalem » qui relie les colonies israéliennes illégales à Jérusalem. Les défenseurs des droits de l’homme disent de ce tramway que c’est « un outil pour la politique coloniale d’Israël et son annexion de Jérusalem, en totale violation du droit international ».
57 – Le directeur général de Versarien confirme une perte de 4 millions de dollars à cause de la campagne BDS. Versarien est une entreprise d’ingénierie qui travaille en partenariat avec Israel Aerospace Industries.
58 – Une entreprise turque de haut niveau refuse d’aider à la construction de l’ambassade US à Jérusalem même après qu’un partenariat dans lequel elle est impliquée eut remporté le contrat pour le projet.
59 – Une entreprise de construction jordanienne refuse de vendre des matériaux pour la construction d’un gazoduc reliant la Jordanie à Israël. Un représentant de cette entreprise a déclaré qu’elle refuse de travailler avec le gouvernement israélien.
60 – Les entreprises Hewlett Packard (HP) font face à une perte potentielle de 120 millions de dollars en Inde, à cause de leur complicité dans les violations israéliennes des droits de l’homme des Palestiniens. Cela vient après que la plus importante association d’étudiants de l’Inde, forte de 4 millions de membres, eut rejoint le mouvement BDS en s’engageant à boycotter les entreprises HP pour leur complicité bien documentée dans les violations graves israéliennes des droits de l’homme des Palestiniens.
61 – Après la campagne réussie des militants BDS au Japon, et à travers le monde, Honda annule son évènement en Israël parrainé par le gouvernement israélien, avec la star de la course à moto, Joe Roberts.
Roberts a clairement indiqué qu’il n’aurait pas accepté de prendre le départ s’il avait su que la course devait, initialement, se dérouler dans une colonie israélienne illégale dans le territoire palestinien occupé.
62 – L’Olympia Food Co-op, la première épicerie des États-Unis à boycotter les produits israéliens en soutien au mouvement BDS, remporte une victoire juridique importante quand un tribunal de l’État de Washington déboute le gouvernement israélien dans l’action en justice qu’il avait intentée contre elle.
Les universités et conseils étudiants
63 – Les étudiantes et les étudiants du Barnard College (Université de Columbia) à New York votent massivement leur soutien à une résolution BDS pour se désinvestir des entreprises qui profitent des violations des droits des Palestiniens par Israël. Le rapport dit que « tant les opposants que les partisans du mouvement BDS pensent que Barnard pourrait bien être un chef de file ».
Toujours à New York, plus de 50 groupes étudiants de l’université de New York (NYU) soutiennent le mouvement BDS pour les droits de l’homme des Palestiniens.
Le gouvernement étudiant de l’Université d’État de Californie à East Bay vote à l’unanimité en faveur d’une résolution demandant à l’Université de se désinvestir des entreprises qui profitent de l’occupation militaire illégale de la Palestine.
64 – À l’Université du Chili, 90 % des étudiantes et étudiants de la faculté de philosophie et des sciences humaines votent le soutien au boycott académique des institutions et universités israéliennes. Les étudiants occupent également le principal bâtiment de l’Université pour protester contre la Nakba palestinienne qui se poursuit et le récent massacre israélien à Gaza.
65 – Trente-huit groupes étudiants de l’Université de Cambridge, au Royaume-Uni, appellent au boycott de BAE Systems et Caterpillar, pour leur implication dans les crimes de guerre israéliens.
Une autre université britannique, l’Université de Manchester, met fin à ses ventes d’houmous de Sabra après une campagne BDS réussie sur le campus.
Sabra est détenue conjointement par PepsiCo et le groupe Strauss. Strauss investit et soutient la Brigade Golani de l’armée israélienne qui se rend responsable de violations flagrantes des droits de l’homme des Palestiniens. Violations qui incluent des assassinats arbitraires, agressions, incarcérations, expulsions, arrestations d’enfants, et usages d’armes chimiques comme le phosphore blanc.
66 – Le Congrès des étudiants sud-africains (SASCO) prend note du massacre par Israël de plus de 60 Palestiniens à Gaza, le 14 mai 2018, et il affirme son soutien au BDS et au boycott académique d’Israël. Il demande également au ministre des Affaires étrangères d’Afrique du Sud de mettre en œuvre immédiatement la résolution du parti au pourvoir pour une rétrogradation « sans condition » de l’ambassade d’Afrique du Sud en Israël en bureau de liaison, jusqu’à ce qu’Israël respecte le droit international.
67 – Les étudiantes et étudiants de l’Université George Washington votent pour se désinvestir des entreprises qui se rendent complices des violations des droits des Palestiniens. Ils demandent à leur université de se désinvestir des entreprises qui « fournissent des biens et des services aux forces militaires israéliennes » qui sont utilisés pour « bombarder les hôpitaux de Gaza, raser aux bulldozers les maisons des Palestiniens, construire des murs d’apartheid illégaux, et étouffer et violer davantage les droits de l’homme des Palestiniens ».
68 – Le Syndicat des étudiants d’Irlande (USI), organisme qui chapeaute les syndicats étudiants, vote le soutien au BDS, à la suite de l’Université nationale d’Irlande à Galway (NUIG), de l’Institut Galway-Mayo de Technologie (GMIT), de l’Université Queen’s de Belfast (QUB) et du Trinity College de Dublin (TCD).
Les Églises/Groupes confessionnels
69 – L’Église épiscopale adopte officiellement un écran d’investissement pour éviter de tirer profit des violations des droits de l’homme par Israël contre les Palestiniens. L’Église compte plus de 3 millions de membres aux États-Unis.
70 – Christian Peacemaker Teams International soutient un boycott des entreprises Hewlett Packard (HP) en raison de leur complicité dans les violations israéliennes des droits de l’homme des Palestiniens.
Le Comité national palestinien du BDS (BNC) est la plus importante coalition de la société civile palestinienne. Elle dirige et soutient le mouvement mondial de boycott, désinvestissement et sanctions pour les droits des Palestiniens.
Source: BDS Movement
Traduction : JPP pour BDS FRANCE
Previous post

Les Palestiniens appellent au boycott du Festival de la musique Meteor en Israël

Next post

Lettre aux artistes: Boycottez le festival Pop-Kultur!