Home»ACTIONS ET EVENEMENTS»Appels»Les Palestiniens appellent au boycott du Festival de la musique Meteor en Israël

Les Palestiniens appellent au boycott du Festival de la musique Meteor en Israël

30
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

3 aout 2018 – Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI)

Les Palestiniens exhortent les artistes participants à se retirer du festival pour montrer de façon significative qu’ils contribuent à notre lutte pour la liberté, la justice et l’égalité.

Nous, organisations culturelles, municipalités et campagnes palestiniennes pour les droits de l’homme, appelons au boycott du Festival Meteor en Israël, prévu du 6 au 8 septembre 2018. Nous demandons instamment aux artistes participants de respecter la résistance non violente des Palestiniens et à se retirer de ce festival complice, comme une contribution, forte de signification, à notre lutte pour la liberté, la justice et l’égalité.

Naranja, les organisateurs israéliens du Festival Meteor, fait venir des artistes internationaux en Israël pour servir plus tard d’ambassadeurs pour le pays. En 2009, quelques mois seulement après qu’Israël a tué plus de 1400 Palestiniens à Gaza, Naranja oeuvrait à « l’amélioration de l’image d’Israël en Scandinavie ». Naranja disait vouloir que le Festival Meteor crée une « réalité alternative ». Mais la réalité pour les Palestiniens, c’est 70 années de régime d’occupation, de colonisation et d’apartheid.

Pas plus tard que la semaine dernière, Israël s’est déclaré effectivement comme un État d’apartheid en adoptant la « loi de l’État-nation juif », une loi qui dénie constitutionnellement à tout citoyen palestinien des droits égaux et qui légalise leur exclusion.

Le Festival Meteor recommande d’aménager dans les colonies israéliennes illégales, construites en violation du droit international sur le plateau du Golan syrien. Ces colonies israéliennes illégales de plus en plus importantes volent la terre et les ressources des millions de Palestiniens qui vivent sous l’occupation militaire. Les bulldozers d’Israël démolissent les maisons et les villages des Palestiniens, laissant des familles et des communautés entières de réfugiés sans abri, dans notre propre pays.

Depuis 2004, les artistes et organisations culturelles palestiniens exhortent leurs collègues internationaux à ne pas se produire en Israël aussi longtemps que cet État continuera de violer les droits de l’homme des Palestiniens en toute impunité. Les artistes ont joué un rôle important dans l’isolement de l’Afrique du Sud de l’apartheid en refusant de jouer à Sun City. Aujourd’hui, des milliers d’artistes à travers le monde soutiennent l’appel palestinien au boycott ou respectent notre ligne de protestation, et notamment Lorde, Mme Lauryn Hill, Thurston Moorre, Shakira, Wolf Alice, Chuck D, Portishead, Brian Eno et Young Fathers.

Le gouvernement israélien se sert des spectacles internationaux comme d’un accord qui serait donné à son régime d’oppression et de nettoyage ethnique et à ses violentes attaques contre la vie et la culture palestiniennes. Se produire dans un festival international de musique en Israël, c’est faire passer le message que les actions d’Israël ne sont pas si terribles après tout. Comme le Washington Post le notait plus tôt cette année, « À partir de maintenant, si ce n’était pas déjà le cas, le simple fait de prévoir une date de concert en Israël sera considéré comme un acte politique ».

Israël confine deux millions de Palestiniens dans Gaza sous un siège cruel depuis plus dix ans maintenant. Les Nations-Unies ont déclaré la bande de Gaza « invivable ». Alors que des dizaines de milliers de Palestiniens à Gaza manifestaient pacifiquement pour leurs droits garantis par les Nations-Unies dans une Marche, les tireurs d’élite israéliens ont pratiqué un « tirer pour tuer ou mutiler », et ils ont tué plus de 140 Palestiniens et en ont blessé 16 000 autres, dont beaucoup restent mutilés à vie. Amnesty International et Human Rights Watch font partie de ces organisations qui condamnent le massacre que commet Israël à Gaza.

Dans la région autour du site du festival se trouvent les ruines de dizaines de villes, parfois importantes, et de villages qui ont été détruits par la violence lors de l’établissement d’Israël sur les décombres de la Palestine. Plus de 500 centres de population palestiniens ont été méthodiquement détruits de cette façon durant la Nakba (la « catastrophe »). De nombreuses communautés palestiniennes en Israël se voient refuser les services de base, comme l’électricité, l’eau, les écoles et les routes, et souffrent sous un système de discrimination raciale qui s’appuie sur plus de 60 lois racistes.

Contre cette oppression et cette dépossession, comme tous les peuples opprimés, nous résistons. Une part importante de notre résistance passe par la culture, la musique, la poésie, la littérature, le cinéma, la danse et le théâtre. Israël répond en mettant en détention et en arrêtant les artistes palestiniens aux check-points, en montant des raids sur les festivals, en fermant les cinémas palestiniens, et en interdisant les évènements culturels des Palestiniens.

Nous demandons aux artistes prévus au spectacle de Meteor : simplement, ne faites pas de mal ; respectez la ligne de protestation non violente des Palestiniens, et ne prêtez par votre nom au blanchiment par l’art des crimes que commet Israël contre nous. Prenez position en faveur de la liberté, de la justice et de l’égalité. Annulez votre participation au Festival Meteor.

Ont signé :

la Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI)

la municipalité de Ramallah

le groupe Sareyyet de Ramallah

le Centre culturel Yabous

Le Réseau palestinien des arts du spectacle

le Théâtre national palestinien Al Hakawati

la Société culturelle et des arts Alrowwad

la Société KHOTWA pour le développement communautaire

le Centre Baladi pour la culture et les arts

le Centre culturel Khalil Sakakini

le Réseau des arts de Jérusalem « SHAFAQ » qui comprend :

– la Fondation Al-Ma’mal pour l’art contemporain

– le Conservatoire national de la musique Edward Saïd

– la Cour de l’art palestinien Al Hoash

– le Théâtre national palestinien

– le Centre culturel Yabous

le Réseau palestinien des arts du spectacle (PPAN) qui comprend :

– le Théâtre de la Liberté

– les Productions du théâtre au quotidien

– le Théâtre Ashtar

– le Théatre Yes

– le Conservatoire national de la musique Edward Saïd

– l’Association Al-Kamandjati

– l’Institut Magnificat

– le Centre de l’art populaire

– la Troupe de danse populaire palestinienne El Funoun

– l’École de cirque palestinienne

Nawa pour l’Association de la culture et des arts

l’Association Ohour pour la culture et le développement

le Centre de l’art populaire Naqsh

le Centre de l’art Oushaq

la Troupe de danse Asayel

le Centre culturel d’Ibda’a

Ayyam Al Masrah

Source: PACBI

Traduction : JPP pour BDS FRANCE

Previous post

La justice marque un but. Adidas ne sponsorise plus la Fédération Israélienne de Football

Next post

70 moments clés de la solidarité et du BDS pour la Palestine en 2018