Home»GENERAL»Analyses»À la surprise générale, la France refuse le drone israélien

À la surprise générale, la France refuse le drone israélien

9
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

Ali Abunimah – The Electronic Intifada – 5 février 2016

2015-6-20_le_bourget_protest

Le 20 juin 2015, au Salon international de l’aéronautique à Paris-Le Bourget, des militants ont organisé un « die-in » près du pavillon d’Elbit Systems.
(BDS France)

Les militants de la campagne BDS en France se félicitent de la décision prise par l’armée de leur pays de ne pas acheter le drone Watchkeeper, un drone fabriqué sur le modèle d’un drone utilisé par Israël lors de ses centaines d’agressions meurtrières contre les civils palestiniens.

Watchkeeper est fabriqué dans le cadre d’un projet commun entre le plus gros fabricant d’armes d’Israël, Elbit Systems, et la filiale britannique de Thales en France.

Defense News a rapporté que le « Watchkeeper était ultra-favori pour être sélectionné », mais à la place, le gouvernement français a préféré le drone Patroller, fabriqué par un consortium national, Sagem (Safran).
Une victoire pourtant morose

Plus de 8000 personnes ont signé une pétition lancée par BDS France en septembre demandant au ministère de la Défense de ne pas opter pour le drone israélien.

BDS France indique que dans le cadre de sa campagne contre le drone israélien, des milliers de cartes postales ont été adressées au Président François Hollande.

« Si le choix de Sagem ne marque pas une totale indépendance vis-à-vis d’Israël, l’abandon du drone de Thales-Elbit est un succès pour la campagne BDS », dit le groupe militant.

Le Patroller de Sagem est à 80 % français, selon Defense News, alors que le Wathckeeper ne l’est qu’à 10 %. On ignore s’il peut y avoir un élément dans le Patroller qui serait israélien.

Mais à l’inverse de ses autres victoires, BDS France adopte un ton morose : « Nous ne pouvons pas fêter le choix pour de telles armes, choix qui pourrait ouvrir la voie à des drones équipés d’armes, dans l’armée française, quand de tels armes peuvent tuer ou aider à tuer des civils, comme l’armée israélienne le fait à Gaza ».

Defense News informe que Sagem, Thales et le bureau d’approvisionnement militaire du gouvernement français ont refusé de commenter la décision.

« Testés sur le terrain » sur les Palestiniens

En 2014, le Royaume-Uni a déployé ses nouveaux drones Watchkeeper en Afghanistan.

Watchkeeper est basé sur le drone Hermes 450 d’Elbit, qu’Israël a « testé sur le terrain lors de ses agressions contre Gaza qui ont fait de nombreux morts palestiniens, dont des enfants », a déclaré l’organisation caritative britannique War on Want dans un rapport de 2013.

Ce rapport, « Des drones pour tuer : complicité britannique dans les crimes d’Israël contre le peuple palestinien », indique que plus de 800 Palestiniens ont été tués par les drones israéliens entre 2006 et 2011.

Et parmi eux, Mamoun al-Dam, 12 ans, tué par une frappe de drone israélien dans la bande de Gaza occupée, le 20 juin 2012, alors qu’il jouait au football.

En juillet dernier, lors du cinquième anniversaire de l’agression israélienne de l’été 2014 contre Gaza, des militants au Royaume-Uni ont bloqué quatre usines d’Elbit Systems.

Et notamment l’usine qui fabriquait les moteurs pour les drones qui ont été utilisés dans les agressions d’Israël contre Gaza.

Quelques semaines plus tôt, des militants français avaient organisé un « die-in » devant le pavillon d’Elbit Systems au Salon international de l’aéronautique de Paris-Le Bourget, l’un des évènements annuels les plus importants au monde pour la vente d’avions militaires et civils.

 

https://electronicintifada.net/blogs/ali-abunimah/surprise-move-france-rejects-israeli-drones
Traduction : JPP pour BDS FRANCE

Previous post

1re action BDS 2016 réussie sur Perpignan

Next post

Des citoyens israéliens condamnent l’appui du gouvernement français aux colonies et à l'occupation israéliennes