Home»BDS, QU'EST-CE QUE C'EST ?»BOYCOTT CULTUREL»BDS-SUD : Action de boycott culturel contre le partenariat ISRAËL/CINEMED

BDS-SUD : Action de boycott culturel contre le partenariat ISRAËL/CINEMED

0
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

2014 10 26 Communiqué Cinémed

Je vous souhaite à tous, à chacun d’entre vous, d’avoir votre motif d’indignation. C’est précieux. Quand quelque chose vous indigne, alors on devient militant, fort et engagé. Stéphane Hessel

Nous sommes indignés du partenariat et donc de la présence de l’état d’Israël au 36ème Festival CINEMED à Montpellier. Israël est le seul Etat directement partenaire du Festival. Si c’est pour l’argent, c’est sordide et ignoble, si ce n’est pas pour l’argent, c’est pire. Avec ce partenariat, non seulement le Festival CINEMED se fait complice des crimes de cet état mais il se fait depuis plusieurs années, le lieu de blanchiment d’un état coupable d’apartheid et d’incitation au génocide. D’un état qui selon de prestigieux juifs israéliens a viré au fascisme ((Gidéon Levy, Michel Warschawski). On n’entretient pas des liens économiques ou culturels avec un tel état, on le boycotte !

{youtube}7T2obRkKndg{/youtube}

Nous appelons les spectateurs à demander l’exclusion du partenariat d’Israël qui déshonore le cinéma, le public et tous les montpelliérains !

CONCLUSIONS DU TRIBUNAL RUSSEL SUR LA PALESTINE :

 

Septembre 2011 : Après Londres et Barcelone, la troisième session du Tribunal Russel sur la Palestine (TRP) s’est tenue au Cap en Afrique du Sud les 5 et 6 novembre 2011. Présidé par notre ami et regretté Stéphane Hessel, au terme de l’examen des faits et au vu des critères définis par l’ONU, le tribunal Russel a conclu qu’Israël commet le crime d’apartheid et la persécution qui est un crime contre l’humanité.

Septembre 2014 : Réuni en session extra ordinaire sur Gaza les 24 et 25 septembre 2014, le tribunal Russel a statué sur la nature de l’agression israélienne durant l’été 2014.

(…) Durant les 50 jours de bombardements perpétrés par Israël contre la Bande de Gaza, 700 tonnes de munitions ont été utilisées dans le cadre de bombardements aériens et d’une offensive terrestre. 2188 Palestiniens sont morts dont au moins 1658 civils (dont 570 enfants) et 11 231 blessés. 373 000 enfants traumatisés ont besoin d’un soutien psychologique direct et spécialisé. 13% des logements ont été partiellement ou totalement détruits, 17 hôpitaux sur 32 ont subi des dégâts et six ont dû fermer leurs portes. 450 000 civils ont été privés d’eau en raison de la destruction des équipements d’approvisionnement.

La destruction de la seule centrale électrique a privé la totalité de la Bande de Gaza d’électricité 20h par jour avec des conséquences sur les soins aux blessés et malades dans les établissements médicaux. (…)

Au terme des travaux le tribunal a conclu qu’il y avait crime de guerre, crime contre l’humanité et même « incitation au génocide » confirmée par un faisceau de preuves et d’indications .

L’APPEL AU BDS DES PALESTINIENS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions)

Depuis juillet 2005, la plus grande coalition de la société civile palestinienne jamais rassemblée appelle au Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) contre Israël. Calqué sur le boycott de l’apartheid de l’ancienne Afrique du Sud, le BDS est l’arme non violente pour obliger Israël à abandonner son système d’apartheid et respecter les droits fondamentaux pour tous les palestiniens (qu’ils soient colonisés, Réfugiés ou vivant en Israël). Le Boycott culturel est un des axes forts de l’Appel BDS Palestinien « il appelle à cibler les institutions culturelles, les projets et événements qui contribuent à servir les objectifs du régime colonial et d’Apartheid israélien ».

LE MONDE DU CINÉMA ET LES ARTISTES RÉPONDENT A L’APPEL DU BOYCOTT D’ISRAËL !

Dernièrement au Festival de Sarajevo, Ken Loach a déclaré « Israël doit devenir un Etat paria » et appelé au « boycott absolu » des événements culturels et sportifs organisés par Israël. Depuis 2010, Dustin Hoffman et Meg Ryan, Rebecca O’Brien (productrice) et Paul Laverty (scénariste) Mike Leigh (Naked en 1993, Secrets et mensonges en 1996, Be happy en 2008 et Another year) et bien d’autres ont boycotté Israël.

 

Y compris le réalisateur juif israélien Eyal Sivan qui est un des militants actifs du boycott culturel contre Israël et qui a refusé la programmation de son film « Jaffa, la mécanique de l’orange » dans le cadre de la célébration du centenaire de Tel Aviv en 2009 .

{youtube}5XPFLJmG300{/youtube}

ISRAËL ETAT CRIMINEL : DEGAGE !

CINEMED COMPLICE : LA HONTE !

comitebdsfrance34@gmail.com

http://bdsf34.wordpress.com/

 

Plus récemment, dès les premiers bombardements israéliens sur Gaza, plus d’une centaine d’artistes d’Espagne dont Pedro Almodovar, Penelope Cruz et Javier Bardem ont dénoncé le « génocide » de Gaza, exigé la fin des bombardements et la levée du blocus. Dès le 25 juillet, J. Bardem a dénoncé avec virulence sur el diario.es «une guerre d’occupation et d’extermination contre un peuple sans moyens».

 

Pour l’acteur espagnol, «il n’y a pas de place pour la neutralité dans un contexte

où les bombardements ont déjà fait plus de 1100 morts côté palestinien » (…)

Jamais ces réalisateurs ou acteurs n’auraient accepté de participer au CINEMED en présence du Consul d’Israël, dans le cadre d’un partenariat avec Israël !

 

Et d’ailleurs, CINEMED a t-il informé tous ses invités qu’ils participent à un Festival parrainé par Israël ? et vous public le saviez-vous ? Car l’info n’a pas été mise dès l’ouverture du site mais la semaine d’après !

NE LAISSONS PAS ISRAËL UTILISER LA CULTURE COMME MOYEN DE BLANCHIMENT

Au moment où les peuples du monde entier condamnent l’apartheid israélien, la colonisation, les massacres contre la population civile de Gaza en 2008-2009, en 2012 et maintenant durant l’été 2014, le consul général d’Israël de Marseille s’est transformé en commis voyageur qui saute sur toutes les occasions pour être présent dans les Festivals du Sud de la France. Il était présent à l’inauguration au 4ème Festival du film israélien à Carpentras où il présentait une fiction « dancing in Jaffa » (où le réalisateur fait danser ensemble enfants israéliens et enfants palestiniens) sans doute pour faire oublier que dans la réalité c’était « killing in Gaza » !

 

A Montpellier le consul est régulièrement accueilli au Festival « Montpellier Danse » et au Festival CINEMED. Cette démarche qui n’est pas innocente a un double objectif :

– Quand des centaines de milliers de personnes en France et des millions de par le monde crient « Israël assassin » il s’agit d’introduire partout où c’est possible une représentation de l’Etat d’Israël afin de banaliser cette présence en la déconnectant des actes commis contre les Palestiniens. Sortir de l’isolement, multiplier les liens, les invitations et la présence d’un représentant de l’Etat israélien partout où c’est possible, tel est le premier objectif. Autant d’événements qui sont amplifiés sur le site du consulat, du CRIF etc.

 

– Le second objectif vise à donner d’Israël l’image d’un état démocratique. Le consulat se fait un plaisir de mettre en avant sur son site les films ou documentaires critiques à l’égard de la politique israélienne. Qu’elle meilleure preuve n’est-ce pas ? de tolérance et de démocratie ( !)…

 

Ce n’est pas pour rien que la ministre de la Culture et des sports déclarait en 2012 : « Le cinéma israélien prouve à chaque fois que la culture est la meilleure ambassadrice de l’Etat ». à quoi 35 personnalités israéliennes du monde de la culture ont répondu : « Malheureusement, la machine de propagande israélienne utilise également la création artistique, y compris le cinéma, pour donner d’Israël l’image d’un état démocratique et éclairé, afin de camoufler des crimes de guerre, la ségrégation, l’occupation et la répression ». Qu’Israël utilise les Festivals pour tenter de masquer ses crimes et sortir de l’isolement n’a rien de surprenant.

 

Que la direction de CINEMED qui prétend se soucier du sort des Palestiniens contribue à « normaliser » et à banaliser la présence de l’état israélien au CINEMED est une marque de complicité avec cet état criminel. Qu’Israël, via le partenariat, utilise les réalisateurs et le cinéma produit en Israël au profit de sa politique relève des manipulations étatiques habituelles.

 

Mais que la direction de CINEMED accepte un partenariat qui – malgré eux – fait des réalisateurs israéliens, des instruments de la communication de l’état d’Israël, est une insulte à la création artistique, à la liberté d’expression et à tout le Cinéma.

 

26 octobre 2014

découper ici ———————————————————————————————–

A REMPLIR ET RAMENER AUX CAISSES (MERCI):

 

JE PROTESTE CONTRE LE PARTENARIAT PASSÉ AVEC ISRAËL ET DEMANDE l’EXCLUSION DE L’ÉTAT D’ISRAËL DU FESTIVAL CINEMED.

 

NOM : ……………………………………………………………………………………… SIGNATURE

 

VILLE : ………………………………………………………………………………

……..

découper ici ———————————————————————————————–

A REMPLIR ET RAMENER AUX CAISSES (MERCI):

 

JE PROTESTE CONTRE LE PARTENARIAT PASSÉ AVEC ISRAËL ET DEMANDE l’EXCLUSION DE L’ÉTAT D’ISRAËL DU FESTIVAL CINEMED.

 

NOM : ……………………………………………………………………………………… SIGNATURE

 

VILLE : ……………………………………………………………………………………..

Previous post

Lettre de citoyens israéliens à François K : S'il vous plaît annulez votre concert à Tel Aviv

Next post

Sodastream : Communiqué du BNC