#BoycottPuma 3e round : manifestation en ligne de solidarité avec les Palestiniens avant la réunion des actionnaires de PUMA

Par Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel (PACBI), 26 février 2020

Rejoignez la 3e journée internationale d’action #BoycottPuma le 4 mai pour rappeler aux actionnaires de Puma que la complicité avec les colonies illégales d’Israël est immorale et rend les familles palestiniennes encore plus vulnérables à un moment de pandémie internationale.

Alors que la pandémie de coronavirus s’étend, le soutien déjà profondément immoral de Puma envers les colonies illégales d’Israël en continuelle expansion prend une dimension plus sinistre.

Le concessionnaire exclusif de Puma en Israël, Delta, a été listé dans la banque de données onusienne. Les Nations Unies considèrent toutes les colonies israéliennes en territoire occupé comme un crime de guerre.

L’entreprise coloniale d’Israël, ainsi que les checkpoints militaires et les murs associés, expulse les familles palestiniennes de leurs maisons, limite leur accès à l’eau potable et empêche leur déplacement vers les hôpitaux et les cliniques. La déclaration de Puma selon laquelle ils sont « dévoués à l’égalité universelle » ne pourrait pas sonner plus creux.

En mai, les actionnaires de Puma participeront à leur assemblée générale annuelle en ligne. Faisons en sorte que leur ordre du jour inclut la fin du soutien de Puma à l’apartheid israélien qui rend les familles palestiniennes encore plus vulnérables.

Rejoignez la 3e journée d’action internationale en ligne #BoycottPuma, le 4 mai 2020.

Enregistrez-vous maintenant pour recevoir les mises à jour et du matériel.

Puma est le principal sponsor de l’Association de football d’Israël (IFA), qui inclut des équipes des colonies illégales d’Israël sur des terres palestiniennes occupées.

Les actionnaires de Puma devraient aussi savoir que soutenir l’apartheid israélien a un coût !

Un avocat de Puma a admis récemment devant un supporter des droits palestiniens que la campagne #BoycottPuma rendait leur vie « misérable ».

La plus grande université de Malaisie a mis fin à un contrat de sponsoring avec Puma en solidarité avec l’appel des équipes palestiniennes.

Le club de football britannique Chester FC a décidé de ne pas renouveler son contrat avec Puma, mentionnant « les pratiques de travail éthiques » parmi les critères pour sa sélection. Le club de première division de Liverpool, qui était en pourparlers avec Puma, a aussi opté pour un autre sponsor.

Deux journées d’action internationales réussies #BoycottPuma ont donné lieu à des manifestations dans plus de 20 pays à des boutiques et devant des bureaux de Puma, et à des appels à des équipes sponsorisées par Puma pour qu’elles abandonnent Puma. Le hashtag #BoycottPuma a généré des millions d’impressions.

Faisons le 3e round en ligne.

Le 4 mai, avant l’assemblée en ligne des actionnaires de Puma, rejoignez des groupes de défense des droits humains et des associations sportives dans le monde entier en augmentant la pression sur Puma.

Enregistrez-vous pour la 3 journée d’action internationale en ligne #BoycottPuma, le 4 mai 2020.

C’est le moment de nous unir pour commencer à forger le monde que nous voulons voir, celui dans lequel personne n’est laissé derrière.

Agissez en ligne :

Voici ci-dessous quelques idées pour la journée d’action en ligne #BoycottPuma.

Soyez créatifs ! Incluez des thèmes sportifs dans vos manifestations et partagez-les sur les réseaux sociaux.

Utilisez le hashtag #BoycottPuma et expliquez pourquoi vous ne ferez pas partie de #PumaFam.

1. Marquez un but #BoycottPuma pour les droits palestiniens

Installez des buts #BoycottPuma chez vous et marquez un but pour les droits palestiniens. Partagez une photo ou une vidéo sur les réseaux sociaux avec le hashtag #BoycottPuma.

2. Impliquez le monde des sports

Encouragez des associations sportives locales, des équipes sportives populaires, des fan clubs, et des matchs sportifs anti-racistes à rejoindre les actions en ligne avec des photos et des vidéos.

3. Appelez les équipes sponsorisées par Puma à #BootPuma [#éjecter Puma]

Vérifiez si des équipes locales sont sponsorisées par Puma et incitez-les à laisser tomber Puma. Prenez une photo avec le maillot de vore équipe tout en tenant une pancarte #BoycottPuma.

4. Possédez-vous un équipement de la marque Puma ? Renommez-le !

Ecrivez « Boycott » au-dessus du logo de l’équipement Puma que vous possédez, ou scotchez-le au-dessus du logo Puma. Faites une courte vidéo ou prenez une photo de vous portant votre équipement dé-marqué et postez-le sur les réseaux sociaux. Exemple de tweet :

J’ai acheté un équipement @Puma avant que Puma ne soutienne les colonies israéliennes illégales sur des terres palestiniennes volées.

Jusqu’à ce que Puma mette fin à sa complicité dans l’occupation militaire d’Israël, je #RebrandPuma [dé-marquerai Puma] pour soutenir l’appel des équipes palestiniennes à #BoycottPuma. Au revoir #Pumafam ! https://bdsmovement.net/boycott-puma

5. Remettez la lettre de 200 clubs palestiniens aux bureaux de Puma.

Puma a des bureaux en Allemagne, au Royaume-Uni, en Espagne, au Portugal, en Italie, en Suède, en Norvège, en Finlande, au Danemark, en Autriche, aux Pays-Bas, en France, en République Tchèque, en Pologne, en Turquie, en Afrique du Sud, dans les Émirats Arabes Unis, aux États-Unis, en Argentine, au Chili, au Mexique, au Pérou, en Inde, en Australie, à Singapour, en Malaisie, en Indonésie, au Japon, en Corée du Sud, à Hong Kong.

6. Organisez un exposé ou un atelier en ligne

Impliquez des associations sportives locales dans un webinar sur les attaques d’Israël contre les sports palestiniens et la campagne #BoycottPuma. Contactez pacbi@bdsmovement.net pour des conférenciers possibles.

7. Lancez une campagne pour le désinvestissement

Cherchez si votre fonds de pension, votre banque ou toute autre institution dont vous êtes membre est un investisseur de Puma et demandez-leur de se désinvestir.

Contactez : pacbi@bdsmovement.net pour avoir de l’aide sur cette question.

 

Traduction : CG pour BDS France

Source : BDS Movement

 




L’Italie reste à la maison, mais pas la solidarité. Le réseau des espaces sans apartheid israélien compte maintenant 200 unités.

 

À l’heure où l’Italie et le reste du monde affrontent une crise sanitaire qui suscite souffrances, angoisse et sentiments d’insécurité, les actions de solidarité sont bien loin de s’être arrêtées.

Les actes de solidarité concrète, de plus en plus nombreux, particulièrement envers celles et ceux qui vivent déjà dans l’insécurité, la souffrance et l’oppression, ont été effectués dans la conscience que les plus vulnérables d’entre nous seraient frappés le plus durement par la pandémie. Dans la bande de Gaza, par exemple, 13 ans de siège et de multiples bombardements israéliens ont dévasté l’infrastructure sanitaire.

C’est ce sens de la communauté et de la solidarité qui a conduit à une autre étape importante pour le réseau d’espaces libérés de l’apartheid israélien (SPLAI, AFZ en anglais) en Italie. Il existe maintenant plus de 200 activités commerciales, centres culturels et sportifs, et associations dans toute l’Italie qui se sont déclarés libérés de l’apartheid israélien.

La croissance constante de la campagne SPLAI/AFZ est due à ses valeurs centrales : les espaces qui rejoignent la campagne prennent publiquement position en faveur des droits humains et contre toutes les formes de discrimination, et soutiennent fermement la lutte des Palestiniens pour la liberté, la justice et l’égalité.

Ce sont les valeurs que nous devons nous efforcer de défendre, aujourd’hui plus que jamais, pour veiller à ce que personne ne soit laissé de côté. D’un acte simple : rester chez soi, jusqu’aux actions pour obtenir que tout le monde ait un chez-soi, des efforts surhumains du personnel soignant jusqu’à l’engagement pour le droit de tous et toutes à la santé, de la garantie des services essentiels au combat pour les droits des travailleurs, de l’effort pour que, en situation d’urgence, nos droits ne soient pas démantelés à la défense des droits des peuples opprimés du monde entier, nous avons la responsabilité de poursuivre ces actes nécessaires de solidarité.

Nous faisons tous partie d’un vaste réseau de solidarité qui peut aider à déterminer comment nous sortirons de l’urgence actuelle. En ce moment, nous sommes séparés, isolés les uns des autres, mais nous sommes ensemble et nous sommes proches de celles et ceux qui sont affectés par la pandémie.

Nous restons chez nous, mais nous ne restons pas silencieux.

Pour en savoir plus sur la campagne italienne AFZ Spazi Liberi dall’Apartheid Israeliana (SPLAI): https://bdsitalia.org/splai

BDS Italie

Traduction : SM pour BDS France

Source : BDS Italie




#BoycottPuma 3e round : rejoignez la Troisième journée d’action internationale, le 25 avril

Par Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel (PACBI), 26 février 2020

 

Alors que le concessionnaire exclusif de Puma en Israël, Delta, a été listé sur la banque de données onusienne des compagnies complices de la colonisation, des groupes du monde entier se préparent pour la troisième journée d’action protestant contre le soutien de Puma aux colonies illégales d’Israël qui chassent des familles palestiniennes de leur terre.

Puma sent la pression. Faisons-la monter !

Un avocat de Puma a admis devant un supporter des droits palestiniens que la campagne #BoycottPuma rendait leur vie « misérable ».

Les choses vont bientôt devenir encore plus difficiles pour Puma ! Le concessionaire exclusif de Puma en Israël, Delta, a été listé dans la banque de données des Nations Unies sur les compagnies complices de la colonisation . Les Nations Unies considèrent toutes les colonies israéliennes en territoire occupé comme un crime de guerre.

La plus grande université de Malaisie a mis fin à un contrat de sponsoring avec Puma en solidarité avec l’appel des équipes palestiniennes.

Le club de football britannique Chester FC a décidé de ne pas renouveler son contrat avec Puma, mentionnant « les pratiques de travail éthiques » parmi les critères pour sa sélection. Le club de première division de Liverpool, qui était en pourparlers avec Puma, a aussi opté pour un autre sponsor.

Deux journées d’action internationales réussies #BoycottPuma ont donné lieu à des manifestations dans plus de 20 pays à des boutiques et devant des bureaux de Puma, et à des appels à des équipes sponsorisées par Puma pour qu’elles abandonnent Puma. Le hashtag #BoycottPuma a généré des millions d’impressions.

Il est temps pour le 3e round. Rejoignez la 3e journée d’action internationale #BoycottPuma, le 25 avril 2020.

Enregistrez votre groupe maintenant pour recevoir les mises à jour et du matériel.

Agissez

Voici ci-dessous quelques-unes des manières dont votre groupe peut s’impliquer dans la journée d’action #BoycottPuma.

Impliquez des associations sportives locales, des équipes sportives populaires, des clubs de supporters et des tournois anti-racistes dans vos actions.

Et soyez créatifs ! Incluez des thèmes sportifs dans vos manifestations et documentez-les en direct sur les réseaux sociaux. Voyez les comptes rendus des première et deuxième journées d’action pour des idées.

  • Organisez une active créative à une boutique Puma

Soyez créatifs. Organisez un faux match de football ou un événement sportif à une boutique Puma. Utilisez la localisation des boutiques de Puma ou cherchez Puma sur Google Maps pour trouver les boutiques Puma de votre ville.

  • Organisez une manifestation devant le bureaux de Puma

Remettez la lettre de 200 clubs palestiniens aux bureaux de Puma.

Puma a des bureaux en Allemagne, au Royaume-Uni, en Espagne, au Portugal, en Italie, en Suède, en Norvège, en Finlande, au Danemark, en Autriche, aux Pays-Bas, en France, en République Tchèque, en Pologne, en Turquie, en Afrique du Sud, aux Emirats Arabes Unis, aux États-Unis, en Argentine, au Chili, au Mexique, au Pérou, en Inde, en Australie, à Singapour, en Malaisie, en Indonésie, au Japon, en Corée du Sud, à Hong Kong.

  • Appelez les équipes sponsorisées par Puma à #BootPuma [#éjecter Puma]

Puma sponsorise des équipes, des ligues, des athlètes et des artistes. Vérifiez si des équipes locales sont sponsorisées par Puma et incitez-les à laisser tomber Puma. Organisez une action créative un jour de match. Appelez les athlètes locaux sponsorisés par Puma à utiliser leur influence pour convaincre Puma de mettre fin à sa sponsorisation de l’IFA. Suivez #PumaFam pour des informations sur les nouveaux contrats de sponsorisation. Contactez pacbi@bdsmovement.net pour des exemples de lettres.

  • Organisez un exposé ou un atelier

Impliquez des associations sportives locales dans un atelier ou un exposé public sur les attaques d’Israël contre les sports palestiniens et la campagne #BoycottPuma. Contactez pacbi@bdsmovement.net  pour des conférenciers possibles.

  • Lancez une campagne pour le désinvestissement

Cherchez si votre fonds de pension, votre banque ou toute autre institution dont vous êtes membre est un investisseur de Puma et demandez-leur de se désinvestir. Contactez : pacbi@bdsmovement.net pour avoir de l’aide sur cette question.

  • Hébergez une fête chez vous en lien avec les réseaux sociaux

Rejoignez avec vos amis les actions #BoycottPuma sur les réseaux sociaux pour un sabotage culturel de Puma.

Enregistrez-vous pour la journée d’action pour plus d’information.

Traduction : CG pour BDS France

Source : BDS Movement 




Puma dit que la campagne #BoycottPuma « lui rend la vie misérable »

26 février 2020 par Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel (PACBI)

Agissez pour dire à Puma d’arrêter de profiter des colonies israéliennes illégales qui rendent misérable la vie des familles palestiniennes.

Un défenseur des droits palestiniens a récemment rencontré par hasard un avocat de Puma qui lui a dit : « Vous nous rendez la vie misérable ».

C’est vrai. Puma dit que les appels de principe des groupes de défense des droits humains et des associations sportives pour que la compagnie mette fin à son soutien aux colonies israéliennes illégales chassant les familles palestiniennes de leurs terres lui rendent la vie misérable. Les colonies israéliennes illégales et l’infrastructure d’occupation associée volent les Palestiniens de leurs terres, séparent les communautés palestiniennes et nient aux Palestiniens leur droit à la liberté de mouvement.

Dites à Puma : Arrêtez de profiter des colonies israéliennes illégales qui rendent misérables les vies palestiniennes.

Puma est le principal sponsor de l’Association de football d’Israël (IFA), qui inclut des équipes dans les colonies israéliennes illégales. Le concessionnaire exclusif de Puma en Israël, Delta, est listé sur la banque de données onusienne des compagnies complices des colonies.

La marque internationalement reconnue qu’est Puma donne une légitimité à la brutale occupation militaire par Israël, permettant à Israël de continuer à étendre ses colonies illégales sur des terres palestiniennes volées en toute impunité.

Puma a bien raison d’être misérable.

La plus grande université de Malaisie a abandonné Puma en tant que sponsor de son équipe de football en réponse à l’appel de plus de 200 équipes palestiniennes #BoycottPuma. Le club de football britannique Chester FC a décidé de ne pas renouveler son contrat avec Puma, mentionnant « des pratiques de travail éthiques » parmi leurs critères. Le club de football de Liverpool, qui était en pourparlers avec Puma, a aussi opté pour un autre sponsor.

Deux jours d’action internationale réussis #BoycottPuma ont donné lieu à des manifestations dans plus de 20 pays et le hashtag a engendré des millions d’impressions.

Dites à Puma : Arrêtez de profiter des colonies israéliennes illégales qui rendent misérables les vies palestiniennes.

Puma est inquiet. Associer sa marque avec le régime d’apartheid d’Israël qui nie les droits humains fondamentaux de millions de Palestiniens porte atteinte à son atout le plus précieux : son image. Aidez-nous à convaincre Puma de faire ce qu’il faut et de mettre fin à son soutien de l’occupation militaire d’Israël.

Et rejoignez le Troisième jour d’action internationale #BoycottPuma, le 25 avril.

Partagez les images sur Twitter, Facebook et Instagram balisant Puma

Traduction : CG pour l’Agence Média Palestine

Source : BDS France Movement




La plus grande université de Malaisie met fin à son contrat avec Puma à cause de son soutien pour les colonies israéliennes illégales

 

25 février 2020, par Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel (PACBI) 

Puma sponsorise l’Association de football d’Israël (IFA) qui inclut des équipes des colonies, et le concessionnaire exclusif de Puma en Israël, Delta Galil est listé dans la base de données des Nations Unies sur les entreprises liées aux colonies 

La plus grande université de Malaisie, Universiti Teknologi MARA (UiTM), a mis fin à un accord de sponsoring avec la marque mondiale de sportswear Puma à cause du soutien de la compagnie pour les colonies israéliennes illégales en territoire palestinien occupé. 

UiTM, qui avait un contrat de trois ans avec Puma comme sponsor de l’équipe de football de l’université, a confirmé que le contrat n’était pas renouvelé à cause de l’implication de Puma dans les violations des droits humains par Israël.

Puma sponsorise l’Association de football d’Israël (IFA) qui inclut des équipes dans les colonies israéliennes illégales sur territoire palestinien et qui défend leurs intérêts. Les colonies israéliennes sont considérées comme des crimes des guerre selon le droit international. 

Le concessionnaire exclusive de Puma, Delta Galil, est listé dans la base de données des compagnies liées aux colonies récemment publiée par les Nations Unies, à cause de ses branches dans les colonies israéliennes illégales.

Les groupes des droits humains en Malaisie et dans des dizaines de pays du monde entier se sont unis pour soutenir l’appel de plus de 200 équipes palestiniennes à boycotter Puma jusqu’à ce que la compagnie mette fin à son soutien à l’entreprise coloniale d’Israël. 

Le professeur Mohd Nazari Ismail de BDS Malaisie a commenté :

Nous saluons la décision de principe de l’UiTM de mettre fin à son contrat avec Puma, en réponse à l’appel des équipes et des athlètes palestiniens. Le soutien de Puma aux prises illégales de terres par Israël fait de cette compagnie un partenaire indésirable pour tous ceux qui croient que les sports devraient être utilisés pour promouvoir la tolérance et le fair play. Nous continuerons à attirer l’attention sur la campagne mondiale pour boycotter Puma et appellerons toutes les équipes et tous les ahtlètes de Malaisie à abandonner Puma. 

Stephanie Adam de la Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI) a déclaré :

La décision de Puma de s’associer à l’occupation militaire d’Israël en niant les droits humains fondamentaux de millions de Palestiniens continue à causer des dommages à l’atout le plus précieux de la compagnie, son image de marque. La campagne pour boycotter Puma (#BoycottPuma) ne peut faire que grandir, alors que de plus en plus de joueurs et de fans de ce jeu magnifique prennent conscience du soutien de Puma aux violations des droits humains par Israël. Plutôt que de mettre plus d’efforts dans des tentatives ratées pour détourner les critiques et faire du contrôle de dommages, Puma devrait respecter les principes du sport et mettre fin à son sponsoring de l’IFA. 

Le football club britannique Chester FC a récemment décidé de ne pas renouveler un contrat de sponsoring avec Puma, après avoir déclaré que les « pratiques de travail éthiques » étaient parmi ses critères de sélection. Le club de première ligue Liverpool FC, qui était en pourparlers avec Puma, a aussi opté pour un autre sponsor. Plus de  30 000 e-mails ont été envoyés aux clubs de football britanniques pour les inciter à mettre fin à leurs contrats avec Puma ou à ne pas en signer.

La coordination Boycott Puma planifie son troisième jour mondial d’action le 25 avril avant la rencontre 2020 des actionnaires de Puma.

Trad. CG pour BDS France

Source: BDS Movement




Les Palestiniens condamnent un match « amical » qui, par le sport, blanchit Israël, alors que Gaza pleure ses morts

Le 16 novembre 2019 – Les équipes nationales de football d’Argentine et d’Uruguay prévoient d’aller jouer un match « amical » en Israël, en dépit de la nouvelle attaque contre Gaza qui a tué déjà au moins 34 Palestiniens.

Le match doit avoir lieu le lundi 18 novembre au stade Bloomfield, dans la ville palestinienne, nettoyée ethniquement, de Jaffa.

Stéphanie Adam de la Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI) a déclaré ceci :

« Alors que le nouvel épisode d’une campagne criminelle de bombardements lancée par Israël est suspendu et que les Palestiniens de Gaza pleurent une nouvelle fois leurs morts, l’Argentine et l’Uruguay projettent d’organiser un match de football ‘amical’.

« Tout d’abord, le match n’aurait jamais dû être programmé. Les Palestiniens vivent dans un état constant d’oppression et de déni de leurs droits fondamentaux du fait du régime d’occupation militaire et d’apartheid d’Israël, et cela depuis des décennies.

« Rien qu’en deux jours, les frappes aériennes israéliennes sur Gaza ont tué 34 Palestiniens, dont 8 enfants. Israël maintient les Palestiniens dans une bande de Gaza maintenue sous un siège paralysant depuis plus de 12 ans tout en bombardant à maintes reprises la population civile enfermée dans Gaza, tuant des milliers de Palestiniens. Les Nations-Unies prévoient que Gaza sera inhabitable d’ici à 2020. Quelle sorte de sécurité ont donc les Palestiniens ?

« Ce sont des milliers de personnes à travers le monde, en particulier à Montévidéo, Buenos Aires et Barcelone, qui ont élevé la voix avec des associations et des joueurs de football en faveur du droit des Palestiniens à vivre en sécurité et en liberté.

« Comme dans l’Afrique du Sud de l’apartheid, dans le passé, Israël n’a pas sa place dans les évènements sportifs, culturels ou académiques internationaux aussi longtemps qu’il continuera son régime d’apartheid et ses crimes contre le peuple palestinien ».

En 2018, l’Argentine a annulé un match « amical » à Jérusalem après des mois de campagne BDS.

Le Comtec Group d’Israël, qui a des clients dans les colonies de peuplement israéliennes illégales, était l’organisateur du match amical contre l’Argentine, comme du match Argentine/Uruguay.

Sylvan Adams, milliardaire canadien dans l’immobilier et ambassadeur autoproclamé d’Israël, couvre avec une somme importante le coût de l’organisation du match Argentine/Uruguay. Adams a déclaré qu’il consacre l’actuel chapitre de sa vie à « la promotion de ce que j’appelle l’’Israël normal’ » afin de détourner l’attention loin des violations israéliennes des droits humains des Palestiniens et du droit international.

Adams et Comtec ont déjà fait équipe pour organiser des évènements en Israël, notamment pour le Concours Eurovision de la Chanson de 2019 avec Madona, le Grand Départ de la course cycliste Giro d’Italie 2018, et une tentative ratée pour faire venir le concours de Miss Univers 2019 en Israël.

Stéphanie Adam de PACBI ajoute :

« Il n’y a jamais eu le moindre doute que ce match était politique. L’Argentine et l’Uruguay ont décidé de franchir la ligne de piquetage non violente des Palestiniens. Le match ‘amical’ va permettre à Israël d’utiliser un évènement sportif international et le prestige des athlètes du championnat pour blanchir, par le sport, sa politique criminelle de nettoyage ethnique, son siège, ses agressions militaires répétées contre Gaza, les démolitions de maisons palestiniennes, la construction de ses colonies de peuplement illégales et de ses murs d’apartheid illégaux.

« Le club au top de Première ligue à Gaza, le Khadamat Rafah, a écrit à l’Argentine et à l’Uruguay pour exhorter les deux équipes ‘à ne pas permettre qu’un jeu aussi beau soit utilisé pour couvrir ces graves violations des droits humains’. Israël a refusé au Khadamat Rafah l’autorisation de se déplacer pour la Coupe Palestine 2019, contraignant à l’annulation du championnat de football palestinien.

« Le Balata Football Club, du nom d’un camp de réfugiés en Cisjordanie occupée, a lui aussi exhorté l’Argentine et l’Uruguay à annuler le match en Israël, rappelant le rôle crucial que les boycotts sportifs ont rempli dans la fin du régime d’apartheid en Afrique du Sud.

« Lors d’une session d’entraînement au Barcelona FC, des groupes de la société civile catalane ont lancé des appels personnels aux joueurs Lionel Messi et Luis Suárez, qui jouaient respectivement pour l’Argentine et l’Uruguay, afin qu’ils ne participent pas au match, rappelant la célèbre phrase de Maradona, ‘Le ballon ne peut pas être terni’. Ils demandaient, ‘Seriez-vous allez jouer dans l’Afrique du Sud de l’apartheid ?’. Les manifestations aux associations de football de Montévidéo et Buenos Aires ont largement été médiatisées.

« Des dizaines de groupes de la société civile, de syndicats, d’organisations de défense des droits de l’homme et de clubs de supporters sportifs, en Argentine et en Uruguay, ont appelé leurs équipes nationales à annuler le match en Israël ».

Le contexte

Gaza est le siège de l’Association de football des Palestiniens amputés, créée en mars 2018. Elle compte maintenant sept équipes et 80 joueurs, la plupart des joueurs ayant perdu des membres sous les balles des tireurs embusqués de l’armée israélienne alors qu’ils participaient aux manifestations pacifiques de la Grande Marche du Retour qui réclame leurs droits de l’homme fondamentaux. Pour les amputés, jouer au football est une forme de résistance et une façon de continuer à jouer à leur jeu favori.

L’Argentine avait initialement prévu de jouer contre le Paraguay au Bangladesh, le 18 novembre. Quand le match du 19 novembre en Israël est venu à la surface, le président de la Fédération de football du Paraguay a déclaré, « Quand on signe un contrat, on le valide. Ce contrat doit être respecté. En cas de non-respect, nous prendrons les mesures appropriées ». Quelques jours plus tard, le 28 octobre, le Paraguay annonçait que le match contre l’Argentine était annulé.

La date du match Argentine/Uruguay en Israël a été confirmée par les deux équipes nationales pour le 19 novembre. La Fédération de football israélienne, qui englobe les équipes des colonies de peuplement israéliennes illégales, construites sur la terre palestinienne en violation du droit international, s’est plainte que la date coïncidait avec les matches de l’équipe nationale israélienne. La date du match Argentine/Uruguay a alors été changée pour le 18 novembre.

Le match Argentine/Uruguay aura lieu au stade Bloomfield à Jaffa (Yafa), une ville portuaire palestinienne autrefois prospère et cosmopolite, et l’une des plus de 500 villes et villages palestiniens nettoyés ethniquement de leurs habitants palestiniens originaires du pays lors de l’implantation d’Israël en 1948 sur les ruines de la patrie palestinienne.

La Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI) a été initiée en 2004 pour contribuer à la lutte pour la liberté, la justice et l’égalité des Palestiniens. Élément clé du mouvement BDS, la PACBI recommande le boycott des institutions académiques et culturelles israéliennes, étant donné leur complicité profonde et persistante avec le déni par Israël des droits des Palestiniens tels que stipulés dans la législation internationale.

Visitez PACBI sur : https://bdsmovement.net/pacbi et suivez-nous sur Twitter @PACBI

Source: PACBI

Traduction : BP pour BDS FRANCE




Italie : La lettre des équipes palestiniennes remise à l’athlète Fiona May, membre du conseil de surveillance de Puma

Le 9 novembre, les soutiens aux droits des Palestiniens de BDS Bologne ont rencontré Fiona May, médaillée olympique, à la suite de ses débuts au théâtre comme co-star dans « New York Marathon ».

L’athlète est membre du comité de surveillance du fabricant d’équipement sportif Puma.

Puma est le sponsor principal de la Fédération d’Israël de football (IFA) qui, comme l’a établi l’organisation internationale Human Rights Watch, inclut des équipes de football basées dans des colonies israéliennes illégales situées sur des terres palestiniennes. Les colonies israéliennes constituent un crime de guerre en droit international.

Pendant leur brève rencontre, les militants ont remercié Fiona May pour ses nombreuses interventions publiques contre toutes les formes de racisme et ont souligné le rôle inacceptable que PUMA joue en soutenant l’occupation militaire israélienne par le biais de son parrainage de l’IFA.

Les militants lui ont remis l’appel rédigé par plus de 200 équipes sportives palestiniennes demandant à PUMA de cesser son soutien aux colonies israéliennes illégales en mettant fin à son contrat de sponsor de l’IFA, ainsi que l’article touchant de Aya Khattab, qui joue dans l’Équipe nationale de football des femmes palestiniennes.

Les militants ont également discuté de la réponse de PUMA aux milliers de personnes qui soutiennent l’appel des équipes palestiniennes, qui affirme son « engagement pour une égalité universelle ».

Les militants ont demandé à Fiona May de soulever la question du parrainage de l’IFA en tant que membre du conseil de surveillance de Puma, afin que le principe d’« égalité universelle » ne demeure pas une belle phrase détachée de la réalité, utilisée comme une stratégie de marketing pour attirer de nouveaux clients par le biais des droits de la personne, mais qu’il s’enracine dans des actions concrètes, dont la suspension des contrats signés avec l’IFA.

Les militants ont rappelé à Fiona May que l’IFA avait refusé de prendre des mesures pour cesser cette complicité, en excluant les équipes des colonies, bien qu’elle ait été condamnée à plusieurs reprises par des conseillers des Nations Unies, plus de 150 parlementaires – dont des membres du Parlement européen, du parlement suisse, du parlement danois et de la Chambre des communes britanniques – ainsi que par des organisations de défense des droits de la personne et de la société civile.

Les militants ont évoqué avec Fiona May les enseignements d’Angela Davis sur la liberté comme combat permanent et souligné que le combat des Palestiniens était un combat contre le colonialisme et le racisme où tout ce qui est requis est de prendre position. Ils ont exhorté Fiona May à les aider à convaincre Puma de respecter l’engagement en faveur des droits de l’homme qu’il affiche.

Les militants ont remercié Fiona May d’avoir écouté leurs explications sur la campagne avec attention et intérêt et se réjouissent de sa réponse.

Traduction : MUV pour BDS France

Source : BDS Italie




Les joueurs de l’Argentine et de l’Uruguay doivent avoir de vos nouvelles: Annulez le match “amical” dans l’Apartheid d’Israël

11 novembre 2019
Uruguay, Argentine

Les joueurs de football des équipes nationales argentine et uruguayenne ont le pouvoir et l’influence nécessaires pour annuler le match “amical” dans l’apartheid israélien.
Les équipes nationales de football argentine et uruguayenne prévoient d’organiser un match “amical” dans le régime israélien d’apartheid le 18 novembre, ignorant les appels des Palestiniens et alors qu’Israël mène des attaques contre Gaza assiégée.

Pour Israël, il s’agit d’utiliser le beau sport pour laver ses crimes d’occupation et d’apartheid contre les Palestiniens, y compris les athlètes.

Pour les associations de football, il s’agit clairement d’argent. L’Argentine a même annulé un match amical déjà programmé avec le Paraguay dans la ville palestinienne de Jaffa qui avait subi un nettoyage ethnique.

Nous devons atteindre les joueurs. Ils ont le pouvoir et l’influence pour arrêter ce match.

Dites aux joueurs argentins et uruguayens:
L’apartheid n’est jamais «amical». Annulez le match maintenant!

Les joueurs doivent savoir qu’ils doivent se tenir aux côtés des footballeurs palestiniens amputés à Gaza qui ont perdu un membre à cause des tirs de snippers de l’armée israélienne, plutôt que de divertir l’apartheid israélien.

Les joueurs doivent savoir qu’ils devraient être aux côtés des familles d’enfants palestiniens tués par Israël alors qu’ils jouaient au football, plutôt que de laver par le sport l’occupation militaire israélienne et la purification ethnique.

Les joueurs doivent savoir qu’ils devraient se tenir aux côtés d’athlètes palestiniens privés par Israël de la liberté de mouvement et de la possibilité de jouer, plutôt que de dissimuler l’occupation d’Israël, les colonies illégales et le mur de l’apartheid.

Dites à Lionel Messi et Luis Suárez:
Ne permettez pas à vos équipes d’être complices du sport qui lave les attaques israéliennes contre le sport palestinien

La semaine dernière, des défenseurs des droits de l’homme à Barcelone se sont rendus sur le terrain où les joueurs Lionel Messi et Luis Suárez s’entraînaient pour leur lancer un appel personnel.
Des groupes de la société civile d’Argentine et d’Uruguay se mobilisent cette semaine pour convaincre les équipes de se tenir aux côtés des footballeurs palestiniens dans leur lutte pour le droit de vivre et de jouer.

Parlez aux joueurs eux-mêmes. Dites-leur que les fans de football de la Palestine et du monde entier veulent que les sports soient utilisés pour renforcer et promouvoir la tolérance, et non pour dissimuler de graves violations des droits de l’homme.
Prenez quelques minutes pour tweeter sur les joueurs argentins et uruguayens:

à Lionel Messi et Luis Suárez

à Agustin Marchesin et Juan Musso

à Emiliano Martínez et Juan Foyth

à Renzo Saravia et Marcos Acuña

à Giovani Lo Celso et à l’allemand Pezzela

à Nicolas Otamendi et Lucas Alario

à Roberto Pereyra et Lucas Ocampo

à Sergio Agüero et Milton Casco

à Guido Pizarro et Leandro Paredes

à Paulo Dybala et Nicolas Tagliafico

à Walter Kannemann et Guido Rodriguez

à Rodrigo dePaul et Lautaro Martinez

à Fernando Muslera et Martín Campaña

à Diego Godín et José María Gutiérrez

à Sebastián Coates et Gastón Silva

à Lucas Torreira et Matías Vecino

à Federico Valverde et Brian Lozano

à Brian Rodríguez et Edinson Cavani

à Maximiliano Gómez et Cristhian Stuani

Voir ci-dessous des exemples de messages et d’images que vous pouvez adapter pour les publications sur les réseaux sociaux:

[remplacez par les noms des joueurs], aux côtés des footballeurs amputés palestiniens à Gaza qui ont perdu un membre à cause des tirs de snippers de l’armée israélienne.

Ne divertissez pas l’apartheid en Israël. Passer @Argentina – Match «amical» d’Uruguay.

#RioplatensesNoVayan https://bit.ly/33EmPPh
[remplacez par les noms des joueurs], soutenez les familles d’enfants palestiniens tués par Israël alors qu’ils jouaient au football.

Ne pas laver par le sport l’occupation militaire israélienne. Annulez le match “amical” dans l’apartheid en Israël.

#RioplatensesNoVayan https://bit.ly/33EmPPh
[[remplacer par les noms des joueurs], aux côtés des athlètes palestiniens privés par Israël de la possibilité de participer.

Ne faites pas de sport: nettoyez les colonies illégales et les murs d’apartheid d’Israël. Annuler le match “amical”.

#RioplatensesNoVayan https://bit.ly/33EmPPh pic.twitter.com/LkChP67RpY
[remplacez par les noms des joueurs], aux côtés des footballeurs et des supporters palestiniens dont les stades ont été bombardés par Israël.

N’aidez pas à dissimuler les attaques israéliennes contre les sports palestiniens. Annulez le match “amical”.

#RioplatensesNoVayan https://bit.ly/33EmPPh pic.twitter.com/BebNbvBn4T

[Remplacez par les noms des joueurs], les supporters de football en Palestine et dans le monde entier veulent que le sport soit utilisé pour promouvoir la tolérance, et non pour dissimuler des violations des droits de l’homme.

Ne jouez pas un match «amical» dans l’apartheid en Israël.

#RioplatensesNoVayan https://bit.ly/33EmPPh pic.twitter.com/89gXPtsjuG

 

Traduction: J.S pour BDS France.

Source: BDS Movement




L’équipe de football du championnat de Gaza exhorte les équipes nationales d’Argentine et d’Uruguay à annuler le match « amical » dans l’Israël de l’apartheid

Club de football Khadamat Rafah – 29 octobre 2019

Dans une lettre ouverte, Khadamat Rafah, meilleure équipe de football de la Ligue de Gaza, exhorte les équipes nationales d’Argentine et d’Uruguay à annuler un match « amical » dans la Tel Aviv de l’apartheid. Israël a refusé l’autorisation à Khadamat Rafah de se rendre à la Coupe 2019 de Palestine, provoquant l’annulation de la finale.

 

« Chères équipes nationales de football d’Argentine et d’Uruguay,

« Nous vous écrivons depuis le Club de football Khadamat Rafah, dans la bande de Gaza en territoire palestinien occupé par Israël. En tant que footballeurs, nous vous exhortons à vous abstenir de jouer un match amical ou même de participer à n’importe quelle activité en Israël aussi longtemps que ce pays continuera de nier nos droits humains fondamentaux.

« Notre équipe a remporté cette année la finale de la première Ligue de la bande de Gaza. Vous êtes deux des meilleures équipes de football et en tant que telles, vous savez ce que signifie gagner un championnat, pour les joueurs comme pour les supporters. Pour nous, remporter cette victoire en dépit des conditions brutalement difficiles qui nous sont imposées par l’occupation israélienne l’a rendue encore plus extraordinaire.

« Nous faisons partie d’une communauté de deux millions de Palestiniens à Gaza, nous vivons sous le blocus impitoyable d’Israël depuis 12 longues années. Les restrictions rigoureuses que nous impose Israël font qu’il est presque impossible, tant pour les marchandises commerciales que pour la population, de sortir de Gaza et d’y entrer. Cela signifie que le matériel médical manque de façon très préoccupante, et que les patients ayant  besoin d’être soignés ne peuvent se déplacer. Cela signifie vivre avec seulement quelques heures d’électricité par jour. Que le chômage atteint les 50 %, et 70 % chez les jeunes. Que la plus grande partie de notre eau est contaminée, et pour 96 %, imbuvable.

« Nous avons survécu à trois violentes agressions militaires israéliennes au cours des dix dernières années, mais nous avons perdu tant de celles et ceux qui étaient chers à nos cœurs. Les bombardements israéliens sur notre territoire assiégé ont tué des milliers d’êtres humains, dont des centaines d’enfants, et ils ont écrasé des quartiers entiers, que l’on ne peut reconstruire à cause du siège qui se poursuit.

« Notre ville de Rafah a été le lieu du « Vendredi noir », l’une des attaques les plus sanglantes lors de l’agression militaire d’Israël de 2014 contre Gaza. En quatre jours seulement, les tirs intensifs de l’artillerie, des chars d’assaut et des avions de guerre israéliens ont fait 255 morts palestiniens, dont 85 enfants. Un missile israélien a frappé une école des Nations-Unies où plus de 3000 Palestiniens qui avaient fui leurs maisons avaient cherché refuge et sécurité. L’armée israélienne s’est absoute elle-même de tout méfait.

« Pendant des années, les Nations-Unies ont prédit que Gaza deviendra « inhabitable » d’ici 2020, à quelques mois seulement aujourd’hui. Mais, nous vous le demandons, quelle sorte de vie avons-nous eue au cours des 12 années passées ?

« Quand des dizaines de milliers de Palestiniens à Gaza, conduits par notre jeunesse, ont décidé de s’élever contre ces conditions insupportables par des manifestations hebdomadaires pacifiques, des tireurs d’élite israéliens ont alors pris leur vie. Les tirs des militaires israéliens ont tué plus de 200 manifestants palestiniens et en ont blessé des dizaines de milliers. Parmi eux, il y avait des athlètes avec des carrières prometteuses, et notamment ce footballeur de 23 ans, Mohammad Khalil Obeid, qui s’est filmé lui-même après avoir été blessé par des balles dans les deux genoux par un tireur israélien embusqué. Nous avons une équipe de football d’amputés, et qui tiennent à jouer malgré ces blessures qui ont changé leur vie.

« Une commission d’enquête des Nations-Unies a conclu que c’est intentionnellement que les soldats israéliens visaient les Palestiniens qui participaient à ces manifestations, des actes qui ne sont rien d’autres que des crimes de guerre voire des crimes contre l’humanité.

« Malgré, ou peut-être à cause de ces conditions inhumaines, nous nous sommes entraînés dur, nous avons joué fort et nous avons bien gagné la finale à Gaza et notre place dans la Coupe de Palestine.

« Le siège impitoyable d’Israël nous a ôté cette possibilité des mains. Israël a refusé à quasiment chaque joueur de notre équipe l’autorisation de se rendre en Cisjordanie palestinienne occupée pour la Coupe de Palestine, une autorisation qu’exige son régime d’occupation et d’apartheid.

« Vous êtes des footballeurs de championnat, et en tant que tels, vous pouvez imaginer à quel point nous avons le cœur brisé. La Coupe a été reportée indéfiniment. Nous n’avons pas voulu abandonner. Notre équipe a encore une fois déposé des demandes d’autorisations. Après des mois d’attente, Israël les a refusées aux joueurs sauf à cinq d’entre eux. La Coupe 2019 de Palestine a été annulée. Et pendant tout ce temps, la FIFA est restée silencieuse.

« Et aujourd’hui, Israël travaille avec zèle pour recevoir un match entre deux équipes bien-aimées afin de laisser sur la touche son épouvantable bilan en matière des droits humains. Israël veut se servir de votre réputation dans le monde pour l’aider, par le sport, à blanchir ses crimes et à renforcer son image défaillante.

« Nous vous demandons de ne pas permettre cela. Nous vous demandons de ne pas permettre que notre beau sport puisse servir de couverture à des violations choquantes des droits humains. Nous vous demandons de nous soutenir, nous les footballeurs palestiniens, dans notre combat pour notre droit de vivre et de jouer. Un match en Israël nous ferait beaucoup de mal, à nous et à notre lutte pour la liberté, la justice et l’égalité.

« L’année dernière, l’Argentine a annulé un match amical à Jérusalem, apportant ainsi de l’espoir à tous les Palestiniens. Vous avez fait cela déjà, s’il vous plaît, faites-le encore.

« S’il vous plaît, ne jouez pas ce match. Tout comme dans le cas de l’Afrique du Sud de l’apartheid, il n’y a rien d’amical dans l’apartheid israélien ».

Alkhadamat Club Rafah

Source: BDS Movement

Traduction : BP pour BDS FRANCE




Dites à l’Argentine et à l’Uruguay: Il n’y a rien d’amical dans l’apartheid israélien

2 novembre 2019

Exhortez les équipes nationales de football d’Argentine et d’Uruguay à être aux côtés des footballeurs palestiniens et à annuler le match « amical » en Israël de l’apartheid.

Les équipes nationales de football d’Argentine et d’Uruguay prévoient un match « amical » en Israël de l’apartheid le 18 novembre.

L’an dernier, des lettres de Palestine, un énorme déferlement sur les réseaux sociaux et d’actions de terrain à Buenos Aires et à Barcelone ont convaincu l’Argentine d’annuler un match amical prévu à Jérusalem.

Israël utilise le prestige d’équipes de championnat comme l’Argentine et l’Uruguay et les joueurs vedettes Lionel Messi et Luis Suárez pour blanchir son régime d’oppression, d’apartheid et d’occupation, par le sport.

Nous l’avons déjà empêché. Nous pouvons l’empêcher de nouveau.

Dites à l’Argentine et à l’Uruguay : Il n’y a rien d’amical dans l’apartheid israélien.

Le club de football Khadamat Rafah de Gaza a écrit aux deux équipes en les exhortant à « ne pas permettre que ce jeu magnifique ne soit utilisé pour couvrir de graves violations des droits humains ».

Khadamat Rafah a vaincu d’énormes obstacles causés par les 12 ans du siège brutal d’Israël et les agressions militaires répétées, pour gagner le championnat de la Ligue de Gaza. Pour autant, les graves restrictions, qui dénient honteusement aux Palestiniens le droit à la liberté de mouvement, ont empêché l’équipe de participer à la coupe de Palestine. C’est de la cruauté à dessein.

Dites à Lionel Messi et à Luis Suárez : les footballeurs palestiniens ont besoin de votre soutien.

Des groupes se mobilisent sur le terrain, en Argentine et en Uruguay, pour convaincre les équipes de se tenir aux côtés des footballeurs palestiniens dans leur lutte pour le droit de vivre et de jouer.

Rejoignez les sur les réseaux sociaux ! Regardez les modèles de tweets et de posts ci-dessous pour envoyer un message fort  à l’Argentine et à l’Uruguay disant que des fans dans le monde entier ne seront pas à leurs côtés s’ils font équipe avec le régime israélien d’oppression.

 

Modèles de tweets sur les réseaux sociaux et de posts avec l’image en haut de la page :

Israël a détenu, mutilé, tué des footballeurs palestiniens et a bombardé des stades palestiniens.

@Argentine & @Uruguay, il n’y a rien « d’amical » dans les attaques israéliennes contre les sports palestiniens.

Soyez aux côtés des athlètes palestiniens. Annulez le match à Tel Aviv de l’apartheid.

#rioplatensesnovayan

Israël a interdit à une équipe gagnante de Gaza de se déplacer, obligeant à annuler la coupe de football de Palestine 2019

Il n’y a rien « d’amical » dans les attaques israéliennes contre le sport palestinien

@Argentine & @Uruguay, soyez aux côtés des équipes palestiniennes. Annulez le match à Tel Aviv de l’apartheid

#rioplatensesnovayan

 

Traduction SF pour BDS France

Source: BDS Movement




#BoycottPuma : un distributeur montre ses crocs à Clermont-Ferrand

Plus de douze militant.e.s et synpathisant.e.s de l’AFPS 63, BDSF 63 et UNEF Auvergne ont participé le 19 octobre à l’appel #BoycottPuma pour la 2ème journée internationale lancée autour du 26 octobre par le PACBI (Palestinian Academic and Cultural Boycott of Israel), à l’appel de 125 clubs de sport palestiniens.

900 tracts distribués et 54 signatures de pétition.

Notre groupe s’est rassemblé à proximité de Decathlon à Clermont-Ferrand, et avant le déploiement de nos banderoles nous avons eu la visite du responsable de la zone commerciale qui voulait savoir en quoi consisterait notre action, et qui a été rassuré par nos informations.

Quand nous sommes arrivés devant Decathlon, le jeune directeur du magasin est arrivé de suite, nous disant que son magasin vendait peu d’articles Puma, et nous demandant de partir. Nous lui avons remis notre courrier pour Decathlon, lui avons indiqué que la police était avertie de notre action, et avons commencé à déplier nos banderoles. Il nous a alors menacés de nous chasser à l’aide de 3-4 vigiles étiquetés Decathlon, Securitas ou sans étiquette, dont l’un tenait en laisse un chien muselé (voir photo) étiqueté « Julius.K9 » sur son harnais.

Nous n’avons pas cédé à la provocation et nous sommes repliés calmement pour aller vers le rond point face au magasin. Le directeur nous a suivi et a tenté d’arracher ou déchirer une de nos banderoles, puis a marché dessus. Une fois sur le rond point nous avons pris des photos, encouragés par plusieurs passants dont l’un nous a laissé son contact. Nous avons ensuite organisé un mini défilé sur le grand parking de la zone commerciale, pour nous rendre devant le magasin Sport 2000, faire quelques photos et remettre notre courrier au responsable du magasin. Celui-ci nous a reçus poliment et nous a indiqué que notre action ne posait pas de problème si on n’empêchait pas les clients d’entrer dans le magasin.

Durant 1 heure 30 nous avons fait signer des pétitions #BoycottPuma (54), et distribué plus de 900 ex. du tract co-signé par 26 orgas du 63,

sur les pare-brises des véhicules sur le parking, devant Sport 2000, et sur le trottoir devant Decathlon sous l’oeil du vigile qui avait remis son chien dans le coffre de sa voiture (voir photo). L’accueil du public a été très bon, et des échanges de qualité ont eu lieu avec nombre de passant.e.s à l’écoute de nos explications sur #Puma qui sponsorise le foot israélien, y compris dans les colonies.

Le directeur de Decathlon est repassé en cours de tractage et a tenté d’arracher un tract de la main d’un militant ! Suite à nos protestations sonores il est revenu faire de l’intimidation, mais a battu en retraite car son intervention avait mobilisé plusieurs passant.e.s à nos côtés ! Ce qui montre aussi que nos actions non violentes d’information dérangent certains commerçants complices de Puma.




#BoycottPuma à Cournon (63)

Suite à l’AG de l’UD-CGT (63), des militant.e.s de l’Union Locale CGT de Cournon (20.000 habitants) sont allés le 21 septembre 2019 à la foire de la Saint-Maurice de cette grande ville du 63.

Ils ont, entre autres, distribué 300 Tract BDS PUMA – 26 cosignatures 63 qui appellent au Boycott de Puma tant que cette société sponsorisera le foot israélien et son développement dans les colonies israéliennes en Palestine. Ce fut une occasion pour nombre de citoyen.ne.s de découvrir la situation en Palestine.




#BoycottPuma au Forum des Associations de Clermont-Ferrand

150 tracts distribués, 86 signatures de pétition et 18 photos pour Facebook, 12 nouveaux contacts.

Cinq militant.e.s AFPS-BDSF ont tenu un stand le 14 septembre 2019 au Forum des +250 Associations de Clermont-Ferrand. La campagne #BoycottPuma était le thème principal du stand, avec deux banderoles bien visibles, le tract signé par 26 organisations de la Coalition BDS63, et la signature de la pétition correspondante.

Nous avons reçu de nombreux visiteurs/euses, très divers (dont des jeunes de Gaza, d’Iran, d’Algérie, de Syrie, sans parler de Mr le Maire de Clermont-Fd ou de celles et ceux qui rejoignaient la scène des musiques du monde voisine de notre stand, d’une élue de Clermont qui a posé pour la photo, ainsi que la représentante du comité pour Wissam, et d’un autre élu qui a signé la pétition), la plupart très encourageants, participants et demandeurs d’infos. Des cartes postales « PUMA », et des stickers Carte Vitale ont aussi été distribués en nombre. Et nous avons réalisé plus de 170 euros de ventes de produits palestiniens et cahiers de formation.

Dix huit nouvelles photos de citoyen.ne.s qui boycottent PUMA ont été ajoutées à notre album Facebook (57 photos à ce jour).




La Baule : action contre la venue de l’équipe du Maccabi

Ce mercredi soir, une belle équipe (25 personnes)  pour informer les Baulois et les Bauloises des conditions de vie en Palestine, alors que la région des Pays de la Loire invitait l’équipe nationale israélienne du Maccabi – Tel Aviv dans le cadre de leur tournoi de basket « Pro Stars Pays de la Loire ».

Ce tournoi de basket est organisé chaque année, l’équipe du Maccabi-Tel Aviv était déjà venue il y a quatre ans et nous y étions aussi.

Avec la Plate-Forme 44 pour la Palestine, nous avons distribué au moins 700 tracts.

Comité Solidarité Palestine de la Région nazairienne
Agora, maison des associations
2 Rue Albert de Mun
44600  Saint-Nazaire



Appel à action #BoycottPuma deuxième round: participez à la deuxième journée mondiale d’action, le 26 octobre 2019.

23 août 2019/ Par la Campagne palestinienne pour le boycott universitaire et culturel d’Israël (PACBI)

Des associations du monde entier se préparent pour la deuxième journée d’action pour protester contre le soutien de Puma aux colonies illégales d’Israël sur des terres palestiniennes volées. Rejoignez-les le 26 octobre.

Des associations du monde entier se préparent pour la deuxième journée d’action pour protester contre le soutien de Puma aux colonies illégales d’Israël sur des terres palestiniennes volées. Rejoignez-les le 26 octobre. Dans le monde entier, des amateurs de fair-play et de sports pour tous rejoignent l’appel d’équipes et d’athlètes palestiniens appelant au boycott du fabricant de vêtements de sport Puma jusqu’à ce que le soutien à l’occupation militaire illégale et le déni des droits du peuple palestinien par Israël cessent.

Puma est le sponsor principal de l’Association de football israélienne (IFA), qui regroupe et défend fièrement les équipes des colonies de peuplement israéliennes qui poussent les familles palestiniennes hors de leurs terres. Les colonies israéliennes sont illégales et constituent un crime de guerre au regard du droit international.

En juin dernier, des groupes de plus de 20 pays ont participé à la première Journée d’action mondiale #BoycottPuma, avec des manifestations dans les magasins et les bureaux Puma ainsi qu’auprès des équipes parrainées par Puma. Sur les médias sociaux, #BoycottPuma était LE hashtag le plus tweeté relatif à Puma ce jour-là.

Nous sommes de retour pour le deuxième round.

Rejoignez la deuxième journée d’action mondiale #BoycottPuma, le 26 octobre 2019.

Manifestez dès maintenant l’intérêt de votre association pour recevoir des informations et du matériel.

Puma sent la pression. En marge de la critique, Puma recourt à des prétentions ridicules, notamment à un «dévouement à l’égalité universelle».

Une «dévotion à l’égalité universelle» doit signifier ne pas faire du sport avec l’apartheid! Puma doit mettre fin à:

-sa complicité de blanchiment des saisies illégales de terres par Israël qui privent les Palestiniens de territoire et de ressources naturelles.

-son soutien à l’infrastructure d’occupation israélienne qui prive les athlètes palestiniens de leur droit à la liberté de circulation et à la pratique du sport.

-son parrainage de la Fédération israélienne de football.

La Coupe de football de Palestine de cette année a été reportée indéfiniment car Israël a refusé à pratiquement tous les joueurs de l’équipe gagnante de la Ligue de Gaza de se rendre en Cisjordanie occupée pour la finale. Très récemment, les forces israéliennes ont effectué une intervention sur un tournoi de football amical à Jérusalem-Est occupée, l’empêchant de se poursuivre.

Le «chat»emblématique de Puma profite de l’installation et de l’extension des colonies illégales d’Israël et de son déni des droits fondamentaux du peuple palestinien.

Rejoignez-nous dans notre demande à Puma de se montrer à la hauteur de son objectif de promotion de la justice sociale.

Manifestez l’intérêt de votre association pour la deuxième journée d’action mondiale #BoycottPuma, le 26 octobre 2019.

Passez à l’action.

Vous trouverez ci-dessous quelques exemples des moyens par lesquels votre groupe peut participer à la Journée d’action #BoycottPuma.

Impliquez les associations sportives locales, les équipes sportives populaires, les clubs de supporters et les tournois antiracistes dans vos actions.

Et soyez créatifs! Ajoutez des thèmes sportifs à vos manifestations et à vos actions sur les réseaux sociaux.

1. Organisez une action créative dans un magasin Puma.

Faites preuve de créativité. Localisez les magasins Puma dans votre ville et organisez une simulation de match de football ou d’un événement sportif dans un magasin Puma.

2. Organisez une manifestation dans les bureaux de Puma.

Remettez la lettre de 200 clubs palestiniens aux bureaux de Puma.Puma a des bureaux en Allemagne, au Royaume-Uni, en Espagne, au Portugal, en Italie, en Suède, en Norvège, en Finlande, au Danemark, en Autriche, aux Pays-Bas, en France, en République tchèque, en Pologne, en Turquie, en Afrique du Sud, aux Émirats arabes unis, aux États-Unis, en Argentine, au Chili, Pérou, Inde, Australie, Singapour, Malaisie, Indonésie, Japon, Corée du Sud, Hong Kong.

3. Organisez une conférence ou un atelier

Faites participer les associations sportives locales à un atelier ou à une discussion publique sur les attaques israéliennes contre le sport palestinien et la campagne #BoycottPuma. Contactez d’éventuels intervenants: pacbi@bdsmovement.net

4. Invitez les équipes sponsorisées par Puma à #BootPuma

Puma sponsorise des équipes, des ligues, des athlètes et des artistes. Vérifiez si les équipes locales sont parrainées par Puma et encouragez-les à laisser tomber Puma. Appelez les athlètes locaux sponsorisés par Puma à user de leur influence pour convaincre Puma de mettre fin à son contrat de sponsoring avec l’IFA. Suivez #PumaFam pour des informations sur les nouveaux contrats de sponsoring. Contactez-nous pour un exemple de lettre d’approche: pacbi@bdsmovement.net

5. Lancez une campagne de désinvestissement

Vérifiez si votre fonds de pension, votre banque ou toute autre institution dont vous êtes membre investit dans Puma et demandez-leur de se désinvestir. Contactez-nous pour obtenir de l’aide à ce sujet: pacbi@bdsmovement.net

6. Organisez une fête dans les médias sociaux

Rejoignez #BoycottPuma dans les médias sociaux pour bloquer la culture Puma auprès de vos amis.

Inscrivez-vous à la journée d’action pour plus d’informations.

Source : PACBI




Il est temps d’exiger des comptes à la Fédération Israélienne de Football

La FIFA et Puma
doivent couper tout lien avec la Fédération Israélienne de
Football, en raison de sa complicité dans les crimes israéliens
contre les Palestinienˑneˑs.

Il y a dix ans, j’étais
un joueur de football professionnel et membre de l’Équipe
nationale palestinienne de football au sommet de ma carrière. Mais
le 22 juillet 2009, des soldats israéliens m’ont
arrêté
pendant que je traversais le point de passage de Gaza
vers la Cisjordanie pour y disputer un match. Israël ne m’a pas
seulement volé ma carrière et ma passion, mais aussi ma liberté.

Les autorités
israéliennes m’ont accusé d’être un « terroriste », une
accusation qui est restée totalement infondée et non prouvée
jusqu’au jour de ma libération,
trois ans plus tard. Durant la dernière phase de mon emprisonnement
injustifié, j’ai passé trois mois en grève
de la faim
.

Tout au long de cette
rude épreuve, j’ai reçu de nombreux messages de soutien de la part
d’athlètes du monde entier qui ont réclamé ma libération
immédiate. Lorsque vous êtes privé de vos droits, illégalement
emprisonné et interdit de voir votre famille et vos amis, la
solidarité internationale comme celle que j’ai reçue lors de cette
période sombre est extrêmement importante. Mais le besoin de
solidarité envers les footballeurs palestiniens et le peuple
palestinien dans son ensemble n’a pas pris fin à ma sortie de
cette prison israélienne. En fait, cette solidarité est plus que
jamais nécessaire à l’heure actuelle.

Je n’étais pas le
premier et ne serai ni le dernier joueur palestinien de football à
subir la répression israélienne. Il y a un peu plus d’un an, le 30
mars 2018, la carrière du jeune et prometteur footballeur
palestinien, Muhammad Khalil Obeid, a été détruite en un éclair,
lorsque les snipers israéliens l’ont blessé par balle dans
les deux genoux
alors qu’il manifestait pacifiquement lors de la
Grande
Marche du Retour
. Et en janvier dernier, des joueurs de football
palestiniens ont été blessés lorsque les forces israéliennes ont
tiré des grenades lacrymogènes
dans le stade dans lequel ils
évoluaient – pour absolument aucune raison.

Lorsque vous vivez sous
occupation militaire, le régime oppressif infecte tous les aspects
de votre vie – du sport à l’éducation, de votre culture à votre
foyer. Les interminables restrictions à la liberté de circulation,
à l’accès aux ressources et aux libertés civiles fondamentales
font de la pratique du sport un combat permanent pour les
Palestinienˑneˑs – ces violations des droits sont totalement
incompatibles avec le principe du sport accessible à tous.

Aujourd’hui, nous
célébrons la Journée internationale du sport au service du
développement et de la paix, déclarée par l’ONU. C’est une
excellente occasion de réfléchir à la façon dont le sport peut
être utilisé comme vecteur de changement positif dans le monde qui
nous entoure et à la manière dont Israël, au lieu de le faire, se
sert du sport pour perpétuer ses crimes contre le peuple
palestinien.

La Fédération
Israélienne de Football regroupe des clubs de football basés dans
des colonies
israéliennes illégales
, qui s’entraînent et disputent des
matches sur des terres palestiniennes volées. Les colonies
israéliennes sont des saisies illégales de terres qui font partie
intégrante de l’infrastructure d’occupation israélienne, qui
poussent les familles autochtones palestiniennes hors de leurs
terres, volent les Palestinienˑneˑs de leurs ressources naturelles
et les privent de leur liberté de circulation. Les colonies
israéliennes dans les territoires palestiniens occupés sont
considérées comme des crimes de guerre au regard du droit
international.

En ce sens, la Fédération
israélienne de football enfreint clairement les règles de la FIFA
qui interdisent à une association membre d’organiser des
compétitions sur le territoire d’une autre sans autorisation. Un
rapport détaillé
de Human Rights Watch note qu’en autorisant la
Fédération israélienne de football à tenir des matches sur des
terres palestiniennes volées, la FIFA rend possible les activités
commerciales qui soutiennent les colonies de peuplement illégales
plus largement, et ce faisant, viole ses propres engagements en
matière de droits humains.

Ces dernières années
ont vu de plus en plus d’appels pressant la FIFA à prendre des
mesures et à suspendre l’adhésion de la Fédération israélienne
de football jusqu’à ce qu’Israël se conforme au droit
international, mais cette demande a constamment été ignorée.

Dans le même temps, la
Fédération israélienne de football a refusé de prendre des
mesures pour mettre fin à sa complicité de crimes de guerre, bien
qu’elle ait été condamnée à plusieurs reprises par des
conseillers
de l’ONU
, des
dizaines d’élus
, des
personnalités publiques
ainsi que des
groupes de la société civile et de défense des droits humains
.
Il est donc impératif que tous les individus et que toutes les
organisations, qui croient en la liberté, à la justice et à
l’égalité, tiennent la Fédération israélienne de football pour
responsable de ses actes et refusent de travailler avec ses
représentantˑeˑs. tant qu’elle n’aura pas mis fin à sa complicité
de crimes contre le peuple palestinien.

En particulier, le
sponsor principal de la Fédération israélienne de football, le
fabricant de vêtements de sport allemand Puma, doit agir.
L’été dernier, Adidas a annoncé qu’il mettait
fin à son sponsoring
de la Fédération israélienne de
football, suite à une campagne soutenue menée par des militantˑeˑs
et des athlètes du monde entier. Plus
de 200 clubs sportifs palestiniens
ont déjà appelé Puma à
cesser son soutien à l’occupation militaire israélienne en mettant
fin à son contrat de sponsoring avec la Fédération israélienne de
football et nous devons continuer à faire pression sur la société
allemande jusqu’à ce qu’elle décide de respecter pleinement son
engagement pris
en faveur des droits humains.

En
tant que témoin direct de l’impact dévastateur du régime israélien
sur l’accès au sport, j’exhorte toutes les organisations qui
travaillent avec Puma à demander la fin de son sponsoring de la
Fédération israélienne de football et, s’il n’y a pas de
réponse, à cesser tout partenariat avec cet équipementier jusqu’à
ce qu’il le fasse. J’exhorte également toutˑeˑs ceuxˑelles qui
croient en la liberté, à la justice et à l’égalité pour toutˑeˑs
à rejoindre la campagne internationale grandissante visant à amener
Puma à se tenir du bon côté de l’histoire en mettant fin à sa
complicité dans les violations des droits humains perpétrées
contre les Palestinienˑneˑs

Bien qu’Israël m’ait
volé ma carrière et ma liberté, ils ne me priveront pas, pas plus
qu’à tout autre Palestinien, de notre détermination à obtenir
les droits et les libertés qui nous sont dûs.

Mahmoud
Sarsak

Mahmoud Sarsak est un footballeur palestinien qui a joué pour la
sélection nationale palestinienne.

Source : Al
Jazeera English




Plus de 200 clubs sportifs palestiniens demandent instamment à Puma de cesser son parrainage des équipes israéliennes dans les colonies illégales

20 septembre 2018 –

par Palestinian Athletic Clubs

Des clubs de football et associations sportives palestiniens demandent instamment à Puma de cesser son parrainage de la Fédération d’Israël de football car celle-ci inclut les équipes basées dans les colonies de peuplement israéliennes, colonies illégales sur une terre palestinienne volée.

À Bjørn Gulden, directeur général de Puma

Copie conforme aux membres du Conseil d’administration et de surveillance : Michael Lämmermann, Lars Sørensen, Jean-François Palus, Jean-Marc Duplaix, Béatrice Lazat, Thore Ohlsson, Bernd Illig and Martin Köppel

Le 10 septembre 2018

Nous vous écrivons pour exhorter Puma à mettre fin à son parrainage de la Fédération d’Israël de football (IFA) en raison de sa profonde complicité dans les violations du droit international et des droits de l’homme des Palestiniens par Israël.

L’IFA parraine des matchs de football dans les colonies israéliennes, illégales, en Cisjordanie, comme l’ont révélé Human Rights Watch et bien d’autres organisations de défense des droits de l’homme. Ils sont six clubs de football à être situés dans des colonies israéliennes, sur une terre volée aux Palestiniens et sur laquelle les Palestiniens eux-mêmes ne sont pas autorisés à pénétrer.

Les colonies de peuplement d’Israël contribuent à de graves violations des droits de l’homme et sont une cause directe des restrictions à la liberté de mouvement des Palestiniens, à l’accès à leurs ressources naturelles et à leur capacité de construire des maisons et de traiter des affaires.

L’implication de l’IFA dans les colonies d’Israël illégales a été condamnée par, entre autres, Wilfried Lemke, conseiller spécial des Nations-Unies pour le sport au service du développement et de la paix, des dizaines de membres du Parlement européen, d’organisations de la société civile et de défense des droits de l’homme, et des personnalités du monde de l’art et de la culture. Malgré ces appels venant du monde entier, l’IFA a décidé de faire passer la politique avant le sport et a refusé de mettre fin à sa complicité.

En tant que principal sponsor de l’IFA, Puma prête son nom à la couverture et au blanchiment des violations des droits de l’homme commises par Israël, et notamment contre les footballeurs palestiniens. Les joueurs palestiniens sont constamment attaqués, emprisonnés et tués. Ils se voient refuser toute liberté de mouvement pour participer à leurs propres matchs. Des stades palestiniens ont été bombardés et détruits. Israël empêche même les Palestiniens d’importer des équipements et d’aménager des installations pour le football.

Le parrainage de l’IFA par Puma légitime et apporte une couverture internationale aux colonies de peuplement illégales d’Israël. La Résolution 2334 du Conseil de sécurité des Nations-Unies (2016) dénonce ces colonies de peuplement israéliennes en tant que « violations flagrantes » du droit international. Le Haut-Commissariat des Nations-Unies aux droits de l’homme (HCDH) constitue actuellement une base de données sur les entreprises qui traitent des affaires dans ou avec les colonies de peuplement illégales israéliennes, une mesure pratique pour faire rendre des comptes à ces entreprises complices. Avec son parrainage de l’IFA, Puma serait inclus dans cette liste sur la base des critères de sélection. En outre, votre parrainage de l’IFA, entité qui opère dans ces colonies, en rend Puma complice et peut l’exposer à des campagnes de boycott par les consommateurs dans le monde arabe et dans le monde entier.

Selon votre Code d’éthique, Puma s’engage en faveur des « droits de l’homme et entend agir comme une entreprise socialement responsable » partout où elle opère.

Nous vous demandons instamment de vous conformer à votre propre Code d’éthique en retirant votre soutien à la Fédération d’Israël de football jusqu’à ce qu’elle mette fin à son implication dans les graves violations du droit international et des droits de l’homme contre les Palestiniens.

Ont signé :

Al-Jalama Youth Club

  1. Bruqeen Sport Club
  2. Al-Sila Al-Haretheya Sport Club
  3. Askar Youth center
  4. Al-Arqa Youth Sport Club
  5. Deir -Istiya Sport Club
  6. Al-Teba Sport Club
  7. Til sport club
  8. Arraba sport club
  9. Yasoof Sport Club
  10. Ta’ank sport club
  11. Al- Tadhamon Sport Club
  12. Burqeen sport club
  13. Kifl Hares Sport Club
  14. Jaba’ Sport club
  15. Bazarya sport club
  16. Jalboun sport club
  17. Masha Sport Club
  18. Marj Bin Amer Sport Club
  19. Duma Sport Club
  20. Rumana Sport Club
  21. Ebal Sport Club
  22. Zaboba Sport Club
  23. Asira ash-Shamaliya Club for Women
  24. Silat Ad-Dahr Sport Club
  25. Balata Youth  Center
  26. Tura Al-Gharbiya Sport Club
  27. Employees Club- Nablus
  28. Anin sport club
  29. Ahli-Balata Sport Club
  30. Al-Yamoun Youth Sport Club
  31. Oref Sport Club
  32. Anza Sport Club
  33. Asira ash-Shamaliya Sport Club
  34. Yabad Youth Club
  35. Aqraba Sport Club
  36. Faquoaa Sport Club
  37. Asira Al-Qibliya Sport Club
  38. Al-Jadida Sport Club
  39. Qusen Sport Club
  40. Qabatya Sport Club
  41. Sarra Youth Club
  42. Hilal Arana Sport Club
  43. Palestinian Woman Club
  44. Kufr-Than Sport Club
  45. Beit Furik Sport Club
  46. Fahma Sport Club
  47. Burqa Sport Club
  48. Kufr- Ra’i Sport Club
  49. Qusra Club Association
  50. Al-Fondoqawmiya Sport Club
  51. Burin Sport Club
  52. Maithalon Sport Club
  53. Beita Sport Club
  54. Barta’a Sport Club
  55. Jabal Al-Nar Sport Club
  56. Jenin-Camp Youth Center
  57. Al Madina Club-  Nablus
  58. Ajja Sport Club
  59. Central Valley Sport Club
  60. Brothers Sport Club
  61. Nablus Youth Club
  62. Palestinian Young Women Club
  63. Al-Qustol Youth Club
  64. Tayasir Sport Club
  65. Qaryout Club
  66. Deir Abu Da’if Sport Club
  67. Beit Dajan Sport Club
  68. Al-Ahli Qalqilya Club
  69. Al-Sawya Club
  70. Jenin Sport Club
  71. Al-Lubban ash-Sharqiya Club
  72. Islami Qalqilya Club
  73. Youth center No.1
  74. Tubas Club
  75. Yasid Sport Club
  76. Azzun Sport Club
  77. Deir-Sharaf Sport Club
  78. ‘Aqqaba Sport Club
  79. Osarin Sport Club
  80. Jayyous Sport Club
  81. Hittin Sport Club
  82. Tammun Sport  Club
  83. We are All Palestine Youth  Club
  84. Jeinsafout Youth Club
  85. Sport Association Club
  86. Al-Fara’a Youth Center
  87. Sur Baher Jerusalemite Club
  88. Kufr-Thilth Sport Club
  89. Jurish Sport Club
  90. Al-Raja’ for Development and Sport Association
  91. Beit Surik Sport  Club
  92. Kufr Zibad Association Club
  93. Samaritan Community Club
  94. Deir Jarir Sport Club
  95. Silwan Sport Club
  96. Immatain Youth Sport Club
  97. Madama Sport Club
  98. Ahli- Al RAM Club
  99. Kufr-Aqab Sport Club
  100. Habla Sport Club
  101. Umm Tuba Sport Club
  102. Kharbatha Bani Hareth Club
  103. Zeita Sport Club
  104. Kufr-Jammal Sport Club
  105. Jamma’in Sport Club
  106. Qalandya Camp Youth Center
  107. Kufr Al-Labad Club
  108. Nabi Ilyas Youth Club
  109. Beit Iba Youth Sport Club
  110. Al-‘Oja  Youth Club
  111. Anata Youth club
  112. Kufr-Qaddum Sport Club
  113. Talfit Sport Club
  114. Beit Sira Sport Club
  115. Al-Ram Youth Club
  116. Hija Sport Club
  117. Al-Ta’awon Club for Persons with Disabilities
  118. Kharbatha Al-Misbah Club
  119. Islami Ramallah Club
  120. Qarawat Bani Hassan Club
  121. Biddu Sport Club
  122. Sama Sport Club
  123. Beit Almaqdes association for Arab Horses
  124. Biddya Sport Club
  125. Huwara Sport Club
  126. Sharafat Sport Club
  127. Arab Club -Beit safafa
  128. Al-Zawya Sport Club
  129. Majdal Bani Fadil Club
  130. Al-Eizariya Youth Club
  131. Shu’fat Sport Club
  132. Deir-Ballut Club
  133. Al-Musatqbal Club for People with Physical Disabilities
  134. Aboud Sport Club
  135. Alansar Jerusalemite Club
  136. Sarta Sport Club
  137. Salim Sport Club
  138. Jericho youth Club
  139. Islamic Youth  Association Club-Al-Ram
  140. Salfit Sport Club
  141. Al-Awda Club for Persons with Disabilities
  142. Zbedat Sport Club
  143. Bethlahem Orthodox Club
  144. Kufr Ad-Dik Club
  145. Tulkarm Youth Center
  146. Kufr –Ein Sport Club
  147. Irtah Youth Sport Club
  148. Hebron Youth Club
  149. Alar Culture and Sport Club
  150. Al-Ersal Sport Club
  151. Al-Ramadin Youth
  152. As- samu Youth Club
  153. Deir Al- Ghusun Club
  154. Arab Orthodox Cultural Club- Beit Sahour
  155. Al -Fawar Youth Center
  156. Bani Na’im Youth Club
  157. Anabta Sport Club
  158. Al- Sawahra Sport Club
  159. Dura Youth Club
  160. Al Shuyukh Youth Club
  161. Tulkarm Cultural Sport Club
  162. Ein Al Sultan Youth Center
  163. Islami Bethlehem Club
  164. Yatta Youth Sport Club
  165. Qaffin Sport Club
  166. Jaba’ Youth Sport Club
  167. Nazlat ‘Isa Social Cultural Sport Club
  168. Beit Awwa Youth Club
  169. An- Nazla Ash- Sharqiya Club
  170. An- Nuway’imah Sport Club
  171. Susya  Sport Club
  172. Al-Arroub Youth Center
  173. Thinnaba Sport Club
  174. Bil’in Sport Club
  175. The Capital of Birth Sport Club
  176. Taffouh Sport Club
  177. Shwayka Club
  178. Bir Nabala Sport Club
  179. Al-Siryani Club
  180. Beit Kahil Sport Club
  181. Nur Shams Center
  182. Al-Quds Sport Club
  183. De La Salle Sport Club
  184. Al-Karmel Yatta
  185. Ramin Sport Club
  186. Dura Al-Qari’ Sport Club
  187. Bethlehem Sports Club for the Disabled
  188. Surif Youth Club
  189. Far’un Sport Club
  190. Islami Sur Baher Club
  191. Salah Al-Din Sport Club
  192. Halhul Sport Club
  193. Bal’a Sport Club
  194. Fasayil Youth Club
  195. Al-Burj Youth Club
  196. Sa’ir Youth Club
  197. Beit Lid Sport Club
  198. Social Youth Center – Shuafat Camp
  199. Tarqumiyah Youth Club
  200. Beit Ummar Youth Sport Club
  201. An-Nazla al-Gharbiya Club
  202. Shuqba Sport Club
  203. Husan Sport Club
  204. Rabud Sport Club
  205. Attil Sport Club
  206. Ni’lin Sport Club
  207. The Palestinian Academy for Sport Talent
  208. Wadi al-Nis Sport Club
  209. Seda Youth Sport Club
  210. Old City Youth Association
  211. Baqa ash-Sharqiyya Club
  212. Al-khader Sport Club
  213. Iktaba Sport Club
  214. Saffa Sport Club
Source: BDS Movement
Traduction : JPP pour BDS France



La FIFA persiste à ignorer la violence très réelle d’Israël

24 août 2018 / Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI)
L’organisme qui dirige le football à l’échelle mondiale ignore les attaques israéliennes sur les athlètes palestiniens, tandis qu’il sanctionne le Président de l’Association Palestinienne de Football.
La FIFA ignore les attaques israéliennes sur les athlètes palestiniens, tandis qu’elle sanctionne le Président de l’Association Palestinienne de Football.
Stéphanie Adam de la Campagne Palestinienne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël a fait le commentaire suivant :
La FIFA montre une fois de plus  son vrai visage d’organisation corrompue et complice, qui trahit son soi-disant engagement envers les droits humains.
Après avoir fait changer les règles du jeu pendant des années, en octobre 2017 le Conseil de la FIFA a adopté, à sa réunion de Kolkata en Inde, une position permettant à des clubs de football de colonies israéliennes illégales d’être toujours les bienvenus  dans l’organisation mondiale de football, en déclarant qu’elle « s’abstiendrait de toute sanction ou d’autres mesures ».
Depuis des décennies, la FIFA ignore les attaques israéliennes violentes contre des athlètes et des installations sportives palestiniens ainsi que son racisme anti arabe et son islamophobie dominants. La FIFA est donc complice du blanchiment des graves violations par Israël des droits humains des Palestiniens.
L’équipe nationale d’Argentine a mis fin à son partenariat amical avec Israël plus tôt dans l’année, en réalisant à quel point un tel match laverait par le sport l’apartheid et l’occupation militaire d’Israël et nuirait à la lutte palestinienne non-violente  pour la liberté, la justice et l’égalité. De même, de nombreux artistes, dont Lorde et Shakira ont annulé des concerts à Tel Aviv.
Tout comme dans la lutte contre l’apartheid d’Afrique du Sud, le mouvement mondial BDS pour les droits des Palestiniens continuera à isoler le régime israélien d’oppression jusqu’à ce que les droits des Palestiniens soient respectés. Et tout comme en Afrique du Sud, l’apartheid israélien sera vaincu.
Le contexte :
·      Le professeur Adreas Zimmermann, juriste et expert de l’ONU, de l’Université  de Postdam a fait une déclaration intitulée : « Le statut juridique des clubs de football israélien situés dans le territoire palestinien occupé et les conséquences qui en découlent pour la FIFA », où il conclut  que « les clubs des colonies qui jouent dans le territoire palestinien occupé sans l’autorisation de l’APF violent l’article 72, §2 des statuts de la FIFA » et que « la tolérance de la FIFA vis-à-vis des clubs des colonies est une reconnaissance implicite et de ce fait viole l’obligation de la FIFA au respect du droit des Palestiniens à l’autodétermination selon l’article 3 des statuts de la FIFA ».
·      Le 4 mai 2017, une lettre de 174 clubs de football et d’associations sportives palestiniens a exhorté la FIFA à suspendre immédiatement l’appartenance à la fédération de l’association israélienne de football pour avoir intégré sept équipes de football basées dans des colonies israéliennes illégales.
·      Le 19 avril 2017, plus de cent associations sportives, de syndicats, d’organisations de défense des droits humains et de groupes religieux  représentant des millions de gens de 28 pays du monde entier, se sont joints à des champions de football, des chercheurs, des réalisateurs de cinéma, du personnel politique et des représentants de gouvernements pour en appeler aux membres du Conseil de la FIFA afin qu’ils insistent pour que la ligue nationale de football d’Israël révoque sept clubs basés dans des colonies israéliennes illégales dans les territoires palestiniens occupés ou qu’elle soit confrontée à une suspension de la FIFA.
·      Au cours des quelques derniers mois, le conseiller spécial de l’ONU sur le sport pour le développement et pour la paix, à côté de 66 membres du Parlement Européen, 30 membres du Parlement Suisse, plus de 40 membres du Parlement Danois, 38 membres de la Chambre Britannique des Communes, ainsi que Human Rights Watch ont tous exhorté la FIFA à résoudre le problème des clubs des colonies.
·      En octobre 2016, le conseiller spécial de l’ONU sur le sport pour le développement et pour la paix, Wilfried Lemke a écrit à la FIFA, faisant pression pour une résolution sur la question des clubs des colonies, « conformément aux résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et aux statuts de la FIFA, dans un délai raisonnable ».
La Campagne Palestinienne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël (PACBI) a été lancée en 2004 pour contribuer à la lutte pour la liberté, la justice et l’égalité pour les Palestiniens. PACBI défend le boycott des institutions académiques et culturelles d’Israël, étant donné leur complicité profonde et persistante avec le déni par Israël des droits des Palestiniens tel que prévu dans la loi.
Traduction SF pour BDS France



La justice marque un but. Adidas ne sponsorise plus la Fédération Israélienne de Football

31 juillet 2018
/ De Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel (PACBI) / Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël

Suite à une campagne mondiale, Adidas ne sponsorise plus les équipes de football dans les colonies illégales israéliennes. Les Palestiniens appellent le nouveau sponsor Puma à cesser d’être complice avec les violations du droit international d’Israël.

La Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël salue la décision d’Adidas de ne plus sponsoriser la Fédération d’Israël de football (IFA).

En mars dernier, plus de 130 clubs palestiniens de football ont appelé le fabricant allemand d’articles de sport à arrêter de sponsoriser l’IFA à cause de sa complicité dans l’oppression des Palestiniens. L’IFA comprend six équipes israéliennes de football basées dans des colonies illégales israéliennes – colonies qui volent aux Palestiniens leur terre et leurs ressources. La colonisation israélienne est considérée comme un crime de guerre en droit international.

Une campagne mondiale très animée a suivi, avec des défenseurs des droits de l’homme du monde entier appelant Adidas à arrêter de sponsoriser les matches se jouant sur des terres palestiniennes volées. En juin, une pétition internationale qui avait récolté plus de 16 000 signatures a été transmise au siège satellite d’Adidas à Amsterdam.

Dans une réponse aux clubs palestiniens, Adidas a déclaré avoir soulevé la question des équipes des colonies israéliennes auprès de la FIFA. Adidas, l’un des principaux partenaires de la FIFA, a indiqué la nécessité pour l’organisation mondiale du football de « prendre une décision sur la question des équipes des colonies israéliennes, en accord avec le droit international et sa politique de défense des droits de l’homme ».
Des organisations internationales de premier plan telles que Human Rights Watch, ainsi que des experts des Nations Unies et 175 législateurs, ont pressé la FIFA de résoudre la question des clubs des colonies israéliennes.

Ce n’est pas la première fois qu’Adidas arrête de sponsoriser des entités israéliennes complices. À la suite de manifestations importantes, d’appels au boycott et de condamnations gouvernementales, Adidas avait arrêté de sponsoriser ce qui s’appelle le « Marathon de Jérusalem », dont l’itinéraire inclut des colonies israéliennes illégales et passe par le territoire palestinien occupé de Jérusalem-Est.

L’image d’Israël est devenue de plus en plus négative après les massacres généralisés de Palestiniens de Gaza qui manifestaient pacifiquement pour obtenir les droits que leur a reconnus l’ONU. Israël a tué près de 150 Palestiniens, dont des journalistes, du personnel médical et plus de 20 enfants, depuis la fin mars.
Parmi les plus de dix mille Palestiniens blessés par la politique de « tirer pour tuer ou handicaper », il y a plus de 50 athlètes dont la vie a été définitivement changée par des infirmités et la carrière sportive brisée.

Avertissement à Puma

Une autre compagnie d’articles de sports allemande, Puma, a remplacé Adidas et signé un contrat de sponsoring de l’IFA de quatre ans.

En sponsorisant l’IFA, Puma associe sa marque internationale à la politique israélienne d’expansion de ses colonies, politique qui chasse les Palestiniens d’origine dans un nettoyage ethnique progressif, par la saisie illégale de leurs terres et la démolition de leurs maisons. L’iconique félin vend par le biais du sport l’occupation militaire israélienne et les violations des droits des Palestiniens.

Le Code éthique de Puma affirme que la compagnie est engagée en faveur des droits de l’homme et porte « grandement attention aux préoccupations exprimées par les institutions internationales, les organisations non-gouvernementales (ONG) et les représentants de la société civile ».

En tant que signataire du Pacte mondial des Nations Unies, Puma a aussi l’obligation de s’assurer qu’il ne se rend pas « complice de violations de droits de l’homme ».

Le consensus international est clair. Les colonies israéliennes sont illégales. Puma s’expose à des campagnes mondiales de boycott de la part de consommateurs engagés qui défendent les droits de l’homme.
Nous appelons Puma à arrêter de sponsoriser la Fédération d’Israël de football (IFA) aussi longtemps qu’elle participera aux graves violations du droit international par Israël et à l’oppression des Palestiniens.
Le félin devrait sauter pour défendre les droits des Palestiniens.

https://bdsmovement.net/news/team-justice-scores-adidas-no-longer-sponsoring-israel-football-association

Traduction Mireille Vaucoret pour BDS France




Les Palestiniens exhortent l’Association irlandaise de football à annuler le match « amical » avec l’Israël de l’apartheid

Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël/Irlande(PACBI) – 27 juillet 2018

Organiser un match amical avec Israël, c’est envoyer le message que briser les rêves des footballeurs palestiniens n’est pas important. Les Palestiniens exhortent l’Association irlandaise de football à prendre position en faveur de la justice et à annuler son match amical avec Israël.

La Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël appelle l’Association irlandaise de football à annuler son match « amical » entre l’Irlande du Nord et Israël, prévu le 11 septembre 2018.

Israël utilise les événements sportifs internationaux pour soutenir son image défaillante alors qu’il se trouve de plus en plus isolé en raison de son mépris flagrant des droits des Palestiniens.

Le 30 mars 2018, les tireurs d’élite israéliens ont tiré sur le footballeur Muhammad Khalil Obeit, le blessant dans les deux genoux. Lui et des dizaines de milliers de Palestiniens à Gaza manifestaient pacifiquement contre le déni d’Israël de leur droit, consacré par les Nations-Unies, au retour dans leurs foyers, et contre son siège de plus en plus dur contre Gaza. Ce siège à lui seul empêche les athlètes palestiniens de recevoir les soins indispensables pour leurs blessures avec, comme conséquences, des amputations et des handicaps à vie.

En 100 jours, Israël a tué plus de 130 manifestants palestiniens à Gaza, et en a blessé plus de 14 000, beaucoup étant maintenant handicapés à vie. Gaza a une équipe de football, nouvelle formée, composée uniquement de joueurs amputés. Près de 90 % de ses joueurs ont perdu au moins un membre à cause des violentes attaques militaires d’Israël sur la population civile.

La Fédération israélienne de football comprend six équipes qui sont basées dans des colonies de peuplement illégales et qui privent les Palestiniens de leurs ressources et poussent les familles palestiniennes hors de leurs terres. Israël démolit les maisons et des communautés entières palestiniennes pour faire la place à ces colonies racialement exclusives sur des terres volées.

Les familles palestiniennes sont séparées de leurs terres et les unes des autres par le mur d’apartheid d’Israël. Des check-points militaires et les refus de permis pour voyager empêchent les Palestiniens de voyager librement vers, depuis et à l’intérieur de notre pays d’origine, et notamment les athlètes de se déplacer pour les matchs de championnat.

Des soldats israéliens enlèvent des enfants palestiniens, en pleine nuit, lors de raids terrifiants. Israël retient en détention actuellement près de 300 enfants palestiniens dans des prisons où la torture a été amplement documentée.

Et ce n’est là qu’un petit échantillon d’une oppression violente de 70 années contre les Palestiniens. C’est cela qu’Israël espère tenir à l’écart.

Organiser un match amical avec Israël, c’est envoyer le message que le massacre aveugle des Palestiniens par Israël est acceptable ; que briser systématiquement les rêves de jeunes footballeurs palestiniens qui promettent n’est pas important. Pire même, cela donne à Israël le feu vert pour poursuivre ses crimes, en toute impunité.

La société civile palestinienne a appelé à ne pas faire comme si de rien n’était avec Israël, aussi longtemps qu’il dénie les droits de l’homme des Palestiniens. L’Association irlandaise de football a le pouvoir d’annuler ce match amical, contrairement aux matchs officiels sous l’égide de la FIFA, et de se placer du bon côté de l’histoire.

Le mois dernier, l’équipe nationale d’Argentine a annulé le match amical avec Israël. L’attaquant Gonzalo Higuain, « El Pipita », a dit que « la meilleure chose à faire, c’était ne pas aller en Israël ». Plus de la moitié d’une délégation de joueurs de la NFL (Ligue nationale de football américain) s’est retirée d’un voyage parrainé par le gouvernement israélien en 2017.

Les boycotts sportifs ont joué un rôle important dans la remise en cause de l’apartheid sud-africain. Un nombre croissant de personnalités sportives reconnaissent aujourd’hui qu’Israël utilise les compétitions d’athlétisme pour laver, par le sport, ses attaques contre les Palestiniens, et elles refusent d’y prendre part.

Nous exhortons l’Association irlandaise de football à prendre position en faveur de la justice et à annuler son match amical avec Israël.

Il n’y a rien d’amical dans l’oppression par Israël des Palestiniens. Jusqu’à ce que les Palestiniens puissent vivre dans la liberté, la justice et l’égalité, il n’y a pas de place pour les « matchs amicaux » avec l’apartheid israélien.

 

Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël.

https://bdsmovement.net/nothing-friendly

Traduction : JPP pour BDS FRANCE