à Lyon devant le siège du district de la FIFA : votez le CARTON ROUGE aux colonies israéliennes!

Action BDS aujourd’hui à Lyon devant le siège du district de la FIFA : votez le CARTON ROUGE aux colonies israéliennes!

Ce mardi 9 mai, dans le cadre d’une mobilisation internationale appellée par le BNC et le PACBI, nous avons été au siège du district du Rhône de la FFF (Fédération Française de Football) pour demander à la FFF de voter POUR l’exclusion des clubs des colonies israéliennes au prochain congrès de la FIFA qui doit se tenir le 10/11 mai prochain.

Nous avons remis une lettre au district du Rhône pour transmission à la direction de la FIFA.

Voici une photo de quelques villes dans le cadre de cette action internationale :



Plus de 170 clubs sportifs de la Cisjordanie occupée demandent à la FIFA de suspendre l’adhésion d’Israël

Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI)
4 mai 2017, Ramallah, Cisjordanie occupée
Dans une lettre publiée aujourd’hui, plus de 170 clubs de football et associations sportives palestiniens demandent instamment à la FIFA de suspendre immédiatement l’adhésion de l’Association israélienne de Football (IFA) en raison de son inclusion de sept clubs de football basés dans les colonies illégales.
La lettre intervient quelques jours avant le Congrès annuel de la FIFA où celle-ci prévoit de prendre une décision concernant les clubs d’Israël basés dans les colonies, qui contreviennent au droit international et aux propres statuts de la FIFA.
Les clubs sportifs demandent à la FIFA de « respecter les droits de l’homme et de se conformer aux statuts de la FIFA sans aucune discrimination lors de son prochain Congrès, le 11 mai » en suspendant immédiatement l’adhésion de l’IFA pour son inclusion de clubs sportifs basés dans les colonies illégales du Territoire palestinien occupé. La lettre avertit que « les droits du football palestinien, la réputation de la FIFA en tant que champion des droits de l’homme » dépendent de la décision de la FIFA à cet égard.
Des clubs sportifs de l’ensemble de la Cisjordanie occupée ont ajouté leur nom à la lettre, notamment le Hilal Al Quds Club, le Beit Sahour Women’s Club, l’Hebron Youth Club, l’Orthodox Club à Bethléhem, le Bi’lin Club et le Dheishéh Youth Athletic Club.
Les clubs palestiniens rappellent le « rôle historique qui fut celui de la FIFA dans la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud quand elle a expulsé l’Association sud-africaine de football lors de son Congrès de 1976 ». Ils demandent instamment à la FIFA de se saisir à nouveau de cette « occasion historique » pour montrer un engagement sérieux en faveur des droits des êtres humains.
La lettre exprime des inquiétudes après des articles selon lesquels la FIFA donnerait six mois à l’IFA pour exclure ses équipes basées dans les colonies, voyant en cela une poursuite de l’atermoiement de la FIFA. « Deux années de tentatives par le Comité de suivi Israël-Palestine de la FIFA pour remédier à ce problème devraient suffire pour prouver que le statu quo ne peut se prolonger » affirme la lettre.
 La lettre fait suite à un appel international de plus de 120 organisations de la société civile représentant des millions de personnes de partout dans le monde, demandant à la FIFA de prendre la décision d’exclure les équipes d’Israël basées dans les colonies illégales à son Congrès.
La Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI) a été créée en 2004 pour contribuer au combat pour la liberté, la justice et l’égalité pour les Palestiniens. PACBI plaide pour le boycott des institutions académiques et culturelles israéliennes en raison de leur engagement et de leur complicité persistante dans le déni par Israël des droits des Palestiniens tels que définis par la législation internationale. Venez sur notre site : https://bdsmovement.net/pacbi et suivez-nous sur Twitter @PACBI
Traduction : JPP pour BDS France



Action BDS aujourd’hui à Paris devant le siège de la FFF: FIFA, votez le CARTON ROUGE aux colonies israéliennes!

Vendredi 5 mai, dans le cadre d’une mobilisation internationale appelée par le BNC (Comité National Palestinien) et le PACBI (Campagne Palestinienne pour le Boycott académique et culturel d’Israël), nous avons été au siège de la FFF (Fédération Française de Football) pour leur demander  de voter POUR l’exclusion des clubs des colonies israéliennes au prochain congrès de la FIFA qui doit se tenir les 10 et 11 mai prochain.

Quelques PHOTOS ici

Nous avons remis la lettre de plusieurs organisations, dont BDS France au responsable du service général de la FFF qui s’est engagé auprès de nous à la transmettre à la direction de la FIFA, et nous avons aussi officiellement demandé un autre rendez vous avec la direction de la FIFA.

La même mobilisation que la nôtre a eu lieu à Rome hier organisée par BDS Italia:

https://twitter.com/bdsitalia/status/860165708654796800

FFF, votez le CARTON ROUGE aux colonies israéliennes!

FIFA, soyez fair-play, EXCLUEZ les équipes au services des colonies israéliennes!

 FIFA, les équipes israéliennes des colonies sont HORS JEU !

 




Lettre de plusieurs organisations à la FIFA

Chers membres du Conseil de la FIFA

 Mettez les droits humains avant la politique

 

Nous vous adressons ce courrier concernant les sept clubs (*) qui participent à la Ligue officielle de football israélienne et qui se trouvent dans des colonies illégales en Territoire palestinien occupé (TPO). Nous sommes maintenant gravement préoccupés par les retards répétés qui ont émaillé les délibérations de la FIFA à propos de ces clubs, en dépit des conseils clairs de la part d’experts en droit de l’homme et des statuts de la FIFA elle-même. Nous vous exhortons à insister pour que l’Association israélienne de football retire immédiatement leur affiliation aux sept clubs en question, ou encore qu’elle suspende leur adhésion à la FIFA. Mettez les droits humains avant la politique.

 

En octobre dernier, le conseiller spécial des Nations-Unies pour le sport au service de la paix et du développement, Wilfried Lemke, a écrit à la FIFA pour l’exhorter à résoudre le problème de ces clubs dans les colonies « en application des Résolutions du Conseil de sécurité des Nations-Unies et des statuts de la FIFA, dans un délai raisonnable ». Nous nous félicitons de ces propos.

 

Nous désirons attirer votre attention en particulier sur la réaffirmation, dans la Résolution 2334 du Conseil de sécurité des Nations-Unies, que la création de colonies de peuplement israéliennes dans le TPO « n’a aucun fondement en droit et constitue une violation flagrante du droit international ». La FIFA elle-même a l’obligation, de par la loi, d’éviter de contribuer à de telles violations.

 

Les aménagements à la politique des droits humains, propre à la FIFA, ont constitué une part importante du programme en cours des réformes de votre organisation, et votre règlement n° 3 stipule désormais : « La FIFA s’engage à respecter tous les droits de l’homme internationalement reconnus et elle mettra tout en œuvre pour promouvoir la protection de ces droits ». Cet objectif louable sera jugé par l’étendue de sa mise en œuvre dans les contextes de la vraie vie, où de puissants acteurs de la politique cherchent fréquemment à étouffer les appels légitimes à la justice. Ce serait une tragédie pour nous tous – et un mauvais commentaire sur les progrès de la réforme à la FIFA -, si votre politique échouait au premier obstacle. Nous vous exhortons à garantir un résultat qui soit compatible avec cet engagement renouvelé.

 

Nous notons également la stipulation de longue date dans les statuts de la FIFA que « les membres et leurs clubs ne peuvent pas jouer sur le territoire d’un autre membre sans l’approbation de ce dernier », et que la FIFA a agi dans le passé pour prévenir les violations de cette règle. Nous craignons qu’une défaillance dans son application aujourd’hui, dans un contexte de violations graves des droits humains, puisse causer d’autres dommages à la réputation fragile de la FIFA. Nous vous exhortons au contraire à continuer d’appliquer cette règle avec une cohérence scrupuleuse, et nous vous rappelons les devoirs de neutralité et de non-discrimination consacrés dans le code d’éthique de la FIFA.

 

Pour toutes ces raisons, nous vous exhortons à insister pour que l’Association israélienne de football retire immédiatement leur affiliation aux sept clubs en question, ou encore qu’elle suspende leur adhésion à la FIFA. Tel est l’unique moyen d’action en concordance avec les responsabilités juridiques et éthiques qui sont celles de la FIFA.

 

Enfin, nous comprenons à la lecture de la presse que Mr Sexwale a l’intention de présenter ses recommandations sur cette question au Congrès de la FIFA le mois prochain, le 11 mai 2017. Par souci de transparence, nous vous conseillons vivement de publier son rapport intégral le plus tôt possible.

 

Nous attendons avec intérêt votre réponse dans les meilleurs délais.

Sincèrement vôtres

 

Richard Falk, Princeton University emeritus faculty member, former Special Rapporteur for Occupied Palestinian Territories, UN Human Rights Council, USA

Ken Loach, Director, UK

Paul Laverty, Director, UK

Paulo Sérgio Pinheiro, Former Brazilian Human Rights minister, Brazil,

Juan Carlos Oblitas Saba, Sports Director for the Peruvian Football Federation

Daniel Fernando Abugattás Majluf, Former President of the Congress of Peru, former Sports Director for the Peruvian Federation of Athletics, Peru

Thulas Nxesi, South African Communist Party Central Committee Member and South African Minister of Sports & Recreation (signed in personal capacity), South Africa

  • Federación de Entidades Argentino-Palestinas, Argentina
  • Australian Friends of Palestine Association, Australia
  • European Coordination of Committees and Associations for Palestine, Belgium
  • Palestina Solidariteit vzw, Belgium
  • Samidoun Palestinian Prisoner Solidarity Network, Belgium
  • Union des progressistes juifs de Belgique, Belgium
  • BDS Botswana, Botswana
  • Ciranda – Comunicação Compartilhada, Brasil
  • Comitê do Grande ABC/SP de Solidariedade ao Povo Palestino, Brasil
  • CUT-Brasil, Brasil
  • Movimento dos Trabalhadores Rurais Sem-Terra, Brasil
  • NEPI – Núcleo de Estudos de Política Internacional, Brasil
  • BDS Vancouver, Canada
  • Canada Palestine Association, Vancouver, Canada
  • Concordia Student Union, Canada
  • La Coalition BDS Québec, Canada
  • Tadamon! Montréal, Canada
  • Organización Solidaria con Palestina Pontificia Universidad Católica de Chile, Chile
  • BDS Colombia, Colombia
  • Red de Solidaridad con Palestina, Costa Rica
  • ICAHD Finland, Finland
  • Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine (AURDIP), France
  • Association France Palestine Solidarité (AFPS), France
  • BDS France campaign, France
  • BDS42, France
  • CCIPPP34 (Campagne civile pour le protection du peuple palestinien), France
  • Collectif 69 de Soutien au Peuple Palestinien, France
  • Coordination BDS à Grenoble 38 France, France
  • Plateforme des ONG françaises pour la Palestine, France
  • Union Juive Française pour la Paix (UJFP), France
  • BDS Berlin, Germany
  • BDS Hamburg, Germany
  • Kenya Palestine Solidarity Movement, Kenya
  • Engineering Professions Syndacate, Iraq
  • Iraqi social forum, Iraq
  • Sport against violence/ Iraq, Iraq
  • Gaza Action Ireland, Ireland
  • Ireland-Palestine Solidarity Campaign, Ireland
  • Boycott from Within (Israeli citizens for BDS), Israel
  • ICAHD, Israel
  • AD Sport Against Violence, Italy
  • APD Hic Sunt Leones, Italy
  • APS Libera Accademia di Roma LAR, Italy
  • ASD Atletico Brigante, Italy
  • Asd Birilli, Italy
  • Asd StellaRossa 2006, Italy
  • ASD Università Popolare dello Sport, Italy
  • Atletico San Lorenzo, Italy
  • BDS Italia, Italy
  • Cagliari Social Forum, Italy
  • Calcio Popolare Soccavo, Italy
  • Comitato BDS Campania, Italy
  • Comitato di base NoMuos/NoSigonella- Catania, Italy
  • Comitato Pistoiese per la Palestina, Italy
  • Commercio Equo e Solidale Coop. Soc. Onlus, Italy
  • Coordinamento Campagna BDS Bologna, Italy
  • Lunaria, Italy
  • Palestinian Community Rome, Italy
  • Rete di solidarietà con la Palestina di Pisa, Italy
  • Rete Radié Resch – Udine, Italy
  • Salaam Ragazzi dell’Olivo-Onlus-comitato di Milano, Italy
  • Servizio Civile Internazionale, Italy
  • U.S. Citizens Against War (Florence), Italy
  • ULAIA ArteSud onlus, Italy
  • Un ponte per…, Italy
  • Unione Italiana Sport per tutti, Italy
  • CPJPO, Luxembourg
  • Diensten en Onderzoek Centrum Palestina (docP), Netherlands
  • The Association of Norwegian NGOs for Palestine, Norway
  • Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel (PACBI), Palestine
  • Gibanje za pravice Palestincev, Slovenia
  • BDS South Africa, South Africa
  • South African Jews for a Free Palestine, South Africa
  • Spanish Network Against the Occupation of Palestine, Spain
  • Swaziland Solidarity Network, Swaziland
  • Judar för Israelisk-Palestinsk Fred (JIPF), Sweden
  • Association Swiss-Palestine, Switzerland
  • BDS Switzerland, Switzerland
  • Gerechtigkeit und Frieden in Palästina Bern, Switzerland
  • Jewish Voice for Democracy and Justice in Israel/Palestine, Switzerland
  • Clapton Ultras, UK
  • Dorset Palestinian Israeli Peace Group, UK
  • Easton Cowboys & Cowgirls, UK
  • Friends of Al Aqsa, UK
  • Friends of Sabeel, UK
  • Frome Friends of Palestine, UK
  • Jews for Boycotting Israeli Goods, UK
  • Jews for Justice for Palestinians, UK
  • Palestine Solidarity Campaign, UK
  • Palestinian Forum in Britain (PFB), UK
  • Pax Christi British Section, UK
  • Red Card Israeli Racism, UK
  • Republica Internationale, UK
  • Scottish Palestine Solidarity Campaign, UK
  • Stop the War, UK
  • War on Want, UK
  • Adalah-NY: The New York Campaign for the Boycott of Israel, USA
  • American Friends Service Committee, USA
  • Americans United for Palestinian Human Rights, USA
  • Bay Area Women in Black, USA
  • Chico Palestine Action Group, USA
  • Citizens for Justice in the Middle East, USA
  • CODEPINK Women for Peace, USA
  • Committee for Palestinian Rights (Maryland), USA
  • Corvallis Palestine Solidarity, USA
  • Delaware Neighbors Against The Occupation, USA
  • Episcopal Peace Fellowship Palestine Israel Network, USA
  • Friends of Sabeel – North America, USA
  • Green Mountain Solidarity with Palestine, USA
  • Jewish Voice for Peace, USA
  • Jewish Voice for Peace – Bay Area, USA
  • Jewish Voice for Peace, Los Angeles, USA
  • Jews for Palestinian Right of Return, USA
  • Lutherans for Justice in the Holy Land, USA
  • Madison-Rafah Sister City Project, USA
  • Mid-Missourians for Justice in Palestine, USA
  • Palestine-Israel Working Group of Nevada County, CA, USA
  • Tennessee Campaign for Palestinian Rights, USA
  • The Philadelphia Coalition for Boycott, Divestment, and Sanctions against Israel (Philly BDS), USA
  • Unitarian Universalists for Justice in the Middle East, USA
  • Unitarian Universalists for Justice in the Middle East, Massachusetts, USA
  • United Church of Christ Palestine Israel Network, USA
  • United Methodists for Kairos Response (UMKR), USA
  • United Methodists’ Holy Land Task Force, USA
  • US Campaign for Palestinian Rights, USA
  • Utahns for a Just Peace in the Holy Land, USA

(*) Maccabi Ariel (futsal indoor), Ironi Ariel, Beitar Givat Ze’ev Shabi, Beitar Ma’ale Adumim, Hapoel Oranit, Hapoel Bik’at Hayarden, Hapoel Katamon Yerushalaim (principalement situé à Jérusalem-Ouest mais joue à Ma’ale Adumim) – Voir https://www.hrw.org/news/2016/09/25/israel/palestine-fifa-sponsoring-games-seized-land

 

Source : bdsmovement

Traduction : JPP pour BDS France




Dégageons les colonies hors du football au prochain congrès de la FIFA !

 

26 avril 2017 – PACBI (Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël)

 

La FIFA va prendre une décision à propos des équipes de football israéliennes basées dans les colonies illégales à son prochain congrès le 11 mai 2017. C’est une occasion pour nous de faire en sorte que les droits humains des Palestiniens soient mis en avant dans son agenda !

 

Plus d’une centaine d’associations sportives et de défense des droits humains représentant des millions de personnes à travers le monde ont demandé à la FIFA d’exiger que l’Association israélienne de football exclue immédiatement les équipes basées dans les colonies illégales, et que la FIFA suspende l’Association si elle refuse d’obtempérer.

 

Alors que la pression monte sur la FIFA pour qu’elle respecte ses statuts, le gouvernement israélien utilise ses ambassades pour que la question de ses clubs des colonies soit complètement retirée de l’agenda du Congrès. Nous ne pouvons pas laisser faire : les équipes basées dans les colonies illégales et les violations des droits humains des Palestiniens n’ont pas leur place dans ce beau sport.

 

Agissons, dès maintenant, pour faire pression sur la FIFA pour qu’elle respecte ses propres statuts et que les Palestiniens aient les mêmes droits que tous les êtres humains :

  • joignons-nous au Thunderclap vers la FIFA avant qu’elle ne tienne son Congrès !
  • joignons-nous à l’action sur les médias sociaux !

 

Voir ci-dessous les échantillons de tweets et  partagez-les. Utilisez le hashtag #RedCardIsrael

Assurons-nous que la FIFA et les fédérations qui en sont membres fassent passer le message : les clubs des colonies et l’apartheid n’ont pas leur place dans ce beau sport.

Voyez les autres mesures que vous pouvez prendre :

 

  •  organiser une action pour remettre la lettre à votre association nationale de football et aux membres du Conseil de la FIFA les exhortant à voter l’exclusion des équipes des colonies israéliennes hors de la FIFA. Adressez-nous des courriels pour nous faire part des actions projetées, et n’oubliez pas de prendre des photos et des vidéos pour partager sur les médias sociaux !

 

  • exhorter les personnalités du sport à prendre publiquement position contre l’inclusion des clubs des colonies israéliennes dans la FIFA.

 

  •  contacter les journalistes sportifs dans votre pays et les encourager à couvrir cette démarche.

Échantillons de tweets :

 

– Hey @FIFAcom, il est temps de dégager les clubs des colonies de ce beau sport! #RedCardIsrael

 

– Ken Loach, Richard Falk, Paulo Sérgio Pinheiro exhortent @FIFAcom pour qu’elle expulse les clubs des colonies israéliennes #RedCardIsrael

 

– Des organisations représentant millions personnes appellent  @FIFAcom à cesser 2 poids/mesures:clubs colonies israéliennes #RedCardIsrael

 

–  Oblitas à @FIFAcom : aucun pays n’est au-dessus des décisions des Nations-Unies sur les colonies israéliennes #RedCardIsrael

 

– Sur les clubs des colonies israéliennes, @FIFAcom enfreint son propre engagement à respecter les droits des êtres humains  #RedCardIsrael

 

– Organisations sportives,syndicats critiquent @FIFAcom pour son  application sélective des règles des colonies israéliennes  #RedCardIsrael

 

– Israël utilise ce beau sport pour se blanchir des violations de la loi internationale lorsque @FIFAcom soutient honteusement #RedCardIsrael

 

Source: bdsmovement

Traduction : JPP pour BDS FRANCE

 




La FIFA exhortée par des organisations qui représentent des millions de personnes à expulser les clubs israéliens installés dans les colonies

19 avril 2017 / par Carton Rouge pour Israël / Suisse, Brésil, Afrique du Sud, Pérou, Royaume Uni, Etats Unis

Des appels s’élèvent avant le 67ème Congrès de la FIFA pour que l’organisme de direction du football mondial expulse les clubs de football israéliens installés dans les colonies illégales israéliennes.

 

19 avril 2017 (Ramallah, Palestine Occupée) – Aujourd’hui, plus d’une centaine d’associations sportives, syndicats, organisations de droits de l’Homme et associations religieuses, qui représentent des millions de personnes dans 28 pays à travers le monde, se sont joints à des champions de football, universitaires, cinéastes, politiques et fonctionnaires de gouvernement pour demander aux membres du Conseil de la FIFA d’insister pour que la ligue nationale de football d’Israël révoque les sept clubs installés dans les colonies israéliennes illégales sur le territoire palestinien occupé, ou envisage leur suspension de la FIFA.

Les signataires ont envoyé leur lettre aux membres du Conseil de la FIFA en amont du 67ème Congrès de la FIFA qui va se tenir du 10 au 11 mai 2017. Ont signé entre autres l’ancien Rapporteur spécial de l’ONU Richard Falk, l’ancien ministre brésilien pour les Droits de l’Homme Paulo Sergio Pinheiro, un membre du Comité central du parti communiste sud-africain et ministre des Sports et du Divertissement Thulas Nxesi (qui a signé à titre personnel), les célèbres cinéastes britanniques Ken Loach et Paul Laverty, l’ancien champion de football péruvien Juan Carlos Oblitas Saba et l’ancien athlète et président du Congrès du Pérou Daniel Fernando Abugattas Majluf, et le syndicat brésilien CUT riche de plus de 7.400.000 membres.

La lettre critique la FIFA pour ses retards répétés et l’application sélective de ses propres règles qui interdisent à toute fédération membre de tenir des matches sur le territoire d’une autre sans l’accord de cette dernière. La ligue nationale israélienne est en violation flagrante des propres règles de la FIFA en tenant des matches sur le Territoire palestinien occupé, contrevenant aux souhaits de la fédération palestinienne.

Scandaleusement, l’agenda du Congrès ne comprend pas le rapport du propre Comité de Contrôle de la FIFA mis en place en 2015 pour trouver une solution. Une fois de plus, la FIFA semble envoyer le ballon au loin pour plus tard pour essayer de ne pas avoir à agir. L’Association Palestinienne de Football a rédigé sa propre requête.

La lettre dénonce la FIFA pour avoir oublié ses propres récents engagements à respecter et promouvoir les droits de l’Homme internationalement reconnus. « Ce but louable sera jugé à l’aune de sa mise en place dans le contexte de la vie réelle », déclare la lettre, faisant remarquer que ce serait une tragédie pour tout le monde et un piètre commentaire à propos de la FIFA si sa politique nouvellement déclarée « tombait au premier obstacle ».

Juan Carlos Oblitas Saba, directeur de l’Athlétisme à la Fédération péruvienne de Football et champion de football à la retraite qui a représenté le Pérou des dizaines de fois au niveau international, a dit : « La position de la FIFA sur les droits de l’Homme devrait être aussi transparente que possible et aucun pays ne peut se trouver au-dessus des règlements des Nations Unies sur les colonies [israéliennes] qui envahissent les Territoires palestiniens. J’ai voué ma vie entière au football, je ne me suis jamais mêlé de politique, mais ceci dépasse les bornes, surtout en ce qui concerne les droits et la dignité du peuple palestinien.

Lors d’un événement récent à Johannesburg, un parlementaire sud-africain et membre du Club de Football du Parlement Sud-africain, P.J. Mguni, a dit : « Il faut interdire l’Israël d’Apartheid des événements internationaux de la FIFA et l’isoler parce que le boycott des sports contre les sports inhumains et inéquitables pourrait longuement accompagner la restauration de la paix et de la dignité dans cette région, spécialement pour le peuple palestinien… nos amis sud-africains doivent comprendre que la communauté internationale a constitué une grande part de nos réseaux de soutien à l’isolement international de l’Afrique du Sud de l’Apartheid avant 1994. De la même façon, les peuples opprimés où qu’ils soient font partie de nous, et donc, en tant que Sud-africains de toutes les régions, nous devons réellement soutenir les gens qui continuent à se battre pour leur émancipation comme le font les Palestiniens sous l’autorité d’Israël, Etat bien connu d’Apartheid. »

Hind Awwad, de la Campagne Palestinienne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël, a dit : « Israël utilise ‘le beau jeu’ pour blanchir ses violations du droit international et des droits de l’Homme, et la FIFA se tient honteusement à ses côtés en lui permettant de le faire, nuisant ainsi à sa propre réputation. La FIFA doit réaliser que les défenseurs des droits fondamentaux des Palestiniens et de tous les peuples ne renonceront pas à leur exigence légitime pour que la FIFA suspende enfin l’Association israélienne de Football parce qu’elle y intègre les clubs des colonies israéliennes installés sur la terre volée aux Palestiniens et qu’Israël attaque régulièrement les sports palestiniens, détruit délibérément les stades de football et arrête, torture et empêche de circuler les athlètes palestiniens. »

Dr. Geoff Lee de Carton Rouge contre le Racisme Israélien (Royaume Uni) a dit : « Se débarrasser du racisme dans le football aidera à éliminer le niveau tragiquement haut de racisme pratiqué par l’État d’Israël. Les lois israéliennes, les actions militaires et les obstacles bureaucratiques exercent une répression sur le football palestinien ainsi que sur toute la communauté palestinienne. Il faut des sanctions pour initier le changement. Nous exigeons que la FIFA sanctionne Israël en suspendant l’Association israélienne de Football de la FIFA et de l’Union des Associations Européennes de Football (UEFA), jusqu’à ce qu’Israël se conforme au droit international et respecte les droits fondamentaux des Palestiniens. »

Arrière plan :

* La FIFA est l’instance dirigeante du football international et la société civile du monde entier lui a demandé depuis 2011 d’appliquer en conséquence ses propres règles et de tenir compte du droit international lorsqu’il s’agit des violations continues des droits fondamentaux des Palestiniens par Israël.

* Durant ces quelques derniers mois, le conseiller spécial de l’ONU sur les sports pour le développement et la paix, 66 députés de l’Union Européenne, 30 députés suisses, plus de 40 députés danois, 38 membres de la Chambre des Communes de Grande Bretagne, ainsi que Human Rights Watch, tous ont exhorté la FIFA à résoudre la question des clubs des colonies.

* En décembre 2016, le Conseil de Sécurité de l’ONU a affirmé que les analystes juridiques et les résolutions de l’ONU ont longtemps tenu à être exacts : que l’établissement de colonies israéliennes dans les Territoires Palestiniens Occupés « n’a aucune validité légale et constitue une violation flagrante selon le droit international ». Les signataires de la lettre ont rappelé à la FIFA son « obligation juridique à éviter de contribuer à ces violations ».

* Dans les signataires de la lettre, il y a l’Union Italienne du Sport pour Tous (UIS¨), qui comprend 1.300.000 membres et plus de 17.750 associations sportives affiliées, Sport Contre la Violence d’Irak, les organisateurs du Marathon de Bagdad, le Mouvement des Travailleurs Sans Terre brésiliens qui représente plus de 1.500.000 personnes dans l’un des plus vastes mouvements sociaux d’Amérique Latine, l’oeuvre de bienfaisance britannique Guerre à la Misère et les plate-formes des ONG de France (40 organisations)et de Norvège (30 organisations).

* La lettre a été endossée par un certain nombre d’associations religieuses, dont Pax Christi UK, les Amis de Sabeel UK et Amérique du Nord, le Comité américain des Amis du Culte, les Luthériens pour la Justice en Terre Sainte, le Réseau Palestine Israël de l’Église Unie du Christ, les Méthodistes Unis pour la Réponse Kairos (UMKR), le Réseau Episcopal pour l’Amitié et la Paix En Palestine et Israël, et les Universalistes Unitaires pour la Justice au Moyen Orient.

* Un certain nombre d’associations juives ont endossé la lettre, dont Voix Juive pour la Paix et ses plus de 60 chapitres aux États Unis, les Juifs d’Afrique du Sud pour une Palestine Libre, l’Union Juive Française pour la Paix, les Juifs pour la Justice pour les Palestiniens – UK, les Juifs de Suède pour une Juste Paix entre Israël et la Palestine, et Voix Juive pour la Démocratie et la Justice en Israël/Palestine basée en Suisse.

* Tokyo Sexwale, président du comité de Contrôle de la FIFA pour Israël Palestine créé en 2015 pour résoudre les questions qui affectent le développement du football en Palestine, a présenté un projet de rapport le 22 mars 2017. Ce rapport proposait à la FIFA trois voies différentes pour résoudre la question des clubs des colonies israéliennes : maintenir le statu quo et risquer une action juridique, appeler à de nouvelles négociations entre les ligues nationales de football israélienne et palestinienne, ou donner six mois à l’Association israélienne de Football « pour rectifier la situation ».

Carton Rouge pour Israël est une campagne de la Campagne Palestinienne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël (PACBI). PACBI a été lancé en 2004 pour contribuer à la lutte pour la liberté, la justice et l’égalité pour les Palestiniens. PACBI plaide pour le boycott des universités et des institutions culturelles israéliennes, étant donné leur profonde et persistante complicité avec le déni par Israël des droits des Palestiniens tels que stipulés dans le droit international. Suivez nous sur Twitter @PACBI

Source: bdsmovement

Traduction : J. Ch. pour BDS France




La FIFA épinglée par des organisations de défense des droits humains pour n’avoir pas expulsé les clubs de football basés dans des colonies illégales

9 mars 2017 – Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël

Les Palestiniens réclament la dissolution du comité de suivi Israël-Palestine de la FIFA qui sert de couverture à la répression de toute action contre les colonies.

Une large coalition d’organisations palestiniennes et internationales a dénoncé le président Gianni Infantino pour n’avoir pas obligé la ligue nationale de football d’Israël à exclure six équipes issues de colonies israéliennes illégales. Cette coalition a appelé à la dissolution du comité de suivi Israël-Palestine de la FIFA.

Le défaut d’action de la FIFA contre les clubs des colonies israéliennes la rend complice des violations par Israël du droit international et viole ses propres règles qui interdisent aux associations membres de jouer sur le territoire d’une autre association membre sans sa permission.

Le comité de suivi Israël-Palestine de la FIFA, qui a été créé en mai 2005 et est présidé par Tokyo Sexwale, devait présenter son rapport au Conseil de la FIFA en octobre 2016. Des représentants officiels du gouvernement israélien ont fait pression sur le comité pour édulcorer ses recommandations et empêcher l’exclusion des clubs des colonies israéliennes de ses ligues.

En dépit de promesses de redevabilité, il semble que la FIFA se soit inclinée devant la pression israélienne et qu’elle retarde indéfiniment la publication du rapport de son comité, rendant ainsi plus difficile d’agir à ce sujet au prochain congrès de la FIFA en mai 2017.

Sharaf Qutaifan, de la Campagne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël (PACBI) a dit que « le comité de suivi Israël-Palestine de la FIFA n’a pas rempli son mandat et devait être dissous. La FIFA et le comité se sont pliés devant la pression politique et ont refusé d’agir de façon significative pour mettre fin à la violation des statuts de la FIFA par l’Association Israélienne de Football. La FIFA contrevient à ses propres obligations de neutralité et exerce une discrimination à l’égard de la Palestine. Infantino a abandonné sa promesse de couper clairement avec la corruption dont son prédécesseur Sepp Blatter s’était rendu coupable ; il a, au contraire, suivi ses traces ».

L’Association Palestinienne de Football, des militants palestiniens et internationaux, Human Rights Watch, des juristes et le conseiller spécial de l’ONU pour le développement du sport et de la paix, Wilfried Lemke, exhortent depuis longtemps la FIFA à faire en sorte que les équipes de football des colonies israéliennes illégales soient exclues des ligues de football israéliennes. Ils ont demandé à la FIFA du suspendre l’Association Israélienne de Football (IFA) si elle refuse d’obéir. Près de dix mille fans de football ont écrit au président de la FIFA, Gianni Infantino le mois dernier, en lui demandant d’agir d’urgence vis-à-vis des colonies israéliennes, mais la FIFA s’est soustraite à ses obligations.

Kwara Kekana de BDS Afrique du Sud a dit que « les Sud-Africains savent trop bien comment le ‘dialogue constructif ‘ (de Reagan ndlt) a aidé à perpétuer l’apartheid et la souffrance des Sud-africains noirs. De même, le postulat erroné du comité de suivi Israël-Palestine de la FIFA est que les parties en présence peuvent discuter des problèmes ; or il n’y a pas de solution de juste milieu quand il s’agit du droit international et des propres règles de la FIFA. La FIFA doit mettre fin à l’imposture des comités et regarder en face la vaste protestation et la condamnation de son deux poids-deux mesures ».

Geoffrey Lee, le coordinateur de Carton Rouge au Racisme Israélien a dit qu’on « peine à trouver une raison logique au retard dans la prise de décision concernant les clubs des colonies israéliennes et les attaques persistantes d’Israël contre le football palestinien. Les statuts de la FIFA sont parfaitement clairs. Voilà pourtant un nouvel exemple des tactiques d’intimidation d’Israël pour nier les droits humains des Palestiniens ».

En 2014, Gianni Infantino, alors le Secrétaire Général de l’Union des Associations Européennes de Football (UEFA) qui dirige le football en Europe, a interdit aux clubs de la Crimée annexée de participer aux compétitions en Russie. Raffaele Spiga, un militant de défense des droits humains de Bologne et membre de BDS Italie a dit que « nous assistons à deux poids deux mesures de la part d’Infantino. Il parle de protéger le football d’interférences politiques mais il politise la question des clubs des colonies israéliennes au lieu de simplement appliquer les règles que s’est données la FIFA. Sa réticence à agir jette le discrédit sur la FIFA ».

Roman Vonwil, un militant palestinien de Berne et membre de BDS Suisse a dit : « nous continuerons à poser le problème des attaques israéliennes contre le football palestinien à chaque occasion où cela sera possible. La FIFA légitime les colonies qui, en droit international, sont considérées comme des crimes de guerre et permet que le racisme et la discrimination persistent dans le monde du football, en contradiction avec la promesse d’Infantino de faire le ménage ».

La campagne Carton Rouge pour Israël s’est répandue dans les pays arabes qui siègent au Conseil de la FIFA et dont les supporters ont demandé à leurs fédérations de proposer une résolution exigeant la suspension d’Israël. Batoul Al Medhar, un supporter du Caire et membre de BDS Égypte a conclu : « nous en appelons au Conseil de la FIFA pour qu’ils sanctionne Infantino pour être revenu sur ses promesses et avoir manqué à ses responsabilité. Les amateurs de football du monde arabe surveillent la FIFA de près et attendent qu’Israël soit traité selon les mêmes normes que tous les autres. Nous dénonçons l’approche européo-centrée de la FIFA, qui privilégie les intérêts de ses membres européens au détriment de ceux du jeu. Israël ne doit pas bénéficier d’un laisser-passer.

Les antécédents

  • Les Palestiniens se sont longtemps plaints auprès de la FIFA des attaques israéliennes contre les joueurs palestiniens. Israël a arrêté et torturé des athlètes palestiniens, leur a refusé toute liberté de mouvement et a bombardé leurs stades de football. Cela s’est ajouté à la perturbation habituelle par Israël des efforts que font le Palestiniens pour importer l’équipement nécessaire au football. Le racisme est rampant dans le football israélien ; il est évident dans les ligues juniors ségréguées d’Israël où les joueurs juifs sont séparés des non-juifs et dans le racisme anti-palestinien violent du club Beitar Jérusalem et ses supporters célèbres pour crier « Mort aux Arabes ».
  • En avril 2016, un rapport de John Ruggie, ancien représentant spécial de l’ONU sur l’activité économique et les droits humains, a appelé la FIFA à davantage de respect des droits humains. Ses recommandations ont conduit la FIFA à inscrire un engagement pour les droits humains dans ses statuts. La dernière résolution 2334 du Conseil de sécurité de l’ONU a réitéré l’illégalité des colonies israéliennes, ce qui a donné un élan aux efforts pour cibler les clubs des colonies dans la FIFA.
  • Les colonies israéliennes ne sont pas seulement illégales selon le droit humanitaire international, elles contribuent aussi à de graves entorses aux droits humains. Les clubs des colonies jouent leurs matches à domicile sur des terres volées aux Palestiniens. Les colonies sont aussi la cause directe de sévères restrictions à la liberté de mouvement des Palestiniens, à l’accès aux ressources naturelles et à la possibilité d’avoir des activités économiques ou de construire des maisons. En droit international, les colonies sont considérées comme des crimes de guerre.
  • Le document de stratégie « FIFA 2.0 : Une vision pour l’avenir du football » publié par la FIFA en octobre 2016, promet que l’organisation sera gouvernée par les principes de transparence, de responsabilité, d’inclusion et de coopération.

 

La Campagne Palestinienne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël (PACBI) a été lancée en 2004 pour contribuer à la lutte pour la liberté, la justice et l’égalité pour les Palestiniens. Elle plaide pour un boycott des institutions académiques et culturelles israéliennes pour leur complicité profonde et durable avec la négation par Israël des droits des Palestiniens inscrits au droit international.

PACBI : https://bdsmovement.net/pacbi

Twitter @PACBI

Source: BDS Movement

Traduction SF pour BDS France




Des joueurs de la NFL (Ligue nationale de football américain) se retirent de la tournée de propagande en Israël

Tout de suite après avoir contribué à la victoire de son équipe dans le Super Bowl, dimanche dernier, Martellus Bennett, des New England Patriots, a été interrogé sur ce qu’il pensait de la visite au Mexique prévue d’ici peu afin de représenter la Ligue nationale de football américain ((NFL).

 

« Détruisez le mur ! Détruisez le mur .Voilà ce que je pense de cette visite au Mexique ! », s’est-il écrié.

Bennett était alors le premier d’une série de joueurs des Patriots qui ont confirmé qu’ils ne rendraient pas visite au président Donald Trump à la Maison-Blanche.

Une tournée de propagande (hasbara)

Mais The Forward rapportait que Bennett participerait à un autre voyage. En compagnie de 11 autres joueurs de la NFL, « après la victoire historique de son équipe, il se rendrait en Israël pour une tournée de  »hasbara », c’est-à-dire une tournée de relations publiques organisée par Israël pour les joueurs de football américain ».

Le titre citait même ce qu’avait déclaré Bennett en ce sens : « J’irai en Israël. »

Les Palestiniens vivant dans un système que Human Rights Watch a qualifié de « séparé et inégal », se demanderaient certainement comment Bennett pourrait s’opposer aux plans de Trump d’étendre encore le mur à la frontière entre les États-Unis et le Mexique, tout en restant indifférent à l’impact du mur bâti par Israël sur la terre palestinienne occupée. Trump a explicitement encensé la construction du mur israélien en en faisant son modèle.

Mais, au cours d’une semaine de revirements soudains, Dave Zirin écrivait dans The Nation que, malgré les informations médiatiques disant que Bennett se rendrait en Israël, le joueur avait « confirmé que ce n’était pas le cas ».

Zirin faisait remarquer que d’autres joueurs cités dans un article du Times of Israel concernant la visite prévue « avaient remis leur participation en question ».

Vendredi soir, trois des joueurs cités comme participants potentiels – Martellus Bennett, son frère Michael Bennett des Seahawks de Seattle et Kenny Stills des Dolphins de Miami avaient refusé le voyage.

Des joueurs se désistent.

Dans une lettre ouverte publiée jeudi après-midi par The Nation, des activistes, des écrivains et des athlètes, dont Angela Davis, Alice Walker, John Carlos et Craig Hodges, ont invité les joueurs de la NFL à reconsidérer leur participation au voyage. Plus tard, Harry Belafonte et Danny Glover ont également signé la lettre.

Ils ont félicité les athlètes d’utiliser leur renommée « pour mettre en lumière et soutenir les diverses luttes, y compris celle de Black Lives Matter », et ont également félicité toutes les personnes qui avaient annoncé qu’elles ne se rendraient pas à la Maison-Blanche.

Ils ont insisté pour que les joueurs ne permettent pas qu’on les utilise comme des éléments d’une campagne de propagande « visant à aider le gouvernement israélien à normaliser et blanchir sa négation permanente des droits palestiniens ».

Le même jour, le joueur de la NFL et militant des droits Michael Bennett a tweeté qu’il n’irait pas en Israël.

Dans une déclaration ultérieure publiée vendredi soir sur Tweeter et Instagram, Michael Bennett a déclaré qu’il « ne serait pas utilisé » par le gouvernement israélien. Et de rappeler que feu Muhammad Ali, l’un de ses héros, « avait toujours soutenu fermement le peuple palestinien ».

« Je veux être une ‘voix des sans-voix’ », a ajouté Bennett, « et je ne puis le faire en participant à ce genre de voyage en Israël. »

« Cher Monde,

Il était prévu que je me rende en visite en Israël en compagnie des collègues qui jouent en NFL aussi. J’étais excité à l’idée de découvrir de mes propres yeux cette partie remarquable et historique du monde. J’ignorais, jusqu’au moment où j’ai lu dans le Times of Israel un article parlant de cette visite, que mon itinéraire avait été élaboré par le gouvernement israélien dans le but de faire de moi – ce sont les mots des responsables du gouvernement – ‘une personne susceptible de créer l’opinion et d’influencer le public’ et qui serait alors ‘un ambassadeur de bonne volonté’. On ne m’utilisera pas de la sorte. Quand j’irai en Israël – et j’ai l’intention de m’y rendre –, ce sera pour voir non seulement Israël, mais aussi la Cisjordanie et Gaza, de sorte que je pourrai voir quelle existence mènent les Palestiniens, qui appellent cette terre leur patrie depuis des millénaires.

L’un de mes héros a toujours été Muhammad Ali. Je sais qu’Ali a toujours soutenu fermement le peuple palestinien, qu’il a visité des camps de réfugiés, qu’il a participé à des rassemblements et qu’il a toujours voulu être ‘une voix pour les sans-voix’. Je veux être moi aussi ‘une voix pour les sans-voix’ et je ne puis le faire en participant à ce genre de voyage en Israël.

Je sais que cela irritera certaines personnes et en inspirera d’autres. Mais sachez, s’il vous plaît, que je ne l’ai pas fait pour vous, mais pour être en accord avec mes propres valeurs et ma propre conscience. Comme le champion olympique des Jeux de 1968, John Carlos, le répète sans cesse :  »Il n’y a pas d’engagement partiel pour la justice. Vous êtes engagé, ou vous ne l’êtes pas. » Eh bien, moi, je le suis.

Bien sincèrement,

Michael Bennett »

Kenny Stills, des Dolphins, a retweeté la déclaration de Bennett, en ajoutant : « Je n’aurais pu mieux le dire moi-même. J’en suis ! » – voulant dire par-là qu’il se retirait également du voyage.

Martellus Bennett a également retweeté la déclaration de son frère.

Le Comité national BDS palestinien (BNC) a remercié Michael Bennett de ce qu’il se tenait « du bon côté de l’histoire, de la justice et de l’égalité ».

Le quart-arrière des 49ers de San Francisco, Colin Kaepernick, qui n’y va pas non plus mais qui a été remarqué du public en raison de sa décision, afin de soutenir les militants de Black Lives Matter, de ne pas défendre l’hymne national, a retweeté à son million de suiveurs que toute personne qui protestait contre l’interdiction des musulmans par Trump, ne pourrait non plus manquer de « pâlir au vu des tactiques d’apartheid imposées par Israël aux musulmans palestiniens ».

D’autres joueurs cités comme participants au voyage sont Cliff Avril, Delanie Walker, Mychal Kendricks, Cameron Jordan, Calais Campbell, Carlos Hyde, Dan Williams et Justin Forsett. On s’attend également à ce que l’ancien linebacker (joueur de football américain, appelé également secondeur) de la NFL, Kirk Morrison, participe au voyage.

Une image de marque détériorée

Voici quelques jours, le gouvernement israélien a adopté rétroactivement une législation qui légalisait le vol de larges portions de terres privées palestiniennes au profit de la colonisation israélienne.

La chose a provoqué une tempête de protestations internationales, même de la part des plus proches alliés d’Israël, tels l’Union européenne, l’Allemagne et le Royaume-Uni.

Les responsables de la propagande d’Israël espèrent que la visite des footballeurs américains sera une distraction bien accueillie et une occasion de redorer le blason passablement détérioré d’Israël.

« Je vois une grande importance dans l’arrivée de cette délégation des stars de la NFL en Israël », a déclaré Gilad Erdan, ministre des Affaires stratégiques d’Israël chargé de combattre le mouvement BDS, dirigé par les Palestiniens.

Ce voyage de propagande est une initiative du ministère même d’Erdan, ainsi que du ministère israélien du Tourisme et de La Voix de l’Amérique en Israël, un groupe dont la mission consiste à « favoriser l’image d’Israël aux États-Unis en attirant des médias et des personnalités » dans le pays.

Erdan a confirmé la finalité ouvertement propagandiste de la visite, déclarant que les joueurs de la NFL « présenteraient l’avenant visage d’Israël à leurs dizaines de millions de supporters aux États-Unis », dans le but de compenser l’impact de BDS.

Israël a consacré un énorme budget à cet effort, mais sans grand effet. Dans un document stratégique récent, la Ligue contre la diffamation et l’Institut Reut, deux organisations clés qui s’opposent aux droits des Palestiniens, ont conclu, paraît-il, que le combat contre BDS s’était soldé par un échec.

Dans un même temps, malgré une campagne de publicité de plusieurs millions de dollars lancée par le ministère du Tourisme – campagne dont font partie également ces visites d’agrément de célébrités –, le nombre de visiteurs en Israël n’a cessé de diminuer.

Commentant l’échec de la stratégie d’Israël, Clayton Swisher a fait remarquer : « Vous êtes perdant quand votre pays légalise l’apartheid et invite alors une flopée de joueurs de la NFL dans le but de tenter de le faire passer pour normal. »

Swisher, un journaliste d’investigation travaillant pour Al Jazeera, a présenté récemment un film en quatre parties intitulé The Lobby, et qui fait la lumière sur les efforts secrets d’Israël aux États-Unis en vue de se gagner des amis et de châtier les gens perçus comme des ennemis.

Imbruglia se désiste également

Les activistes qui espèrent qu’il est encore temps de persuader d’autres joueurs de la NFL de se désister seront encouragés par ce qui semble une autre victoire.

Les militants BDS ont insisté auprès de la chanteuse australienne Natalie Imbruglia pour qu’elle annule son concert en Israël prévu le 1er mars.

Il apparaît que ce rendez-vous à Tel-Aviv a été supprimé tout récemment de l’agenda officiel de ses tournées et qu’il est désormais renseigné comme « annulé » sur sa page Facebook.

Source: The Electronic Intifada

Traduction: Plateforme Charleroi-Palestine

 




Pétition: Dites au président de la fifa de montrer le carton rouge à Israël!

Nous avons une occasion de faire pression sur la FIFA, l’instance qui dirige le football au niveau mondial, pour qu’elle agisse contre l’Association Israélienne de Football pour son soutien à des équipes issues des colonies israéliennes illégales.

Vous joindrez-vous à nous en écrivant à Gianni Infantino, le président de la FIFA ?

(texte français en bas de l’article)

L’ONU, Human Rights Watch, des parlementaires, des avocats, des gens engagés dans la campagne et des Palestiniens ont tous incité la FIFA à respecter le droit international. Ils ont demandé à la FIFA de respecter ses propres règles et de refuser aux équipes des colonies illégales de participer à ses ligues officielles.

Faute d’agir contre l’Association Israélienne de Football pour son acceptation des équipes issues des colonies, la FIFA est complice des violations par Israël du droit international et permet à Israël d’utiliser le « beau jeu » pour blanchir ses crimes de guerre et le déplacement forcé des Palestiniens.

La FIFA peut demander que l’Association Israélienne de Football exclue des équipes issues des colonies illégales et suspendre l’association si elle refuse d’obéir, et elle devrait le faire.

Tokyo Sexwale, le président sud africain du Comité de Suivi Israël-Palestine de la FIFA est sur le point de soumettre un rapport au président et au conseil de la FIFA sur l’amélioration des conditions du football palestinien.

C’est, pour nous, une occasion de faire pression sur la FIFA pour qu’elle agisse.

Merci!

La Campagne Palestinienne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël (PACBI)

 

Texte de la pétition en français:

Israël détruit délibérément les stades de football palestiniens et emprisonne des joueurs palestiniens. En même temps, Israël permet à six équipes issues des colonies de jouer dans sa ligue nationale.

La FIFA, l’instance qui dirige le football au niveau mondial, n’a pas agi contre l’Association Israélienne de Football qui intègre des équipes issues d’une terre illégalement occupée. Faute d’agir, la FIFA non seulement néglige ses propres statuts mais est complice des violations par Israël du droit international. La FIFA devrait demander que l’Association Israélienne de Football exclue les équipes issues de colonies illégales de ses ligues et elle devrait suspendre de la FIFA l’Association Israélienne de Football si elle refuse d’obéir.

Tokyo Sexwale, le président sud africain du Comité de Suivi Israël-Palestine de la FIFA est sur le point de soumettre un rapport au président et au conseil de la FIFA sur l’amélioration des conditions du football palestinien.

Tandis que le Conseil délibère, c’est le moment pour nous d’agir. Écrivez au Président de la FIFA, Gianni Infantini, dites lui de maintenir la pression sur la FIFA pour qu’elle agisse dans le bon sens. Faites le en remplissant le formulaire ci-dessous.

ENVOYEZ  UN MAIL AU PRÉSIDENT DE LA FIFA GIANNI INFANTINO: president@fifa.org

 

Cher M. Infantino,

cc: membres du Conseil de la FIFA

Lorsque vous êtes devenu président de la FIFA, vous avez promis de combattre la corruption dans le football.

En même temps, la FIFA s’est engagée à assurer le respect  des droits humains dans le cadre de ses activités.

Nous faisons appel à vous pour que vous teniez vos promesses. La FIFA doit exiger que l’Association israélienne de Football exclue de ses ligues les équipes israéliennes issues des colonies illégales des Territoires Palestiniens Occupés et elle doit suspendre de la FIFA l’Association Israélienne de Football si celle-ci refuse.

Le  droit international est clair : les colonies israéliennes sont illégales et elles constituent des crimes de guerre. Elles contribuent à de graves abus contre les droits humains et privent les Palestiniens, dont des athlètes palestiniens, de leur liberté de mouvement.  Les équipes de football israéliennes basées dans les colonies illégales jouent leurs matches à domicile sur des terres volées aux Palestiniens.

Les propres règles de la FIFA interdisent aux associations membres, comme celle d’Israël, de jouer dans le territoire d’une autre association membre, dans ce cas l’Association Palestinienne de Football sans la permission de cette association. En tant que secrétaire général de l’Union des Associations Européennes de Football, vous avez supervisé des sanctions contre la Russie à propos de la Crimée. Israël doit relever des mêmes critères.

Vous avez dit que vous ne voulez pas mélanger la politique et le football. L’échec de la FIFA à agir selon ses propres règles et selon le droit international politise ce qui pouvait être une opération simple.

Ne laissez pas Israël utiliser le « beau jeu » pour blanchir ses crimes de guerre.

Sincèrement.

Envoyez un mail maintenant!

Source: BDS Movement

Traduction: SF pour BDS France

 

 




Lettre ouverte au président de la FFF

Paris, le 7 octobre 2016

Monsieur le Président de la FFF,

Déjà en Mai 2015, le congrès de la FIFA avait examiné la demande d’exclusion de la Fédération Israélienne de Football, suite à un lourd dossier de  plaintes présenté par la Fédération palestinienne. Nous avions d’ailleurs été reçus à ce sujet le 29 avril 2015 par votre directeur de cabinet, M. Melero.

Une commission de surveillance des problèmes qui affectent le développement du football en Palestine a été désignée avec Mr Tokyo Sexwale comme président.

Aujourd’hui, en plus des diverses restrictions faites au Palestiniens pour exercer leur sport, l’ONG internationale Human Rights Watch (HRW) dénonce le fait que six clubs des 3e, 4e et 5e divisions israéliennes, considérées comme semi-professionnelles, jouent dans les colonies de Cisjordanie. Les colonies sont illégales au sens du droit international et qualifiées comme tel par la communauté internationale. Ce fait ne peut être toléré.

Enfin, nous vous rappelons qu’Israël ne devrait pas appartenir à l’UEFA, mais jouer dans la zone Asie.

Nous vous invitons à contribuer à mettre fin à ces différentes injustices et à donner une image positive de la FIFA en intervenant auprès des participants à la prochaine réunion de son conseil les 13 et 14 octobre.

Nous sommes prêts à vous rencontrer, vous ou vos proches collaborateurs, pour en discuter comme nous l’avions fait en avril 2015

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre haute considération.

La Campagne BDS France

www.bdsfrance.org

campagnebdsfrance@yahoo.fr

 




Mobilisation BDS réussie à Saint Etienne contre l’équipe raciste du Beitar le 25 août dernier

Le 25 août alors que l’ASSE s’apprêtait à rencontrer son adversaire israélien, 300 personnes se sont rassemblées à Saint-Etienne pour protester contre la présence du Beitar Jérusalem dans le cadre des barrages de l’UEFA Europa league.

Réunis pour alerter sur la politique raciste et colonialiste du gouvernement israélien, les militants BDS ont insisté sur la nécessité de porter le message des Palestiniens à travers la campagne BDS.

Cette mobilisation était l’occasion de rappeler que la colonisation continue et que le régime israélien d’apartheid doit cesser

De plus, le Beitar Jérusalem, club qui revendique ouvertement son racisme anti-arabe n’était pas le bienvenu à St Etienne ! et il a été accueilli comme il se doit !
Pour les militants, Il n’est pas question 
de faire comme si Israël était un État comme un autre ni de participer au « blanchiment » de la politique israélienne sous couvert de compétition sportive.

Ce rassemblement initié par BDS France 42 a rassemblé tout le mouvement de solidarité avec la Palestine avec la participation de : Collectif 69, FUIQP (Front uni des immigrations et des quartiers populaires), AFPS Saint-Etienne, Europalestine Paris, JC Loire, Collectif Anti Armes et UJFP.

Vous pouvez lire la lettre ouverte à l’ASSE ici :  https://www.bdsfrance.org/lettre-ouverte-aux-presidents-de-lasse-roland-romeyer-et-bernard-caiazo-a-lentraineur-christophe-galtier-aux-membres-du-staff-aux-joueurs-et-aux-responsables-des-clubs-de-support/

Le soir, une cinquantaine de militants étaient éparpillés dans le stade.

A la vingtième minute du match, des drapeaux Palestiniens ont fleuri au stade Geoffroy Guichard

Les supporters stéphanois du club Green Angels ont déployé des banderoles dénonçant le racisme du club et de ses violents supporters, ainsi que des dizaines de drapeaux palestiniens

« Stupidity is Beitar, tolerance is Better» et All racists are Bastards

C’est sur cette note que le club israélien quitte la compétition l’entraîneur israélien déclarant : « ... Nous avons joué dans un volcan ».

Les images des drapeaux et des banderoles dans les tribunes se sont largement diffusées dans les réseaux sociaux, plusieurs tweets n’hésitant pas à faire référence au Celtic de Glasgow ! 

La campagne BDS continuera à progresser jusqu’à ce que les droits des Palestiniens soient respectés !

BDS France 42

Ci dessous quelques photos de cette belle mobilisation, une interview de France 3 Rhône-Alpes de deux membres de BDS France, et une revue de presse (non exhaustive) .

 

 

14095828_10210402414196872_4751788322427494469_n

lila-e81e3-19f8c

prise_parole-4beae-ffbf8

14079914_10210402413716860_7234830398953943152_nasse2

asse

en_bas-593dd-195bf

 

14068175_10210402413556856_4519339780378010555_n

Articles:

-ASSE-Beitar Jerusalem : plusieurs collectifs appellent au boycott d’Israël avant le match: Activ Radio

-Les supporters de-St Étienne affichent leur soutien à la Palestine: Le Courrier de l’Atlas

Dans la presse sportive:

-ASSE : Drapeaux palestiniens, expulsions, et grosse amende à venir: Foot01

-La provocation Green Angels contre Beitar Jérusalem:  Football Club

-Ces drapeaux palestiniens qui font polémique dans les stades: Le Figaro Scan Sports

FR 3 Rhône-Alpes:

English

BDS Demonstration in Saint-Etienne against the racist football club Beitar-Jerusalem

 26 August 2016

On 25 August, as the Saint-Etienne team was preparing to meet its Israeli opponent, a demonstration was held to protest at the presence of Beitar-Jerusalem, competing in the play-off match held in the framework of the UEFA Europa League.

The BDS activists, who had assembled to denounce the racist and colonialist policies of the Israeli government, stressed the need to spread the Palestinians’ message via the BDS campaign.  The demonstration was an occasion to remind all that the colonisation goes on apace and that the Israeli apartheid regime must come to an end.

It was made very clear that the Beitar-Jerusalem club, which openly displays its anti-Arab racism, was not welcome in Saint-Etienne!

For the activists, it is out of the question to pretend that Israel is a state like any other, or to participate, under the cover of sporting competitions, in the white-washing of Israeli policies.

A letter had previously been sent to the Saint-Etienne Club, addressed to the presidents, staff and players: https://www.bdsfrance.org/lettre-ouverte-aux-presidents-de-lasse-roland-romeyer-et-bernard-caiazo-a-lentraineur-christophe-galtier-aux-membres-du-staff-aux-joueurs-et-aux-responsables-des-clubs-de-support/

The demonstration, initiated by BDS France 42 (Saint-Etienne), was held with the participation of members of the Collective 69 (Rhône-Alpes),  FUIQP, the France-Palestine Solidarity Association, Europalestine, the Young Communists Movement, the Anti-Weapons Collective and the French Jewish Peace Union.

In the evening at the stadium, twenty minutes into the match, dozens of Palestinian flags were held up.  The Green Angels supporters displayed banners denouncing the racism of the Beitar club and its violent supporters: “Stupidity is Beitar, Tolerance is Better” and  “All Racists are Bastards” .

After the match, the Israeli coach declared: “We played inside a volcano”.

Photos of the flags and banners in the stadium were widely shared on social networks, with several tweets referring to the Scottish club Glasgow Celtic.

The BDS Campaign will go on until the Palestinians’ rights are respected!

BDS France 42

Below are some photos of the demonstration, together with a video of two BDS activists being interviewed by the France 3 Rhône-Alpes TV channel.




Lettre ouverte aux Présidents de l’ASSE Roland Romeyer et Bernard Caïazo, à l’entraîneur Christophe Galtier, aux membres du staff, aux joueurs, et aux responsables des clubs de supporters de l’Équipe masculine professionnelle de l’Association Sportive Saint-Étienne.

Le tirage au sort a désigné votre adversaire pour le premier tour de l’UEFA Europa League : l’équipe israélienne Beitar Jérusalem. Vous avez rencontré ce club israélien le mercredi 17 août 2016 à l’extérieur, en Israël. A l’heure où vous vous préparez à le recevoir pour le match retour, nous tenons à vous transmettre notre consternation, du fait de ces déplacements qui contredisent les valeurs sportives et antiracistes que vous et le sport êtes supposés défendre.

Connaissez-vous le club Beitar Jérusalem et ses supporters que vous allez recevoir ?

Le club Beitar est un club ultra-raciste qui a été fondé par David Horn, le chef du mouvement de jeunesse du parti du même nom, parti ultra sioniste et d’extrême droite. Et l’équipe était composée de jeunes de ce parti. En Israël, sport et politique sont donc intimement liés.

Les supporters de ce club, qui se font appeler La Familia, sont ultrasionistes, racistes et extrêmement violents. Leur slogan favori est « Mort aux arabes » et leur drapeau porte l’inscription « Beitar pur pour toujours ». Fin juillet, 19 de ces supporters ont été inculpés pour « tentative de meurtre, de sabotage aggravé, de délits racistes, de possession illégale d’armes et de violation de la législation contre les violences dans le sport » selon la police israélienne. Six d’entre eux sont en prison pour participation au meurtre du jeune palestinien brûlé vif en 2014.

Le Beitar n’a jamais recruté de joueurs arabes de nationalité israélienne alors qu’ils représentent plus de 17% de la population d’Israël. En 2013, le sélectionneur a tenté de recruter deux joueurs d’origine tchétchène. Leur entrée sur le terrain a été accueillie par des réactions de haine de la part des supporters et des joueurs du Beitar sous prétexte que ces joueurs étaient musulmans. Les violences ont duré plusieurs semaines, les locaux du club ont même été incendiés et les trophées détruits.

De plus, Jérusalem est une ville dont la situation est à rappeler. En 1948, 800.000 Palestiniens ont été chassés de chez eux.  La ville, sous occupation israélienne depuis 1967 malgré de nombreuses résolutions de l’ONU, a été illégalement annexée par Israël.  La communauté internationale ne la reconnaît pas comme capitale d’Israël pour cette raison.  La France y a un consulat  pour les territoires palestiniens occupés.  Ses habitants palestiniens y sont régulièrement chassés de chez eux, leurs maisons détruites ou confisquées.  Des quartiers entiers sont ainsi « nettoyés ».

Ce n’est pas seulement un triste épisode de l’Histoire. En effet, depuis maintenant 68 ans, Israël  n’a jamais cessé ce processus d’expropriation et d’épuration ethnique de Jérusalem-Est. Cette politique spécifique fait partie de l’ensemble des agressions contre la population palestinienne, de crimes de guerre répétés, d’occupation et de colonisation des terres palestiniennes, de milliers de palestiniens emprisonnés sans jugement par le biais de la « détention administrative » reconductible tous les 6 mois pendant des années, tout cela en violation totale des droits de l’Homme et du droit international.

Cet État tente par tous les moyens d’imposer au reste du monde l’image d’un pays  » normal  » où l’on pourrait jouer de grandes compétitions sportives et oublier qu’à quelques kilomètres, l’armée impose un blocus illégal aux 2 millions d’habitants de la bande de Gaza depuis plus de 9 ans… La politique discriminatoire du gouvernement israélien à l’égard du peuple palestinien est considérée comme un apartheid, crime défini et caractérisé par le droit international après la fin du régime d’apartheid sud-africain des années 1948 -1994.

Les nombreuses restrictions de mouvement imposées à la population palestinienne des territoires occupés (blocus de Gaza, mur de l’apartheid et check points en Cisjordanie) par Israël pénalisent fortement les sportifs palestiniens. Elles se traduisent souvent par l’impossibilité pour toute une équipe de se regrouper, de se déplacer, de jouer à domicile en particulier à Jérusalem-Est ou à l’extérieur. Les sportifs sont également arrêtés et emprisonnés sans inculpation officielle, ni présentation devant un quelconque organe judiciaire, ni raison fournie aux proches.

Pour information, en juillet 2016, 7000 prisonniers politiques palestiniens sont dans les geôles israéliennes dont 350 enfants. Depuis 1967, plus de 800.000 palestiniens sont passés par les prisons israéliennes, et parmi eux des footballeurs: Sameh Maraabeh, Zakaria Daoud Issa, Imad Abbasi, Ziad Hassan, Omar Abu Rouis et Mohammed Ibrahim Nimr ces dernières années. Leurs carrières sont désormais brisées, comme l’a été celle du footballeur Mahmoud Sarsak détenu pendant trois ans, et libéré en 2012 suite à une grève de la faim héroïque de plus de 90 jours, au péril de sa vie.
Israël brise les carrières des sportifs palestiniens prometteurs par l’emprisonnement mais aussi par le meurtre et les blessures: par exemple, lors de l’agression meurtrière de Gaza appelée « Opération Plomb Durci » en 2008-9, trois footballeurs palestiniens ont été tués délibérément, en témoignent les blessures par balles.

Parmi ceux qui ont été tués lors de la dernière attaque de l’été 2014 par Israël, figurent Ahmad Muhammad al-Qatar et Uday Caber, deux joueurs de football de 19 ans à l’aurore de leur carrière.

En parallèle Israël détruit les infrastructures palestiniennes ou empêche leur développement (blocus à Gaza, blocage des équipements envoyés par la FIFA, droits de douane élevés…).

La FIFA s’est saisie de la question en créant en 2013 un groupe de travail mais les tentatives de médiation ont échoué. Suite à la menace de la demande palestinienne de suspendre Israël, retirée à la dernière minute lors du dernier Congrès de la FIFA de 2015, un comité de surveillance est mis en place. Mais aucune mesure concrète n’a été prise pour améliorer la situation(au moins trois footballeurs ont été emprisonnés depuis début 2016).

Ainsi Monsieur le Président, messieurs les dirigeants, membres du staff, joueurs, contribuez-vous à laBeitar-250 normalisation de cet apartheid en accueillant Israël à travers le club du Beitar Jérusalem pour le match retour le 25 août prochain au Stade Geoffroy Guichard. En le permettant, vous participez à donner une image « fair-play » trompeuse à un État oppresseur et injuste.

Peut-être ignorez-vous que les organisations de la société civile palestinienne ont lancé un appel, aux sportifs entre autres, à toutes les consciences morales en fait, pour qu’ils ne se rendent pas « jouer » en Israël tant que cet état continue d’ignorer les résolutions des Nations Unies, de violer les normes du droit international et de priver les Palestiniens de leurs droits humains les plus élémentaires.

Alors nous citoyens de notre ville, et amoureux du vrai sport nous vous demandons: restez fidèles aux principes éthiques et aux vraies valeurs du sport, ne vous laissez pas manipuler, refusez d’être complices d’une propagande visant sous couvert du sport à masquer les réalités de l’État colonial et d’apartheid qu’est l’État d’Israël.

Ne jouez pas avec l’apartheid !

Nous restons à votre entière disposition pour tout supplément d’information.

Cordialement,

Comité BDS France 42
Campagne BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) France
CICP 21 ter rue Voltaire
75011 Paris

campagnebdsfrance@yahoo.fr
http://www.bdsfrance.org

 




Une nouvelle étape importante : le BDS aux jeux Olympiques

Nada Elia – Mondoweiss – 21 août 2016

« Je n’ai aucun problème avec la population juive ni avec aucune autre religion ou croyances différentes. Mais pour des raisons personnelles, vous ne pouvez pas me demander de serrer la main à quelqu’un de cet État, surtout devant le monde entier. ». Ces mots, prononcés par une personne qui s’engage ainsi en un geste de soutien au peuple palestinien, sont une réponse normale à l’accusation d’antisémitisme qui est systématiquement lancée contre celles et ceux qui militent pour la justice.

La distinction nécessaire qui est faite entre « population juive » et État israélien est une distinction qu’Israël lui-même cherche à effacer, alors qu’il s’efforce de détourner toute critique de sa politique, rejetant la faute plutôt sur la haine anti-juive. En tant que tels, ces mots ne constituent pas par eux-mêmes des motifs nouveaux, mais une façon nouvelle d’aborder la solidarité. Pourtant, alors que le judoka égyptien Islam El-Shehabi les exprimait la semaine dernière au Brésil, ils annonçaient une nouvelle étape importante : le boycott sportif était arrivé aux jeux Olympiques 2016.
« Serrer la main de votre adversaire n’est pas une obligation écrite dans les règles du judo. Cela se passe entre amis, et il n’est pas mon ami », a expliqué El Shehaby, son combat terminé, ce qui lui valut d’être renvoyé des jeux, pour « manque d’esprit sportif ».
La veille du refus d’El-Shehaby de serrer la main de l’athlète olympique israélien avec lequel il venait de combattre, une autre judoka, la saoudienne Joud Fahmy, s’était retirée de l’épreuve afin de ne pas avoir à combattre contre une athlète israélienne, dut-elle gagner et passer à l’étape suivante.
Et pourtant, deux jours plus tôt, l’équipe libanaise refusait de laisser les athlètes israéliens monter dans le même car qui les avait pris en premier, sur le chemin de la cérémonie d’ouverture. Les athlètes libanais ont continuellement bloqué la porte, empêchant les Israéliens d’entrer dans le bus. Résultat, le Comité international olympique dut envoyer un autre car pour les Israéliens.
Si les jeux Olympiques sont, sans aucun doute, une compétition athlétique, ils concernent aussi, et à un même niveau, les pays qui envoient ces athlètes aux jeux. En fin de journée et en fin de rencontre, nous avons un compte à rebours des médailles par pays. Et même si les jeux sont dits rassembler les nations, ils sont aussi réellement un lieu où les nations se mesurent les unes aux autres. Quand un athlète concourt, son pays et le drapeau de son pays sont mis en évidence, autant que son propre nom. L’hymne national du vainqueur est joué lors de la cérémonie de remise des médailles, et tous les vainqueurs sont attendus à manifester leur respect pour leur pays. Il n’est pas surprenant que la formidable médaillée d’or, Gabby Douglas, ait été mise au pilori par ses compatriotes pour son refus de mettre la main sur son cœur durant l’hymne national des États-Unis (même si elle fut par ailleurs très respectueuse), et que l’une des images politiques les plus mythiques de l’histoire olympique reste les puissants poings levés noirs de Tommie Smith et John Carlos, aux jeux Olympiques de 1968 à Mexico.

Bien entendu, le camouflet des athlètes libanais, égyptiens et saoudiens envers les membres de la délégation israélienne est un acte politique. Et bien entendu, Israël s’est plaint que ces athlètes « apportaient le conflit en cours entre leurs pays respectifs et Israël aux jeux de Rio ».
Les actions de ces athlètes s’accordent avec l’appel palestinien pour une solidarité mondiale sous la forme du BDS, lequel inclut le boycott sportif d’Israël. Un boycott sportif est un geste individuel exposant aux pires conséquences négatives et immédiates celles et ceux qui s’y engagent, à savoir d’être probablement disqualifiés pour les compétitions à venir. Pourtant, les athlètes arabes qui avaient refusé de se normaliser avec les Israéliens, furent critiqués comme violant « l’étiquette » et « l’esprit olympique ». Ce qui conduit à se demander, est-ce un autre lieu où l’exceptionnalisme israélien sort gagnant, où cet État violent, raciste, se tire encore d’affaire, sans qu’il ne soit tenu pour responsable de son agression contre les athlètes palestiniens ?
Au cours de ces dernières années, Israël a empêché les responsables des équipes palestiniennes pour les JO de quitter le pays. Il a restreint leur liberté de mouvement, leur rendant pratiquement impossible toute pratique de leur sport dans un espace adapté, et des Israéliens ont tiré des balles dans les chevilles de joueurs de football palestiniens. Où était la critique quand ces crimes ont été commis ? Il y a deux ans, une campagne internationale visant à faire interdire Israël à la FIFA, en raison de ses violations des droits de l’homme, n’a pas réussi à faire suffisamment pression sur l’organisation internationale pour qu’elle censure ce pays.
Quand nulle organisation officielle n’est prête à tenir Israël pour responsable, alors il revient aux personnes de le faire. Le camouflet de certains athlètes envers la délégation israélienne est un geste noble, dans une arène politique, et il nous incombe de l’apprécier pour ce qu’il est : un refus de se normaliser avec un pays qui bombarde les jeunes garçons qui jouent sur la plage, qui empêche les jeunes nageurs d’arriver jusqu’à une piscine, et qui interdit aux espoirs olympiques de Gaza de s’entraîner avec leurs compatriotes en Cisjordanie. Nous pouvons alors sûrement apprécier l’exquise ironie de ces cars séparés, au village olympique, pour la délégation d’un pays qui construit des routes séparées pour ses citoyens juifs, des routes qui les emmènent vers les colonies juives, dans des territoires occupés illégalement.
Pendant que les athlètes olympiques rivalisaient à Rio, d’autres jeux étaient en train de se pratiquer à l’autre bout du monde, avec un message politique manifeste : nous ne nous recroquevillerons dans la « civilité » envers un État d’apartheid. À Glasgow, en Écosse, les supporters du Celtic Football Club d’Écosse ont organisé une initiative pour « faire flotter le drapeau de la Palestine, pour le Celtic, pour la Justice », lors d’un match contre l’équipe israélienne de l’Hapoel Beer Sheva. La page Facebook de l’initiative est claire concernant sa compréhension de la réalité politique d’Israël, quand les organisateurs expliquent que le déploiement des drapeaux doit être une « évocation de nos droits démocratiques afin d’afficher notre opposition à l’apartheid d’Israël, à son colonialisme de peuplement et à ses innombrables massacres de la population palestinienne ».

Les supporters avaient été prévenus par l’UEFA qu’ils pourraient se trouver confrontés à des amendes ou à la fermeture d’une partie de leur stade s’ils brandissaient le drapeau palestinien. Mais, comme John Wight l’écrit : « Les supporters du Celtic sont habituellement parmi les mieux conscients politiquement, et les plus lucides de toute réalité démographie dans la société. Pour eux, le Celtic est plus qu’un autre club de football, c’est une institution politique et sociale, une institution qui a toujours soutenu, et qui doit continuer à soutenir, la justice devant l’injustice, le racisme, l’oppression, et contre l’apartheid où et quand il se présente ».
Partout dans le monde, le drapeau palestinien a pris – presque comme le keffieh – une dimension qui dépasse le nationalisme pour exprimer une politique progressiste, une position collective contre la violence systémique, et un anticolonialisme partout. Et alors que le match commençait, les drapeaux palestiniens se mirent à flotter partout dans les tribunes. Une mer de drapeaux palestiniens accueillit l’équipe israélienne, dans un mépris des règles de l’UEFA, et au risque que le Celtic FC soit pénalisé. Oui, de brandir le drapeau fut, sans aucun doute, une expression de solidarité avec le peuple palestinien. Mais ce fut aussi un rejet du système qui se tient derrière l’oppression du peuple palestinien ; un rejet de l’apartheid, du colonialisme et du racisme. Le déploiement de ces centaines de drapeaux palestiniens lors du match du Celtic FC montrait une compréhension d’expériences partagées de la discrimination, de la privation du droit électoral, de la dépossession, et un rejet du discours sioniste. Chaque drapeau qui flottait dans ce stade arrachait une projection d’une normalité d’Israël, de son vernis, mince comme du papier à cigarette, de « démocratie ». Et les médias répandirent la nouvelle, sur tout le globe, amplifiant le geste.

Au-delà du boycott des produits de consommation dans les épiceries, le BDS a, jusqu’à présent, assené un coup majeur à l’image d’Israël. Des artistes continuent d’annuler leurs concerts programmés à Tel Aviv, des associations d’universitaires votent le boycott des institutions israéliennes complices, des Églises examinent leurs portefeuilles afin de les désinvestir des entreprises qui tirent profit des pratiques illégales d’Israël, et les récents évènements en Écosse et aux jeux Olympiques 2016 sont un moyen de principe pour les athlètes de dire : nous ne normaliserons pas avec les représentants d’un État paria. Avant que ces gestes ne soient transformés en incidents antisémites par la propagande sioniste, il incombe aux militants et organisateurs BDS d’expliquer le contexte de ces camouflets, mépris, et refus de satisfaire à un « bon esprit sportif » avec un pays qui viole les droits humains les plus fondamentaux de tout un peuple.

http://mondoweiss.net/2016/08/milestone-the-olympics/
Traduction : JPP pour BDS FRANCE




Mercredi 20 janvier 2016 action contre l’Euro basket Hapoel/Sig à Strasbourg

Un match de basket du club Hapoel (Jérusalem) contre le club de la SIG (Strasbourg) s’est déroulé le 20 janvier à Strasbourg. Pour manifester notre opposition  à l’utilisation du sport (notamment) par Israël  pour tenter de faire oublier ses crimes contre le peuple palestinien (occupation, colonisation, vol  des terres, de l’eau, etc.), nous sommes intervenus non loin du stade où se passait le match.

Nous étions une quinzaine du Collectif Judéo Arabe et Citoyen pour la Palestine et  des organisations signataires de notre tract, dans un froid très vif et nous avons distribué un tract  aux gens qui allaient au match de 19h30 à 20h45, avec pancartes, drapeaux, banderole BDS…. Les gens sortaient du tram ou venaient à pied, ou passaient en voiture et nous attendions au feu rouge pour leur donner le tract.
Nous avons eu différentes réactions, allant de l’hostilité (des jeunes avec un drapeau israélien, des gens nous insultant ) au soutien et même à  la participation à notre action.

Les membres et les supporters du club de l’Hapoel Jérusalem ont pu voir qu’une opération de blanchiment de l’apartheid (par le sport, la culture, etc.) ne pouvait pas passer sans réaction.
Merci à tous les participants d’avoir supporté ce froid pendant plus d’une heure pour informer les gens et appeler au Boycott-Désinvestissement-Sanctions d’Israël !

 

Voici le recto du tract distribué:

SPORTIFS : ON NE JOUE PAS AVEC L’APARTHEID

CHERS AMIS SUPPORTERS,
Vous êtes peut-être venus voir le match de l’Euro-basket SIG-Jérusalem qui s’annonce très prometteur…
Nous voudrions toutefois attirer votre attention sur les faits suivants :

L’Equipe de Jérusalem vient d’un Etat qui n’est, à ce jour, pas un Etat comme les autres : Israël viole le Droit International et les résolutions de l’ONU et pratique l’APARTHEID contre les Palestiniens depuis plus de 60 ans. L’armée israélienne a massacré en 2014 des milliers de personnes dont des centaines d’enfants à Gaza et continue à assassiner quasi quotidiennement.

Au plan sportif les athlètes palestiniens sont SYSTÉMATIQUEMENT entravés dans leur déplacement lors des rencontres inter-palestiniennes ou pour des championnats à l’étranger ; de nombreux cas de destruction de leurs installations techniques sont par ailleurs rapportés.

La majorité des joueurs et cadres du basket israélien font l’éloge de l’armée israélienne et la soutiennent publiquement.

De l’avis même du Ministère israélien de la culture et des sports et de journalistes israéliens, Israël utilise les compétitions sportives engageant des équipes ou des athlètes israéliens comme propagande, pour améliorer son image à l’étranger (de même que les artistes, les échanges universitaires…). Une équipe sportive est dès lors à considérer comme une « ambassadrice » de l’Etat d’apartheid et d’occupation d’Israël.

En réponse à cet état de fait, la société civile palestinienne, soutenue par de nombreux israéliens, a lancé en 2005 un appel pour un mouvement international totalement pacifiste, le « BDS » (BOYCOTT, DESINVESTISSEMENT, SANCTIONS), à l’instar de ce qui s’est fait à l’époque contre le gouvernement ségrégationniste d’Afrique du Sud (qui avait été en particulier exclue des instances sportives internationales, notamment du Comité International Olympique)

Le mouvement BDS, qui se développe dans le monde entier et commence à déstabiliser très fortement l’Etat israélien – appelle ainsi la Fédération internationale de basket (FIBA), de même que la FIFA, le CIO … à exclure Israël jusqu’à ce que cet Etat respecte le Droit international :

ON NE JOUE PAS AVEC L’APARTHEID !

À CE TITRE, NOUS PENSONS QUE LES ÉQUIPES DE BASKET D’ISRAËL MÉRITENT LE MÊME TRAITEMENT QUE LES ÉQUIPES DE RUGBY D’AFRIQUE DU SUD DE L’ÉPOQUE DE L’APARTHEID.

Premiers signataires : CJACP-Femmes en noir-UJFP-PCOF67-Attac Strasbourg-CCA-NPA67- ATMF-PCF FEDE67-
Pour toute info complémentaire, vous pouvez aller sur le site : http://www.bdsfrance.org #OnNeJouePasAvecLApartheid
Pour nous contacter : cjacp@orange.fr




Vidéo et tract de l’action boycott sportif du 20.01.2016 à Strasbourg

SPORTIFS : ON NE JOUE PAS AVEC L’APARTHEID ISRAELIEN !

CHERS AMIS SUPPORTERS,
Vous êtes peut-être venus voir le match de l’Euro-basket SIG-Jérusalem qui s’annonce très prometteur…
Nous voudrions toutefois attirer votre attention sur les faits suivants :

L’Equipe de Jérusalem vient d’un Etat qui n’est, à ce jour, pas un Etat comme les autres : Israël viole le Droit International et les résolutions de l’ONU et pratique l’APARTHEID contre les Palestiniens depuis plus de 60 ans. L’armée israélienne a massacré en 2014 des milliers de personnes dont des centaines d’enfants à Gaza et continue à assassiner quasi quotidiennement.

Au plan sportif les athlètes palestiniens sont SYSTÉMATIQUEMENT entravés dans leur déplacement lors des rencontres inter-palestiniennes ou pour des championnats à l’étranger ; de nombreux cas de destruction de leurs installations techniques sont par ailleurs rapportés.

La majorité des joueurs et cadres du basket israélien font l’éloge de l’armée israélienne et la soutiennent publiquement.

De l’avis même du Ministère israélien de la culture et des sports et de journalistes israéliens, Israël utilise les compétitions sportives engageant des équipes ou des athlètes israéliens comme propagande, pour améliorer son image à l’étranger (de même que les artistes, les échanges universitaires…). Une équipe sportive est dès lors à considérer comme une « ambassadrice » de l’Etat d’apartheid et d’occupation d’Israël.

En réponse à cet état de fait, la société civile palestinienne, soutenue par de nombreux israéliens, a lancé en 2005 un appel pour un mouvement international totalement pacifiste, le « BDS » (BOYCOTT, DESINVESTISSEMENT, SANCTIONS), à l’instar de ce qui s’est fait à l’époque contre le gouvernement ségrégationniste d’Afrique du Sud (qui avait été en particulier exclue des instances sportives internationales, notamment du Comité International Olympique)

Le mouvement BDS, qui se développe dans le monde entier et commence à déstabiliser très fortement l’Etat israélien – appelle ainsi la Fédération internationale de basket (FIBA), de même que la FIFA, le CIO … à exclure Israël jusqu’à ce que cet Etat respecte le Droit international :

ON NE JOUE PAS AVEC L’APARTHEID !

À CE TITRE, NOUS PENSONS QUE LES ÉQUIPES DE BASKET D’ISRAËL MÉRITENT LE MÊME TRAITEMENT QUE LES ÉQUIPES DE RUGBY D’AFRIQUE DU SUD DE L’ÉPOQUE DE L’APARTHEID.

Premiers signataires : CJACP-Femmes en noir-UJFP-PCOF67-Attac Strasbourg-CCA-NPA67- ATMF-PCF FEDE67-
Pour toute info complémentaire, vous pouvez aller sur le site : http://www.bdsfrance.org #OnNeJouePasAvecLApartheid
Pour nous contacter : cjacp@orange.fr

Voir la vidéo : https://drive.google.com/file/d/0B1AgsApCaOg4MDhPRWY5dEF2cVE/vie

Voir le tract




Le club champion européen de Séville rejette les millions d’une sponsorisation israélienne

Ali Abunimah Militantisme et BDS, 12 octobre 2015

alt
Le Séville FC a rejeté l’offre israélienne qui aurait doublé les fonds que le club espagnol recevait précédemment de son sponsor malaisien ((Ismael Molina/Flickr)

Le club de football espagnol de Séville a rejeté une proposition de sponsorisation de 5 millions d’euros conditionnée par une publicité pour le tourisme en Israël à mettre sur les maillots des joueurs.

« Pour la connotation politique » qu’il y avait à paraître soutenir Israël, le FC Séville vainqueur de l’UEFA Europa League 2015 a décliné l’offre, selon le journal sportif espagnol Mundo Deportivo.

Des sources du club ont indiqué site internet ElDesmarque, que l’image que donnerait la sponsorisation d’Israël « pourrait nuire à Séville, en particulier si l’on tient compte des problèmes politiques actuels, des sensibilités et du conflit israélo-palestinien ».

Le ministère du tourisme israélien offrait à Séville plus de deux fois la somme qu’il recevait dans le cadre de son dernier contrat de sponsorisation avec la Malaisie, selon un article sur le site israélien Ynet.

En janvier 2009, Frédéric Kanouté, qui était alors un des joueurs phare du club de Séville, avait eu une amende de la fédération espagnole de football pour avoir porté un teeshirt marqué Palestine pendant un match contre la Corogne.

Ce fut une manifestation largement appréciée de solidarité avec les Palestiniens de Gaza qui essuyaient alors un bombardement massif israélien.

À présent, Séville n’a pas de sponsor pour la saison prochaine, ce qui veut dire que ses joueurs seront sur le terraine en maillots blancs, un coup dur pour les finances du club andalou d’après Mundo Deportivo.

Mais il semble que même les millions éminemment nécessaires ne peuvent tenter suffisamment Séville au point de s’associer avec la marque toxique d’Israël – les massacres à Gaza qui sont sa signature, l’occupation militaire, les attaques de colons contre des Palestiniens en Cisjordanie et les foules criant « Mort aux Arabes » dans les rues de Tel Aviv et de Jérusalem »

Contribution de Dena Shunra à la traduction (de l’espagnol)

Traduction SF pour BDS France

Source : https://electronicintifada.net/blogs/ali-abunimah/europa-football-champions-sevilla-reject-israeli-sponsorship-millions




Eurobasket 2015 à Lille : rassemblement de Génération Palestine contre la présence d’Israël !

Génération Palestine a organisé un rassemblement devant l’entrée du stade Pierre Mauroy de Villeneuve d’Ascq ce dimanche 13 septembre 2015 à l’occasion du match basket d’Israël à l’Eurobasket 2015. Malgré la pluie battante, les militants étaient présents pour dénoncer la participation d’Israël : nous ne pouvons tolérer, chez nous, dans notre stade, la présence d’un état qui pratique l’apartheid et qui colonise impunément la Palestine.

#OnNeJouePasAvecLApartheid




Compte rendu du lancement de la Campagne BDS France contre la présence d’Israël à l’Eurobasket 2015

Compte rendu du lancement de la Campagne BDS France contre la présence d’Israël à l’Eurobasket 2015 le 5 septembre

Dans les médias…:http://www.mediaterranee.com/0562015-eurobasket-2015-une-competition-sous-la-pression-du-bds-face-israel.html

ML_5_09

 

 




Campagne EuroBasket 2015 : #OnNeJouePasAvecLApartheid

CAMPAGNE EUROBASKET 2015

MONTPELLIER – LILLE

#OnNeJouePasAvecLApartheid

Du 5 au 20 septembre 2015, les 24 meilleures équipes européennes et leurs plus grandes stars s’affronteront pour le titre continental. Parmi elles, Israël (qui ne fait pas partie de l’Europe) figure dans le groupe A avec la France, la Pologne, la Finlande, la Bosnie Herzegovine et la Russie dont les matchs se dérouleront à Montpellier en France.

BOYCOTT ISRAËL : UN APPEL DE LA SOCIÉTÉ CIVILE PALESTINIENNE
En 2005 la société civile palestinienne a lancé un appel pour un mouvement BDS (Boycott, Désinvestissements et Sanctions) à travers le monde : « Nous, représentants de la Société civile palestinienne, invitons les organisations des sociétés civiles internationales et les gens de conscience du monde entier à imposer de larges boycotts et à mettre en application des initiatives de retrait d’investissement contre Israël tels que ceux appliqués à l’Afrique du Sud à l’époque de l’Apartheid. Nous faisons appel à vous pour faire pression sur vos états respectifs afin qu’ils appliquent des embargos et des sanctions contre Israël, […] Ces mesures de sanction non-violentes devraient être maintenues jusqu’à ce qu’Israël honore son obligation de reconnaître le droit inaliénable des Palestiniens à l’autodétermination et respecte entièrement les préceptes du droit international […] »
C’est pourquoi nous refusons la participation de l’Equipe de basketball israélienne à l’Eurobasket 2015. De plus certains joueurs cadres de l’équipe d’Israël vont jusqu’à faire l’éloge et à soutenir publiquement l’armée israélienne et l’attaque de l’été 2014 contre la population civile de la Bande de Gaza, au cours de laquelle en 51 jours 2200 Palestiniens dont 570 enfants ont été massacrés.

ISRAËL UTILISE LE SPORT COMME PROPAGANDE
Le Ministère israélien de la Culture et des Sports, dont dépend la fédération israélienne de basket, reconnait lui-même que les événements sportifs permettent à Israël « d’améliorer son image ».
En effet, la participation d’Israël aux compétitions sportives internationales est une occasion pour cet Etat de se présenter aux yeux du monde comme « fair-play », alors qu’il viole impunément les droits Humains, les lois internationales et les résolutions de l’ONU depuis plus de soixante ans. Qu’il ne respecte en rien les valeurs du sport, qu’il détruits les équipements sportifs palestiniens, empêche les sportifs palestiniens de circuler en Palestine et d’aller à l’étranger. Accepter la participation d’Israël c’est normaliser les politiques d’occupation, de colonisation et d’apartheid que fait subir le régime sioniste à l’ensemble du peuple palestinien.
C’est pourquoi cette équipe doit être considérée comme une « ambassadrice » de l’Etat d’apartheid et colonial d’Israël et traitée comme telle.

ON NE JOUE PAS AVEC L’APARTHEID
A ce titre l’équipe de basket d’Israël mérite le même traitement que l’équipe de rugby d’Afrique du sud de l’apartheid, les Springboks, quand elle était la cible, lors de ses déplacements, de contestations populaires à cause de son rôle de représentant d’un état d’apartheid. L’Afrique du Sud avait logiquement été exclue des instances sportives internationales notamment du Comité International Olympique.

C’EST POURQUOI NOUS APPELONS
la FIBA et plus généralement les instances sportives internationales (notamment le CIO et la FIFA) à exclure Israël jusqu’à ce que cet Etat respecte le droit international.
– Toutes les personnes de conscience, citoyens, supporter, joueurs, officiels, à se mobiliser contre la venue de l’équipe israélienne de basket à Montpellier en solidarité avec le peuple palestinien.
– Les équipes participantes à boycotter la compétition et à refuser de jouer contre l’équipe d’Israël. Un match contre Israël ne doit pas être considéré comme normal.
La Campagne BDS France – 25 août 2015 – http://www.bdsfrance.org/campagnebdsfrance@yahoo.fr
#OnNeJouePasAvecLApartheid
 


EUROBASKET 2015 CAMPAIGN

MONTPELLIER – LILLE

#DontPlayWithApartheid

From 5 to 20 September, the 24 best European teams with their biggest stars will compete to win the continental title. Among them is Israel (which is not part of Europe), which has been placed in group A with France, Poland, Finland, Bosnia and Russia, whose matches will be held in Montpellier, France.

BOYCOTT ISRAEL : A CALL FROM THE PALESTINIAN CIVIL SOCIETY
In 2005, Palestinian civil society launched a call for a worldwide BDS movement : « We, representatives of Palestinian civil society, call upon international civil society organizations and people of conscience all over the world to impose broad boycotts and implement divestment initiatives against Israel similar to those applied to South Africa in the apartheid era. We appeal to you to pressure your respective states to impose embargoes and sanctions against Israel . […] These non-violent punitive measures should be maintained until Israel meets its obligation to recognize the Palestinian people’s inalienable right to self-determination and fully complies with the precepts of international law […] »
Therefore we refuse to accept the participation of the Israeli basketball team in the EuroBasket 2015 tournament. Furthermore some of the key players of the israeli team go as far as praising and openly supporting the Israeli occupation army and the summer 2014 attack against the civilian population of the Gaza Strip, during which 2,200 Palestinians were killed including 570 children in 51 days.

ISRAEL USES SPORTS AS PROPAGANDA
The israeli Ministry of Culture and Sport, supervisory authority ot the Israel Basket Association, recognizes itself that the sport events « can improve Israel’s image in the world ».
Indeed, such events allow the state of Israel to appear in the eyes of the world as one that is fair play, while this same state is violating international law and UN resolutions with total impunity for more than sixty years. While it in no way respects the values of sport, destroys palestinian sports facilities, and prevents palestinians athletes in Gaza from travelling in Palestine or abroad.
Accepting the participation of Israel is normalizing its politics of occupation, colonisation and apartheid that the zionist regime imposes on the entire Palestinian people.
That is why this team has to be considered as an « ambassador » of the apartheid and colonial state of Israel and has to be treated as such.

DON’T PLAY WITH APARTHEID
We therefore consider that the Israeli basketball team deserves the same treatment as that faced by apartheid South Africa’s rugby team, the Springboks. When travelling in the past it was the target of mass protests due its role as representative of an apartheid state. South Africa had logically been excluded from international sporting bodies including the International Olympic Committee.

THAT’S WHY WE CALL UPON
– FIBA Europe and, more generally, international sports bodies (including IOC and FIFA) to exclude Israel until that state respects international law.
– All people of conscience, citizens, supporters, players and officials, to mobilize, in solidarity with the Palestinian people, against the visit of the Israeli basketball team to Montpellier.
– The participating teams to boycott the competition and refuse to play against the Israeli team. A match against Israel cannot be considered as a normal match like any other.

French BDS campaign – 25 August 2015 – http://www.bdsfrance.org/campagnebdsfrance@yahoo.fr

#DontPlayWithApartheid




Les sociétés civiles de Palestine et du Brésil lancent la campagne des « Jeux Olympiques sans apartheid »

À un an du démarrage des jeux Olympiques de Rio de Janeiro, le Comité National Palestinien du Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BNC) qui dirige le mouvement BDS mondial contre Israël lance, avec des mouvements sociaux au Brésil, la campagne des « Jeux Olympiques sans apartheid ».

La première cible de la campagne est ISDS, Systèmes de Sécurité et de Défense Internationales, une compagnie israélienne qui a remporté un marché en octobre dernier auprès du Comité d’organisation Olympique de Rio 2016. Cette société est partie intégrante du régime israélien d’occupation, de colonisation et d’apartheid contre les Palestiniens. Elle se vante d’avoir été fondée sur la base de l’expérience du Mossad, les services secrets criminels d’Israël, et elle est largement accusée d’avoir entraîné des escadrons de la mort et soutenu des dictatures en Amérique centrale dans les années 1980.

Ainsi que l’indique le BNC, « les sociétés militaires israéliennes, qui sont toutes fortement impliquées dans les crimes de guerre d’Israël contre le peuple palestinien, entre autres, voient les Jeux Olympiques comme une opportunité de faire du profit et comme un moyen d’exporter leur expertise « testée sur le terrain » dans le maintien de l’apartheid, de la répression et de la militarisation d’espaces urbains de par le monde. Il faut les stopper ».

Une série d’événements internationaux a été organisée à Sao Paulo et Rio de Janeiro du 3 au 6 août ne coordination avec des mouvements brésiliens et avec la coalition « Des Jeux Olympiques pour qui ? » afin de renforcer l’opposition à ces contrats au Brésil et de lancer un appel mondial à rejoindre à la campagne.

Jamal Juma, coordinateur de la campagne « Stop le Mur » et un des intervenants à la conférence a déclaré :

« Il est absolument vital pour nous que nous soyons unis pour garantir la fin de l’impunité en Palestine et dans le monde. Il est inacceptable qu’Israël ait toujours le droit d’exporter son expertise en matière de répression et de violation des droits humains vers tous ceux qui sont intéressés à appliquer ces techniques contre leur propre peuple. Il est choquant que les J.O. 2016 de Rio offrent à ISDS une plateforme internationale pour se blanchir de sa complicité dans des violations graves des droits humains en Palestine et en Amérique centrale ».

En mai 2015, le gouvernement brésilien a pris ses distances vis-à-vis de cette société, à la suite d’une intense pression exercée par la société civile, frustrant ainsi ISDS qui espérait une plus grosse part du coût de la sécurité pour les J.O., estimé à 2,2 milliards de dollars.

Les organisations de la société civile brésilienne accusent les autorités brésiliennes d’être non seulement complices des violations du droit international par Israël mais aussi d’utiliser la technologie militaire « testée sur le terrain » pour réprimer les mouvements sociaux, avec un impact dévastateur sur la vie de la jeunesse brésilienne noire et pauvre.

Pedro Charbel, le coordonnateur du BNC pour la campagne en Amérique latine explique : « ISDS utilise les J.O. comme vitrine de son travail au Brésil, mais le marché passé entre le Comité olympique et cette société n’est que la partie émergée de l’iceberg. En dépit de son soutien aux droits des Palestiniens au niveau diplomatique, le Brésil est le cinquième plus gros marché d’exportation israélienne d’armes. BDS se développe en Amérique latine et au Brésil en particulier, à un rythme impressionnant et, les mouvements sociaux du pays sont déterminés à ne pas lâcher jusqu’à ce que cesse le rôle du Brésil dans le maintien de l’apartheid israélien ».

 

Plus d’info à: http://www.bdsmovement.net/2015/palestinian-and-brazilian-civil-society-launch-olympics-without-apartheid-campaign-13256#sthash.XRguC0ud.XgrhQXMf.dpuf

Traduction SF pour BDS France