Home»A CLASSER»Collaboration avec l’occupation, Alstom perd un contrat de 10 milliards $ en Arabie Saoudite

Collaboration avec l’occupation, Alstom perd un contrat de 10 milliards $ en Arabie Saoudite

0
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print
Alstom est mis sous pression par les organisations de solidarité avec la Palestine

Le BDS National Committee [BNC] annonce une victoire attendue depuis longtemps, après qu’Alstom ait perdu l’attribution de la deuxième phase du projet ferroviaire Haramain en Arabie Saoudite pour une valeur de $10 milliards de dollars américains, après une campagne BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) ainsi qu’une campagne efficace baptisée Karama, une initiative européenne contre le métro et les transports ferroviaires d’Alstom.

En 2008, la coalition BNC, la plus grande coalition de la société civile palestinienne, avec l’appui de partenaires en Europe et en Israël, a lancé la campagne Faites dérailler Véolia et Alstom, en raison de l’implication de ces deux sociétés à Jérusalem en Israël dans le projet illégal du Jerusalem Light Rail (JLR – tramway), qui vise explicitement à « judaïser Jérusalem » – selon les déclarations officielles israéliennes – en cimentant le lien avec les colonies construites illégalement sur des terres palestiniennes occupées dans et autour de Jérusalem.

Depuis, Veolia a perdu plus de 12 milliards de dollars de contrats à la suite des campagnes de boycott en Suède, au Royaume-Uni, en Irlande et ailleurs. La société Alstom elle aussi, a souffert des pertes importantes lorsque les fonds de pension suédois AP7 l’ont exclue de leur portefeuille d’investissement, après avoir été aussi exclue de la banque néerlandaise ASN en raison de son implication dans l’occupation israélienne des terres palestiniennes.
Alstom a récemment annoncé son intention de se retirer du projet.

La décision [saoudienne] est en conformité avec une décision adoptée par consensus lors d’un Sommet Arabe tenu à Khartoum en 2006 qui condamnait le projet JLR et appelait « les deux sociétés françaises [Alstom et Veolia] à se retirer immédiatement du projet », tout en exigeant que des mesures punitives soient prises contre ces deux sociétés « si elles n’obtempéraient pas. » Le Sommet Arabe a également exhorté le gouvernement français à prendre les mesures nécessaires à cet égard pour honorer ses obligations en vertu du droit international.

En mars 2010, le Conseil des droits humains des Nations Unies a dénoncé le projets israélien JLR comme étant « une violation flagrante du droit international et des résolutions des Nations Unies. »

Dans ses commentaires sur la concurrence féroce entre le consortium conduit par Alstom et le rivale espagnol au cours de la deuxième phase du projet ferroviaire Haramain, le journal émirati Al-Ittihad, parle de « facteurs multiples » qui ont influencé la décision d’attribution du contrat, ce qui laisse entendre que des facteurs politiques ont été pris en considération.

La coalition BNC et plusieurs de ses partenaires ont utilisé les canaux privés et publics pour pousser les dirigeants saoudiens à exclure Alstom de la deuxième phase de ce projet d’envergure, lequel permettra de relier par chemin de fer La Mecque à Médine, alors qu’Alstom avait remporté un contrat beaucoup plus modeste pour la première phase du projet.

En 2009, les organisations membres de la coalition BNC, de Stop the Wall et de la Coalition civique pour la défense des droits des Palestiniens à Jérusalem, ont publié des études approfondies sur la participation d’Alstom dans le projet illégal JLR. Des copies ont été envoyées aux responsables saoudiens, tout en incitant les dirigeants palestiniens à s’adresser aux autorités saoudiennes pour leur demander d’exclure Alstom de leurs contrats.

Jamal Jumaa, coordinateur de Stop the Wall et membre du secrétariat de la coalition BNC a commenté les informations en disant : « Cette grande victoire sera célébrée dans le monde entier. Nous espérons que ce sera la première de nombreuses décisions chassant Alstom hors du monde arabe et au-delà, lui faisant payer au prix fort sa complicité dans les violations israéliennes des droits des Palestiniens. »

« La campagne Faites dérailler Veolia et Alstom continuera jusqu’à ce que [ces deux sociétés] cessent leur complicité avec l’apartheid israélien, et aient versé des dédommagements pour les dommages que leurs actions ont causés. »

« La campagne mondiale Faites dérailler Veolia et Alstom a envoyé un message fort aux entreprises qui collaborent aux violations par Israël du droit international : le prix de leur complicité sera extrêmement élevé. »

« Nous sommes profondément reconnaissants à tous nos partenaires de la campagne BDS au niveau mondial qui ont rendu cela possible après trois années d’une campagne diligente et efficace. »

Comité national BDS (BNC)

Sur le même thème :

- Victoire BDS : Veolia contraint de revendre ses parts du tramway de Jérusalem – 25 octobre 2010
- Véolia essaie de blanchir le projet illégal de tramway à Jérusalem – 30 août 2010
- Le Conseil municipal de Swansea interdit de futurs contrats avec Veolia – 16 juillet 2010
- Plaidoyer pour le boycott d’Alstom et Veolia dans le Golfe – 20 novembre 2009
- Le boycott fait dérailler le tramway de Jérusalem – 25 septembre 2009
- Veolia toujours mêlée à l’occupation israélienne – 22 septembre 2009

27 octobre 2011 – BDS Movement – Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.bdsmovement.net/2011/als…
Traduction : Info-Palestine.net

Source:  Info-Palestine.net

Previous post

Un nouveau groupe de la Campagne BDS internationale écrit à Oumou Sangaré !

Next post

Match de foot France-Israël EURO 2013 : boycott