Home»GENERAL»Communiqués BDS»Communiqué face aux malveillances contre les militants BDS

Communiqué face aux malveillances contre les militants BDS

3
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

FACE AUX MALVEILLANCES DONT SONT VICTIMES DES MILITANT-E-S  DE BDS, NOUS NE NOUS LAISSERONS PAS INTIMIDER

Les ennemis de la Campagne BDS ont intenté des procès contre des militants.

Récemment ils ont eu recours à un autre type d’agression. Ils ont usurpés l’identité de militants ou d’un proche, ont fait croire à la police que ces militants ont commis des crimes ou des agressions très graves, et ont fait débarquer la police et deux fois le SAMU chez ces militants.

Trois militants ont été victimes coup sur coup de ces malveillances, soit successivement Jean-Guy Greilsamer, Pessi Borell et Bénédicte Bauret.
Pessi et Jean-Guy sont militants de la Campagne BDS France et de l’Union Juive Française pour la paix. Les récits de leur mésaventure sont reproduits sur le lien :
http://www.ujfp.org/spip.php?article3980

Bénédicte Bauret est conseillère municipale Front de Gauche dans la mairie de Mantes-la-Ville, dirigée par le Front national.
Elle est récemment intervenue pour démasquer la politique de la fondation Pharma’Dom (informations sur le lien http://www.ujfp.org/spip.php?article4009 ) et elle a écrit le 12 mars :

Hier soir, alors que j’étais à une réunion publique du Front de Gauche à l’Agora de Mantes la Jolie, le commissariat de Mantes la Jolie reçoit un appel masqué d’une personne se présentant comme mon compagnon et indiquant qu’il vient de me tuer et qu’il tient en otage notre fille, dans le même temps, le SAMU reçoit un appel téléphonique du No de mon téléphone fixe donnant la même information.

Dans les minutes qui suivent, une dizaine de policiers arrivent à mon domicile, pénètrent dans la maison et interpellent mon mari, ils fouillent la maison, ne trouvent pas de mort mais ma fille qui déclare ne jamais avoir été prise en otage.

J’avais, bien sûr, coupé mon téléphone pendant la réunion publique…quand enfin j’ai vu les appels du commissariat de police, je suis rentrée à la maison car ils voulaient vérifier que j’étais bien vivante et je me suis expliquée avec la police.

 

Face à ces exactions, les militants ont porté plainte et veilleront à ce que le ou les auteurs des malveillances soient débusqués, poursuivis et condamnés.

Nous recommandons aux militants de BDS à la fois d’être vigilants et de ne pas se laisser intimider.

Etre vigilants : ne pas répondre aux appels téléphoniques suspects ou non identifiés, demander à la personne inconnue de laisser son n° de téléphone s’il n’apparait pas, ne pas faire circuler nos noms ou adresses sans discernement, etc

Mais en même temps, ces minables tentatives d’intimidation ne nous freineront pas. Elles renforcent au contraire notre volonté de développer les mobilisations que promeut la Campagne BDS.

Nos actions relèvent de la liberté d’expression pour dénoncer un régime d’apartheid et manifester notre solidarité avec le peuple palestinien.
Nous militons avec enthousiasme, parce que la vraie justice et le droit légitime sont de notre côté !
Et de même qu’il a été mis fin à l’apartheid en Afrique du Sud, il sera mis fin aussi à l’apartheid israélien !

La Campagne BDS France

Previous post

Solidarité avec Abdel Zahiri. 17 mars 8h30 tous au tribunal de Carpentras

Next post

Nouvelle attaque contre les militants de la campagne BDS FRANCE