Home»ACTIONS ET EVENEMENTS»Appels»Les Palestiniens appellent à boycotter un festival en Allemagne, la RuhrTriennale, et l’accusent de maccarthysme

Les Palestiniens appellent à boycotter un festival en Allemagne, la RuhrTriennale, et l’accusent de maccarthysme

7
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

Déclaration de PACBI

Les Palestiniens appellent à boycotter un festival en Allemagne, la RuhrTriennale, et l’accusent de maccarthysme

13 juin 2018 / par PACBI / Allemagne

Le festival de la RuhrTriennale en Allemagne a annulé hier le spectacle des Young Fathers après avoir échoué à ce que le groupe primé renonce à soutenir les droits palestiniens et le mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), dirigé par des Palestiniens et nominé pour un prix Nobel de la Paix.

La RuhrTriennale punit les Young Fathers pour s’être retirés l’an dernier de Pop-Kultur, un autre festival allemand, à cause de son parrainage officiel par l’ambassade israélienne. Huit interprètes se sont retirés du Festival Pop-Kultur 2017 à cause de son partenariat avec Israël.

Les Young Fathers ont réaffirmé leur soutien des droits palestiniens et du mouvement BDS dans une déclaration publiée par le mouvement « Artists for Palestine  (Royaume-Uni) » :

« Nous considérons que c’est une mauvaise décision, profondément injuste, du festival d’adopter cette position et de nous demander de prendre des distances avec nos principes sur les droits humains pour que notre représentation soit maintenue.

Quiconque connaît le groupe et notre histoire sait que nous nous opposons à toutes les formes de haine et de discrimination raciale. Nous l’avons toujours fait. Et, comme BDS, nous ne « tolérons aucun acte, aucun discours, qui adopte ou promeuve, entre autres, le racisme anti-noir, le racisme anti-arabe, l’islamophobie, l’antisémitisme, le sexisme, la xénophobie ou l’homophobie ».

Pop-Kultur est confronté cette année à une campagne croissante de boycott. Quatre interprètes se sont déjà retirés du festival pour protester contre sa collaboration avec Israël. L’important compositeur et producteur Brian Eno a appelé cette collaboration «  un blanchiment ».

De nombreux artistes ont condamné la décision de la RuhrTriennale comme une « suppression de la libre expression » et une « censure », en utilisant le hashtag #SupportYoungFathers qui se diffuse rapidement. Ils incluent l’actrice Miriam Margolyes, qui a joué dans des films de la série Harry Potter, les musiciens Brian Eno et Thurston Moore, la dramaturge Caryl Churchill, les réalisateurs Ken Loach et Paul Laverty, les écrivains Ahdaf Soueif, Yann Martel et Molly Crabapple.

Eno a déclaré :

« Critiquer le gouvernement israélien après les massacres récents de manifestants palestiniens non armés n’est pas de l’antisémitisme. C’est être pro-civilisation – parler en faveur d’un comportement civilisé et contre la brutalité d’état. C’est se dresser pour dire : ‘La règle du droit s’applique partout’. »

La Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI), membre de la plus large coalition de la société civile palestinienne qui dirige le mouvement global BDS, exhorte les artistes de conscience et les défenseurs de la libre expression à montrer leur solidarité avec les Young Fathers et à boycotter le festival de la RuhrTriennale.

Le maccarthysme éhonté de la Triennale et la tentative désespérée pour protéger de toute censure et exonérer de toute responsabilité le régime israélien d’extrême-droite, d’apartheid, d’occupation et de nettoyage ethnique sont des formes flagrantes de complicité.

Les festivals allemands de la RuhrTriennale et de Pop-Kultur ont reçu des condamnations sans précédent pour ce qui ressenti comme une défense du gouvernement israélien à la lumière du dernier massacre israélien à Gaza, où plus de 110 civils ont été abattus, y compris des enfants et des personnels médicaux, et plus de 13 000 blessés, beaucoup à balles réelles. Amnesty International a condamné la politique israélienne de « tirer-pour-tuer-ou-pour-mutiler ».

Les brimades et la censure de Young Fathers par la RuhrTriennale à cause de leur soutien de principe aux droits humains palestiniens doivent être parmi les plus flagrants indicateurs à ce jour de la montée d’un maccarthysme anti-palestinien en Allemagne. La loyauté au racisme et à l’oppression d’extrême-droite d’Israël devient le test décisif d’acceptabilité pour certaines élites allemandes.

Confondre l’opposition aux crimes de guerre israéliensy compris les colonies illégales, le siège et le nettoyage ethnique — avec un sectarisme anti-juif est une forme de répression anti-palestinienne et de racisme anti-arabe dont l’intention est de réduire au silence les critiques d’Israël. Cela dessert également les combats actuels contre le vrai racisme anti juif, comme l’ont souvent expliqué les groupes juifs progressistes en Europe et aux États-Unis.

Le soutien aveugle de l’establishment allemand pour le régime fanatique de colonisation et d’apartheid d’Israël contredit radicalement l’opinion publique. Selon des sondages récents, le peuple allemand est opposé au régime d’Israël dans une proportion de cinq contre un.

Dans un sondage de l’opinion publique internationale de la BBC, en 2017, Israël est le quatrième pays le moins populaire sur la liste. Seuls 7% des Allemands dans ce sondage voyaient l’influence d’Israël dans le monde comme «  surtout positive », alors que 36% la voyaient comme «  surtout négative ».

Ancré dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, le mouvement BDS s’oppose à toutes les formes de racisme et de discrimination, y compris le racisme anti-noir, le racisme anti-arabe, l’islamophobie, l’antisémitisme, le sexisme, la xénophobie et l’homophobie.

BDS, qui a été en partie inspiré par la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud, appelle à faire pression non violemment pour mettre un terme aux violations flagrantes par Israël du droit international et pour sauvegarder les droits humains du peuple palestinien.

La Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI) a été lancée en 2004 afin de contribuer à la lutte pour la liberté, la justice et l’égalité palestiniennes. PACBI promeut le boycott des institutions universitaires et culturelles d’Israël, étant donné leur profonde et durable complicité dans le déni par Israël des droits palestiniens tels qu’ils sont stipulés dans le droit international.

Visitez le site de PACBI https://bdsmovement.net/pacbi et suivez-nous sur Twitter @PACBI

Source: PACBI

Traduction: C.G pour BDS France

Previous post

Artistes et journalistes de radiotélévision palestiniens : pour un boycott de l’Eurovision 2019 !

Next post

BDS France très présent les 11 et 13 juin 2018 contre le salon de l’armement Eurosatory