Home»BDS, QU'EST-CE QUE C'EST ?»BOYCOTT DES ENTREPRISES»L’horticulture sioniste, une succes story épineuse et frigorifique…

L’horticulture sioniste, une succes story épineuse et frigorifique…

0
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

Waroquiez

« L’important, c’est la rose » ?

Celles et ceux qui pensent que le boycott des roses, des fleurs en général, des dattes, des fruits, des avocats … ne sert à rien parce qu’Israël et ses colons gagnent bien plus d’argent via d’autres secteurs (électronique, armement, diamants…), ne se rendent probablement pas bien compte d’une part de l’importance que représente l’agriculture dans l’idéologie sioniste ( et plus particuliérement pour les « pionniers » ( les colons militaires, religieux et autres) et d’autre part des conséquences dramatiques de la colonisation pour la population palestinienne et notamment les agriculteurs.

Qu’en dit le KKL, chantre de l’écoblanchiment ?

Le KKL, qui fête ses 110 ans, répète depuis 110 ans la même propagande, notamment lorsqu’il invite à verser de l’argent pour soutenir ses projets de « développement durable » et « faire fleurir le désert » (www.kkl.be) ou encore lorsqu’il invite des ambassadeurs à venir dans le Neguev, visiter son centre de recherche et développement à Besor ou les nouvelles constructions sionistes de Halutsiot (la description de l’implantation indique une école, un jardin d’enfants, et un centre de préparation militaire…). Extraits: « Les fleurs font la renommée d’Israël dans le commerce mondial. Ce n’est plus un secret que le commerce floral israélien est devenu la tendance à suivre (…). A Halutsiot, deux communautés d’une centaine de familles jadis expulsées du Gush Khatif (Gaza) ont refondé une nouvelle vie pour s’occuper de l’exploitation de centaines de serres où poussent des fleurs que vous retrouverez pour la plupart sur les étals de vos fleuristes préférés en Europe. »
Ailleurs, (www.terredisraël.com) il se vante d’avoir construit des réservoirs d’eau et des lacs artificiels, traité et drainé des lits de rivière, restauré l’environnement, créé des parcs …
Sur un autre site, commercial, (www.flowers-israël.net), on peut lire que les roses sont connues comme « symbole du courage israélien » …A chacun ses croyances. Quant à nous, nous appelons, notamment à l’approche du 14 janvier (fête commerciale de « Saint Valentin ») à boycotter leur vente, leur achat, leur commerce, afin d’attirer l’attention sur l’envers de la propagande et le sens de l’Appel Boycott Désinvestissement Sanctions (BDS) visant à instaurer de manière non violente et non raciste, la justice sur l’ensemble du territoire de la Palestine mandataire (d’avant 48).
Mais nous voulons aussi, dans la foulée du Tribunal Russel pour la Palestine, que le monde politique s’empare de la question et que les sociétés impliquées d’une manière ou d’une autre dans la colonisation des territoires palestiniens et la situation d’apartheid mise en place soit poursuivies en justice. Pour cela nous avons ébauché une recherche des liens qui unissaient de manière plus ou moins transparente les colonies, Israël, les sociétés européennes, et quelques lieux de transit comme l’aéroport de Liège-Bierset …

 Liège-Bierset

Des photographies ont été prises dans les entrepôts de la société israéliennes CAL (Cargo Airlines) -LACHS (centre de logistique associé), établis sur le site de l’aéroport de Liège-Bierset suite à l’accident dramatique de Amsterdam-Schiphol provoqué par un avion de la compagnie israélienne El Al transportant officiellement des fleurs et des parfums. Les photographies indiquent plusieurs marques et compagnies . Notamment Edom et Aviv. Nous avons fait une recherche avec les moyens dont nous disposons. En voici quelques éléments.
Edom (www.edom.co.il) est en fait une société qui travaille avec Arava (www.arv.co.il), un fournisseur de grossistes américains et hollandais. La région de Arava est située dans le Neguev, on y trouve beaucoup de serres et elle est sponsorisée par le KKL. Elle est présentée comme leader des exportateurs de fleurs coupées du type lisiantus, pivoines … (www. Infolive.fr). Edom UK, créé en 2003 est devenu une cible de BDS (voir site de whoprofits).
. L’entreprise Floraholland y est aussi signalée (voir les sites htpp://
On sait bien que les routes N-S de la Vallée du Jourdain (30% de la Cisjordanie occupée considérés comme zone C ) sont des routes réservées à l’armée, aux colons d’Israël, aux camions des sociétés agricoles israéliennes (Carmel-Agrexco était l’une d’elle jusqu’à sa faillite récemment). La colonisation a été lancée très tôt après l’occupation par le Ministre Allon et il ne reste plus que 50000 Palestiniens dans la Vallée, un cinquième de la population de 1967, tant la vie des villageois est difficile à cause de l’armée et des colons (routes détruites, privation d’eau, destruction de maisons, tirs, barrages militaires …). Ils ne disposent de quasi plus d’eau et de terres. L’armée, la compagnie israélienne Mekorot, les colons et leurs serres, accaparant le reste.

Aviv Corporation (www.aviv-flowers.co.il) a son siège à l’ouest de la Ligne Verte, plus précisément dans le Parc de Emmek Heffer (un parc industriel où on trouve notamment la société ORBIT, productrice de systèmes de repérage et d’antennes pour les jeeps de l’armée et l’aérospatiale). Son site indique notamment qu’elle a été créée en 1978 ,que c’est la plus importante société indépendante qui exporte les fleurs d’Israël, qu’elle a commencé ses exportations en 1999, et qu’elle exporte surtout des fleurs du centre d’Israël. Les fleurs sont emballées sur place et les caisses sont envoyées par camions frigorifiques vers l’aéroport de Ben Gourion d’où elles partent vers l’Europe en avion, tandis que d’autres partent en bateaux du port de Haïfa.
La région de Emmek Heffer est délimitée au NO par Hadera, au SO par Netanya, à l’Est par le Mur construit dès 2002 sur les terres palestiniennes de Zeita, Tulkarem, Fa’run, Irta…
C’est une région décrite par le site www.jewishrichmond.org comme essentiellement agricole avec de nombreux kibbutzim ou des moshavim exploitant des serres. Effectivement, en observant les vues satellites on en voit beaucoup au Nord et au Sud de la route E-O numéro 57: à Nitzanéi au Sud de la route, ou encore à Ahituv, un moshav créé en 1951 ou encore à Olesh, un autre moshav situé comme Ahituv au Nord de la route 57 qui allait de la mer méditerranée (Netanya ) vers l’est et est maintenant stoppée par le Mur à Tulkarem.
Les Palestiniens avec la construction du Mur se sont retrouvés privés de nombreux puits, de citernes, des maisons ont été détruites, des centaines de mètres de tuyaux d’irrigation…

L’environnement et les frontières

Le Moshav Olesh, se présente comme leader du marché des roses, et producteur de roses hors sol. C’est là que se trouve Teshiva-TAP (Teschiva Agricultural Projects) qui exporte en plus des roses, des gypsophiles et des fleurs coupées vers l’ Europe notamment la Hollande. Il indique travailler avec des fermes en Inde, en Thaïlande, en Ethiopie… et vous invite sur son site (taprojects.com) à visiter son stand à Berlin pour y découvrir l’usage des nouvelles technologies agricoles dont il est spécialiste.
Olesh et Teschiva sont à l’ouest de la Ligne Verte et donc rien à voir avec ce qui se passe de l’autre côté ??? Oh que si !!!
De l’autre côté…on a le Mur qui déborde de la ligne verte en volant à l’est des terres aux Palestiniens de Cisjordanie.A l’est de Ahituv, de l’autre côte du Mur, il y a le village palestinien de Zeita, à l’est de Olesh et de Nitsanéi, de l’autre côté du Mur c’est la ville de Tulkarem et ses camps de réfugiés des campagnes d’épuration ehniques israéliennes, ainsi que les villages de Irthah et Far’un.
Nous nous sommes rendus et avons manifesté en ces endroits en 2004: nous y avons observé (ainsi que de nombeuses ONG et élus (?) des centaines d’oliviers tronçonnés, arrachés, les dizaines de villageois enfermés entre le Mur, les « portes » (en réalité des barrages), les routes de contournement (by-pass roads) interdites aux Palestiniens ( sur leurs terres). Voisines d’usines polluant l’eau et l’air, délocalisées d’Israël près de Tulkarem, les serres de Monsieur Fayez Odeh Al Taneeb que nous avons visitées n’étaient plus que décombres, sa citerne, les tuyaux d’irrigation au goutte à goutte étaient démolis. (nous diposons d’un documentaire à ce sujet, montrant le rôle de Caterpillar).. Du toit de la maison familiale , la maman de Fayez ne pouvait même plus espérer apercevoir (à cause du Mur de béton) la localité dont elle était originaire avant la Nakba, près de Netanya… ». A Far’un, tout comme à Zeita, nous avons constaté combien le Mur pénétrait en Cisjordanie pour accaparer des terres. Toute la région déjà spoliée par le Mur à l’ouest, est en plus prise en tenaille à l’Est par un alignement de colonies Nord-Sud tandis qu’à la latitude de Far’un une route réservée aux israélins et colons juifs uniquement fait la jonction avec Israël …
Libération a écrit en son temps que le Président du Conseil régional de Emmek Heffer s’était d’ailleurs enorgueilli d’être à l’origine de la construction du Mur dont il avait lancé l’idée déjà dans les années 9O juste après Oslo.

Quel contraste entre la partie occupée, détruite par Israël et les beautés d’Emmek Heffer vantées sur les sites israéliens (promotion de villas avec piscines, terrains de tennis, sites naturels à juste quelques kilomètres de la Méditerranée …), ses projets de sauvetage écologiques (vallée de l’Alexander, station de bio-gaz) …mais ce ne sont que « les deux faces d’une même pièce ».

Des caisses de Bierset aux bouquets L.L.S.S. labélisés Benelux des stations service: pas de transparence

On lit sur les caisses de Aviv photographiées à Bierset, dans les entrepôts de la société israélinne CAL-LACHS, non seulement l’adresse du site de la société en Israël mais aussi un code-barres 700 (Norvège ?), une adresse mail aux Pays-Bas (avivflow@kabelfoon.nl), des numéros de téléphone et de fax avec le préfixe des Pays-Bas (31).
La Belgique dispose d’un important marché de fleurs à Neder-Over-Hebeek (société coopérative Euroveiling qui indique commercialiser des fleurs importées d’Israël) mais le plus grand marché aux fleurs est sans conteste aux Pays-Bas, à Aalsmeer, où se trouve justement une des implantations de la société Floraholland dont nous avons parlé plus haut.
Quant aux bouquets qui arrivent environ deux fois par semaine dans de nombreuses stations essence étiquetés Benelux, ils sont commercialisés par la société hollandaise Leo Lops Shop Service (www.llss.eu), dont le siège est à Bleiswijk, dans une région de serres située entre La Haye et Rotterdam. On n’y voit aucunement bien sûr pas les fleurs et les bouquets tout faits « origine Israël » et certainement pas « produit de colonies illégales ».

Bickel

Le site internet de Corporate occupation wordpress a aussi signalé la présence du groupe Bickel dans la colonie de Ro’i (Vallée du Jourdain). En octobre de cette année, la Cour de Justice de Tel-Aviv a cédé Agrexco (en faillite et ciblé par une procédure judiciaire en Belgique et la coalition européenne stop agreco ) à deux compagnies exportatrices de fleurs :Gidéon Bickel et à Lamdan-Orian . Bickel a une adresse de contact en Hollande… Plusieurs mois après la faillite d’Agrexco, des containers Carmel-Agrexco semblables à ceux de la Vallée du Jourdain étaient visibles à la station de parking Miam près de l’aéroport de Liège avec une adresse à Schiphol (aéroport d’Amsterdam)..

A suivre

Les travaux du tribunal Russel pour la Palestine ont indiqué en quoi la colonisation était un crime de guerre et en quoi consistait la complicité avec ce crime: recel de biens volés, blanchiment, …
Previous post

Bureaux du siège social KKL-FNJ : emmurés !

Next post

Action BDS à Bordeaux contre la venue de Yossi Gal, ambassadeur d'Israël en France