Home»COMITES LOCAUX»63»Soutien aux militants BDS poursuivis – 23 mars Clermont-Ferrand

Soutien aux militants BDS poursuivis – 23 mars Clermont-Ferrand

Rassemblement, Manifestation, Réception en préfecture

0
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

Pour la liberté d’expression et le droit à l’appel au boycott, et en soutien aux 12 inculpés de Colmar-Mulhouse.

Tractage en centre ville, Rassemblement, Vente de t-shirts BDSF, Prises de parole, Manifestation, Réception en préfecture, Message au gouvernement de 40 organisations, Article de presse

Malgré le nombre relativement faible de militants (60) ayant participé au rassemblement, sa visibilité à été bonne, en centre ville (900 tracts, prises de parole avec une sono puissante), sur les réseaux sociaux et listes de diffusion des 40 organisations signataires du message au gouvernement (*), et par sa présentation par l’UNEF lors de la manifestation de 1.000 étudiants et lycéens le 22 mars. Cette action a été couverte par un article dans La Montagne du 24 mars, et par deux interviews assez longues sur Radio Arverne et Radio Campus les 24 et 25 mars, où nous avons pu aussi annoncer la conférence sur le nucléaire au Proche-Orient du 30 mars (à l’initiative de 6 organisations), ainsi que notre future action BDS Carrefour du 2 avril.

(*) MESSAGE AU GOUVERNEMENT FRANÇAIS, sous couvert de Madame la Préfète du Puy-de-Dôme

Les organisations soussignées

-Réaffirment leur attachement aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité fondatrices de la République.

-S’opposent par principe à toute forme de racisme et de discrimination.

-Rejettent fermement les amalgames entre critique politique de l’État d’Israël et antisémitisme.

-Considèrent l’appel au boycott comme un droit citoyen élémentaire qui doit être défendu et préservé.

-Demandent au gouvernement d’abroger les circulaires Alliot-Marie et Mercier qui invitent les procureurs à engager des poursuites contre  les militants appelant au Boycott d’Israël et de ses produits.

-Expriment leur totale solidarité avec les militants de Mulhouse injustement condamnés qui en appellent à la CEDH.

-Poursuivront, dans le respect de ces principes, leur combat commun pour préserver les libertés d’opinion, d’expression, de manifestation et d’association qui constituent le socle commun de la démocratie.

Signataires : ADECR-63, AFPS-63, Alterekolo-63, Amis Commune 1871, Amis Monde Diplo 63, Amis Huma-63, Amis Temps Cerises, Ass Amitié Fr-Tunisienne Auvergne, Ass Cultur Immigrés, Ass Cultur Maghrebine, ATTAC-63, BDSF-63, Brut Béton Prod, CGT UD-63, CIMADE-63, Cons Urgence Citoyenne-63, EELV-63, Ensemble !-63, Espaces Marx-63, Femmes Musulmanes-63, FSU-63, ISF-Auvergne, JCF-63, LDH Clermont-Riom, Mosaïc Auvergne, Mouvement de la Paix-63, MRAP-63, NPA-63, PCF-63, PG-63, RESF-63, Solidaires-Auvergne, Solidarité Tchétchénie-63, Tous Ensemble-63, UEC-63, UNEF-Auvergne, UPC-63, Urgence Gaza-63, Utopia-63,
avec le soutien d’Alternative Libertaire-63.

Voir le CR complet ci-dessous :

C.R. du rassemblement de soutien aux militants BDS poursuivis, et pour la défense de la liberté d’expression en France (23 mars, Clermont-Ferrand)

A Clermont-Ferrand, près de 60 militant-e-s se sont rassemblé-e-s Place de Jaude  le mercredi 23 mars à 18h, à l’appel de l’AFPS-BDSF 63 et d’un collectif de 40 organisations. Nombreux étaient celles et ceux qui portaient des banderoles BDS, des pancartes pour la liberté d’expression, un t-shirt « Boycott Israël Apartheid », ou des drapeaux palestiniens.

Avant le rassemblement, une douzaine de militant-e-s (AFPS, JCF, UNEF, NPA, Alternat. Libertaire, PCM, CGT, FSU, LDH, PCF, RESF, …) avait distribué en centre ville et sur le tramway environ 900 tracts « Libertés et Appel au Boycott », appelant au rassemblement et contenant le message au gouvernement de 40 organisations du 63 (voir ci-dessous). Des militant-e-s  AFPS ont aussi vendu 6 t-shirts « Boycott Israël Apartheid », et l’UNEF en a pris 25 (+25 keffiehs) à l’occasion des mobilisations étudiantes en cours.

Une prise de parole a été faite par l’AFPS 63 (voir texte ci-dessous) sur le contrefort de la statue de Vercingétorix, bien entendue par les passants attendant les tramways à proximité ou aux tables de café, grâce à la puissante sono du camion CGT. Les manifestants ont ensuite défilé jusqu’à la préfecture en scandant les slogans « Liberté / d’expression # Droit au Boycott » ; « Boycott / Israël / Apartheid » ; « Boycott Israël / Etat criminel ».

Sur les escaliers de la préfecture l’AFPS a lu le message au gouvernement français signé par 40 organisations, et annoncé ses deux prochains rendez-vous « Palestine » (dont le BDS du 2 avril). Puis les manifestants ont scandé les mêmes slogans, ainsi que « Halte au chantage à l’antisémitisme » ; « Séparation du CRIF et de l’Etat ».

Après ce rassemblement, le Directeur de Cabinet de la préfète de Clermont-Fd a reçu une délégation de 6 représentants de 7 organisations du collectif (AFPS, CGT, Solidaires, Cons Urgence Citoyenne, PG-FdG, JCF, UNEF). Il a écouté le discours prononcé en début de rassemblement, nous a indiqué qu’il connaissait bien la question, et qu’il transmettrait à sa hiérarchie.

12719164_751172661686210_6260036023786446092_o[1] 2548926[1] IMG_0053

Discours (afps-bdsf 63) en début de rassemblement :

Durant les derniers mois, l’Etat d’Israël a :

-accéléré le vol de la terre et la démolition des maisons palestiniennes,

-accru ses provocations sur les sites religieux musulmans et chrétiens,

-protégé les violences des colons extrémistes,

-resserré le siège de Gaza et pris de nouvelles mesures racistes contre les Palestiniens d’Israël,

-persisté à ne pas appliquer le droit au retour des réfugiés, voté par l’ONU il y a 67 ans.

L’actuel soulèvement  des jeunes palestiniens reflète la volonté de la nouvelle génération de se libérer de l’illusion des « Accords d’Oslo », de sortir de l’impasse et de la division des partis palestiniens, que ce soit en Cisjordanie, à Jérusalem, à Gaza, en Israël ou dans les camps de réfugiés.

La répression israélienne est terrible. Depuis le 1er octobre, plus de 170 Palestiniens ont été exécutés ou assassinés, des milliers de blessés par balles et des milliers emprisonnés, en majorité des jeunes.

L’injustice qui règne sur la Palestine depuis 1948 favorise l’instabilité au niveau international, y compris en France où de nombreux citoyens se sentent concernés.

Les institutions et le droit international sont discrédités par le « deux poids deux mesures » intolérable des grandes puissances, qui laissent faire ou sont complices d’Israël !

La campagne BDS (Boycott, Désinvestissements, Sanctions) a été initiée par 170 organisations palestiniennes pour qu’Israël applique les lois internationales et respecte les droits de l’Homme. Elle est un mouvement international, citoyen, non violent, antiraciste. Un nombre important de Juifs du monde entier y participent. Elle remporte de nombreuses victoires, notamment en France avec la société Véolia qui s’est retirée totalement d’Israël, Orange qui a décidé de se retirer des territoires occupés, le festival de la BD d’Angoulême qui a rompu avec le sponsor SodaStream, etc.!

Cette progression du mouvement BDS est considérée comme une menace stratégique par Israël et ses soutiens. En France les militants BDS sont victimes de procès de la part d’officines sionistes, parfois soutenues par les procureurs de la République du fait des injonctions des circulaires gouvernementales Alliot-Marie et Mercier. Alors que tous les procès se sont terminés jusqu’en 2015 par des échecs des attaques contre BDS, une situation nouvelle est apparue avec les décisions de la cour de cassation du 20 octobre 2015, confirmant la condamnation de 12 militants BDS de Colmar-Mulhouse. Ces militants iront en 2016 en Cour Européenne des Droits de l’Homme pour défendre leur liberté d’expression et leur droit à l’appel au boycott.

Ces attaques utilisent largement l’amalgame entre antisionisme et antisémitisme comme prétexte pour réprimer la liberté d’expression, et sont fortement relayées par les gouvernants israéliens, le CRIF et certains membres du gouvernement français. Elles ont aussi été reprises début 2016 par certains élus du Conseil de Paris et de la mairie de Toulouse, qui ont adopté des vœux condamnant la campagne BDS et appelant à sa répression. Et récemment une militante a été interpellée à Paris pour le port d’un t-shirt BDS !

Nous sommes ici pour défendre notre droit à la liberté d’expression et à l’appel au boycott, et soutenir les militants de Colmar-Mulhouse dans leur démarche vers la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

Nous affirmons ce droit en portant nos t-shirts BDS (et nous en vendons à ceux qui n’en ont pas encore)

IMG_20160325_0001

Previous post

Les produits des colonies israéliennes « sont les bienvenus » en Europe, affirme un envoyé de l’UE à Tel Aviv

Next post

Action BDS à Strasbourg le 02.04.2016 devant le Centre Halles