Home»GENERAL»Ils s'engagent dans BDS»Tour d’horizon : le massacre israélien à Gaza provoque des sanctions internationales et des actions de boycott

Tour d’horizon : le massacre israélien à Gaza provoque des sanctions internationales et des actions de boycott

0
Shares
Pinterest Google+
image_pdfimage_print

 – Le Chili suspend les négociations pour un accord commercial avec Israël et 5 pays d’Amérique latine rappellent leurs ambassadeurs en Israël

– Les initiatives liées à BDS se développent dans le monde entier

– Des vedettes de premier plan expriment leur solidarité

Source: http://www.bdsmovement.net/2014/gaza-sanctions-and-boycott-action-12410

Palestine occupée, 1er août – Alors que le nombre de morts dus au massacre israélien à Gaza dépasse 1100, les militants palestiniens du mouvement « Boycott, désinvestissement et sanctions » (BDS) ont renouvelé leurs appels aux gouvernements afin qu’Israël rende des comptes, et ont appelé à redoubler les initiatives BDS pour mettre un terme à l’impunité criminelle d’Israël.

« Ce dont nous sommes témoins n’est rien d’autre qu’un massacre contre la population palestinienne. Israël doit être contrainte à payer un lourd tribut économique et politique pour ces crimes contre la population de Gaza », dit Zaid Shuaibi, un porte-parole du comité national palestinien de BDS.

« Nous appelons toutes les personnes de conscience, partout, à s’engager dans le mouvement BDS, y inclus en signant l’appel pour un embargo militaire contre Israël et en prenant des actions contre les compagnies et les institutions universitaires qui facilitent les crimes odieux d’Israël contre Gaza », ajoute Shuaibi.

Shuaibi a aussi salué les nouvelles que des gouvernements dans le monde entier étaient en train d’agir pour faire pression sur Israël afin que cet État se conforme au droit international et aux droits de l’homme.

Le Brésil, le Chili, l’Équateur, le Salvador et le Pérou ont tous rappelé leurs ambassadeurs auprès d’Israël, à la suite de la Bolivie et du Venezuela qui ont retiré leurs ambassadeurs pendant le massacre de 2008-09 à Gaza.

La présidente du Brésil, Dilma Rousseff, a condamné ce qu’elle a décrit comme le “massacre” israélien à Gaza, une formulation que même le ministre des Affaires étrangères [et du développement international] français a utilisée également. Le premier ministre de Turquie est allé encore plus loin, accusant Israël de commettre un « génocide » à Gaza.

En Afrique du Sud, le groupe parlementaire de l’ANC, parti au pouvoir, a demandé au gouvernement de rappeler son ambassadeur et d’expulser l’ambassadeur israélien, et des politiciens et des partis politiques ont fait des demandes analogues dans le monde entier.

Le sénat au Chili a voté à l’unanimité en faveur d’une demande à rappeler l’ambassadeur. Le gouvernement du Chili a aussi confirmé qu’il avait suspendu les négociations en faveur d’un nouvel accord de libre-échange commercial avec Israël.

Le gouvernement des Maldives a annulé trois accords bilatéraux avec Israël et envisage des mesures pour interdire l’importation de produits israéliens.

« Les sanctions commerciales et diplomatiques prises en particulier par des pays du Sud sont une étape extrêmement bienvenue que nous exhortons les autres gouvernements à suivre. Les États ont une obligation légale et morale de faire tout ce qu’ils peuvent pour obtenir qu’Israël rende des comptes pour ses violations du droit international, en particulier en annulant des accords de libre-échange et en imposant un embargo militaire, comme première étape concrète », dit Shuaibi.

Des appels croissants pour un embargo militaire

Un appel pour un embargo militaire sur Israël lancé par 6 récipiendaires du prix Nobel et des douzaines de personnalités a été signé par plus de 45000 personnes. Des déclarations très fermes appelant à un embargo militaire ont été publiées par les branches américaines et britanniques d’Amnesty International.

En Belgique, 150 personnalités ont appelé le gouvernement belge à mettre un terme au commerce des armes avec Israël et une lettre séparée signée par plus de 100 médecins fait des demandes analogues. Au Royaume-Uni, des députés, des écrivains et des artistes ont été rejoints par plus de 21000 personnes dans un appel pour l’embargo militaire sur Israël et une association majeure d’étudiants en médecine a aussi appelé pour un tel embargo.

« Dans le monde entier, les gens font écho à l’appel de la société civile palestinienne en faveur d’un embargo militaire total sur Israël, la mesure la plus urgente de responsabilisation. Le massacre continuel d’Israël, ciblant de manière délibérée et préméditée des écoles, des hôpitaux et des civils, incluant des enfants, en accord avec sa criminelle Doctrine Dahiya, fait de toute coopération militaire actuelle avec Israël un acte inexcusable de complicité consciente », dit Shuaibi.

BDS, une action internationale de la base

Alors que la plupart des gouvernements restent apathiques, et dans certains cas, complices, devant les crimes de guerre d’Israël à Gaza, des gens dans le monde entier expriment leur colère et leur forte résolution de faire payer à Israël ses crimes grâce au mouvement BDS.

Parmi ces développements clés :

– Plus d’un million de personnes ont pris part à des manifestations dans des cités du monde entier le week-end dernier (voir les liens de l’article original pour des photos et des comptes rendus). Les manifestations ont appelé à la fin du siège à Gaza et ont demandé aux gouvernements d’imposer des embargos d’armes et des sanctions à Israël.

– Une pétition d’Avaaz appelant à rendre « le coût économique » pour Israël « trop élevé à supporter » en faisant pression sur 4 compagnies, une banque britannique et un important fond de pension néerlandais afin qu’ils mettent fin à leur soutien aux violations israéliennes du droit international a été signée par plus d’1, 5 million de personnes.

– Signal que l’économie israélienne peut avoir à faire face à des conséquences sérieuses à la suite du massacre en cours sur Gaza, une compagnie majeure d’export israélienne a révélé qu’un important contrat d’exportation avait échoué à cause de l’attaque actuelle d’Israël sur Gaza.

– La musicienne irlandaise mondialement connue Sinéad O’Connor a annulé un concert prévu en Israël et affirmé explicitement qu’elle le faisait en adhésion avec le boycott palestinien contre Israël. « Aucune personne douée de raison, y inclus moi-même, ne peut éprouver autre chose que de la sympathie pour la souffrance des Palestiniens », a-t-elle ajouté.

– Des artistes de premier plan, et des figures culturelles du calibre de Madonna et Rihanna ont exprimé leur soutien ou leur solidarité envers la souffrance du peuple palestinien à Gaza, d’une manière sans précédent qui potentiellement peut changer la donne. Le Hollywood Reporter écrit : « [Jon] Stewart, le réalisateur Jonathan Demme, Tori Amos, Rob Schneider, Kim Kardashian, Mark Ruffalo, Anthony Bourdain, Roger Waters, les stars de NBA Dwight Howard et Amare Stoudemire, le gardien de but italien Gianluigi Buffon, D.L. Hughley, Mia Farrow, Stephen Hawking et Annie Lennox font partie des autres noms importants qui se sont engagés à quelque degré pour soutenir le peuple de Gaza ou critiquer directement le gouvernement israélien.

– Au sommet récent du Mercosur, des mouvements sociaux de tous les pays du Mercosur (Venezuela, Brésil, Uruguay, Paraguay et Argentine) ont remis une lettre à leurs présidents, appelant à la fin immédiate de l’accord de libre échange entre Israël et le Mercosur, au rappel des ambassadeurs, à un embargo militaire et à d’autres sanctions commerciales.

– Du Mexique au Brésil, à l’Argentine ou au Chili, de larges coalitions de la société civile, incluant des confédérations syndicales, des partis, des groupements de fermiers, etc., font écho aux mêmes demandes de sanctions militaires, diplomatiques et économiques contre Israël.

– La Confédération des syndicats sud-africains (Congress of South African Trade Unions, COSATU) a appelé à l’intensification de la campagne BDS et à l’expulsion de l’ambassadeur israélien de l’Afrique du Sud. Des demandes similaires ont été faites par des confédérations syndicales et des syndicats au Brésil, en Irlande et au Royaume-Uni.

– Le syndicat Mandate en Irlande, dont les membres incluent le personnel des commerces de détail, a écrit à tous les détaillants irlandais importants pour les appeler à ne plus vendre des produits israéliens.

-En Irlande également, le conseil municipal de Dublin a passé une résolution appelant à un embargo militaire et à la suspension de l’accord d’association entre l’Union européenne et Israël.

– Les dirigeants des partis sociaux-démocrates de Finlande, de Suède, de Norvège et d’Islande ont rendu publique une déclaration appelant à un cessez-le-feu immédiat et à une interdiction internationale du commerce avec les colonies israéliennes illégales.

– En Turquie, au moins 12 municipalités, plusieurs associations d’entreprises majeures et un syndicat important ont appelé au boycott des produits israéliens.

– L’association des fabricants et commerçants du Cachemire (Kashmir Manufacturers & Traders Association) et d’autres associations du Cachemire, ainsi que l’association des hôteliers de Mumbai (Mumbai Hoteliers Association) ont appelé au boycott des biens israéliens.

– La Société des études ethniques critiques (Critical Ethnic Studies Association) basée aux États-Unis et la Société de Littérature africaine (African Literature Association) ont rejoint la campagne pour un boycott universitaire d’Israël, à cause de la profonde complicité des universités israéliennes avec les violations israéliennes du droit international.

– L’Église d’ Écosse (The Church of Scotland) a « recommandé » à sa congrégation le document Kairos de Palestine, un document venant de chrétiens palestiniens et appelant à une action non-violente pour résister à l’injustice, y inclus par la campagne BDS.

“Si les scènes du camp de concentration qu’est Gaza révèlent un tsunami causé par Israël, une contre-vague de campagne BDS est indispensable pour mettre fin aux brutalités ordinaires d’Israël et à ses massacres contre les civils palestiniens et libanais. Il n’a jamais été aussi urgent que maintenant d’isoler Israël comme le paria du monde », dit Shuaibi.

« Ceux qui choisissent de ne pas agir pour arrêter le massacre israélien, spécialement ceux dont les gouvernements sont impliqués dans les crimes de guerre israéliens, choisissent le ‘côté de l’oppresseur’ « , a dit une fois l’archevêque Demond Tutu.

– Voir les références des citations et des déclarations, et plus d’information à : http://www.bdsmovement.net/2014/gaza-sanctions-and-boycott-action-12410#sthash.iUw8Gx5a.dpuf

Previous post

Victoire BDS : SodaStream Japon annule la « Boutique Soda »

Next post

Les université israéliennes profondément impliquées dans le massacre de Gaza : Boycott universitaire maintenant !